André MALRAUX (France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

André MALRAUX (France)

Message  gallo le Ven 19 Déc 2008 - 17:05

De : Claudeg061 (Message d'origine) Envoyé : 04/07/2003 01:10

Une fois n'est pas coutume, c'est d'un petit livre peu connu dont je vais parler: La tentation de l'Occident d' André MALRAUX
Ecrit entre 1921 et 1925, ce petit livre épistolaire n'est pas un roman, il se rapproche plus de l'essai. Et quel essai! Je jeune dandy tente de cerner la différence entre les civilisations asiatique et européenne. Composé de lettres et de réponses entre un chinois visitant l'Europe et un français faisant de-même en Chine, Malraux analyse ce qui mène ces deux parties du monde et ce à travers les arts. C'est un texte difficile fait d'une prose travaillée et qui demande de l'attention. Plusieurs fois il faut revenir sur un paragraphe pour saisir le sens de celui-ci. Donc je le déconseille pour les plages. A par cela c'est une vraie ouverture sur notre monde. L'écrivain décortique ce qui pousse l'homme européen à l'action et il en fait un être asservi au geste. Il n'y a aucune bonté pour notre soit-disante supériorité intellectuelle et en lisant ces pages nous pouvons mieux comprendre pourquoi à notre époque les philosophies orientales ont la cote.

Quelques phrases:
"Je vois dans l'Europe une barbarie attentivement ordonnée, où l'idée de la civilisation et celle de l'ordre sont chaque jour confondues."
"La peine semble lutter, seule à seule, avec chacun de vous; que de souffrances particulières."
"L'artiste n'est pas celui qui crée: c'est celui qui sent."
"A peine comprenez-vous encore que pour être il ne soit pas nécessaire d'agir, et que le monde vous transforme bien plus que vous ne le transformez..."
"Vous avez chargé l'univers d'angoisse. Quelle figure tragique vous avez donnée à la mort!"
"C'est aussi la conscience de n'être pas limité à soi-même, d'être un lieu plutôt qu'un moyen d'action."
"Vos musées ne m'apportent point de plaisir. Les maîtres y sont enfermés; ils discutent."
"Toujours, l'esprit de l'Occident s'efforça de donner aux choses auxquelles il attribuait de la valeur un caractère durable. Il y a en lui une tentative de conquérir le temps, d'en faire le prisonnier des formes."
"Penser est souvent prendre conscience d'une infériorité."
"Pour détruire Dieu, et après l'avoir détruit, l'esprit européen a anéanti tout ce qui pouvait s'opposer à l'homme: parvenu au terme de ses efforts, comme Rancé devant le corps de sa maïtresse, il ne trouve que la mort. Avec son image enfin atteinte il découvre qu'il ne peut plus se passionner pour elle. Et jamais il ne fit d'aussi inqiétante découverte..."

Pour terminer voici ce que j'ai écris sur un de mes carnets après avoir fini le livre:
"Si l'on veut résumer, selon Malraux, l'homme européen ayant détruit Dieu, il se retrouve face à la mort (et à sa propre image). Et il lui est d'autant plus difficile d'atteindre la paix que l'action lui est devenue la seule échapatoire pour exister. Il lui reste, toutefois, la conscience de l'Univers."

Claude


De : Mousseliine Envoyé : 17/08/2004 14:19
André MALRAUX - La condition humaine
Éditeur : Gallimard (7 janvier 1972)
Collection : Folio
Format : Poche - 337 pages

Shanghaï 1927, c'est la révolution, les communistes tentent de prendre la ville.

Alors là je suis bouche bée devant la grandeur de cette oeuvre! Il y a de nombreux personnages et chacun pourrait être l'objet d'une analyse tellement ils sont fouillés, leurs faits et gestes, oui, mais surtout leurs émotions et sentiments. Chacun a joué un rôle de près ou de loin dans la révolution, de l'organisateur à l'ouvrier communiste en passant par le ressortissant étranger, le chef de la police et bien d'autres.

Ce n'est pas une lecture difficile mais qui demande par contre une grande concentration, c'est facile de s'égarer, la moindre phrase a son importance et malgré toute l'attention que j'y ai mise j'ai senti m'échapper certains détails. On n'en sort pas indemne tellement ça fait mal, mais on grandit...

En voici deux courts extraits choisis parmi tant d'autres:

"Non, les hommes n'existaient pas, puisqu'il suffit d'un costume pour échapper à soi-même, pour trouver une autre vie dans les yeux des autres."

"L'homme n'a pas envie de gouverner: il a envie de contraindre, vous l'avez dit. D'être plus qu'un homme, dans un monde d'hommes, Échapper à la condition humaine, vous disais-je. Non pas puissant: tout-puissant."

Je pourrais en parler durant très très longtemps, mais à vous de le découvrir. Un roman à lire et à relire et encore relire, le seul problème c'est d'arriver à n'en sortir...

Note : 5/5


De : Sandriine_1616 Envoyé : 19/08/2004 11:28
Hello Mousseline, je suis ravie que tu ais aimé Malraux (moi je l'adore ). Je te conseille vivement "Les Conquérants" qui est très très bon aussi. Il fait également partie de la trilogie asiatique ( La voie royale - La condition humaine - Les conquérants + l'essai : La tentation de l'occident).
Mais tous les autres sont bien aussi. Les livres - critiques d'art (il parle de l'art magnifiquement) ses "Antimémoires" et plein d'autres encore.
(Je suis donc une fan)


De : Rotko21 Envoyé : 21/08/2004 14:56
il faut lire l'espoir ! un tres grand livre ! le plus beau !


De : ThomThom12932 Envoyé : 04/02/2006 16:51
André MALRAUX : "La Tentation de l'Occident" (Le Livre de Poche, 1926)

Je ne sais par où commencer...

Alors on va prendre pour point de départ la chronique inaugurale d'un certain claude dont je lis un message pour la première fois - j'en déduis donc qu'il ne vient plus chez nous - puisque tout de même ! on sent le fin lettré. Contrairement à ce que nous dit l'ami claude, ce livre n'a rien d'un essai et est bel et bien et roman.

(je passe sur le reste de sa critique qui n'en est pas une puisqu'elle consiste à recopier le quatrième de couverture et accumuler les citations du texte).

Donc, je me demandais hier soir pourquoi je m'entêtais à lire Malraux alors que je n'ai jamais aimé un seul de ses livres, mis à part "La condition humaine"...je crois qu'en fait, je suis amoureux du personnage, intellectuel brillant, homme politique éclairé et mythomane génial (si, si, lisez n'importe quelle bio vous allez voir : sa vie entière est un roman et ses biographes passent leur temps à essayer de démêler le vrai du faux).

Un mythomane si génial qu'il arriverait presque à nous faire croire qu'il connaît par coeur l'Orient (où il n'a séjourné en fait que très, très brièvement)

Il s'agit donc d'un roman espistolaire à deux voix : A.D., européen exilé en Orient, et Ling, chinois exilé en Europe. Les deux hommes confrontent leurs impressions, dissertent sur les différences considérables entre les civilisations, et le concept est vraiment brillant ! Quelque part entre "Connaissance de l'Est" et "Les lettres persanes", il restait une place à pourvoir pour un Malraux dont c'est seulement le second roman, et dans lequel pourtant on retrouve déjà la pate du bonhomme : savoir quasi omniscient, confusion totale entre réalité et fiction et obsession pour le patrimoine culturel.

Là où le bas blesse, c'est que Malraux n'a ni la poésie de Claudel ni l'humour de Montesquieu. Qui plus est la correspondance est amputée, d'une certaine manière, puisqu'il y a cinq fois plus de lettres de Ling que de lettres d'A.D.

Petits défauts ajouté à un autre contre lequel malheureusement l'auteur ne pouvait rien : l'Histoire, avec un grand H, et notamment l'ouverture progressive de la Chine, ont rendu totalement obsolète une bonne moitié du propos.

Les livres ayant été écrits à l'époque où ils ont été écrits (j'adore cette lapalissade), on n'en tiendra pas rigueur à l'auteur. Je suis toujours autant fasciné par le personnage, mais au moins, maintenant, je pourrai dire que j'ai aimé au moins un livre de Malraux !

3/5


De : Danslapoche14 Envoyé : 08/09/2007 19:52

André MALRAUX - La Voie Royale -1930- Livre de Poche n° 86 - Prix Interallié - 182 p.

Résumé . Au début des années vingt, un jeune archéologue Claude Vannec souhaite faire rapidement fortune. Il décide de s’embarquer pour l’Indochine à la recherche de bas reliefs inestimables issus des temples qui bordaient l’antique voie royale khmère. Pour parvenir à son « Eldorado » Claude sera accompagné de Perken, archétype aventurier et baroudeur de ces régions lointaines. Ensemble, ils devront affonter des périls naturels hors du commun et des tribus d’une confondante cruauté…

Avis . Les écrivains de l’introspection, de l’intime et du quotidien qui prolifèrent (parfois avec talent) dans la littérature française actuelle pensent souvent que leur nombril va finir par intéresser le monde entier…. André Malraux n’appartient pas à cette catégorie des eaux tièdes et l’expression de son talent ne pourrait se satisfaire de l’étroitesse d’une vie communément banale. C’est pourquoi La Voie royale est véritablement un roman des grands espaces à la mesure du talent de l’écrivain qui vécut en grande partie cette aventure. Les hommes dans la jungle ne peuvent compter que sur leur courage pour avancer dans cet univers sauvage où ils ne sont finalement que des intrus. Le style puissant de Malraux, son souffle épique (un mot qui malheureusement semble avoir disparu de la littérature actuelle) rendent à merveille ce cheminement humain douloureux dans un milieu hostile magnifiquement décrit…. Et comme un feu d’artifices, le lecteur ne peut que se réjouir de ce spectacle de la littérature en mouvement. La Voie royale est un roman d’aventures à la manière des romanciers Anglais. On pense par exemple à London ou Conrad. Malraux y ajoute une touche personnelle : celle de la philosophie, celle de la Vie et de la Mort, du destin des Hommes. Un très beau roman où Métaphysique et Action sont enfin très simplement réconciliées….

5/5 . Bonne lecture ! Merci Mousseliine pour ton p'tit mot !
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: André MALRAUX (France)

Message  Ysla le Sam 28 Fév 2009 - 17:03

LA CONDITION HUMAINE
Edition Folio Plus comprenant le texte intégral (346p), des notes et un dossier sur l'oeuvre.



La condition humaine, c'est une lecture que je souhaitais faire depuis bien longtemps, parce que c'est Malraux, parce que c'est un monument parmi les romans du 20ème siècle, parce que j'en avais étudié un passage au lycée, pour toutes ces raisons à la fois. Et puis voilà qu'en cherchant L'espoir (que j'avais décidé de lire récemment), je suis tombée dessus sur les rayons de la bibliothèque (L'espoir a priori était déjà emprunté), alors j'ai pensé que le moment était venu de découvrir ce roman.

Résumé : Shangaï, début de l'année 1927. Epoque trouble et violente, situation économique et surtout politique complexe. C'est l'époque des concessions française et internationale et des fumeries d'opium (comme dans Tintin et le Lotus bleu). Nous suivons quelques personnages durant quelques jours, le point de départ du roman étant la veille de la révolution communiste du 22 mars.

Mon avis : Un roman complexe, détaillé, profond, qui nécessite une certaine concentration et surtout quelques références historiques (heureusement données par le dossier dans l'édition Folio Plus, que je recommande pour cette raison). De longs et passionnants échanges philosophiques et idéologiques entre les personnages alternent avec des scènes d'action réalistes et souvent violentes. La psychologie des personnages, les relations qu'ils entretiennent entre eux sont très bien développées. Chacun va vivre cette révolution et ses suites à sa façon et agir en conséquence. C'est un roman sur l'homme et sa condition ainsi que le suggère le titre mais c'est aussi un roman à valeur historique, qui m'a permis de découvrir une période de l'Histoire dont je ne savais pas grand chose.
Un seul regret, c'est que mes connaissances et surtout ma compréhension économiques sont assez limitées et je ne suis pas sûre d'avoir compris à 100% les enjeux relevant de ce champ (surtout dans la dernière partie). Néanmoins, cela ne m'a pas bloquée dans ma lecture.
Je suis donc très contente d'avoir enfin pris le temps de lire La condition humaine et je ne saurai que le recommander à ceux et celles qui, comme moi avant, envisagent de le faire depuis un certain temps.

Ma note : 5/5
avatar
Ysla

Nombre de messages : 1800
Location : Grenoble / France
Date d'inscription : 23/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

André Malraux

Message  Garanemsa le Ven 27 Mar 2009 - 19:45

LES CONQUERANTS

André Malraux

C’est un ouvrage de Malraux publié en 1928/

Premier d’une trilogie consacrée à l’étude de la condition humaine à travers des épisodes de la lutte révolutionnaire dans la Chine contemporaine

La scène se passe à Canton, où siège le Kuomintang, parti du peuple, créé en 1911 par Sun-Yat-Sen

Avec ce livre l’auteur a fait son entrée dans le siècle.

Rempli de personnages inoubliables : Rebecci l’Italien, le terroriste Hong, le bolchevik Nicolaïeff, le modéré Tcheng Daï

Le révolutionnaire à l’état pur aussi.

Ce roman dépeint d’une façon hallucinante certains épisodes de la révolution chinoise de 1925.

C’est une affirmation magistrale d’un génie littéraire.

Je n’en suis pas capable, mais il semblerait que ce n’est pas seulement un livre historique car l’histoire y est parfois bousculée, mais pour moi un livre plutôt pour exprimé des idées

4/5
avatar
Garanemsa

Nombre de messages : 445
Age : 71
Location : Belgique/Liège
Date d'inscription : 28/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: André MALRAUX (France)

Message  lekepi le Mer 17 Fév 2010 - 11:29

La condition humaine

L'histoire:

Le livre raconte le soulevement des communistes a Shangai en 1929 pour aider l'armee revolutionnaire du Kuomintang et la repression sanglante de cette derniere contre ces memes communistes. Kyo est un chef politique qui se bat pour son ideal: lutter pour la dignite des travailleurs. Gisors, son pere est un vieux professeur philosophe. Katow, un russe attachant qui a participe aux revolutions russes. Chen est un jeune homme, qui apres son premier assassinat s'enfonce dans le terrorisme...

Mon Avis:

Contrairement a ce que je pensais ce livre n'est pas un traite de philosophie, mais raconte une histoire vivante, emouvante et profonde. On parle d'amour, d'ideal, du sens de la vie. Malraux alterne les discussions politiques, les descriptions psychologiques de ses personnages et les scenes d'actions sanglantes. Le style est agreable, certaines phrases sont de veritables citations. La profondeur est etonnante pour un roman de moins de 300 pages.
Un regal

Note: 5/5

lekepi

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 14/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: André MALRAUX (France)

Message  Docguillaume le Mar 4 Mai 2010 - 19:17



Les Chênes qu'on abat
André Malraux
NRF Gallimard
1971
236 pages

Trouvé hier dans un tas de livres en attente de tri dans un dépôt-vente
Chose surprenante par rapport au format standard des livres de la collection "blanche" Gallimard la citation de Hugo sur le premier plat de couverture. C'est la première fois que je vois ça, quelqu'un a une explication, d'autres exemples ???
Que d'interprétations possibles pour ce titre !





Résumé :

En décembre 1969, après son départ du pouvoir, l'écrivain, l'ami, le ministre rencontre le Général dans sa retraite de Colombey. Un discours de deux grands hommes sur ce que fut la France pour de Gaulle, mais aussi la place des Etats-Unis, le destin de Napoléon.
Car comme le dit Malraux dans sa préface, jamais personne n'a transcrit une rencontre avec les grands hommes de pouvoir, Napoléon, etc... C'est chose faite avec Les Chênes qu'on abat... destinés à une publication posthume.

Mon avis :

Cette lecture trouve sa place juste après la lecture des Mémoires de guerre. Je connais peu Malraux, n'ayant lu qu'une partie de La Condition humaine avant de remettre cette lecture à plus tard, mais j'ai évidemment été ému par la force du discours du Panthéon : Entre ici, Jean Moulin, avec ton terrible cortège.
Le livre a une dimension et une tension historiques. C'est un livre pour l'Histoire, Malraux le sent au moment de sa rencontre avec le Général, lors de sa rédaction puis dans la préface. C'est cette tension qui m'a fait aimé ce livre, sans avoir de fascination particulière à l'égard du personnage ni d'inclination gaulliste.
Il y a énormément de citations, de Gaulle et Malraux se livrent à un véritable ping-pong de références d'auteurs qu'il n'est pas forcément facile de suivre au vu de la solide culture que cela nécessiterait (je ne suis pas familier de Voltaire, Michelet, des auteurs russes).
J'ai été content d'avoir lu Les Mémoires de guerre auparavant pour saisir un certain nombre de choses, et le livre appelle à des évènements entre 1945 et 1969 : putsch d'Alger, etc... qui commencent à paraître loin dans mes souvenirs d'Histoire.

Note : 4.5/5

_________________
Venez flâner sur mon blog consacré aux vieux livres : http://edition-originale.eklablog.com
avatar
Docguillaume

Nombre de messages : 287
Location : Caen
Date d'inscription : 12/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: André MALRAUX (France)

Message  Docguillaume le Mer 19 Mai 2010 - 16:10

J'ai terminé La Condition humaine. Je l'ai beaucoup apprécié, ce livre est riche en réflexions et concernant le terrorisme on voit les inspirations de Camus avec Les Justes et Sartre avec Les Mains sales.
Les personnages sont d'une grande richesse.

Alors que j'avais vite abandonné ma première tentative de lecture de ce livre, en m'informant sur l'Histoire de Chine j'ai enfin pu apprécier ce livre à sa juste valeur. Ces informations sont indispensables pour comprendre l'intrigue historique, personnellement je n'avais presque aucune notion du contexte... Wikipédia m'a bien aidé.
Malraux est un auteur qui me donne envie de dévorer toute son oeuvre. J'ai acquis peu à peu la quasi-totalité des textes du Miroir des limbes au fil des brocantes : Antimémoires, Hôtes de passage, Les Chênes qu'on abat, La Tête d'obsidienne mais hormis Les Chênes qu'on abat je préfère conserver ces lectures lorsque j'aurai lu tous ses romans, ce qui m'aidera à cerner ses mémoires. Je devrais recevoir dans le courant de la semaine Les Conquérants.


_________________
Venez flâner sur mon blog consacré aux vieux livres : http://edition-originale.eklablog.com
avatar
Docguillaume

Nombre de messages : 287
Location : Caen
Date d'inscription : 12/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: André MALRAUX (France)

Message  Ysla le Mer 19 Mai 2010 - 17:14

Je suis contente de voir que la seconde chance que tu as donnée à cette lecture t'a amené à l'apprécier autant . Afin de rester dans une ambiance proche, je me rappelle avoir relu Tintin et le lotus bleu juste après. On retrouve un contexte analogue, je trouve, même si bien sûr, l'histoire et le style dont très différents. Et tout comme toi, j'avais fait des recherches sur Wikipédia !
avatar
Ysla

Nombre de messages : 1800
Location : Grenoble / France
Date d'inscription : 23/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: André MALRAUX (France)

Message  Docguillaume le Mer 19 Mai 2010 - 19:47

En effet Ysla, inconsciemment je crois que j'ai retrouvé l'ambiance du Lotus Bleu. Le vieux Gisors, Kyo, ne sont pas sans rappeler certains personnages de cette BD...
Sans faire des recherches, ça me paraît difficile de comprendre quoi que ce soit à l'intrigue

_________________
Venez flâner sur mon blog consacré aux vieux livres : http://edition-originale.eklablog.com
avatar
Docguillaume

Nombre de messages : 287
Location : Caen
Date d'inscription : 12/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: André MALRAUX (France)

Message  Docguillaume le Jeu 29 Juil 2010 - 20:49

La Tentation de l'occident
Grasset
1926
207 pages


Tout premier livre de Malraux. Il s'agit de la correspondance entre un chinois, Ling, qui ne connaît l'Europe que par les livres, et un Européen, A.D.. Ling est en voyage en Europe et A.D. est en Chine. En fait c'est essentiellement les lettres de Ling qui sont présentées.
L'essentiel de l'ouvrage se trouve dans une comparaison de l'Occident et de la Chine par Ling, sur différents points : conception de l'art, la mort, les femmes, etc...
Rares sont les passages qui m'ont intéressés et où j'ai pu relever quelques citations. J'ai été ennuyé très vite, tant il est difficile de pénétrer le fil de cet échange. Pour littéraires très avertis sans doute.
Le seul intérêt que j'ai pu y trouver c'est de parcourir la toute première oeuvre de Malraux.

Note : 2.75/5

_________________
Venez flâner sur mon blog consacré aux vieux livres : http://edition-originale.eklablog.com
avatar
Docguillaume

Nombre de messages : 287
Location : Caen
Date d'inscription : 12/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: André MALRAUX (France)

Message  Mandarine le Ven 30 Juil 2010 - 2:24

J'ai hâte de me mettre à lire Malraux! J'ai déjà "la condition humaine" dans ma PAL, ce n'est plus qu'une question de temps!
avatar
Mandarine

Nombre de messages : 2061
Age : 31
Date d'inscription : 10/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: André MALRAUX (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum