Mary McGARRY MORRIS (Etats-Unis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mary McGARRY MORRIS (Etats-Unis)

Message  gallo le Dim 21 Déc 2008 - 17:42

De : nirvana1050 (Message d'origine) Envoyé : 2005-08-08 09:10

Mary McGARRY MORRIS - "Un femme dangereuse"
Ed. Julliard, 402p.

Martha Horgan est une femme simple, gauche, dont les grosses lunettes dissimulent un joli visage, et elle n'aspire qu'à bien faire son travail d'employée dans un pressing.
Mais pour la plupart des habitants de la petite ville provinciale où elle réside avec sa tante, elle est "Marthorman", une sorte de phénomène, attardée, au comportement obsessionnel, qui fait peur dans ses crises et ses frustrations.
Ils n'ont pas fait le lien entre son comportement étrange et le fait qu'adolescente, elle fut piégée et humiliée par une douzaine de garçons de son lycée, dont les actes furent pourtant laissés en toute impunité, mettant leur comportement sur le compte de la bizarrerie de Martha.
Mais quand Martha, qui n'a jamais pu établir de relations normales avec son entourage se met en tête d'être aimée, cela ne peut que la mener au drame....

L'auteur nous présente sans concessions un portrait psychologique d'une femme décalée, aux prises avec ses démons intérieurs, avec son besoin d'ordre et de vérité, qui m'a parfois agaçée, parfois touchée.Je pense que Martha est avant tout une victime, victime du regard des autres, de son passé, de son besoin d'amour qui la rend si envahissante, ce qui la conduit à être victime d'elle-même. Ce n'est pas une héroïne positive, mais l'auteur a le talent pour nous la rendre attachante.

Ma note: 4/5


De : louveloba Envoyé : 2005-08-10 09:54
C'est l'auteur de Fiona Range, n'est-ce pas ? Si c'est bien elle, j'ai adoré !
(je l'ai lu il y a trop longtemps pour en faire une critique ici, malheureusement )
Loba


De : odilette84 Envoyé : 2005-08-11 02:12
moi aussi j'adore cet auteur, elle a aussi écrit "mélodie du temps ordinaire"
un énorme pavé, mais j'ai adoré.
Il faudrait que je relise tout ça.


De : Sahkti1 Envoyé : 14/02/2006 10:23

Mary McGARRY MORRIS, Un abri en ce monde

Editions Belfond, ISBN 2714440746
Littérature américaine

Gordon Loomis, plus de vingt ans de prison pour meurtre et une réinsertion qui s'avère plus difficile que prévue. pas seulement pour des raisons qui nous paraissent évidentes mais aussi à cause des profondes blessures intérieures, de cette volonté d'oublier et d'être oublié alors que d'autres, croyant bien faire, finissent par devenir étouffants et rendre cette nouvelle vie quasi insupportable. C'est le cas avec Dennis, par exemple, le frère de Gordon, dont l'amour est quelque peu envahissant.
Pas simple de retrouver les gestes d'autrefois, de vivre comme avant; il y a des habitudes à retrouver, des actes à réinventer.
Mary McGarry Morris fait ici preuve de beaucoup d'humanité et de subtilité pour nous parler de cet apprentissage. Il ne s'agit pas directement d'un plaidoyer militant sur la réinsertion sociale des anciens détenus, mais d'une histoire, joliment racontée, évoquant les petits riens du quotidien, les embûches de toutes sortes, les difficultés relationnelles... tous ces élements qui rendent la vie un brin plus compliquée. Au fil des pages, le lecteur s'attache à Gordon et se dit que ce serait bien qu'il puisse avoir une nouvelle vie, on en arrive à oublier (ou presque) ce qu'il a fait et pourquoi il est dans cette situation aujourd'hui. Il y a une réflexion intéressante sur la culpabilité qu'on peut éprouver et dont les gens voudraient qu'on se débarrasse, sans se soucier de savoir si on le veut ou on le peut. L'étouffement est inéluctable et c'est peut-être ce que je retiens avant tout de cette lecture: oui, on peut recommencer quelque chose, mais jamais ça ne sera comme avant et il y aura toujours un malaise profond et lancinant, différent mais réel. Est-ce un constat pessimiste? Peut-être...

Ma note: 3,5/5


De : Mousseliine Envoyé : 09/09/2007 23:44

Mary McGarry Morris est née en 1943 dans le Connecticut. "Disparue", son premier roman, a été sélectionné pour le National Book Award et le Pen Faulkner Award. Elle a depuis publié "Une femme dangereuse", "Mélodie du temps ordinaire", "Un abri en ce monde", "Une douloureuse absence". Mary McGarry Morris vit aujourd'hui à Andover, dans le Massachusetts, elle est mariée et mère de cinq enfants.


De : Mousseliine Envoyé : 09/09/2007 23:52

Mary McGARRY MORRIS - Mélodie du temps ordinaire
(10/18, 2005, 1031 pages)

J'étais très contente d'ouvrir un livre de Mary McGarry Morris car c'est une auteure que je voulais découvrir depuis longtemps et je n'ai pas été déçue.

On est dans une petite ville du Vermont pendant l'été de 1960. On suit la famille Fermoyle, la mère Marie, trois adolescents : Alice, Norm et Benjy. Le père ne vit pas avec eux, c'est un alcoolique notoire, la risée de toute la ville. La vie n'est pas facile, Marie est aigrie à force de se battre pour faire vivre les siens, la maison est bordélique autant l'intérieur que l'extérieur, des engueulades familiales à répétition, tout le monde se tombe dessus. Imaginez ce que ça peut être de grandir dans un tel milieu, c'est d'avoir honte constamment. On ne peut rien cacher aux copains, tout le monde connaît tout le monde à Atkinson. Et puis s'amène Omar Randall un escroc mais une bouée de sauvage pour Marie qui souffre d'une grande solitude.

Il y a bien sûr plein d'autres personnages. Mary McGarry Morris dessine le milieu social sans complaisance d'aucune sorte mais aussi sans exagération, tout est très réel. Chacun des personnages a son petit ou gros travers. Il y a Howard, l'idiot du village. Le chef de police Stoner qui a une aventure avec sa belle-soeur alors que sa femme se meurt d'un cancer là-haut dans sa chambre. Il y a Bernadette la traînée, puis un agent d'assurance pas très honnête. Et encore plein d'autres. Finalement tout le monde est pratiquement anormal, peut-être est-ce le cas quand on se met à observer attentivement l'attitude des gens...

Sur la 4e de couverture l'éditeur dit que certains critiques comparent Mary McGarry Morris à Faulkner, Mc Cullers, Steinbeck (rien de moins!), ça m'énerve, c'est pour l'éditeur une façon de pousser la vente d'un livre. N'empêche que pour ce qui est de décrire la nature humaine dans ce qu'elle a de plus crasse, Mary McGarry Morris n'a rien à envier à ces grands auteurs, elle sait s'y prendre, oh que oui!

Cela a l'air terrible et même horrible, et ça l'est, n'empêche que c'est la vie que Mary McGarry Morris décrit et avec énormément de talent d'où le fait que pour les lecteurs ça ne passe pas toujours. Certains personnages sont tellement abjects, d'autres souffrent tellement. Et on a souvent envie de secouer Marie mais de la secouer! Alors on passe par bien des émotions et ce n'est certainement pas agréable parfois je déposais même mon livre mais c'est la vie... et faut pas se le cacher ce n'est pas vrai que tout le monde est beau est gentil. Et je me plais beaucoup dans ce genre de roman social qui ne fait pas de compromis.

On voit comment une seule personne alcoolique peut pratiquement détruire la vie d'un tas de gens autour d'elle. Et comment un beau parleur peut profiter des points faibles des autres.

Si vous n'aimez vraiment pas les romans noirs passez surtout votre chemin parce que ça fait mal et c'est vraiment déprimant, je n'en lirais pas deux de suite des comme ça, mais j'ai bien l'intention de parcourir l'oeuvre de cette auteure. Autrement c'est un très bon livre, très très prenant, aucun temps mort dans ce roman qui fait plus de mille pages.

A noter que ce roman fait parti du Oprah's Book Club. Je prends la peine de le mentionner car je ne suis jamais déçue par leur sélection et j'y pige volontiers des suggestions, ma LAL est bien remplie de suggestions venant du Oprah's Book Club.

Note : 4,5/5
(Mousseline)
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mary McGARRY MORRIS (Etats-Unis)

Message  Elfe le Mer 17 Aoû 2011 - 13:14

Le dernier secret

Nora
vit une vie en apparence parfaite auprès de sa famille dans un beau
quartier de la Nouvelle Angleterre. Jusqu'au jour où son mari lui révèle
sa relation avec sa meilleure amie. Tel un chateau de cartes, tout ce
qu'elle avait construit s'effondre, et un certain Eddie refait surface.
Ressurgit alors dans sa vie un épisode qu'elle avait mit aux oubliettes
et qu'elle ne souhaitait pour rien au monde voir remonter à la surface.

Mary
McGarry Morris nous raconte la destruction d'une famille à cause d'un
simple secret. Comment la spirale infernale emporte chaque membre de la
famille. Profond et troublant, ce roman plutôt bien écrit, ne m'a pas
laissée indifférente.



Ma note: 4/5
avatar
Elfe

Nombre de messages : 1772
Age : 37
Date d'inscription : 07/01/2009

http://elfique2.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mary McGARRY MORRIS (Etats-Unis)

Message  Clochette le Jeu 22 Sep 2011 - 18:57

Mélodie du temps ordinaire
Mary Mc Garry Morris

Nous sommes en 1960, Kennedy s'apprête à devenir président, et Mary Fermoyle qui vit à Atksinson, petite bourgade dans le Vermont (Etat du Nord des Etats-Unis) tire le diable par la queue, et essaie tant bien que mal d'élever seule ses 3 enfants : Alice, 18 ans, qui est sur le point de les quitter pour entrer à l'université, Norman,16 ans, l'entre deux, l'homme de la famille, et qui se cherche, et enfin, Benjy, 11 ans, le timide petit dernier. Tous les 3, avec chacun des problèmes de leur âge, ont un point commun. Ils cherchent, en vain l'amour de leur mère, qui abandonnée par son mari alcoolique - celui-ci accepte très mal le divorce, et vient régulièrement et violemment se rappeler à leurs bons souvenirs - s'aigrit d'années en années. Mais un jour, elle croit être sauvé par un inconnu, Omar, qui par de menus services, va peu à peu entrer dans leur vie et se rendre indispensable. Benjiy le timide Benjy, a cependant assisté à une altercation mortelle entre Omar et 2 hommes noirs.... Mais Benji a une si grande envie de voir sa mère enfin heureuse qu'il préfère taire cette rencontre. Et Omar, qui finalement, est un être foncièrement malhonnête, petit escroc à la semaine, va peu à peu profiter de la naïveté et même de la crédulité de Mary, puis de toute la communauté d'Atkinson, pour s'enrichir sur leur dos, et enfoncer un peu plus profondément Mary et sa famille dans la déchéance.

Que dire de ce pavé, à part d'avoir le moral bien accroché !!! 1000 pages pour décrire tant de noirs sentiments : la misère, la déchéance d'une famille, qui lutte contre vents et marée pour s'en sortir, l'hypocrisie d'une petite communauté, la malhonnêteté des hommes qui escroquent les petites gens, la précarité, et aussi la volonté de s'en sortir, l'envie et la pitié des gens les uns envers les autres. Bref, tout ce qui pourrait composer la vie d'une petite ville ordinaire. Difficile ainsi de voir le bout du tunnel et il m'a fallu bien des fois reprendre ma respiration pour pouvoir apercevoir la lumière (je dis bien apercevoir car la lumière est très faible !), mais impossible, tout n'est que noirceur et malhonnêteté. Et pourtant, comme si j'étais maso, j'ai apprécié de vivre dans le quotidien de cette famille de gens ordinaire, avec des soucis ordinaires, dans une époque ordinaire, parce que je crois que malgré ce pessimiste, l'auteur aime ses personnages et tente de leur donner une bonté d'âme qui nous fait nous aussi les aimer. (Quoique Mary, je me demande si je l'apprécie ou si je la déteste !). On pourrait peut-être reprocher au début du récit une trop grande présentation des personnages, qui fait que l'on s'y perd un peu. Mais à contrario, on pourrait franchement encenser que l'issue de son roman est à l'image de son roman : noir mais réaliste. La trame de ce roman m'a par ailleurs bien souvent rappelé quelques belles lectures, un peu similaires dans la noirceur des propos : L'histoire de Bone de Dorothy Allison et le temps de la colère de Tawni O'Dell.
Bref, je ne saurai que conseiller cette lecture aux amateurs d'histoires violentes, tristes, mais qui apprécient que soient passés au microscope les petits travers de la société américaine (quoique ! Ca fait du bien de voir un peu de lumière de temps en temps...). En tout cas, un roman loin d'être un livre doudou !!!!
Ma note : 5/5
avatar
Clochette

Nombre de messages : 2135
Age : 43
Location : Nantes Bretagne
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mary McGARRY MORRIS (Etats-Unis)

Message  Shan_Ze le Jeu 22 Sep 2011 - 20:03

Je l'avais déjà remarqué mais je le note ! Tu en fais une jolie critique qui donne bien envie. Merci Clochette. Smile
avatar
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7418
Age : 34
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mary McGARRY MORRIS (Etats-Unis)

Message  Cyrielle le Ven 23 Sep 2011 - 7:28

Je le note, je ne pense pas que c'est un livre que je lirai en ce moment mais il a l'air pas mal du tout.
avatar
Cyrielle

Nombre de messages : 7330
Age : 30
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mary McGARRY MORRIS (Etats-Unis)

Message  Louvaluna le Ven 23 Sep 2011 - 11:14

Très belle critique Clochette ! Ce sont des thèmes qui m'intéressent, après faut voir si je trouverai le courage de m'attaquer à 1000 pages de déchéance et de tristesse. Je note ce titre et on verra... Smile

_________________
Louvaluna

« Écrire consiste à rêver avec une intensité telle que nous parvenions à arracher au monde un morceau. » - Pierre Jourde

« J'aime la lecture en général. Celle où il se trouve quelque chose qui peut façonner l'esprit et fortifier l'âme est celle que j'aime le plus. » - La Rochefoucauld
avatar
Louvaluna

Nombre de messages : 1131
Location : France (Est)
Date d'inscription : 28/10/2008

http://biblioscopie.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mary McGARRY MORRIS (Etats-Unis)

Message  belledenuit le Ven 29 Juin 2012 - 14:01

A la lueur d'une étoile distante

Editions Belfond (2012) - 430 pages

Présentation de l'éditeur :
Porté par le style raffiné et l'exceptionnel pouvoir d'évocation de Mary McGarry Morris, un roman délicat, plein de force et d'émotion, sur la culpabilité et la rédemption, l'innocence de l'enfance et la violence du monde adulte.

Ces derniers temps, Nellie Peck, treize ans, a enfin trouvé de quoi combler son désoeuvrement : espionner la nouvelle locataire de sa mère dans le petit studio attenant à leur maison.
Activité d'autant plus excitante que l'arrivée de la jeune et jolie Dolly, danseuse de cabaret à la sensualité débordante, n'est pas passée inaperçue dans le quartier. Et rapidement, c'est à un véritable défilé de prétendants qu'assiste Nellie, cachée dans les arbres.
Un matin, le corps de Dolly est retrouvé sans vie.
Crime passionnel, vengeance ? Tous les regards se tournent vers Max, ancien délinquant sexuel, repoussé par la belle.
Alors que le jeune homme risque la condamnation à vie, la voix d'une enfant s'élève : Nellie. Qui croire ? Entre des adultes respectables et une gamine à l'imagination débordante, le poids de la vérité pèsera-t-il assez lourd ?

Mon avis :

J'ai terminé ce roman ce matin et j'avoue avoir été très étonnée de ne pas avoir affaire à un roman policier comme le laissait penser la présentation de l'éditeur.

Du coup, alors que j'attendais impatiemment ce fameux meurtre pour suivre le procès et donc les agissements et pensées des uns et des autres dans cette petite ville américaine, je me suis vu attendre la moitié du bouquin pour y avoir droit. Et honnêtement, j'ai trouvé le temps long.

En fait, on vit tout simplement au rythme de cette bourgade, auprès de la famille Peck et plus précisément avec Nellie, une adolescente de 13 ans qui ne cherche qu'à faire le bien autour d'elle.

Elle analyse ses faits et gestes mais aussi ceux de son entourage familial ou amical.

Elle a une idée bien précise des choses, des gens et en pensant faire bien, elle créera bien des dommages dans sa petite vie.

Malgré tout, et à partir du moment où elle est sûre d'elle et souhaite faire éclater la vérité, elle tentera de s'expliquer, de prouver qu'on peut lui faire confiance malgré son jeune âge et les menus mensonges qu'elle profère.

Même si j'ai mis du temps à lire cet ouvrage parce qu'au départ j'en attendais vraiment autre chose, je ne peux pas dire que découvrir Nellie, Henry, Ruth, Benjamin, Sandy, Max et Charlie, ne m'a pas convaincue que l'ouvrage est bon.

L'écriture est simple mais apporte la juste dose de véracité dans les sentiments des uns envers les autres. La plume est juste, claire, parfois un tantinet vulgaire selon les situations mais qui colle parfaitement au personnage qui parle.

On nous dévoile la vie de cette petite ville où tout le monde s'immisce dans la vie de tout le monde parce que tout le monde connaît tout le monde et où finalement, dès qu'il y a un problème, on ne cherche pas à creuser en profondeur de peur d'entraîner des conséquences très dommageables pour les uns et les autres.

Nellie se retrouve donc confronter à un véritable dilemme et même si la fin est prévisible, j'avoue qu'elle m'a quand même déçue. C'est un peu trop facile.

En bref, un livre à découvrir pour ceux et celles qui aiment les histoires de petite communauté qui nous fait découvrir un monde fermé, peu enclin à changer ses habitudes ou à ouvrir les yeux sur certaines situations qui pourraient s'envenimer.
avatar
belledenuit

Nombre de messages : 1067
Age : 41
Location : Sud de la France
Date d'inscription : 05/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mary McGARRY MORRIS (Etats-Unis)

Message  Mousseline le Mar 28 Aoû 2012 - 5:12


(Belfond, 2005, 452 p.)

Lieu : une petite ville pas très loin de Boston

La première phrase : "Dis-toi que c'était quelqu'un d'autre."

Gordon Loomis rentre chez lui après 25 ans de prison. Il avait tué une jeune femme. La ville n'a pas oublié. Il doit se réadapter à la vie d'homme libre et le monde a bien changé. Son frère, Dennis, un dentiste prospère qui a fait un beau mariage veut un peu trop gérer sa vie. Delores, une amie qui lui est restée fidèle tout au long de ces années, l'étouffe de ses prévenances. Et puis, il y a aussi Jada... Gordon a besoin d'aller à son rythme...

Gordon Loomis est un beau personnage. Grand et maladroit. Quoiqu'il a un diplôme universitaire, il n'aspire qu'à un job de manoeuvre. Il veut juste être tranquille. Il y a sûrement des hommes qui ont un parcours semblable à celui de Gordon Loomis.

Une lecture tristounette sinon déprimante par moments car le monde dans lequel vit Gordon Loomis n'est vraiment pas gai. Mais la vie est un combat à chaque jour... n'est-ce pas! On va sinon gagner au moins avancer vers une certaine zone de confort...

Bref, j'ai aimé ce roman et je vous le recommande mais ce n'est pas non plus un incontournable.

Note : 4/5

Mousseline

_________________
Mousseline

Magasin général tome 2 : Serge de Loisel et Tripp et L'île des chasseurs d'oiseaux de Peter May



"Happiness is only real when shared." (Christopher McCandless)
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mary McGARRY MORRIS (Etats-Unis)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum