Maryline DESBIOLLES (France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Maryline DESBIOLLES (France)

Message  gallo le Mar 16 Déc 2008 - 21:01

De : 5859Chouette (Message d'origine) Envoyé : 30/04/2003 16:43
"Anchise" , Maryline Desbiolles
édition Seuil Points, 122 pages (précision pour Polo )

D'une écriture poétique (parfois trop ... un peu comme Camille Laurens ) Maryline Desbiolles raconte l'histoire d'Anchise, vieux monsieur de 80 ans, qui vit dans la campagne de l'arrière-pays niçois. Pauvre vieux inconsolable depuis que sa belle blonde, Blanche, est morte. Une mort dont il n'est jamais parvenu à faire le deuil tout simplement parce qu'il venait juste de partir à la guerre quand elle s'est absentée. Il venait juste de se marier, il se connaissait tant et si peu à la fois, il n'en n'était qu'aux prémices de l'amour fou ...
Dans un paysage chaleureux comme seule la Provence sait l'être (les cigales, les mimosas en fleurs,les abeilles etc...), elle fait une description sensuelle de cette campagne de solitude et d'abandon où seuls les vieux viennent finir leurs jours. Un contraste flagrant entre une nature bellissima et ses habitants déchus. (Au passage, de magnifiques portraits de paysans du cru !)
Anchise ou comment se jeter une fois pour toutes dans la lumière du grand amour perdu ?

Beaucoup de critiques encensent cette oeuvre, je reste modérée car j'ai eu parfois l'impression dérangeante de lire une suite de mots qui forment de très belles phrases poétiques certes, mais un peu trop compliquées... La beauté ne s'apprécie-telle pas sous sa forme la plus simple, la plus pure ?

"Anchise" a reçu le Prix Fémina en 1999

Note: 4/5
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maryline DESBIOLLES (France)

Message  lalyre le Jeu 19 Fév 2015 - 16:54

Primo         
  Maryline Desbiolles       
  Points 2014    
134 pages

Quatrième de couverture
1932, la date de l’histoire qu’on m’avait racontée il y a peu et qui ainsi, à revers, se rappelle à moi. Une histoire qui se passe à Turin. Une histoire familiale qui n’avait pas le charme de l’exotisme et qui ne me touchait cependant pas directement. […] Qu’est-il arrivé à Primo, le Premier, le tout premier, la première heure, le point du jour qui serait mort trois jours après que Renato est né ?

Mon avis
Comment mettre  dans un si petit livre les mots pour décrire le destin d’ancêtres dont l’existence, est inscrite dans l’ombre de la grande histoire ? Une histoire familiale qui se perd dans la nuit des temps et ce temps, il faut le remonter et cela vers la recherche des origines  de sa famille et tenter malgré des traces minimes de sortir les êtres défunts de l’oubli. Un petit récit  qui mélange l’arbre généalogique au récit familial l’exploration du passé familial a plutôt pour effet d’enquêter pour retrouver  des certitudes tout en  retraçant le parcours de la grand-mère qui au fil du temps parlait souvent des morts. Il faut cependant parler du titre (Primo) le premier né, on ne sait ce qu’il est devenu, est-il mort  comme on l’a annoncé à sa mère lors de la naissance du deuxième nouveau-né ? Avec sa belle plume,  Maryline Desbiolles  nous conte les récits de sa grand-mère, les promenades au cimetière, les histoires familiales, l’histoire d’un secret car le premier-né n’a pas de tombe,  d’ailleurs la grand-mère n’a jamais cru à la mort de son premier-né qui sans doute fut mis dans une fosse commune en compagnie de petits comme lui. L’auteur enquête mais cela est si loin et pour cela il faudrait un  vaste  travail de reconstruction car il ne reste que quelques minimes traces, la guerre étant passée par là. J’ai certes admiré  le travail que fut cette enquête pour écrire cette narration. Car comment imaginer pouvoir faire renaître l’histoire d’un enfant,  le premier enfant de sa grand-mère, mort à deux ans dans l’Italie fasciste et dont cette dernière passa le reste de sa vie à se poser cette question, qu’est devenu mon premier enfant ?  Un beau récit que j’ai apprécié…..4/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4137
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maryline DESBIOLLES (France)

Message  lalyre le Dim 23 Aoû 2015 - 8:31

Le beau temps          
  Maryline Desbiolles      
  Editions Seuil 20 août 2015
            228 pages          

Quatrième de couverture
Maurice Jaubert naît dans les premiers jours de 1900, à Nice où le siècle, lavé par les vagues et lustré par la lumière, est encore plus neuf. Sa courte vie se dessine entre ce front de mer et la ligne de front où il meurt en juin 1940. Mais il aura inventé la musique de cinéma (il travaille avec Vigo, Storck, Renoir, Carné ou Duvivier) et cru à l'effervescence créatrice de son époque, malgré les années noires, malgré les tragédies : il aura cru ardemment aux vertus du nouveau sans lequel il n'y a ni désir ni joie.

C’est cette énergie de vie et d’invention que Maryline Desbiolles restitue en un roman enthousiaste et généreux, qui nous fait partager un destin, une ville, une époque, ressuscitant cet homme que beaucoup ont admiré, et même vénéré, comme ce fut le cas de Truffaut. C’est une véritable lettre d’amour qu’elle adresse à travers le temps.

Mon avis
Ce récit retrace la courte vie de Maurice Jaubert qui à partir de décembre 1923, assure la chronique de « La  quinzaine musicale à Paris » pour le Petit Niçois sous le pseudonyme de Maurice Gineste. La première station de ski est ouverte en 1909 à Peïra-Cava et Maurice vers l’âge de quatorze ans se rend à la montagne toutes les fins de semaine, au lycée il raconte ses aventures à ses camarades de classe, car ce sont bien des aventures, à cette époque la montagne est presque encore intouchée tout comme la neige.  Il lit beaucoup, très jeune il s’intéresse à la musique. Le 3 janvier 1920, il a vingt ans, en avril, il part au service militaire, il en prend pour deux ans. A ce moment il a vécu la moitié de sa vie, c’est peut-être à ce moment qu’il prend la résolution de se consacrer à la musique. Jeune compositeur, il revient d’Algérie avec « une suite arabe qui deviendra Chants sahariens, cinq poèmes Touaregs pour soprano, hautbois, quatuor à cordes et tambour. En septembre 1929, il sera chef d’orchestre pour une courte saison à l’opéra d’Alger, il fréquentera toutes les formes nouvelles de la musique et de l’art et composera de nombreuses musiques de film. La courte vie de cet homme généreux et créatif  traversera toute une époque d’avant-garde. Un très beau livre ou le récit entremêle, l’histoire, les arts, le cinéma et la musique mettant en avant un compositeur méconnu…..4,5/5

 

 

.
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4137
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maryline DESBIOLLES (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum