Régina MCBRIDE (Etats-Unis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Régina MCBRIDE (Etats-Unis)

Message  gallo le Dim 21 Déc 2008 - 9:44

De : Sahkti1 (Message d'origine) Envoyé : 19/01/2006 14:37

Régina MCBRIDE, La nature de l'air et de l'eau
Editions Albin Michel, ISBN 2226151044
Littérature irlandaise

Le premier roman de Regina McBride est annonciateur de talent. Elevée à Santa Fe et vivant aujourd’hui à New York, l’auteur a passé une partie de sa vie en Irlande et est tombée sous le charme du pays, de ses traditions, de ses auteurs, de son climat et de ses mystères. Elle en parle avec beaucoup d’amour et de passion.
L’Irlande (sa côte ouest) est la véritable héroïne de "La Nature de l’air et de l’eau", Regina McBride y mélange souvenirs personnels, rêves imaginaires et héritage de ses auteurs favoris pour nous livrer un portrait de l’Irlande magique et mythique. Un pays sans cesse réinventé, nageant entre légendes et fantasmes, affrontant la réalité de ses campagnes ou les états d’âme de ses citoyens, en particulier les plus isolés.

Nous sommes en présence de Clodagh, une jeune femme qui passe son temps à espionner sa mère Agathe et tenter de découvrir tous ses secrets. Agathe est effectivement une femme très mystérieuse, une fille de bohémienne, assez sauvage, une femme qui pourrait également être une selkie, errant vers l’océan à la recherche de ses traces originelles. Agathe a eu deux filles, des jumelles, la sœur de Clodagh, Mare, est morte, tout comme son père Frank Sheehy, un homme fou amoureux de Agathe emporté par la maladie. Mais est-il vraiment mort ? Clodagh ne l’a jamais connu, c’est un fantôme et rien d’autre, qui revient hanter les lieux et les mémoires.
Clodagh en a assez de vivre dans les non-dits et les secrets, elle doit extérioriser sa rage de jeune fille, elle le fait violemment à l’aide d’un piano dont les touches supportent toutes ses humeurs. Elle quitte la maison, s’installe ailleurs. Elle en veut à sa mère, mais en même temps, comme elle, elle éprouve un besoin féroce de liberté et d’indépendance, elle se lie aux tinkers, des marchands ambulants de ferblanterie, elle se sent bien avec eux. Clodagh grandit, elle épie sa mère le soir en cachette et assiste aux ébats de celle-ci avec ce qu’elle pense être un tinker. Mais c’est peut-être un fantôme… Jalouse, envieuse, Clodagh ne comprend pas et ça la rend amère. C’est avec l’aide d’un autre bohémien, Angus, que Clodagh comprendra tout, au prix de sacrifices et de compromis. Découverte bouleversante et violente qui ébranlera profondément ses repères.

"Ma mère ne s'est jamais sentie à l'aise dans le monde des maisons. Elle appartenait au monde des colporteurs, des gens du voyage, et elle avait épousé un homme riche. Elle s'appelait Agatha Sheehy. Je n'ai jamais su son nom de jeune fille. La vie de ma mère est entourée de silences."

La Nature de l’air et de l’eau, c’est une grande fresque romanesque, pas trop ma tasse de thé en général. Reçu à l’essai dès sa sortie, cet ouvrage m’a surprise. En bien. La manière avec laquelle Regina McBride parle des éléments déchaînés, de la nature sauvage, de l’Irlande indomptable et taciturne, des âmes tourmentées… tout cela m’a séduit et m’a rappelé l’histoire personnelle d’un mois de roulotte passé sur les routes de la belle Irlande. L’ambiance est intacte, on y retrouve ce bric-à-brac hétéroclite qui constitue le charme du pays et de son histoire. L’Irlande est envoûtante et c’est un beau sortilège que nous a lancé Regina McBride.

Ma note: 4/5
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum