John GRISHAM (Etats-Unis)

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Lacazavent le Sam 13 Déc 2008 - 12:21

De : Roxie Envoyé : 2002-09-10 10:05
Le testament

Un homme très riche signe un dernier testament avant de se jetter par la fenêtre. Toutes ses familles (3 femmes et plusieurs enfants) attendaient avec impatience sa mort pour hériter de son argent.

Malheureusement pour lui, il donne tout à femme, un enfant illégitime ... il lui laisse 11 milliards de dollars. Cette femme habite dans une région éloignée avec les indiens ... elle est missionnaire ... Un homme doit l'a retrouvé pendant que la famille se bats pour avoir l'argent ...

Un bon roman mais j'aurais été pas mal plus originale dans la fin ... une fin très banale, presque "plate".

Je lui donne 3/5

De: Marianne P.

John Grisham - Le testament
(Pocket, 2002, 522 pages)

Je suis d'habitude une fanatique de cet auteur mais je dois vous avouer que ce livre m'a extrêmement déçue. L'histoire en gros est celle d'un homme ultra riche qui se suicide en se balançant par la fenêtre de son bureau juste après avoir signé son dernier testament. Ses ex-femmes et ses nombreux enfants ont tous hâte de connaître le montant de leur héritage. Tous seront déçus d'apprendre que la seule héritière est la fille illégitime du bonhomme; une missionnaire en Colombie. L'histoire va donc tourner autour de la recherche de la fille et des magouilles des autres enfants.

Bof... 500 pages qui trainent en longueur et dont la fin laisse à désirer.

Note : 3/5
(marianne p)

De: Lagrande

Le testament

Quel bon livre! Ça faisait longtemps que j'avais lu un livre de John Grisham et je ne l'ai pas regretté!

Un milliardaire, père de 6 enfants, meurt et laisse un testament surprenant, il lègue toute sa fortune à une fille illégitime, missionnaire au Brésil... je n'en dis pas plus!

Un livre qui m'a captivée du début à la fin surtout les 120 dernières pages que j'ai lu entre 4h00 et 5h30 ce matin!

Bon les six enfants du bonhomme nous sont tous antipathiques, sans exception, et la fille illégitime et l'avocat bien gentils mais ça c'est le charme de Grisham, les méchants on les déteste et les gentils on les adore de toute façon, c'est comme ça partout!

Une bonne lecture pour se changer les idées!

Note : 4.25/5

De: SarahEmily

Le testament

On retrouve l'univers fétiche de Grisham, les avocats verreux et les gros sous (on parle ici de 11 milliards). Il doit avoir un compte à régler avec ses années de travail en droit lui! Alors un gros bonnet meurt, et coup de théâtre, le vieux a déshérité ses enfants légitimes (tous de formidables losers) pour donner la fortune à une fille illégitime inconnue qui parle de Dieu à des indiens de la jungle brésilienne.

Grisham prend un risque en laissant cet univers "américain" (dans tout ce que le terme a de péjoratif) pour bifurquer du côté plus ésotérique de Dieu. Mais c'est justement là que je le trouve sympathique... à un moment, on en a soupé des magouilles d'avocats qui ne foutent rien mais chargent cher... Ça ramène aux valeurs plus essentielles!

Tout de même, la morale un peu trop "je m'abandonne à Dieu qui va gérer ma vie et pardonner mes erreurs en deux prières et sans effort" est légèrement boîteuse: c'est trop facile. Et il me semble que l'avocat qui sort de cure pour la Xe fois, alcoolo, cocaïnomane et tout à une révélation un peu rapide pour un gars qui a passé les 20 dernières années de sa vie à s'autodétruire. Mais c'est émouvant quand même.

Note : 3.5/5
(SarahEmily)

De: Annabelle

Le testament
J'ai, comme toujours, beaucoup aimé lire un de ses romans. J'adore lire la cupidité humaine surtout comme dans ce livre de voir ce que l'Argent peut faire aux gens et à ceux qui les entourent. Et vraiment ce monsieur à l'air de dire que la plupart des avocats sont des beaux salauds. Et j'avoue que parfois je ne suis pas loin de penser comme lui. Un roman qui se lit bien qui ne nous fait pas trop se poser de question. Bref idéal en panne de lecture.

Note : 4/5
(Annabelle)



De : Calou Envoyé : 2002-09-10 12:08
Le testament

Je te trouve un peu dure ...
Moi ce que j'ai apprécié c'est qu'enfin Grisham sort de l'éternel avocat qui défend les opprimés.
Cliché qui tisse la toile de fond de tous ses romans, quand on en a lu un , on les a tous lu !
Là, pour une fois, même si l'histoire n'est pas géniale, on évolue dans un cadre original, celui des jungles marécageuses brésiliennes. Grisham se dévoile un petit peu (part autobiographique) à travers cette mission humanitaire des missionaires auprès des indiens vivant dans le Pantanal.

Moi j'ai aimé et je lui mets 4/5.


De : mamanlouve Envoyé : 2002-11-02 07:48
Le testament....

3.25. mais j'ai peur de ne pas etre honnete avec ce livre. Je sort d'un coup de coeur et j'ai eut bien de la misere a embarquer. Mais je l'ai trouver tout de meem interessant.

ME serais passer par contre du genre de "amour platonique" entre Nat et Rachelle mais bon le reste ça allais pas trop pire. Ces heritiers qui meme au nombre de 6 non pus faire quelque chose de bien de leur vie (tse meme pas un qui est capable d'etre quelqu'un de bien pfffff).

Mais bon je vais en lire d'autre de l'auteur. Et j'ai adorer certaine partie pareil


De : mamanlouve Envoyé : 2003-01-16 11:35
L'engrenage....


pas vraiment le meilleur que J'ai lu (je suis rendu a 3 je pense).
JE l'ai trouver plate presque du début à la fin.

3 juges en prisons font du chantages aupres d'homosexuelle influent de la societe. Et le tout a partir de la prison. Tout va pour le mieux pour eux jusqu'au jours ou ils decident de faire chanter le candidat a la presidence des usa choisi par la cia.



De : Polo Envoyé : 2003-02-02 07:31
La Dernière Récolte


La Dernière Récolte évoque le monde rural de l'Arkansas dans les années 50. Une famille cultive le coton. Elle vit pauvrement, car la récolte est soumise à différents caprices comme la météo.
Le narrateur, le jeune fils du fermier, s'attache aux ouvriers saisonniers composés principalement de Mexicains comme au Québec. La famille compte sur eux pour défrayer les coûts qu'il a fallu débourser pour obtenir en fait de faibles récoltes. En gros, on assiste au combat d'une famille pour tenter de survivre avec le coton.
À travers cette histoire se profile tout l'aspect social qui entoure la culture du coton. La violence est au rendez-vous, voire des meurtres. Il y a aussi les jolies demoiselles que le jeune garçon ne peut ne pas remarquer, les métissages, en fait tout ce qui se passe en Arkansas. Malgré tout, l'agriculture nourrit son monde si on y consacre l'ardeur voulue. Les femmes participent fortement à cette survie sur une ferme. Mais les exigences du travail de fermier pousseront cette famille vers un ailleurs aussi aléatoire.

C'est une histoire intéressante d'autant plus que j'ai été élevé sur une ferme. C'est bien mené et ce n'est pas sans rappeler les fermiers de la Montée des Perron à Laval. Mais eux vivent dans l'opulence ou près. L'auteur nous emmène donc dans un état du midwest, dont il saisit bien la réalité puisqu'il est issu de ce milieu. Les grandes langues disent que c'est autobiographique. Il raconte, paraît-il, son enfance. C'est une manie chez les auteurs. Quand c'est bien fait, c'est intéressant de voir le jugement d'un enfant sur notre monde. Mais il faut bien savoir que ce jugement est enrichi de celui de l'auteur, ce qui donne une oeuvre plus ou moins frelatée. Mais c'est comme pour l'alcool frelaté, parfois c'est à s'y méprendre.

4/5



De :missplume3 Envoyé : 26/11/2003 16:49

Première critique que je fais sur ce forum...

Non coupable, John GRISHAM

Résumé de la quatrième de couverture :
A Clanton, dans le Mississipi, la petite Tonya Hailey est sauvagement violée et torturée. En plein tribunal, son père, Carl Lee, massacre les deux accusés au fusil-mitrailleur. Son sort semble tout tracé : la chambre à gaz. En effet, nous sommes dans le sud profond des Etats-Unis et Carl Lee est noir...Mais Jake, un jeune avocat blanc, ausi courageux qu'ambitieux, décide de le défendre. Le Klu Klux Klan fait front. Bientôt un souffle de haine embrase la petite ville de Clanton...
ce roman, largement autobiographique -l'auteur a été jeune avocat dans le Mississipi -, restitue admirablement l'atmosphère du sud des Etats-Unis, ce mélange de poussière rouge, de moiteur, d'insouciance et de violence. Avec un art unique, John Grisham plonge le lecteur dans le malaise grandissant d'un suspense qui ne se résoudra qu'à la toute dernière page.

Je n'ai pas grand chose à ajouter à cela, sinon que ce livre est poignant, émouvant, il tient vraiment en haleine et montre de façon très claire et en même temps assez dure un problème qui est malheureusement d'actualité, autant aux Etats-Unis qu'ailleurs : la discrimination raciale et toute les violences qu'elle engendre.
Un livre à lire absolument pour tous les amateurs de "policiers (ce n'est pas vraiment un policier), pour tous ceux qui aiment être tenus en haleine, ou ceux qui sont intéressés par le sujet, tout simplement.
Une dernière chose : John Grisham a été avocat et on pourrait se dire que le langage juridique va abonder dans cette oeuvre et que ce sera assomant, mais en fait pas du tout, tout est très clair, très bien expliqué et pas du tout rébarbatif.

Voilà, j'espère vous avoir convaincu...
Bonne lecture!!!
Missplume



Interview de John GRISHAM



De : missplume3 Envoyé : 27/11/2003 17:27

La note......j'y ai beaucoup réfléchi et quelque chose m'empêche de mettre une note parfaite.
si vous lisez ce livre, j'aimerais avoir votre avis sur la fin qui me laisse un dans le doute. Quelle est la "morale"?c'est assez ambigu, et quand j'ai regardé le film (qui, pour répondre à Frisette, est tiré du roman et date d'au moins 5 ans...) j'ai eu la même impression...

Bref, je mettrais 4,5/5 pour l'intrigue, le style d'écriture, le suspense vraiment prenant, et je retirerais 1/2 point pour la fin, qui me refroidit un peu.
Svp, dites moi votre avis sur ce livre si vous le lisez, un débat serait très intéressant!!!

Missplume
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5582
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  gallo le Mar 16 Déc 2008 - 15:09

De: Mousseline

John Grisham - La firme
(Pocket, 2005, 475 pages)

Très bon suspense qui nous tient en haleine jusqu'à la toute fin!

Un jeune avocat tout juste sorti de l'université est recruté par une firme très prestigieuse "Bendini, Lambert & Locke" qui lui offre un salaire mirobolant. La vie de rêve va se transformer vite en cauchemar quand Mitch découvre les véritables activités du cabinet d'avocats, il n'a plus qu'à tenter de sauver sa peau...

John Grisham met toujours en scène (ou presque) des histoires d'avocats où les avocats sont présentés comme des méchants qui s'intéressent davantage à l'argent qu'à la justice. Il connait la recette pour captiver ses lecteurs. A la longue ça peut devenir lassant car on se retrouve toujours dans le même monde mais quand on a envie de lire un bon bouquin qui nous tient debout toute la nuit c'est l'auteur pour.

Note : 4/5


De : Mousseliine Envoyé : 14/07/2004 15:24
L'affaire Pélican

Deux juges de la Cour Suprême sont assassinés. Une jeune étudiante en droit, Darby Shaw, écrit un mémoire dans lequel elle démontre qui est l'assassin, tous ceux qui en ont pris connaissance se font tués ou presque. Darby Shaw est en danger. John Grisham s'en donne à coeur joie pour descendre les grands cabinets d'avocats et la Maison Blanche n'est pas épargnée.

Ni meilleur ni moins bon que les autres romans de John Grisham mais j'y ai pris moins de plaisir. A la longue ça devient lassant ce genre d'histoires. D'un livre à l'autre les mêmes thèmes se répètent: magouilles d'avocats, fraudes des multinationales, pots-de-vins... et le schéma suivi par John Grisham ne diffère pas.

Ça reste que John Grisham est certes un auteur à lire pour qui ne le connaît pas, au début on se laisse prendre par le suspense et c'est très divertissant.

Note : 3.75/5


De:SarahEmily
John Grisham - L'affaire Pélican
(Pocket, 1995, 414 pages).
Super bouquin.
J'ai adoré ce bouquin. Deux magistrats de la Cour Supérieure sont assassinés à peu d'intervalle. Des présomptions, mais rien de sérieux. Une étudiante en droit (comme par hasard, elle couche avec son prof, une belle histoire d'amour, le gars coureur de jupon est vraiment amoureux, je ne sais pas ce que les Américains ont, je pensais que c'était juste une mentalité passée, mais même dans les bouquins plus récents, quelle bande de muffles et de machos vraiment...) s'intéresse au cas (notons qu'un des assassinés était bien aimé par son amant... comme par hasard).

Enfin. elle fouille comme il faut, tombe sur LE filon... veut laisser tomber parce qu'elle croit que ce n'est pas sérieux... Sauf que son rapport non-officiel se retrouve dans bien des mains et on tente de la tuer. Quelqu'un est dérangé par ces révélations, mais qui? Et comment le prouver, tout en restant en vie?

Note : 4.5/5


De:SarahEmily

John Grisham - Le couloir de la mort
(Pocket, 2004, 554 pages)
Un jeune avocat (Adam Hall pour ne pas le nommer) s'apprête à rencontrer son premier client. Un condamné à mort. Sam Cayhall est un ancien membre du KKK. Cayhall est aussi son grand-père. Adam, farouchement opposé à la peine de mort, fera tout pour sauver Sam. Par la même occasion il remuera les souvenirs du veil homme pour apprendre les terribles secrets de sa famille.

Comme toujours, Grisham nous tient en haleine, on ne sait jamais comment l'histoire va se terminer. Il manie le suspense avec un art consommé.

J'étais incapable de lâcher le bouquin, même quand les histoires ne sont pas mes préférées, il faut que je sache où l'auteur veut en venir. Chapeau.

Note : 4/5


De:SarahEmily

John Grisham - L'idéaliste

Un jeune avocat (évidemment), enfin, un futur avocat puisqu'il termine ses études, se passionne pour la cause d'un couple qui veut se battre contre une compagnie d'assurance qui a refusé de payer un traitement qui aurait sauvé la vie de leur fils.

David contre Goliath, la justice et la vérité contre la machine américaine... le thème privilégié de Grisham. On y retrouve les expériences et le dégoût de Grisham pour son ancien métier.

J'ai beaucoup aimé, bien que un petit quelque chose dans la narration me fatiguait légèrement, cette utilisation constante ou presque du présent... j'ai l'impression que la rédaction était moins maîtrisé que pour ses autres bouquins.

Grisham a beaucoup de talent, des histoires vraiment surprenantes, mais je retrouve souvent ce petit agacement narratif (si on peut dire). Mais il manipule bien les histoires! J'étais collée à mon livre, le coeur battant, me demandant s'il y aurait à la fin un revirement de situation de dernière minute... Et la fin, cette fin les amis! Surprised)) Surprenante! J'aime bien en fait j'adore quand les fins sont inattendues!!!

Note : 4/5


De: Mousseline

John Grisham - L'idéaliste

Un livre qu'on ne peut pas lâcher avant d'avoir terminé!

Un jeune avocat, Rudy Bailor, se bat contre une puissante compagnie d'assurance de Memphis qui a refusé la prise en charge d'une greffe de moelle épinière qui aurait pu sauver l'enfant d'un couple de vieillards démunis.

Un suspense très divertissant et en même temps on apprend des choses sur le système judiciaire américain. Super!
Note : 4/5


De: Pisty

L'idéaliste

Ce n'est pas mauvais du tout, les 549 pages se lisent bien, j'ai eu de la difficulté à fermer le livre pour prendre les heures de sommeil qui me sont nécessaires. Mais je cherche encore l'idéaliste dans le protagoniste! C'est un idéaliste plutôt désabusé dès le début, et qui démissionne à la fin. C'est mon premier roman de Grisham, et mon premier comment dire, "thriller juridique". J'ai vu "La firme" je me promets de lire le bouquin. Je n'ai pas vu le film "L'idéaliste", je le louerai un jour. Car j'ai malgré tout apprécié l'histoire de ce combat contre une grosse compagnie d'assurance qui abuse des petites gens.

Et en arrière plan, le récit de cette veuve qui "hérite" d'une petite fortune, et qui se sert de cet "héritage" comme d'un levier pour s'attirer un peu d'attention. Celle de la jeune fille abusée par son copain, qui se trouve prise dans l'engrenage de la violence... Et je dois avouer que j'aime bien lire des romans écrits à la première personne!

Note : 3.5/5
(Pisty)


De:SarahEmily

John Grisham - Le maître du jeu
(Pocket, 1999, 536 pages)

Évidemment, Grisham met en scène un procès qui va marquer l'histoire. Curieusement, son héros n'est pas avocat, mais membre du jury. D'ailleurs, ce mec, on apprendra tranquillement qui il est en tranchant peu à peu dans ses zones d'ombre.

Quel culot ce Grisham! L'art de mettre en scène ses personnages et de camper son histoire, de décrire les méchantes magouilles des pas gentils représentants de justice. Je me sens toujours entraînée, même si, contrairement à quelques autres (rares) auteurs, il ne me fait pas "entrer" en scène. Autrement dit, j'ai conscience tout au long de lire un roman (pas d'emmêlement des réalités). N'empêche qu'il me fascine! Comme toujours chez cet auteur, je lis, je dévore, et je doute du dénouement jusqu'à ce qu'il me saute aux yeux. Il a le tour je vous dis.

Donc c'est l'histoire d'un procès contre les fabriquants de cigarettes. Procès de la veuve d'un homme qui a fumé 2 ou 3 paquets par jour pendant 20 ou 30 ans. Bingo, il est mort du cancer du poumon, vous êtes tous surpris n'est-ce pas? Et il y a ce jeune homme du jury (pas avocat, mais il a quand même 2 ans d'études en droit, évidemment), qui commence à mener le bal au sein du groupe et cette étrange jeune femme qui contacte les avocats pour leur livrer des informations qui les rend dingues... Mais qu'est-ce qu'ils veulent à la fin? Et qui ils sont? M'enfin. Grisham ne doit pas fumer, parce qu'avec les preuves et les explications qu'il a amené à travers les avocats de quoi vous dégoutter de cette chose immonde bourrée de cochonnerie. Curieusement, moi j'avais juste envie d'en griller une (quel esprit de paradoxe!).

J'ai terminé le bouquin juste comme on arrivait au dépanneur avant de rentrer à la maison. Je suis entrée y acheter non pas des cigarettes mais du lait, et qu'est-ce que je ne vois pas, à la une du journal le Devoir, innocememnt et hypocritement posé devant moi sur le comptoir? Les résultats d'un procès en recours collectif contre les fabriquants de cigarettes, en Floride! Y'a pas de hasard je vous dis...

Note : 4.25/5


De:SarahEmily

John Grisham - L'engrenage
(Pocket, 2003, 376 pages)

Loin d'être son meilleur livre. J'ai été déçue. Par contre, très d'actualité. La CIA décide de faire élire son candidat à la présidence des USA, le seul homme à prôner une augmentation du budget des forces armées. On y parle du terrorisme et des armées qui se constituent un peu partout dans le monde, des USA qui paient très cher leur politique internationale...

Par contre, Grisham est habituellement bien meilleur en ce qui concerne l'intrigue et le suspense. La thématique du drame tourne autour de l'homophobie américaine, ce qui m'agace un peu.

D'une prison américaine, trois anciens juges ont monté une vraie combine d'escroc. Une petite annonce habilement glissée dans un journal gay leur fait entretenir une correspondance avec plusieurs hommes, à qui ils montent une histoire abracadabrante. Quand leur correspondant est riche, ils s'arrangent pour savoir qui il est pour vrai et le font chanter. D'honorables messieurs mariés avec des enfants ne peuvent encourir le risque de voir leur travers étalé sur la place publique!

Enfin, l'histoire me paraît un peu trop bâclée, tout est trop facile, des détails manquent (quand on ne sait plus quoi écrire, on "oublie" des petits trucs)... Il manque quelque chose qui fait la force de Grisham et mon admiration pour cet auteur.

Note : 3.5/5


De: Mamanlouve
John Grisham - La loi du plus faible
(Pocket, 2001, 381 pages)

C'est l'histoire d'un avocat de la haute qui suite à une prise d'otages prend conscience de la pauvreté qui habite la ville de New York. Cette prise de conscience l'amène à réorienter sa vie.
C'est la première fois que je réussi à lire un de ses livres sans avoir vu le film. Et ça fait du bien car je ne savais pas vraiment à quoi m'en tenir.
Note : 4/5
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  gallo le Mar 16 Déc 2008 - 15:13

De: Mousseline

John Grisham - L'associé
(Pocket, 2000, 475 pages)

Un très très bon suspense. Difficile à lâcher. Pas évident de deviner à l'avance les évènements. Le personnage principal est extrêmement sympathique. J'ai beaucoup aimé!

Note : 4.25/5
(Mousseline)


De: SarahEmily

L'associé

Jusqu'ici, c'est le Grisham que j'ai préféré. Quand un mec se tire avec 10 millions de dollars appartenant à ses associés et à un client, il s'attend bien à être retrouvé un jour. C'est ce qui arrive 5 ans plus tard. Il est enlevé, torturé puis remis aux mains de la justice. Mais il a tout prévu. Tout. Un récit bien mené, palpitant. L'art de se plonger dans une histoire! Décidemment, plus je lis Grisham, plus je l'aime! Son histoire me fascine.

Note : 4.5/5
(SarahEmily)


De: Irène

L'associé

Quel livre palpitant! Même si on ne connaît pas les rouages légaux des États-Unis on peut apprécier toute la finesse dans la planification des événements à venir. C'est de rebondissements à rebondissements, j'ai lu le livre en quelques jours car c'était difficile de m'en arracher. Longtemps, le personnage m'est resté en tête, je me demandais ce qu'il était devenu, il a littéralement pris vie!

J'ai tellement aimé le livre que je l'ai relu en anglais (certaines différences de montants d'argent en anglais et français - eh oui, je le lisais en parallèle dans les deux langues), puis encore de nouveau en français. Je le lirai probablement encore dans quelques années.

A prêter pour partager c'est trop bon.

Note : 4.8/5
(Irène, 47 ans, La Prairie/Québec)




De : nirvana1050 Envoyé : 17/01/2005 14:33
La dernière récolte
383 p. Robert Laffont

Un beau témoignage qui décrit simplement, et avec justesse et émotion, la vie d'une famille qui rejoue son avenir chaque année, au moment de la récolte du coton. C'est une course contre la montre, pour trouver des ouvriers, venus des collines, et des Mexicains, afin de récolter le plus possible sous une chaleur écrasante, dans l'incertitude de la météo à venir...orages, cyclones, inondations, qui peuvent abruptement stopper la récolte,...et toute chance de rembourser ses dettes.

C'est aussi le récit d'une famille qui vit presque en autarcie le reste de l'année,(hormis la messe dominicale et la sortie hebdomadaire en ville) et qui s'ouvre au monde en accueillant ses journaliers le temps de la récolte.

Sous les yeux de Luke, gamin de sept ans, des liens se tissent, mais aussi beaucoup de rivalités...la cohabitation représente pour lui chaque année de nouvelles aventures,...qui s'avèreront dramatiques lors de cet été 1952.

Ma note: 4/5


De : nirvana1050 Envoyé : 02/02/2006 13:08
"Le dernier juré"
Ed.Robert Laffont, 397p.

En 1970, Willlie Traynor, jeune dilettante, achète avec l'aide financière de sa grand-mère, le journal local d'une petite ville du Mississipi. Il souhaite le moderniser pour augmenter ses ventes, et nous conte ses efforts pour s'intégrer et les moyens utilisés pour améliorer le tirage de son hebdomadaire, dans une petite communeauté où les plus graves nouvelles sont souvent l'écho d'une bagarre entre ivrognes.
Mais quand une jeune veuve se fait assassiner par le fils d'une famille mafieuse de la région, qui a la puissance de faire habituellement pression sur la police, Willie se trouve un cheval de bataille et déclenche une campagne de presse incendiaire et accablante pour le meurtrier. Celui-ci est condamné, et jure de se venger sur les jurés.

Neuf ans plus tard, il est libéré sur parole....et l'assassinat d'un premier puis d'un deuxième juré amène la peur dans la petite ville . Willie, devenu le riche patron d'un journal prospère, se sent impliqué dans la protection de la communeauté qui l'a adopté.

Roman distrayant dans la même veine de ce à quoi Grisham nous a habitué. Cependant ce n'est pas cette fois-ci qu'un récit (souvent passionnant ) de procès, puisqu'il nous présente également l'évolution d'un héros qui part de rien avec un journal de campagne et les moyens qu'il met en oeuvre pour développer celui-ci.
Le contexte de la ségrégation qui sévit encore dans le Sud en 1970 rajoute un intérêt supplémentaire au récit.

Ma note: 4/5




De : docguillaume Envoyé : 17/02/2007 12:14
La dernière récolte - John Grisham

Incroyable comme ce livre est à des années-lumières des autres romans de John Grisham. Très loin des complots, des avocats, des grands procès qui peuplent les autres romans de l'auteur. La dernière récolte nous projette dans l'Arkansas, dans les années 1950, dans une modeste ferme au milieu d'immenses champs de coton.

Luke, 8 ans, s'apprête à vivre la récolte du coton aux côtés de ses parents et de ses grands-parents. Des mexicains et la famille Spruill"venue des collines" sont embauchés pour toute la récolte. Des personnages à l'origine de bien des aventures. Le base-ball est omniprésent et on se délecte des récits de matchs qui enchante Luke tout autant que nous. On vit la récolte, la crainte du mauvais temps, les inondations, les tornades... L'attente de nouvelles de l'oncle Ricky, 19 ans, sur le front de Corée. Et Hank, un colosse de la famille Spruill sera impliqué dans une affaire de meurtre.

Un livre au style agréable, bien écrit, qui nous plonge dans l'Amérique profonde des années 1950. On sent presque l'odeur du coton et le soleil qui tape sur nos épaules. Les personnages sont attachants.

Note : 4/5

Docguillaume




De : odilette84 Envoyé : 26/03/2008 16:58
Le dernier juré - John Grisham

Alcool, armes, drogue : depuis près d'un siècle, la famille Padgitt se livre à peu près a tous les trafics dans la plus totale impunité. Intimidation, crime et corruption sont ses armes pour mettre au pas la population du petit comté de Ford, dans le Mississippi. Mais cette fois les preuves sont trop accablantes : sous l'impulsion d'un juge inflexible et d'un journaliste idéaliste. Le jeune Danny Padgitt est convaincu de viol et de meurtre.
Quand il est libéré de prison neuf ans plus tard, toute la ville tremble au souvenir de la terrible promesse de l'assassin : se venger impitoyablement des douze jurés qui l'ont condamné...

Le gros avantage avec John Grisham, c’est qu’on ne s’ennuie jamais.
Il a le chic pour situer ses romans dans des lieux où on ne l’attend pas. Ses héros sont toujours sympathiques et les personnages secondaires attachants.
Il dépeint avec sobriété les années 70, l’Amérique des petits états du sud, pas de longues descriptions, pas de portraits inutiles.
Je conseille de ne pas s’attacher au Pitch de l’éditeur qui met au centre du roman une famille de malfrats et qui selon moi prend le sujet du roman à l’envers…
Tout en étant une bonne lecture de détente, l’auteur aborde des sujets sérieux comme la guerre du Vietnam, la déségrégation, la corruption, le racisme, la religion…

Ma note, un bon 4/5

avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Bernard le Ven 4 Déc 2009 - 13:21

LE CLIENT (The Client)
Editions Robert Laffont, 1994, 581 pagesLe client c'est un enfant de 11 ans, Mark Sway. Lui et son frère Ricky sont dans un sous-bois d'un quartier de Memphis (Tennessee), cachés pour fumer. C'est la premières cigarette de Ricky, 9 ans. Arrive une voiture dont un homme descend, laissant tourner le moteur, branche un tuyau au pot d'échappement, qu'il relie à l'intérieur de la voiture en le coinçant dans la vitre arrière. Comprenant qu'il tente de se suicider, Mark retire le tuyau du pot deux fois, la troisième il est appréhendé par l'homme qui le fait monter dans sa voiture, après avoir installé à nouveau le tuyau dans le pot, destinant l'enfant et lui-même à une mort par asphyxie. Dans la voiture, tout en ingurgitant des cachets et en se saoulant, l'homme raconte sa vie à mark et la raison de son suicide. Avec l'aide de son petit frère, qui, une nouvelle fois, a retiré le tuyau, Mark réussi à s'extraire du véhicule. Avant qu'ils puissent quitter les lieux, les 2 enfants voient l'homme, un avocat de la Mafia, sortir de voiture, s'allonger sur le coffre et se tirer une balle dans la bouche.
Ricky, choqué se réfugie chez lui, Mark appelle la police et ne peut s'empêcher de retourner sur les lieux où un policier le surprend. Commencent, alors dix jours d'angoisse et de terreur pour les deux enfants, mais aussi la mère, divorcée d'un mari brutal et alcoolique, ainsi que leur avocate.
Mark sait-il où est caché le corps d'un sénateur de Louisiane, abattu par un maffieux dont l'avocat, porteur du secret, s'est suicidé ?


Mon avis :

Mark c'est Denis la malice, un personnage de BD de ma jeunesse, c'est aussi le chef de famille depuis qu'il a frappé son père avec une batte de base-ball quand ce dernier démolissait sa mère. Elle divorcera par la suite, obtenant la garde des enfants. C'est également l'idole de son petit frère à qui il apprend à fumer à 9 ans, l'âge où lui même a commencé. Mais c'est surtout un enfant avec ses doutes et son grand besoin d'affection, de tendresse et de protection. Grand amateur de feuilletons télévisés (nous sommes en 1983 - pas de consoles de jeux ni d'ordinateurs) et de films policiers, il connait les rouages de la police et lorsqu'il est embarqué par les flics, il leur déclare qu'ils ne lui ont pas lu ses droits, qu'il récite, alors, sans erreur. C'est lui qui se retranche derrière le 5ème amendement devant le juge des enfants quand il ne révèle pas les informations demandées. C'est un charmeur, un débrouillard, un comédien ô combien attachant.
Grisham dans ce livre m'a baladé et emmené où il le désirait comme un toutou ! C'est avec engouement que j'ai lu ce livre (plus que lors de ma lecture de l'oiseau moqueur) et je regrette de l'avoir terminé si vite, tant j'ai passé un bon moment.
Les personnages et les caractères sont finement décrits : Dianne, la mère complétement paumée dans une histoire où tout va trop vite pour elle, Reggie l'avocate spécialisée dans la défense des droits des enfants, choisie par hasard, deviendra la confidente de Mark, l'amie qu'il n'a pas et comme il le dit : <<vous êtes la seule personne en qui je peux avoir confiance>>, dans un moment de grand désarroi, Momma Love, la mère de Reggie et ses lasagnes aux épinards, Harry Roosevelt le juge pour enfants de Memphis, noir imposant de 150 k, les procureurs des états de Louisiane et Tennessee, le premier cupide et avide de pouvoir, le second non concerné. Les flics, la Mafia, le FBI, admirablement bien campés dans leur rôles respectifs. C'est de la belle ouvrage pour ce polar qui met sur le sellette le problème de la protection des témoins et leur devenir aux Etats-Unis.

Ce n'est pas un thriller au sens traditionnel du terme car dès le début nous connaissons le meurtrier, la victime et le mobile, c'est une histoire, un fait divers. C'est bien mené, bien écrit et formidable à lire.

Merci Monsieur Grisham !

Note : 4,5/5
Je note durement comme au Bac...

B
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3540
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Mousseline le Ven 4 Déc 2009 - 13:32

Belle critique! Ça fait du bien de lire un John Grisham de temps à autre tellement ses livres sont prenants. Mais je ne crois pas avoir lu celui-ci.

_________________
Mousseline

Magasin général tome 2 : Serge de Loisel et Tripp et L'île des chasseurs d'oiseaux de Peter May



"Happiness is only real when shared." (Christopher McCandless)
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Shan_Ze le Ven 4 Déc 2009 - 14:34

Je n'avais jamais été intéressée par John Grisham mais ta critique me donne bien envie ! Je le note dans ma LAL, merci Bernard.
avatar
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7457
Age : 34
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Bernard le Ven 18 Déc 2009 - 18:19

NON COUPABLE (A time to kill)

Robert Laffont - 1994 - 718 pages

Le livre :Missplume3 a, parfaitement, situé l'action. J'ajouterai que Grisham a eu à traiter d'une affaire de ce type.

Mon avis : Il s'agit du 3ème livre que je lis de cet auteur et que je trouve toujours épatant. Les personnages sont bien campés, ceux qui doivent être sympathiques ou que j'ai voulu qu'ils soient sympathiques, le sont et inversement pour les antipathiques. Comme pour l'oiseau moqueur, l'action se situe dans le sud profond des Etats-Unis. Dans les années 80. Rien ou presque n'a changé, royaume des blancs dans le comté de Ford, 70% contre 30% de noirs, ségrégation latente et KKK. Difficile de trouver un bon jury, le procureur récuse et le jury est blanc. La tâche s'annonce quasi impossible pour l'avocat de la défense, Jake, d'autant que l'accusé est coupable, qu'il plaide non coupable et la démence. Difficile d'en dire plus sans révéler le dénouement qui se situe dans les toutes dernières pages.
C'est bien fait, c'est bien écrit, les dialogues à la hauteur et la traduction pas trop moche. Que demander de plus ? Ce roman m'a ravi et je l'ai dévoré.
M. Grisham, je retournerai dans votre boutique !

Note : 4,5/5

B
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3540
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  anna44 le Ven 18 Déc 2009 - 21:28

Je ne connais pas du tout cet auteur (ou seulement de nom) mais ta critique me donne envie de le découvrir. Surtout après avoir lu Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur.
Je le note...

_________________
Mes lectures en cours : Quitter le monde, Douglas Kennedy
avatar
anna44

Nombre de messages : 1601
Age : 35
Location : Québec (Qc)
Date d'inscription : 01/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Docguillaume le Ven 18 Déc 2009 - 22:38

Je l'ai lu il y a quelques années celui-là. Très bon +++
avatar
Docguillaume

Nombre de messages : 287
Location : Caen
Date d'inscription : 12/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Bernard le Jeu 7 Jan 2010 - 18:26



LE TESTAMENT (The testament)

Robert Laffont - 1999 -445 pages

Ce livre ayant été résumé à maintes reprises, je m'abstiendrai de le faire à nouveau.

Mon avis :

Bien sûr que c'est une fable, bien sûr que c'est un conte, bien sûr que c'est une parabole, bien sûr que c'est manichéen, bien sûr que c'est dérangeant ! Pensez-donc, d'un côté des héritiers deshérités de 11 milliards de $ (110.000 ans de mon dernier salaire !) et de l'autre des pauvres, des indigents, des sans rien du tout que la terre à cultiver et au milieu un avocat paumé, alcoolo et dépendant ; c'est certain il y a matière à réflexion.

La force de Grisham c'est sa prose, un style simple, fait de mots simples. Pas de longs discours, on est tout de suite dans le bain. Je l'ai déjà dit mais, comme Simenon, il plante le décor sans en ajouter, chez Simenon comme chez Grisham, il y a autant de pages de lecture que de pages dans le bouquin. De plus, ancien avocat, l'auteur sait s'adresser à un jury et il écrit comme il s'adresse à des jurés, sans grandes phrases du jargon juridique, ni mots alambiqués à rechercher dans un dictionnaire.

J'ai aimé et dans la jungle du Pantanal, sur le fleuve Paraguay, j'étais dans la pirogue, pagayant avec Tintin dérrière moi, comme ce dessin de la page de garde de Tintin et l'oreille cassée de Hergé, oui, j'ai eu peur des alligators, des anacondas et craint les moustiques et la dengue.

Alors que cela soit de la facilité (je ne crois pas), je veux bien, mais qu'est-ce que cette facilité là est bonne. Comme ses autres bouquins, Grisham m'a emmené avec lui, à tel point que les bagarres d'avocats sont passés au second plan. N'esr-ce pas là la marque d'un bon livre ?

Note : 4,5/5

B
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3540
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Bernard le Dim 10 Jan 2010 - 15:36

LA FIRME (The firm)

Pocket - 1991 - 476 pages

Le livre : Mousseline a, parfaitement, résumé l'action, ci-dessus.

Mon avis :

Après Le testament et Non coupable, La firme, nonobstant ses qualités, apparaît quelque peu mièvre. Certes l'écriture est toujours brillante et l'intrigue m'a scotché au fauteuil au delà de l'heure réglementaire du coucher, mais il m'a manqué un petit rien pour grimper au rideau. Pourtant je connaissais l'histoire, ayant vu le film avec Cruise et Gene Hackman (fabuleux acteur), que je n'avais pas particulièrement apprécié et j'attendais plus du livre et il y a eu plus, car c'est un bon Grisham et aucun regret quant à sa lecture. Il faut croire que je deviens plus exigeant avec cet auteur.
Ceci étant, il faut reconnaître à Grisham un don indéniable de conteur, pour preuve, il rend lisible et compréhensible l'épineux phénomène des paradis fiscaux et des emboitages de sociétés écrans et blanchiment de l'argent sale.
Je pense que le dispositif mis en place, en fin de bouquin, par le FBI et la Mafia, pour serrer Mc Deere, sa femme et son frère est tellement imposant qu'ils ne peuvent pas passer au travers, donc le dénouement est fort improbable. L'enlèvement par Abanks, le moniteur de plongé caïmanais est téléphoné, mais, encore une fois, la qualité de l'écriture rattrape ces petits défauts et la description des scènes d'action impeccable.

J'ai passé un bon moment de lecture et comme j'ai fait de Grisham mon défi auteur, j'ai intérêt à me ressaisir...

Ma note : 4/5
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3540
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Bernard le Sam 30 Jan 2010 - 13:17



John Grisham est né dans l'Arkansas, à Jonesboro, le 8 février1955. Il est marié et père de deux enfants, il a commencé sa carrière comme avocat. Non coupableest son premier roman publié, en 1989. Il a publié 24 romans à ce jour. Il vit à Oxford, Mississippi, avec sa famille et possède une plantation à Charlottesville, Virginie.

Je lui devait bien ça !




Le dernier juré (The last juror)

Robert Laffont - 2004 - 398 pages

Le résumé d'Odilette, ci-dessus est parfait.


Ce que j'en pense :

Ce livre c'est l'histoire d'un crime odieux, d'un jugement pitoyable, d'un dénouement inattendu et, aussi, d'une immense amitié. Willie Traynor, le patron du Times de Clanton (ville imaginaire), dans le but de booster les ventes de son journal, est amené à rencontrer des personnages remarquables de la ville ou du comté. Il choisit une famille noire, les Ruffin, dont sept des huit enfants ont fait des études supérieures et sont devenus professeurs d'université dans des matières différentes. Ils professent dans diverses villes des Etats-Unis.
Pour faire connaissance, Miss Callie Ruffin, l'invite à déjeuner, d'où une amitié réciproque, tant avec elle qu'avec sa famille, amenant Willie et Callie à déjeuner ensemble chaque jeudi, sans excéption et qui fera dire à Sam Ruffin, le benjamin : <<Il est de la famille>>.

Grisham est un conteur de haute volée et, si le meurtre occupe cinquante pages, le dénouement autant, les trois cents pages restantes nous racontent une petite ville de province vue par un journaliste. Il oeuvre là tout en finesse, dans un faux rythme lent comme le sud, sa moiteur, son soleil, sa violence réfrénée - période nixonesque de déségrégation - et ses passions. Le journaliste ira dans quatre vingts églises différentes, blanches et noires, écouter le pasteur, s'intégrera aux cancans et sera reconnu comme citoyen à part entière.

Clanton fut le théâtre du premier bouquin de Grisham, Non coupable, il y revient avec un livre manisfestement plus fin. Ici il s'attaque au lecteur et le pousse dans ses derniers retranchements pour lui dire : t'as trouvé la solution ? Telle Agatha Christie avec Poirot ou Miss Marple. Il communique, par-ci, par-là des indices devant permettre à un moment de l'histoire de connaître la fin ou la solution. Désolé, vieux, ça ne prend pas avec moi ! Chacun son rôle, l'auteur écrit et donne la solution, moi, je lis et mon plaisir c'est le style, la prosodie et non de jouer au détective, même si j'avais gagné, cette fois, ce qui est un grand fait du hasard.

On l'aura compris, j'ai été conquis, une nouvelle fois, par cet écrivain dont le style, le dénuement des mots, leur simplicité me scotchent à mon fauteuil, pour qu'une fois le mot fin inscrit, je n'aie qu'une hâte : lire un autre... Grisham. Ce que je ferai d'ailleurs.

La beauté du texte, des échanges, des gestes simples, des relations entre les Ruffin et Willie font monter les larmes aux yeux, sans sensiblerie. Pourvu que cela existe vraiment.

4,5/5
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3540
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  vicogose le Mar 2 Fév 2010 - 13:46

John Grisham L'accusé Robert Laffont 2007 344 pages

Un crime est commis en 1982 dans l'Oklahoma. Les enquêteurs chargés d'élucider le meurtre piétinent, sont persuadés d'avoir trouver les assassins et font tout pour que les preuves abondent dans ce sens. Les suspects sont arrêtés, emprisonnés, dans le couloir de la mort pour l'un d'eux jusqu'au moment où l'enquête sera à nouveau ouverte et....

Je laisse découvrir la suite aux potentiels lecteurs de ce livre. Je connaissais Grisham de nom, j'ai vu les adaptations cinématographiques de ses livres mais je n'en avais jamais lu moi-même. Ce n'est pas un roman à proprement parlé, l'auteur retrace de manière très détaillée l'enquête, les témoignages, expertises, procès, la vie en prison des suspects, les débuts des expertises scientifiques notamment avec l'ADN etc.... Il est réellement habité par le sujet et nous transmet l'envie d'en savoir plus et de nous interroger sur la peine de mort, les erreurs judiciaires etc...

note 4/5
avatar
vicogose

Nombre de messages : 24
Age : 38
Location : Auvergne France
Date d'inscription : 25/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Bernard le Mar 2 Fév 2010 - 14:23

Alors Virginie, ça fait du bien un bon Grisham ?
J'ai emprunté L'idéaliste et, dès Emporte le vent terminé, je m'y mets.
C'est fou ce que cet auteur peut me détendre...

B
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3540
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  vicogose le Mar 2 Fév 2010 - 14:26

Oui j'ai vraiment été emballée, ce n'était pas unroman mais c'est vraiment bien écrit, ce n'est pas trop "simplet" pour ce genre de roman, il y a un réel souci d'écriture, je vais m'y replonger dès que je peux!!!

onne lecture !
avatar
vicogose

Nombre de messages : 24
Age : 38
Location : Auvergne France
Date d'inscription : 25/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  zozinette le Mar 2 Fév 2010 - 16:42

Bernard as-tu lu " La dernière récolte" ? C'est le seul Grisham que j'ai lu mais il est très marquant je trouve.
Vos critiques me donnent envie de découvrir un peu plus cet auteur en tout cas.
avatar
zozinette

Nombre de messages : 2437
Age : 43
Location : belfort, franche-comté
Date d'inscription : 15/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Bernard le Mar 2 Fév 2010 - 17:16

Non Zozinette. J'y viendrai, je vais tout lire, 24 titres dont 23 traduits pour l'instant. J'en ai lu 6 et j'ai un 7ème sur le gaz. La dernière récolte est un très, très bon, autobiographique, je crois.
J'ai un plaisir énorme à lire ce bonhomme, il me remet la tête et l'esprit à l'endroit quand le boulon se dévisse.

@+

B
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3540
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Clochette le Mar 2 Fév 2010 - 18:18

A la bouquinerie tout à l'heure, lorsque je tombais sur des "Grisham", forcément j'avais une pensée pour Bernard
avatar
Clochette

Nombre de messages : 2136
Age : 43
Location : Nantes Bretagne
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Bernard le Mar 2 Fév 2010 - 18:49

Merci Clochette, cela me touche.
Est-ce mon heure de gloire ?

B
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3540
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  vicogose le Mar 2 Fév 2010 - 19:48

J'ai emprunté La dernière récolte cet apres-midi même!!! Un de plus à lire!!!!
avatar
vicogose

Nombre de messages : 24
Age : 38
Location : Auvergne France
Date d'inscription : 25/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  zozinette le Mar 2 Fév 2010 - 19:50

j'espère que tu vas aimer autant que moi Vicogose !
Bonne lecture
avatar
zozinette

Nombre de messages : 2437
Age : 43
Location : belfort, franche-comté
Date d'inscription : 15/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Isaby le Mer 3 Fév 2010 - 17:48

J'ai 4 Grisham à la maison dans ma PAL. Je crois que je vais commencer par "l'Accusé". J'ai aussi le testament, le dernier juré et clandestin. Par lequel me conseillez-vous de commencer?

_________________
sunny
avatar
Isaby

Nombre de messages : 1855
Age : 43
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 11/08/2009

http://lavoixauchapitre.eklablog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Bernard le Mer 3 Fév 2010 - 18:22

Ils sont tous bons Isaby.

Le dernier juré c'est très sentimental, j'ai eu les larmes aux yeux. ll n'aurait pas fallu que cela finisse...
Le testament colle avec le Nature writing puisqu'une partie du livre se passe au brésil, dans le Mato Grosso, à la frontière bolivienne, le long du fleuve Paraguay avec les indiens. Là aussi c'est magnifique.

Les 2 autres, je ne les ai pas encore lus.

@+
B
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3540
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

John Grisham

Message  Garanemsa le Dim 21 Fév 2010 - 14:50

LE TESTAMENT
John Grisham

J’avais déjà lu d’autres livres de cet auteur, mais jamais celui-ci. J’ai beaucoup aimé.
Un vieillard, magnat des finances décide de faire son testament, ayant des enfants de plusieurs femmes.
Les enfants en question sont tous habitués à l’argent et de ce fait, soit ils dépensent et se retrouvent plein de dettes, soit ils se droguent, boivent. On aussi plusieurs femmes et enfants.
Ils estiment aussi que leur père n’a plus sa tête pour rédiger un testament correct ; en leur faveur bien entendu.

Le jour venu avec des avocats, des psys, lecture est faire de ce testament, et questions aussi au père sur son état psychologique.
Mais juste lorsque la séance est terminée, il signe un autre testament révoquant tous les autres et se jette par la fenêtre.

Commence alors une lutte acharnée, l’un contre l’autre.
Car ce testament désigne une fille, inconnue des autres comme seule héritière.
Son bras droit à ce magnat, décide de rechercher cette héritière, et envoie un de ses meilleurs avocats, mais le sort lui aussi d’un centre de désintoxication.

Il part donc à la recherche de cette jeune femme, et pour ce faire doit traverser le Brésil, le Matto grosso. Pour s’apercevoir que cette jeune femme est missionnaire en pleine jungle.
L’argent ne l’intéresse pas, et elle n’a rien à faire de cela.

Certes l’histoire ne s’arrête pas là….
Mais ce qui m’a intéressé dans ce livre, c’est la vision et même pour certain la transformation, face à des personnes totalement différentes et pensant totalement différemment.
Le rapport à l’argent, le rapport au dévouement etc…

Pour toutes ces raisons un gros, gros 5/5
avatar
Garanemsa

Nombre de messages : 445
Age : 72
Location : Belgique/Liège
Date d'inscription : 28/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Bernard le Ven 26 Fév 2010 - 22:11





L'idéaliste (The rainmaker)

Robert Laffont - 1997 - 614 pages

Résumé :

Rudy Bailor, jeune avocat de Memphis défend la famille Black, dont le fils Donny Ray est atteint d'une leucémie aiguë, dont il mourra, faute de la greffe de moelle osseuse qui aurait pu le sauver. La famille avait contracté une assurance maladie mais la compagnie a refusé de prendre en charge les frais de transplantation pour des raisons inavouées.

Mon avis :

Selon la quatrième de couverture, ce livre est, à coup sûr, le meilleur de Grisham. Pour en juger, encore faudrait-il avoir lu tous les autres, ce qui n'est pas mon cas. Ce qui est sûr, c'est que si ce n'est pas le meilleur, ce n'est, certainement pas, le plus mauvais.
On pourra revenir sur le fait que la justice, Grisham, connait, ayant été lui-même avocat, certes, mais ce n'est pas un gage de talent. Or, du talent, ici, il y en a ! Bailor, le principal protagoniste est un homme extrêmement humain qui n'aime pas l'injustice et, notamment, celle pratiquée par la compagnie d'assurances. Il se lie d'amitié avec Donny Ray et Dot, sa mère, à qui il rend souvent visite. Il emmènera Donny Ray voir un match de Base-Ball, alors qu'il est en phase terminale. Lors de ses visistes, Rudi reste assis, auprès de Donny Ray, sans parler, uniquement pour que sa présence le rassure. Il démontre une immense humanité envers ce garçon qui a le même âge que lui et qui doit mourir à cause de la bêtise humaine. Le pays le plus puissant du monde est-il, à ce point, incapable de sauver un de ses fils uniquement pour des raisons matérielles ? La transplantation est chère, les Black sont pauvres, Donny-Ray a un jumeau compatible, l'assurance reste inflexible, Donny-Ray meurt. Où est la logique ?
Lors du procès, Rudi aura comme adversaire de la défense un ténor du barreau du Tennessee, membre du plus grand cabinet de Memphis, comptant une centaine d'avocats, alors que lui est seul, aidé, uniquement, par son associé qui, s'il a fait son droit, n'est pas avocat. Alors une formidable chaîne viendra épauler le jeune homme, formée par le juge bienveillant - c'est le premier procès de Rudi -, un ami d'université, un ancien professeur, etc.
Les coups bas pleuvront, la partie sera rude, Rudi sera t-il à la hauteur ?
Ceux qui aiment les fins à rebondissement seront comblés, car même en faisant montre d'une grande perspicacité, rien ne laissait supposer un tel dénouement.
J'ai beaucoup apprécié L'idéaliste et ce fut un excellent moment de lecture et de détente, procuré par ce style inimitable qu'est celui de Grisham dans sa simplicité, sa prosodie, sa compréhension, ses enchaînements et, c'est vrai, sa grande connaissance de la chose juridique.
Les personnages sont brossés au cordeau par un grand artiste. les caractères bien trempés et s'il fait dans le manichéisme, Grisham, le fait avec recul et, cette fois-ci, par un homme qui doute continuellement. Ce qui est une preuve d'intelligence et un gage de réussite.

4,75/5

B
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3540
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GRISHAM (Etats-Unis)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum