COLETTE (France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

COLETTE (France)

Message  gallo le Sam 13 Déc 2008 - 12:46

De : Laure (Message d'origine) Envoyé : 10/07/2004 15:37

Le blé en herbe ( 1923) de Colette

Résumé:

Deux adolescents Phil et Vinca se connaissent et s'aiment depuis toujours. Leurs familles respectives sont amies et passent leurs vacances ensemble au bord de la mer.
Cette année- là , Phil, 16 ans et Vinca, 15 ans vont découvrir leurs différences et leurs incompréhensions , et quitter le monde de l'enfance pour basculer dans celui des adultes.

Mon avis:

Petit roman très agréable à lire en cette période de vacances.
Nous plongeons avec ces deux ados dans les affres de l'apprentissage de l'amour où règnent le doute et la souffrance chassant ainsi l'insouciance du monde douillet de leur enfance et la confiance qui les unissait naturellement.
Grâce au style évocateur de Colette, nous plongeons aussi au coeur de cette nature que l'auteur sait si bien décrire et rendre si vivante.
Donc, si le coeur vous en dit , plongez vous aussi (c'est la saison!) dans ce roman qui fleure bon la Bretagne.

Ma note : 4.5 /5


De : Chantal5500 Envoyé : 10/07/2004 21:40
C'est décidé, je relis "le blé en herbe" aussitôt mon livre en cours terminé.

Voici une biographie de Colette :

Sidonie Gabrielle Colette , dite Colette
Romancière française (Saint-Sauveur-en-Puisaye, Yonne, 1873 — Paris, 1954).
Fille du capitaine Colette et de Sidonie Landoy («Sido»), Colette conservera toujours de son enfance campagnarde un amour et une compréhension presque instinctive des animaux et de la nature. À vingt ans, elle épouse un homme de lettres à la mode, de quatorze ans son aîné, Henri Gauthier-Villars, dit Willy. Celui-ci l'invite à romancer ses souvenirs d'enfance, en collaboration avec lui, et publie sous son propre nom les premières œuvres de Colette; c'est la célèbre série des Claudine (1900-1903), avec Claudine à l'école, Claudine à Paris, Claudine en ménage et Claudine s'en va. En 1904, c'est la rupture et le passage à «Colette, auteur»: elle signe sous nom Dialogues de bêtes; son divorce, prononcé en 1906, lui inspire la Retraite sentimentale (1907). Alors qu'elle mène une vie dispersée, épuisante, dans le cadre du music-hall, en jouant de la pantomime, Colette retrouve la sérénité et la plénitude. Entre 1908 et 1914, elle publie des ouvrages qui sont autant de méditations sur la solitude : les Vrilles de la vigne (1908), la Vagabonde (1910), l'Entrave (1913). Elle s'est remariée en 1912 avec un homme politique, Henry de Jouvenel; leur fille, Bel-Gazou, naît en 1913.
Arrive la Première Guerre mondiale: Colette publie dans divers journaux, le Matin, le Figaro, la Vie parisienne,... des articles brillants, contes, chroniques et comptes rendus de théâtre. Réunis, ces textes seront publiés dans plusieurs recueils: Dans la foule, Aventures quotidiennes et Heures longues. La paix revenue, elle poursuit son œuvre en puisant dans sa vie, dans l'expérience de ses mariages, dans le spectacle de la nature et dans l'amour les thèmes de ses ouvrages romanesques. C'est l'époque où elle publie des ouvrages à contenu psychologique, tels Chéri (1920) et la Fin de Chéri (1926), sur les heurts du couple; le Blé en herbe (1923), sur les désarrois de l'adolescence; la Chatte (1933) et Duo (1934), sur les tourments de la jalousie; la Naissance du jour (1928), sur le renoncement. On sent, dans ces œuvres, l'expérience vécue, et l'observation attentive du monde qui entoure l'auteur, et surtout, à partir de l'enfance resongée (la Maison de Claudine, 1922), de ses fééries et de ses nostalgies (Sido, 1930), la double quête, jamais interrompue, de l'identité et de la liberté: Colette sera éternellement l'Ingénue libertine (1909) et la Vagabonde (1910). En 1935, Colette épouse, en troisièmes noces, l'écrivain Maurice Goudeket, s'installe au cœur même de Paris, au Palais-Royal. Élue membre de l'Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique (1936), elle poursuit son œuvre en révélant de nouvelles facettes de son talent : l'espièglerie de la femme enfant (Gigi, 1944), la moraliste avec l'Étoile Vesper (1946), le Fanal bleu (1949). Élue membre de l'académie Goncourt en 1945, elle meurt en pleine gloire littéraire, le 3 avril 1954, à Paris. Après sa mort a paru sa correspondance, notamment Lettres de la vagabonde (1961) et Lettres au petit corsaire (1963).


De : Chantal5500 Envoyé : 12/07/2004 18:43
Voilà, j'ai relu "Le blé en herbe".

Et j'ai à nouveau apprécié la belle écriture de Colette qui nous décrit à merveille les couleurs de la mer, du ciel, des plages de Bretagne, des couleurs si changeantes selon le temps... et qui décrit si bien, avec délicatesse et sensibilité, les sentiments complexes de l'adolescence, l'éveil de la sensualité.

Lors de sa sortie en 1922, Le blé en herbe provoqua un tollé! Au point que Le Matin, dans lequel ce roman paraissait alors en feuilleton, décida d'en suspendre la publication après le quinzième chapitre, sous la pression de lecteurs scandalisés par «cette attaque à la pureté juvénile».

Son écriture me rappelle beaucoup celle de Gabrielle Roy...Avis aux fans cette auteure québecoise!


De : Claarabel Envoyé : 27/08/2004 16:12
Colette: Bella-Vista

3 / 5

Indémodable
"Bella-Vista" c'est le nom d'une pension de famille où débarque Colette un peu au hasard. Elle vient d'acquérir une maison dans le sud, décide d'y faire des travaux et prend donc le large seule avec son chien Pati. Elle arrive chez ce couple étrange et fascinant : Madame Suzanne et Madame Ruby, deux vieilles amies un peu trop bavardes, parfois calines, parfois mystérieuses... Car à travers les lignes, les pages qui défilent sous les yeux du lecteur, on pressent un secret, un mensonge, une mascarade. Et quand les masques tombent, on décide de suivre Colette et de prendre la poudre d'escampette...
Résumée grossièrement, cette "Bella-Vista" possède avant tout une puissante richesse : la plume de Colette, cette grande Dame au talent qu'on ne présente plus. Chez elle, la nuit ronronne, les animaux deviennent des acteurs du devant de scène, les fleurs embaument, les servantes ont une rose en bouton de chemise, les saisons ont une odeur et ainsi de suite. Colette fut charmeuse et le demeure à jamais : c'est une poésie sensuelle et sensorielle qui exalte ses romans. "Bella-Vista" est un petit passe-temps plaisant, pas le meilleur travail de l'auteur, mais particulièrement délicat et en phase avec le style de Colette.

Clarabel


De : Laure Envoyé : 24/09/2004 16:36

Colette , éternelle apprentie de Jean Chalon
livre de poche , 365 pages

Grâce au talent de Jean Chalon, cette biographie de Colette se lit très facilement et est aussi passionnante qu'un roman. Il faut dire que la vie de cette femme résolument moderne et libre pour son époque ( 1873- 1954) n'est pas un long fleuve tranquille.
Emaillé de nombreuses citations, le récit de la vie de cette romancière nous fait pénétrer dans les " coulisses" de ses oeuvres variées, nous permet de mieux comprendre les liens qui unissent la réalité de sa vie et la fiction de ses écrits ou l'inverse... et qui se cachent derrière les personnages de ses romans .

Note: 4,75


De : Chantal5500 Envoyé : 26/01/2005 12:01

Colette: L'ETOILE VESPER
Editions Milieu du Monde - 218 p.

Vesper, c'est Vénus que Colette voit de la fenêtre de l'appartement du Palais Royal, dans son divan-radeau où elle est astreinte à demeurer à cause d'une mauvaise arthrite de la hanche. Condamnée à ne plus guère se déplacer, elle reste là à écrire, à égrener ses souvenirs, à recevoir des visites, à observer les gens dans la rue, à observer les changements de la nature selon les saisons, à observer le ciel....
Dans ces souvenirs, elle nous raconte certaines de ses amitiés féminines, ses années de journalisme au "Matin", sa maternité, sa douleur lancinante qui la poursuit nuit et jour, son effroi définitif aux coups de sonnette de la porte d'entrée qui lui rappellent l'arrivée de l'ennemi venu chercher son mari pour l'emmener dans un camp....
Pour celles et ceux qui aiment Colette, c'est un petit livre qui nous fait retrouver son écriture fluide qui dit tant en si peu de mots, pour connaître ses sentiments et ses réflexions sur sa vie quelques années avant sa mort. Un autre livre de souvenirs a suivi : "Le fanal bleu".
4/5


De : Chantal5500 Envoyé : 30/10/2005 21:04
Colette : SIDO :
Edité avec "Les vrilles de la vigne"
Le livre de poche - 70 pages pour "Sido" - 221 pages en tout.

Voilà un merveilleux petit livre autobiographique qui nous réconcilie avec la vie, avec la nature, avec les animaux. Colette y décrit une enfance de liberté en pleine nature, et nous parle de sa famille : sa mère Sido, femme pleine de caractère et tellement originale, son père "Jules" dit "Le capitaine", adorant sa femme, mais constamment mélancolique à cause d'une jambe amputée, ses deux frères "les sauvages" et sa soeur aînée "l'étrangère".

De son écriture unique, une écriture poétique, pleine d'humanité et de tendresse, pleine de connaissances sur la nature, elle nous retrace avec une acuité toute personnelle des moments de vie enchanteurs et nous dresse en particulier le portrait d'une mère qui mène sa famille et sa maison en suivant les saisons, en étant à la fois autoritaire et pleine d'amour.

Pour moi, un petit moment de bonheur pur. 5/5

Ce court roman est édité avec "Les vrilles de la vigne" : 23 textes courts dont je vous signale surtout deux que j'adore : "Nonoche" (qui parle d'une chatte) et "Rêverie du Nouvel An". (5/5 aux deux)


De : Le-réaliste-romantique Envoyé : 17/02/2006 23:18

La vagabonde - Colette

Au début du XXe siècle, Renée Nérée, pantomime dans un théâtre de variété parisien, est une trentenaire célibataire. Il n'en a pas toujours été ainsi, avant elle fréquentait le monde au bras de son mari Adolphe Taillandy. Après plusieurs années de mariage, elle n'en peut plus de supporter les infidélités de son époux et le laisse. Elle se retrouve immédiatement au ban de ce monde, surpris qu'elle rejette tous ses avantages alors qu'elle avait toléré la situation d'adultère pendant tant d'années. Renée en fait fit et se bâtit une nouvelle vie, seule avec sa chienne.

La vie d'artiste de variété est difficile, mais Renée peut s'y épanouir. De nombreux spectateurs tentent de la courtiser, mais elle les renvoie sèchement, et ils ne demandent pas leur reste. Toutefois, un chic monsieur Dufferein-Chautel ne se laisse pas démonter par ces premiers refus et persévère auprès de Renée. Cette dernier ne veut rien savoir d'un amant, mais ils finissent par devenir amis, grâce à une connaissance interposée. Renée conserve sa froideur, mais Dufferein-Chautel, rusé, continue subtilement sa cour. Le travail de sape affaiblit la résistance de Renée, et elle succombe un jour à ses charmes.

"C'est la première fois que je laisse mes mains dans les siennes. Je crois dompter ma répugnance, d'abord, puis leur chaleur me détrompe, me persuade, et je vais céder au fraternel, au surprenant plaisir, ignoré depuis si longtemps, de me confier, sans paroles, à un ami, de m'appuyer un instant à lui, de me réconforter contre un être immobile et chaud, affectueux, silencieux... Oh! jeter mes bras au cou d'un être, chien ou homme, d'un être qui m'aime!...

- Renée! Comment, Renée, vous pleurez?

- Je pleure?"

Renée acceptera de s'abandonner à son nouvel amour, après une dernière tournée de quarante jours. Elle profite aussi de cette tournée pour réfléchir à leur relation, car le spectre de son premier mariage désastreux la hante. La vie d'artiste est difficile, mais elle s'imagine ménagère bourgeoise auprès de Dufferein-Chautel, perdant son lustre d'artiste, devenant meuble, jusqu'à ce qu'il aille, inévitablement, se satisfaire auprès d'une femme plus originale, différente. Renée est déchirée entre le risque d'une vie artistique et célibataire d'expédients, et une vie bourgeoise de couple, menacée par la routine.

Cette histoire est fortement biographique, Colette fut pantomime après le divorce d'avec son premier (de trois) mari, Willy (qui co-signe certains de ces livres, parce qu'il dirigeait alors une "usine à romans"...et aussi à cause de l'époque). Au début de ma lecture, j'ai eu quelques difficultés à m'accrocher au livre : les histoires de coulisses de théâtre me laissaient froid. L'arrivée en scène de l'amoureux donne toutefois un souffle nouveau, plus qu'une simple histoire d'amour mièvre. Il faut situer l'oeuvre dans son époque, le début du Xxe siècle, pour saisir toute l'ampleur de la liberté et de l'affirmation de cette femme, de Colette. Et le lecteur se questionne parfois à savoir si cette femme cherche la liberté ou l'auto-destruction, ou si elle craint l'asservissement ou la routine. Il faut aussi ajouter que Colette possède une belle écriture.

4/5

le réaliste-romantique


De : Le-réaliste-romantique Envoyé : 18/09/2006 02:23

Claudine à Paris - Colette

1901

Récit du jeune fille de dix-sept ans qui quitte sa campagne natale pour s'installer à Paris avec son père. Elle y fait la rencontre de son "neveu" Marcel du même âge qu'elle, un jeune homme aux charmes féminins, ainsi que de son "cousin" Renaud, le père de Marcel. Claudine s'adapte d'abord difficilement à la ville, elle s'ennuie de la verdure, mais elle découvre néanmoins petit à petit les attraits urbains. Elle se lie d'amitié avec Marcel, et ils échangent des confidences sur des relations sensuelles avec des personnes du même sexe. Enfin, Claudine entrera dans le monde des adultes par la grande porte, mais pas par un mariage avec Marcel...

C'est joliment écrit, mais ce roman initiatique ne m'a pas tellement intéressé. Je comprends que le contenu ait choqué à l'époque, mais ces histoires ont été reprises à maintes reprises depuis.

3/5

le réaliste-romantique


De : liza_lou55 Envoyé : 18/09/2006 11:13
Assez d'accord avec ce que tu as écrit, Réaliste Romantique. J'ai découvert Colette en lisant Claudine à l'école qui m'avait beaucoup plue. J'ai ensuite continué avec Claudine à Paris qui m'a un peu déçue, du moins assez pour que j'arrête de lire la série des Claudine. Je suis alors passée à d'autres romans de Colette comme Gigi ou Chéri que j'ai trouvé bien meilleurs.

Il faudra un jour que je relise un de ses romans, ça fait longtemps que je n'en ai pas lu; et pourtant c'est un de mes écrivains favoris!



De : Le-réaliste-romantique Envoyé : 09/01/2007 02:22

La Maison de Claudine - Colette

1922

Une suite de courtes scènes qui dépeignent la jeunesse de l'auteur à la campagne, sa mère, son père et quelques-uns de ses animaux de compagnie. Le tout est très charmant, d'une très belle écriture.
4/5
le réaliste-romantique
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: COLETTE (France)

Message  gallo le Sam 13 Déc 2008 - 12:51

De : zeta-b Envoyé : 10/02/2007 14:50

La biographie de Colette par Claude Francis et Fernande Gontier

Ce livre, bien que n'ayant ni un style ni une écriture exceptionnelle, m'a intéressé, bien documenté et, à mon avis, impartial, cette bio révèle beaucoup d'éléments de la vie de Colette que je ne connaissais pas.
Une femme tellement en avance sur son temps, peu conventionnelle, et qui malgré tous les épisodes scabreux de son existence a été enterrée avec des funérailles nationales. Si j'ai l'occasion, je lirai une autre bio sur ce personnage hors normes, faite par un des grands auteurs qui se sont intéressés à elle. Si vous en connaissez une, pouvez-vous me la recommander ?
3/5


De : Chantal5500 Envoyé : 18/02/2007 19:12
Zeta, j'ai lu plusieurs livres sur Colette, mais il y a longtemps et ma mémoire me joue des tours...!!!

Je peux en citer juste deux : un que j'ai dans ma bibliothèque personnelle et que j'aime beaucoup : "Amoureuse Colette" de Geneviève Dormann aux Editions Herscher (livre grand format aux nombreuses photos) et un autre que j'ai trouvé par hasard dans la bibliothèque de ma mère : "Auprès de Colette" de Maurice Goudeket (son dernier mari) qui concerne la fin de sa vie.
Et dans mon challenge, j'ai "Colette une certaine France" de Michel del Castillo, je t'en reparlerai quand je l'aurai lu).


De : Chantal5500 Envoyé : 01/04/2007 20:41
Voici quelques biographies de Colette (listées sur le livre de Michel del Castillo) :

- "Colette, l'éternelle apprentie" de Jean Chalon (1998)
- "Amoureuse Colette" Geneviève Dornmann ( 1985)
- "Colette" Jacques Dupont (1995)
- "Colette l'authentique" Nicole Ferrier-Caverivière (1997)
- "Colette" Claude Francis, Fernande Gontier (1997)
- "Près de Colette" et "La douceur de vieillir" Maurice Goudeket (1956 - 1965)
- "Colette" Herbert Loottman (1990)
- "Colette, qui êtes-vous?" Jeannie Malige ( 1987)
- "Introduction à Colette" Thierry Maulnier (1954)
- "Colette" Claude Pichois et Alain Brunet (1999)
- "Colette libre et entravée" Michèle Sarde (1984)


De : liza_lou55 Envoyé : 25/03/2008 15:00
COLETTE: Le blé en herbe
(Le livre de poche, 125 pages)

Amis depuis toujours, Phil, 16 ans, et Vinca, 15 ans, passent tous leurs étés ensemble au bord de la mer, en Bretagne, avec leurs parents. Mais cet été, tous deux vont découvrir les troubles de l'adolescence et les tourments de l'amour.

"L'amour naissant et le dur passage de l'enfance à l'adolescence" : voici comment Colette décrivait ce roman, paru en feuilleton en 1923 et qui causa un tel scandale, que sa publication en fut interrompue. Comme toujours, Colette n'a pas sa pareille pour décrire les sentiments qui peuvent atteindre les êtres confrontés pour la première fois à l'amour et au désir. Phil et Vinca s'aiment en effet, et d'un amour pur et tendre. Pour la première fois cet été, Phil se rend compte des talents de séductrice de Vinca qui en abuse afin de se faire remarquer de Phil. De même, Phil se révolte contre le destin tout tracé qui lui fait face (les études, le bachot, le service militaire puis la reprise des affaires de son père).

Découvrant pour la première fois l'amour physique avec la mystérieuse dame en blanc, Phil s'attire la jalousie et la méfiance de Vinca qui a tout deviné. Malgré cette aventure cependant, Vinca accepte de se donner à lui afin, elle aussi, de découvrir le désir.

Adieu nostalgique à l'enfance, Le blé en herbe est également un hymne à la nature et à l'amour pur et sans entrave à l'image de celui de Phil et de Vinca. L'écriture de Colette est toujours aussi belle et d'une douceur sans pareil. On est envouté par cette histoire d'une telle simplicité et cependant décrite avec brio.

Un récit superbe, d'une poésie et d'une beauté sans égal. A lire pour tous les inconditionnels de cet écrivain et les autres qui souhaiterait découvrir son univers.

Ma note : 5/5


De : zeta-b Envoyé : 25/03/2008 16:38
Tu as l'air d'aimer Colette, Liza Lou, alors je te conseille deux romans, si tu ne les a déjà lus, que j'ai beaucoup appréciés, qui ont comme tu l'as dit beaucoup de douceur, de simplicité et qui analysent bien le sentiment amoureux : "La vagabonde - L'entrave". Ils ont la même héroïne (ressemblant beaucoup à Colette à un période de sa vie).



De: Sahkti
A bord du Normandie : Journal transatlantique - Collectif, avec entre autres Colette
(Le Passeur, 2007, 142 pages)

(par Blaise Cendrars, Colette, Claude Farrère, Pierre Wolff et Roger Schall)

Quel merveilleux récit de voyage que celui-ci! Le 29 mai 1935, quatre écrivains embarquent ensemble à bord du Normandie. Claude Farrère et Blaise Cendrars sont mandatés par "Paris-Soir" pour raconter au public ce qu'est une traversée à bord du célèbre paquebot. Colette et Pierre Wolff écrivent pour "Le Journal". De son côté, le photographe Roger Schaal fixera cet événement sur pellicule, de très précieux clichés.

Ce recueil est un journal de bord, un carnet de notes, les impressions de quatre auteurs qui rédigent indépendamment les uns des autres. C'est d'ailleurs là un des grands intérêts de l'ouvrage, la confrontation entre les visions des uns et des autres à propos d'événements communs. Chacun possède sa propre griffe et les centres d'intérêts varient beaucoup. Cendrars loge dans les secondes alors que les trois autres errent en première. Il préférait cela, histoire d'être plus proche des machines et du peuple. Ses commentaires fourmillent de détails sur la mécaniques, les appareils en services, les manoeuvres, les gestes techniques... Tout est noté, collationné, observé par un Cendrars que l'on devine aux anges, il aime ce qu'il fait et voit, il note tout, ça le passionne.

De son côté, Colette reste une grande romantique pendant toute la traversée. Elle observe les autres, la mer, le ciel, New-York... magnifiques mots qu'elle colle sur ces images emprisonnées par ses yeux. Le journal tenu par Pierre Wollff est plus personnel, plus quotidien. Plus vif également. Les petites scènes de la vie quotidienne, les anecdotes, tout ce qui peut bien se passer à bord d'un bateau aussi grand pendant une aussi longue traversée. Drôle, finement observé, une véritable enquête sociologique. Farrère offre des compte-rendus plus journalistiques, relatant les faits importants et mettant l'accent sur la célèbre course au Ruban bleu, remportée par le Normandie face à un navire de l'armée fasciste italienne.

Un superbe recueil, empli de passion et de rêve, rédigé par quatre plumes de talents et illustré par Schaal, dont les photos sont si belles, si douces. En lisant les impressions de chacun, j'ai eu l'impression d'y être, d'effectuer moi-aussi cette mythique traversée qui les a tous enchantés. A découvrir absolument!

Note : 5/5
(Sahkti)



Livre du mois Août 2008:
La chatte de Colette


Voit toutes les critiques http://clubdesrats.forumr.net/livres-du-mois-f43/aout-2008-la-chatte-de-colette-t2148.htm?highlight=la+chatte
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Chéri de Colette

Message  Invité le Dim 5 Juil 2009 - 21:38

Chéri - Colette, 1920

A l'occasion de la sortie au cinéma de l'adaptation du roman par Stephen Frears, je me suis intéressé à cette oeuvre, pourtant célèbre de la romancière et pour être franche, j'ai beaucoup aimé : bien que le style soit quelque peu déroutant par moment, l'histoire est agréable et nous permet de nous poser pleins de questions sur la vieillesse.
J'èspère ne pas être la seule à l'avoir lu et j'attends donc vos avis !!!

Bisous

P.S : une critique plus longue ce de livre et de bien d'autres sur mon blog http://dev0reuse-de-livre.hautetfort.com/archive/2009/04/21/cheri.html

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Chéri - La fin de Chéri

Message  Ondine le Mer 28 Oct 2009 - 16:28

Chéri

Le livre de poche, 185 p.


Léa de Lonval, une courtisane de près de cinquante ans, est la maîtresse de Fred Peloux, fils d’une amie de Léa, Charlotte Peloux, elle aussi riche ancienne «poule de luxe». Du jeune homme à peine sorti de l’adolescence et qu’elle a vu grandir, Léa a fait son amant. Elle l’appelle Chéri, il l’appelle Nounoune et tout va comme cela doit aller dans le monde confortable et désoeuvré de la riche bourgeoisie de la Belle Epoque. Seulement Madame Peloux veux marier son fils et le fiance à Edmée, une riche héritière. La séparation est plus difficile et plus douloureuse que prévue pour les deux amants. Léa sait que vu son âge Chéri sera probablement son dernier caprice et Chéri sous une apparence nonchalante se rend compte que l’absence de sa « Nounoune » laisse un vide dans sa vie que sa jeune femme est bien incapable de combler.

« La peinture narquoise d'un certain milieu demi-mondain, l'analyse subtile de l'âme féminine, les charmes cruels de la séduction » font l’intérêt de ce roman écrit dans une langue riche et un style agréable à lire. Léa, séduisante mais vieillissante est surprise par la force de cette passion un peu tardive sinon déplacée pour Chéri et encourager son mariage ne lui ôtera pas la douleur de la séparation. Quant à Chéri, il ne cesse de penser à Léa et l’attend quand elle part en vacances sans laisser d’adresse au grand dam d’Edmée qui n’est pas dans une situation des plus enviables avec un mari tel que lui ! Une lecture agréable à conseiller à ceux qui n’ont jamais lu Colette.


Note : 3,5/5




La fin de Chéri

Librio, 124 p.


Le roman reprend l’histoire de Chéri mais après la Grande Guerre. « Tout est foutu ! J'ai trente ans ! » s’exclame-t-il. Comme avant la guerre, Chéri ne fait pas grand-chose de ses journées et vit de ses rentes. Sa relation avec sa femme est devenue juste cordiale et son ami Desmond tient un dancing moderne dans un hôtel particulier et gagne bien sa vie. Le temps a passé, l’époque a changée mais Chéri garde toujours la nostalgie de sa relation avec Léa. Il tient à la revoir et se surprend à calculer l’âge qu’elle a : la soixantaine ? « Quelle blague ». Et pourtant c’est bien une femme de soixante ans qu’il retrouve et qui lui dit, lucide : « Tu as tout a fait la dégaine de quelqu’un qui souffre du mal de l’époque. » Le reste de l’histoire tient en ces mots de Colette : « J'ai simplement voulu dire que lorsqu'une femme d'un certain âge a une liaison avec un très jeune homme, elle risque moins que lui d'en demeurer marquée ineffaçablement. Lui, il a beau faire, à travers toutes les liaisons qui suivront, il ne pourra manquer d'évoquer le souvenir de la vieille maîtresse. » En effet, Chéri n’arrive pas à surmonter le choc de la rencontre avec cette vieille dame qu’est devenue sa Nounoune et va jusqu'à louer les services d’une femme qui a connu Léa afin qu’elle lui rapporte des photos et lui parle de son ancienne maîtresse, telle qu’elle était plus jeune.

Il n’est pas forcément nécessaire d’avoir lu Chéri pour comprendre La fin de Chéri mais je pense avoir préféré ce dernier parce qu’il fait écho à l’épisode d’avant-guerre. Dans ce roman, Chéri devient un personnage tragique et symbolise une génération : la fin de Chéri, c’est aussi la fin d’une époque. « Moi, tandis que les gens disent : Il y a eu la guerre, je peux dire : il y a eu Léa. Léa, la guerre… je croyais que je ne pensais pas plus à l’une qu’à l’autre, c’est l’une et l’autre pourtant qui m’ont poussé hors de ce temps-ci ». C’est triste, mais c‘est beau.


Note : 4/5

Ondine

Nombre de messages : 76
Date d'inscription : 02/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COLETTE (France)

Message  Philcabzi le Mer 9 Juin 2010 - 10:35

Dialogues de bêtes
Ed. Mercure de France (Folio 701), c1904, 189 pages, ISBN 978-2-07-036701-6

Ma note : 2/5

Résumé:
Que ce soit dans un appartement à Paris ou à la campagne, Tobby-chien et Kiki-la-Doucette, le chien et le chat de Elle et Lui, discutent librement de leurs différences, de leurs façons de voir le monde.

Mon avis:
Je n'avais jamais lu de Colette jusqu'à maintenant parce que je n'avais jamais été attirée par ses oeuvres. Comme Clarize m'a gentiment fait cadeau de ce bouquin lors du dernier swap, je ne pouvais faire autrement que de porter attention à cette auteure très appréciée par beaucoup. Et bien, je n'ai pas été emballée du tout... Comment dire... C'est trop mignon, trop gentil pour mon goût! Il faut dire que lire Colette après La liste de Schindler, il y a de quoi trouver l'histoire sans saveur... Rolling Eyes Par contre, j'ai tout de même bien aimé les deux nouvelles qui terminent le bouquin. Bref, je suis bien contente d'avoir lu ce livre ne serais-ce que pour savoir que Colette n'est pas pour moi!! Razz

_________________
Philcabzi
Ainsi qu'une journée bien remplie donne un doux dormir, ainsi une vie bien employée donne un doux mourir. Leonardo da Vinci

Ma PAL: 64 livres
Lecture du moment: Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 41
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: COLETTE (France)

Message  clarize le Jeu 10 Juin 2010 - 6:52




Phil, il faut que tu lises d’autres Colette car c’est une grande écrivaine, j’ai mis le dialogue des bêtes dans le swap car tu aimes les animaux et pour moi Colette est écrit très bien, et ses descriptions sur nos amis à quatre pattes sont très justes et belles.



_________________

Challenge US : 10/50
avatar
clarize

Nombre de messages : 2591
Location : FRANCE
Date d'inscription : 09/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: COLETTE (France)

Message  Prospéryne le Jeu 10 Juin 2010 - 10:58

Tu devrais essayer de lire La Chatte Phil. Il avait déjà été livre du mois et j'ai trouvé que pour un livre parlant d'un chat, c'était un livre d'une très belle profondeur!

@+ Prospéryne

_________________
On peut se passer de tout, sauf de la littérature et des chats Graffiti vu à Berlin
avatar
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 35
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: COLETTE (France)

Message  Philcabzi le Jeu 10 Juin 2010 - 11:06

Oh mais j'ai lu La chatte, c'est même moi qui en avait fait la proposition... Razz

_________________
Philcabzi
Ainsi qu'une journée bien remplie donne un doux dormir, ainsi une vie bien employée donne un doux mourir. Leonardo da Vinci

Ma PAL: 64 livres
Lecture du moment: Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 41
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: COLETTE (France)

Message  Prospéryne le Jeu 10 Juin 2010 - 11:17

Oups...

_________________
On peut se passer de tout, sauf de la littérature et des chats Graffiti vu à Berlin
avatar
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 35
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: COLETTE (France)

Message  Réaliste-romantique le Lun 8 Nov 2010 - 20:17

Chéri, de ColetteUne cocotte vieillissante est l’amante du jeune fils d’une de ses compagnes. Il est précieux et maniéré, mais elle l’apprécie. Lorsque Chéri se marie, elle croit que c’est simplement la fin d’une histoire, mais réalise malheureusement qu’après toutes ces années, le garçon est plus pour elle qu’un objet amusant. Chéri aussi ne réussi pas à s’adapter à la vie bourgeoise, et abandonne sa femme avec sa mère.

Belle peinture du monde du "charme" du début du vingtième siècle. Le regard est sur des cocottes en fin de carrière, qui ont mis de l'argent de côté et vivent maintenant de rentes, discutant du cours de l'argent et du pétrole.

L’adaptation avec Michelle Pieffer et Kathy Bates était intéressante, même si les films américains sur la France ont toujours un petit quelque chose d’étrange. Les décors font carton-pâte et les personnages hurluberlus, mais c’est aussi le cas dans le livre.

3,5/5

le réaliste-romantique
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1979
Age : 42
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: COLETTE (France)

Message  Aurore le Mer 11 Juil 2012 - 13:21

J'aime être gourmande - Colette
(L'Herne, 2011, 97 p.)




Colette propose, dans ce tout petit ouvrage des instantanés de vie publiés dans le magazine Marie-Claire entre 1939 et 1940. Cette dizaine de chroniques courtes nous propose donc de découvrir l'auteur dans ses bonheurs quotidiens, ses petits défauts et ses attachements qui nous la rendent sympathique et pleine d'entrain.

J'ai particulièrement aimé le premier texte qui relate son attrait pour la bonne chère. Sa manière d'évoquer les plats mijotés et autres régalades de gourmande convaincue, m'ont mis l'eau à la bouche. On sent l'épicurienne qui profite de chaque repas comme d'une fête et ce plaisir est on ne peut plus communicatif. Laissez-moi vous livrer un passage : On naît gourmet. Le vrai gourmet est celui qui se délecte d'une tartine de beurre comme d'un homard grillé, si le beurre est fin et le bien bien pétri. Il y a beau temps que je n'ai plus chez moi de cuisinière experte... Mais je n'ai renoncé à rien de ce qui contente le palais, partant, le cerveau. En fait de "plats préférés", je préfère... tout ce qui est bon, tout ce qui fait de l'heure des repas une petite fête des papilles et de l'esprit. N'est-ce pas une très bonne philosophie?

Mais la nourriture n'est qu'un des multiples sujets abordés. Citons aussi les lieux de passage (Colette est une nomade), l'évocation de la Chatte (une petite bête hors du commun), de l'amour, de gens célèbres... Et on infiltre sa vie comme on se baladerait avec une amie, l'écoutant nous raconter ses menus plaisirs qui construise le grand bonheur de la vie. En bref, c'est un livre qui met de bonne humeur et nous incite à profiter de chaque instant et à regarder ce qui nous entoure.

Un jour qu'il fallait, encore une fois, nous quitter, elle nous escorta comme par amitié jusqu'à la voiture, contempla l'instrument de son malheur, sauta sur la banquette arrière et s'y coucha. Toutes ses répugnances, ses terreurs, elle les vainquit de même, afin de n'être jamais séparée de nous. (p. 29)
Ainsi en est-il de la brave chatte évoquée par Colette et qui semble se dépasser pour rester avec ses maîtres. C'est touchant !
Je crois qu'avec tout ça, je ne peux qu'avoir envie d'aimer toute l'œuvre de Colette. Affaire à suivre ! Wink



4,5/5

_________________
Ce n'est pas parce que c'est inventé que ça n'existe pas.





avatar
Aurore

Nombre de messages : 2137
Age : 30
Location : Amiens
Date d'inscription : 27/02/2009

http://shereads.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: COLETTE (France)

Message  cookie610 le Jeu 8 Oct 2015 - 19:23

La chatte
 
Note : 4/5
 
Résumé:
Alain et Camille sont un couple de jeunes mariés. Mais la jeune femme se découvre une rivale inattendue en la personne de Saha, la chatte d’Alain. La tension entre les deux jeunes gens ne va cesser de grimper.

Critique
: Je n’avais pas relu de livre de Colette depuis qu’elle avait été mise à l’honneur sur le forum il y a déjà presque 4 ans et pourtant j’avais beaucoup aimé ce que j’avais pu lire d’elle. Je me suis donc lancée dans ce livre, qui est peut-être l’un de ses plus connus. J’ai beaucoup aimé. J’ai bien aimé l’histoire de ce couple qui a des difficultés à se comprendre. Camille qui trouve dans la relation entre Alain et Saha une tendresse, une complicité à laquelle elle n’a pas le droit. Et Alain de son coté, piégé dans un mariage auquel il ne croit pas réellement et qui a du mal à quitter sa vie de jeune homme. L’écriture est hyper agréable, simple, douce et délicate et le court roman se lit d’une traite. Malgré les années, je trouve que l’histoire reste plutôt moderne. Le récit est très court et du coup, j’ai trouvé la fin un peu abrupte. J’étais triste de les laisser comme ça. Mais un très agréable moment de lecture.
avatar
cookie610

Nombre de messages : 4731
Age : 27
Location : Lyon
Date d'inscription : 28/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COLETTE (France)

Message  cookie610 le Dim 29 Nov 2015 - 19:19

La naissance du jour

Note : 3.75/5

Résumé :
Colette, déjà un peu âgée, se retrouve au plein cœur de l’été, au sein d’une sorte de triangle amoureux. C’est l’occasion pour elle de se remémorer quelques instants de sa vie mais également quelques souvenirs de sa mère.

Critique 
: Un bilan en demi-teinte pour ce roman. J’aime bien les écrits de Colette, je les trouve très lyriques et poétiques et j’ai retrouvé cet aspect qui me plait dans ce roman. L’écriture est très fine, les souvenirs sont distillés au fur et à mesure, l’auteure rend également un charmant hommage à sa chère mère. On retrouve ici une Colette différente de celle que j’ai pu rencontrer dans d’autres histoires. Plus pausée, plus mature. C’est assez intéressant de voir le changement par rapport à ses autres livres. Par contre, j’ai trouvé que l’histoire en elle-même était lente et plate, sans vraiment de début ni de fin. On reste un peu sur sa faim une fois qu’on l’a terminé. Et c’est dommage parce que les échanges entre Vial et Colette sont savoureux.
avatar
cookie610

Nombre de messages : 4731
Age : 27
Location : Lyon
Date d'inscription : 28/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COLETTE (France)

Message  Réaliste-romantique le Sam 29 Avr 2017 - 23:34

Chambre d'hôtel
1940
Livre combine deux longues nouvelles, Chambre d’hôtel et La lune de pluie.

Dans la première, Colette se rend dans une ville d’eau pour profiter de la location d’une amie qui ne peut l’utiliser. Elle n’aime pas le chalet et s’établit plutôt à l’hôtel. Elle compte repartir rapidement, mais, à cause de sa chatte, se lie d’amitié avec le couple de la chambre d’à côté. Ils semblent sans histoire, mais Colette découvre que le mari cache une maitresse…dont il est sans nouvelles. Colette sera témoin des drames de ce couple.

Dans la lune de pluie, Colette se retrouve par hasard dans un appartement qu’elle a habité jadis, aujourd’hui occupé par la dactylographe qui recopie ses manuscrits. La sœur de cette dernière occupe aussi l’appartement, car elle est séparée de son mari. Colette y voit une symétrie avec ce qu’elle a vécu dans ce logement, alors elle cherche à en savoir plus.

Les deux histoires sont intéressantes. Elles ont des parallèles en ce que Colette, dans les deux cas, tente de s’immiscer dans la vie amoureuse des personnes rencontrées. Elle pose un regard d’expérience sur ce qu’ils vivent. J’ai beaucoup aimé cette lecture. C’est simple mais captivant.

4/5

RR

_________________
Lectures en cours : The Rook (Daniel O'Malley), 
En attente : 
Commentaire en attente : Désorientale (Négar Djavadi), Défaite des maîtres et possesseurs (Vincent Message)
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1979
Age : 42
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: COLETTE (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum