Jim THOMPSON (Etats-Unis)

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Jim THOMPSON (Etats-Unis)

Message  petitelune le Mer 10 Déc 2008 - 21:02

De : Mousseliine (Message d'origine) Envoyé : 2004-08-24 09:40

Hallali



Éditeur : Rivages (3 octobre 1994)
Collection : Rivages noir
Format : Poche - 273 pages

Douze chapitres, douze personnes racontent chacune leur version. On appréhende un drame dès le début. L'histoire se passe dans une petite ville américaine sur la côte à quelques heures de New York.

Un roman noir mais pas tant que ça. C'est un récit bien structuré où il y a peu d'action et de suspense, tout se joue dans les personnages. Les personnages sont bien campés, on se sent parfois mal à l'aise tellement leur vie est pathétique mais le tout est très réaliste comme souvent dans les romans noirs où les auteurs voient d'abord le côté sordide de l'homme.

J'ai bien aimé, un auteur que je vais relire forcément, son style me plaît beaucoup. Et de plus d'après mes recherches sur le net c'est loin d'être son meilleur livre alors ça promet!

Note : 3.75/5


--------------------------------------------------------------------------------



Jim Thompson est né en 1906 dans l'Oklahoma d'un père sherif et d'une mère institutrice. Son grand-père l'initie aux classiques grecs, à Freud, Karl Marx, Swift, Cervantes.

Sa vision pessimiste de l'humanité, mais combien criante de vérité et de sincérité, prouve l'éclatant génie d'un des grands écrivains américains du XXe siècle en fait Jim Thompson est une véritable légende parmi les amateurs de romans noirs.

Son oeuvre comporte 29 romans. Il est mort en 1977.

Voir la bibliographie de Jim Thompson dans SDM.

Semble-t-il que son meilleur livre est 1275 âmes.




De : PapillonY1 Envoyé : 2004-08-31 15:56

1275 âmes de Jim Thompson

Edition Folio Policier - 247 pages

Résumé

Nick Corey est le shérif d’une petite ville des Etats-Unis dans les années vingt. Sa principale activité consiste à en faire le moins possible et « à regarder de l’autre côté quand il se passe quelque chose », parce que, comme chacun sait, s’occuper des affaires d’autrui c’est le meilleur moyen de s’attirer des ennuis. Et des ennuis, ce brave shérif en a déjà son compte : il a pour femme une harpie, pour beau-frère un idiot, pour maîtresse une mégère vorace, et voilà que les prochaines élections approchent…

Mon Avis :

A travers ce personnage, Jim Thompson nous monte ce que l’humanité a de plus noir : cynisme, égoïsme, mensonges, manipulations, calomnies, adultère, meurtres. Et pourtant, on ne parvient pas à trouver ce pauvre shérif complètement antipathique parce que toute cette histoire nous est racontée au second degré, c'est-à-dire avec un humour grinçant. La morale du héros se réduit à ceci : « Le Bien et le Mal, par exemple, on finit par plus savoir ce que c’est l’un et ce que c’est l’autre. » Difficile de se faire une opinion sur ce type : est-il vraiment bête et méchant ? Joue-t-il au crétin pour faire ses coups en douce ? La fin propose une hypothèse surprenante, que je ne vous révèlerai pas !

Ma Note : 4.5 / 5

Extrait :

« Les pauvres petites filles sans défense qui pleurent en voyant leur père entrer dans leur lit. Les hommes qui battent leurs femmes et les femmes qui hurlent des supplications. Les gosses qui pissent au lit, d’angoisse et de peur, et leurs mères qui les punissent en les aspergeant de poivre rouge. Les visages hâves, hagards, ravagés par le ténia et le scorbut. La sous-alimentation, les dettes toujours plus fortes que le crédit. La hantise, comment on va manger, où on va dormir, comment on va couvrir nos pauvres culs tout nus. Le genre d’obsession qui fait que, quand on n’a rien d’autre dans la tête, mieux vaut être mort. Parce que c’est le vide des idées, quand on est déjà mort en dedans, et qu’on ne fait plus que répandre la saloperie, la terreur, les larmes, les cris, la torture, la faim et la honte de sa propre mort. De son propre vide. »




De : Eireann561 Envoyé : 2006-09-29 15:15

1275 âmes.
Jim THOMPSON
Note : 5

Ames perdues, à vendre ou à tuer.
Une petite récréation (?) littéraire
Un des romans les plus noirs de Jim Thompson, une œuvre qui laisse sans voix et sans aucune estime pour le genre humain. Le problème est que l’on ne peut pas être sûr qu’un être pareil n’existe pas!
Toujours le même plaisir pour ma Xème lecture !
Nick Corey est le shérif de Pottsville, bled perdu au fin fond d’un état sinistré des Etats-Unis. Il a des problèmes personnels avec Myra, son épouse, qui le méprise, avec le débile Lennie son soi- disant beau-frère qui vit chez eux ; et dont la principale distraction est de regarder aux fenêtres des femmes du village, surtout celles de la salle de bains. Et il y a Tom, alcoolique et violent, qui est le mari de Rose, sa maîtresse qui est rossée plus souvent qu’à son tour. Il y a aussi Amy Mason qu’il aime et avec qui il était fiancé.
Mais s’il n’y avait que cela, les ennuis sont également dans la vie courante et professionnelle. Son appartement serait un petit paradis sans ses toilettes publiques sous ses fenêtres. Et le bordel à l’entrée du village ne le dérangerait pas trop, mais les souteneurs l’humilient à chaque occasion, et les élections approchent ! Bref le brave Nick en perd le manger, le boire, le sommeil et presque le goût des femmes. Après avoir pris conseil du shérif de la ville, il décide de passer à l’acte.
Alors commence le grand ménage, que dis-je la croisade, exit les souteneurs, adieu Tom et manque de chance pour lui, un brave noir y laissera également la vie. Dans sa vie sentimentale aussi, une clarification s’impose !
Nick Corey est un des pires personnages du roman noir, pleutre, fainéant, fornicateur, être absolument amoral, menteur et manipulateur. Il arrive à ses fins par un mélange de machiavélisme et de candeur. Mais comme dans son entourage, personne n’est vraiment blanc comme neige, Myra son épouse, plus vieille que lui qu’il a épousé pour échapper à une pendaison certaine ; Lennie est une grande brute qui l’espionne et qui doit avoir des relations plus que permises avec sa sœur ! On finirait presque par l’aimer, ce bon Nick !
Un chef d’œuvre de la littérature noire américaine, un de mes livres préférés du genre, avec une écriture simple, mais des dialogues savoureux et très maîtrisés qui emmènent toujours le héros à brouiller les cartes et arriver à ses fins.
Extraits :
-Et j’ai décidé que je ne savais foutre pas ce que je pourrais bien faire.
-Comme elle est couchée sur le ventre je ne vois pas sa figure, et ça vaut beaucoup mieux, croyez-moi.
-Y a guère de ressemblance entre Lennie et ta femme. A moins qu’on vous le dise on ne devinerait jamais qu’ils sont frère et sœur…
-Tout ce qu’un type aurait le droit de faire sans risquer d’être expédié au violon, c’était de boire de la limonade et peut-être d’embrasser sa femme. Ce qui ne leur disait pas grand-chose aux gars. A leurs femmes non plus d’ailleurs.
-Amy renifle un coup et se met à rire :
« Oh, Nick ! Je ne connais vraiment personne dans ton genre !
J’espère bien ! Sinon, le monde serait bougrement mal parti ! »
-Ce que je pensais, c’est qu’elle devait avoir des fourmis dans le pantalon ou des démangeaisons dans le calcif ou enfin ce qu’on dit en pareil cas.
-C’est clair comme de l’eau de roche : Oncle John a tué Tom, après quoi Tom tout mort qu’il était a trucidé Oncle John. Ou le contraire.
-C’est pas une raison parce que je mets la tentation à la portée des gens qu’ils doivent forcément se laisser tenter.
-C’est Amy Mason, hein ! Tu te débarrasses de tout le monde pour pouvoir te marier avec elle !
Je crains que de l’épouser, ça nuise à mon travail. Parce qu’il faut que j’y pense à mon travail.

Titre original : Pop 1280




De : Eireann561 Envoyé : 2006-10-19 09:36

Rage noire
Jim THOMPSON
Black & white.
Note : 5
Le livre pour moi le plus dur de Jim Thompson, celui où il ne s’encombre pas de sentiments. La noirceur absolue pour l’époque et la situation raciale. Le livre qui fait mal, très mal. A ne pas mettre entre toutes les mains, le langage étant volontairement obscène et très souvent choquant.
A signaler que lors de la sortie de ce livre, l’éditeur a tenu a signaler que «le livre correspond au texte exact du manuscrit original de Jim Thompson».
Allen rentre dans une nouvelle école d’un quartier de la moyenne bourgeoisie américaine. Les rentrées scolaires ne sont jamais aisées pour un nouveau venu surtout lorsque vous avez en plus vos problèmes personnels. Etre orphelin de père n’est pas facile, même s’il est mort pour la patrie, en héros. Ensuite votre mère est une superbe blonde qui vous vouvoie, qui flirte avec le premier venu et vous oblige à coucher avec elle. Mais ce qui pose le plus de problème c’est qu’Allen est noir, et qu’en plus il déteste les gens de couleurs ! Préparez les problèmes et en avant les représailles, la vengeance sera aussi aveugle que machiavélique.
Pour Allen la vie est compliquée, il va la rendre impossible aux autres. Ce n’est pas de sa faute, s’il renverse un landau et que le bébé meurt, surtout qu’il ne connaissait pas ces gens. Et puis il y a ce problème de sexe, la seule femme qui l’inspire est sa mère, alors toutes ses tentatives sont vouées à l’échec, pourtant il a du succès. Lisbeth voudrait bien coucher avec lui, mais elle se retrouve avec son propre frère, et Allen prend des photos pour le papa.
Allen ferait passer Nick Corey (1275 âmes) pour un ange, il est prisonnier de ses problèmes familiaux, de sa couleur et de la castration physique et morale que lui impose sa mère, « pute » de haut luxe spécialisée dans la clientèle afro-américaine.
Un livre très dérangeant, mais magnifique. Si les propos tenus dans ce récit vous dérangent, ne le lisez pas. Jim Thompson s’en fout, il est mort depuis longtemps dans la pauvreté, mais si vous voulez voir jusqu’où peut aller la misère humaine et la folie, lisez-le ! Mais je comprendrai très bien que vous pensiez que ce livre ne mérite que le fond d’une poubelle et que ce soit la pire horreur que vous ayez lu.
Extraits :
-Elle n’avait pour elle ni le cul ni les lolos de Liz, mais elle n’en avait pas besoin.
-Sa voix mourut. En dépit de ma peau noire et de ma tête laineuse, ma ressemblance avec Mère avait fini par la frapper….
La seule chose qui déconne ici c’est moi.
-Que jétais deux types différents. L’un qui séduisait les gens et l’autre qui leur causait de la répulsion.
-T’aimer ? j’ai dit. Seigneur Dieu quelle farce !
-J’ai hésité en la regardant. En regardant cet énorme tas de saindoux qui autrefois, avait été une séduisante jeune femme.
-Vous connaissez ce vieux dicton, non, monsieur :
«Bite qui bande n’a pas de conscience ! »
-Elle est notre seule spécialiste afro-américaine, voyez vous…..
-Un miracle majuscule vient de se produire. Dieu vient de retrouver la raison.
Le premier titre fut «White Mother, Black Son», puis «Child of Rage»
Editions Rivages/Noir.




De : liza_lou55 Envoyé : 2006-11-26 14:53

1275 âmes
(Folio policier, 248 pages)

« Je m'appelle Nick Corey. Je suis le shérif d'un patelin habité par des soulauds, des fornicateurs, des incestueux, des feignasses et des salopards de tout poil. Mon épouse me hait, ma maîtresse m'épuise et la seule femme que j'aime me snobe. Enfin, j'ai une vague idée que tous les coups de pied qui se distribuent dans ce bas monde, c'est mon cul qui les reçoit. Eh bien, les gars, ça va cesser. Je ne sais pas comment, mais cet enfer va cesser ! »

Pottsville, 1275 âmes.

Nick Corey a des ennuis. Des ennuis avec sa femme, sa maîtresse, son beau frère et son ancienne fiancée. Et puis, il y a ces deux maquereaux qui n’hésitent pas à l’humilier en public, les élections pour le poste de shérif qui approchent et les gens qui commencent à douter de ses capacités de représentant de la loi. Alors Nick décide d’agir, de taper un grand coup dans la fourmilière. D’arrêter un peu tout ce bazar. Une bonne fois pour toute.

Quelle vision pessimiste de l’humanité que Jim Thompson dresse là ! Pottsville se révèle être une ville de fous, avec des ivrognes, des malades, des frustrés et des pervers de tous poils .Véritable anti héros, le personnage principal, Nick Corey, n’est pas à proprement parler un personnage très sympathique : véritable menteur, calculateur et dissimulateur de la pire espèce qu'il soit, il est prêt à tout pour arriver à ses fins, en se debarrassant de ce qui pourrait entraver son mode de vie idéal. On sent que Thompson s'amuse ici avec son personnage pour mieux provoquer le lecteur qui reste littéralement fasciné par ce récit qu'on ne peut pas lâcher avant la fin.

1275 âmes est un roman inclassable et qui ne ressemble à aucun autre polar. Thompson a écrit là un roman tenant à la fois du roman noir, de la bouffonnerie, du conte moral et atroce. Les dialogues sont inattendus et irrésistibles de drôlerie. Je ne connaissais d'ailleurs pas du tout Jim Thompson avant 1275 âmes et encore moins Coup de torchon, le film que Tavernier en a tiré avec le grand Philippe Noiret (film qu'il va falloir désormais que je visionne).

1275 âmes est à lire. Car croyez moi: si vous n'avez pas lu de Jim Thompson, vous n'avez pas lu de roman noir!

Ma note : 5/5




De : 82naurore Envoyé : 2007-03-07 13:02

1275 âmes

Ma note : 2/5

J'avais préparé un résumé mais finallement, je trouve que ce livre est déjà très bien présenté.

Mon avis : Le but recherché de cette histoire n'est pas de s'attacher au personnage principal, qui est ici l'anti-héros par excellence, mais là ça m'a dérangé. La personnalité de cet homme m'a dégouté du début à la fin et je n'ai rien apprécié de l'histoire. Quand au style qui est du langage oral, même en dehors des dialogues, car raconté à la première personne, j'ai mis un certain temps avant de m'y habituer, puis je suis rapidement passé à la lassitude. Je m'aperçois que j'ai un avis sur ce livre totalement à l'opposé des autres, mais je pense tout simplment que ce n'est pas mon genre de lecture.
avatar
petitelune

Nombre de messages : 540
Age : 34
Location : Cantons de l'Est / Québec / Canada
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jim THOMPSON (Etats-Unis)

Message  petitelune le Mer 10 Déc 2008 - 21:02

De : odilette84 Envoyé : 2007-03-25 15:18

1275 âmes

Assez bon roman, déroutant distrayant, jubilatoire par moments.
je suis déçue par la fin un peu précipitée à mon goût.
je relirai cet auteur que je trouve intéressant.
ma note :3/5




De : Diantre65 Envoyé : 2007-07-10 21:20

Rage Noire de Jim THOMPSON
Éd. Rivages /Noir, 217 pages.
Pour ce qui est du résumé détaillé, je vous conseille d'aller lire celui de Eireann dans la critique de ce livre. -(C'est l'histoire, en gros, de Allen, un garçon noir qui est enragé par la vie et castré par une mère qui pratique l'inceste avec son fils depuis son enfance. Allen semble en vouloir à la terre entière, et il s'en prend à certains membres de son entourage pour se venger, se libérer de toute cette rancoeur).

Je dois dire que je m'attendais à beaucoup de ce roman de Thompson. C'est toujours le cas quand la critique qu'on lit est bonne.

Oui, j'étais déjà prévenu, c'est un roman très dur, presque insoutenable, pavé de grossièretés, de langage ordurier et vulgaire, bref, je m'étais dit, pas de problème, si le livre est bon, pourquoi pas endurer tout ça ?
Mais voilà, je n'ai pas été subjugué, je n'ai pas été capable d'embarquer dans cette dure ambiance de morosité, de perversion et d'esprit tiraillé par la vengence.
Le personnage principal nous sort des vulgarités à toutes les dix lignes, et il est tellement imprégné -le personnage- de violence refoulée, d'agressivité et de toutes sortes d'émotions négatives, que l'on ne s'étonne pas vraiment de ne pas être touché une seule seconde par tout ce qu'a pu lui faire subir sa mère en le malmenant dans l'inceste.
Donc, moi, je n'ai pas été touché , ni même ému par ce récit qui aurait pû être une grande histoire.
Et puis, c'est sans doute la traduction qui est à mon avis très moche, avec des termes et des tournures de phrases qui ne veulent rien dire et qui n'ont aucun sens...des mots qui ne sont même pas dans le Robert, alors allez savoir d'où le traducteur a bien pu sortir toutes ces nullités de termes ?! La langue française foisonne pourtant de mots connus et compréhensibles par la masse, alors pourquoi vouloir nous torturer ainsi avec de telles bêtises ?

Ma note : 2/5




De : Philcabzi5 Envoyé : 2008-05-14 05:56

1275 âmes

Ed. Gallimard, 1990, c1964, 259 pages

Note: 5/5

Résumé:

Il n'y a pas à dire, Nick Corey est considéré comme un enfant de… de salaud! Espèce de… de dégueulasse! De nom de Dieu de saloperie de crapule, de faux frère, de pourri, de canaille, de bon à rien, de fils de garce, de… À part ça, il est aussi le shérif au milieu de nulle part, le mari trompé ainsi que le mari trompeur, l'amant que l'on s'arrache et le pire fainéant connu à ce jour. Mais Nick n'est quand même pas inactif… il modifie le destin d'un village sans aucun remord et avec un sang-froid qui donne des frissons.

4ème de couverture:

Je m'appelle Nick Corey. Je suis le shérif d'un patelin habité par des soûlards, des fornicateurs, des incestueux, des feignasses et des salopiaux de tout acabit. Mon épouse me hait, ma maîtresse m'épuise et la seule femme que j'aime me snobe. Enfin, j'ai une vague idée de tous les coups de pied qui se distribuent dans ce bas monde, c'est mon postère qui les reçoit. Eh bien, les gars, ça va cesser. Je ne sais pas comment, mais cet enfer va cesser.

Mon avis:

J'ai absolument adoré! Ce bouquin est présentement classé dans mon top 3 de l'année!!! Après quelques pages, on s'habitue au langage cru et dur et je me suis imaginée une voix rauque et traînante qui ne m'a pas lâché de toute ma lecture. L'histoire est inhabituelle et les rebondissements surviennent à chaque détour sans que l'on s'y attende et sans que l'on sache comment Nick va bien pouvoir se sortir de ce guêpier. C'est noir, c'est violent, c'est vulgaire mais c'est aussi infiniment drôle! Je vous citerais bien des passage mais faut connaître les personnages pour bien saisir cet humour.

Note : La version originale anglais est : Pop 1280! Il y a un taux de change même pour le nombre d'habitants??

Citation:

À l'heure qu'il est, je ne lui en veux plus guère, parce que j'en ai connu pas mal de son espèce. De ceux qui cherchent une solution facile aux problèmes compliqués. De ceux qui mettent leurs ennuis sur le dos des Juifs ou des gens de couleur. Qui ne sont pas fichus de comprendre que, dans un monde comme le nôtre, c'est forcé qu'il y ait des trucs qui ne tournent pas rond. Et en admettant qu'il y ait une réponse à la question de savoir pourquoi c'est comme ça (et il n'y en a pas toujours), eh bien, ce n'est probablement pas une seule, mais mille réponses.




De : Philcabzi5 Envoyé : 2008-07-16 20:58

Avant l'orage de Jim Thompson

Ed. Payot & Rivages, 1994, c1946, 319 pages

Note: 4.5/5

Résumé:

Bon je vais essayer de vous faire un résumé mais je vous jure que c'est pas très évident! Tout débute avec l'arrivée d'Edie Dillon et son fils Bobbie dans le village de Verdon au Nebraska. C'est qu'elle revient à la maison, chez ces parents, les Fargo. Mais sa famille ce n'est pas que sa mère Pearl, cette femme aigrie, ou son père Lincoln, cet homme rustre et primitif, mais c'est aussi tout un village où presque tout le monde est apparenté à la puissante famille Fargo. Il y a aussi, Sherman ce fermier affublé d'une femme violente et d'une marmaille délinquante, Grant, ce dandy bon à rien, l'anglais Alf qui ne semble plus être lui-même, le bouffon-vagabond-avocat Parker dont le destin prendra un drôle de chemin, et bien d'autres personnages. Ce n'est pas que la vie de quelques personnages que Jim Thompson a dépeint, mais toute une époque, pauvre et cruelle, dans ce coin perdu du Nebraska qui est décrite dans ce roman.

Mon avis:

J'avais déjà lu 1275 âmes et j'avais eut le coup de foudre pour Jim Thompson, alors j'appréhendais un peu ma prochaine lecture de cet auteur surtout que normalement je ne suis pas fan de littérature américaine! Et bien, le charme est encore présent et pourtant les deux romans ne se ressemblent pas tant que ça. Ici, l'humour, même noir, n'est pas aussi visible mais tout de même sous-jacent et plus subtil. On retrouve moins de langage cru mais les personnages ont tout de même leurs franc parler et on ne peut pas se tromper sur l'époque décrite, surtout quand on nous parle d'un salaire de 5$ par semaine! Bizarrement, l'absence d'intrigue majeure n'est absolument pas visible parce qu'il se passe tellement de choses à cette multitudes de personnages que l'on ne peut qu'être happé par ce superbe roman.

Citation:

Et il les fit tous défiler un par un; car c'étaient des gens bien réels, primaires, qu'on pouvait comprendre, des gens de la terre, aussi bons et aussi mauvais que la terre, leur patrimoine, était bonne et mauvaise.




De : Philcabzi5 Envoyé : 2008-08-07 18:21

Cent mètres de silence de Jim Thompson

Ed. Gallimard, 1950, c1949, 244 pages

Note: 4/5

Résumé:

Le jour où Elisabeth amène Carole sous leur toit, Joe Wilmot réalise qu'il ne comprend plus sa femme. Mais lorsqu'il s'éprendra ce cette femme sans charme, une machination épouvantable se mettra en branle. Joe devra alors composer avec tout un tas de secret et une multitudes de gens voulant profiter de la manne qui passe...

Mon avis:

Bon, mon résumé ne dit pas grand-chose, je le sais, mais c'est qu'il ne faut pas que je dévoile l'intrigue! C'est qu'au début, on sait qu'il y a eut un crime, mais on n'en connait pas la nature et ensuite, lorsqu'il nous est dévoilé, les fils s'emmêlent à nouveau jusqu'au dénouement final. Ce titre est le deuxième livre écrit par Jim Thompson mais on y sent déjà le style cynique et mordant qui prévaudra dans 1275 âmes plusieurs années plus tard. Ici, l'humour est pratiquement inexistant et la psychologie des personnages un peu moins fouillée. Par contre j'ai beaucoup aimé sa façon de faire parler Joe comme s'il devait nous raconter son histoire mais en ayant tendance à faire tout sorte de parenthèse au cours de son récit. Ce qui m'a un peu déplut tout de même ce sont les explications relatives aux maison de distribution de films et à tout l'aspect financier d'un propriétaire de cinéma.




De : Philcabzi5 Envoyé : 2008-08-15 08:19

Bibliographie
Ici et maintenant (Now and on Earth - 1942) Rivages, 1992
Avant l’orage (Heed the Thunder - 1946) Rivages/noir - 1994
Cent mètres de silence (Nothing More Than Murder - 1949) Gallimard, 1950
Le Démon dans ma peau ( The Killer inside me - 1952) Gallimard - Série Noire N° 1057)
Deuil dans le coton (Cropper's Cabin - 1952) Gallimard, 1970
Liberté sous condition (Recoil - 1953) Rivages/noir - 1986
Les Alcooliques (The Alcoholics - 1953) Fleuve noir, 1984
Nuit de fureur (Savage Night - 1953) Rivages, 1987
Vaurien (Roughneck - 1954, Bad Boy - 1953) L'Atalante, 1986
Le Criminel (The Criminal - 1953) Fayard, 1981
Une combine en or (The Golden Gizmo - 1954) Rivages, 1989
Un chouette petit lot (A Swell-looking Babe - 1954) Série noire - 1968
Des cliques et des cloaques (A Hell of a Woman - 1954) Gallimard, 1967
Monsieur zéro / Le secret qui tue (The nothing man - 1954) Série noire - 1966
La Mort viendra, petite (After Dark, My Sweet - 1955) Rivages, 1988
Hallali (The Kill-off - 1957) Fayard, 1981
Éliminatoires (Wild Town - 1958) Gallimard, 1965
Le Lien conjugal (The Getaway - 1959) Gallimard, 1959
Un nid de crotales (The Transgressors - 1961) Rivage/noir - 1986
Les Arnaqueurs (The Grifters - 1963) Rivages/noir - 1988
1275 âmes (Pop. 1280 - 1964) Gallimard, 1966
Le Texas par la queue (Texas by the Tail - 1965) Rivages, 1990
À deux pas du ciel (South of Heaven - 1967) Rivages/noir - 1987
L'Homme de fer (Ironside - 1967) Rivage/noir - 1994
Rage noire (Child of Rage - 1972) Rivages, 1988
Sang mêlé (King Blood - 1973) Rivage/noir 1987
Écrits perdus 1929-1967 (Fireworks : The Lost Writings of Jim Thompson - 1988) Rivages, 1990
Modifié à partir de http://fr.wikipedia.org/wiki/Jim_Thompson
avatar
petitelune

Nombre de messages : 540
Age : 34
Location : Cantons de l'Est / Québec / Canada
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jim THOMPSON (Etats-Unis)

Message  petitelune le Mer 10 Déc 2008 - 21:03

De : Philcabzi5 Envoyé : 2008-08-15 21:10

Le criminel de Jim Thompson

Ed. Fayard, 1981, c1953, 186 pages

Note: 4.75/5

4ème de couverture:

Un criminel, c'est utile à tout le monde. Qu'il soit coupable ou non importe peu. La presse s'en sert pour augmenter ses tirages. Les politiciens l'utilisent en vue des élections. Les habitants de la ville peuvent ressasser leur haine tranquillement. Et les avocats en tirer avantage. Quant à l'accusé lui-même, dans quel état en sortira-t-il?

Résumé:

Quand la jeune Josie est retrouvée morte les autorités ne purent faire autrement que questionner son ami d'enfance, le jeune Talbert. Mais son histoire, son absence d'alibi et son comportement typiquement adolescent ne lui causèrent que du tort. Alors quand la presse en manque de scandale sauta sur le sujet, le jeune Talbert se retrouva pris au piège.

Mon avis:

Tout d'abord je dois dire que j'ai beaucoup aimé la construction de l'histoire. Chaque chapitre fait parler un personnage différent du récit mais sans répéter la même histoire. En fait le procédé est plutôt linéaire, on avance dans le temps, même que certain chapitre de parle que peu du drame en tant que tel. Nous sommes avec les parents de la victime, avec ceux du jeune Talbert, avec l'avocat, le procureur et surtout avec les gens de la presse. En fait l'histoire de Talbert est plutôt secondaire ici, ce qui lui arrive n'a pas d'importance, mais c'est plutôt l'utilisation que tout le monde fait de cette histoire qui est le centre du roman. Il faut faire attention d'ailleurs à ne pas prendre ce roman comme un polar, on ne sait pas du tout à la fin ce qui advient du jeune et ce qui s'est vraiment passé cette journée-là, mais plutôt y voir une critique, encore très actuelle, du battage médiatique entourant ce genre d'affaire.




De : Philcabzi5 Envoyé : 2008-08-25 17:18

Le lien conjugual de Jim Thompson

Ed. Gallimard, 1959, c1959, 252 pages

Note: 3.5/5

Résumé:

Leur règle de vie, c'était de prendre ce qui leur faisait envie, de se débarrasser de quiconque les gênait ou cessait de leur être utile. Chez eux, c'était quelque chose de bien établi; en fait c'était leur caractéristiques dominante, toute leur personnalité. Et en cas de coup dur, dans un moment critique, ils n'useraient à l'égard l'un de l'autre, de plus de miséricorde qu'ils ne l'avaient fait à l'égard de tant d'autres personnes.

Ce "ils" c'est le couple de criminel Doc et Carol. Dès sa sortie de prison, Doc, avant même de revoir sa femme, orchestre un braquage de banque avec celle-ci et un complice, Rudy. Mais ce dernier est trop compromis, il faut l'éliminer ce à quoi il s'attendait! Mais pour le couple sanguinaire il se pourrait bien que ce soit le dernier coup fumant de leur vie et surtout les derniers moments de leur vie à deux.

Mon avis:

Je suis bien embêtée pour écrire cette critique car je ne sais pas vraiment si j'ai beaucoup aimé ou non! J'ai eut l'impression que le roman n'était pas de Jim Thompson, ou plutôt que l'histoire, le sujet, soit de lui mais que les mots, les phrases, étaient écrit par n'importe quel écrivain policier ordinaire. C'est que le fond est noir: des meurtres, l'absence de remord, une vie criminelle "standard" mais le choix des mots est "correct". Bien sûr, je ne peux être certaine que ce problème ne vient pas du fait de la traduction car je n'ai pas la version originale sous la main mais je ne peux imaginer qu'un traducteur aurait autant modifier le style d'un auteur! À moins que Jim Thompson ait spécifiquement écrit ce roman sachant qu'il allait être adapté au cinéma (et deux fois plutôt qu'une!).

Mais bon, cela étant dit j'ai tout de même apprécié cette course à travers les États-Unis d'un couple plutôt singulier qui s'aime encore profondément mais dont la confiance est ébranlée jours après jour.




De : Philcabzi5 Envoyé : 2008-09-07 14:50

Le démon dans ma peau de Jim Thompson

Ed. Gallimard, 1966, c1952, 220 pages

Note: 4.9/5

Résumé:

Lou Ford est le shérif adjoint de la ville de Central City. Il est aussi un psychopathe qui aime violenter les femmes et pour qui le meurtre n'est qu'un acte utile comme un autre. Le jour où il rencontre Joyce, une prostituée, le démon qu'il a en lui se ranimera comme bien des années plus tôt avec cette fillette de 3 ans...

Mon avis:

À ce jour c'est le roman le plus noir que j'ai lu de Jim Thompson. Malgré que l'histoire est pratiquement une copie de 1275 âmes on se laisse entraîner dans les méandres de l'esprit de ce fou furieux. En fait ce n'est pas une copie puisque cet opus fut écrit avant 1275 âmes, je dirais plutôt que c'est le brouillon le plus achevé de cette œuvre. Tout comme pour Nick Corey dans 1275 âmes, Lou Ford, pour une raison x, assassinera de sang froid deux personnes, et s'ensuivra alors toute une série de morts pour se sortir du pétrin. Aussi tout au long du récit raconté à la première personne, Ford tente de nous expliquer la raison, pour lui fort logique, de ses gestes. Ford est intelligent et rusé mais se cache sous des dehors bonasse et pas très futé tout comme Nick Corey. La grande différence entre ces deux bouquins est la place de l'humour quasi inexistante dans Le démon dans ma peau ainsi qu'une part plus importante accordé à l'histoire du personnage, son enfance, ses motivations, sa psychologie.
avatar
petitelune

Nombre de messages : 540
Age : 34
Location : Cantons de l'Est / Québec / Canada
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jim THOMPSON (Etats-Unis)

Message  Philcabzi le Mer 24 Déc 2008 - 3:01

De : clarize8 Envoyé : 2008-10-20 15:47
"1275 ames" de Jim THOMPSON

C'est l'histoire d'un sherif fainéant et coureur de jupons pris pour un imbécile mais qui croyait prendre...
J'ai bien aimé ce livre et dés les premières pages j'ai reconnu "Coup de torchon" film de Bertrand Tavernier, sauf que l'action se passe en Afrique, le film a bien respecter le livre et dans ma lecture je me représentait bien certains personnages, Philippe Noiret pour Nick et surtout Isbelle Huppert pour Rose, j'entendais vraiment sa voix en lisant les dialogues.
Je reverai bien le film avec plaisir, le roman etait super bien qu'immoral et grossier à souhait .

4,5/5
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 42
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jim THOMPSON (Etats-Unis)

Message  Liza_lou le Sam 28 Fév 2009 - 15:01

Le démon dans ma peau
(Folio, 220 pages)



Ceux qui, comme moi, auront déjà lu du Jim Thompson, ne seront pas déroutés : ils retrouveront ici les thèmes chers à l'auteur - violence, vision pessimiste des hommes en général, sens du cynisme et ambiance glauque. Pour ma part, je n'avais lu de Jim Thompson que son livre le plus célèbre, 1275 âmes. Et quelle ne fut pas ma surprise, tout au long de ma lecture, de retrouver pratiquement le même sysnopsis ici! Il ne faut pas se tromper cependant, puisque dans la bibliographie de l'auteur, Le démon dans ma peau a été écrit presque quinze ans avant le célébrissime 1275 âmes. Quant à dire que celui-ci ne serait qu'une vague copie du démon dans ma peau, je dirais comme Philcabzi que ceci est faux mais plutôt une première ébauche, somme toute déja plutôt réussie du fait de sa verve et de son ambiance...

A Central City, le narrateur, Lou Ford, est adjoint du shérif. Au fil des pages et des évènements, le lecteur s'aperçoit cependant assez vite que le héros (enfin si on veut, car quel drôle d'héros!) est bien plus complexe qu'il n'y parait et que sous ses airs de grand bénet se cache en réalité un véritable sadique, qui, pour se venger pour des raisons somme toutes obscures et qui ne tiennent qu'à lui, ne va pas hésiter à assassiner deux personnes. Puis, lorsque les choses vont commencer à mal tourner, trois, quatre, cinq personnes...

C'est un roman absolument immoral et pourtant, avec cette histoire, Jim Thompson critique la vision ô combien étriquée qui prévaut dans les petites villes de province contrôlées généralement par une seule personne, riche de surcroit. Certes, Lou Ford n'est absolument pas une personne recommandable, mais au fil des pages, on se surprend à trembler pour lui en se demandant si oui ou non il se fera pincer! Quand je vous disais que c'était une histoire immorale!

Un grand thriller, doublée d'un réquisitoire sans appel de l'âme humaine : Le démon dans ma peau c'est tout ça, et assurément, Jim Thompson un des plus grand écrivains de polars noirs qui m'a été donné de lire.

Ma note : 4,5/5
avatar
Liza_lou

Nombre de messages : 1300
Age : 35
Location : France, à coté de Nantes
Date d'inscription : 07/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jim THOMPSON (Etats-Unis)

Message  Philcabzi le Dim 1 Mar 2009 - 1:00

Très bonne critique Liza! Le prochain que j'aimerais lire de Tompson est Rage noire, qui est, senble-t-il, plus noir encore... comme si ça peut être possible! Shocked

_________________
Philcabzi
Ainsi qu'une journée bien remplie donne un doux dormir, ainsi une vie bien employée donne un doux mourir. Leonardo da Vinci

Ma PAL: 64 livres
Lecture du moment: Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 42
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jim THOMPSON (Etats-Unis)

Message  aBeiLLe le Jeu 18 Juin 2009 - 3:38

1275 âmes, Jim Thompson, Gallimard, Folio Policier, 1966, 247p.


"Le Bien et le Mal, par exemple, on finit par plus savoir ce que c’est l’un et ce que c’est l’autre."


4e couverture:

" Je m'appelle Nick Corey. Je suis le sheriff d'un patelin habité par des soûlauds, des fornicateurs, des incestueux, des feignasses et des salopiaux de tout acabit. Mon épouse me hait, ma maîtresse m'épuise et la seule femme que j'aime me snobe. Enfin, j'ai une vague idée que tous les coups de pied qui se distribuent dans ce bas monde, c'est mon postère qui les reçoit. Et bien, les gars, ça va cesser. Je ne sais pas comment, mais cet enfer va cesser. "

Je trouve 1275 âmes très difficile à critiquer. Je ne sais pas du tout si j'ai détesté ou au contraire aimé! En fait, mon avis est plutôt partagé. Je me suis demandé tout au long du livre si le personnage de Nick Corey était un débile profond doublé d'un attardé sévère ou simplement un shérif-tueur en série sans scrupules. Ce livre est totalement déstabilisant et je dois avouer que je n'ai pas compris certains passages… Je ne suis pas habituée à ce genre de roman noir et parfaitement cynique. Ça se lit bien malgré tout.

3/5 (Quand même!)

Extrait:

" - C'est mon métier, oublie pas, de punir les gens pour le simple fait qu'ils sont des êtres humains. De les amadouer, jusqu'à ce qu'ils se montrent tels qu'i'sont et ensuite de leur tomber dessus. Et c'est un sale boulot, figure-toi, mon loup, et j'estime que le plaisir que je peux trouver à les piéger, je l'ai bougrement mérité.

Rose me regarde, les yeux écarquillés.

- Qu'est ce que tu nous chantes là? T'es pas un peu maboul?

- C'est vrai que ça peut paraître maboul, mais j'y peux rien. En principe, c'est aux gros bonnets, aux puissants que je devrais serrer la vis. Mais j'ai pas le droit d'y toucher, alors faut que je me rattrape en tapant deux fois plus fort sur les Noirs, sur la pauvre racaille de Blancs, et sur ceux qui, comme toi, ont mis leur cervelle à la place de ce que je pense parce qu'ils ne savaient pas quoi en faire là où elle était." p. 234
avatar
aBeiLLe

Nombre de messages : 200
Age : 38
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jim THOMPSON (Etats-Unis)

Message  Philcabzi le Jeu 18 Juin 2009 - 10:30

Merci pour ta critique Abeille! Il est vrai que ce livre est très déstabilisant, surtout lorsque l'on est pas habitué au roman noir. Au moins tu pourras dire que tu as lu un classique du genre!

_________________
Philcabzi
Ainsi qu'une journée bien remplie donne un doux dormir, ainsi une vie bien employée donne un doux mourir. Leonardo da Vinci

Ma PAL: 64 livres
Lecture du moment: Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 42
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jim THOMPSON (Etats-Unis)

Message  Philcabzi le Mar 20 Oct 2009 - 11:46

Un chouette petit lot
Ed. Gallimard (Folio Policier #471), 1968, c1954, ISBN 978-2-07-030578-0
Titre original: A swell-looking babe (traduit de l'américain par Nelly Shklar)

Ma note: 4/5

Résumé:
Dusty pensait travailler à l'hôtel Manton que quelques temps avant de reprendre ses études de médecine. C'est qu'il doit subvenir aux besoins de son vieux père malade qui a été viré de son job parce qu'il avait signé une pétition pour la liberté d'expression. C'est pas que Dusty le fait de gaité de coeur, c'est juste quelque chose qu'il est supposé faire, voilà tout. Mais le jour où Elle est entrée dans le hall de l'hôtel sa vie a pris un autre chemin. Elle ressemble tant à sa mère décédée que s'en est troublant et excitant à la fois. Pour Elle il s'embarquera dans une histoire tragique où la mort sera au rendez-vous.

Mon avis:
Au début de ce roman, Dusty nous devient bien sympathique et on ne peut que compatir au fait qu'il est contraint de mettre ses rêves de côté pour s'occuper de son père. Mais au fil des pages on en apprend un peu plus sur ses véritables sentiments et sa personnalité et notre perception change presque totalement. Je dis bien presque, car néanmoins on souhaite tout de même qu'il se sorte du pétrin dans lequel il s'est lancé stupidement. Contrairement à plusieurs de ses romans, ici Jim Thompson n'a pas créé des personnages tout noirs mais beaucoup plus nuancés. Bien sûr aucun d'eux ne peut être qualifié de "bon" car tous ont une part d'ombre importante mais ils ne sont pas non plus des "méchants" caricaturaux. Bref, un autre titre de cet auteur qui m'a bien plût!

_________________
Philcabzi
Ainsi qu'une journée bien remplie donne un doux dormir, ainsi une vie bien employée donne un doux mourir. Leonardo da Vinci

Ma PAL: 64 livres
Lecture du moment: Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 42
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jim THOMPSON (Etats-Unis)

Message  Philcabzi le Jeu 20 Mai 2010 - 12:18

Critique oubliée...

Les alcooliques
Ed. Rivages/Noir, 1988, c1953, 186 pages

Ma note : 3/5

Résumé:
Le Dr Murphy n'arrive pas à prendre une décision. Il doit trouver 15 000 dollars d'ici la fin de la journée sinon il mettra la clé dans la porte de son institution pour alcooliques. Mais les évènements de la journée ne font que le tenir occupé et lui mettre les nerfs en boule en plus de le faire douter de sa raison d'être auprès de ses patients. Même ses employés se mettent de la partie pour lui compliquer la vie!

Mon avis:
Un dingue de première [...]. Un tapé qui travaille de l'alambic. Exactement le type qu'il me faut pour écrire un livre sur cette maison. C'est ainsi que subtilement il parle de lui-même dans ce bouquin car Jim Thompson était un alcoolique chronique. Et il n'est pas tendre envers ces malades mais lucide et honnête sans en faire des martyrs ni des démons. En fait ce sont les employés qui semblent les plus malades et délurés… même un peu trop! J'ai été passablement agacé tout au long du roman par le zézaiement de l'infirmière, par les pratiques ésotériques du garde et autres bizarrerie de ces gens. Bref par le meilleur Thompson mais tout de même intéressant.

_________________
Philcabzi
Ainsi qu'une journée bien remplie donne un doux dormir, ainsi une vie bien employée donne un doux mourir. Leonardo da Vinci

Ma PAL: 64 livres
Lecture du moment: Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 42
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jim THOMPSON (Etats-Unis)

Message  Philcabzi le Sam 10 Juil 2010 - 11:47

Liberté sous condition
Ed. Rivages/Noir, 1986, c1953, ISBN 2-86930-005-0
Titre original: Recoil (traduit de l'américain par Danièle et Pierre Bondil)

Ma note: 4.5/5

Résumé:
Pat Cosgrove vient de passer 15 ans en prison pour un vol de banque raté qui lui a valu un 10 ans ferme. Sans famille ou ami pour plaider en sa faveur, il ne peut bénificier d'une liberté conditionelle. Sans trop comprendre pourquoi, Doc Luther le fait sortir de prison et se porte garant pour lui. Il sent que quelque chose se trame mais quoi, et surtout comment se sortir du pétrin dans lequel il est sans retourner en taule?

Mon avis:
Ça faisait longtemps que j'avais lu du Thompson et ça fait du bien de retrouver une écriture qui me plait vraiment. Ce récit est construit comme un roman policier où l'enquêteur est un taulard qui voudrait bien savoir ce qu'on a prévu de lui mettre sur le dos. L'intrigue est bien mené, le suspense est prenant mais pas excessif, et l'atmosphère est toujours aussi noir. La corruption, la politique, la trahison sont les sujets qui forment le fond de l'histoire. Bref, un autre titre que j'ai aimé de mon auteur chouchou!

_________________
Philcabzi
Ainsi qu'une journée bien remplie donne un doux dormir, ainsi une vie bien employée donne un doux mourir. Leonardo da Vinci

Ma PAL: 64 livres
Lecture du moment: Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 42
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jim THOMPSON (Etats-Unis)

Message  aurora22062002 le Mer 21 Juil 2010 - 19:52

1275 âmes
Jim THOMPSON
(Editions Folio Policier - 260 pages)

Quatrième de couverture :
"Je m'appelle Nick Corey. Je suis le shérif d'un patelin habité par des soûlauds, des fornicateurs, des incestueux, des feignasses et des salopiaux de tout acabit. Mon épouse me hait, ma maîtresse m'épuise et la seule femme que j'aime me snobe. Enfin, j'ai une vague idée que tous les coups de pied qui se distribuent dans ce bas monde, c'est mon postère qui les reçoit. Eh bien, les gars, ça va cesser. Je ne sais pas comment, mais cet enfer va cesser."

Ma critique :
Le style de 1275 âmes est assez spécial, il faut aimer Mais, moi, j'ai beaucoup aimé
Nick Corey, shérif de cette ville de 1275 habitants est un être assez bizarre et auquel on peut s'attacher tout au long du livre. Il a 3 femmes dans sa vie, toutes différentes les unes des autres (ma préférée est Rose ). Enfin, c'est un menteur et il ne se laisse pas faire allant jusqu'à tuer.
J'ai adoré le style de Jim THOMPSON C'est un très bon polar et 1275 âmes est à découvrir
Sans hésiter, je continuerai à découvrir les autres romans de cet auteur

Un grand à Cocotte de m'avoir permis de découvrir Jim THOMPSON en m'offrant ce livre lors du SWAP de Printemps 2010

Ma note :
5/5
avatar
aurora22062002

Nombre de messages : 959
Age : 38
Location : EMMERIN, FRANCE
Date d'inscription : 27/10/2008

http://auroraetlapassiondeslivres.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jim THOMPSON (Etats-Unis)

Message  Philcabzi le Mer 21 Juil 2010 - 23:41

Une autre qui aime mon chouchou! Je te conseille en particulier "Vaurien" qui est sa biographie, "Avant l'orage" et "Le démon dans la peau".

_________________
Philcabzi
Ainsi qu'une journée bien remplie donne un doux dormir, ainsi une vie bien employée donne un doux mourir. Leonardo da Vinci

Ma PAL: 64 livres
Lecture du moment: Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 42
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jim THOMPSON (Etats-Unis)

Message  Cocotte le Jeu 22 Juil 2010 - 4:12

Je suis contente Aurora que tu aies aimé! D'autant plus que je l'ai moi aussi dans ma PAL l'ayant trouvé en bouquinerie dernièrement.
avatar
Cocotte

Nombre de messages : 870
Age : 38
Location : Québec / Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jim THOMPSON (Etats-Unis)

Message  Louvaluna le Ven 17 Juin 2011 - 19:55




1275 âmes

Jim THOMPSON

- Folio policier, 1966, 260 pages -


4e de couverture : « Je m’appelle Nick Corey. Je suis le shérif d’un patelin habité par des soûlards, des fornicateurs, des incestueux, des feignasses et des salopiaux de tout acabit. Mon épouse me hait, ma maîtresse m’épuise et la seule femme que j’aime me snobe. Enfin, j’ai une vague idée que tous les coups de pied qui se distribuent dans ce bas monde, c’est mon postère qui les reçoit. Eh bien, les gars, ça va cesser. Je ne sais pas comment, mais cet enfer va cesser. »

Alors là, y’a un truc que je n’ai pas saisi ! Ou j’ai eu un grave moment d’inattention ou l’éditeur n’aurait pas dû mettre ce passage entre guillemets, car je ne l’ai pas remarqué au cours de ma lecture ! Bon, cela n’a rien de fondamental, mais j’ai été un peu perturbée. Shocked

Comme Philcabzi, j’ai tiqué sur le changement effectué pour la traduction du titre en français. Pop 1280 devient 1275 âmes. Alors j’ai répété plusieurs fois 1280 âmes et 1275 âmes, et je trouve que 1275 âmes sonne mieux. Ce pourrait-il que ce soit l’explication à cette étrangeté éditoriale ?


Mais revenons-en à notre cher Nick Corey, qui semble avoir tiré la chasse d’eau juste après y avoir laissé tomber sa conscience ! Car, certes, Nick Corey est un plouc exerçant le métier de shérif à Pottsville ( « qu’est à peu près aussi proche du trou de balle de la Création qu’on peut se le permettre, sans se faire mordre un doigt »), mais un plouc dangereux qui semble se prendre pour le bras droit du Seigneur, surtout lorsqu’il s’agit de sévir… mais quand ça l’arrange.
Dans cette histoire, on passe progressivement de la consternation la plus totale à cette question : ne suis-je pas pris dans une vaste bouffonnerie ? Difficile de définir cet ouvrage qui ressemble à une apologie de l’abomination tout autant qu’à une grande farce. Ou alors, et c’est ce qui paraît le plus juste, l’auteur, connu pour sa vision pessimiste de l’humanité, transite par la plaisanterie pour mieux atteindre l’inavouable. De l’humour noir profond, de l’encre de pieuvre, et pris dans ses tentacules rieuses, le lecteur n’a plus d’autre choix que de constater ce qu’on préfère ne pas voir en l’homme. C’est déjà une très belle performance d’écriture, mais Jim Thompson nous offre encore un personnage dont l’évolution est travaillée avec génie. Il y a une progression dans ce récit qui est tout simplement époustouflante, une réelle maîtrise de l’intrigue. Nick Corey est dévoilé lentement, comme avec délectation, et pour quoi ? C’est ce qui fait que ce livre est absolument génial !

1275 âmes n’est pas un roman policier comme les autres, et c’est tant mieux !

5/5


Voici deux extraits qui reflètent justement les deux extrêmes de ce livre :
De dessous mon lit, je tire une canne à pêche toute montée, après quoi je sors dans le vestibule, j’appelle Myra et je lui demande si elle pourrait pas me préparer un casse-croûte vu que je vais à la pêche. Je vous fais grâce de ce qu’elle me répond. Je m’en vais donc.
Comme il est près de neuf heures du soir, il n’y a plus grand monde dans la rue, mais ceux qui sont pas encore couchés me demandent tous si je vais à la pêche. Je leur réponds : « Quelle drôle d’idée ! Qu’est-ce qui a bien pu vous faire croire ça ? »
- Eh bé, c’est de vous voir avec une canne à pêche, pardi ! me fait l’un d’eux. Si vous allez pas à la pêche, à quoi ça vous servirait ?
- Ça ? Ah ! c’est pour me gratter les fesses avec. Des fois que je serais là-haut dans un arbre et que d’en bas j’aurais pas le bras assez long.
- Mais… mais dites un peu… (Il hésite, les sourcils froncés.) Ca n’a point de bon sens, votre affaire…
- C’est vous qui le dites ! Quasiment tout le monde fait pareil. Vous allez pas me raconter que vous n’avez jamais pris une à pêche pour vous gratter le cul, dans le cas où vous seriez en haut d’un arbre et que vous puissiez pas y arriver sans ! Ben, dites donc, vous me faites l’effet d’être drôlement empoté, vous !
C’est vrai, il avoue, lui aussi, il fait pareil. C’est même lui qu’à inventé le truc.
- Ce que je voulais dire, c’est la ligne et l’hameçon, y’en a pas besoin. C’est ça qu’à pas de sens, d’après moi.
- M’est avis que si ! Comment que je ferais pour remonter mes braies, autrement, après avoir fini de me gratter ? Sacré dié, pour ce qui d’être empoté, j’ai idée que vous ne craigniez personne, l’ami ! Si vous ouvrez pas l’œil, le monde va vous filer sous le nez sans même que vous vous en rendiez compte !
L’air tout honteux, il se dandine sur place sans savoir quoi répondre. Je le laisse là et je prends le chemin de la rivière. (p.169-170)
Je suis entré dans cette maison, dans celle-ci et dans des douzaines d’autres pareilles, peut-être plus de cent fois. Mais jamais auparavant je n’avais réalisé ce qu’elles sont. Pas des foyers, pas des endroits où les gens peuvent vivre, non. Exactement rien. Des planches de sapin assemblées autour du vide. Pas de tableaux, pas de livres – rien à regarder, rien pour s’occuper le cerveau. Que du vide, un vide qui, petit à petit, s’infiltre en moi.
Et, tout d’un coup, ce vide n’est pas seulement ici, il est partout, dans toutes les maisons. Et en même temps, il se remplit de bruit, de visions et de fureur, de toutes les choses affreuses et sinistres que ce vide a provoquées.
Les pauvres petites filles sans défense qui pleurent en voyant leur père se glisser dans leur lit. Les hommes qui battent leur femme et les femmes qui hurlent des supplications. Les gosses qui pissent au lit, d’angoisse et de peur, et leurs mères qui les punissent en les aspergeant de poivre rouge. Les visages hâves, hagards, ravagés par le ténia et le scorbut. La sous-alimentation, les dettes toujours plus fortes que le crédit. La hantise, comment on va manger, où on va dormir, comment on va couvrir nos pauvres culs tout nus. Le genre d’obsession qui fait que, quand on n’a rien d’autre dans la tête, mieux vaut être mort. Parce que c’est le vide des idées, quand on est déjà mort en dedans, et qu’on ne fait plus que répandre la saloperie, la terreur, les larmes, les cris, la torture, la faim et la honte de sa propre mort. De son propre vide. (p.235-236)

_________________
Louvaluna

« Écrire consiste à rêver avec une intensité telle que nous parvenions à arracher au monde un morceau. » - Pierre Jourde

« J'aime la lecture en général. Celle où il se trouve quelque chose qui peut façonner l'esprit et fortifier l'âme est celle que j'aime le plus. » - La Rochefoucauld
avatar
Louvaluna

Nombre de messages : 1131
Location : France (Est)
Date d'inscription : 28/10/2008

http://biblioscopie.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jim THOMPSON (Etats-Unis)

Message  Caro le Sam 24 Déc 2011 - 15:23

1275 AMES

Je ne referai pas le résumé car il a été fait plusieurs fois auparavant.

Mon avis :
J'ai eu très envi de lire ce livre, en lisant l'avis des rats. Je l'ai dévoré, j'ai adoré, le style est spécial, les pages défilent seules. Le personnage principal "Nick Corey" est vraiment plouc, le patelin où il est le shérif est pareil. J'ai souris, même ris par moment.
Par contre, je ne le l'aurai classé dans les livres policiers, mais ce n'est qu'un détail.
Je le conseille vivement si vous voulez passé un bon moment.

Ma note :
5/5
avatar
Caro

Nombre de messages : 1234
Age : 45
Location : France
Date d'inscription : 04/11/2008

http://jailujelisetjelirai.eklablog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jim THOMPSON (Etats-Unis)

Message  cookie610 le Mer 4 Jan 2012 - 12:44

1 275 âmes

Note : 3.75/5

Le résumé a déjà été fait plusieurs fois ci-dessus.

Critique :
1 275 âmes fait partie de ces livres qu’on a du
mal à critiquer, de ces livres dont, quand on les referme, on ne peut pas même
dire si on les a aimés ou pas. C’est un roman très noir avec un humour très
grinçant. Le personnage principal est finalement assez attachant malgré ses
coups bas, ses mensonges, ses intrigues. La fin est un peu trop rapide, je ne
suis pas certaine d’avoir compris un petit détail d’ailleurs. J’ai eu un peu de
mal avec le ton familier, un peu vulgaire du récit. Mais le livre se lit quand
même très vite.

Il y a deux trucs qui m'ont dérangés aussi mais qui ne sont pas directement relié au livre :
- d'une part la 4ème de couv présentée comme un extrait du roman, n'en est pas un et ne reflète pas tout à fait le livre
- d'autre part, le titre original est Pop 1 280 et non 1 275 : pourquoi 5 personnes ont été débarquées sommairement du livre Shocked ???

Décidément, les maisons d'éditions ne cesseront jamais de me surprendre !!!
avatar
cookie610

Nombre de messages : 4858
Age : 28
Location : Lyon
Date d'inscription : 28/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jim THOMPSON (Etats-Unis)

Message  Philcabzi le Mer 4 Jan 2012 - 13:47

cookie610 a écrit:- d'autre part, le titre original est Pop 1 280 et non 1 275 : pourquoi 5 personnes ont été débarquées sommairement du livre Shocked ???

Spoiler:
Si tu comptes Cookie, il y aura 5 morts dans le bouquin... donc en français c'est la population à la fin du livre!

J'adore lire les différentes critiques de ce bouquin parce qu'il ne laisse personne indifférent.

_________________
Philcabzi
Ainsi qu'une journée bien remplie donne un doux dormir, ainsi une vie bien employée donne un doux mourir. Leonardo da Vinci

Ma PAL: 64 livres
Lecture du moment: Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 42
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jim THOMPSON (Etats-Unis)

Message  cookie610 le Mer 4 Jan 2012 - 19:10

Phil :
Spoiler:
il y a 6 morts non ? Les deux maqueraux, le mari de Rose et le black (je me souviens plus du nom ???) sur qui il fait porté le meurtre, la femme et le frère de Nick ? Et puis comme Rose va foutre le camp, ça fait encore une personne en moins. Shocked Shocked Shocked Et même si le comtpe était bon, je ne trouve pas ça très bien vis à vis de l'auteur de la part de la maison d'édition.
avatar
cookie610

Nombre de messages : 4858
Age : 28
Location : Lyon
Date d'inscription : 28/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jim THOMPSON (Etats-Unis)

Message  Philcabzi le Mer 4 Jan 2012 - 21:04

Cookie: T'as raison, j'ai mal fait mon décompte. Mais comme toi je trouve ça particulièrement étrange ce changement de nombre... Evil or Very Mad

_________________
Philcabzi
Ainsi qu'une journée bien remplie donne un doux dormir, ainsi une vie bien employée donne un doux mourir. Leonardo da Vinci

Ma PAL: 64 livres
Lecture du moment: Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 42
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jim THOMPSON (Etats-Unis)

Message  cookie610 le Jeu 5 Jan 2012 - 9:27

Ça restera un mystère cette histoire alors ! Mais c'est vraiment bizarre scratch
avatar
cookie610

Nombre de messages : 4858
Age : 28
Location : Lyon
Date d'inscription : 28/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re:Jim Thompson

Message  kalainka le Mer 25 Jan 2012 - 21:18

"LE MYSTERE DES 5 ÂMES MANQUANTES"

Je voudrais revenir un instant sur le "mystére" qu'avait relevé PHILCABZI puis LOUVALUNA et enfin COOKIE (voir leurs critiques ci-dessus) concernant le roman de Jim Thompson "1275 âmes" dont le titre original est "Pop 1280".Où étaient donc passé les 5 âmes manquantes lors de la traduction ?

Je vais vous décevoir,je n'ai pas la réponse.Cependant,dans un autre ouvrage du même auteur "Hallali" chez Rivages/Noir voici ce qu'écrit Jim Thompson sur la petite ville où se déroule l'action (Page 11) :"Manduwoc est une station balnéaire,à quelques heures de New York...Au dernier recensement,la population était de douze cent soixante-quinze âmes et je doute que ce nombre ait augmenté depuis."Quelle coincidence étrange ne trouvez-vous pas ? Pourquoi pas 1327 ou 1292 âmes ? Non 1275 !!

Le mystére reste entier mais l'enquête progresse...Affaire à suivre...
avatar
kalainka

Nombre de messages : 42
Age : 62
Location : Bretagne/France
Date d'inscription : 04/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jim THOMPSON (Etats-Unis)

Message  Philcabzi le Mer 25 Jan 2012 - 22:01

Merci Kalainka pour cette infos fort intéressante même si c'est toujours aussi intriguant!

_________________
Philcabzi
Ainsi qu'une journée bien remplie donne un doux dormir, ainsi une vie bien employée donne un doux mourir. Leonardo da Vinci

Ma PAL: 64 livres
Lecture du moment: Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 42
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jim THOMPSON (Etats-Unis)

Message  Philcabzi le Mer 25 Jan 2012 - 22:15

En cherchant réponse à cette intriguante question voyez ce que j'ai trouvé... un bouquin nommé 1280 âmes écrit par Jean-Bernard Pouy. Devinez qui va se commander ça!!

On parle ici d'une raison pouvant expliquer le changement de titre. Après avoir lu ça j'ai comme une envie de lire Pop. 1280 en VO...

_________________
Philcabzi
Ainsi qu'une journée bien remplie donne un doux dormir, ainsi une vie bien employée donne un doux mourir. Leonardo da Vinci

Ma PAL: 64 livres
Lecture du moment: Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 42
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jim THOMPSON (Etats-Unis)

Message  Ysla le Jeu 26 Jan 2012 - 7:53

Ca renforce mon souhait de lire ce livre en VO, bien que la bibliothèque n'en dispose pas. Quitte à devoir l'acheter, je ne le lirai pas en français No.
avatar
Ysla

Nombre de messages : 1800
Location : Grenoble / France
Date d'inscription : 23/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jim THOMPSON (Etats-Unis)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum