John GRISHAM (Etats-Unis)

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Caro le Sam 22 Mai 2010 - 7:41

Ok Bernard, je note
avatar
Caro

Nombre de messages : 1234
Age : 44
Location : France
Date d'inscription : 04/11/2008

http://jailujelisetjelirai.eklablog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  cecile le Sam 5 Juin 2010 - 21:17



L'accusé
Robert Laffont
344 pages
2006

Quatrième de couverture

Le 7 décembre 1982, une jeune femme de vingt et un ans est sauvagement violée et assassinée dans la petite ville d'Ada, Oklahoma. L'enquête piétine malgré les indices qui semblent accuser un ami de lycée avec qui elle a été vue le soir du meurtre. Cinq ans plus tard, c'est un ancien joueur de base-ball, devenu alcoolique, Williamson, qui est arrêté et condamné à mort au terme d'une mascarade de procès. Après douze ans passés dans le couloir de la mort, il sera finalement innocenté.

Mon avis :

L'auteur nous raconte la lente descente aux enfers de deux hommes injustement accusés d'un meurtre, celui d'une jeune fille violée et tuée à coups de couteau. Ron Williamson est un jeune homme au brillant passé de joueur de base-ball à qui tout semblait réussir il a néanmoins un handicap il est atteint d'une maladie mentale. Le second se nomme Dennis Fritz. Tout sera fait pour les inculper, même le détecteur de mensonge leur sera défavorable. Condamnés à mort, ils connaîtrons une longue descente aux enfers. Ron Williamson sera le plus meurtri, sa santé déjà précaire fera de lui un homme prématurément veilli. La vie carcérale dans toute son horreur est fort bien décrite. Un extrait du récit montrant un exemple très cruel concernant Ron, qui se trouve dans le couloir de la mort, dans l'attente de son exécution : "Tandis que le personnel médical faisait de son mieux pour traiter Ron, les surveillants s'amusaient à ses dépens. Pour se distraire quelques matons jouaient avec l'interphone tout neuf de l'unité H. Chaque cellule était reliée par un appareil de communication intérieure à la salle de contrôle, un gadget de plus pour permettre aux surveillants de rester aussi loin que possible des détenus. Pas assez loin, encore.
- Ron, c'est Dieu, lançait en pleine nuit une voix sépulcrale. Pourquoi as-tu tué Debbie Carter ?
Un silence, puis les surveillants se mettaient à ricaner quand ils entendaient hurler à travers la porte.
- Je n'ai tué personne ! Je suis innocent !
Sa voix rauque et grave se répercutait dans le couloir sud-est, déchirant le silence de la nuit. La crise durait une heure ; elle empêchait les autres détenus de dormir mais amusait beaucoup les matons."
Finalement reconnus innocents Ron et Dennis sortiront de prison et seront indemnisés par l'état. Dennis retrouvera femme et enfants et sa vie reprendra un cours normal. Ron malheureusement sombrera dans l'alcoolisme et il mourra d'un cancer trois ans après sa sortie de prison. Il aura passé injustement onze ans derrière les barreaux.
Le seul reproche que je pourrais faire à ce récit c'est qu'il est très long car très détaillé, ce qui rend sa lecture quelquefois un peu fastidieuse. Je pense que l'auteur passionné par son sujet n'a pas voulu omettre le moindre détail. Quoiqu'il en soit, j'ai quant à moi été térrifiée par toutes les "magouilles" dénoncées par l'auteur. Le pire étant que le ou les assassasins de la pauvre victime n'ont jamais été arrêtés ! Un livre fort intéressant qui nous montre certains travers de la justice américaine.

Note : 4,75/5
avatar
cecile

Nombre de messages : 2360
Date d'inscription : 11/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Fabienne le Dim 6 Juin 2010 - 12:05

Je le note celui-ci Cécile. C'est rare qu'on soit déçu avec John Grisham.

_________________
Lecture en cours :  En un monde parfait - Laura Kasischke
Challenge USA : 18/50
avatar
Fabienne

Nombre de messages : 1957
Age : 52
Location : Sud ouest de la France
Date d'inscription : 03/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Bernard le Dim 6 Juin 2010 - 16:12

Ton commentaire me brule les yeux Cécile, il faut que je résiste, je ne l'ai pas lu et c'est une lecture prochaine, oui je tiendrai, oui je tiendrai...

B
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3542
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le dernier Juré - Pocket - 3,5/5

Message  zeta le Mar 31 Aoû 2010 - 12:44

Clanton, petit village américain du comté de Ford fait partie du sud profond, celui où la ségrégation a longtemps régné férocement. A l'orée des années 70 (1970), malgré les nouvelles lois, il est encore difficile de traiter à de la même manière les noirs et les blancs. Le propriétaire du journal Ford County Times, Wilson Caudle s'en est aperçu quand il a décidé d'écrire des notices néchrologiques des habitants de couleur décédés, aussi longue et détaillée que celles qu'il rédige pour les blancs.
Mais Wison Caudle ne tient pas à renoncer à cette manne qui lui permet de se laisser aller à son penchant pour le verbiage grandiloquent. C'est comme cela que l'égalité avance, pas à pas. Son successeur à la tête du quotidien, le jeune Willie Traynor va lui aussi apporter sa pierre à l'édifice de la justice raciale et sociale. En quelques années, il fait souffler un vent de modernité sur la petite communauté, grâce à des innovations dictées surtout par son ambition d'accroître son lectorat.
Un fait divers va l'aider dans son but : le dernier des Padgitt, une famille de gangsters locaux, a violé et tué une jeune mère de famille, sous les yeux de ses enfants. Danny Padgitt, est arrêté aussitôt, presque en flagrant délit, l'enquête et le procès du dégénéré va faire grand bruit. Le reste de la famille Padgitt va tenter, grâce à la corruption qui règne au sein de la police et du gouvernement régional, de faire innocenter le jeune homme. Willie Traynor, choqué par ce fait divers, va contribuer à ce que le meurtrier subisse son chatiment. Mais Danny Padgitt, neuf ans plus tard est relaché. A Clanton, on craint sa vengeance, surtout ceux qui ont prononcé la sentence.

C'est un agréable roman qui mêle une intrigue policière et judiciaire et une chronique amusante et enlevée de la vie d'un village dans le Sud des Etats Unis. A une époque qui nous semble maintenant presque idéale et bien lointaine. L'un et l'autre des aspects de ce roman sont aussi intéressants que distrayants à lire.
avatar
zeta
Admin

Nombre de messages : 4028
Location : lot et garonne - France
Date d'inscription : 25/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Bernard le Mar 11 Jan 2011 - 12:01

L'affaire pélican

[img][/img]

Mon avis :

Thriller époustouflant mené rondement
et tambour battant, on ne s'ennuie jamais dans ce livre, tant
l'histoire fourmille de rebondissements. L'intrigue est finement ciselée
et différente des polars juridiques dont Grisham
nous avait habitués. Ici pas de procès ou en simple évocation mais on
ne plaide pas on court, on se cache, on retient son souffle et on tente
de survivre, tout en se disant que, poursuivi(e) les Etats-Unis ne sont
pas si grands que ça!

Grisham,et ce n'est pas son habitude, égratigne le pouvoir en place et,
notamment, le Président qui joue au golf dans le bureau Ovale et est
gratifié d'inintelligence par les directeurs du FBI et de la CIA, qui ne
l'aiment pas vraiment, c'est réciproque et on fait semblant. Les fils
son tirés par le plus proche conseiller qui fera tout pour préserver la
réélection de son patron, à quel prix ?

Ce n'est pas dévoiler l'intrigue que de dire que l'auteur se fait, ici, défenseur de
l'environnement et des...pélicans, espèce disparue et réimplantée,
risquant de voir ses membres disparaitre à nouveau. Grisham
explique la façon dont la cupidité a eu raison de la Louisiane, sa
flore et sa faune à cause, notamment, des forages de pétrole. Cela ne
vous rappelle rien ? C'est exactement ce qui se passe actuellement dans
cette région avec la fuite causée par un puits BP. L'auteur n'est pas à
son coup d'essai sur ce sujet qu'il affectionne particulièrement.

Le style, comme d'habitude, est fluide et délié. C'est du grand Grisham,
d'une simplicité extrême, facile de lecture, laquelle suit l'écriture
comme le Petit Poucet ses cailloux, toutefois sans savoir où cela
mènera. Cet homme nous invite à une course poursuite haletante, parfois
épuisante parce que vivante mais toujours enivrante. Le dénouement
permettra aux puissants de rester puissant et aux subordonnés d'être
sacrifiés à la raison d'état. Haro sur le baudet !

Comme le disait un écrivain français : nous, nous sommes des auteurs de romans,
donc ce que nous écrivons est romancé, rassurez-vous, la réalité est
beaucoup plus effrayante.
A méditer.

5/5
B
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3542
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Fabienne le Mar 11 Jan 2011 - 12:16

Jolie critque Bernard. J'avais adoré ce livre et également le film qui en était sorti avec Julia Roberts.

Contente de te retrouver sur le forum Very Happy

_________________
Lecture en cours :  En un monde parfait - Laura Kasischke
Challenge USA : 18/50
avatar
Fabienne

Nombre de messages : 1957
Age : 52
Location : Sud ouest de la France
Date d'inscription : 03/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Bernard le Mar 11 Jan 2011 - 13:15

Merci de ton passage Fabienne et merci de ta sympathie Very Happy Very Happy Very Happy

B
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3542
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Bernard le Jeu 13 Jan 2011 - 14:29

[img][/img]

L'infiltré

Robert Laffont - 2009 - 383 pages

Quatrième de couverture :

Brillant étudiant, diplômé en droit à l'université de Yale, Kyle McAvoy
offre également de son temps à une petite équipe de basket. Le gendre
parfait. Mais voilà qu'un jour de match, un grain de sable vient gripper
la machine. Ce grain de sable ? Une vidéo. Cinq ans auparavant, un soir
de fête très arrosée, Kyle a assisté sans y participer à un viol
collectif. La preuve qui manquait à la plaignante est là, sous ses yeux,
prête à ressortir et dynamiter sa carrière débutante. Mais les
possesseurs de la vidéo ont d'autres projets. Qu'il accepte ce poste
chez Scully & Pershing, un très gros cabinet d'avocats, et la vidéo
disparaîtra. La mort dans l'âme, Kyle accepte. Il sait qu'il lui faudra
divulguer des informations à ces individus, très intéressés par une
certaine affaire d'aéronautique militaire. Il sait aussi qu'il n'a pas
le choix. Infiltré malgré lui, Kyle tente par tous les moyens d'échapper
à l'emprise de ses maîtres chanteurs…



Mon avis :

Sur les vingt-trois publiés, L'infiltré est le treizième bouquin que je lis de Grisham, toujours avec autant de plaisir.
Cethomme a un don. Ce don c'est la simplicité. Ici pas d'esbroufe, pas
d'écriture alambiquée, on écrit clairement, l'important c'est le lecteur
et pas l'ego du romancier, on en a pour son argent.
Donc dans un style sans ambage Grisham nous raconte cette histoire de chantage,
chantage d'autant plus facile que le personnage principal, Kyle a
vingt-cinq ans, est fragile, tout frais émoulu de l'école, à peine
diplômé et que des âmes mal intentionnées ont décidé de casser, de
briser son devenir, si ce n'est son avenir.
Kyle a les défauts de sajeunesse : pas besoin d'aide et surtout pas de papa. Mon père avait
raison disait Guitry, c'était à une autre époque, aujourd'hui qu'en
est-il ? Il faudra bien, cependant, qu'il y vienne et les choses
prendront une autre direction. Auparavant, Kyle, jouera à l'apprenti
espion, l'apprenti sorcier, embarquera un ex copain de fac dans sa
mouise, et, par ricochet et malgré ses avertissements, constatera
l'assassinat d'un autre ex copain de fac.
Oh, il est intelligent le bougre, il sort de Yale, ce n'est pas rien et il trouvera des appuis, de
l'aide, mais un peu tard, d'autant, qu'en face, l'ennemi est
redoutable.
Ici pas de plaidoirie, une analyse sans fioriture et sans faux-fuyant des campus américains et des gros cabinets d'avocats.
La bétise, ce soi-disant viol, dénoncé par une marie-couche-toi-là
repentie, classé par la police de Pittsburg est vite oubliée par les
participants. C'est là que Grisham pointe son doigt, non Messieurs, vous
avez tort alors mouchez-vous ! C'est trop facile de dire : oui nous
étions jeunes et ne savions pas ce que nous faisions. Drogue, sexe,
alcool, voyons c'est excusable et bien non ! Portez votre sac et
réfléchissez!
Autre aspect de son analyse, les grands cabinets
d'avocats. A la sortie des études, ils embauchent des jeunes à tour de
bras, qu'ils pressurent comme des citrons, offrant des salaires
mirobolants (200.000 $/an !) pour s'en servir de chauffeurs ou de
manutentionnaires, qu'ils sortent de Yale ou de Harvard !
Ludlum dans son Une invitation pour Matlock
dans les années 70, avait, de façon féroce, dénoncé les campus
universitaires américains et pointé, outre ce qui précède, la
manipulation politique et la tournure désastreuse proposée à toute cette
jeunesse dorée. Grisham enfonce le clou, d'autant que l'adversaire
n'est pas forcément celui que l'on croit.
Ce livre laisse sans répit,
l'intrigue monte en puissance avec justesse et intérêt croissants. Un
seul reproche, Grisham, laisse son lecteur sur sa faim de par sa
conclusion hâtive.
Une confirmation d'un talent d'écrivain qui n'écrit pas avec un préservatif sur sa plume (Frédéric Dard dixit).

4,5/5
B
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3542
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Suzanne-écrivain le Ven 14 Jan 2011 - 0:36

Bernard a écrit:

Une confirmation d'un talent d'écrivain qui n'écrit pas avec un préservatif sur sa plume (Frédéric Dard dixit).


J'aime ce commentaire ! Original !

_________________
Lecture du moment :
 
Violence à l'origine de Martin Michaud
avatar
Suzanne-écrivain

Nombre de messages : 847
Age : 45
Location : Saint-Hubert, Québec
Date d'inscription : 25/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Bernard le Ven 14 Jan 2011 - 11:08

Bonjour Suzanne.
Merci de ton passage.

B
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3542
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Bernard le Lun 31 Jan 2011 - 18:04

[img][/img]

Le clandestin (The broker)

Robert Laffont - 2005 - 348 pages

Espionnage

Résumé :
Joël Backman, lobbyiste, est accusé de trahison pour avoir vendu un logiciel
de contrôle de satellites à une puissance étrangère. Pour sauver sa
peau il plaide coupable et est condamné à vingt ans de prison.
Avant de quitter la Maison Blanche, le président gracie Joël à la demande du
directeur de la CIA. Libéré, Backman, profitant de la protection de
l'agence est exfiltré en Italie.
Mais pourquoi cette intervention ? Dans quel but ? Jeu de dupes ? Appât ou simple libération pour erreur judiciaire ?

Mon avis :
Washington et Bologne (Italie), principalement.

Au fur et à mesure de ses publications, Grisham
continue, implacablement, son analyse des Etats-Unis, sa patrie. Sans
complaisance il tente de nous amener à découvrir qu'idyllique ce pays ne
l'est point. Ici, par le biais du roman d'espionnage, nous nous
aventurons dans les arcanes du pouvoir réel, de ses enjeux et de ses
risques. Convaincant au fil des bouquins, la toute puissance du
président est, petit à petit, réduite à la portion congrue : sois beau
et tais-toi ! Certes il y a des exemples contradictoires mais
globalement est-on vraiment loin du compte ?
Il ne faut pas se méprendre, le livre n'est pas politique, il est, comme toujours,
profondément humain. La politique est le vecteur de l'abaissement de
l'homme, la partie réductive de ses qualités. Elle change le loup en
agneau et le merle siffleur en vautour au bec dégoulinant de fange
sanguinolente.
Joël qu'on maltraite, qui est ce ON ?
- Qui êtes-vous, pour qui travaillez-vous?
- Cela vous avancerait à quoi de le savoir ?
- C'est vrai, à rien.
Alors, du changement, tu vas en avoir mon p'tit Joël, de nom d'abord,
d'habitudes ensuite : tu as connu le luxe et le pognon, tu vas connaître
l'indigence et le manque. Et, pour commencer, apprends l'italien, ça
mange pas pain et ça occupe, pas vrai ?
Alors, Grisham, nous fait découvrir une ville superbe : Bologne ! Il entre dans l'âme
des bolognais, de leurs restaurants, de leur université, de leur fierté
d'être bolognais, communistes et anti-fascistes et italiens jusqu'au
bout des ongles, de leur élégance extérieure et intérieure. Joël ou
Marco, qu'importe, lui qui sort de six ans d'enfermement, libre :
- Qui m'empêcherait de vous planter là, maintenant de sortir libre, hein, qui ?
- Personne, mais combien de temps resteriez-vous en vie ?
Carotte, bâton, bâton, carotte, n'empêche l'homme est serein et combatif ce
qu'il découvre. On peut vivre sans secrétaire et sans larbin, heureux
avec pas grand-chose, c'est nouveau, ça vient de sortir ? Mais non, ça a
toujours existé, mais ta vie, Joël, ta vie, tu la perdais. Alors il
rattrape, s'accroche à un sourire, se rabiboche avec son fils, le seul
de ses trois enfants à avoir correspondu avec lui en prison, avoir
envoyé une photo de son mariage de son épouse et de leur fille, ta
petite fille, grand-père, c'est quelque chose.
Et puis il y a Francesca, qui est belle comme un soleil et triste comme une nuit sans
lune. L'espoir c'est elle, elle et Neal, le fils. Elle l'aidera, il
l'aidera !
Traqué il le sera, mais il apprendra la ruse et puis quand
on a été l'un des hommes les plus puissants de cette grande nation
c'est une preuve d'intelligence. Vous croyez ? Certainement, il le
prouve et fera mieux, il retrouvera sa dignité. Oh, pas pour lui, pour
ceux qui l'aiment, pour ceux qu'il aime.
Surprenant John, de l'espionnage, fallait le faire, n'est pas Ludlum qui veut. Le
message, pourtant, est le même : avant d'être les maîtres du monde, un
petit coup de Monsieur Propre, une bonne serpillère, de l'huile de coude
et on frotte, ça fait pas de mal à l'ego.
Sous une plume toujours aussi impeccable, simple, la prosodie qui coule comme une source, Grisham est passionnant.
Il se fait guide et pas de n'importe quoi, de Bologne.
Des personnages pleins et percutants, déroutants parfois mais humains, ni
super héros, ni benêts, touchants souvent. Vous, moi avec nos qualités,
nos défauts, nos appréhensions, nos doutes, notre humanité tout
simplement.
De la belle ouvrage, mais est-ce une nouveauté ?

Un bémol quand même, beau jeune homme, les leçons d'italien, bravo,
bravissimo, cependant des dialogues entiers traduits, c'est un peu
lourd, heureusement, la qualité les rend supportables.

4,75/5
B
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3542
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Mousseline le Lun 31 Jan 2011 - 20:19

Tiens j'aurais pu jurer que Bologne est en Allemagne ? Embarassed

Je me demande si le baloné vient de Bologne ?

En tout cas... quand ma PAL descendra, j'ai bien l'intention de me remettre à John Grisham. Ca fait longtemps que j'en ai envie. Merci pour toutes ces critiques Bernard!

Celui-ci a l'air particulièrement bon, j'aime quand un livre me fait voyager.

_________________
Mousseline

Magasin général tome 2 : Serge de Loisel et Tripp et L'île des chasseurs d'oiseaux de Peter May



"Happiness is only real when shared." (Christopher McCandless)
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  clarize le Lun 31 Jan 2011 - 20:32

Mousseline, tu confonds Bologne ( Italie ) et Cologne (Allemagne),tu te surmènes avec tes projets de voyage.

_________________

Challenge US : 10/50
avatar
clarize

Nombre de messages : 2591
Location : FRANCE
Date d'inscription : 09/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Non coupable, John Grisham

Message  anna44 le Lun 25 Juil 2011 - 13:22

Non coupable, John Grisham
Pocket, 694 pages

Résumé : L'intrigue se déroule dans une petite ville du sud des Etats-Unis où le fantôme de la ségrégation est toujours fortement ancré dans les esprits et dans les moeurs.
Tonya, une fillette noire de 10 ans est victime d'un viol par deux jeunes blancs, ivres, qui vont la laisser pour morte sur le bord d'une rivière.
Le papa de la fillette, Carl-Lee ne supportera pas la vue de ces deux tortionnaires et commettra l'irréparable en les assassinant au vu et su de tous, durant une audience préliminaire au Tribunal.
Va s'en suivre le déroulé d'un procès où se mêlera la haine raciale, l'amour d'un père pour sa fille, les différences sociales...

Commentaire : La première partie nous plonge dans l'horreur du crime tel qu'il a été perpétré avec toute sa barbarie, ce qui ne peut en aucun cas laisser indifférent.
Tout le roman est basé sur le point de vue de l'avocat de Carl-Lee qui va essayer de démontrer que ce geste fou du père de la fillette est un geste d'amour extrême et de souffrance. C'est sur cette démonstration que va s'appuyer toute sa procédure de défense qui va trouver une opposition féroce dans le racime anti-noirs avec, notamment, la présence du Ku-Klux-Klan.
Le livre dépeint très bien toutes les arcanes d'une procédure juridique aux Etats-Unis, que ce soit dans le déroulement du procès, les relations entre le procureur, l'avocat et le Juge, les différents coups bas portés pour mettre à mal l'adversaire etc....
J'ai retrouvé dans ce roman le thème traité par Harper Lee dans "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" bien que John Grisham soit davantage centré sur le côté judiciaire de l'affaire.
J'y ai déploré une sorte de surjeu dans le traitement des émotions et une trop grande part laissée à la vie privée et aux relations personnelles qu'entretient l'avocat avec son entourage.
En résumé, je suis relativement contente de ma lecture, le thème est bien traité et j'y ai appris beaucoup de choses de manière plutôt agréable. Je prolongerai ma découverte de cet auteur avec d'autres titres bien que ce livre ne m'ait pas fait vibrer comme Harper Lee était parvenue à le faire...

Ma note : 3,75/5

_________________
Mes lectures en cours : Quitter le monde, Douglas Kennedy
avatar
anna44

Nombre de messages : 1601
Age : 36
Location : Québec (Qc)
Date d'inscription : 01/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Caro le Sam 12 Nov 2011 - 20:32

L'ASSOCIE
477 pages
Editions : Pocket

Résumé :

Après avoir simulé sa mort accidentelle, Patrick Lanigan, un avocat
brillant, s'est volatilisé avec les 90 millions de dollars destinés à
ses associés. Un coup de maître que ses ennemis ne sont pas près de lui
pardonner. Au bout de quatre années de cavale, il est rattrapé et
torturé par ses poursuivants avant de tomber entre les mains de la
justice. Tout le monde veut la peau de Patrick Lanigan, à n'importe quel
prix. Mais dans son plan machiavélique, l'avocat a tout prévu... ou
presque.



Mon avis :
J'ai mis un temps fou pour lire ce livre à mon grand regret, j'aurai préféré le lire d'une traite ou presque, j'ai adoré le personnage principale, la façon où il a prévu le détournement de l'argent et tout le reste de son plan, je n'ose pas trop en dire car j'ai peur d'en dire trop. Enfin, la fin est géniale, surprenante... Je le conseille si vous voulez passer un bon moment.

Ma note :
5/5
avatar
Caro

Nombre de messages : 1234
Age : 44
Location : France
Date d'inscription : 04/11/2008

http://jailujelisetjelirai.eklablog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Bernard le Dim 13 Nov 2011 - 19:12

C'est exact Caro, c'est un tour bon Grisham.

B
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3542
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  noemiejardine le Sam 29 Juin 2013 - 19:18

les partenaires


  • Broché: 540 pages
  • Editeur : Pocket (11 avril 2013)
  • Collection : Pocket thriller
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2266237950
  • ISBN-13: 978-2266237956



Description  de l'ouvrage:
Comment David Zinc, 31 ans, brillant avocat dans un prestigieux cabinet d'affaires de Chicago, a-t-il pu se retrouver employé chez Finley & Figg, minable cabinet juridique ? Tout commence ce matin-là, à 7 h 30 tapantes. Au moment de franchir le seuil de l'extraordinaire gratte-ciel qui abrite son bureau, David est submergé par l'angoisse. Sans plus réfléchir, il fait demi-tour et se réfugie au bar du coin. En fin de journée, ivre mort, il atterrit sans savoir comment chez Finley & Figg. Depuis vingt ans ils se chamaillent pour faire tourner leur boutique d'arnaques miteuses. Mais cette fois-ci, c'est sûr, ils sont sur le coup du siècle : ils attaquent en justice le géant pharmaceutique Varrick, dont le nouvel anticholestérol est accusé de provoquer des infarctus. Enfin le grand jour arrive ! Mais au procès, tout déraille. Et David se retrouve seul pour plaider la première grosse affaire pénale de sa carrière face à une bande de barracudas du barreau.

comme toujours, Grisham est efficace. C'est un vrai délice.
En passant, on apprend les pas mal sur les procès du style "class action"  et moi j'aime assez l'idée des "class action" dans certains cas.
Mon rêve du temps où je bossais encore?  les psychiatres de mon canton sur le banc des accusés, et devant, la multitude des patients devenus obèses et diabétiques à cause des anti-psychotiques qu'ils avaient été obligés d'avaler.
faut dire que ce qui m'énervait alors, c'était la réponse de la plupart des psy: mais s'ils grossissent, c'est qu'ils mangent trop....les menteurs! Bref, y'a toujours pas de class action dans notre code de procédure mais mon rêve s'est un peu estompé, ne suis plus tous les jours confronté à ce tableau navrant: un jeune de 25 ans, beau comme un Dieu qui en 6 mois prend 30 kg! Bon, crois aussi qu'on a fait des progrès côté médication...Bref, je m'égare...

Dans ce bouquin il y a aussi une charge contre les pratiques de la profession pour trouver une clientèle.


on ne s'ennuie jamais, c'est délassant, amusant, les portraits sont très bien brossés et surtout, c'est très crédible...

Grisham reste une valeur sûre!

4.5/5
avatar
noemiejardine

Nombre de messages : 600
Date d'inscription : 05/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  cookie610 le Sam 13 Juin 2015 - 13:34

La Dernière Récolte 

Note : 4/5

Résumé : Raconté à travers les yeux de Luke, garçon de 7 ans, le livre raconte le monde rural de Balck Oak, un petit village de l'Arkansas dans les années 1950's. Les Chandler, parents et grands-parents, cultivent le coton. La vie n'est pas facile car la récolte n'est pas toujours grandiose et suffit souvent à rembourser tout juste les coûts engagés pour l'obtenir. La famille accueille des saisonniers pour les aider. D'une part, des ouvriers venus tout droit du Mexique et trimbalés comme du bétail et d'un autre, les Spruill, des ouvriers blancs venus des collines. Tout ce petit monde cohabite à la ferme et les esprits ne tarderont pas à s'échauffer, la fatigue de la récolte et la chaleur étouffante aidant. 

Critique : J'ai plutôt aimé ce roman. L'histoire du monde vu par les yeux d'un gamin qui découvre petit à petit que la vie des adultes n'est pas aussi magique que celle des enfants. Et le passage dans le monde des adultes va être assez rude pour Luke. On se prend rapidement d'affection pour ce petit bout d'homme. Mais le livre est surtout un magnifique portrait social du monde agricole dans les années 1950, un très beau témoignage. La description de la culture du coton et de la vie de ces fermiers est vraiment saisissantes. Il faut dire que John Grisham s'est beaucoup inspiré de son enfance pour écrire ce livre. On est très loin de ses romans habituels (même si je ne suis pas une spécialiste de cet auteur), il ne s'agit pas de polar ou de thrillers juridiques ici. L'écriture est riche, fine et pleine d'émotion. J'ai trouvé par contre que le roman manquait d'un petit peu de rythme parfois. Quelques petites longueurs. Mais malgré tout, j'ai passé un très bon moment, il faut à tout prix que je continue de lire cet auteur. 
avatar
cookie610

Nombre de messages : 4766
Age : 27
Location : Lyon
Date d'inscription : 28/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  kattylou le Sam 22 Aoû 2015 - 10:16

La dernière récolte
Tous les étés, dans la bourgade de Black Oak, Arkansas, les paysans se préparent à la récolte du coton. La ferme Chandler, dirigée par le solide grand-père Eli, recrute les indispensables saisonniers, " ceux des collines " et les Mexicains. Ensemble, ils devront ramasser le coton au plus vite avant la terrible saison des inondations. Pour le petit Luke Chandler, c'est toujours l'occasion de rencontres divertissantes, même si la cueillette est un travail bien difficile pour un enfant de sept ans. Mais Luke ne compte pas s'éterniser à la ferme : plus tard, c'est sûr, il deviendra professionnel de base-ball, dans l'équipe légendaire des Saint-Louis Cardinals... Pour l'heure, au cours de ce qui sera sa dernière récolte au côté de la jolie Tally, du violent Hank et du mystérieux Cow-Boy, Luke va aussi cueillir les premières leçons de la vie. Et celles-ci ne sont pas toujours aussi douces que du coton...

Ce roman à travers les yeux du petit luke  raconte la chronique d'une ferme cotonnière dans les années 50 . La seconde guerre mondiale est terminée,  c'est une époque de transition entre modernité et tradition ;le petit écran n'a pas encore envahi tous les foyers et les distractions sont la sortie à la ville voisine le samedi dans le vieux camion du grand père et le base ball. Chaque année les ouvriers agricoles Mexicains ou "ceux des collines " qui viennent des monts Ozaks  s'installent quelques mois pour la récolte; des amitiés naissent mais ils apportent aussi  leur lot d'affrontements et de violence . Si l'hiver est une période de repos l'été toute la famille participe à la récolte même le petit luke qui a 7 ans et la mère et la grand-mère s'occupent aussi du potager afin que les légumes mis en bocaux nourrissent toute la famille en hiver voir des familles encore plus démunies. Mais chaque année il faut emprunter et l'argent de la récolte ne suffit parfois pas à rembourser les dettes. ..
Un roman très émouvant sur un temps révolu

4.5/5
avatar
kattylou

Nombre de messages : 3546
Age : 53
Location : 77
Date d'inscription : 08/09/2009

http://kattyloucuis.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  dodie le Sam 22 Aoû 2015 - 14:04

Je le note!!!!!
avatar
dodie

Nombre de messages : 4568
Age : 54
Location : France
Date d'inscription : 11/04/2009

http://dodiecuisine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  myrtille le Sam 22 Aoû 2015 - 17:00

Moi aussi Smile
avatar
myrtille

Nombre de messages : 158
Age : 46
Location : loiret
Date d'inscription : 28/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Chantal le Sam 22 Aoû 2015 - 18:37

Noté aussi pour mon challenge USA : il me manquait l'Arkansas Very Happy
avatar
Chantal

Nombre de messages : 2281
Location : France
Date d'inscription : 22/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Shan_Ze le Mar 5 Jan 2016 - 22:19

Pas de Noel cette année de John Grisham



Luther et Nora Krank sont le couple américain moyen. Ils décident de profiter de l’absence de leur fille pour ne pas fêter Noël et de partir en croisière avec l’argent économisé. Mais les voisins ne sont pas du même avis surtout que la rue doit être superbement parée pour les fêtes. Il y a faut aussi compter les achats de calendrier, gâteaux et autres choses du même genre… 
Trouvé en brocante en ce mois de décembre et même si le titre fait frémir, je me suis dit pourquoi pas ? Je n’ai jamais lu John Grisham et j’aime retrouvé l’ambiance de Noël dans les livres en cette période. Du coup, j’ai longtemps attendu une intrigue policière, en vain… Le livre était classé dans les policiers plus pour le nom de l’auteur que pour le contenu. Ca reste tout de même un roman très plaisant ! Je l’ai lu en deux jours, l’histoire est très agréable et très drôle. John Grisham en profite pour montrer du doigt le consumérisme américain à l’occasion des fêtes. Le roman ne manque pas de rebondissements (peut-être un peu trop), on ne s’ennuie pas ! Je verrai bien une adaptation en film comique. 
J’essaierai un thriller pour mon prochain Grisham même si ce livre ne manque pas d’action !
Note : 3.5/5
avatar
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7548
Age : 34
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Chantal le Mer 24 Fév 2016 - 15:32

LA DERNIERE RECOLTE :


    Très bon roman qui met en scène la vie des petits fermiers, métayers et saisonniers, de l'Arkansas des années cinquante, qui ne vivent que par et pour la culture du coton. Par la voix de Luke, un garçonnet de 7 ans, (et ce n'est pas mièvre du tout), on vit la vie de la famille et des aides au jour le jour. Un crime aura lieu mais ce n'est pas le thème principal du livre : ce sont plutôt ceux du travail harassant, de la dépendance aux caprices de la météo, des rapports fils/parents/grands-parents, du racisme, des différentes classes même dans la pauvreté, de la guerre,…. J'y ai retrouvé fortement un "gout" de Steinbeck et de ses "raisins de la colère". Roman à forte tendance autobiographique, j'aimerais bien en lire la suite….


     Très bonne lecture pour l'Arkansas !


4,5/5
avatar
Chantal

Nombre de messages : 2281
Location : France
Date d'inscription : 22/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum