Margaret MAZZANTINI (Italie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Margaret MAZZANTINI (Italie)

Message  gallo le Dim 21 Déc 2008 - 9:38

De : Clarabel (Message d'origine) Envoyé : 01/03/2004 14:41


Ecoute-moi, Margaret Mazzantini

J'ai beaucoup de mal à donner mon avis sur ce roman, parce que je suis partagée. Dès le départ, j'avais un sentiment de nausée: l'accident de scooter, la jeune fille entre la vie et la mort (je passe les détails techniques médicaux et chirurgicaux loin de mes préoccupations de lectrice moyenne) et cet homme qui nous livre son histoire à la fois bouleversante et écoeurante.

Il replonge dans un passé où sa fille n'existait pas encore, pendant un été où il fait la rencontre d'une jeune femme, Italia. Décrite comme n'étant ni belle, ni désirable, habitant un lieu lugubre, au coeur d'un 'bidon-ville', cette femme va pourtant l'embarquer dans une étrange histoire de corps, de coeur, d'envie et de désir... Le narrateur nous livre le récit d'une aventure qu'il juge dégoutante et inexplicable, il se juge coupable d'une liaison qu'il ne souhaitait pas, dont il avait honte de désirer. Italia est une jeune femme pitoyable, "laide et vulgaire", et pourtant il est obnubilé par elle. Lassé d'un mariage presque conventionnel, devenu sage et oppressant, il aimerait fuir sa femme, qui ne lui convient plus. Et puis, l'indésirable va survenir : l'intolérable, l'invraisemblable. L'homme va subir son destin, à contre-coeur...

On suit donc son long monologue, tandis que sa fille de quinze ans se fait opérer, l'opération de la dernière chance. Seul dans le couloir, ce père se confie comme jamais auparavant et dévoile un "mea-culpa" qui nous touche difficilement.

Paradoxalement, cette histoire m'a captivée et ennuyée. L'ambiance malsaine de la liaison entre Italia et le narrateur m'a parue trop oppressante et étouffante. Sort-on vivant de cette lecture ?.. Moi j'ai été abasourdie et j'avais du mal à comprendre et pardonner cet homme.
Pourtant, ce livre reste à découvrir. C'est toujours ennuyeux "les tapages médiatiques" car les attentes sont souvent faussées. Ce fut le cas, pour moi. D'autre part, après avoir lu que ce film allait être porté à l'écran, j'ai vraiment du mal à imaginer l'actrice Penelope Cruz dans le rôle d'Italia.. Mais ça, c'est mon avis personnel.

Clarabel


De : Laure Envoyé : 30/11/2004 18:28
Ecoute- moi de Margaret MAZZANTINI

Malaise...C'est le mot qui me vient à l'esprit pour caractériser l'impression que j'ai éprouvée du début à la fin de ce livre, malaise face au réalisme des détails et de certaines scènes et descriptions.
La vie de Timoteo ne semble guidée que par cet amour qu'il confie mentalement à sa fille que l'on est en train d'opérer d'urgence à la suite d'un grave accident.
Timoteo,chirurgien, marié, se complaît visiblement davantage dans la misérable maison de banlieue où habite sa maîtresse Italia, laide, vulgaire, qu'il désire pourtant follement que dans le milieu social qui est le sien.
La vie d'Italia, quant à elle, est vouée à la tristesse et à la misère. Depuis son enfance, c'est une victime, elle sera aussi victime de la lâcheté de Timoteo.
Malgré cette impression de malaise qui domine, ce livre est bien construit et bien écrit. Nous suivons facilement les pensées de cet homme, malgré les souvenirs qui s'entremêlent et se chevauchent.
Le film est sorti récemment en Italie et en Espagne. Dans quelques semaines , il sortira en France. Je ne sais pas encore si j'irai le voir. Il faut d'abord que je "digère" cette histoire. Les images ne doivent qu'accentuer l'impression déjà si forte que j'ai ressentie en lisant ce livre et même après l'avoir refermé.

Note: 3.5/5
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Margaret MAZZANTINI (Italie)

Message  lalyre le Mer 12 Sep 2012 - 16:57

La mer, le matin
Margaret Mazzantini
Robert Laffont 23 août 2012
133 pages

Quatrième de couverture
Elle ne pensait qu'à ça. Ramener sa vie à ce point précis.
Le point où elle s'était interrompue.
II s'agissait de réunir deux morceaux de terre, deux morceaux île temps. Au milieu, il y avait la mer.

Elle posait des figues ouvertes en deux sur ses yeux pour retrouver cette saveur douce et granuleuse. Elle voyait rouge à travers les fruits. Ile cherchait le coeur de ce monde qu'elle avait dû abandonner.

Deux mères et deux fils que la Méditerranée sépare. Deux rives, deux pays, deux histoires que l'Histoire avec un grand H relie pourtant.

«Un roman qui embrasse l'Italie et la Libye, un beau moment de sincérité.»

Mon avis
Dans ce roman, deux mères et leurs fils qui ne se croisent jamais, l’une Jamila a fuit le désert de Lybie avec son fils Farid qui ne connait que le désert, elle a donné tout son argent au passeur pour se réfugier en Italie. Angelina, l’autre femme est de l’autre côté de la mer, Vito son fils ne sait que faire de ses dix-huit ans, il erre sur la plage, il a vu le jour en Sicile, Angelina est née à Tripoli mais elle a toujours été arabe pour les siciliens et lorsqu’elle apprend qu’ils peuvent rentrer en Lybie alors elle retourne dans son pays avec sa mère et son fils, mais la Lybie n’est plus ce qu’elle était. Deux femmes qui auraient pu se croiser, mais la mer n’est qu’une immense étendue d’eau, les basculant de la même façon, la faim, la soif et le froid auront-ils raison de ces émigrés qui croient au miracle ? C’est sur cette question que je termine ce résumé aussi bref que les débris de l’histoire dont le seul fil conducteur relie les deux terres l’une à l’autre. 4,5/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4121
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Margaret MAZZANTINI (Italie)

Message  Lacazavent le Jeu 13 Sep 2012 - 16:10

Very Happy ça donne envie, je vais croiser les doigts pour que la bibliothèque l'achète.

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5583
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Margaret MAZZANTINI (Italie)

Message  Lacazavent le Ven 22 Nov 2013 - 21:24

La mer, le matin de Margaret Mazzantini
Robert Laffont, Pavillons / 132 pages  

Un roman d'exil croisé, jamais les hommes, les femmes et leurs enfants de ce récit ne se croiseront. Ils sont de part et d'autres de la méditerranée entre Italie et Lybie, les époques sont différentes avec la Guerre toujours en toile de fond des bouleversements. L' idée est très belle, parler ainsi des émigrations semblaient prometteur, j'ai été déçu, j'aurais aimé plus d'ampleur, plus de « romanesque », l' écriture à trop vouloir universaliser les histoires et jouer sur leur point commun gomme les épreuves et m' aura empêché de m'attacher aux personnages. Par ailleurs le roman est court, trop, je suis restée sur ma faim.


3,5/5

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5583
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Margaret MAZZANTINI (Italie)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum