Theodore STURGEON (Etats-Unis)

Aller en bas

Theodore STURGEON (Etats-Unis)

Message  Prospéryne le Sam 20 Déc 2008 - 23:14

De: grenouille (Message d'origine) Envoyé : 2005-12-18 11:08

Biographie prise sur le site : perso.wanadoo.fr/listes.sf/sturgeon/bio.htm
Theodore STURGEON
Edward Hamilton Waldo

--------------------------------------------------------------------------------

26/2/1918 - 8/5/1985

Pseudonymes utilisés par Theodore Sturgeon . E. Hunter Waldo
. Frederick R. Ewing
. E. Waldo Hunter
. Ellery Queen (non SF)
. Billy Watson (non SF)

Edward Hamilton Waldo est né le 26 Février 1918 à St George, Staten Island, état de New York, 15 mois après la naissance de son frère aîné Peter. Rapidement, le mariage de ses parents bat de l'aile et ces derniers se séparent alors qu'il a 3 ans. Pendant quelques années, son père continue à leur rendre visite, mais il abandonne définitivement tout contact quand Edward a 7 ans.Sa mère, Christine, doit alors subvenir complètement à leurs besoins et trouve un emploi dans la publicité où elle s'implique fortement ce qui laisse une grande indépendance à ses deux garçons.

En 1927, alors qu'Edward a 9 ans, le divorce de ses parents est prononcé, permettant à chacun d'eux de se remarier, immédiatement pour son père, 2 ans plus tard pour sa mère avec William Sturgeon, professeur de Philadelphie. Son beau-père, homme respecté mais rigide, adopte les enfants de sa femme par souci du quand dira t'on, et en 1929, Edward Hamilton Waldo devient Theodore Hamilton Sturgeon.

Ce changement d'état civil correspond au début d'une période difficile où le désir d'indépendance et de liberté du jeune Theodore, dit Ted, s'oppose aux principes sévères de son beau-père. La communication entre eux est pour le moins mauvaise et le seul point où ils se retrouvent c'est dans la découverte imposée de la littérature. Ted, doté d'un tempérament artistique comme sa mère, ne trouvera pas auprès d'elle un appui suffisant et après quelques années de relations tendues, William Sturgeon se désintéresse de ses beaux-fils. Sturgeon reprendra abondamment dans son oeuvre des éléments autobiographiques liés à cette période.

A 13 ans, Ted décide qu'il sera artiste de cirque et s'investit dans la gymnastique où il démontre des qualités réelles, malheureusement à 15 ans, un rhumatisme articulaire aigu le conduit à renoncer à cette carrière. A 16 ans, les relations avec son beau-père sont si mauvaises que lorsque Peter est littéralement chassé de la maison le jour de ses 18 ans, Ted quitte le domicile familial pour s'engager comme cadet à l'école de marine de Pennsylvanie. Il ne reste que 3 mois dans cette école dont les pratiques de bizutage sont très loin de lui convenir que cela soit comme bizuth ou comme ancien qui bizute. Il s'engage alors comme matelot dans la marine marchande.

En 1937, il commence à écrire et vend sa première histoire "Heavy insurance" à Mc Clure's Syndicate dont le rôle est de revendre les histoires achetées aux journaux. Le prix d'achat est de 5 dollars et c'est à ce prix qu'il vendra les suivantes, lui permettant d'assumer au minimum la décision de vivre de sa plume qu'il prend en 1938. Ces premières nouvelles ne relèvent pas de la science-fiction; c'est en 1939 qu'il découvre ce genre à travers les revues dirigées par John Campbell. Sa première nouvelle publiée de science-fiction "the God in the garden" parait dans Unknown en 1939. Comme ses homologues de l'âge d'or, R. Heinlein, A.E. Van Vogt, il deviendra un véritable auteur professionnel sous la houlette de J. W. Campbell.

A partir de 1940, on peut dérouler la carrière d'auteur de T. Sturgeon en parallèle avec sa vie sentimentale, cette dernière ayant un impact majeur sur sa capacité d'écriture. Très vite en effet pour Sturgeon, l'écriture est à la fois un exutoire quasi thérapeutique et le reflet de son moral.

En 1940, il épouse Dorothy Fillingame, une amie d'école. L'amour, le besoin de prouver sa capacité à vivre de sa plume se traduisent par une production quasi frénétique. En 1941, nait Patricia, suivie deux ans plus tard d'une deuxième fille, prénommée Cynthia. Malheureusement, dés la fin 40, Ted entame sa première grande crise qui se traduit à la fois par une impossibilité d'écrire et par une dégradation de ses rapports conjugaux qui finiront par un divorce en 1945. Pendant 6 ans, Sturgeon n'écrira plus, enchaînant les boulots ; manager d'un hôtel dans les Indes Orientales, Assistant steward dans l'armée, employé dans des stations services de l'armée, employé dans un aéroport de Puerto Rico, agent littéraire, conducteur de bulldozer, expérience qui lui inspire "Killdozer" seule production de cette période écrite en 1944.

En 1946, après son divorce, Sturgeon s'installe à New-York où avec l'aide de J. Campbell, il renoue avec l'écriture, retrouvant le succès avec l'amour de Mary Mair, une chanteuse, qu'il épouse en 1949. Il lui dédit son recueil " Without sorcery" et surtout écrit et publie en 1950 "Cristal qui songe". Par chance, le divorce demandé et obtenu en 1951 par Mary ne l'affectera pas car il rencontre et épouse cette même année, Marion Mc Gahan, avec qui il restera marié pendant 14 ans et qui lui donnera 4 enfants, un garçon, Robin, deux filles,Tandy et Noel, et en dernier Timothy. Ce mariage est, sans doute la période la plus heureuse de sa vie et lui permettra d'écrire son chef d'oeuvre " Les plus qu'humains" qui recevra en 1954 l'International Fantasy Award.

"Les plus qu'humains" est en réalité le regroupement en 1953 de 3 nouvelles parues l'année précédente. Dans ce livre, Sturgeon exprime l'idée que l'humanité progressera à travers les exclus (un mongolien, des jumelles noires,...) qui en s'unissant atteindront un échelon supérieur de l'évolution. Malgré son cheminement personnel, la marque traumatisante de l'éducation de son beau-père, Sturgeon est un optimiste, qui, quand la vie lui sourit, est capable d'écrire des pages merveilleuses où l' humanité, et plus particulièrement les enfants, trouve dans ses propres forces, les ressources de sa survie et de sa pérennité.

T. Sturgeon n'est pas seulement l'auteur de "contes" merveilleux, il est aussi le producteur d'une oeuvre adulte dans laquelle il pose, de façon parfois mal comprise, des questions dérangeantes sur l'homosexualité, l'inceste, la haine. Il ne s'agit pas d'opposer les différentes productions de Sturgeon, mais plutôt de les analyser au regard de son état psychologique au moment où il les écrit et en intégrant l'aspect "psychanalytique" de l'écriture chez Sturgeon.

A partir de 1960, son mariage prend l'eau et une fois de plus, il réduit sa production pour se tourner vers le journalisme où il il exercera quasiment tous les postes de : journaliste à rédacteur en chef, en passant par critique littéraire. La séparation, consommée en 1965, le plonge une nouvelle fois dans la dépression, dont même l'aide sincère d'Harlan Ellison ne peut le sortir. Il vit alors à l'hôtel à Los Angeles, participant à la rédaction de scénarios pour la télévision, on retiendra l'écriture d'épisodes de Star Trek et des Mystères de l'Ouest.

Fin 1968, il reçoit une lettre de Wina Bonnie Golden, une admiratrice, journaliste américaine vivant à Londres, avec qui il entreprend une correspondance passionnée. Sans s'être rencontrés, ils décident de se marier et passent à l'acte le 16 Avril 1969. Durant leur lune de miel, Ted écrit les nouvelles de "Sturgeon is alive and well" qui comprend "Slow sculpture" qui vaudra à son auteur le Hugo et le Nebula 1970.

En 1970, nait le dernier enfant de Sturgeon, Andros, puis comme à l'accoutumée pourrait on dire, la dégradation de son couple se remet en marche pour aboutir à un quatrième divorce en 1976 et une production littéraire en diminution continue.

Mais Ted ne serait pas Sturgeon s'il en était autrement, et le 22 juillet 1976, après un passage à la convention française de science-fiction de Metz, il se marie, une cinquième fois, avec (Helen) Jayne Tannahill.

En 1985, il reçoit le Life Achievement Award pour l'ensemble de son oeuvre . Quelques semaines plus tard, il meurt, le 8 mai 1985, d'une pneumonie à Eugene dans l'Oregon.

BIBLIOGRAPHIE
Romans

Cristal qui songe (The dreaming jewels, 1950), collection "Le rayon fantastique", réédition J'AI LU
Les plus qu'humains (More than humans, 1953), éditions J'AI LU
Venus plus X (Venus plus X, 1960), éditions Lattes, collection "Titres SF"
Recueils
L'homme qui a perdu la mer, éditions Livre de poche ;
Les songes superbes de Théodore Sturgeon, anthologie réunie par Alain Dorémieux, éditions Casterman, réédition Presses Pocket
Le coeur désintégre (Sturgeon in orbit, 1964), éditions J'AI LU ;
Les talents de Xanadu (The worlds of Theodore Sturgeon, 1972), éditions J'AI LU ;
Les enfants de Sturgeon, anthologie réunie par Marianne Leconte, éditions Le masque
Méduse, éditions Le masque ;
Fantômes et sortilèges, éditions Le masque
Les fantômes de Sturgeon, éditions le Masque, collection "Fantastique"
Symboles secrets, éditions Casterman, réédition Presses Pocket
Killdozer-Le viol cosmique, éditions J'AI LU ;
Amour, impair et manque, éditions Lattes, collection "Titres SF" ;
Le livre d'or de Sturgeon, éditions Presses Pocket, réédité sous le titre "Un soupçon d'étrange"



De : grenouille Envoyé : 2005-12-18 11:26
C'est vrai que cette bio est un peu longue, mais je la trouve vraiment passionnante par tous les rapprochements qu'on peut faire entre la vie de l'auteur et son oeuvre, les chemins qu'il fait prendre à ses personnages!!!!!!!

Je comprends beaucoup mieux l'histoire d'Horty..

"Cristal qui songe" Theodore Sturgeon, 1950, roman fantastique.

Résumé : Horty a 8 ans et il n'est pas tout à fait comme les autres. Horty mange des fourmis. La découverte de ce "vice" à l'école va entrainer une rupture dans sa vie de petit orphelin adopté, malheureux. Une rencontre avec d'autres êtres "différents" va bouleverser sa vie. le jeune Horty, aux capacités d'adaptation étonnantes va trouver sa place dans un cirque dirigé par "le cannibale", sombre personnage, un peu docteur, un peu chercheur qui s'intéresse passionnément à l'existence de cristaux aux pouvoirs étranges.

Mon avis : ce roman est fabuleux à plus d'un titre. D'abord l'écriture vous embarque. Ensuite l'histoire met en place des personnages vivants, chaleureux, tendres, tragiques, pathétiques ou monstrueusement cyniques : ça vibre, ils vous prennent pas la main. Enfin, la fable est belle même si elle flirte avec les ficelles classiques d'Oliver Twist ou Tom Sawyer : comment ne pas l'aimer ce petit orphelin maltraité par la vie?
La dimension fantastique est parfaitement maîtrisée.

Je suis juste un peu déçue par la fin : je m'étais fait une idée des personnages qui rend le dénouement absurde pour moi... Dommage!
Mais ça ne m'empêchera pas de recommander chaudement ce livre et de me précipiter sur un autre Sturgeon dès que possible..

Note : 4/5



De : nilea_itzel Envoyé : 2006-01-05 08:31
Rions un brin Theodore Sturgeon
(Lu dans Fluide Glacial)

Tous les amateurs de science-fiction connaissent l'écrivain Théodore Sturgeon. Cependant, très peu savent qu'il a écrit toute une oeuvre documentaire sur le procès d'un militaire au siècle dernier, un certain Emilie Viard.

Moralité : "Le Cas Viard", c'est des oeuv' de Sturgeon.



De : grenouille Envoyé : 2006-01-20 11:20
"Les plus qu'humains" : Theodore Sturgeon

Résumé : plusieurs descriptions se suivent. Des êtres, pour la plupart des enfants, qui ont tous quelque chose d'étrange. Ils ont en commun de générer le rejet. Isolés, dotés de pouvoirs étranges, ils vont petit à petit se rejoindre tous, poussés par une nécessité mystérieuse. Il y a l'idiot, le bébé mongolien, la petite fille qui fait bouger les objets détestée par sa mère, les jumelles mutiques qui se déplacent en devenant invisibles, le petit génie...etc... Quel destin les attend? Qu'est-ce qui les lie?

Mon avis : un roman au sujet prometteur qui m'a déçu. je n'ai pas aimé la construction du récit qui m'a laissé sur ma faim. Trop souvent l'auteur laisse des indices, mais la réponse vient selon moi trop longtemps après, suscitant chez moi une grande frustration!!!J'ai mis plus de la moitié du roman avant de comprendre tous les liens et c'est bien dommage.... Je dois être un peu bête... Je suis sûre qu'avec une autre construction, j'aurais adoré l'histoire : les personnages m'auraient davantage accrochée.. Je n'ai pas retrouvé le sentiment de liaison et l'aisance de lecture que j'avais trouvée dans "Cristal qui songe".

Note : 2,5/5



De : van1709 Envoyé : 2007-07-05 16:34
Cristal qui songe Theodore Sturgeon

Horty, neuf ans, s’est fait renvoyer de l’école lorsqu’il a été surpris en train de manger des fourmis. Ses parents adoptifs sont furieux, et en enfermant Hory dans le placard, son « père » lui écrase trois doigts dans le placard. Horty décide de s’enfuir, et prend son unique bien, son jouet Junky, duquel il ne se sépare jamais. Il rencontre des forains, qui vont l’accueillir, mais il semble qu’un secret est gardé, et Horty doit faire très attention à ne pas se faire remarquer de Cannibale, le directeur du cirque.

Cristal qui songe est un livre original, avec des personnages attachants. Un mystère plane sur la petite troupe, ou plus exactement, sur Cannibale. Les cristaux auxquels il attache tant d’importance intriguent. Et on ne sait pas trop pourquoi Horty doit faire attention, en quoi il est mêlé à tout ça. Le mystère est bien entretenu et on découvre peu à peu le pourquoi du comment. Une très belle histoire.

Note : 4.5/5
Prospéryne
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 36
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Theodore STURGEON (Etats-Unis)

Message  laurier le Lun 2 Nov 2009 - 21:20

Les plus qu'humains

Quatrième de couverture

Pour Tousseul, idiot congénital et analphabète, la vie n'est qu'une fuite éperdue loin du regard des hommes. Il ne s'arrête que pour mendier ou dérober de la nourriture, avant de trouver un jour refuge au coeur de la forêt. C'est là qu'il va construire la plus étonnante famille qui se puisse imaginer, avec un groupe d'enfants aux dons étranges. Janie, et son formidable pouvoir de télékinésie ; les jumelles Bonnie et Beany, qui apparaissent et disparaissent à volonté ; bébé surtout, atteint de trisomie mais véritable génie. Et Gerry enfin, le télépathe plein de fureur.
Autant de personnalités que rien ne destinait à se rencontrer, mais qui ensemble forment les « plus qu'humains », une entité presque parfaite d'un ordre supérieur...

Mon commentaire : Ce livre est écrit en plusieurs parties, pas toujours facile de suivre, mais le fil est toujours là, pas trés loin.
1 - Lone qui vit comme un animal dans la forêt,il va "percevoir" un appel irresistible qui boulversera sa vie sans hier, sans demain, juste maintenant.
Bléssé il sera recueilli par les Prodds, fermiers pauvres mais généreux qui attendent la venu de Jack, leur enfant à venir qui ne vient jamais, alors c'est Lone qu'ils vont "élever", Lone amnésique qui devient Tousseul. Lone qui est idiot, qui ne comprend pas un mot, ne parle pas.
Quand il a besoin de renseignements pour sa compréhention des choses il va le chercher dans l'esprit des gens....Ainsi passent plusieurs années, jusqu'au jour où Mme Prodd est enceinte, sans qu'on lui dise quoi que ce soit, il comprend qu'il doit partir, il retourne dans la forêt, mais il n'est plus un animal.

2 - On découvre les autres parsonnages :
Gerry qui a compris que se taire était la solution pour qu'on l'oubli jusqu'au moment où il s'échappe de l'orphelinat.
Hip, fils de médécin , enfant surdoué en ingénieurie, mais son père moraliste à l'excés voit les choses autrement, il sera médecin.
Hip entre donc en école de médecine, mais fera tout pour se faire virer, il y arrivera, désavoué par son père
il entre dans la rue.

Janie, petite fille trop adulte, les méprisant, avec une mère volage qui ne l'aime pas, elle sait que sa fille sait, cette petite fille déplace les objets, on peut penser que sa mère en a peur.
En face de chez Janie, Beany et Bonnie, deux jumelles trés jeunes, petites filles de couleur, qui disparaissent à volonté.
Le trois filles font conaissance et au début la grande joue des tours aux jumelles, puis c'est l'inverse et les voilà inseparables, même dans la fuite.
Tous sont des enfants écorchés vifs, fuyant le monde qu'ils connaissent, jusqu'au jour où...
Tousseul perçoit à nouveau l'appel, il est différent mais il est bien là.
Ce sont les filles. Les uns et les autres vont s'aprivoiser, former une famille bien étrange, mais un famille quand même.
Tousseul retourne à la ferme, les Prodd, on bien eu un enfant mais il est trisomique, la mère en meurt, le père a perdu la raison, il en a oublié Bébé (qui pour lui n'est jamais né et sa femme est partie faire des courses), Tousseul prend Bébé en charge
Les voilà réunis pour quelques années dans leur grotte maison au milieu de la forêt. Ils vivent de vols, mais seulement ce qu'il faut pour leurs besoins, se nourrir, s'habiller.

3 - Les enfants ont grandi
- on retrouve Gerry "apprenti" de Tousseul, pour un jour le remplacer
- Hip également, amnésique, en compagnie de Jeani, qui l'aide à se souvenir
Le groupe "GESTALT" a besoin de Hip, il doit donc savoir pourquoi il est amnésique, c'est celà qui apportera la cohésion , le morceau manquant au groupe....

Je ne connaissais pas cet auteur et à présent j'ai envi de découvrir autre chose de lui
très métaphisique (surtout la fin ) mais pas herméthique.
si tout celà était vrai, ce serait un bel espoir pour l'humanité
5/5
laurier
laurier

Nombre de messages : 589
Age : 65
Location : Alsace
Date d'inscription : 21/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Theodore STURGEON (Etats-Unis)

Message  Shan_Ze le Lun 7 Nov 2011 - 21:06

Les plus qu'humains de Theodore Sturgeon

Tousseul est ce qu'on appelle un idiot. Après un drame, il sera recueilli blessé par les Prodd qui l'élèveront comme leur enfant qu'il souhaitait avoir. Janie est une petite fille dotée d'une personnalité et d'un pouvoir de télékinésie exceptionnel. Elle rencontre les jumelles Bonnie et Beany qui disparaissent à volonté... Ainsi que Bébé, un enfant trisomique qui possède des réponses à tout. Ensemble, ils forment une entité unique.

J'attendais beaucoup de ce livre et il m'a un peu déçue. L'histoire est découpée en plusieurs parties, à peine commençais à me faire aux personnages qu'on se retrouvait des années plus tard, avec d'autres personnes. Mais en excluant cette contrariété, j'ai apprécié l'histoire même si la fin m'a paru un poil tortueuse. J'ai trouvé le style un peu vieilli mais ça ne me rebute pas totalement. C'est le premier livre que je lis de lui, un poil déçue mais compte bien lire Cristal qui songe !

Note : 3.25/5
Shan_Ze
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7973
Age : 35
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Theodore STURGEON (Etats-Unis)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum