Alain MABANCKOU (Congo-Brazzaville / Etats-Unis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Alain MABANCKOU (Congo-Brazzaville / Etats-Unis)

Message  gallo le Ven 19 Déc 2008 - 8:48

De : mayza (Message d'origine) Envoyé : 03/02/2007 16:19

Né au Congo-Brazzaville, Alain Mabanckou vit aux Etats-Unis et enseigne la littérature francophone à l'université de Californie-Los Angeles. Son roman Verre cassé, publié au Seuil, lui a valu le prix Ouest-France/Etonnants Voyageurs, le prix des Cinq Continents de la Francophonie et le prix RFO du livre.

--------------------------------------------------------------------------------

Alain MABANCKOU - Mémoires de porc-épic

Alain Mabanckou donne vie à l'un de ces animaux sortis tout droit d'une légende populaire selon laquelle chaque être humain a un double animal. Il en existe de deux sortes, les doubles pacifiques, qui sont la norme, et les doubles nuisibles, qui sont capables d'aider leur maître dans l'accomplissement secret de forfaits inavouables, tels des meurtres... Notre porc-épic, de la deuxième sorte, se confesse en un monologue à un Baobab.

"j'étais le troisième oeil, la troisième narine, la troisième oreille de mon maître, ce qui signifie que ce qu'il ne voyait pas, ce qu'il ne sentait pas, ce qu'il n'écoutait pas, je lui transmettais par songes, et lorsqu'il ne répondait pas à mes messages, j'apparaissais devant lui à l'heure où les hommes et les femmes de Séképembé allaient aux champs"

Je dois dire que j'ai été un peu déçue. Je m'attendais à m'envoler dans un imaginaire fantastique, or rien de plus prosaïque que le quotidien de cet animal. Je n'ai pas été sensible à la poésie, ni à l'humour (si humour il y a). Et puis la ponctuation : pas de point, pas d'exclamation, pas de suspension, que des virgules ! moi, la respiration me manque, vraiment.

2,9 / 5
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

African psycho

Message  gallo le Dim 15 Mar 2009 - 10:11

HABERT a écrit:African psycho (2003)
Le serpent à plumes 220 pages édition février 2006 saliver


15 mars 2009

Prenez un africain de bricoleur dont le cerveau affaibli est aussi déglingué que les bagnoles cabossées par des congénères qu’il méprise, même si cela le fait vivre, dans un quartier dont l’appellation (« Celui qui boit de l’eau est un idiot ») est aussi pittoresque que les mœurs de ses habitants . Vous avez là le décor amusant d’African Psycho.

Ce type, à tête rectangulaire, se trouve moche. Il se le dit chaque jour qu’Angualima, son héros assassin fait. Il rêve de l’imiter, et lui voue un culte régulier. Ses visites sont intéressées pour les conseils prodigués de sa tombe. En même temps le Maître le méprise, et le carrossier expose et cultive son masochisme. « Grand Maître » repose après s’être supprimé, estimant qu’il a accompli son devoir, à savoir commettre le plus de crimes parfaits, en faisant trembler les chaumières et pisser les plumitifs de la presse à sensations, sans être capturé par une police inopérante qui s'autocongratule.

Il rêve donc d’égaler le « Grand maître ». Pour cela il s’est mis en tête de supprimer une fille. Ce devra être une prostituée venue de l’autre côté du fleuve, exercer son métier avec des clients aux goûts très fantaisistes, le bric-à-brac contenu dans le sac de l'intéressée livrant un inventaire à la Prévert, assez exhaustif des petites déviations de l'humanité en la matière.

L’auteur cite en dédicace Hermann Ungar[1] : « J’ai tué un être humain, mais il me semble que je n’ai pas fait cela moi-même ». L’on peut se demander si Mabanckou n’a pas surpassé son inspiration au travers de lectures de ce tchèque morbide.

Aurait-on un double, un ange maléfique, se dédouble-t-on ? Que se passe-t-il dans l’au-delà quand les vivants conversent avec leurs défunts ? Mabanckou recoure à ces interrogations éclectiques dans le récit. La psychanalyse est bonifiée par sa truculence. Le lecteur peut aussi, à côté d’une lecture très savoureuse, se payer une psychanalyse bon marché, en lisant entre les lignes.

Le héros ordinaire se nomme Grégoire Nakoboyamo. Il lui arrive de s’abîmer longtemps dans des rêveries poétiques qui n’en finissent pas, heureusement que Mabanckou écrit avec faconde ! L’une de celles-ci est la capture d’une étoile qu’il mettrait en cage pour l’éclairer en se passant de soleil. Je ne parle pas de la chute. Chutt !

Cela se lit avec amusement. L’irrévérence de l’auteur doit beaucoup, et au monde occidental, et à son Afrique, qu’il peint, au loin, de Manhattan, en ses inventions littéraires grand-guignolesques, que l’on déguste comme on le fait de fruits savoureux et délétères.

[1] 1893-1929. Ecrivain tchèque de langue allemande. Contemporain de Kafka, Ungar est un maître des destinées sordides.Ses nouvelles ( Editions ombres) ne sont jamais très longues, souvent sous forme de récit, mais que l'on se jure de ne plus lire. Cet univers malsain, glauque, peuplé d'avortons humiliés par l'existence, de frustrés sexuels, de meurtriers miséreux, de destinées persécutées et cruelles effraie le lecteur bien portant et le renvoie systématiquement à un troublant acte voyeuriste, voire masochiste. A partir de 1920, il acquiert peu à peu une belle notoriété qui n'est pas sans rapport avec l'admiration que lui porte Thomas Mann. Puis tout s'accélère. Le 10 octobre 1929, il demande un congé sans solde de six mois au ministère des Affaires étrangères pour se consacrer uniquement à la littérature et quitte son poste de secrétaire de légation à l'ambassade de Tchécoslovaquie à Berlin. Cinq jours avant la naissance de son second fils. Le 28 octobre, il meurt d'une crise d'appendicite aiguë. (in "Le Matricule des anges" d'avril 1993).



avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain MABANCKOU (Congo-Brazzaville / Etats-Unis)

Message  valérie le Mer 3 Nov 2010 - 12:49

DEMAIN J'AURAI VINGT ANS chez Gallimard 382 pages
Présenttion de l'éditeur
Pointe-Noire,capitale économique du Congo,dans les années 1970.Le narrateur,Michel,est un garçon d'une dizaine d'années qui fait l'apprentissage de la vie,de l'amitié et de l'amour,tandis que le Congo vit sa première décennie d'indépendance sous la houlette de "l'immortel Marien Ngouabi",chef charismatique marxiste.Les épisodes d'une chronique familiale truculente et joyeuse se succèdent,avec ses situations burlesques,ses personnages hauts en couleur:le père adoptif de Michel,réceptionniste à l'hotel Victory Palace;maman Pauline,qui a parfois du mal à éduquer son turbulent fils unique;l'oncle René,fort en geule,riche et néanmoins opportunément communiste;l'ami Lounès,dont la soeur Caroline provoque chez Michel un furieux remue-ménage d'hormones;bien d'autres encore.Mais voilà que Michel est soupçonné,peut-être à raison,de détenir certains sortilèges...
Au fils d'un récit enjoué,Alain Mabanckou nous offre une sorte de "Vie devant soi" à l'africaine.Les histoires d'amour y tiennent la plus grande place,avec des personnages attachants de jeunes filles et de femmes.La langue que Mabanckou prête à son narrateur est réjouissante,pleine d'images cocasses,et sa fausse naïveté fait merveille.

Toute une période de la vie au Congo à travers les yeux d'un enfant,voilà une lecture agréable mais dont j'aurais espéré plus.3/5
avatar
valérie

Nombre de messages : 779
Age : 51
Location : marseille
Date d'inscription : 01/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Mémoires de porc-épic, Alain Mabanckou

Message  cvlada le Dim 9 Sep 2012 - 10:03

Ce porc-épic est le double maléfique de Kibandi, jeune africain qui le convoque pour tuer tous ceux qui lui font affront (et rassasier l'autre Kibandi sans bouche qui le gouverne lui-même). Il tue ainsi 100 ennemis, dans la lignée de son père, qui lui avait un double-rat. Mais le centième, un bébé, revient hanter le porc-épic à travers deux jumeaux qui ont raison de son maître Kibandi. Le porc-épic raconte son histoire à un baobab.

3,5/5, Récit original et captivant.

Editions Le Club, 2006, 221 pages
avatar
cvlada

Nombre de messages : 22
Age : 38
Location : Touvois 44
Date d'inscription : 12/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain MABANCKOU (Congo-Brazzaville / Etats-Unis)

Message  lalyre le Ven 22 Fév 2013 - 17:29

Le sanglot de l’homme noir
Alain Mabanckou
Points janvier 2013
179 pages


Quatrième de couverture
Suffit-il d'être Noirs pour être frères ? Qu'ont en commun un Antillais, un Sénégalais et un Noir né à Paris, sinon la couleur à laquelle ils se plaignent d'être réduits ? Et la généalogie qu'ils se sont forgée, celle du malheur et de l'humiliation (esclavage, colonisation, immigration)... Dans cet essai, Alain Mabanckou refuse de définir l'identité noire par les larmes et le ressentiment.

Mon avis
Le livre qui est un essai commence par une lettre à son fils. Ensuite il nous dit la tendance qu’ont certains Africains en larmes alimentent sans relâche la haine envers les blancs comme si la vengeance pouvait résorber les ignominies de l’Histoire……
Une réflexion entendue ; la couleur est une question d’intérêt, quand un blanc a besoin d’un nègre, il met de côté la couleur….
Il dit ; Nous avons traversé l’Histoire, d’abord comme des sauvages et des indigènes, puis en tant que tirailleurs dans les guerres européennes, avant de comprendre ce que voulait dire le blanc lorsqu’il prononçait le mot “ Nègre “…….
En Afrique, des groupes édictent leurs propres lois, des identités de zone ont vu le jour, repoussant les normes collectives….
On n’est pas émigré lorsqu’on exporte son être, ses manières, ses coutumes, ses goûts en vue de les imposer dans le pays qui nous reçoit. C’est parce que l’endroit ou nous vivons est tellement opposé à notre “ milieu naturel “….
Dans ses commentaires l’auteur nous parle aussi de certains écrivains tels Cesaire, Damas et bien d’autres…. Le dictateur Mobutu, Lumumba qui fut assassiné, le Baudouin et ainsi de suite.
Un livre que j’ai lu avec intérêt bien que je n’ai pas l’habitude de lire des essais. 4,5/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4216
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain MABANCKOU (Congo-Brazzaville / Etats-Unis)

Message  wenesday le Ven 22 Fév 2013 - 18:22

Merci Lalyre, je note.
J'avis beaucoup aimé African Psycho et plus encore Verre cassé.
avatar
wenesday

Nombre de messages : 261
Age : 48
Location : paris
Date d'inscription : 13/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain MABANCKOU (Congo-Brazzaville / Etats-Unis)

Message  géromino le Ven 13 Sep 2013 - 16:51

"Verre Cassé" éd. Points 2006 248 pages

Verre Cassé est un ancien instituteur qui a été démis de ses fonctions à cause de l'alcool, ainsi que pour ses curieuses façons d'enseigner. Il fréquente assidûment "Le crédit a voyagé", un bar tenu par le patron "L'escargot entêté". Ce dernier a chargé Verre Cassé de tenir un journal sur le quotidien du bar et sa clientèle. Il met par écrit ce que lui racontent les habitués: les histoires d'amour qui sombrent de "L'imprimeur" ou de Mouyeké ou relate le mémorable combat entre Robinette et Casimir: celui qui pissera le plus longtemps!!
Puis Verre Cassé en vient à raconter sa propre existence: sa femme (il l'appelle Diabolique!) ne recherche que son amour et possède beaucoup de patience pour le tirer de son état alcoolique; puis de sa mère, qui s'est noyée, il y a longtemps, dans le fleuve. Verre Cassé ne parvient pas à oublier ce jour-là...

C'est un livre formidablement original dans sa forme: la ponctuation est limitée aux virgules et points-virgules, pas de points, pas de majuscules et des longues phrases à rallonge! (un peu comme "L'automne du patriarche" de Gabriel Garcia Marquez). Il faut bien suivre et bien prendre sa respiration en début de "phrase"!! Mais c'est tout à fait lisible.
Si le début parait burlesque et farfelu (il y a des passages absolument hilarants!), le ton va devenir bouleversant quand Verre Cassé vient à parler de sa mère. Et là, Manbackou prouve son talent: s'il peut nous arracher des larmes de rire, il peut tout autant nous émouvoir.

Le texte est truffé d'allusions littéraires (souvent des titres de livre) qui enjolivent de façon cocasse et savoureuse un débit "ruisselant" de mots (de bons mots aussi). Mabanckou tire sur tout ce qui bouge: en vrac, la religion, la politique, les riches, les pauvres, la littérature (disons, une certaine littérature), l'Afrique et ses traditions, la France et son passé colonial, etc... Ses cartouches chargées à l'ironie et au vitriol dézinguent le "politiquement correct" et lamine les bien-penseurs. Un bonheur!

Note: 5/5 coeur 

Ce livre a reçu le prix Ouest-France Etonnants Voyageurs, le prix des Cinq Continents de la Francophonie et le prix RFO du livre en 2005.

_________________
                                                                                                                                                                              

Challenge "Book around the States":  17/50
avatar
géromino

Nombre de messages : 2811
Age : 53
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain MABANCKOU (Congo-Brazzaville / Etats-Unis)

Message  kattylou le Ven 13 Sep 2013 - 17:39

Très envie de le lire à chaque fois que je le vois à la grande librairie je le remets en haut de la liste ...

_________________
Un vieux chêne en Bretagne - Louis Pouliquen
Toni Morisson - Sula 
Challenge US Plus que 5 Etats !
avatar
kattylou

Nombre de messages : 3365
Age : 52
Location : 77
Date d'inscription : 08/09/2009

http://kattyloucuis.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain MABANCKOU (Congo-Brazzaville / Etats-Unis)

Message  géromino le Ven 13 Sep 2013 - 17:41

C'est justement à la Grande Librairie que j'ai découvert l'auteur!!

_________________
                                                                                                                                                                              

Challenge "Book around the States":  17/50
avatar
géromino

Nombre de messages : 2811
Age : 53
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain MABANCKOU (Congo-Brazzaville / Etats-Unis)

Message  Shan_Ze le Lun 30 Sep 2013 - 21:57

Demain j’aurai vingt ans d’Alain Mabanckou

Pointe-Noire, Congo. J’ai découvert avec bonheur la fraicheur du petit Michel qui entrevoit le monde des adultes avec ses yeux d’enfant. Il raconte sa maman Pauline, son papa Roger mais aussi ses frères et sœurs, ses amis. Il parle d’amour, d’amitié, de la guerre, de la lecture… Michel sait qu’il se passe des choses dans le monde des années 1970, les guerres, les chefs d’Etat… Tout n’est pas très clair pour lui mais il écoute avec intérêt la radio de papa Roger ou les chansons de Brassens qui gardent une part de mystère… Et surtout il attend avec impatience de retrouver le sourire d’Arthur Rimbaud sur le livre de son père.  
J’ai aimé cette innocence mais aussi ces doux moments aux allures autobiographiques. Il est comparé sur la quatrième de couverture à La vie devant soi mais je le trouve différent… et le côté dépaysant donne un petit plus à ce livre !
Note : 4.5/5
avatar
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7418
Age : 34
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain MABANCKOU (Congo-Brazzaville / Etats-Unis)

Message  lalyre le Mar 1 Oct 2013 - 20:25

Zhan_Ze, un tous grand merci pour me donner l'envie de lire ce livre qui est en-dessous de ma pal, je vais le remonter
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4216
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain MABANCKOU (Congo-Brazzaville / Etats-Unis)

Message  lalyre le Mar 6 Oct 2015 - 16:10

Petit Piment          
   Alain Mabanckou  
 Editions Seuil 20 août 2015   
273 pages              






            

Quatrième de couverture



Jeune orphelin de Pointe-Noire, Petit Piment effectue sa scolarité dans une institution catholique placée sous l’autorité abusive et corrompue de Dieudonné Ngoulmoumako. Arrive bientôt la révolution socialiste, les cartes sont redistribuées, et Petit Piment en profite pour s’évader avec des jumeaux à la brutalité légendaire, abandonnant ainsi son meilleur ami, qui refuse de le suivre. Il s’adonne alors, avec son clan, à toutes sortes de larcins, jusqu’à ce que les habitants décident de nettoyer leur zone d’action. Petit Piment trouve refuge auprès de Maman Fiat 500 et de ses dix filles, et la vie semble enfin lui sourire dans la gaîté quotidienne de cette maison pas si close que ça, où il rend toutes sortes de services. Mais le maire de Pointe-Noire décide d’une nouvelle intervention énergique contre la prostitution. C’en est trop. Petit Piment perd la tête. De bonnes âmes cherchent à le soigner (médecine, psychanalyse, magie ou sorcellerie), mais l’apparente maladie mentale ne lui fait pas perdre le nord : il a une vengeance à prendre contre celui qui a brisé son destin



Mon avis



Le fait d’avoir perdu Maman Fiat 500 mais avoir tué le chat noir et devoir en manger  fait perdre la tête à Petit Piment. Un jeune garçon que j’ai suivi avec passion tout au long de l’histoire dont il est le narrateur. Mais il a une vengeance à prendre depuis la disparition de Maman Fiat 500 et des prostituées, car la rupture fut trop brutale pour notre héros, c’est surtout ce fait qui l’a fait dériver vers des frontières de l’irréalité,  ce qui  le conduit jusqu’à  une fin impitoyable.  Cette histoire est habitée par quelques autres personnages, certains violents, d’autres attendrissants comme Papa Moupelo et sa danse des Pygmées du zaïre, le vieux Koukouba qui souffrait d’une infection urinaire et j’en passe….Alain Mabanckou a une telle force dans ses écrits, qu’il nous emporte et nous fait comprendre la réalité d’une partie de l’Histoire de l’Afrique ou corruption, sorcellerie, conflits ethniques, condition des femmes, tribalisme et pauvreté, nous faisant presque vivre les 273 pages du livre comme s’il nous racontait l’histoire de vive voix. Vraiment j’ai beaucoup apprécié ce roman que je recommande vivement…4,5/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4216
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain MABANCKOU (Congo-Brazzaville / Etats-Unis)

Message  géromino le Mar 6 Oct 2015 - 17:09

Voilà un livre qui vient enrichir ma déjà loooongue LAL! Merci Lalyre bienvenue2

_________________
                                                                                                                                                                              

Challenge "Book around the States":  17/50
avatar
géromino

Nombre de messages : 2811
Age : 53
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain MABANCKOU (Congo-Brazzaville / Etats-Unis)

Message  lalyre le Mar 6 Oct 2015 - 20:17

Alain Mabanckou sera reçu à la grande librairie ce jeudi flower
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4216
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain MABANCKOU (Congo-Brazzaville / Etats-Unis)

Message  petitemartine le Mer 23 Déc 2015 - 13:46

Petit Piment

Je ne reprendrais pas le résumé situé juste au dessus par Lalyre.

Petit Piment, de son vrai nom Tokumisa Nzambe po Mose yamoyindo abotami namboka ya Bakoko qui  qui signifie en lingala " rendons grâce à Dieu , le Moise noir est né sur la terre des ancêtres " nous conte son histoire la naïveté de l'enfance. Ça tient presque plus du conte ou de la fable que du roman classique.
Petit Piment grandit dans un orphelinat de Pointe Noire au Congo , vous pouvez imaginer toutes les magouilles, les railleries, les sorcelleries, des dessous de table , les conditions de vie, les rires qui peuvent sévir dans cet orphelinat africain où petit piment ( dont vous comprendrez le surnom en lisant le livre ) réussira à s'échapper...pour un monde pas forcément meilleur. Loin de l'orphelinat, il côtoiera les bandits, les escrocs, les prostituées attendrissantes et maternelles et réussira à survivre tant bien que mal.
On retrouve dans le livre toute les couleurs et le brouhaha de l'Afrique, on retrouve surtout la verve et le style très alerte et imagé de l'auteur. Tout comme "verre cassé" , il s'agit d'un livre qui demanderait à être lu à haute voix par l'auteur lui même.
Par contre, petit bémol parce que justement ce style m'a un peu fatiguée à la longue et j'avoue que l'histoire ne m'a pas emballée plus que ça- j'ai mis une bonne centaine de pages à rentrer dans l'histoire- et je me perdais un peu entre les différents personnels de l'orphelinat. Peut-être parce que je n'ai pas réussi à être charmée par cette vie racontée par le gamin lui-même de façon un trop naïve pour moi. 

Cela dit, ça reste un très bon bouquin qui vaut le coup d'être lu ! c'est juste que j'adhère moins que d'autres à ce type de lecture. Very Happy

Ma note : 3,5 /5
avatar
petitemartine

Nombre de messages : 2412
Age : 46
Location : Morbihan /France
Date d'inscription : 04/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain MABANCKOU (Congo-Brazzaville / Etats-Unis)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum