Aki SHIMAZAKI (Japon/Québec)

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Aki SHIMAZAKI (Japon/Québec)

Message  dodie le Mar 8 Mai 2012 - 10:27

Tonbo

Le narrateur de ce court roman, Nabu dirige un "juku", un établissement de cours privé, dans la banlieue de Tokyo. Sa vie semble équilibrée et sereine entre sa femme et ses enfants d'une part et son activité professionnelle d'autre part, jusqu'au jour où il reçoit un message d'un homme lié à un épisode douloureux de son passé: le suicide de son père.

Quel petit bijou de la littérature japonaise! J'ai été littéralement emporté par l'écriture très poétique de Aki Shimazaki. Tout y est décrit avec beaucoup de délicatesse.Le narrateur nous dépeint sa vie quotidienne avec des détails qui peuvent sembler anodins mais donnent une toile de fond au récit.
Comme il semble être courant dans la littérature japonaise ( je suis encore novice en la matière), les sentiments sont exprimés avec beaucoup de retenue et de pudeur.
Ce roman est un roman sur le souvenir bien sûr mais aussi sur la loyauté, l'honneur qu'il faut savoir garder, sur la peur de l'autre qui peut amener à commettre des erreurs, le rejet de ceux qui semblent différents.
Un pur trésor!
Ma note 5/5
avatar
dodie

Nombre de messages : 4457
Age : 53
Location : France
Date d'inscription : 11/04/2009

http://dodiecuisine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aki SHIMAZAKI (Japon/Québec)

Message  Lyreek le Dim 13 Mai 2012 - 17:35


Le poids des secrets tome I : Tsubaki
Babel - 114 pages

Je ne referai pas de résumé, il y en a déjà plein...

J'ai lu avec beaucoup de plaisir ce petit roman tout en finesse et en délicatesse. On y découvre des secrets de famille, la vie des japonais pendant la seconde guerre mondiale et les retombées des bombes atomiques.
Dommage que ce soit si court, à peine le temps de faire la connaissance des personnages qu'on doit les quitter. Il va falloir que je lise les tomes suivants!

4/5

_________________
Lecture en cours : La ville orpheline de Victoria Hislop

"Lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois"
avatar
Lyreek

Nombre de messages : 2258
Age : 35
Location : Côte d'Azur, France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aki SHIMAZAKI (Japon/Québec)

Message  Bernard le Dim 27 Mai 2012 - 14:55

Merci de ces critiques.

Suis pas trop tenté.

B
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3540
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aki SHIMAZAKI (Japon/Québec)

Message  Réaliste-romantique le Mar 5 Juin 2012 - 1:06

Mitsuba
2006

Un jeune cadre japonais tombe amoureux au moment où il va être muté à Paris. Son amoureuse, francophile, est prête à le suivre, mais le monde des affaires japonais et ses codes rigides peut tout broyer.

Intéressant récit sur la vie des travailleurs et des relations hommes-femmes dans les années 1980. Le style est simple mais captivant, on dévore le livre.

4,5/5

le réaliste-romantique

PS Est-ce qu'il ne vaudrait pas mieux rajouter Québec dans le sujet de la discussion? Elle a émigré au Canada depuis plus de 30 ans et écrit toujours en français.
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1883
Age : 41
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aki SHIMAZAKI (Japon/Québec)

Message  petitepom le Mar 5 Juin 2012 - 4:21

Tsubaki-Aki Shimazaki

C’est le premier tome d’une série de 5, des livres d’une centaine de pages, vite lus mais aussi très riches. On découvre les secrets de famille et comme toujours cela a amené des souffrances, de plus dans celui-ci il est lié à la période si dure de Nagasaki.

Alors que sa mère vient de mourir, Sa fille, la narratrice découvre qu’elle a un oncle ; sa mère a un demi frère ; cette découverte nous ramène quelque jours avant le largage de la bombe atomique, une histoire d’amour au milieu de la guerre et un drame effacé par la bombe.

Hamaguri-Aki Shimazaki

Dans ce tome, nous connaissons l’histoire de Yukio, il restera amoureux de cette petite fille rencontrée dans un Parc alors que sa maman rencontre ce Monsieur. Il ne découvrira la vérité que 50 après que la bombe soit tombée.

Nous revoyons son enfance puis son déménagement à Nagasaki une fois sa mère remariée, nous apprenons un petit peu plus sur son père d’adoption et ce qu’il a vécu le jour de l’explosion.

La même histoire d’amour sème des tourments dans la vie de Yukio comme elle en a apporté à Yukiko.

Tsubame-Aki Shimazaki

Ce petit livre nous dévoile le secret de Mariko, la mère de Yukio et met en avant les difficultés des Coréen venus se réfugier au Japon. Mariko va passer sa vie à mentir sur ses origines pour le bien de son enfant et petits enfants .

Depuis la disparition de son oncle et sa mère, elle a gardé le journal de cette dernière, mais ne comprenant pas le Coréen, elle n’en a jamais connu le contenu ; grâce à une rencontre avec une Coréenne, elle va connaître ce qu’il est écrit et apprendra qui est son père.

Wasurenagusa-Aki Shimazaki

Kenji Takashi est l’héritier d’un famille noble, c’est parents compte sur lui pour qu’il assure une descendante. Mais Kenji est stérile, ses parents ne veulent pas l’entendre et veulent gérer sa vie.

Sa rencontre avec Mariko va le délivrer de sa famille, il a à présent une femme et un enfant, m^me s’il n’est pas de lui, le principal est que son entourage ne la savent pas.

Alors que Mariko est d’origine Coréen, Kenji va à son tour connaître ses origines ; derrière les apparences et les traditions que défendent ses parents, se cache là encore un secret.

Hotaru- Aki Shimazaki

Nous revenons sur l’histoire d’amour de Mariko et le père de Yukio, on apprend que cela n’est pas si innocent que cela, Mariko fait part de ses tourments à sa petite fille.

Mr Horibe est un grossier personnage, je l’avais déjà ressenti lors du premier tome, cela conforte mon opinion, Mariko était une femme jeune et naïf et Mr Horibe , un profiteur qui mérite ce qu’il a eu.

Ce petit livre clôture cette série, il y a beaucoup de poésie dans ces lectures, les fleurs, les oiseaux et les lucioles viennent imager cette histoire d’amour secrète, dans une période de trouble qu’est la guerre.
avatar
petitepom

Nombre de messages : 236
Age : 51
Location : un petit village de Corrèze
Date d'inscription : 03/06/2012

http://petitepom.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aki SHIMAZAKI (Japon/Québec)

Message  Nathalire le Dim 17 Juin 2012 - 9:08

Le poids des secrets:
- Tsubaki (Camélia)
- Hamaguri (Palourde japonaise)
- Tsubame (Hirondelle)
- Wasurenagusa (Myosotis)
- Hotaru (Luciole)

Très bons résumés de Petitepom ci-dessus.

Cette série de petits romans a été une source de bonheur de lecture pour moi. Je les ai dégusté avec un énorme plaisir et je vous conseille cette plongée dans les histoires de familles japonaises.

Pour celles et ceux qui aimeraient en savoir plus sur Aki Shimazaki, j'ai trouvé un article très intéressant tiré de la revue Nuit Blanche (suivre le lien puis télécharger, à gauche, "texte intégral PDF":

http://id.erudit.org/iderudit/19891ac

J'ai été surprise d'y apprendre que Aki Shimazaki a été fortement inspirée par Agota Kristof et sa trilogie du grand cahier! Je suis toujours très impressionnée par ces "hasards" de lecture qui font qu'un lien existe souvent entre mes lectures successives... Etant donné que j'ai découvert Le Grand Cahier via le LV de Rose il y a peu de temps (et que j'ai adoré), je me sens très proche de Aki Shimazaki et de sa série Le poids des secrets qui m'a énormément touché et que j'ai personnellement trouvé très haletante.

Il faut bien situer les personnages et il vaut mieux les lire à la suite à mon avis. Les rappels d'un livre à l'autre sont plutôt bienvenus étant donné qu'il n'est pas toujours évident de se rappeler de tous les détails de la vie de chaque personnage. L’entremêlement des histoires est vraiment réalisée avec brio et sans hésiter je mets un énorme 5/5 coeur
avatar
Nathalire

Nombre de messages : 1058
Age : 36
Location : Pully (Suisse)
Date d'inscription : 22/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aki SHIMAZAKI (Japon/Québec)

Message  Réaliste-romantique le Dim 1 Juil 2012 - 19:28

Tsubaki

Au seuil de la mort, une japonaise, survivante de la bombe de Nagasaki, ose enfin parler de ses souvenirs de la guerre à son petit-fils et sa fille. Mais cette dernière, après le décès, se voit confier la mission de retrouver le demi-frère dont elle ignorait même l‘existence. Grâce à une longue lettre, elle découvre la vie de sa mère avant et après l’explosion.

Intéressant court récit qui permet d’aborder l’horreur de la bombe atomique de Nagasaki. Shimazaki garde le flou sur nombre de détails, ce qui donne une allure onirique à son récit, bien que l’on fini par deviner quelques repères, par exemple que la narratrice habite probablement Montréal. Toutefois, ceci contraste avec les dialogues et les explications de l’intriguent qui m’apparaissent beaucoup trop clairs et crus. Certains personnages se font plutôt facilement des révélations de lourds secrets, et ce dans une société discrète comme le Japon, au milieu du siècle, parfois entre parent et enfant. Je n’ai pas trouvé ça très crédible, d’autant plus que, tel que discuté plus haut, le livre présente, sur d’autres plans, une certaine retenu.

4/5

le réaliste-romantique
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1883
Age : 41
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aki SHIMAZAKI (Japon/Québec)

Message  Réaliste-romantique le Jeu 12 Juil 2012 - 0:33

Hamaguri

Suite ou autre volet de Tsubaki du même auteur, le lecteur suit maintenant la vie de Yukio, amour impossible de la grand-mère du livre Tsubaki. Yukio, fils sans père connu, subit le rejet et les quolibets de tous les voisins. Enfant solitaire, il rencontre et s’éprend de Yukiko.

Lecture agréable, mais sans surprise, car on relit la même histoire que dans l’autre livre. Je n’ai pas trouvé que l’autre perspective ajoutait beaucoup.

3,5/5

le réaliste-romantique
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1883
Age : 41
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aki SHIMAZAKI (Japon/Québec)

Message  Ladybug le Dim 15 Juil 2012 - 8:55

LE POIDS DE SECRETS
(Babel - Actes Sud)

Tome 1 - Tsubaki - 115 pages
Tome 2 - Hamaguri - 112 pages
Tome 3 - Tsubame - 116 pages
Tome 4 - Wasurenagusa - 122 pages
Tome 5 - Hotaru - 132 pages


Dans une lettre laissée à sa fille après sa mort, Yukiko, une survivante de la bombe atomique, évoque les épisodes de son enfance et de son adolescence auprès de ses parents, à Tokyo, puis à Nagasaki.
Ainsi commence Le poids des secrets, véritable puzzle de la vie de deux familles. Chaque tome fait environ 100 pages, c'est la même histoire qui est racontée et complétée à chaque tome grâce aux principaux acteurs qui se confient tout à tour.

En arrière-plan de cette histoire familiale, les heures sombres du Japon, avec la guerre et la bombe atomique. Le roman aborde également des thèmes tels que l'exclusion, le déracinement, les discriminations dont sont victimes les Coréens, la société japonaise et ses préjugés.

J'ai complètement été séduite par ce roman raconté sur le ton d'une confidence, c'est un voyage au coeur de l'intimité. On vit l'histoire sous un angle différent à chaque tome, la vision partielle des évènements se complète au fur et à mesure, j'ai trouvé que Aki Shimazaki maitrisait vraiment bien ce procédé.

Ma note : 4.5/5

_________________
Je lis

avatar
Ladybug

Nombre de messages : 1970
Date d'inscription : 22/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aki SHIMAZAKI (Japon/Québec)

Message  Réaliste-romantique le Dim 15 Juil 2012 - 15:09

Tsubame

Dans ce récit, l’on suit la mère de Yukio. Orpheline survivante du terrible tremblement de terre de 1923 qui fit plus de 140 000 morts, elle a toujours caché ses origines coréennes. Persécutés jusqu’à la guerre, les Coréens sont ensuite toujours victime de discrimination. Elle ne sait comment réconcilier le respect de ses racines et l’effet perturbant que cette vérité pourrait avoir sur la vie et la carrière de ses enfants et petits enfants.

J’ai bien aimé ce tome de la série, car il touche une période historique et un élément social différent : le tremblement de 1923 et la persécution des immigrants coréens. J’ai toutefois moins aimé que le récit soit, à certains moments, trop didactique, avec des dialogues qui sonnent un peu artificiels, car ils doivent bien expliquer la situation historique et actuelle. Mais c’est néanmoins une bonne lecture intéressante.

4/5

le réaliste-romantique
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1883
Age : 41
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aki SHIMAZAKI (Japon/Québec)

Message  noemiejardine le Sam 21 Juil 2012 - 13:40

le poids des secrets

Tome 1 - Tsubaki - 115 pages
Tome 2 - Hamaguri - 112 pages
Tome 3 - Tsubame - 116 pages
Tome 4 - Wasurenagusa - 122 pages
Tome 5 - Hotaru - 132 pages


Merci les razerates, ai vraiment apprécié cette série de récits!
comme les enfants prfois on goûte la répétition!
en sus, ne connaissais rien du tremblement de terre de 1923...

dans l'ensemble:
4/5
avatar
noemiejardine

Nombre de messages : 593
Date d'inscription : 05/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aki SHIMAZAKI (Japon/Québec)

Message  noemiejardine le Dim 22 Juil 2012 - 8:18

Tonbo



Présentation de l'éditeur:
Nobu a fondé en 1981 un juku, établissement de cours privés spécialisé
dans la préparation des examens. Six ans plus tard, avec la visite
inattendue d’un homme qui réveille le souvenir du suicide de son père,
il apprend une tout autre histoire que celle qui a assombri sa jeunesse.
Professeur respecté, injustement accusé d’avoir provoqué la mort d’un
élève rebelle, le père de Nobu avait vu son destin littéralement pris
dans les mailles inextricables d’une rivalité d’étudiants. Mais le drame
d’alors prend aujourd’hui une tournure imprévue. Après le remarquable
succès public de son cycle Le Poids des secrets, récompensé au Canada
par plusieurs prix littéraires, Aki Shimazaki construit un nouveau
projet romanesque à multiples facettes : chaque titre de la série
composée pour l’instant de Mitsuba, Zakuro et Tonbo peut se lire
indépendamment, mais ensemble ils éclairent dans toute leur complexité
des secrets familiaux imbriqués dans la cruelle réalité du monde
professionnel et de l’Histoire japonaise. Dépouillée, aussi précise
qu’économe, la plume d’Aki Shimazaki n’en est pas froide pour autant :
son art de la litote suscite une empathie remarquable et crée un
suspense psychologique tout à fait fascinant.

on retrouve les thème chers à Shimazaki: les enfants englués dans les histoires de leurs parents, voire de leurs grands-parents.
Pour survivre normalement ils doivent faire en sorte que leur passé reste caché.
Dans le poids des secrets, c'est l'origine coréenne qu'il faut nier, ou le fait d'avoir été maîtresse ou amante d'un homme déjà mariée, fille-mère ou femme bafouée,
ici c'est le suicide du père et sa réputation d'enseignant mise à mal par une fausse accusation de maltraitance.
l'importance du qu'en dira-t-on, c'est fou ce qu'il est prégnant dans la vie japonaise, si on tait tant de choses, c'est par peur de ce que les voisins, donc le village, le quartier, etc...va bien pouvoir penser de vous.

Ayant une belle-fille mi-japonaise, constate que ce goût du secret, du caché, est quelque chose de très profond dans la culture nippone:
la plupart des sujets sont quasi "tabous", ce qui rend la vie commune très compliquée...les questions sont malvenues, jugées probablement impolies,
on ne peut qu'effleurer le superficiel de l'existence, en tous les cas c'est le sentiment que cela me laisse, le paraître est ce qui importe le plus et il faut être comme les autres, rien ne doit vous en distinguer
ni vos goûts musicaux, ni votre habillement, ni votre façon de vivre.

Connais mal l'histoire du Japon, mais Shimazaki me donne envie d'en apprendre plus...

Et puis, si j'ai bien compris, puisqu'il n'y a pas de traducteur, Shimazaki écrit en français?
est-elle connue au Japon, appréciée?
Y est-telle traduite ou écrit-elle dans les 2 langues?

2 critiques sympas:
http://livrogne.com/2011/07/tonbo-de-aki-shimazaki/
http://leslecturesdecachou.over-blog.com/article-tonbo-aki-shimazaki-81501572.html

4/5
avatar
noemiejardine

Nombre de messages : 593
Date d'inscription : 05/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aki SHIMAZAKI (Japon/Québec)

Message  Enza le Dim 29 Juil 2012 - 15:00

Le poids des secrets - Tsubaki

Premièrement, j´ai été très étonnée de la taille du livre, je m´attendais à plus, même pour un premier tome.
J´ai beaucoup aimé l´histoire, mais je trouve que ça va vite. J´aurai envie d´en savoir un peu plus sur le désastre causé par la bombe, et même sur la propre histoire des gens.
Et je n´ai pas trop aimé le style, surtout les dialogues entre le père de Yukiko et Madame Takahashi qui je pense auraient pu être vraiment meilleurs, plus fournis.

Mais l´histoire est tout de même très interessante et je compte bien terminer la saga! study

3,5 /5
avatar
Enza

Nombre de messages : 23
Age : 33
Location : Düsseldorf
Date d'inscription : 19/07/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aki SHIMAZAKI (Japon/Québec)

Message  Réaliste-romantique le Lun 13 Aoû 2012 - 16:51

J'ai aussi lu les 2 derniers, mais j'ai eu l'impression de lire et relire encore les mêmes passages. J'ai lu rapidement le 4e volume, et seulement survolé le dernier. Je n'ai pas eu l'impression qu'ils ajoutaient quoi que ce soit, et les irritants ont pris de l'ampleur (passages pédagogiques, coïncidences non crédibles, dialogues et confessions sans retenue).
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1883
Age : 41
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aki SHIMAZAKI (Japon/Québec)

Message  Enza le Jeu 16 Aoû 2012 - 9:48

Je viens de finir Hamaguri et Tsubame. Je trouve encore que ça va trop vite! Cette fois-ci c´est plus par frustation, moi qui fais 2h30 de transport en commun par jour, d´avoir fini un tome en même pas un aller/retour Laughing
J´aime toujours autant l´histoire, et j ai trouvé les dialogues un peu moins niais que dans le premier tome.
Ce sont des livres que je recommanderai, et je suis contente de m´assseoir dans le train et de les lire, d´où la note de :
4/5
avatar
Enza

Nombre de messages : 23
Age : 33
Location : Düsseldorf
Date d'inscription : 19/07/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aki SHIMAZAKI (Japon/Québec)

Message  lalyre le Lun 29 Oct 2012 - 17:44

Mitsuba
Aki Shimazaki
Babel août 2012

Quatrième de couverture
Quand la compagnie d'import-export Goshima de Tokyo se propose d'affecter Takashi Aoki à sa succursale de Paris, ce jeune employé prometteur se trouve à un point tournant de sa vie puisqu'il vient de rencontrer enfin la femme avec qui il souhaite fonder une famille, Yûko Tanase. Mais il sait aussi que les lois silencieuses et impitoyables de sa société, à l'intransigeance impériale, peuvent écraser d'un doigt les relations humaines des êtres qui ne font pas partie des puissants. Qu'adviendra-t-il alors de la promesse des amoureux, faite au café Mitsuba ?

Mon avis
Takashi Aoki est un homme qui traite sa femme Yûko avec égards, ils se sont rencontrés au café Mtsuba (dont le titre du livre). Dans la compagnie ou il travaille, il est apprécié par monsieur Toda son chef, serait-ce que celui-ci se sentirait coupable de la mort du père de Takashi, décédé d’une crise cardiaque pendant un voyage d’affaires, sans doute due à l’excès de travail. Voici un petit roman dont je ne dirai pas plus, pour ne pas dévoiler le suivant, celui-ci étant le premier d’une série. Je dirai simplement que le lecteur sortira enchanté de ce livre écrit simplement avec de la poésie et décrivant très bien ce que sont les grandes entreprises au Japon. Ce sera encore un gros coup de cœur. 5/5
…………………………………………………………………………………………………………………………………..
Zakuro
Aki Shimazaki
Actes Sud 2008

Présentation de l'éditeur
La dernière fois que Tsuyoshi Toda a vu son père, c'était en 1942, quand ce dernier partait travailler en Mandchourie, d'où il a été déporté en Sibérie après la fin de la guerre. Vingt-cinq ans plus tard, alors que sa mère sombre peu à peu dans les errances de l'alzheimer tout en conservant l'espoir de revoir un jour son mari, Tsuyoshi apprend que son père, porté disparu, est vivant au Japon. Lorsque le père accepte de rencontrer son fils, seul, il lui remet une lettre dans laquelle il explique les raisons de sa disparition: ce qui s'est passé sur le bateau qui le ramenait au Japon a brisé net le cours de sa vie. D'une logique dramatique imparable, ce roman explore le destin d'êtres que l'Histoire a broyé dans les replis de ses silences honteux.

Mon avis
Après avoir lu Mitsuba, j’ai terminé Zakuro. Toujours des secrets de famille ou des révélations auxquels on ne s’attend pas. Je dirais que chacun de ses petits romans peuvent se lire seul mais j’aime bien les suites car dans chacun on reparle de personnages ou de faits ayant eu lieu dans le précédent. Par exemple on retrouve monsieur Toda qui fut un collègue de Takashi Aoki, on apprend que son père pourrait être déporté en Sibérie, que les survivants de ce camp furent libérés entre 1947 et 1956, mais aucune nouvelle du père, la mère atteinte de démence sénile prétend qu’il est vivant et attend toujours son retour, bien des années plus tard ses proches n’ont pas encore pu faire leur deuil et c’est lors de la visite d’un ami que……C’est une histoire captivante sur fond d’une trame historique et dramatique de ce pays qui m’a passionnée Ce sera encore un gros coup de cœur 5/5
……………………………………………………………………………..
Tonbo
Aki Shimazaki
Actes Sud 2010

Présentation de l'éditeur
Nobu a fondé en 1981 un juku, établissement de cours privés spécialisé dans la préparation des examens. Six ans plus tard, avec la visite inattendue d’un homme qui réveille le souvenir du suicide de son père, il apprend une tout autre histoire que celle qui a assombri sa jeunesse. Professeur respecté, injustement accusé d’avoir provoqué la mort d’un élève rebelle, le père de Nobu avait vu son destin littéralement pris dans les mailles inextricables d’une rivalité d’étudiants. Mais le drame d’alors prend aujourd’hui une tournure imprévue.

Mon avis
Voici le troisième livre sur cette histoire romanesque , chacun des trois peut se lire seul mais les lisant en se suivant on comprend mieux la complexité et les secrets de ces histoires familiales. Car dans chaque roman on retrouve le passé de certains personnages, tel cet homme, ancien élève du père de Nobu, lui révèle ce qui s’est passé lors d’un accident ayant eu lieu dans le livre précédent….Cela pour retrouver la paix avec lui-même. L’ensemble des romans est un témoignage intéressant sur la philosophie de la société japonaise actuelle, cela avec une belle écriture pudique et précise, délicatement ciselée avec des mots simples et émouvants, Vraiment j’aime beaucoup les romans de Aki Shimazaki. Je vais me procurer Tsukushi, le quatrième volet de cette série..5/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4138
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aki SHIMAZAKI (Japon/Québec)

Message  Mandarine le Sam 21 Mai 2016 - 14:31

Pentalogie: Le poids des secrets

Ces 5 romans ont déjà été maintes fois critiqués sur ce forum, je vois!!!

Je ne vais pas faire de critiques pour les cinq séparément, mais plutôt pour l'ensemble. En effet, il s'agit plus ou moins de la même histoire racontée sous un autre angle, ou parfois une histoire un peu différente mais avec un des personnages principaux comme sujet.

J'ai beaucoup aimé cette série, c'est une véritable découverte pour moi. J'ai vraiment été happée par l'histoire de cette famille, difficile et même tragique, mais si bien décrite que ça n'en est jamais lourd. Tout est en retenue, en pudeur, en finesse, et c'est d'une grande beauté. Jusqu'aux couvertures des livres (en édition poche chez Babel), tout est beauté.
De plus, toutes ces histoires sont situées en plein dans l'histoire tumultueuse de la première moitié du XXè siècle au Japon, et tout cela est très intéressant!!

J'ai relevé quelques incohérences, mais le ton est tellement juste que je pardonne aisément ce petit bémol. J'ai passé un très bon moment, et je pense que cette famille restera longtemps avec moi. C'est tout ce qui compte.


4.5/5
avatar
Mandarine

Nombre de messages : 2073
Age : 31
Date d'inscription : 10/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aki SHIMAZAKI (Japon/Québec)

Message  Réaliste-romantique le Lun 12 Déc 2016 - 0:26

Suisen
158 pages

Tout sourit au président de la distillerie Kida : son entreprise fonctionne, il collectionne les maitresses, dont une superbe actrice montante, et ses enfants entament des études prometteuses. Il cache toutefois une blessure datant de son enfance : son père s’en remarié après le décès de sa femme et leur nouvelle fille a plus de succès que lui. Heureusement, dans le Japon conservateur, il peut jouer sur le fait qu’il est un homme pour garder sa place dans l’entreprise familiale. Pourtant, en quelques jours, tout bascule : ses maitresses ne lui répondent plus au doigt et à l’œil, ses enfants remettent en question ses décision, il affronte des difficultés au travail. La fleur de suisen sera le motif pour le regard évaluateur posé sur toute une vie.
 
Contrairement aux autres livres de Shimazaki que j’ai lu, celui-ci possède une forte intrigue, ses qualités ne reposent pas que sur le style et l’atmosphère, mais aussi sur les dénouements. Une lecture très intéressante.
 

4,5/5

RR

_________________
Lectures en cours : Austerlitz (Sebald), Le carnet d'or (Doris Lessing)
De la bibliothèque : L'oiseau de feu 1 (Jacques ...),... (Alina Reyes)
Commentaire en attente :
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1883
Age : 41
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aki SHIMAZAKI (Japon/Québec)

Message  lalyre le Mer 19 Avr 2017 - 16:33

Shimazaki Aki           
Suisen       
Actes Sud avril 2017     
            159 pages    

Quatrième de couverture
À la tête d’une société prospère fondée par son grand-père, Gorô est marié avec une femme de bonne famille et père de deux enfants pour qui il a des ambitions claires. Il entretient deux maîtresses – dont une magnifique actrice –, il s’entoure de clients importants dans les bars et exhibe fièrement des photos de lui auprès de célébrités. Même s’il croit en mériter toujours davantage, Gorô trouve qu’il a bien réussi sa vie. Or, le jour où ses convictions sont une à une ébranlées, il est forcé de se regarder franchement dans le miroir, sans doute pour la première fois.
Dans ce roman, Aki Shimazaki plonge au cœur des blessures d’enfance qui deviennent parfois des failles à l’âge adulte.

Mon avis
Dans ce petit roman, on suit Gorô, un homme d’affaires, président de la société qu’i a hérité de feu son père. Gorô est un homme arrogant, autoritaire et suffisant,  je n’ai éprouvé aucune sympathie pour ce personnage égoïste et hautain, bien que marié et père de famille, cet homme tient toujours en réserve une ou deux maîtresses allant de l’une à l’autre, s’imaginant que personne ne le sait. C’est un homme méprisable qui ne pense qu’aux apparences jusqu’au jour ou tout s’écroule pour lui et il va pitoyablement être obligé de se voir tel qu’il est (bien fait pour lui). L’auteure de sa belle écriture et avec sa sensibilité nous fait ressentir d’une façon émouvante et précise ce que les blessures d’enfance peuvent engendrer dans la vie. Un très bon roman avec une écriture tellement belle et un titre qui correspond bien à l’image de la couverture et oui j’ai beaucoup apprécié.4,5/5

Une phrase retenue qui décrit bien le personnage 
« Je ne veux pas épouser une fille plus instruite que moi. Je crois toujours que, pour former un couple idéal, l'homme doit être supérieur à sa femme sous tous les rapports ».
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4138
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aki SHIMAZAKI (Japon/Québec)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum