HAN Suyin (Chine/Malaisie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

HAN Suyin (Chine/Malaisie)

Message  Prospéryne le Lun 22 Déc 2008 - 12:10

De : sereinejulie1 (Message d'origine) Envoyé : 2004-07-17 16:33
La montagne est jeune Suyin Han, Collection Livre de poche, 890 pages

Résumé: Depuis six ans qu'elle est mariée à John Ford, Anne voit passer les jours dans la même atmosphère irritante qui paralyse ses élans et jusqu'à son talent d'écrivain. Secouer ce joug devient une nécessité impérieuse. Quand paraît l'annonce demandant un professeur d'anglais pour l'Institut féminin de Khatmandou, elle sollicite le poste et l'obtient. John refuse de la laisser partir seule. Les Ford quitteront ensemble Calcutta pour le Népal, terre des dieux. A Khatmandou, Anne recommence à écrire, à vivre - aidée avec tact et humour par les membres de la colonie britannique et leurs amis népalais. Deux conceptions de vie s'affrontent au pied de Mana Mami, la montagne jeune dans le cadre fascinant d'un pays aux traditions millénaires.

Mon avis: La montagne est jeune est une histoire d'amour entre Anne, une anglaise et Unni Menon un népalais. Le récit se déroule à Kathmandou au Népal, au moment du couronnement du roi Mahendra, en 1956. Le conflit entre le pouvoir absolu d'une monarchie presque médiévale et les voix insistantes de démocratie étaient déjà en place. L'air était mûr pour la révolution et Han Suyin a essayé d'envelopper beaucoup d'éléments politiques, historiques, sociologiques autour du thème central du roman. Publié en 1958, son roman a le cachet supplémentaire d'être basé sur la propre histoire d'amour de Suyin pendant le temps qu'elle a visité Kathmandou pour le couronnement.

Assurément, Han Suyin est devenue amoureuse non seulement avec l'ingénieur népalais qu'elle y avait rencontré, sur qui est basé le personnage d'Unni Menon, mais aussi avec le Népal. J'ai aimé son regard sur le pays et les habitants qu'elle décrit. Il en va de même tout au long du récit lorsqu'elle décrit la beauté du pays, ses panoramas, les coutumes de vie. Elle emmène le lecteur en voyage avec ses yeux et avec son âme et nous expose les lieux où se trouve Anne, ainsi que les paysages intérieurs des multiples facettes de l'amour aussi contrastant que l'environnement dans lequel les personnages évoluent.

Suyin s'amuse à caricaturer les personnages non népalais avec ironie: les britaniques, les russes, les américains, les touristes, les missionnaires et diplomates dont la plupart revendiquent connaître et comprendre le Népal mieux que les habitants eux-mêmes.

Sa vision sur la vie et le Népal, malgré qu'elle soit de père chinois et de mère belge, donne l'impression qu'elle écrit plus comme une observatrice occidentale, plutôt que comme une asiatique.

Ce n'est pas un roman que j'ai savouré par petites doses, au goutte à goutte car il s'agit d'une lecture aisée, rapide, qui n'exige pas une forte concentration, ni de réflexion. L'écriture est ancrée dans un phrasé tout en finesse et simplicité. Malgré les 890 pages, je n'ai pas trouvé la lecture redondante. C'est un pavé qui s'assimile bien, sans cul de sac, sans excès. On suit le fil du récit sans hésitation. La relation entre Anne et Unni fait rêver de liens véritables, les personnages sont bien situés, ses mots suggèrent des images.

J'ai lu ce livre il y a plus de 20 ans et je me souviens avoir beaucoup plus apprécié le récit qu'aujourd'hui, ce qui est souvent le cas lors de ''re-lectures'' puisqu'avec les ans nos attentes et évaluations d'une oeuvre sont plus exigeantes. J'attribue néanmoins 4.0 parce que l'histoire est harmonieuse et limpide.
________________________________________
Han Suyin
(1917-…)

Han Suyin est née en Chine du Nord en 1917, de père chinois et de mère belge. Elle commence à Pékin des études de médecine qu'elle poursuit à Bruxelles (1935?38). Revenue en Chine quand éclate le conflit sino-japonais, elle se marie, a un enfant, écrit son premier livre (Destination Tchounglçing), accompagne à Londres (1942) son mari nommé attaché militaire. Ce dernier, rappelé en Chine en 1945, trouve la mort en 1947 au cours de la lutte contre les communistes. Han Suyin achève ses études à Londres (1948) où elle exerce un an, puis réside à Hong-Kong. Remariée en 1952, elle s'installe en Malaisie, mais va chaque année en Chine populaire. Elle poursuit à Singapour une double carrière de médecin et d'écrivain (Multiple Splendeur, etc.).




De : Chantal5500 Envoyé : 2005-06-29 12:38
LA MONTAGNE EST JEUNE Suyin Han:
Livre de Poche - 689 pages.

Voir résumé de Sereine.

Eh bien, je n'ai guère de choses à rajouter à la belle critique de Sereine : un très beau roman d'amour qui se passe dans l'Himalaya dans un décor fabuleux énormément bien retranscris par l'auteure (on est transporté là-bas), une analyse psychologique très poussée, notamment en ce qui concerne le sentiment amoureux. J'ai trouvé quelques longueurs dans le milieu du roman mais l'intérêt et le suspense reprenne très vite et la fin est captivante. Pour celles et ceux qui aiment les belles histoires d'amour et qui aiment être dépaysés, notamment en Asie, n'hésitez pas !

4/5
avatar
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 35
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: HAN Suyin (Chine/Malaisie)

Message  gallo le Dim 20 Sep 2009 - 15:52

Message transféré au bon endroit.

Par Garanemsa Dimanche 20 septembre à 14:22

LA MONTAGNE EST JEUNE

Han Suyin



Une brique de plus de 1100 pages, mais je m’y suis attaquée.

J’ai lu tout, mais j’avoue avoir passé pas mal de pages en diagonale.

Car Balzac, à côté, est franchement dépassé quant aux descriptions, lui si friand qu’on ne pouvait plus suivre certaines histoires tant il y avait pléthore de détails.

Ici, celui qui ne connaît pas les us et coutumes, les sculptures, les caractères, la géographie etc du Népal et de la frontière tibétaine alors qu’il le lise.

L’histoire se déroule avant le couronnement du roi, soit vers les années 1950 et une jeune femme, Anne a été engagée comme professeur d’anglais à Katmandou.

Elle se trouve en proie à un dilemme face à son mari qu’elle n’aime plus.

Mais au travers de son cheminement spirituel et amoureux, on y côtoie aussi les résidents américains, anglais et français venus pour diverses raisons dans cet endroit. Comme aussi les indiens pour un barrage dans les montagnes de l’Himalaya.

Les analyses psychologiques de tous ces personnages sont très bien faites mais trop longues à mon goût.

Les détails de ce qu’est le Népal à cette époque aussi.

C’est pourtant extraordinaire de pouvoir écrire un tel livre.

Je lui mettrais un 4/5

_________________
Gallo
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Han Suyin

Message  Garanemsa le Dim 13 Déc 2009 - 18:30

TON OMBRE EST LA MIENNE

Han Suyin



Un livre tout petit mais qui m’a vraiment accrochée.

C’est un roman philosophique, roman poème et un chant d’amour à 4 voix. Comme le dit le quatrième de couverture qui pourra mieux en parler que moi.

C’est un véritable procès qui se déroule sous les yeux des lecteur fascinés, montrant comment les civilisations diffèrent dans leurs manières de vivre, de penser et leur façon d’aimer.

L’histoire se déroule au Cambodge et Sylvie une petite fille française abandonnée alors que les parents sont massacrés par les japonais, recueillie par une famille cambodgienne.

Le dialogue tout au long du livre se passe entre l’astrologue du village, l’arbitre, le témoin, bouddhiste et marxiste, la mère qui l’a élevée, le frère qui a pu échapper au carnage et un médecin français aussi.

Deux mondes qui se mesurent :

« ils ont faim de mots » dit l’astrologue à propos des blancs « au point que l’univers n’existe pas pour eux s’ils ne l’on pas enfermé dans les mots ».

mais pour l’asiatique, il n’y a qu’une certitude : « la vie et la connaissance de la vie, le cycle se poursuit, indéfiniment et nous n’avons pas encore trouvé la réponse… »

d’un fait divers réel mais transposé, l’auteur en a tiré un drame aux résonances immémoriales.

J’ai beaucoup aimé cet affrontement entre deux sociétés, deux idées philosophiques.

En lisant ce livre on fait un retour sur soi ; ce livre ne m’a pas apporté qu’un moment de plaisir, mais aussi un profond moment de réflexion.

Alors je lui mets 5/5



(une petite note aussi, sa mère est belge, un peu de chauvinisme)
avatar
Garanemsa

Nombre de messages : 445
Age : 71
Location : Belgique/Liège
Date d'inscription : 28/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: HAN Suyin (Chine/Malaisie)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum