Galsan TSCHINAG (Mongolie)

Aller en bas

Galsan TSCHINAG (Mongolie)

Message  Prospéryne le Mar 16 Déc 2008 - 1:14

De : nimbus (Message d'origine) Envoyé : 2004-12-17 06:39
Galsan Tschinag "Ciel bleu"
"Une enfance dans le Haut-Altaï"
Métailié 157 pages.
Traduit de l'allemand par Dominique Petit ( 1996 )

L'auteur est né en 1944 au sein d'une famille de petits éleveurs nomades Touvas, en Mongolie occidentale. Après avoir réussi son bac, il quitte son pays pour faire des études de linguistique à Leipzig en R.D.A ( pays communiste comme la Mongolie assujettie par l'Union Soviétique).
"Ciel bleu est son premier ouvrage, ouvrage remarqué et primé.
Tschinag raconte sa petite enfance jusqu'à l'âge de 6 -7 ans, sa vie quotidienne ainsi que celle de sa famille et de sa grand-mère adoptée, ses relations privilégiées avec son chien Arsylang. Beaucoup de courage et beaucoup de sagesse sont nécessaires dans des conditions de vie aussi difficiles.
Ce livre est particulièrement bien écrit et traduit, il est d'une fraîcheur absolue ! Un chant d'amour que l'auteur adresse à son pays et à son peuple.
Un de mes coups de coeur 2004, un texte qui vous réconcilie avec le genre humain.

Note : 5 / 5




De : lalyre7032 Envoyé : 2008-02-10 09:51
Dojnaa Galsan Tschinag Picquier/Poche
188 P.
Dans les steppes de Mongolie,c'est l'histoire de Dojnaa,fille d'un redoutable chasseur qui fut tué par un ours,on le surnommait l'éléphant.Elle a hérité de la force de son père,a vécu avec lui après la mort de sa mère lorsqu'elle était très jeune,il l'a élevée comme un garçon,lui a appris à chasser.Après la mort de son père ,on la marie à Doormak,un jeune homme plus petit qu'elle en taille ce qui le rend colèreux,il l'humilie,lui fait plusieurs enfants dont peu survivront..,car il n'est pas facile de survivre dans l'inconfort de la yourte du camp installé dans les steppes immenses.Dojnaa est très forte,elle finira par se révolter contre Doormak qui a une maîtresse .Pour se justifier,il échafaude tout un raisonnement auquel il se cramponne,inimaginable pour lui de se satisfaire de la femme qui lui avait offert une descendance,on comprend mieux lorsqu'il dit que Dojnaa est la mère de ses enfants et que Inej,sa maïtresse est la femme de son coeur,les autres femmes,il les qualifie de femelles qu'il arrose quand l'envie lui prend..Heureusement le livre se termine d'une façon plus douce pour Dojnaa,grâce à la relation qu'elle aura avec un vieil homme,un voisin qui l'aime depuis toujours.

L'auteur dépeint très bien ce beau portrait de femme,il nous en parle de la femme nomade dans un contexte particulier,portant sur ses épaules tout le poids de la vie dans un monde à l'avenir incertain.Il nous conte les moeurs ancestrales de ces nomades avec leurs rites,on imagine la grande steppe,les yourtes,le cheval dans des galops éperdus ,animal tellement proche de l'homme,la fin de la jeune louve prise au piège.Un style simple,féministe qui déclenche des émotions face à cette femme qui lutte pour se défendre dans cette immensité du bout du monde 5/5
Lalyre




De : lalyre7032 Envoyé : 2008-06-09 09:09
Ciel bleu Galsan Tschinag Métailié/Suites
154 P.

L'auteur nous raconte son enfance dans la steppe du Haut-Altaï près du désert du Gobi.Il nous parle de son amour pour sa grand-mère qui lui raconte des histoires passionnantes,il est très jeune enfant lorsque déja il rêve de posséder une yourte pour y vivre avec elle.Il adorait les soirs d'hiver ,les veillées tandis que le poêle ronflait et que la marmite ou cuisait la viande dégageait un parfum qui semblait se lier à tout ce qui flottait dans la lumière vacillante.Un jour,un cavalier est arrivé pour recruter des enfants de plus de huit ans pour la scolarisation,son père accepte que ses frère et soeurs aînés y aillent,ce qui fâche le reste de la famille,oncles et tantes,plus personne ne fréquente leur yourte mais l'enfant trop jeune ne comprend pas ce comportement.Heureusement il y a sa grand-mère qui toujours veille sur lui,il a aussi son fidèle compagnon,son chien Arsilang qui l'aide à garder le troupeau ,qui comprend tout ce qu'il lui dit....ils jouaient ensemble et le chien était très habile à faire respecter la discipline dans le troupeau.mais de gros chagrin l'attendent,un jour la grand-mère a disparu,on ne lui explique rien mais il devine qu'elle est morte,il aimerait savoir ou elle se trouve......un autre gros chagrin le frappe lorsque son chien disparaît,il le recherche ,le retrouve mourant,empoisonné par du produit que son père avait posé pour attraper les loups car mauvais tireur,il a fait cela pour avoir son quota de chasseur.Une immense haine du monde fait hurler l'enfant ,il a crié de toutes ses forces,il a lancé des coups à gauche et à droite se disant que sa naissance et sa vie étaient absurdes ainsi que ses rêves et ses prières.Il comprend que sans sa grand-mère ,sans son chien,séparé de ses aînés,brouillé avec le ciel et même sur le point de haïr ses parents,au moins il ne pouvait perdre ce qui lui restait ,il devait ce résigner à ce qui est arrivé........

Un très beau livre,une belle histoire que les adolescents devraient lire,un bel hommage à cette grand-mère d'ailleurs l'auteur lui a dédié son livre " A ma grand-mère ,le soleil qui m'a réchauffé à l'aube de ma vie "
vraiment je trouve cela très beau,j'ai aimé la candeur de l'enfant vivant dans ce peuple nomade ou l'on ne s'embrasse pas,on se touche simplement.J'aime beaucoup cet auteur et je recommande ce livre. 5/5
Lalyre




De : Chantal5500 Envoyé : 2008-08-25 05:40
CIEL BLEU, UNE ENFANCE DANS LE HAUT ALTAÏ : Galsan Tschinag
Suites Métailié - 154 pages.

L'auteur nous raconte son enfance dans le Haut Altaï dans la steppe aux confins du désert de Gobi. Ses rapports et son amour pour sa grand-mère, son amour pour son chien dont il est inséparable, la vie rude de ces nomades vivant de l'élevage, les activités quotidiennes selon les saisons, la dure séparation d'avec ses frère et soeur obligés de fréquenter une école éloignée, tout est relaté avec fraîcheur et spontanéité comme si l'auteur était toujours enfant.
Une belle lecture, un auteur à relire.

4,5/5
Prospéryne
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 36
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Galsan TSCHINAG (Mongolie)

Message  Chantal le Ven 2 Jan 2009 - 21:19


DOJNAA - Galsan Tschinag
Picquier Poche - 188 pages.


Voilà un portrait de femme magnifique : la fille d'un lutteur de légende surnommé "l'éléphant" dont elle a hérité la robuste constitution, mariée à un "nabot" qui veut la dominer, la rend malheureuse et lui fait sept enfants dont trois seulement survivront, avant de l'abandonner. Elle affrontera alors la solitude, élèvera seule ses enfants, reprendra la chasse qu'elle pratiquait mieux que les hommes avant de se marier, traquera le loup, se défendra des hommes pour garder son indépendance.

Très beau roman qui nous raconte la Mongolie, ses paysages et les moeurs et rites de ses habitants, la condition de ses femmes, souvent très fortes, portant sur leurs épaules le maximum de travail face à des hommes souvent violents et imbibés d'alcool, qui abusent d'elles (dans tous les sens du terme). L'écriture dans sa simplicité est pleine de poésie et de tendresse pour un pays si beau et si rude et l'auteur rend encore une fois un bel hommage à son pays. J'ai énormément aimé.

5/5
Chantal
Chantal

Nombre de messages : 2422
Location : France
Date d'inscription : 22/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Galsan TSCHINAG (Mongolie)

Message  Shan_Ze le Mar 31 Mar 2009 - 10:46

Dojnaa de Galsan Tschinag

Dojnaa est une femme mongole. Elle est la fille d’un lutteur de légende. Son mari vient de partir, elle se retrouve seule avec ses enfants.
Galsan Tschinag nous dresse le portrait d’une femme d’un caractère fort et résolu qui sait ce qu’elle a à faire. J’ai beaucoup aimé découvrir la vie de cette femme et la culture mongole par la même occasion. J’ai trouvé la fin un peu floue, un peu abstraite. Mais je lirai volontiers d’autres livres de Galsan Tschinag car j’aime découvrir des nouveaux horizons et nouvelles vies.

Note :4.5/5
Shan_Ze
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7973
Age : 35
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Galsan TSCHINAG (Mongolie)

Message  lalyre le Dim 7 Fév 2010 - 17:53

Belek, une chasse dans le Haut-Altaï
Galsan Tschinag
Picquier/Poche
157 P.
Deux histoires dans ce livre ,il y a celle du vieux mongol qui vit seul à l'écart du village ,il a la réputation d'avoir tuer un déserteur qui était son fils Belek mais qu'il n'a jamais dévoilé en être le père ,il raconte au narrateur la perte de ce fils qu'il a pourtant aimé au-delà des limites ,mais aussi pour ce peuple très simple , la perte des repères imposées par les lois communistes .

Pour la seconde histoire on retrouve le jeune déserteur ,condamné à mourir ,pourchassé par les gardes communistes ,nous vivons une terrible chasse à l'homme .C'est aussi Belek ,chassé de son peuple lors d'une attaque de loups dans la bergerie .Pendant toute sa vie ,il pourchasse les loups .Et c'est à 76 ans ,seulement armé d'un gourdin,qu' il tue le loup qui s'est introduit dans sa bergerie.

Deux récits très sobre écrits comme des contes ,on découvre le drame des petits paysans de ce pays ,un livre émouvant par la déchirante histoire du fils qu'il n'a jamais pu reconnaître.Et pourtant je me prends à rêver en lisant cet auteur que j'aime beaucoup .Drame,solitude ,sentiment et déchirement forment la trame de ces deux petites nouvelles qui se regroupent ,parce que c'est la vie de Belek qui se déroule par ces mots si bien écrits . 5/5
lalyre
lalyre

Nombre de messages : 4609
Age : 86
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Galsan TSCHINAG (Mongolie)

Message  géromino le Sam 6 Mar 2010 - 9:09

"Belek, une chasse dans le Haut-Altaï" éd Picquier Poche 158 pages

Deux histoires, en fait.

La première raconte le vie de Belek, ce berger au service de son maître qui le traite comme son fils. Mais Belek commet une faute, en permettant à des chasseurs de tuer des louveteaux à la tanière; ce qui a pour effet immédiat de déclencher la fureur des loups. Le carnage dans le troupeau est considérable. Le maître chasse Belek qui ne doit revenir qu'avec la preuve qu'il a bien tué un loup.

Dans "Une histoire Touva", le vieux Dshaniwek raconte à l'auteur sa propre histoire: Il est le père caché de Bajnak. Ce dernier est accusé de désertion et doit être pourchassé et arrêté. Dshaniwek, à la tête d'un groupe d'homme est chargé de la traque...

Deux histoires ayant pour cadre les steppes mongoles occidentales dans la 1ère moitié du XXème siècle. J'ai largement préféré la seconde où la chasse à l'homme tient en haleine jusqu'au dénouement et dont les rapports humains (en particulier père/fils), décrits avec une certaine retenue, laissent poindre l'émotion.
Le livre dans son ensemble ne m'a pas apporté la vibration à laquelle je m'attendais. Cependant, la belle découverte des grands espaces Mongols, de sa population et un aperçu de ses coutumes m'a beaucoup plu. Les autres critiques lues plus haut me donnent bien envie de lire d'autres livres de cet auteur.

Note 3.5/5
géromino
géromino

Nombre de messages : 3270
Age : 54
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Galsan TSCHINAG (Mongolie)

Message  Cyrielle le Sam 26 Mar 2011 - 12:41

LA FIN DU CHANT



Présentation de l'éditeur
Sous le ciel de cristal du Haut Altaï, quelque part dans les lointaines steppes d'Asie centrale... La Fin du chant déroule des images d'une beauté et d'une cruauté insensées : des plaines infinies et silencieuses; une jument prostrée devant son poulain mort-né ; des peuples nomades - Touvas et Kazakhs - qui se massacrent pour un bout de vallée où dresser les yourtes : des hommes ténébreux, un peu bandits ; des femmes fières, solides comme des pierres sans âge ; et cette gamine hardie, qui défie l'hostilité des lieux, commande bêtes et gens pour la survie de tous... C'est un hymne à la fugacité du temps, à la fragilité d'une culture, un livre-frontière entre un monde qui se meurt et un autre qui s'en vient. (Martine Laval, Télérama.) Tout est beau, d'une beauté sauvage, dans ce livre âpre venu de Mongolie et porté par le grand vent de la steppe... On a l'impression de lire un conte, d'écouter une complainte. Une prose orale. jaillie de la nuit des temps... On n'en dira pas davantage. Chez les Touvas, en effet, on prétend qu'il ne faut raconter à personne les rêves heureux qu'on a faits, et La Fin du chant est l'un des plus beaux rêves que la littérature d'aujourd'hui nous offre de vivre. (Jérôme Garcin. Le Nouvel Observateur.)

Mon avis: 2.5/5
C'est un livre que je ne garderai pas en mémoire longtemps.
Découvrir la vie de la tribu Touvas, peuplade nomade de Mongolie est très intéressant et c'est un roman qui dépayse énorménement mais je n'ai pas été attaché aux personnages et les évènements contés ne sont pas des plus palpitants et intéressant.
J'aurai aimé que les conflits entre les Touvas et les Kazakhs soient plus développés ainsi que la condition de la femme dans les tribus ou encore les chamanes.
Un livre qui manque de subtance mais qui me donne vraiment envie d'aller en Mongolie.

_________________
13 livres lus en 2019
Cyrielle
Cyrielle
Admin

Nombre de messages : 7954
Age : 32
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Galsan TSCHINAG (Mongolie)

Message  matw25 le Lun 18 Avr 2011 - 19:21

Ciel bleu: une enfance dans le haut Altaï

Je serai un peu plus mitigé que les avis précédents sur ce livre. En effet, dans ce livre, j'ai également trouvant très touchant le fait de découvrir à travers les yeux d'un jeune garçon de 7 ans qui est l'auteur de ce livre le descriptif de cette vie rude et difficile marquée et rythmée par les traditions et les péripéties de la vie. Le style de l'auteur est très beau, la relation si particulière entre le jeune garçon et sa grand mère est touchante et on apprend énormément de choses sur un mode de vie qui est pour nous difficilement envisageable.

Pourtant, ce petit livre m'a paru long et j'ai eu du mal à m'y plongé. J'ai trouvé qu'il manquait une trame précise et j'ai eu du mal à me repérer et à accrocher à certains moments avec des passages qui m'ont paru réelement long et n'apportant pas beaucoup au récit.

Cela reste donc une belle lecture que je conseille néanmoins pour la découverte et l'écriture magnifique mais on restera loin d'un coup de coeur .

3.5/5

_________________
Ce qui demeure secret chez le père, s’exprime chez le fils et je
découvre souvent grâce à lui le secret que son père n’a jamais dévoilé
-Nietzche



Lecture en cours: Peine Perdue d'Olivier Adam


matw25
matw25

Nombre de messages : 865
Age : 27
Location : Besançon (25)
Date d'inscription : 10/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Galsan TSCHINAG (Mongolie)

Message  Pistoufle le Mer 3 Avr 2013 - 12:38

Ciel bleu - Une enfance dans le Haut Altaï



Mon avis : C'est un joli roman, très "visuel" L'écriture de l'auteur est belle (bravo au traducteur !), les émotions et les paysages bien rendus, on a l'impression de vivre quelques mois au sein de cette communauté mongole au grès des saisons et des aléas météorologiques.
Bien qu'ayant passé un agréable moment avec ce livre, je ne garderai pas un souvenir impérissable de ce roman car il y a finalement peu de personnages et que c'est surtout la nature qui est présente (à croire que je suis plus sensible aux humains qu'aux paysages... !)
Je pense que ce livre peut être proposé aux jeunes lecteurs (14-15 ans) tant la narration est fluide et le texte court.

Ma note : 3,25/5
Pistoufle
Pistoufle

Nombre de messages : 472
Age : 34
Location : Val-de-Marne - FRANCE
Date d'inscription : 10/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Dojnaa

Message  nauticus45 le Ven 1 Aoû 2014 - 13:21



Dojnaa est la fille d'un lutteur réputé dans sa communauté. Orpheline de mère, elle est elle-même une vraie force de la nature et une chasseuse émérite. Quand un jour on lui propose d'épouser Doormak, un homme sourd et plutôt réputé pour sa faiblesse qu'autre chose, Dojnaa laisse faire sans vraiment s'en rendre compte puis finit par penser qu'elle pourra protéger cet homme. Mais Doormak veut au contraire utiliser cette union pour prouver à quel point il peut être fort et dominant. Dojnaa au départ laisse faire, des enfants naissent de leur union et les élève en supportant son mari. Mais quand ce dernier menace de s'en prendre à eux, la louve en elle se réveille...

"Doojna" est un roman très touchant, on y trouve une belle réflexion sur ce que représente le fait d'être une femme et sur la vie en général. Au milieu des steppes et des raisonnements basés sur la nature et son observation, l'auteur nous fait ainsi réfléchir sur la féminité, la virilité et la fragilité de la vie. Ces raisonnements, livrés dans un style fluide et pourtant rude parfois, forment une réflexion vraiment original et intéressante.

4/5
nauticus45
nauticus45

Nombre de messages : 1784
Age : 42
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Galsan TSCHINAG (Mongolie)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum