Gunnar STAALESEN (Norvège)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Gunnar STAALESEN (Norvège)

Message  Philcabzi le Dim 21 Déc 2008 - 2:47

De : 2550Chimère (Message d'origine) Envoyé : 2006-01-11 14:09
LE LOUP DANS LA BERGERIE de Gunnar STAALESEN
ed Folio/318 p
Trad : Olivier Gouchet

Résumé : Varg Veum après avoir travaillé à La protection de l'enfance de la ville de Bergen en Norvège s'est reconverti en détective privé. Mais un détective privé qui voit s'accumuler facture sur facture sur son bureau et son compte en banque se disolver au fur et à mesure que la pile augmente, aussi ne pose t'il pas trop de question quand il est engagé pour une filature. Le problème s'est lorsque la femme que vous devez suivre pour le compte d'un client est retrouvée assassinée.

Mon avis : J'aime bien les polars scandinaves, ils sont surprenants et prennent souvent le contrepied des clichés répandues sur les pays du Nord. Celui-ci ne fait pas exception à la règle avec en prime un humour assez cynique qui convient bien au personnage principal qui tente de surnager comme il peut et c'est pas gagné. L'intrigue est bien travaillée et l'assassin bien caché. Bref, le premier tome d'une série qui s'avère suffisamment bon pour donner envie de poursuivre.

Ma note : 4/5


De : 2550Chimère Envoyé : 2006-08-04 17:16
POUR LE MEILLEUR ET POUR LE PIRE de Gunnar STAALESEN
Ed Folio/418p
Trad : Elisabeth Tangent et Alexis Fouillet

Résumé : Varg Veum, voit débarquer dans son bureau, un client singulier : un garçon de 8 ans qui voudrait engager le détective pour récupérer son vélo. Et c'est le début d'une sombre affaire de meurtre.

Mon avis : L'histoire prend du temps à démarrer, beaucoup de temps et ça n'aide pas beaucoup à entrer dans le livre. Cela dit l'ambiance lourde est très bien rendu. C'est peut-être l'humour en moins qui fait que j'ai moins accroché. Mais le personnage de Veum qui se trimballe sa déprime et son cynisme percutant continue d'accrocher et finalement faudrait peut-être voir sur un autre roman de la série.

Ma note : 3/5


De : louveloba Envoyé : 2007-05-12 05:37
Anges déchus (Falne engler, 1989; Gaïa Editions, 2005)

A l'enterrement d'un de ses anciens camarades de classe, Varg Veum retrouve Jakob, un de ses meilleurs amis d'alors, perdu de vue depuis 20 ans. Celui-ci lui demande de retrouver sa femme, qui l'a quitté; et qui n'est autre que Rebecca, la fillette, puis la femme que Varg Veum a toujours aimée...
Occasion pour Veum de se replonger dans le passé, d'évoquer le Bergen des années 50-60, la reconstruction d'après-guerre, et les années "Bergen-beat", avec le groupe de rock dont faisait partie Jakob, les Harpers. D'ailleurs, les autres anciens membres de ce groupe tombent comme des mouches depuis un an... morts accidentelles, paraît-il...

Un excellent roman, à l'ambiance très grise et humide du Bergen hivernal; il est bon d'ailleurs d'avoir sous les yeux une carte et des photos du Bergen d'aujourd'hui, et de voir la ville renaître de ses cendres sous la plume de Staalesen. Très mélancolique; l'intrigue ne commence à réellement se poser qu'après une centaine de pages; disons que les accros au thriller seront probablement déçus, mais que si l'on prend ce bouquin comme un roman, avec en plus une intrigue intéressante, alors bingo. C'est ce que j'ai fait,d'où ma note: 4,5/5


De : louveloba Envoyé : 2007-06-17 16:07
Pour le meilleur et pour le pire (1979)

Je ne crois pas qu'on puisse à proprement parler définir ce roman de "polar"; c'est noir, très noir, plus centré sur les états d'âme de Varg Veum et des autres protagonistes que sur l'intrigue, très secondaire. Pour avoir lu Anges déchus avant, où l'on retrouve (brièvement) le personnage de Roar (le petit garçon qui engage Veum pour récupérer son vélo), j'ai très vite eu une idée sur l'auteur du meurtre, idée qui s'est avérée juste... donc grosse déception, mais je ne peux m'en prendre qu'à moi-même... Je viens d'acheter La femme dans le frigo et La nuit tous les loups sont gris, et je suis résolue à les lire dans l'ordre, cette fois !

Ma note: 4/5 (surtout pour l'écriture de Staalesen et son humour noir)


De : louveloba Envoyé : 2007-07-16 15:42
La femme dans le frigo (1981)
Le privé Varg Veum est contacté par Mme Samuelsen pour retrouver son fils Arne, employé sur une plate-forme pétrolière, et qui a disparu lors de son dernier séjour à terre. Veum se rend alors à Stavanger, où vit le jeune homme. En fouillant son appartement, il découvre le corps d'une femme sans tête, caché dans le frigo.

Une fois n'est pas coutume, Staalesen fait une infidélité à sa ville, Bergen, pour nous faire découvrir Stavanger. Qui est, si c'est possible, encore plus glauque que Bergen... On plonge dans les bas-fonds de la ville envahie par les américains et autres étrangers, aux débuts de la période faste du pétrole, on infiltre le milieu du proxénétisme et des casinos illégaux. Et le dénouement est assez... inattendu !

Ma note: 3,5/5


De : lalyre7032 Envoyé : 2007-08-28 12:59
Le roman de Bergen Gunnar Staalesen Ed.Gaïa
1900 L'aube Tome l 356 P.

Le tome l de cette série de 6 débute à l'aube du 1er janvier du XXéme siècle à Bergen,une ville de Norvège.Un notable,le consul Frimann vient d'étre découvert assassiné ,c'est l'inspecteur de police,Christian Moland assisté de son adjoint M.Berstad qui va mener l'enquête.Ce jour de congé qu'il aurait dû passer avec sa femme et ses enfants sera une journée qui va changer le cours de son existence.Il découvre tout d'abord que Frimann a passé la nuit du réveillon en compagnie d'une fort jolie fille de moeurs légères,bien connue des notables de la région,dénommée Maren Kristine Pedersen.Suivant son intuition Moland dirige son enquête vers des quartiers modestes,soupçonne et interpelle un jeune homme qui s'enfuit et se suicide.L'enquête semble close.......
Quelques années plus tard on fait la connaissance d'autres personnes,l'on retrouve l'inspecteur Moland,la jolie Maren Kristine et d'autres faits qui incitent à penser que le crime commis il y a dix ans ne fut pas élucidé,c'est ce qui sera le début d'une saga ou la génération suivante apparaît déja .
Un premier tome qui dépeint l'aristocratie norvégienne de cette époque que nous dévoile une saga sur fond historique et social de Bergen et ses habitants.Au fil des pages,l'auteur déroule des destinées qui s'entremèlent un peu comme une comédie humaine dans une société norvégienne avec ses doutes et ses espoirs,mais aussi gangrenée par les hypocrisies et les injustices.Polar ou policier ??Je pense que ce 1er tome est un prélude qui nous promet beaucoup de découvertes sur ce pays dans les livres suivants.
Je vais de ce pas acheter le tome 2,j'ai hâte de le lire
4,5/5


De : lalyre7032 Envoyé : 2007-10-21 04:40
Le roman de Bergen 2007 Gaïa Editions
1900 L'aube Tome 2

4ème de couverture
Le roman de Bergsen a le souffle des grandes épopées. Voici le deuxième volume de cette saga norvégienne haute en couleurs. En 1916, Bergen se relève péniblement du gigantesque incendie qui a ravagé la ville et se reconstruit. Les deux fils de l'inspecteur Christian Moland ne tarderont pas à se retrouver dans des camps opposés : l'un travaille à la compagnie des tramways, l'autre est devenu policier. Car un terrible conflit social éclate en 1926 : les conducteurs et techniciens des tramways entrent en grève pour protester contre les bas salaires. La direction embauche des briseurs de grève, et confie leur sécurité à la police. Le chef de file des grévistes, Torleif Nesbe, est un ardent militant du parti communiste, tandis que sa fille adoptive sera parmi les premières à revendiquer son indépendance et à vivre en femme libre... Et bientôt, très bientôt, il y aura prescription : cela va faire 25 ans que le consul Frimann a été assassiné. L'occasion d'un dernier sursaut pour rouvrir l'enquête ? Le tome 2 de 1900 L'aube voit l'avènement de la lutte entre bolcheviks et nationalistes libéraux, le krach boursier de 1929, la montée terrifiante du fascisme en Europe. Les protagonistes du tome 1 ont vieilli : ils passent le relais à leurs enfants qui vont construire la société à venir, faire évoluer les mœurs. Et se déchirer.

J'ai eu autant de plaisir à lire le 2ème tome,les 2 suivants sont parus sous le titre
Le roman de Bergen
Le zénith tome 1-2 .
J'ai hâte de les lire 5/5
Lalyre
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 41
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gunnar STAALESEN (Norvège)

Message  Philcabzi le Dim 21 Déc 2008 - 2:48

De : lalyre7032 Envoyé : 2007-12-29 10:15

Le roman de Bergen
Le zénith l
393 P. Gaïa2007
4ème de couverture

Pendant les années 1930, les Berguénois s'ouvrent aux nouvelles idéologies politiques. Le dramaturge Hjalmar Brandt séjourne une année dans l'Union soviétique de Staline. Wilhelm Helgesen, entraîné par son épouse Sigrid, assiste aux Jeux olympiques de Berlin en 1936. Les deux époux sont fascinés par l'avènement du nazisme en Allemagne. Le retour à Bergen verra la confrontation des idéaux, communistes et nazis. A l'orée des années 1940, l'Europe s'assombrit sous le chaos de la Seconde Guerre mondiale. Déclarée neutre, la Norvège est pourtant occupée dès le 9 avril 1940. A Bergen comme ailleurs, c'est le temps du ralliement des uns à l'occupant, mais aussi l'entrée dans la résistance civile pour certains, ou l'exil pour d'autres. Gunnar Staalesen dépeint un pan méconnu de l'histoire norvégienne, à l'heure de l'occupation par les forces allemandes, des exécutions et des déportations. L'auteur éclaire en particulier la réalité de la condition des Juifs norvégiens au travers du destin de la famille Liebermann

Haa !!! J'adore cette série remplie de découvertes sur ce pays dont j'ignorais tout,je ne savais pas qu'ils avaient autant souffert de la guerre 1940-45.Vraiment j'ai hâte de lire les suivants.... 5/5
Lalyre


De : lalyre7032 Envoyé : 2008-01-27 13:20
Le roman de Bergen
Le zénith 2

4ème de couverture

Le 17 mai 1945, à Bergen, une foule en liesse célèbre la Libération, et le retour au pays des survivants et des exilés. Pour la population, le temps est maintenant venu de juger les collaborateurs de l'occupant nazi. Du côté du parti communiste norvégien, l'heure est aussi aux critiques et aux remaniements profonds. De nouveaux quartiers émergent de toutes parts. Des théâtres et des cinémas flambant neufs accueillent les dernières productions venues des Etats-Unis : les westerns et le rock'n'roll sauvage qui exaltent la jeunesse berguénoise. Dans la seconde partie de 1950 " Le zénith ", les petits-enfants de la génération de 1900 prennent à bras le corps leur destinée. Il leur faut tourner les sombres pages de la guerre pour tracer leur propre chemin dans le tourbillon des années 1950 et 1960. Quant à leurs parents à l'apogée de leur vie, que regrettent-ils de leur jeunesse passée et de leurs récents engagements? Certains auront brûlé les ailes de leurs propres désirs, et vivront d'insondables exils intérieurs. Dans le " Roman de Bergen ", Gunnar Staalesen tisse une kyrielle de fils entre ses personnages. Et de ces multiples histoires singulières, l'auteur compose un tableau foisonnant de l'Histoire norvégienne des années 1950 et 1960.

Je continue la série car vraiment ça me plaît beaucoup,j'apprends toujours des évènements que j'ignorais. 4,5/5

Lalyre


De : lalyre7032 Envoyé : 2008-02-09 04:10
Le roman de Bergen
1999 Le crépuscule, tome 1


Au début des années 1960, la disparition de la jeune Veslemøy Heggøy, 11 ans, met en émoi toute la ville de Bergern. S'agit il d'une fugue, ou pire, d'un kidnapping ? Svend Atle Moland et ses nouveaux coéquipiers de la police ne peuvent que constater une profonde évolution de la société, quelque quinze ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale.
Dans cette période turbulente et tourbillonnante, les « enfants de la paix » continuent de remettre peu à peu sur pieds la nation norvégienne. La jeunesse s'exalte sur fond de musique américaine et s'engage pleinement en politique étrangère et intérieure, et aussi dans l'amour libre. Tandis que leurs parents et grands parents finissent par dévoiler des zones d'ombre, des non dits de leur histoire personnelle, avec en filigrane, la mystérieuse affaire du meurtre du consul Frimann.


Gunnar Staalesen poursuit sa fresque de Bergern, émaillée de personnages dont les histoires individuelles finissent par composer la grande Histoire de la Norvège et par là tout un pan de l'humanité. Les années 1960 et 1970 marquent aussi l'ouverture de la Norvège au monde et son inscription singulière dans la construction européenne.
1999 Le crépuscule, tome 1, marque une entrée virevoltante dans la modernité et les progrès qui y sont associés. Mais les fantômes du passé ne sont jamais très loin. 5/5


De : Lyreek14 Envoyé : 2008-02-20 10:52
Le roman de Bergen : L'aube tome 1
Editions Gaïa - 356 pages

Le résumé a déjà été fait par Lalyre, je passe donc directement à mon avis.

J'ai beaucoup aimé le premier tome de cette saga qui nous amène en Norvège, dans la ville de Bergen (que j'ai d'ailleurs eu l'occasion de visiter il y a quelques années)au début du XXème siècle. Au début, ça ressemble beaucoup à un roman policier, le consul se fait assassiner, la police enquête pour trouver le coupable. Mais ça, ce n'est que l'introduction de cette série où se croisent et s'entrecroisent plusieurs personnages, sur fond de changement d'époque, de progrès industriel et technologique. On partage la vie de quelques habitants, on découvre la Norvège et son histoire, bref, ça se lit très facilement et l'interet ne faiblit pas.
Ce premier tome est un beau prélude, j'ai vraiment hâte de lire la suite!
Une très belle découverte, merci beaucoup Lalyre!

4.5/5


De : lalyre7032 Envoyé : 2008-03-17 14:06
Le roman de Bergen Ed.Gaïa 2007 249 P.
1999 Le crépuscule, tome 2

Les Berguénois vivent encore sous le choc du drame off shore de la plate forme pétrolière, l'Alexander Kielland, et du tragique sauvetage qui s'est ensuivi, une funeste nuit de 1980. Ragnar Moland, le « prêtre à vélo », le sait bien, lui qui a accueilli les familles des victimes et les rescapés.
Le tumulte des années 1980 voit les convictions politiques, morales, religieuses de certains, ébranlées et engendre des conflits autour des problèmes liés à l'immigration, à l'IVG, etc.
Le meurtre, en 1983, du Premier ministre suédois, Olof Palme, ne laisse pas la Norvège voisine indifférente.
La manne pétrolière teinte également de couleur argent ces années 1980. Et de nombreuses entreprises cotées en bourse engendrent d'inextricables spéculations menées de main de maître par les yuppies norvégiens.
Et l'on voit apparaître, comme un clin d'oeil, un certain détective privé nommé Varg Veum... Qui ne sera peut être pas pour rien dans la résolution finale du meurtre du consul Frimann.

Gunnar Staalesen dresse le portrait de descendants des premiers protagonistes, qui vont choisir à un moment donné leur propre destin. Quant aux témoins muets du passé, ils œuvrent aux côtés des vivants pour que les mystères non élucidés trouvent enfin le chemin de la lumière.
Cet ultime tome du Roman de Bergen achève avec brio une magnifique saga qui aura brassé un siècle de passions humaines et qui nous rend à jamais citoyen de Bergen.

J'ai enfin terminé cette série que j'ai beaucoup aimé,l'histoire de la Norvège dont j'ignorais tout m'a beaucoup interessée.Tous les personnages de cette saga qui s'étend sur un siècle m'ont très bien fait comprendre les grands évènements qui se sont passés pendant cette longue époque.Il faut parfois s'accrocher car les noms me faisaient parfois perdre le fil,heureusement il y a l'arbre généalogique qui m'a aidée. 4,5/5

Lalyre


De : Lyreek14 Envoyé : 2008-09-23 07:23
Gunnar Staalesen - Le roman de Bergen : L'aube tome 2
Gaia - 289 pages

Deuxième volume de la saga norvégienne où l'on retrouve la ville de Bergen et ses habitants que l'on avait quitté au lendemain du grand incendie qui a ravagé la ville.
Les personnages du premier tome ont vieilli et peu à peu laissent la place à la nouvelle génération. A la veille de la prescription du meurtre du Consul Frimann, on doute toujours d'avoir trouvé le véritable coupable et on peut se demander si ce crime sera un jour résolu.
Plus que la multitude de personnages qui se croisent dans le roman, c'est la ville de Bergen elle-meme qui est l'héroine de ce roman à la croisée entre roman historique et étude sociologique. Un vrai témoignage d'uné époque, celle de la lutte des travailleurs, de la lente et difficile libération des femmes, du krach boursier mais aussi de la menace nazie qui se profile à l'horizon.

4,5/5
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 41
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gunnar STAALESEN (Norvège)

Message  Clochette le Mer 4 Mar 2009 - 18:50

Le loup dans la bergerie - Gunnar Staalesen
Editions Gaïa - 206 pages

L'histoire :
Varg Veum, détective privé désabusé dans la ville de Bergen en Norvège. Il n'est pas très beau, n'a pas un succès phénoménal auprès des filles, et un peu porté sur l'aquavit. Suite à une affaire de moeurs-drogue, qui a mal tourné, il est passe du statut de policier à celui de détective privé désargenté. Le travail ne court pas les rues (ah ça pouur l'attendre, il l'attend) et les factures s'entassent sur son bureau. (il leur fait la conversation d'ailleurs pour ne pas périr d'ennui) Un jour, un avocat très célèbre lui demande de suivre sa femme qu'il soupçonne d'infidélités. Par principe, Varg refuse. Quelques jours plus tard, un industriel lui demande de retrouver sa soeur qu'il a perdu de vue depuis une brouille familiale. Quelle surprise puisque les deux femmes sont la même ! Et les ennuis vont commencer et vont le mener dans le monde des maisons closes.

Mon avis
:
J'ai eu un peu peur au début ! Le rythme était lent et les scènes très descriptives (à cent mille lieues de Millénium, autre polar venu du froid !) . Ce roman étant le 1er d'une série d'une dizaine d'aventures (je crois), il a bien fallu présenter les personnages, le pays, les coutumes ! Et une fois, les choses faites, on démarre dans l'aventure. J'ai bien apprécié l'humour cynique du héros, il est plutôt moche, il a un goût immodéré pour la bouteille, il a des petites phrases assassines à l'égard des dames, mais malgré ces défauts, cela ne l'empêche pas de cogiter et d'avancer dans une bonne petite enquête où tous les ingrédients sont réunis pour que vous passiez un agréable moment.
Un bon polar nordique que j'ai franchement bien apprécié.
Ma note : 4/5
avatar
Clochette

Nombre de messages : 2136
Age : 43
Location : Nantes Bretagne
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gunnar STAALESEN (Norvège)

Message  Bellonzo le Sam 30 Mai 2009 - 17:25



Gunnar Staalesen - Le loup dans la bergerie

Le privé,version nordique

Le privé Vrag Veum mérite de rejoindre le Wallander de Mankell et le héros de l'Islandais Indridason, dont j'ai oublié le nom,devenus des célébrités dans le petit monde du norpolar(quel barbarisme). L'enquête qu'il mène dans sa Norvège natale est certes de facture classique mais bien ficelée et d'une lecture aisée. Ce roman a été publié en Norvège il y a quand même trente ans,ce qui lui donne l'avantage de ne pas crouler sous une overdose de technologie parfois fatiguante.

Dans les rues norvégiennes la filature se fait à l'ancienne dans une petite voiture discrète et toussotante. Veum sait faire la planque pendant des heures et ne roule pas sur les couronnes.L'intrigue n'est pas bouleversante d'originalité mais allez donc tuer de manière inédite de nos jours.Une villa,une maison avec une porte verte qui s'ouvre sur l'horreur,de cette horreur qui hante hélas nos quotidiens.Et l'éternelle et universelle rivalité souvent haineuse entre le flic et le privé,qui nous fait toujours un peu marrer.Humour présent aussi à travers quelques portraits de sous-fifres ou de spadassins.Au pays de Sam Spade et Philip Marlowe bienvenu à l'ami norvégien Varg Veum qui carbure raisonnablement à l'aquavit, version septentrionale.
avatar
Bellonzo

Nombre de messages : 178
Age : 68
Location : Picardie
Date d'inscription : 26/04/2009

http://eeguab.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gunnar STAALESEN (Norvège)

Message  noemiejardine le Mar 8 Fév 2011 - 15:49

Fleurs amères




  • Poche: 468 pages
  • Editeur : Editions Gallimard (14 octobre 2010)
  • Collection : Folio Policier
  • ISBN-10: 2070399273
  • ISBN-13: 978-2070399277
quatrième de couverture:

Varg Veum trouve le corps d'un homme flottant dans la piscine d'une
villa comme un poisson dans un aquarium.
Une fillette de sept ans a
disparu.
Des militants écologistes assiègent une usine qui polluerait
avec des déchets toxiques sournoisement évacués dans la nature.
Une
riche famille d'industriels respectée pour sa réussite sociale voit la
façade de sa notoriété se lézarder
et laisser deviner des secrets de
famille insoutenables pour ceux qui les connaissent.
Varg Veum,
lui-même remis à l'eau minérale, se trouve de nouveau au coeur d'une
enquête éclatée dont toutes les pistes convergent vers un drame
irrésolu vieux de huit ans.
Saura-t-il survivre aux démons d'un monde
moderne à la violence toujours plus diffuse?

une enquête du privé Veum....un imroglio invraisemblable mais très agréable à vivre.
Et ce Veum vieillissant, abstinent obligé, très seul....on s'y attache et on aimerait pas le voir se planter...
.
3.5/5

avatar
noemiejardine

Nombre de messages : 597
Date d'inscription : 05/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gunnar STAALESEN (Norvège)

Message  odilette84 le Ven 30 Déc 2011 - 7:36

le roman de Bergen
Tome 1

je ne reprendrai pas de résumé .
intéressant roman situé dans les pays nordiques , au début du vingtième siècle.
Nous y découvrons comment les bouleversements de la grande guerre ont impacté le Norvège et la Suède.
Nous y découvrons aussi des modes de vie, une société, un contexte politique particulier .
Pour ma part, je ne suis pas très au fait historiquement parlant , de l'évolution de tous ces pays nordiques.
cet aspect m'a donc plu.
Pour le reste, il est question d'une meurtre qui, on le découvre au fil du roman touche de nombreux notables de la ville de Bergen...
Mon intérêt s'est quelque peu relativisé au fil des pages.
L'auteur se perd dans des descriptions de la ville qui ne parlent qu'aux connaisseurs,
l'introduction au fil du livre de nouveaux personnages embrouille un peu l'intrigue de départ..
On est ici sur un tome d'introduction qui pose les bases .
je conseille donc de ne pas se décourager et de poursuivre la lecture des tomes suivants

ma note : 3,5/5





_________________
résister c'est exister

avatar
odilette84

Nombre de messages : 2261
Age : 53
Location : Provence
Date d'inscription : 28/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gunnar STAALESEN (Norvège)

Message  clarize le Ven 30 Déc 2011 - 8:23

J'ai envie de lire ce livre et je suis contente de lire ta critique

_________________

Challenge US : 10/50
avatar
clarize

Nombre de messages : 2591
Location : FRANCE
Date d'inscription : 09/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gunnar STAALESEN (Norvège)

Message  Philcabzi le Mer 23 Mai 2012 - 17:30

Le roman de Bergen - 1900 - L'aube - Tome 1
Ed. Points, 2011, c1997, 437 pages
Titre original: 1900 Morgenrod (traduit du norvégien par Alexis Fouillet)

Ma note: 4/5

Mon avis:
Lalyre et Lyreek ont fait de très bons résumés donc je ne le reprendrai pas une autre fois surtout que la richesse de ce livre est difficile à décrire en seulement quelques lignes.

D'emblée j'hésitais à débuter ce roman, n'étant pas une grande amatrice de saga, mais comme c'était un cadeau de Lyreek lors du dernier swap je me devais de lui laisser sa chance. Et bien maintenant je dois dire que je suis bien prise car j'ai très envie de me procurer les autres tomes de cette série de 6. Lyreek, tu es un vrai petit diable! Twisted Evil Razz

J'ai été très accroché par ce début très ressemblant à un roman policier, je crois que c'est ce qui m'a plût au départ, puis je me suis prise d'affection pour les différents personnages. La description de l'époque est très intéressante, en particulier l'impact de la première guerre, et malgré que je ne suis pas très au courant de l'histoire de cette région du monde j'arrive à bien suivre le récit. Ce qu'il me manque c'est plutôt une carte pour y pointer les différents lieux mais à vrai dire c'est pas si grave que ça.


Dernière édition par Philcabzi le Mer 23 Mai 2012 - 19:18, édité 2 fois

_________________
Philcabzi
Ainsi qu'une journée bien remplie donne un doux dormir, ainsi une vie bien employée donne un doux mourir. Leonardo da Vinci

Ma PAL: 64 livres
Lecture du moment: Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 41
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gunnar STAALESEN (Norvège)

Message  Lyreek le Mer 23 Mai 2012 - 19:07

Petit diable, moi ? wink Ange2
En tout cas, je suis ravie qu'il t'ait plu Very Happy

Et c'est un peu l'arroseur arrosé parce que tu m'as donné envie de me remettre à cette saga Laughing

_________________
Lecture en cours : Le fils de Philipp Meyer

"Lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois"
avatar
Lyreek

Nombre de messages : 2298
Age : 36
Location : Côte d'Azur, France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gunnar STAALESEN (Norvège)

Message  noemiejardine le Sam 4 Avr 2015 - 13:12

Faca à face


  • Poche: 416 pages
  • Editeur : Folio (12 février 2015)
  • Collection : Folio policier
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070458091
  • ISBN-13: 978-2070458097



quatrième de couverture:
Curieuse manière de commencer une enquête : découvrir l'identité et les préoccupations d'un client venu mourir dans votre salle d'attente. Varg Veum plonge rapidement dans le passé, à la recherche d'étudiants marxistes-léninistes qui partageaient une maison à Bergen. A la fin des années 1970, l'arrivée d'Hildegunn, une jeune femme séduisante, a bouleversé le fragile équilibre du groupe. Que s'est-il passé pour qu'elle se suicide quelques mois plus tard ? Pourquoi cette histoire ressurgit-elle aujourd'hui alors que tous sont devenus des notables et préfèreraient que certaines histoires restent secrètes ?


extrait:
Il y avait un mort dans ma salle d'attente.
La fin du mois d'octobre approchait, j'étais de retour d'une mission qui m'avait conduit jusqu'à Ølve, l'un de ces endroits du Vestland qui fait penser que Dieu a donné de la confiture aux cochons et n'a jamais récupéré le pot. Ils étaient quand même assez débonnaires, à Ølve, puisqu'ils lui avaient érigé une église, malgré tout. Le pasteur y rassemblait les fidèles un dimanche de temps à autre, quand son planning le menait dans ces contrées. À moins qu'on ne doive dire «la menait», ce qui, dans cette ville, était invariablement source de scepticisme. Ma mission avait été un véritable cas d'école. Il s'agissait de quelques bornes frontalières qui se déplaçaient toutes seules la nuit. J'en avais passé deux dans une étable décrépite, dans l'espoir de prendre le criminel en flagrant délit. Le succès avait été au rendez-vous. Mais l'origine de ces manipulations sur les bornes remontait si loin dans la longue histoire des deux fermes voisines que j'avais proposé à mon employeur de s'adresser au directeur du Musée des antiquités nationales. Je m'étais donc contenté de l'avance versée, qui couvrait au moins les frais de bac entre Våge et Halhjem, aller et retour.
La côte occidentale de la Norvège en automne, quand il pleut, ce n'est pas mirobolant. Plus tôt dans le mois, deux ou trois bonnes tempêtes avaient dépouillé les arbres de l'essentiel de leurs feuilles. Les collines entre Halhjem et Ulven étaient dans des tons gris-brun délavé. Au-dessus, le ciel faisait penser à un hamac en décomposition. J'écoutais les émissions matinales de la NRK Hordaland dans la voiture. Là non plus, ça ne cassait pas trois pattes à un canard. Entre 5000 et 6000 étudiants avaient manifesté contre le budget de l'État, et les locaux administratifs de l'université de Bergen avaient été pris d'assaut par les activistes. Là-bas, les politiques se crêpaient le chignon pour savoir s'ils allaient ou non augmenter le nombre de licences de débits de boissons en ville.
En arrivant, je décidai de passer au bureau pour relever mes messages téléphoniques. Je me garai dans Strandgaten, m'acquittai au parcmètre de la contribution obligatoire aux finances de la municipalité, puis je descendis Fortunen, au petit trot et sous la pluie, jusqu'à Strandkaien. Une fois entré au numéro 2, je fis une halte pour secouer mon chapeau vert de pêcheur, le rouler et le glisser dans ma poche. Je me passai une main dans les cheveux avant de prendre l'ascenseur. On ne sait jamais. Une journaliste d'Alesund était peut-être venue me voir.
Une vieille habitude me fit ouvrir la salle d'attente pour accéder ainsi au bureau. Je m'arrêtai à la porte. Pour la première fois depuis longtemps, j'avais un client potentiel. Mais l'opportunité fut passée avant même que je m'en rende compte. Ce n'était en tout état de cause pas quelqu'un avec qui j'avais rendez-vous. Je ne l'avais jamais vu, et je constatai assez vite qu'il était mort.
Ma salle d'attente n'avait jamais été un endroit particulièrement agréable. Si elle n'avait pas fait partie de mes locaux, je m'en serais débarrassé bien vite. Les magazines hérités du précédent locataire à l'été 1975 étaient à présent si anciens qu'ils prenaient un peu plus de valeur chaque jour qui s'écoulait. On ne pouvait pas en dire autant de la table en teck fatiguée, et le mobilier classique de salle d'attente, en tube chromé et similicuir d'un rouge tout soviétique, n'appelait pas à un séjour prolongé. De moins en moins de gens les utilisaient. Le défunt dans le canapé brisait une règle vieille de plusieurs semaines.

on retrouve Veum avec beaucoup de plaisir.
comme d'habitude, il va dans toutes les directions et l'élucidation de l'enignme arrive à la toute fin, un peu comme par hasard....
sympathiques retrouvailles

4/5
avatar
noemiejardine

Nombre de messages : 597
Date d'inscription : 05/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gunnar STAALESEN (Norvège)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum