Philippe DJIAN (France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Philippe DJIAN (France)

Message  gallo le Jeu 18 Déc 2008 - 8:30

De : Claarabel Envoyé : 08/03/2005 21:33

Impuretés de Philippe Djian

Cadre idyllique : sur une colline, lieu clos des villas cossus des plus excentriques de la région, riches, stars de cinéma ou écrivain renommé, comme le couple Trendel, mais aussi excentriques, désabusés, marqués... Chez les Trendel, il y a eu la mort de Lisa, noyée dans le lac, sous les yeux de son frère Evy, qui parle d'un accident, sans extrapoler. Et le roman de se tisser sur cette lancée : lente décadence, couples en dérive, le fossé se creuse entre les parents et les enfants. Ces derniers sont le plus souvent des adolescents perdus, qui s'abrutissent dans la consommation d'alcool, de drogues et de sexe. La dépravation est totale sur cette colline, ces vagues alentours, et les personnages centraux rivalisent de déchéance, de mystère et d'auto-destruction.

Ce nouveau roman de Philippe Djian s'inspire des fondus comme au cinéma: plan serré sur un protagoniste, qui glisse, se chevauche sur une autre personnalité. L'aspect du roman est intéressant, le style de l'auteur percutant, mais sec. Il y a une complète dérive dans la froideur des sentiments, des rapports entre chaque héros du roman. Bien entendu le résultat est noir, déboussolant et âpre. Ce milieu d'apparence dorée et d'argent facile est fissuré, les adolescents sont excessifs, repoussants et peu crédibles. Un roman qu'une bonne cinquantaine de pages auraient pu alléger l'histoire pour ne pas sombrer dans le trop-plein en fin de parcours. Bon démarrage, mais gare à l'overdose! (3.5 / 5)


De : lassy Envoyé : 26/07/2004 10:08
Je viens de lire Ardoise de Philippe DJIAN, et je ne suis pas emballée. Philippe Djian n'est pas un lecteur qui me ressemble. Ses réactions me semblent exagérées, je le regarde s'enflammer et je reste de marbre. Je veux bien comprendre son adoration pour les auteurs américains, mais je ne la partage pas.Il est vrai que je n'ai pas eu les mêmes lectures, à part Kérouac, et je suis pourtant de sa génération. Le seul auteur français dont il parle, c'est Céline, qui ne m'a pas touchée.
Reste que j'ai envie de lire Faulkner et Salinger.....

3,3 / 5


De : Mousseliine Envoyé : 02/10/2004 12:35

Philippe DJIAN : 37,2° le matin
J'ai lu (20 septembre 2000)

Le narrateur vit une relation plutôt tumultueuse avec sa copine, Betty, il l'aime à la folie et il est prêt à tout pour elle. Notre héros prend la vie du bon côté alors que Betty est une éternelle insatisfaite. C'est un roman sur les relations hommes/femmes du point de vue d'un homme mais c'est aussi et même surtout de belles réflexions sur la vie.

Philippe Djian a un beau style, une plume dynamique, imagée, passionnée et sans prétention. Les personnages sont colorés, vivants, une touche d'humour vient s'ajouter au décor. Une panoplie d'émotions entrent en jeu à tour de rôle, on est parfois dans une comédie des plus loufoque et fantaisiste, à d'autres moments l'atmosphère est dramatique et tragique. Plus on avance plus ça devient extravagant et là ça m'ennuyait, je n'y croyais plus. Donc la première moitié du roman c'est très bon par la suite ça se gâte quelque peu mais ça reste toujours un bon livre...

L'histoire est sympathique sans être inoubliable, c'est un thème qui a été exploité maintes fois par bien des auteurs masculins. Je pense entre autres à Alexandre Jardin ou à Stéphane Bourguignon. Pour ma part, L'avaleur de sables de Bourguigon remporte haut la palme.

Ce n'est pas une lecture incontournable mais ça m'a bien plu, un roman agréable et facile, attention facile mais pas nunuche c'est bien de la littérature. Ce qui est certain c'est que ça devrait beaucoup plaire aux fans d'Alexandre Jardin, il y a bien des points communs entre les deux auteurs.

Un extrait: "Les filles, d'une manière générale, ça m'avait toujours intrigué et j'avais fini par m'y habituer. J'avais fini par accepter de jamais pouvoir les comprendre tout à fait, j'en avais pris mon parti et je les observais souvent, mine de rien, c'était pas rare qu'elles entreprennent un drôle de truc au bout d'un moment, quelque chose d'incompréhensible et de fulgurant."

Note : 3.5/5



De : Thomthom1293 Envoyé : 06/11/2005 23:04

Philippe DJIAN : "DOGGY BAG"

Petit rappel des faits : il y a environ un an, Jacques Audiard demandait à Philippe Djian d'écrire le pilote d'une série qu'il se proposait de réaliser. Une série "à l'américaine" comme il dit. Las ! Les producteurs français, frileux, ont laissé le projet mourir dans l'oeuf...du coup, Philou s'est dit : "bisquebisquebisquerage, j'va la faire en liv' ma série"...bon j'en rajoute un peu, mais c'est à peu prêt ça.
Ce que je trouve rigolo, c'est que dans toutes les interviews, Djian nous présente son projet de série littéraire comme un truc super révolutionnaire, alors que chez les ratons, des séries fleuves on en a bouffé déjà un paquet pas vrai ?

Mais venons-en au fait.

Vous en conviendrez je pense, que ce soit en littérature, à la télé ou au cinéma, le premier épisode d'une série est rarement le meilleur mais toujours le plus important (puisqu'on y plante le décor et présente les personnages). Djian s'acquitte donc de la tâche avec tout le talent de portraitiste qu'on lui connaît : ses deux frères loosers qui tiennent un garage, leur secrétaire hyper s.....ympathique (!), leur amour de jeunesse qui ressurgit d'un passé lointain.
Rien de nouveau sous le soleil me direz-vous : c'est du Djian pur jus, et c'est pour ça aussi qu'on l'aime notre Philou. D'autant que son dernier "Impuretés" faisait quelques infidélités au genre "bukowskien de la province franchouillarde" qui a fait son succès.

Ok, ok, j'ai l'air moqueur, mais en fait j'adore Djian, et j'adore ce "Doggy Bag" si bien écrit, cet humour au vitriol et ces personnages qui prennent corps assez rapidement. Notez : je suis sériovore, ce qui me fait au moins un point commun avec l'auteur. Je pourrais probablement écrire une thèse sur tout ce qu'il a piqué à "Six feet under", "Twin Peaks", "The Sopranos" et j'en passe...peu importe en fait : la principale originalité de sa série, c'est qu'elle s'inspire des séries TV, et non des séries littéraires. Par conséquent, ça sonne parfois un peu light, mais ça nous évite également quelques lourdeurs narratives et ma foi ce n'est pas plus mal.
De même, le découpage structurel est très réussi, on peut en grapiller des passages comme on regarde un épisode de la dite série - au cas où vous ne sauriez pas quoi faire pendant la pub entre "Tout le sport" et "Plus belle vie". D'ailleurs on n'est un peu entre les deux : "Doggy Bag" est un excellent compromis entre "Tout le sport" (mais en chambre uniquement en l'occurrence) et un "Plus belle la vie" (très trash) (le petit smiley là, il veut bien dire : "j'en salive" au moins ?!)

Je note donc tout cela 3,5 / 5, car pour l'instant on est plus dans l'excercice de style. Autant le dire : "Doggy Bag" a les défauts de ses qualités : étant le premier volet (la première saison ?) d'une série, il est difficile de l'apprécier sans en connaître la suite, et s'il avait été un simple roman de Djian je l'aurais sans doute trouvé décevant. Alors que là, du coup, j'attends la suite avec impatience - histoire de prendre un peu de recul et d'apprécier les choses dans une relative globalité. Mais je suis prêt à parier mon caleçon que la suite va être excellente, je ne sais pas pourquoi mais cette mise en bouche m'en donne la conviction. Le comble étant, bien sûr, d'imaginer qu'un producteur peu scrupuleux pourrait avoir envie d'adapter ce(s) livre(s) en série télé (vu que comme tous les livres de Djian celui ci cartonnera à n'en pas douter).

A suivre, donc...(et en l'occurrence la suite est prévue pour le printemps - dans une récente interview Djian déclarait être actuellement en train d'écrire le sixième, slurp !)


De : louve-épine Envoyé : 15/02/2006 20:35

Philippe DJIAN : Zone érogène

347 pages, collection J'ai lu, 1984

Il fallait bien que ça arrive un jour - j'ai enfin lu un livre de Philippe Djian. C'est assez périlleux de découvrir un auteur qu'on connaît par son image médiatique... parce qu'à cette image il faut coller des mots, un style, des histoires.

En l'occurence, ici, le narrateur (Philippe Djian himself, mais je ne le précise pas parce que j'ai été très déçue qu'il dévoile son identité, j'aurais préféré que le "je" reste sans nom) est écrivain, et il aime :
- regarder les mouettes (il vit au bord de la mer)
- boire des bières tièdes
- les filles.
Ah ça, il les aime, les filles...

"C'est bon de vivre avec une femme, parfois je trouvais même que c'était trop beau, ça ressemblait à une plaisanterie."

Mais les femmes sont insupportables, elles tournent autour du narrateur et apportent pas mal de problèmes... Nina, la petite Lily, Lucie, Cécilia, Annie... et les autres. Comment ne pas se laisser déconcentrer par des filles très courtement vêtues (c'est l'été) ? Comment résister aux visages paumés, aux regards suppliants ?

"Je me suis demandé d'où ça venait, eh bien ça venait de ce carreau qu'une fille avait pété, parce que les filles faisaient des trucs comme ça, comme péter un carreau, comme envahir la salle de bains, comme se tirer quand on a besoin d'elles, une fille pouvait attraper votre vie et la tordre dans tous les sens, une fille était capable de vous clouer sur la Croix et ensuite de vous découper en mille morceaux."

Maintenant si vous voulez mon avis... ben on n'est pas sortis de l'auberge. En fait, Djian pourrait être très agaçant. Le topos de l'écrivain dont les centres d'intérêt se résument en écriture-sexe-alcool, c'est peut-être... facile. Sauf que non. L'histoire, à vrai dire, c'est juste un prétexte pour écrire. Et il faut bien reconnaître que le style de Djian est très agréable. Il aime bien écrire de longues phrases, avec plein de virgules, avec une idée qui évolue, qui grandit, des phrases qui ressemblent à des pensées.

"Je me suis senti fatigué, je me suis demandé si le paradis était pas l'immobilité totale et pourquoi la vie était découpée en rondelles, pourquoi est-ce que tout semblait si facile, pourquoi c'était pas toujours comme ça, je me suis demandé si quelque chose valait vraiment la peine au fond."

Et ce style est très touchant. De temps en temps, le narrateur est légèrement... goujat, mais il y a cette écriture qui arrive et qui le pardonne presque, il y a cette figure du gars qui a du talent et qui n'est pas bien reconnu comme tel...
Dur d'écrire, mais dur aussi de vivre avec un écrivain... et les femmes qui l'entourent en savent quelque chose ! Surtout Nina, qui est la plus belle... la merveille des merveilles... Finalement, c'est pour elle que le narrateur fait tout ça...

Qu'ajouter ? Que je suis contente d'avoir enfin franchi le pas. Que je recommencerai, aussi. Et que j'aime bien les anti-héros.

"Et puis je savais bien que tout ça n'allait pas durer, à force de se laisser flotter, on finit par arriver quelque part."

3,8 / 5


De : louisemyheart Envoyé : 19/09/2006 10:43

Philippe Djian - Doggy bag : Saison 2


Revoici les personnages de la série inventée par l'auteur: David et Marc, les deux frères partagés entre Edith, celle par qui le malheur gronde; Irène, la mère vindicative, Victor le patriarche à la recherche d'un second souffle, et puis les autres, qui gravitent autour de ce noyau dur.

Le plaisir de lecture s'intensifie dans cette saison 2, les événements se précipitent dans une tension traversée par des éclairs de dérision . Djian a réussi pour l'instant son pari. Son écriture vive ne laisse aucun répit, les procédés d'écriture rejoignent à la perfection l'écriture de la série télévisée, en ce sens que les personnages prennent le relais sans fondu enchaîné ni artifices. La géographie du lieu est elle aussi importante, Djian met en place une ville jamais nommée, plus fantasmée que réelle, dans un pays qui comporte des caractéristiques mélangées, entre le tubulaire américain et l'horizontalité européenne.

Les emprunts aux séries sont évidents, notamment "six feet under" dont Djian reprend plus ou mopins le schéma narratif; et puis, comme dans toute bonne série, on reste accroché aux aventures des "héros", et l'on attend la suite avec avidité.

4/5


De : louisemyheart Envoyé : 07/12/2006 10:52

DOGGY BAG SAISON 3

c'est la troisième saison et le rythme ne faiblit pas, on se doute que cette fois on ne pourra pas faire autrement que de lire les 3 saisons restantes, en attendant le coffret intégral.
Les personnages évoluent, les drames se nouent et la tension monte, sans oublier le cliffhanger final qui nous laisse pantelants, Djian a parfaitement compris les ficelles de toute bonne série.
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Incidences

Message  nauticus45 le Ven 20 Aoû 2010 - 20:37




  • Broché: 232 pages
  • Editeur : Gallimard (11 février 2010)
  • Collection : Bibliothèque blanche
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070122123
  • ISBN-13: 978-2070122127
Présentation de l'éditeur:

Une Fiat 500. Au volant, Marc. A côté de lui, sa plus jolie étudiante. C'est la nuit, ils foncent chez lui finir la soirée en beauté. Au petit matin, son goût prononcé pour les jeunes élèves de son cours d'écriture va soudain lui passer. A cause des routes de montagne ? Du néo-conservatisme ambiant ? Des crises de sa soeur ? Ou plutôt du charme des femmes mariées ? Marc ne saurait dire. Du moins, pour le moment.

Commentaire:

Du Philippe Djian comme on aime, avec une écriture incisive et fluide, un humour noir et savoureux, et des personnages attachants malgré une personnalité loin d'être équilibrée. Comme souvent dans ces livres, Djian explore la manière dont notre passé s'encre en nous et façonne notre personnalité, et même si ce thème peut paraître bien sombre, sa manière de l'aborder est si plaisante qu'on termine toujours le roman avec regret. Ces "incidences" ne dérogent pas à la règle, et c'est avec tristesse qu'en refermant le roman on abandonne le personnage principal à son triste sort.

5/5
avatar
nauticus45

Nombre de messages : 1524
Age : 40
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Ardoises

Message  nauticus45 le Dim 19 Sep 2010 - 14:46



Ardoises

  • Broché: 127 pages
  • Editeur : Julliard (10 janvier 2002)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2260015255
  • ISBN-13: 978-2260015253

Présentation de l'éditeur:


Philippe Djian règle son ardoise en rendant hommage à ceux qui ont faitde lui l' homme qu'il est aujourd'hui. Salinger, Céline, Cendrars,Kérouac, Melville, Miller, Faulkner, Hemingway, Brautigan, Carver... Deseize à trente ans, Djian a lu comme un fou. Et puis il a décidé d'êtreécrivain. Après le phénomène 37°2 le matin et le succès de son dernierroman "Vers chez les blancs", "Ardoise" est un texte insolite etprofondément original qui parle des livres.

Commentaire :


Dans ce court texte Philippe Djian nous fait découvrir quelques-uns des écrivains qui l'ont le plus marqués, il les évoque avec beaucoup d'admiration mais aussi avec son regard d'écrivain, et nous livre ainsi au fil des pages sa propre vision et sa propre expérience de l'écriture. Avec lui on redécouvre avec régal des auteurs aussi différents que Kerouac, Salinger et Melville, et lorsqu'on referme ce livre on n'a plus qu'une envie: les relire avec à l'esprit tous les éclaircissements de Djian sur ces auteurs et leur écriture.

4/5
(4 car bien que très intéressant ce livre ne changera pas la vie de son lecteur mais sa vision de la littérature, ce qui est déjà bien!)
avatar
nauticus45

Nombre de messages : 1524
Age : 40
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philippe DJIAN (France)

Message  nauticus45 le Mar 9 Oct 2012 - 12:22





  • Broché
  • Editeur : Futuropolis (16 octobre 1992)
  • Collection : Futuropolis - Gallimard
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2737627559
  • ISBN-13: 978-2737627552


Résumé:
Le narrateur de ce court roman est un peintre français arrivé au Canada après avoir rencontré à Paris une jeune canadienne, Sarah, pour qui il a immédiatement le coup de foudre. Pour elle il quitte son pays, sa femme, ses pinceaux et sa dépression, et s'embarque pour le Manitoba, rencontrer la famille de Sarah et notamment ses trois frères très protecteurs. L'hiver arrive et il faut protéger la ville des ours. Le narrateur, à qui la vie canadienne a rendu toute sa santé morale, voit sa vie se compliquer quand il est enrôlé de force dans la brigade chargée de protéger la ville des ours. Entouré d'hommes armés, pris entre ceux qui veulent sauver la vie des ours tout en protégeant les hommes et ceux qui sont prêts à tuer les ours à la première occasion, le narrateur découvre que Sarah a autour d'elle plusieurs anciens maris et pas mal de prétendants qui sont tentés en le voyant rester dans la région de chasser autre chose que les ours...


commentaire:



Ce court roman est à la fois drôle et noir, comme souvent chez Djian, mais il a en plus un côté pittoresque qui rend sa lecture vraiment agréable. Je ne connaissais rien jusque-là des pièges à ours et des oppositions qu'il peut y avoir entre ceux qui veulent le protéger et ceux qui ne veulent protéger que l'homme, et j'ai découvert cet aspect du Canada avec beaucoup de plaisir.


4/5
avatar
nauticus45

Nombre de messages : 1524
Age : 40
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philippe DJIAN (France)

Message  Réaliste-romantique le Lun 29 Oct 2012 - 23:19

« Oh… »
2012, 239 pages.

Une femme divorcée, en conflit avec son fils adulte, qui s’ennui avec son amant, se fait agresser. Mais ça ne la bouleverse pas outre mesure. Elle est attirée par son nouveau voisin, est dérangée par la nouvelle amoureuse de son mari, ainsi que par celle de son fils.

Un livre poutine : on se précipite pour le lire, on le dévore au début, mais vers le milieu le cœur commence à se soulever, car les frites sont froides et détrempées dans la sauce. On hésite à le terminer et on regrette un peu. J’ai dévoré les 100 premières pages, mais, plus tard, je me suis posé la question si j’abandonnais ou non la lecture. Djian pose des situations et personnages intrigants, mais les invraisemblances font graduellement décrocher et, en bout de compte, à part les revirements finaux, qui jurent avec le reste, il ne se passe pas grand chose dans ce livre. Donc, bof.

3,5/5
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1881
Age : 41
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philippe DJIAN (France)

Message  Patience le Dim 28 Juin 2015 - 9:14

BLEU COMME L'ENFER
Editions France Loisirs  475 pages


Ma note : 1/5


Mon avis : C'est extrêmement rare que j'abandonne la lecture d'un livre avant la fin, mais là, j'ai rendu les armes à la page 244. Je n'arriverai même pas à résumer l'histoire : alcool, sexe, drogue, violence, voilà tout ce que je peux en dire. L'auteur écrit comme on parle. Déjà là, c'est un style que j'apprécie moyennement. J'ai eu beaucoup de mal à identifier les personnages et les transitions entre les scènes. Je peux comprendre que ce roman plaise à certaines personnes, mais ce n'est pas pour moi.


Nauticus, tu as l'air d'apprécier cet auteur, as-tu lu celui là ?

_________________
Lecture en cours : Les lieux sombres de Gillian Flynn
PAL : 309
Livres lus depuis le début de l'année : 49 (19231 pages)
avatar
Patience

Nombre de messages : 1000
Age : 34
Location : Lorraine
Date d'inscription : 12/01/2011

http://quarte-editions.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philippe DJIAN (France)

Message  nauticus45 le Lun 8 Mai 2017 - 12:56



Michèle approche de la cinquantaine, elle jongle entre la société de production qu'elle a fondé avec sa meilleure amie Anna, son amant qui n'est autre que le mari d'Anna, son ex mari, scénariste un peu raté et leur fils Vincent qui veut  entamer sa vie d'adulte en manquant encore pas mal de libre arbitre, sans parler de ses propres parents, au passé plutôt chargé.. Un soir Michèle se fait  agresser et violer chez elle, plus surprise que vraiment traumatisée, elle continue de mener sa vie de front et tombe sous le charme de Patrick, son voisin. Mais elle n'est décidément attirée que par des personnalités complexes.... comme toujours l'ironie.

On retrouve dans ce roman l'humour et le cynisme de Philippe Djian. Ainsi la vie ne fait pas de cadeau à Michèle et elle ne s'épargne pas non plus mais elle avance malgré tout, en essayant de se préserver et de préserver les siens.

4/5

4/5
avatar
nauticus45

Nombre de messages : 1524
Age : 40
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philippe DJIAN (France)

Message  kattylou le Mar 9 Mai 2017 - 12:07

J'ai toujours eu du mal avec Djian il faudrait que je retente un jour

_________________
Louise Penny - Revelations Brutales 
Proust - A l'ombre des jeunes filles en fleurs
avatar
kattylou

Nombre de messages : 3276
Age : 52
Location : 77
Date d'inscription : 08/09/2009

http://kattyloucuis.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Chéri chéri

Message  nauticus45 le Dim 16 Juil 2017 - 20:00



Denis est écrivain le jour et Denise la nuit. En effet le jour il écrit des romans au succès certain mais discret ainsi que des critiques des romans des autres et la nuit il complète ses revenus en incarnant dans un club transformiste Denise, sa partie féminine qu'il assume complètement même s'il la tient éloignée de sa vie publique. Il est marié avec Hannah et le propriétaire et voisin de leur logement est Paul, le père d'Hannah. Paul est un riche homme d'affaires qui a officiellement fait fortune dans le poulet et officieusement l'entretient surtout grâce à Robert, son homme de main. Paul voit d'un très mauvais œil les activités nocturnes de son gendre, lui qui domine totalement sa fille et Veronica, sa femme, a du mal à supporter son gendre. Mais après tout c'est lui qui a voulu ce mariage et son voisinage avec Denis...

Ce roman est dans le style habituel de P. Djian. On y retrouve du sexe, de l'alcool, mais surtout des personnages bien trempés qui essayent d'être eux mêmes malgré des circonstances souvent compliquées et qui dont face, souvent avec beaucoup l'humour.

4,5/5
avatar
nauticus45

Nombre de messages : 1524
Age : 40
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philippe DJIAN (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum