Michel TREMBLAY (Canada/Québec)

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Michel TREMBLAY (Canada/Québec)

Message  Prospéryne le Mer 10 Déc 2008 - 0:10

De : carabosse1964 (Message d'origine) Envoyé : 2003-05-01 08:25

Michel TREMBLAY - "Bonbons assortis"

C'est un petit livre qui raconte 8 évènements dans la vie d'un enfant. Cet enfant est Michel Tremblay.

L'auteur a le talent de nous transporter dans son univers. Les petits détails du quotidien sont palpables. L'histoire se passe dans les années 50 dans un quartier assez défavorisé de Montréal. Les huit évènements racontés sont de petits tracas dans la vie d'un enfant . Un enfant ayant une grande sensibilité.

Cela nous fait réfléchir sur les croyances , l'importance que plusieurs personnes donnaient et donnent encore au paraître...

Je recommande ce livre pour ceux ou celles qui ont le goût de légerté ....Idéal sur le bord d'une plage ou d'une piscine...

Note: 4\5




De : librairemimi Envoyé : 2003-08-01 10:52
Bon je vous ai préparer une critique aussi pour Michel Tremblay que j'ai terminer depuis un bout de temps je ne vous avez pas oubliez pour ma critique elle était toute faite d'avance.

la grosse femme d’à côté est enceinte - Michel Tremblay

3.75/5

J’ai aimé ce livre jusqu’à un certain point. J’ai eu de la misère à le lire, les paragraphes sont longs et il n’y a pas de chapitres, pour moi c’est dur. C’est assez spécial comme histoire. On raconte la vie de cette grosse femme enceinte en plus elle a 40 ans…Elle était mal vu par les autres femmes surtout les autres enceintes qui trouvait bien effrayant à cette âge…Elle ne sortait jamais de sa chambre et elle avait quelqu’un pour faire sa toilette parc que trop grosse…

Alors voilà c’est mon premier Tremblay à vie, j’ai assez aimé, je devrais en lire d’autre de toute façon pas le choix j’ai acheter bonbons assortis et un ange cornu avec des ailes de tôle que j’ai pris à l’échange, une suggestion d’un autre client.

Mimi qui vous souhaite une bonne lecture


De : librairemimi Envoyé : 2003-12-14 23:23

Hotel Bristol New York, N Y. - Michel Tremblay. 4/5
91 pages

Jean Marc, se retrouve seul dans un hotel a New York et se confesse, dans une longue lettre, à son ami à Paris. Il lui parle de ce qui lui pèse sur le cœur depuis son enfance qu’il n’a pas dit à personne encore….j’ai aimé ce petit roman j’ai ris par moment mais je ne sais pas il manquait un petit quelque chose pour que je fasse wow ….mais sinon, comme je disais, j’ai aimé beaucoup.

mimi


De : cuné Envoyé : 2004-04-17 12:13
C't'à ton tour, laura Cadieux
Bibliothèque Québécoise
129 p.
Livre voyageur de Mousseline

L'histoire : Il y a d'abord une préface de Manon Gauthier, comédienne, qui pour avoir interprété sur scène Laura Cadieux sait nous en parler merveilleusement bien. Alors comme je ne veux pas la plagier, je résume succintement : Laura Cadieux nous parle, nous raconte sa vie, ses copines, ses petits soucis, ses grands bonheurs, ses crises de rire. Elle est grosse et en souffre, et tous les semaines depuis 10 ans elle va chez le docteur pour soigner sa rétention d'eau. Là-bas elle retrouve ses consoeurs, et elles passent le temps ensemble en papotant.

Mon avis : Pfffff que j'ai mal raconté l'histoire. ça ne semble pas donner envie comme ça hein. Et pourtant si vous saviez ! Comme c'est truculent, drôle, triste aussi, émouvant.... Comme c'est la vie, tout simplement. Quant au joual, loin d'être un obstacle pour la Française que je suis ça a donné tout son charme à ce si sympathique personnage. A part 2 ou 3 mots ou trucs typiquement Québécois que je ne connais pas (comme Cherry Blossom) (mais vous voyez c'est vraiment des trucs très précis), j'ai absolument compris tout le reste, c'est tellement imagé, forcément on comprend . J'ai beaucoup gloussé en lisant ça, beaucoup lu à haute voix aussi comme on nous le recommande, en tentant pitoyablement (ya pas d'autre mot, si vous m'aviez entendue ) de prendre l'accent Québécois....
Tiens une phrase comme :"Les ciboires, de tabarnacs, d'hosties de saint-chrèmes, de chiennes sales de pisseuses, m'as toutes les tuer, calvaire ! Toute la maudite gang de trous de cuses !" Bon ben même si ce ne sont pas des mots que je connais, je comprends très bien que ce sont des insultes
Dans la même page, soudain, un truc qui vous tue, l'émotion à l'état brut :
"Non, reste, moman. J'pas capable de parler, là, mais j'vas te parler, tantôt.Tantôt, j'vas être capable... Reste. J'ai besoin de toé.
On est restés une bonne demie-heure, pis Madeleine s'est endormie. A l'avais trop pleuré, j'pense. Chus sortie sur le bout des pieds. J'avais le coeur tout croche. ça l'a été le plus beau moment de ma vie. Ah, oui."
Enfin, bref, j'ai aimé, beaucoup beaucoup aimé, merci de ce beau livre voyageur....

Ma note : 5/5


De: Dytal

Michel Tremblay - La grosse femme d'à côté est enceinte
(Actes Sud/Babel, 1995, 288 pages)

J'ai terminé La grosse femme d'à côté est enceinte et je l'ai adoré. Ce que j'ai trouvé de mieux dans ce texte ce sont les personnages comme Duplessis le chat qui parle et dit ses impressions et tout. On voit que Tremblay a même étudié la "psychologie féline" tel que le chat se fait du cinéma et qu'il aime les odeurs corporelles etc. De même que les femmes qui tricotent et qui sont vraisemblablement invisibles sont super!

Vraiment chapeau pour ce premier roman des Chroniques!

Note : 4.9/5
(Dytal)


De: Mousseline
J'ai adoré infiniment ce livre ainsi que tous les livres des Chroniques du Plateau Mont-Royal. Pour ma part c'est un incontournable dans la littérature québécoise.
Note : 5/5


De: Florence

Michel Tremblay - La grosse femme d'à côté est enceinte

Cette grosse femme dont on ne connaît même pas le prénom, mais est-ce si important? 2 mai 1942, dans un quartier montréalais, au coeur du Plateau Mont Royal, ce quartier populaire de cette grande ville de la province de Québec. Le destin de ces familles, qui se croisent et qui à la fin de cette journée du début de printemps se réunissent. Sept femmes enceintes, comme leur septième mois de grossesse. Leurs hommes n'ont pas voulu mourir pour ces vieux pays qui les ont chassés. Cette journée si particulière est un tournant dans leur vie d'ennui, de lâcheté. Un tournant également pour ces deux adolescents: Thérèse et Richard qui découvrent leur sexualité. Un monde tellement réel qui côtoie sans le savoir à part quelques initiés (Josaphat Le Violon et Marcel) un monde "fantomatique", un monde protecteur, un monde fantastique avec ces quatre fleurs (Florence, Mauve, Violette et Rose) qui sont les gardiennes de Victoire.

A découvrir et vite.

Note : 4.5/5
(Florence, 27 ans, Pontoise/France)



De : cuné Envoyé : 2004-05-02 03:21
Thérèse et Pierrette à l'école des Saints-Anges
(Tome 2 des chroniques du plateau Mont-Royal)
Grasset 368 p.

Thérèse pis Pierrette c'est en fait un trio : aux 2 citées s'ajoute Simone. Mais c'est sous ce nom que les 3 amies de 11 ans sont connues de tous. Nous sommes un mois après le 1er livre, les cours à l'école des Saint-Anges ont repris.
C'est surtout les 3 fillettes qu'on va suivre dans ce second tome. Simone a été opérée de son bec de lièvre, Thérèse est toujours en proie aux tourments de l'éveil des sens, et Pierrette a toujours honte de ses dents.
A côté de leur histoire, tous les autres personnages sont toujours présents, avec en prime une horrible mère sup remplie de mesquinerie et de méchanceté.
Je suis de plus en plus intriguée par les voisines d'Albertine, ces 4 femmes mystérieuses et invisibles à presque tous...
Allez, en route pour le tome 3 ! Tout ça va s'expliquer je le sens...

5/5


De : cuné Envoyé : 2004-05-12 02:58

Michel Tremblay - Quarante-quatre MINUTES Quarante-quatre SECONDES
Léméac / Actes Sud 358 p.

François Villeneuve vient de recevoir, en 1994, un cd remasterisé du seul et unique 33 tours qu'il ait enregistré 30 ans plus tôt. C'est l'épreuve de vérité pour lui, de l'écouter. Chanson par chanson, il nous raconte en flash back ce qui était sa vie à cette époque là, ce qu'il est devenu, sa jeunesse, son exil de la maison vers les 16 ans à cause de son homosexualité, sa vie débridée, son voyage à paris, son extrême beauté, son talent, son égoïsme forcené, ses choix malheureux....

C'est un livre triste ! Jamais choquant mais un poil larmoyant.

Michel Tremblay est un être extrêmement sensible. Sans doute ici les thèmes évoqués lui sont trop proches pour qu'il puisse adopter un petit recul salutaire. ça touche, mais ça manque presque de pudeur.

Et puis j'aurais bien aimé avoir vraiment les chansons... On a l'eau à la bouche lorsqu'il explique tout ce qui était dégagé, suggéré, expliqué dans les chansons. Alors forcément on a envie de les entendre...Et je suis sûre qu'il a le talent nécessaire pour les écrire...

Enfin ici les dialogues sont en Québécois tel que, je pense, il est parlé aujourd'hui. ça j'adore !

3,5 / 5


De : cuné Envoyé : 2004-05-20 15:25

Michel TREMBLAY - Les belles-Soeurs - Théatre - Leméac 151 p.
Livre voyageur de Doune

L'histoire : Germaine Lauzon a gagné 1 million de timbres et des livrets pour les y coller. Avec, elle projette l'acquisition d'un tas de mobilier dans le catalogue joint. Elle est très contente, Germaine. Elle compte faire d'une pierre 2 coups en conviant ses voisines, soeurs, belles-soeurs etc.. à venir l'aider à coller les timbres dans sa cuisine, tout en parlant de tout et de rien autour d'une liqueur. Mais voilà toute la nature humaine qui se révèle au cours de cette soirée !....

Mon avis : trucculent !! Non mais sérieusement, je me serais crue dans le milieu de mon enfance. Imaginez un clan de polonais implantés dans le Pas-de-Calais, même époque, fin des années 60. les hommes sont à la mine, les femmes se reçoivent les unes les autres sous divers prétextes et c'est la même chose ! Remplacez le joual par le patois du Nord... Impayable ! Cruel ! Abject ! Adorable ! pitoyable ! ben tout y est.
En plus cette édition comprend des photos des actrices ayant interprété les rôles, une intro d'Alain Pontaut (que j'ai trouvée très pompeuse !) et à la fin diverses critiques parues ça et là dans la presse....
Un régal je vous dis.
Même et surtout si ce qui vous en reste en le refermant c'est un rictus désabusé....

ma note : 5/5


De: mousseline

Michel Tremblay - Hôtel Bristol New York, N.Y.
(Actes Sud/Leméac, 2000, 90 pages)

C'est un petit roman, 90 pages environ. C'est en quelque sorte la suite de Le coeur éclaté.

Jean-Marc se réfugie à New York et écrit une lettre à un de ses amis psychanaliste, lequel est en vacances à Paris. Le livre c'est la lettre. On retrouve les thèmes habituels chez Jean-Marc. La peur de vieillir, les amis et ici la grande peur de ressembler à la famille.

C'est très, très bon. Plus on lit Tremblay, plus on le connait et plus on l'aime.

Note : 4/5
(Mousseline)


De: Gabrielle

Michel Tremblay - Hôtel Bristol New York, N.Y.

J'ai dévoré mon cadeau de Noël: Hôtel Bristol, New York, N.Y. de Michel Tremblay. Je suis une fan de Tremblay. J'avoue être un peu restée sur ma faim avec celui-ci. Mais j'aime bien cette approche autobiographique. Je me suis amusée à imaginer son VRAI frère, à qui il ne veut pas ressembler, lire ce livre. Il devait pomper rare!!! Bref, ce qui m'a le plus plu, comme à l'habitude, c'est son style d'écriture, mi-littéraire, mi-familier, voire populaire. J'arrive toujours à "entendre" ses intonations, tellement son écriture est bien ponctuée et son vocabulaire coloré.

Note : 4/5
(Grabielle)
avatar
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 35
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel TREMBLAY (Canada/Québec)

Message  Prospéryne le Mer 10 Déc 2008 - 0:18

De : cuné Envoyé : 2004-05-26 01:36
Le coeur éclaté Michel Tremblay
Babel 313 p.

Jean-marc est prof de français et de littérature, a écrit un premier roman, homosexuel, la cinquantaine, il est quitté par Mathieu après 10 ans de vie commune. Même s'il reconnait lui-même avoir déjà songé à cesser leur relation, (l'habitude !!! ça tue tout) il est anéanti. Il se retrouve seul dans un appartement dévasté, à renifler les souvenirs de son beau-fils... Pour passer le premier mois , il part à Key West, essayer de rendre le poids qui l'opprime plus léger, même s'il doit laisser Luc, son ancien amant, seul à l'hôpital se mourrir du sida...

Dès les premiers mots j'adhère ! Michel Tremblay me parle, à moi, et me dit exactement ce que je suis capable d'entendre et de comprendre : On est connectés...
On oublie complètement qu'il s'agit d'un gay, ce qu'il vit on le connait, on le ressent, tout ! Et toujours d'une plume si délicate, aucun pathos.... J'aime vraiment vraiment énormément.

5/5



De: Dytal
L'homme qui entendait siffler une bouilloire Michel Tremblay
Leméac / Actes sud 179 p.

Simon est un réalisateur de cinéma qui a du succès et c'est durant le tournage de l'un de ses films que la nouvelle tombe. Il se découvre atteint d'acouphène avec une tumeur sur le canal auditif gauche. Il passe par le déni, il ne veut pas être malade et faible. Il nous raconte comment se passent les deux mois en attendant l'opération et les jours qui la suivent.

C'est à la suite d'une interview avec Michel Tremblay que j'ai appris qu'il souffrait lui même d'acouphène et qu'il avait subi l'intervention chirurgicale dont il nous parle. En fait, il a transmis ses émotions à Simon son personnage pour mieux les accepter lui-même et les faire passer à son public.

Il nous offre une belle leçon de vie, celle de ne pas se laisser embourber dans les difficultés mais bien d'y faire face!

Un bon Michel Tremblay, un peu différent de ce que nous lui connaissions mais tellement simple et vrai!

Note : 5/5
(Dytal)


De: Boogok
L'homme qui entendait siffler une bouilloire
En partant, je ne suis pas objective, j'aime lire Michel Tremblay. Alors j'ai aimé.

Un réalisateur de cinéma se réveille un matin avec un acouphène. Au fil de l'histoire, il se découvre une tumeur sur le conduit auditif. Histoire d'une maladie: lutte, déni, refus net, abandon, etc.

4/5 parce que ça me fatigue les personnages qui ont les mêmes noms que dans d'autres livres alors qu'il n'y a pas nécessairement de liens.

Note : 4/5
(Boogok)


De: Mamanlouve

L'homme qui entendait siffler une bouilloire

Au début j'avais peur de ne pas aimer. Mais finalement ça se lit bien et c'est tout de même agréable à lire. C'est l'histoire d'un homme qui se retrouve du jour au lendemain avec un acouphène très envahissant. Suite à une visite médicale une masse est détectée, suivent l'opération et l'acceptation. C'est bon, différent.
Note : 4/5
(Mamanlouve)


De: Tatiana
Hier j'ai terminé le dernier roman de Michel Tremblay, L'homme qui entendait siffler une bouilloire. C'est un réalisateur de film qui se retrouve avec des troubles auditifs et qui sent que sa vie va basculer. Très bon! Il y a une bonne dose d'humour mais on sent tout de même l'angoisse qui le gagne lors qu'il s'aperçoit de son problème. Le livre est très court par contre et à 22$ c'est un peu cher.

Note : 4/5
(Tatiana)
­

De : 2550Chimère Envoyé : 2004-06-20 11:24
LA GROSSE FEMME D'A COTE EST ENCEINTE Michel Tremblay
Babel/286p

Résumé : L'histoire se déroule en une journée et est une forme de chronique de quartier centrée sur la grossesse d'une femme et autour de laquelle gravitent les autres personnages du roman.

Mon avis :Je ne vais pas faire durer le suspens...j'ai beaucoup, beaucoup aimé ce récit. La construction du roman qui nous fait passer d'un personnage à un autre et d'un évènement à un autre jusqu'à firir par tous les lier à la fin et bien j'ai adoré. Je me suis bien creusée la cervelle pour comprendre qui était Florence et ses filles et leur rôle dans l'histoire. Je ne me suis pas ennuyée une seconde. Vais je devenir accroc ?

Petites questions aux spécialistes : Apparemment; ce roman est le 1er volume d'une série, est ce que je pourrais avoir les titres des tomes suivants et est ce qu'il faut les lire dans l'ordre ou bien sont-ils indépendants les uns des autres ? Merci.

Ma note : 4/5
-----------------------------------------------------------------
Chroniques du Plateau Mont-Royal
La grosse femme d'à côté est enceinte, Léméac, 1978
Thérèse et Pierrette à l'école des Saints-Anges, Léméac, 1980
La Duchesse et le roturier, Leméac, 1982
Des nouvelles d'Édouard, Leméac, 1984
Le premier quartier de la lune, Leméac, 1989
Un objet de beauté, Leméac, 1997




De : cuné Envoyé : 2004-06-21 09:21
La Duchesse et le roturier Michel Tremblay
Grasset 385 p.
3° tome des chroniques du plateau Mont-Royal

Nous sommes en 1947, et Victoire va nous quitter là, entraînant avec elle sans doute très vite après Josaphat.
Edouard est celui que nous allons le plus suivre, dans le Montreal nocturne des revues, du spectacle, Edouard qui à la mort de sa mère va tenter de se réveler tel qu'il voudrait être.

Oh la la la la, ce 3° tome est bouleversant. L'analyse de la relation d'Edouard à sa mère est hyper pertinente. Les réactions de la grosse femme face à l'homosexualité de son beau-frère sont immensément humaines, je suis émerveillée de la façon si précise et délicate qu'à Michel Tremblay de nous dépeindre avec minutie et beauté la nature humaine , la nôtre exactement.

3 moments forts pour moi dans ce tome :

Le 1er, la scène dans le café avec Thérèse et les verres d'eau chaude. Hilarant ! Lorsque vous le lirez pensez à moi Dans cette scène tout est dit : Lucienne et Richard, qui cherchent à "s'élever" de leur condition, sans échapper au snobisme leur faisant traiter de haut leurs anciens congénères, Thérèse qui débarque et qui sent tout ça en un instant, et la chute drôlatique avec la petite mesquinerie de la serveuse .... superbe !

Le 2°, le passage où Edouard offre à la grosse femme un livre qu'à priori elle ne veut pas lire, parce qu'il parle de gens comme elle, or, elle, ce qu'elle cherche dans la lecture c'est l'évasion. Mais elle le lira, l'adorera, et n'aura de cesse de le faire lire à tout le monde... Je crois bien qu'il s'agit de bonheur d'occasion de Gabrielle Roy dont nous parle Michel Tremblay, là, non ? J'ai cherché vainement sur le net des indications sur le livre dont il est question. D'après mes recoupements c'est ça, mais si quelqu'un trouve quelque chose là-dessus, ça m'interesse !

Et enfin le 3° moment EXTREMEMENT percutant c'est la petite phrase de Marcel à sa tante juste avant qu'elle ne parte pour voir Tino Rossi.... "J'ai choisi le mensonge..." Extraordinaire ! ça vous tue complètement ! Reprenant une longue conversation, par cette petite phrase Marcel renonce à sa personnalité profonde, montre son désir de se conformer pour vivre au milieu des autres, c'est terrible !!! Et ça arrive juste après un long moment d'exitation, car on est tout émoustillés aussi à l'idée d'aller au concert avec Albertine et la grosse femme....

Ah non vraiment ce livre est construit de façon magistrale, je n'exagère pas du tout, c'est magnifique.

5/5 et mon meilleur Tremblay à date



De: tribouille
Des nouvelles d'Edouard Michel Tremblay
Babel 322 p.
4° tome des chroniques du plateau Mont-Royal

A vrai dire, je trouve ce livre inégal, et je lui mets seulement 4 étoiles. j'adapte ma fiche de lecture, parue sous un autre pseudo en d'autres lieux :-)

Bon début : Premier mouvement,le monde de la nuit,au Coconut Inn (!), avec ses travestis, ses artifices, sa gouaille. Surprenant, voire irritant pour le lecteur bien étranger à ce milieu.

Mais j'ai été conquis par le deuxième mouvement : la mort d'Edouard, "la duchesse". Très belles pages 37 à 52. Le personnage a du panache et l'émotion vous étreint. On hésite à lire/dire le texte.

On pense avec l'auteur que " Le jour, ce monde de l'illusion prend une pâleur pathétique qui serre la gorge" p 53

Troisième mouvement, une écriture rétrograde : Edouard fuit le Québec pour la France en se rappelant les attitudes mondaines et méprisantes de ses compatriotes quebecoises de la soi-disant bonne société. Il/elle cherche sa place, pratiquant mensonges et provocations. Le récit est un peu bavard, on y trouve une faconde épicée, voire rabelaisienne, et des tournures pour nous Francais, bien exotiques. Mais l'ensemble paraît facile. Pa r la suite, on voit la France de 1947 et les Français d'alors par des yeux québecois, nourris de films et de romans du "réalisme poétique". Là le texte parait, et c'était inévitable, bien démodé.

Personnellement, je prefère, et de beaucoup, Michel Tremblay, dans "Hotel Bristol New York,N.Y." paru chez Lemeac/Actes Sud. Un récit court, et humainement plus consistant. bien cordialement.




De : cuné Envoyé : 2004-09-29 15:45
Le premier quartier de la lune Michel Tremblay
Babel 311 p.
5° tome des chroniques du plateau Mont-Royal

On retrouve dans ce 5° tome la même construction que dans le 1er : on concentre tout le livre sur une seule journée, celle qui ouvre l'été 1952. Les 2 héros sont cette fois Marcel et son cousin, l'enfant de la grosse femme. Marcel, après nous avoir annoncé qu'il avait choisi le mensonge dans le 3° tome, aura finalement grandi à cheval entre ses 2 vies, délaissant peu à peu l'imaginaire sans entrer vraiment dans la réelle... et il est devenu un pré-ado "différent", en classe spéciale car pas capable de suivre une scolarité normale, sans pour autant être réellement déficient. Albertine vieillit fidèle à elle-même, dure, lunatique, mais nous offre pourtant en fin de livre un passage bouleversant construit en toute musicalité. Cette journée est aussi celle des examens pour passer dans la classe suivante pour toute la petite troupe de copains de la rue Fabre, et la découverte de la télé pour la grosse femme.
J'ai trouvé que ce tome était bien triste, presque comme si nous lecteurs devions aussi abandonner le côté fantastique, irréel et léger, humoristique des évènements précédents pour "retomber" dans le quotidien routinier, qui déçoit toujours surtout quand on est dans l'attente du souffle romanesque qui nous permettrait de le transcender...
Mais à l'image de la vie elle-même, il faut en passer par là pour appréhender l'ensemble...

3/5


De : Shan_Ze Envoyé : 2004-10-13 12:34
Le coeur découvert de Michel Tremblay

J'ai eu du mal à rentrer dedans car je découvrais un langage québécois nouveau et déroutant. Mais, après être bien imprégné de cette atmosphère, le roman devient très intéressant. On découvre l'histoire de Jean-Marc et Mathieu à travers principalement des yeux de chacun.
Jean-Marc, 39 ans, professeur de littérature, est homosexuel ; il vient de vivre une difficile rupture avec Luc. Dans un bar, il rencontre Mathieu, 24 ans. Il va apprendre que Mathieu s'est découvert homosexuel alors qu' il était marié et a un enfant de 4 ans, Sébastien.
Au gré du temps une vraie complicité s'installe entre eux et Mathieu s'installe chez Jean-Marc. Chacun va alors découvrit l'univers de l'autre. Surtout pour Jean-Marc, qui découvre l'enfant de Mathieu, ce petit etre de 4 ans qui lui fait étrangement peur. Bien sur, il y a les préjugés qui font beaucoup de mal dans l'entourage de Mathieu et Sébastien.
Mais, Jean-Marc et Mathieu surmonteront ces épreuves.

Ce premier tome, le coeur découvert, me donne envie de connaitre la suite. Je parierai qu'elle est toute aussi génial...

Note : 4/5


De : 2550Chimère Envoyé : 2004-12-02 12:39
UN ANGE CORNU AVEC DES AILES DE TÔLE de Michel TREMBLAY

Un récit autobiographique : à travers les livres qui l'ont marqués l'auteur nous transporte dans ses souvenirs d'enfance jusqu'à son entrée en littérature, de son premier livre lu à son premier titre publié. C'est un véritable hymne à l'amour de la lecture qui ne peut faire que vibrer les passionés des livres, ces fondus des librairies et des bibliothèques parce que : "Ouvrir un livre demeure l'un des gestes les plus jouissifs, les plus irremplaçables de la vie"

Ma note : 5/5
avatar
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 35
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel TREMBLAY (Canada/Québec)

Message  Prospéryne le Sam 13 Déc 2008 - 23:18

De : Polo Envoyé : 2004-12-22 08:03

Michel Tremblay - Le Cahier noir
Éd. Leméac, 2003, 258 p.
note: 4/5

La Jeune Serveuse naine

Avec cette oeuvre, Michel Tremblay présente un autre personnage du Plateau Mont-Royal, le quartier de son enfance. On est en 1966 alors que Céline Poulin s'apprête à vivre des événements qui la transformeront.
C'est l'aînée d'une famille de trois enfants. À cause de l'alcoolisme maternel, elle est en quelque sorte la mère de ses sœurs. À vingt ans, elle réussit à obtenir un emploi de serveuse au Sélect, un restaurant de la rue Sainte Catherine, qui accueille, le jour, une clientèle d'étudiants et, le soir, la
faune des travestis et des « guidounes » de la Main. À cause de son nanisme, elle est reconnaissante envers son patron pour la confiance qu'il lui a témoignée. Démolie par sa mère, elle trouve enfin l'occasion en or de se valoriser. Appréciée des clients, elle se voit même offrir la chance de toucher au théâtre en donnant la réplique à une étudiante, qui se prépare à une audition en fonction d'un rôle dans Les Troyennes d'Euripide. Elle accepte la proposition bien qu'elle doive jouer une Andromaque naine à côté d'une femme démesurée dans le rôle de la reine Hécube. Et, contre toute vraisemblance, la « waitrice » du Sélect est choisie afin de faire partie de la distribution au grand dam de sa mère. Cette offre compose la thèse présentée avec efficacité dans le premier volet du diptyque.

En antithèse, Céline élabore un plan machiavélique pour se venger de sa mère, qui ne s'est jamais gênée de lui rebattre les oreilles avec son handicap. Honteuse d'être la génitrice d'une naine, elle se déculpabilise en tenant sa fille responsable de son malaise et de l'échec de sa vie. Afin de cacher la déficience génétique de son aînée, elle la manipule afin qu'elle vive en recluse. Devant sa mère, l'héroïne se sent comme les Troyennes condamnées à l'esclavage aux lendemains de la victoire grecque. Mais par le biais de son rôle au théâtre, elle est bien résolue à échapper au joug maternel. C'est toute cette dynamique qui anime le second volet. Ce n'est pas sans rappeler
L'Accompagnatrice de Nina Berberova, qui présente aussi un personnage obligé de vivre dans l'ombre d'une cantatrice manipulatrice en tant que pianiste.

Le roman prend la forme d'un journal. L'héroïne se confie à son cahier noir afin de se soulager, sans pour autant réussir à se débarrasser des relations destructrices qu'elle entretient avec sa mère. L'auteur n'innove pas en présentant le salut par l'écriture. Par contre, il manifeste beaucoup de brio en construisant son oeuvre en parallèle avec Les Troyennes d'Euripide pour illustrer un problème qui reste d'actualité depuis l'antiquité. Quelle est la place faite aux femmes, surtout à celles dont le destin est défavorable? Que ce soit à cause de la guerre ou du nanisme, la dynamique du malheur reste la même. Elle brise la vie : la guerre vient chercher ceux qu'on aime, le nanisme réduit à la marginalité. Le plus grand don de Michel Tremblay, c'est de se glisser dans l'âme d'autrui pour en révéler toute la grandeur et toute la petitesse, toute la vulnérabilité et toute la force. Il confère ainsi une dignité et un caractère universel à tous les personnages qu'il tire des milieux glauques ou populaires.

Le Cahier noir évoque sur un ton allègre les difficultés de la différence à l'instar du Pont de la louve de Jean-François Beauchemin, qui souligne la marginalité enfantine provoquée par la disgrâce des oreilles décollées et des lunettes épaisses.

Polo


De: Barbara

Le cahier noir

Les livres de Michel Tremblay sont de beaux voyages. Intérieurs... La maitrise est telle que l'on a la sensation d'explorer l'âme des personnages. Alors nous les accompagnons: nous souffrons, comme Céline, face à sa mère-araignée. Tremblay nous soulage d'un éclat de rire, de l'absurde collé à la détresse, et nous rions. S'il n'avait été écrivain je gage que la peinture lui aurait ouvert les bras! Son roman est bigarré...

note: 5/5
(Barbara, 32 ans, Marseille)


De : Felindra2775 Envoyé : 2005-01-07 18:21
"L'homme qui entendait siffler une bouilloire"

Auteur du document : Tremblay Michel
Description physique : 182 p. ; 19 cm
Editeur / Distributeur : Actes Sud - Leméac
Date de publication : 2002
Mots matières : RECIT AUTOBIOGRAPHIQUE
Résumé : Simon Jodoin voit sa vie transformée par l'apparition soudaine d'un bruit persistant dans son oreille gauche. Il consulte le médecin et apprend qu'une tumeur bénigne a pris forme à l'intérieur de son conduit auditif. Dans ce court roman largement autobiographique, Michel Tremblay nous emmène au coeur de l'émotion qui l'a envahi avant et après une opération subie en 1998.

mon avis :

Petit livre qui se lit très facilement. Sujet dramatique et pourtant j'ai souri à plusieurs reprises, tellement la situation est cocasse. Mais quand on sait que ç'est la sienne de situation ça n'a pas dû être drôle pour lui tous les jours. En tout cas plus je lis ses livres, plus j'aime sa façon d'écrire.

felindra
De : Felindra2775 Envoyé : 2005-01-08 02:33
Là aussi, Cuné je le note 5/5
felindra




De : cuné Envoyé : 2005-01-14 09:29
Un objet de beauté Michel Tremblay
Leméac / Actes Sud 340 p.

6° et dernier tome des Chroniques du Plateau Mont-Royal, Un objet de beauté fait mal.

Il fait mal parce que la vie est bien dure pour tous nos personnages qui ont grandi, vieilli. Mal aussi parce que Marcel, qui est le héros principal de l'ouvrage, est tout à la fois psychotique et capable d'une imagination d'une beauté fulgurante : un film, un livre (ah ah c'était bien Bonheur d'occasion dans un précédent tome, bel hommage à Gabrielle Roy ici) , un peintre... J'ai relu 2 fois ces chapitres en savourant chaque mot, chaque image. Nous vivons avec Albertine et Marcel, Thérèse et Simone, Nana la grosse femme, et rien ne va, pour personne. Je ne veux rien dire de la fin, mais pfffff, ce n'est pas juste....

Alors voilà, on termine ces chroniques et à la douleur d'en avoir fini avec ces belles pages, s'ajoute la désespérance de ces personnages englués, coincés, lucides et malheureux.

C'est triste !

4/5



De: Dytal
Michel Tremblay - Un ange cornu avec des ailes de tôle
(Actes Sud/Babel, 1996, 304 pages)

Ce livre n'est pas un roman, mais un peu comme une autobiographie du lecteur que fut Michel Tremblay. Il nous raconte ce qui l'a mené sur les chemin de la lecture. Son premier livre, ses petites manies de lecteur, ses premières caresses solitaires en face d'un livre et bien d'autres choses.

Tout cela est raconté dans la langue bien de chez nous, Québec, et d'une manière naïve et sans-gêne.

J'ai adoré ce livre surtout que je suis une fan de Michel Tremblay. J'ai adoré le connaître encore plus par cette autobiographie.

Note : 5/5
(Dytal)


De: Amy, 15 ans, Canada
C'est vraiment un très bon livre, lisez-le!!! J'aime beaucoup la façon de raconter, bref c'est vraiment bon.
Note : 5/5


De : lassy Envoyé : 2005-01-22 07:30
Un ange cornu avec des ailes de tôle Michel Tremblay

A chaque chapitre, un livre. En évoluant d'un livre à l'autre de façon chronologique, Michel Tremblay nous livre tous ses souvenirs liés à chaque lecture : l'ambiance qui règne au moment, avec sa famille, ou ses amis, ou à la bibliothèque... son approche de la lecture, ses joies, ses colères, ses sensations...
Tout est décrit de façon émouvante, souvent drôle (sa mère par exemple, est un beau personnage). L'enfant en grandissant devient "accroc" à la lecture, et on voit naitre son devenir d'écrivain.

Très forte puissance d'évocation ! Très belle lecture !

4,5 / 5


De: Boogok

Michel Tremblay - Bonbons assortis
(Actes Sud, 2002, 179 pages)

Je viens tout juste de terminer "Bonbons assortis" de Michel Tremblay. On ne saurait trouver meilleur titre. Une jolie lecture de vacances. C'est un collage d'anecdotes de l'enfance de l'auteur. Ça croque sous la dent, parfois on laisse fondre doucement. Ça se dévore en quelques heures. Et quand c'est fini, on a envie de gratter la couverture pour voir s'il ne resterait pas quelques graines oubliées.

Bon, je suis une inconditionnelle de Tremblay. C'est vrai et j'assume. Mais vous verrez que je suis quand même honnête. Je lui donne un 4/5. Parce que ça m'a paru facile, joué sur la notoriété de l'auteur mais comme d'un autre côté, ça permet de faire le pont entre les personnages de ses romans (Chroniques du Plateau et pièces de théâtre) et les vraies personnes de son entourage, ça a racheté le 3,5 que j'aurais mis sinon. Ben oui, j'ai aimé.

Note : 4/5
(Boogok)


De: Polo

Bonbons assortis

Avec cette oeuvre, Michel Tremblay retourne à son enfance. Une enfance passée dans la rue Fabre de Montréal, alors un quartier peuplé de familles ouvrières, qui ont été chassées par la faune branchée des universités et du monde culturel.

L'auteur se délecte de sa petite enfance au sein d'une famille unie de la décennie des années 40. L'éditeur a cru bon de préciser qu'il s'agissait de récits. Que le matériel soit autobiographique n'enlève rien au fait que ce soient des nouvelles qui répondent au canon normatif du genre. L'élément déclencheur projette le héros vers un dénouement inattendu, qui, six fois sur huit, est bien amené. Michel Tremblay évoque avec magie un monde pas si lointain, qui répond aux normes standards de la famille francophone québécoise. Des familles nombreuses, catholiques, conviviales et dignes malgré des conditions sociales peu avantageuses.

Que ce soit à Noël ou à la première communion, Madame Tremblay, la mère de l'auteur, sait organiser son petit monde pour qu'il soit heureux. Que ce soient pour les tartes à la "falourche" (aux raisins secs) ou pour les "tourtières" (pâtés de viande hachée), elle y met de l'ardeur pour tenir son microcosme. Cette femme, traversée d'une énergie peu commune, trône dans son foyer tout en se dépensant sans limites pour transmettre à ses enfants le désir de vivre dans la dignité. Ce n'est pas la vie de la mère sacrifiée. Elle sait aussi goûter aux plaisirs de la vie en savourant ses chocolats et en écoutant Tino Rossi à partir d'un vieux tourne-disques.

Tout ce petit monde vit sous l'oeil vigilant d'une mère et d'une belle-mère, qui ont de la jugeote et qui savent rire aussi. L'auteur se plaît à montrer leur générosité et leurs travers bien visibles dans un foyer habité par neuf personnes. Le crêpage de chignons est inévitable quand la tension monte, mais tout finit par une entourloupette ou un mensonge pieux qui sert de vérité. Le père est plus effacé, mais il est fait de la même farine que sa femme. Dans les moments importants, il sait s'occuper de son fils pour le sécuriser.

C'est avec talent que Michel Tremblay décrit le bonheur familial, qui faisait l'envie des voisins. Dans des dialogues délicieux empruntés à l'oralité, il fait revivre un univers que les plus vieux se rappelleront avec nostalgie. De quelques traits, il peint un portrait moqueur des siens, mais combien aimant. On entre facilement dans son jeu pour vivre ces moments de l'enfance, doux comme des bonbons.

N.B. Michel Tremblay s'exprime en québécois dans les dialogues, mais pas dans la narration.

Note : 4/5
(Polo)



De : cuné Envoyé : 2005-02-10 09:48
Le cahier noir Michel Tremblay
Leméac - Actes Sud 258 p.

Des nouvelles chroniques du plateau Mont-Royal, en somme ! L'héroïne en est ici Céline Poulin, serveuse dans une brasserie au coeur du quartier latin de Montréal, en 1966. Nous débutons le livre avec ses notes dans un cahier noir, dans lequel elle entreprend de raconter ses humiliations. Et sa vie en est pleine.

D'ailleurs, je recommande de ne pas lire les critiques existantes de ce livre, y compris la néanmoins très jolie de Polo, avant de lire soi-même le roman, parce que l'auteur nous réserve une surprise page 66, et qu'il a pris patiemment la peine de l'amener élégamment, tournant autour durant cette soixantaine de pages, et nous l'assénant avec un joli effet de manche en toute fin de chapître. Ce serait vraiment dommage de la râter !

Céline, donc, va, pour des raisons diverses, être amenée à cotoyer le monde du théâtre, et pas n'importe lequel, puisqu'elle s'engage à donner la réplique à une cliente pour une audition dans Les Troyennes d'Euridipe. Consciencieuse, elle va d'abord lire la pièce dans son entier et nous livrer par la même occasion ses habitudes de lectrice, dans lesquelles je me suis reconnue :

"C'est vrai que je lis les romans avant tout pour l'histoire qu'on me raconte, pas tellement pour ce qui s'y cache, et que c'est un défaut..."

dit-elle. Je ne suis pas d'accord ! Mais c'est un autre débat...

De là vont découler des prises de conscience et des évènements qui vont bouleverser sa vie, jusqu'au futur cahier rouge annoncé en fin de roman, tournant une page définitive sur cette première partie d'existence...

On oublie ici le joual pour ne trouver que quelques expressions typiquement québécoises, et je suis toujours épatée par la finesse de Michel Tremblay, par sa capacité à entrer ainsi dans la peau d'une jeune fille meurtrie et complexée. Toujours des relations familiales houleuses, des travestis, des clins d'oeil à d'autres personnages de ces romans....

Tout l'univers de Michel Tremblay, donc, pour notre plus grand bonheur...

5/5
avatar
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 35
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel TREMBLAY (Canada/Québec)

Message  Prospéryne le Sam 13 Déc 2008 - 23:23

De: mamanlouve

Michel Tremblay - Le coeur découvert
(Actes Sud/Babel, 1995, 411 pages)

Que dire de ce livre, c'est pas évident. C'est la rencontre entre Mathieu et Jean-Marc, le début d'une histoire d'amour et leur adaptation tant au niveau amitié que familial. Et pour Jean-Marc, une première rencontre avec le monde de l'enfance car son nouveau chum a un enfant. C'est d'ailleurs cet enfant qui m'a captivée le plus. Peut-être que je m'y suis un petit peu reconnue. Malgré le fait que l'écriture soit bonne, je me suis sentie gênée parfois de lire certains passages. Comme le fait de dire qu'il ont fait l'amour tendrement et tout le tralala. Je sais pas, je me serais crue pas mal moins dérangée par cela.

Je lui donne 3.8/5. Et ne riez pas, je viens juste de comprendre que l'auteur est homosexuel. Pas vite la fille hein!

Note : 3.8/5
(Mamanlouve)


de: mousseline
Le coeur découvert
J'ai beaucoup aimé ce livre qui permet au lecteur de pénétrer dans le milieu homosexuel de Montréal. C'est très surprenant, pour ma part c'était une première. Je vous suggère aussi la suite de ce livre soit Le coeur éclaté. J'ai moins aimé par contre, peut-être parce que l'effet de nouveauté est passé.

Note : 4.5/5
(Mousseline)


De: Chimère

"Le coeur découvert", c'est l'histoire d'amour entre Jean-Marc, professeur de français de 39 ans et Mathieu, un jeune acteur de 24 ans. Les deux hommes devront faire face aux jugements des autres sur leur orientation sexuelle et leur différence d'âge. Ils devront également s'adapter à une nouvelle vie familiale avec Sébastien, le fils de Mathieu.

Décidemment, Michel Tremblay me touche beaucoup! J'adore sa façon de raconter tout simplement la vie, la vraie de vraie qui est vécue par plein de gens. Une vie remplie d'intolérance, de lâcheté, mais aussi de désir et d'amour. L'histoire m'a tout de suite interpellée de par sa proximité avec ma propre réalité et aussi pour les personnages qui sont si attachants. Michel Tremblay les rend tout simplement vivants, on en vient à oublier qu'ils n'existent pas. Ah, ce que j'ai hâte de les retrouver dans "Le coeur éclaté"!

Note : 5/5
(Chimère)


De: Angel

Bonbons assortis

Ça fond dans la bouche! Ce livre m'a redonné le goût à la lecture! Je l'ai lu en quelques heures à peine. Je l'ai tellement aimé que tout le monde me l'empruntait pour le lire! J'ai rit, j'ai pleuré! J'ai découvert Michel Tremblay avec ce livre, je me suis ensuite achetée Les douzes coups de théâtre, Les vus animés et Le cahier noir! J'ai lu deux de ces livres et je les ai adorés!

C'est un genre particulier par contre, c'est écrit sous forme de petites nouvelles, un style qui me plait beaucoup, mais qui peu déplaire.

Note : 5/5
(Angel, 21 ans, St-Hubert/Québec)


De : Cocotte8017 Envoyé : 2005-02-10 20:20

Un ange cornu avec des ailes de tôle!

J'ai dévoré ce livre! C'est un pur délice! Michel Tremblay nous raconte à travers les livres qui l'ont marqué, sa passion pour la lecture. Une passion dévorante qui est presque palpable tellement c'est bien raconté. L'adoration de l'auteur pour les différents livres évoqués dans ce récit me donne envie de les découvrir!

J'ai beaucoup rigolé en lisant ce livre rempli d'anecdotes savoureuses! Les dialogues avec sa mère sont parfois tordants, parfois émouvants! Une chose est certaine, on ne s'ennuie jamais à la lecture de ce bouquin!

Je le recommande fortement! Tout passionné de la lecture devrait se sentir interpellé par ce récit des plus divertissants!

Ma note : 5/5


De: Dytal

Michel Tremblay - Douze coups de théâtre
(Actes Sud/Babel, 1999, 290 pages)

Douze coups de théâtre, douze pièces, douze moments d'intimité nous sont racontés dans ce livre autobiographique. Tremblay nous livre ses souvenirs entourant douze pièces de théâtre qu'il a vues, voulues voir, écrites et jouées.

Défilent sous nos yeux les événements qui ont marqué théâtralement l'univers Tremblayien et comment ce grand dramaturge québécois est né.

J'ai bien aimé cette lecture mais un peu moins que Un ange cornu avec des ailes de tôle. Peut-être est-ce parce que je préfère les romans au théâtre? Je ne le sais pas. Mais j'ai bien apprécié mon intrusion dans le monde de cet auteur que j'adore. Il faut dire aussi que les personnages des Chroniques du plateau sont très très inspirés des parents, famille et amis de l'auteur alors nous reconnaissons, la grosse femme et bien d'autres encore!

Note : 4/5
(Dytal)


De: Chimère

Douze coups de théâtre

Résumé : Comme pour "Un ange cornu avec des ailes de tôle", Michel Tremblay raconte les films qui ont marqué son enfance et son adolescence et nourri sa vocation littéraire. Avec en prime le tout premier roman de l'auteur "Les loups se mangent entre eux", né après visionage des "Visiteurs du soir".

Mon avis : Avec gourmandise et enthousiasme, l'auteur nous parle de son amour pour le cinéma et son impact sur son imaginaire. Il fait également un retour sur ses souvenirs d'enfance. On retrouve avec joie et enthousiasme la famille Tremblay et principalement la mère de l'auteur, un personnage marquant il faut bien le dire. Quant au premier texte de l'auteur en fin de volume, il est ce que sont les premiers essais maladroits dans l'écriture, un peu décousu, des personnages assez caricaturaux mais avec un sujet intéressant sur l'homosexualité.

Note : 4/5
(Chimère)


De : petitelune18 Envoyé : 2005-02-13 20:41
Douze coups de théâtre

Auteur : Michel Tremblay
265 pages
Éditions : Leméac

J’ai beaucoup aimé apprendre quelques anecdotes de la vie de jeunesse de cet auteur. J’avais déjà lu de lui les belles-sœurs connu durant mon secondaire et j’avais adoré. On voit d’où vient son adoration pour le théâtre. J’ai connu un peu la ville de Montréal que je connais peu car je viens des Cantons de l’est. Mais malgré tout, je connaissais quelques endroits.

Il y avait des dialogues entre lui et d’autres personnes de son entourage très drôles. On voit qu’il y avait beaucoup de complicité entre lui est les membres de sa famille.

Je le conseille à tous ceux qui ont aimé Michel Tremblay.
4,5/5
petitelune


De : Felindra2775 Envoyé : 2005-02-27 09:24
"Un ange cornu avec des ailes de tôle" de Michel Tremblay

Langue : Français Éditeur : Actes Sud (4 juillet 1996)
Collection : Babel
Format : Poche - 304 pages
ISBN : 2742708510
Dimensions (en cm) : 2 x 11 x 18

Résumé :

Après Les vues animées (1990) et Douze coups de théâtre (1992), voici le troisième tome de la veine autobiographique et initiatique du dramaturge montréalais. Douze récits qui célèbrent la mère et l'amour des livres et dans lesquels l'auteur poursuit l'histoire de sa jeunesse. "En revisitant avec M. Tremblay les auteurs qu'il a retenus pour son recueil, on assiste aux chocs qui allaient en partie décider de son art et de sa vision du monde" (R. Martel). "Une écriture riche et alerte, un sens aiguisé de la chronique" (R. Lévesque). -- Services Documentaires Multimédia

mon avis :

Je ne voulais pas acheter ce livre à cause de la couverture que je trouvais moche. Je suis très sensible aux couvertures de livres, mais quand j'ai lu vos critiques je l'ai quand même acheté et ne suis pas déçue. Un vrai régal. On retrouve avec plaisir Madame Tremblay et Nana, la maman de Michel, personnages de "Bonbons assortis".

Récits drôles, plein de joie, de gaieté, très émouvants parfois, beaucoup d'humour, racontant l'enfance de Michel et sa découverte des livres jusqu'à la parution de son premier livre. Le tout écrit en "Joual Montréalais", ce qui ne gâche rien. J'ai beaucoup ri avec l'explication du "haricot de mouton" ou avec des expressions telles que "Si tu reviens mort écrasé, j'te parle pus jamais" ou quand il reçoit le paquet contenant les livres

"La corde était rude au toucher mais le carton plutôt doux. Et ça ne sentait rien du tout.

Pourquoi tu te mets le nez dessus ?

- J' voulais voir si on pouvait sentir le livre à travers le carton.

- T'es senteux pis c'est vrai, toi, hein ? J'sais pas d'où c'est que t'as pu prendre ça, c'te manie-là ! On est pas comme ça , ni ton père, ni moi ! " etc.......

La fin m'a beaucoup émue.

Un grand moment de détente. Avec Michel on ne s'ennuie jamais. Il décrit tellement bien ce qui se passe que l'on s'y croirait.

4.5/5
felindra


De : Lhisbei Envoyé : 2005-03-06 17:42
Le coeur éclaté Michel Tremblay
Actes Sud format Poche 320 pages

Jean Marc vient de se séparer de Mathieu après 10 ans de vie commune. Leur relation s'était étiolée au fil du temps. La routine les a séparés. Mathieu déménage et part vivre avec un autre. Il prend avec lui son fils Sébastien. Jean Marc se retrouve seul. Et il souffre. Angoisses, déprime, sentiment écrasant de solitude. Jean Marc n'arrive pas à extérioriser sa peine. Les larmes ne coulent pas. Il se rend compte qu'à Montréal tout lui rappelle son amant perdu et décide de partir à Key West en Floride où il lui semble qu'il lui sera plus facile de survivre à sa rupture. Il laisse derrière lui son ancien amant Luc, atteint du sida, et mourant. Key West et sa communauté d'homosexuels bigarrés et sans complexes est elle aussi atteinte par le fléau du sida. Là-bas Jean Marc va peu à peu comprendre et réapprendre à vivre.

C'est un livre dramatique et drôle à la fois. Les personnages sont tour à tour touchants, attachants, agaçants, grotesques parfois. Les mots de Michel Tremblay nous touchent en plein cœur. Le lecteur ne sort pas indemne de cette lecture. Jean Marc laisse une empreinte, une cicatrice qui pourtant n'est jamais douloureuse. Une belle découverte et un vrai coup de pour moi. Ma note 5/5


De : lalyre7032 Envoyé : 2005-03-07 05:11

La nuit des princes charmants Michel Tremblay

Montréal,au début des années soixante,un jeune homme de dix-huit ans
obèissant envers sa môman qui dirige la maisonnée et surveille ses allées et venues ainsi que sa mise.Le héros est vierge et aime les garçons et un
certain soir il rencontre deux hommes qui le séduiront et qu'il essayera
de séduire.De bar en bar,Michel Tremblay nous invite à passer une nuit de
folies à Montréal.Mais revenons à notre héros qui sous le charme d'un milieu qu'il découvre va vivre sa première nuit d'amour.Après cette nuit il lui faudra
bien affronter la môman qui ne s'est pas couchée et attend des explications
de son garçon qui se révolte mais n'ose pas dire ou il se trouvait,ni avec qui.
Malgré tout elle comprend et accepte ce qu'elle ne peut empêcher.Et moi j'ai
compris que même s'il est un homme à homme,c'est en même temps l'homme
d'un seule femme,sa mère.
Oui le style est beau,il y a de la tendresse,de la naîveté et de l'amour mais ce
n'est pas le genre de livre que j'aime,je me suis faite beaucoup d'images en
le lisant et je n'ai pas aimé cette nuit de débauche.
Donc 3/5
Lalyre
avatar
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 35
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel TREMBLAY (Canada/Québec)

Message  Prospéryne le Sam 13 Déc 2008 - 23:31



De : sourire30f Envoyé : 2005-03-14 13:14
j lu cette semaine bonbons assortis
wow c vraiment cute
je le recommande

ce sont des nouvelles sur l'enfance de michel tremblay
5/5


De : Le-réaliste-romantique Envoyé : 2005-03-17 14:42
Je viens de terminer Un ange cornu avec des ailes de tôle de Michel Tremblay. Il y a déjà plusieurs critiques et comme je suis d'accord avec les dernières (Cuné, Lassy, Félindra), je n'ajouterai pas la mienne. Je vais seulement indiquer que moi aussi j'ai adoré (et dévoré) ce livre. Il m'a réconcillié avec l'ouvre de Michel Tremblay, car, plus jeune, À coeur découvert et La grosse femme d'à côté est enceinte m'en avaient détourné. Je vais donc consulter la centaine (!) de messages sur cet auteur pour choisir son prochain livre à ajouter dans ma PAL.

De plus, j'aime beaucoup les livres qui traitent d'autres livrent. Par exemple, Annie Ernaux m'a fait lire Anna Karénine, Sergio Kokis m'a amené aux Frères Karamazov. Michel Tremblay, lui, m'a poussé à me lancer dans Bonheur d'occasion.


De : Claarabel Envoyé : 2005-04-26 04:05
Bonbons assortis Michel Tremblay
Lemeac / Actes Sud, 175 pages

Pour goûter à la littérature québécoise, rien de mieux que Michel Tremblay et ses "Bonbons assortis", une compilation de récits de son enfance (vers les huit ans approximativement). Il y a huit histoires dans ce recueil, des souvenirs heureux, chaleureux et poilants, autour du petit Michel et de sa famille (sa maman, les tantes, frères, cousines, oncles, et la grand-mère) !
D'entrée de jeu, les dialogues en québécois sont assez crispants et déconcertants, pas facile d'y entrer quand on s'y connaît peu ! Et puis, on se laisse bercer, prendre au filet, c'est la lecture d'anecdotes simples, sans calculs, des moments d'une enfance ordinaire, aimante. Il y a le souvenir du cadeau de noces pour la fille Allard et la fameuse pirouette autour du plat à pinottes ! Que j'ai ri !!! De toute façon, au sortir de ce livre, il y a un trio impayable auquel on s'est forcément attaché : le petit Michel, sa mère Nana et la grand-mère Tremblay ! Entre ces trois là, diantre ! ça fuse dans tous les coups, je t'aime bien, t'es plouc, t'es nouille, mais bon ...

Dans "Bonbons assortis", on s'intéresse aussi au mythe du Père Noël et aux preuves irréfutables de son existence, à la légende de la foudre qui traverse la maison, au Teddy Bear, à Luis Mariano, aux souliers de satin et aux petits chinois à vendre. Une joyeuse et pétaradante concentration de bonne humeur, d'humour, de choses simples et saines. Ouah, ça fait du bien !!!

4/5


De : petitelune18 Envoyé : 2005-04-30 11:11
Un ange cornu avec des ailes de tôles

Auteur : Michel Tremblay
Édition : Actes Sud
241 pages

C’est un petite roman où on découvre une autre facette de la vie de Michel Tremblay. C’est à dire les livres. J’ai revu plusieurs auteur que je connaissais déjà, et que je veux lire encore plus suite à ce roman.

On s’attache toujours autant à Michel et sa mère, cette chère mère.

J’aime bien découvrir la vie de cet auteur. C’est un auteur que j’aime particulièrement suite à la lecture des belles-sœurs et de douze coups de théâtre. Je maintenant prête à lire les chroniques du plateau Mont-Royal, que j’avais déjà commencé mais que j’avais abandonné parce que j’étais trop mêlée dans les noms des personnages. Mais maintenant que j’ai ai connu quelques uns, je suis prêt à affronter ces chroniques du plateau Mont-Royal.

4,5/5

petitelune


De : lalyre7032 Envoyé : 2005-05-04 14:19
La grosse femme d'à coté est enceinte Michel Tremblay

Je me suis bien amusée avec ces gens vivant dans ce quartier populaire
de Montréal appellé Le Plateau du Mont-Royal,beaucoup d'humour,j'ai
souvent ri et me surprenant souvent à lire avec l'accent.Raconté l'histoire me paraît difficile puisqu'on se trouve chez les uns et les autres.C'est le 1er tome d'une série de six,mais c'est certain je vais lire les autres.

4,5/5
Lalyre


De : Claarabel Envoyé : 2005-05-25 17:03
Un ange cornu avec des ailes de tôle Michel Tremblay
Babel, 285 pages

La lecture, selon Michel Tremblay, ou disons à sa façon de nous la raconter, donne de la fièvre, la danse de saint-guy, des larmes au coin de l'oeil, le sourire d'une oreille à l'autre, bref ça vous ouvre vers un autre monde ! Lire, c'est vivre ! Et très tôt, les livres ont occupé dans la vie de Michel une place prépondérante. Tout a commencé avec la comtesse de Ségur, puis viendra Tintin, Jules Verne, Blanche-Neige, et plus tard Gabrielle Roy, Victor Hugo ou Saint-Exupéry.
Douze lectures choisies pour illustrer un pan de son parcours, son enfance, son adolescence, douze séquences dans une vie foisonnante, où la passion de la lecture confinait le garçon dans un vieux canapé en cuir rouge, alimentait son imagination, ouvrait la porte à la jalousie et éveillait le désir d'écrire ! "Mais est-ce que la lecture ne mène pas obligatoirement au goût de l'écriture, au besoin de l'écriture?".

Ces récits fourmillent d'humour, de cocasserie, d'ironie, d'humiliation, de ras-le-bol de la censure de l'époque, de la découverte d'une véritable littérature québecoise, non pas de seconde zone (cf. le chapitre avec "Bonheur d'occasion" de Gabrielle Roy). En portrait familial, cette fois-ci (en rapport avec "Bonbons assortis") on retrouve essentiellement la mère de Michel. La même, qui rouspète, offre des livres, les confisque, discute du bout de gras, etc. mais qui décédera avant de voir son fils devenir écrivain (dernier chapitre, "Contes pour buveurs attardés").
Un régal, ce livre ! Mais hélas il se lit trop vite !

4/5

Merci Felindra ! & moi aussi je trouve que la couverture est moche !...


De : 2550Chimère Envoyé : 2005-06-15 04:13
THERESE ET PIERRETTE A L'ECOLE DES SAINTS-ANGES de Michel TREMBLAY
ed Babel/328p

Résumé : Sur quatre journées, le quotidien de Thérèse, Pierrette et leur amie Simone qui se préparent avec toutes les élèves de leur classe pour le jour de la Fête-Dieu. Tout irait pour le mieux si la redoutable mère Benoîte-des-Anges directrice de l'école n'avait pris en grippe Simone et une enseignante Soeur Sainte-Catherine.

Mon avis : une chronique de plus où l'on retrouve avec plaisir les personnages découverts avec La grosse femme d'à côté est enceinte. Ici, l'action est recentrée sur l'évènement culminant : la Fête-Dieu qui est l'occasion d'une cérémonie préparée avec soin par Soeur Sainte Catherine et ses élèves. On retrouve aussi Florence et ses filles qui continuent à tricoter tout en restant invisibles à la plupart des gens sauf de Marcel. On en apprend d'ailleurs un peu plus à leur sujet. Un deuxième volet aussi réussi que le premier et qui est de bonne augure pour la suite.

Ma note : 4/5


De : 2550Chimère Envoyé : 2005-07-01 12:46
LES VUES ANIMEES de Michel TREMBLAY
ed Babel/23p

Résumé : Comme pour Un ange cornu avec des ailes de tôle, Michel Tremblay raconte les films qui ont marqué son enfance et son adolescence et nourri sa vocation littéraire. Avec en prime le tout premier roman de l'auteur Les loups se mangent entre eux, né après visionage des Visiteurs du soir.

Mon avis : Avec gourmandise et enthousiasme, l'auteur nous parle de son amour pour le cinéma et son impact sur son imaginaire. Il fait également un retour sur ses souvenirs d'enfance. On retrouve avec joie et enthousiasme la famille Tremblay et principalement la mère de l'auteur, un personnage marquant il faut bien le dire. Quant au premier texte de l'auteur en fin de volume, il est ce que sont les premiers essais maladroits dans l'écriture, un peu décousu, des personnages assez caricaturaux mais avec un sujet intéressant sur l'homosexualité.

Ma note : 4/5


De : grenouille Envoyé : 2005-09-02 06:43
"Un ange cornu avec des ailes de tôle" de Michel Tremblay

Me voici contaminée comme tout le monde ici ... soupir...

Ce petit recueil déborde de vie et d'émotions. Comment ne pas s'identifier à cet enfant? cet enfant qui découvre la vie en même temps qu'il découvre la littérature, qui considère les grands auteurs comme des amis et qui goûte l'existence à travers les histoires davantage qu'en regardant autour de lui(pourtant il en a bien de la chance de découvrir la Gaspésie pendant ses vacances...)?
Après avoir été étonnée par le langage "joual", je m'y suis faite et comme j'adore l'accent canadien, ça chantait dans ma tête pendant que mes yeux lisaient, je sentais aussi le parfum des livres et le cuir du fauteuil "la Z boys"....
C'est un livre qui se déguste, comme on découvre un ami tapi au fond de soi : un Michel savourant les pages avec ferveur et qui sait transformer ses souvenirs en devanture de pâtisserie....
Un très grand moment pour tout rat qui se respecte et une très belle rencontre très émouvante...

Note : 4,5/5

De : cuné Envoyé : 2005-09-15 05:12
La nuit des princes charmants Michel Tremblay
Leméac / Actes Sud 221 p.

1960, Michel a tout juste 18 ans, et n'a connu pour l'instant que des attouchements furtifs; cette nuit sera la grande nuit, celle de sa première fois, celle qui doit rester gravée dans sa mémoire toute sa vie. Il oscillera en permanence entre le découragement, l'envie de rentrer vite manger du gâteau au chocolat chez Maman, et l'exhaltation la plus totale, l'enivrement d'être avec ses pairs, d'être regardé, accepté, désiré.
Encore une fois j'ai été conquise du début à la fin, le sujet ne me concerne vraiment pas le moins du monde mais la sensibilité de Michel Tremblay, sa délicatesse et son humour font écho en moi d'une façon toujours aussi forte.
J'ai presque l'impression de retrouver un membre de ma famille, quand je le lis !

5/5

Merci Lagrande pour ce très beau cadeau

"Et moi j'ai compris que même s'il est un homme à homme,c'est en même temps l'homme d'un seule femme,sa mère."
Et Lalyre je trouve ta phrase très belle et très juste !


De : lalyre7032 Envoyé : 2005-09-19 13:34

Thèrèse et Pierrette à l'école des saints-anges Michel Tremblay

Thèrèse,Pierrette et Simone forment un trio de gamines épatantes et dans cette histoire qui se passe en quatre journées se terminant par la Fête-Dieu,nous suivons leur tribulations dans un milieu ou nous faisons la connaissance des soeurs sous la férule de la Mère supérieure qui est loin d'être un ange,je dirais même qu'elle est très méchante,mais tout s'efface grâce à l'humour de l'auteur.

Mon avis:Je me suis bien amusée avec ce livre,j'ai adoré les dialogues avec l'accent québècois et cette histoire a ravivé des souvenirs d'enfance à l'école des soeurs que j'ai fréquentée et ou là aussi il y avait une méchante soeur
mais qui heureusement était très grosse et ne savait pas courir pour nous frapper avec sa baguette hi hi!!!!
5/5
Lalyre


De : Cocotte8017 Envoyé : 2005-10-28 20:42
Le cahier noir Michel Tremblay
(Actes Sud, 2004, 264 pages)

En 1966, Céline Poulin est serveuse dans un restaurant du quartier latin à Montréal. Céline sera sollicitée par une cliente pour lui donner la réplique pour une pièce de théâtre. Cet événement lui donnera l'occasion de monter un plan pour se venger de l'attitude qu'a sa mère envers elle. Céline raconte dans un cahier noir ses états d'âme.

J'ai adoré ce livre! L'écriture de Michel Tremblay est vraiment superbe empreinte d'une grande sensibilité. J'ai tout de suite été interpellée par l'histoire de Céline, je me suis souvent reconnue à travers ce personnage. L'auteur a tout un talent de conteur, il sait nous émouvoir en racontant tout simplement le quotidien, la vie. Ici, il parle des difficultés liées à la différence, de l'acceptation et du dépassement de soi. Ça m'a beaucoup touchée!

Je vous le recommande vivement! Je vais lire Le cahier rouge le plus tôt possible!

Ma note : 5/5


De : 2550Chimère Envoyé : 2005-11-16 02:01
LA DUCHESSE ET LE ROTURIER de Michel TREMBLAY
Ed Grasset/385p

Résumé : Pour Edouard la mort de sa mère est un moment charnière de son existence. Va t-il franchir le seuil d'une nouvelle porte qui le mènera vers l'inconnu ou bien continuera t'il sa petite existence coutumière ?

Mon avis : Ce troisième tome est cette fois ci centré sur Edouard qui nous entraîne dans le monde du théâtre et de la variété des années quarantes. Quelle joie de retrouver tous ces personnages des tomes précédents. Thérèse, Philippe, Richard et les autres enfants ont grandi, Victoire la grand mère s'en est allée avec la bienveillance des "dames", Marcel commence à vouloir sortir de l'ombre...C'est étonnant comme on s'attache à tous ces gens et leur vie, comme on voudrait les avoir pour voisins. Je veux la suite.

Ma note : 4/5


De : 2550Chimère Envoyé : 2005-11-23 05:44
DES NOUVELLES D'EDOUARD de Michel TREMBLAY
ed Actes Sud(coll Babel)/322p

Résumé : Précédemment dans La duchesse et le roturier, Edouard s'embarquait pour la France et Paris. Dans un journal de voyage pour sa belle soeur La grosse femme, il raconte son aventure.

Mon avis : Un tome très différent des précédents, dans le ton et la construction narrative et j'aime bien. On croit savoir comment va être le prochain tome de cette chronique et soudain, l'auteur nous gratifie d'un nouveau tour de passe-passe. Les allers retours dans le temps sont très bien maîtrisés et on finit par vraiment beaucoup s'y attacher à ce curieux personnage qu'est Edouard. C'est également dans ce tome là que l'on se rend compte qu'il vaut mieux lire ces chroniques dans l'ordre pour y comprendre quelque chose. A savourer tranquillement.

Ma note : 4/5
avatar
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 35
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel TREMBLAY (Canada/Québec)

Message  Prospéryne le Sam 13 Déc 2008 - 23:35

De : odilette84 Envoyé : 2005-12-12 15:50
Le cahier noir
Michel Tremblay

Actes sud

Céline est waitress de nuit dans un restaurant, quartier général de toute une faune nocturne avec laquelle elle se sent bien.
Pour rendre service à une cliente, elle accepte de lui donner la réplique lors d'une audition pour un rôle dans une pièce de théatre. Elle se retrouve alors prise dans un engrenage qui lui permettra de règler des comptes avec sa mère...

C'est ma première rencontre avec Michel Tremblay.
Je n'ai pas pu décrocher de ce livre.
L'auteur a un don pour vous faire aimer ses personnages. On s'attache à eux.
On est un peu sur le principe du journal intime.Cela nous permet de rentrer dans les pensées du personnage principal.
Elle raconte à la fois ce qui lui arrive et ce qu'elle en pense.
C'est passionnant.
L'histoire est émaillée de réflexions très justes sur le théâtre, la condition d'acteur, les relation entre les gens.

Je pense aussi à un passage qui m'a fait réfléchir sur la manière dont les Québecois vivent leur relation à la langue française et leurs rapports avec les Français à ce sujet...

J'ai adoré :
les personnages nocturnes du roman,
dire un Kisser pour un rouge à lèvres.
L'art de déstabiliser le lecteur au détour d'une page et de le forcer à reconsidérer le livre sous un autre angle.

J'ai souvent des discussions littéraires avec ma mère (c'est elle qui m'a offert ce cahier noir).
Elle compare ce livre à "la petite fille de M Lihn" pour le stratagème de l'auteur.
Je suis allée voir vos critiques et d'après les indices que j'ai prélevés elle aurait peut-être bien raison.

Je me demande si le "cahier rouge " est sorti en France ?
COCOTTE ?

ma note : 5/5
c'est mon troisième coup de coeur de 2005.
J'ai bien cru m'arrêter à deux cette année
MERCI MAMAN !!
(et Cocotte !!)


De : ThomThom12932 Envoyé : 2006-02-03 14:02
"Un ange cornu avec des ailes de tôle" (Actes Sud, 1996) Michel Tremblay

Je vais faire court : c'est nul.

(mais non, je rigole )

C'est vrai que j'ai une sainte HORREUR du consensus, et vraiment, le vieux fouteur de m**** qui sommeille en moi avait vraiment envie de détester ce livre, rien que pour vous embêter...

Manque de bol...ça n'a pas été le cas.

La naissance d'une vocation, c'est quelque chose de touchant...surtout quand on a au fond de soi la conviction d'avoir la même vocation. Alors forcément, j'ai été touché. Touché par ces petites choses, ces petits riens du tout qui sont en fait des instants de grâce et qui changent un simple lecteur en écrivain. J'ai pensé à beaucoup de choses en lisant ce livre, à "Ardoise" de Djian, à "Why write ?" d'Auster, à "Secret windows..." de King, et à certains passages du "Ham On Rye" de Bukoswki. J'ai pensé à Joe Strummer et à cette chanson, "Coma Girl", où il voit sa fille se découvrir une vocation de musicienne...
"Un ange cornu..." m'a renvoyé à tout cela. Et donc, d'une certaine manière, à moi-même. Des livres sur ce sujet, j'en ai cité quelques uns, et la liste est encore longue. Pourtant, dans le genre, je ne crois pas en avoir lu un seul qui soit si abouti.
Et bien sûr, il y a l'écriture. Michel Tremblay a du style, un style fort. Les mots m'ont touché, transpersé même parfois. Irrité aussi par instant, car le parler du Québec me laisse parfois perplexe...(ceci dit sans la moindre mauvaise pensée, hein !)...mais quelque part c'est agréable, je crois que c'était mon premier livre québecois (ou si j'en ai lu d'autres c'était sans le savoir) et j'ai eu l'impression de découvrir une nouvelle forme de langage, imagée souvent, drôle parfois.
Alors non, décidément, je n'ai rien à dire contre votre Michoo adoré.

Par contre je vais vous fustiger vous, amies ratonnes, car vous m'avez très mal orienté : en effet ce livre n'est absolument pas un roman, par conséquent je n'ai pas pu me faire une idée de la réelle valeur de Tremblay en tant qu'écrivain. Allons avouez tout : c'était un piège pour me contraindre à en lire d'autres !!! auquel cas c'est raté parce que, de toute façon, j'en lirai d'autres.
Merci à vous de me l'avoir fait découvrir. L'autre jour en regardant ma LAL, je me suis rendu compte qu'elle était constituée à 80 % d'auteurs que je connaissais déjà. Et ça m'avait rendu triste.

Je me rends compte que j'ai beaucoup parlé de moi dans cette critique ! Mais après tout : il s'agit d'un livre sur Michel le lecteur. Et donc un peu sur nous tous.

4/5


De : lassy Envoyé : 2006-02-12 10:28
Chroniques du Plateau-Mont-Royal Michel Tremblay

On entre d'abord en touriste dans un joli quartier populaire du Plateau. on voit de la rue Fabre le folklore, les éclats de couleur, les saillies. Puis on entre dans la vie des personnages, on s'attache à eux, et progressivement, on aperçoit sous cette peinture sociale le vrai drame : c'est le conformisme, avec l'ignorance crasse, la bêtise et l'intolérance qui mènent la danse, qui freinent les élans et étouffent les audaces. C'est Albertine qui incarne ce poison, une pauvre femme à l'esprit étroit, dont la seule ambition est d'avoir des enfants qui lui ressemblent. Tout ce qu'elle a à leur léguer, outre l'amour qu'elle ne sait pas exprimer, ce sont ses oeillères, et son leitmotiv "que vont penser les voisins"
Le style de la narration, en français standard, est celui d'un conte, fluide et coloré ; le joual (utilisé uniquement pour les dialogues, donc), donne une épaisseur aux personnages, une vitalité propre, comme en surimpression par rapport à la narration, et c'est jubilatoire de "l'entendre" !

1) La Grosse Femme d'à côté est enceinte (2 mai 1942)

Histoires de voisinages dans la rue Fabre. Les gens se croisent, se racontent leurs vies, il y a de la poésie, de la tragédie, de la comédie, bref, toute une gamme d'émotions !

Mises à part les deux guidounes, toutes les femmes de la rue en âge de l'être sont enceintes, (ce qui permet aux pères de rester au foyer) ...
On suit surtout la famille de la Grosse Femme, nombreuse et compliquée, dans une maison trop exigüe. Et il y a cette maison vide, dont les mytérieuses habitantes ont l'air liées à cette famille... qui sont-elles donc ?

C'est assez difficile de s'y retrouver au début, car l'auteur passe d'un personnage à l'autre sans prévenir, et il y en a tellement ! mais l'effort est gratifiant, cette rue grouille de vie, et Michel Tremblay a le don de rendre intéressantes même les déambulations d'un chat !

2) Thérèse et Pierrette à l'école des Saints-Anges (1er juin 1947)

Ici, on suit pendant les préparatifs d'une fête religieuse organisée par l'école, les amies Thérèse, Pierrette et Simone (Côté) ; on découvre la vie dans leur école, celle des élèves, donc, mais aussi celle des soeurs (soeur Sainte-Catherine, soeur Sainte-Thérèse de l'Enfant-Jésus...) en butte avec la terrible supérieure, mère Benoîte des Anges.
Les amitiés, les mesquineries, les petits drames, tout dans ce petit monde est bien rendu, ainsi que la religion naïve des habitants du Plateau à travers les parents d'élèves, et d'ailleurs, l'auteur en profite pour manifester son anticléricalisme.

Et toujours ce côté merveilleux, avec le petit Marcel, qui, au grand dam de sa famille, a le même don que son grand-oncle Joséphat, puisqu'il "voit" les habitantes de la maison vide...

3) La Duchesse et le Roturier (janvier 1947)

L'éclairage est mis sur Edouard, le fils préféré de Victoire, à la fois rebelle et soumis à sa mère. Marchand de chaussures servile et sérieux le jour, il révèle son côté fantasque et cabotin la nuit, dans le milieu des théâtreux, fêtards de tous poils, guidounes et homosexuels... Jusqu'à la mort de Victoire, seule sa belle-soeur, la grosse femme, est dans la confidence, elle est l'amie à qui il ose confier ses frasques, ses frustrations et ses rêves. Edouard vit le deuil de Victoire comme dans une chrysalide, la chenille qu'il était va-t-elle devenir un papillon ? c'est toute la question !

Pendant qu'Edouard nous fait visiter Montréal la nuit, quartiers chauds et festifs, avec sa faune, ses paillettes et ses rivalités, Michel Tremblay en profite pour mettre le doigt (hum) sur l'enchaînement des uns par rapport aux autres, mais que faire ? être soi-même et décevoir sa famille ? sortir du rang et affronter le regard conformiste des voisins ? se hisser hors de son milieu au risque du mépris des plus "fortunés" que soi ?

De leur côté se débattent Mercédès, qui voudrait bien ne plus ressembler à une guidoune depuis qu'elle chante, Samarcette, acrobate en patins vêtu de rose, qui baisse les stores chez lui pour éviter les bavardages des voisins, Richard et Lucienne, qui se fréquentent discrètement, et surtout le petit Marcel, tout seul avec son gros secret...

4) Des Nouvelles d'Edouard

Le voyage mythique de "la Duchesse à Paris" a été transcrit dans un carnet. Après sa mort, en 1976, Cuirette et Hosanna en entreprennent la lecture.

C'est un journal, rédigé en 1947, qu'Edouard destinait à sa belle-soeur, la grosse femme. Il est parti chercher le petit truc qui l'aiderait à devenir la Duchesse de ses rêves.Quand Edouard s'exprime oralement, c'est un tourbillon de mots bien placés, de mimiques et de farces dans un torrent de joual rocailleux et vivifiant. Mais quand il prend la plume, il s'applique. S'il laisse libre cours à ses fantaisies, il prend le temps de bien tourner ses phrases, et raconte tout avec précision : petits soucis, petites victoires, grands espoirs, naïvetés, surprises et déceptions...ses tentatives de passer pour quelqu'un d'autre, ses maladresses, bref, avec une franchise désarmante, il livre le fond de son âme.

En prime, il nous sert de guide à travers le Paris d'après-guerre, qu'il ne connaissait qu'à travers les romans et le cinéma, et tour à tour, ses ravissements et ses déconvenues nous enchantent, nous font rire, nous émeuvent... Il raconte tout, des odeurs aux couleurs en passant par les sensations.. les W.C. à chaque demi-palier, par exemple, qui existent toujours dans les vieux immeubles, (même s'ils ne sont plus qu'un souvenir qu'on n'ouvre plus) ; les Halles, toujours vivaces dans le coeur des parisiens ; le quartier de Saint-Denis.... et le clou, à Saint-Germain-des-Prés, il tombe sur le tout Paris !!!!

Mais Edouard a le mal du pays, le mal de sa gang, et ce voyage, initiatique, donc, d'une certaine façon, l'a aidé à se situer là où il a ses marques. Il va rentrer, et la duchesse pourra s'épanouir.

5) Le premier Quartier de la Lune (premier jour de l'été 52)

C'est le dernier jour de classe pour l'enfant de la grosse femme et son cousin Marcel. Tandis que l'un est brillant à l'école, l'autre piétine dans la classe de neuvième à dessiner inlassablement "son chat" Duplessis.

Une journée chargée d'émotions pour toute la famille, mais surtout pour Marcel. Pauvre Marcel, il était destiné à suivre la trace de son oncle Josaphat, poète inspiré, mais le seul à deviner son génie ne saura pas l'aider, et son cousin impuissant assiste à l'agonie de sa raison.
Des évènements discrets se succèdent, mais l'émotion va en crescendo, et pendant que Marcel se sent glisser et s'agrippe sur du sable, son cousin se laisse envahir par des émotions nouvelles, les sentiments sont à vif mais l'irrémédiable s'accomplit.

Albertine a une scène éblouissante dans laquelle elle incarne la femme abattue par tous les malheurs du destin, dans un chant du cygne applaudi par tout le voisinage ému....


6) Un Objet de beauté (1970)

La famille a éclaté. Albertine, qui refuse d'"abandonner" son fils à l'asile, le garde avec elle. Ils vivent dans un sous-sol exigü de la rue Sherbrooke. Pendant qu'Albertine se débat seule dans la vie de tous les jours, Marcel se fait son cinéma, littéralement : auteur-réalisateur d'un film d'aventures, il en est le héros qui retrouve son père. Ou il forge des souvenirs pour sa tante Nana (ça y est, la grosse femme a un nom) dans lesquels il l'a sauvée, espérant ainsi la sauver encore. Ou il se remémore, décrit et décrypte la peinture du Jugement dernier, celle qu'il a peinte dans la chapelle sixtine, avant Michel-Ange, avec ses propres symboles, son émotion. Ou tout simplement il se perd dans les Nymphéas, monde parfait qui l'anesthésie.... ou dans les dessins du plafond... mais ces derniers jours, il a du mal à fuir la réalité qui décidément prend trop de poids...

Dans ce dernier tome, j'ai ressenti pleinement qui est Marcel : cet être fantastique, doué d'un pouvoir magique, qui va jusqu'au bout de ses rêves, c'est en fait le mister Hyde de Michel Tremblay. D'ailleurs, il remplace son cousin auprès de la grosse femme mourante. Tout cela est lyrique, mais les retours abrupts à la réalité n'en ont que plus de mordant. Les angoisses métaphysiques prennent un relief terriblement concret, et l'amour de tous pour Nana est la seule consolation....

La progression des thèmes évoque celle de la vie, l'auteur nous prête d'abord les yeux de l'enfance, l'insouciance et la confiance en la vie... La jeunesse, les velleités de rébellion, puis l'âge mûr, les déceptions, les abdications, et enfin la mort, le désarroi...

Les personnages sont des gens simples, leurs appréhensions, leurs attitudes, leurs personnalités sont typées mais vraies, et une véritable empathie pour eux tous se développe au fil des chroniques. Formidable !

4,9 / 5, le bémol, c'est le pessimisme de l'ensemble....


De: Glabelle

J'ai lu Les Chroniques au complet et je les ai tous adorés. Je suis devenue une inconditionnelle de Tremblay.

Le monde de Tremblay est dur mais ô combien fascinant. Il décrit tellement bien les êtres et les choses que l'on a l'impression d'y être et de connaître ces gens.

Quand j'ai eu terminé le dernier livre, j'étais triste; je devais quitter ces personnages que j'avais appris à connaître et à aimer en sachant que jamais je n'aurais de leurs nouvelles.

Note : 5/5
(Glabelle, 50 ans, Canada)
avatar
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 35
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel TREMBLAY (Canada/Québec)

Message  Prospéryne le Dim 14 Déc 2008 - 14:49

De : 2550Chimère Envoyé : 2006-02-14 14:56
LE PREMIER QUARTIER DE LA LUNE de Michel Tremblay
Ed Bibliothèque Québécoise/286p

Résumé : Durant le premier jour de l'été, l'histoire de Marcel et de son cousin prend un tournant décisif. L'un comme l'autre auront un rite de passage a effectuer en quelque sorte.

Mon avis : Cette fois, ci c'est la jeune génération qui est mise en avant. On retrouve Marcel et ses secrets, son désespoir face à l'imminente disparition de Duplessy et sa révolte contre l'injustice de sa situation. Et puis, il y a son cousin le fils de la grosse femme qui lui aurait tant aimé être un élu comme Marcel et qui doit se contenter d'être seulement témoin. C'est toujours avec plaisir que l'on retrouve le petit monde des chroniques. Quel que soit l'histoire qui est racontée, on sait que l'on ne va pas être déçu. Vivement la suite tiens.

Ma note : 4/5


De : 2550Chimère Envoyé : 2006-02-24 13:15
UN OBJET DE BEAUTE de Michel TREMBLAY
Ed Actes Sud/340 p

Résumé : la famille s'est éparpillée. Marcel et sa mère vivent ensemble dans un sous sol aménagé. Et tandis que la grosse femme se meurt, Marcel tente de ne pas céder à la violence en rêvant des vies sous formes d'oeuvres d'art.

Mon avis : C'est beau, c'est grand, c'est tragique, c'est toute une époque qui s'achève. Il est enfin révélé le prénom de la grosse femme qui n'était jamais nommée pendant tous les volumes précédents. Le destin de Marcel est quant à lui déchirant et pour la première fois, on entre dans ses délires car Marcel fait des rêves éveillés, mais il rêve en cinéma, livre, peinture, et musique. Dans sa tête, il est dans un monde d'art et de beauté Il est touchant ce petit Marcel devenu grand que l'on a suivi avec tellement de tendresse et d'espoir depuis le premier tome, lui qui n'a pas compris les raisons de sa chute.

Ma note : 4,5/5


De : Melisande5505 Envoyé : 2006-03-04 12:35
Un ange cornu avec des ailes de tôle Michel Tremblay/ Babel / 284 pages


Dans ce court livre Michel Tremblay nous raconte sa découverte des livres qui allaient devenir sa passion et la naissance de sa vocation d'écrivain.

J'ai bien aimé le démarrage du livre, le récit des premières lectures de l'enfance, dans un style fluide. Mais petit à petit l'agacement est venue, cela tournait finalement assez vite au procedé de partir d'un titre de livre pour chaque chapître. Et si l'enfant Michel Tremblay avait quelque charme, l'adolescent et l'adulte sont terriblement bavards, et d'une totale complaisance vis à vis de soi même.

De même les personnages de la famille, en premier lieu la mère, je les ai tout d'abord trouvés sypathiques, puis j'ai eu l'impression que Tremblay se repetait, abusait de la couleur locale, de l'accent bref que tout ça tournait à vide.

Ce livre ne m'a vraiment pas donné envie de lire d'autres livres de l'auteur, malgré un enthousiasme général, je crois que ce n'est tout simplement un écrivain pour moi.

2 / 5


De : 2550Chimère Envoyé : 2006-04-09 13:02
LE CAHIER NOIR de Michel TREMBLAY
Ed Actes Sud/258p

Le cahier noir c'est celui de Céline la narratrice, dans lequel elle raconte, sa vie, ses envies, ses doutes et sa colère contre sa famille, le destin qui l'a fait différente des autres etc... Serveuse de nuit dans un restaurant, elle côtoie la faune bigarrée de La Main quartier chaud de la ville, et les étudiants en art. Céline se plaint de sa petite vie médiocre et sans relief, elle est en conflit avec sa mère et désespère que quelque chose arrive dans sa vie. Ce quelque chose viendra de façon très inattendue et sous une forme hors norme. Inutile d'en dévoiler plus, le reste est à lire dans la suite. Néanmoins, les lecteurs des Chroniques du plateau ne seront pas trop dépaysés en reconnaissant quelques personnages bien connus d'eux.

Ma note : 4/5


De : suzanneécrivain Envoyé : 2006-04-10 11:51
Bonbons assortis au théâtre Michel Tremblay
Édition : LEMÉAC
106 pages

Il s'agit de la version pour le théâtre du livre Bonbons assortis, de Michel Tremblay. Puisque j'avais beaucoup aimé le livre, j'étais curieuse de faire la comparaison avec la version pour le théâtre... J'ai adoré !

On y retrouve des sujets tels que : Noël, le mariage de la voisine, les relations familiales, les orages...

Bien sûr, il y a encore plus de sujets dans le livre, mais le scénario pour le théâtre coule bien. Les histoires s'enchaînent parfaitement...

Cette pièce est présentement à l'affiche à Montréal. Au début du livre, on y retrouve donc les noms des acteurs avec leur rôle. Cela m'a permis de bien imaginer les scènes. J'imaginais facilement Pierrette Robitaille dans le rôle de Victoire... J'y voyais presque ses mimiques !
J'ai bien ri...

J'aimerais beaucoup voir cette pièce ! Voici la liste des acteurs (Surtout pour les rats Québécois) :
LE NARRATEUR : Gilles Renaud
NANA : Rita Lafontaine
ALBERTINE : Adèle Reinhardt
VICTOIRE : Pierrette Robitaille
GABRIEL : Germain Houde
JOSAPHAT : Pierre Collin
LISE ALLARD : Sandrine Bisson
Ma note : 5/5 !

Suzanne


De : 2550Chimère Envoyé : 2006-06-18 02:17
BONBONS ASSORTIS de Michel TREMBLAY
Ed Actes Sud/175p

Michel Tremblay a le don. Celui de vous faire entrer dans son monde comme si vous en faisiez déjà partie. Bienvenue dans son enfance et dans la famille Tremblay de la rue Fabre. Chez les Tremblay, on est pauvre mais fier (pour reprendre l'expression d'un humoriste bien connu) et on le prouve avec beaucoup d'amour et d'humour. Bonbons assortis ce sont des petits moments de l'enfance de l'auteur, entre le drame d'offrir un cadeau de mariage quand on a pas un sou et la quasi existence avérée du Père Noël, des petites douceurs à déguster sans modération. Le chapitre sur la terreur de l'orage reste quand même mon préféré. Oui moi aussi j'ai peur des orages mais je n'en suis pas au stade ultime décrit par l'auteur où : les placards se remplissaient de femmes affolées munies de rameau et d'eau bénite. Quels personnages de roman fabuleux cela ferait. Michel Tremblay ne s'y est pas trompé lui puisque on peut discerner dans Les chroniques du plateau Mont-Royal quelques uns des membres de cette famille nombreuse au verbe haut et à la personnalité bien tranchée. Et puis soyons franc, quelqu'un dont le grand oncle possède le numéro personnel du Père Noël moi je dis qu'il vaut la peine de le lire. On ne sait jamais....

Ma note : 5/5



De : Cocotte8017 Envoyé : 2006-08-29 19:26
Le coeur découvert Michel Tremblay
(Leméac / Babel, 1995, 411 pages)

Le coeur découvert, c'est l'histoire d'amour entre Jean-Marc, professeur de français de 39 ans et Mathieu, un jeune acteur de 24 ans. Les deux hommes devront faire face aux jugements des autres sur leur orientation sexuelle et leur différence d'âge. Ils devront également s'adapter à une nouvelle vie familiale avec Sébastien, le fils de Mathieu.

Décidémment, Michel Tremblay me touche beaucoup! J'adore sa façon de raconter tout simplement la vie, la vraie de vraie qui est vécue par plein de gens. Une vie remplie d'intolérance, de lâcheté, mais aussi de désir et d'amour. L'histoire m'a tout de suite interpellée de par sa proximité avec ma propre réalité et aussi pour les personnages qui sont si attachants. Michel Tremblay les rend tout simplement vivants, on en vient à oublier qu'ils n'existent pas. Ah, ce que j'ai hâte de les retrouver dans Le coeur éclaté!

Ma note : 5/5




De : 2550Chimère Envoyé : 2006-09-06 15:48
L'HOMME QUI ENTENDAIT SIFFLER UNE BOUILLOIRE
de Michel TREMBLAY
Ed Lemeac/ActesSud 179p

Résumé : Simon Jodoin réalisateur de film entend un jour un bruit persistant et continu, le sifflement d'une bouilloire. Alors que son nouveau film va s'achever et lui demander beaucoup d'attention, il devient obsédé par ce sifflement et finit par consulter un médecin.

Mon avis : Le mystère des acouphènes et le long calvaire de Simon qui de consultation, en examen, jusqu'à l'opération est développé en crescendo tout le long du roman jusqu'au dernière page où le personnage se rend compte qu'il va devoir vivre avec cette bouilloire en permanence dans son oreille gauche. C'est bien vu psychologiquement et donne des cauchemars quant à ce qui peut nous attendre question bouilloire auditive (remarquez, mon père ce sont des grillons lui). Si vous pensez entendre vous aussi un curieux sifflement lisez ce livre vous saurez tout sur le phénomène et sur ce qui vous attend. Hypochondriaque s'abstenir.

Ma note : 4/5


De : 2550Chimère Envoyé : 2006-09-12 14:23
LE CAHIER ROUGE de Michel TREMBLAY
Ed Actes Sud/333p

Résumé : Dans Le cahier noir Céline raconte du tournant de son existence et de la proposition d'emploi que lui fait Fine Dumas et qu'elle finit par accepter. Le cahier rouge raconte deux journées extraordinaires décrivant sa nouvelle vie, celle d'hôtesse dans le Boudoir, un bordel de travestis tenu par Fine lors de l'exposition universelle de 1967 à Montreal. La propriétaire a l'intention de fêter son anniversaire en invitant toute son équipe à l'expo pour une journée et une nuit de fête.

Mon avis : L'auteur arrive encore à captiver son lecteur avec la suite des aventures de Céline cotoyant le monde de la nuit et pour la première fois réellement aimé dans son extravagante famille d'adoption. Et puis c'est l'occasion de retrouver quelques personnages des Chroniques du plateau avec une mise en vedette de La Duchesse et l'apparition de Thérèse. C'est comme découvrir ce que l'auteur a laissé dans l'ombre dans ses chroniques sur la double vie d'Edouard et le comportement inquiétant de sa nièce Thérèse. Finalement, il vaut mieux avoir lu les chroniques avant de commencer ce cycle. Personnages attachants et drôles que ces marginaux méprisés mais qui vivent tellement plus intensément que ces "gens comme il faut" bien ennuyeux et qui ne paraissent pas très heureux de vivre.

Ma note : 4/5


De : Shan_Ze Envoyé : 2006-12-01 13:13

Un ange cornu avec des ailes de tôle de Michel Tremblay

J’ai beaucoup aimé (je pourrais même dire que j'ai tripé des bulles !) L'auteur nous parle de sa jeunesse au Québec, surtout de son enfance, à travers son amour des livres. Les discussions avec sa mère sont à mourir de rire ! Je me suis un peu reconnue dans ce livre, avec la relation qu'il a avec les livres...
On le voit petit à petit grandir dans ses livres : se reconnaît dans certains livres, a des héros dans d’autres. La dernière partie était sans doute la plus importante pour lui : celle où il parle de son premier livre publié. D’ailleurs, un ami qui vient de sortir un livre a dit la même chose que Tremblay sur l’émotion que ça lui procurait : J'ai cru que j'allais m'évanouir. Mon premier enfant.
J’avoue avoir été un peu réticente, le titre me semblait assez étrange mais je ne regrette pas de l’avoir ouvert.

Note : 4.5/5


De : Philcabzi5 Envoyé : 2007-01-13 18:47
Thérèse et Pierrette à l'école des Saints-Anges Michel Tremblay

Ed. Leméac, 1980, 368 pages

Note: 3.5/5

Résumé:

Quelle est dont belle, la petite Simome après son opération pour faire disparaître son bec de lièvre! Ses deux meilleures amies Pierrette et Thérèse sont tellement fières d'elle. Mais sans le vouloir, le retour de Simone à l'école des Saints-Anges va boulverser bien des gens. Les familles, pauvres bien sûr, de la rue Fabre et des environ vivront tout un tas d'émotion en se préparant trenquillement pour la la procession du reposoir de la Vierge présentée par l'école des Saints-Anges.

Mon avis:

C'est drôle mais tout le long du roman, j'ai pensé à ma mère. Moi je n'ai pas connus cet époque mais ma mère m'a déjà raconté plusieurs histoires de l'école des soeurs. J'ai bien aimé me retrouver avec des personnages familiers (La grosse femme d'à côté est enceinte) et m'immiscer dans leurs vies privés. Avec Michel Tremblay, j'ai toujours l'impression que c'est quelqu'un que je connais, un viel oncle, qui nous raconte les histoires de famille avec son language et ses expressions bien à lui. Le joual ne me dérange pas même qu'au contraire, je trouve que cela apporte de l'authenticité au récit.


De : Chris tomando mate Envoyé : 2007-02-02 00:52
La nuit des Princes Charmants Michel Tremblay
2/5

Pfffff à mon grand, que dis-je, mon immense désespoir je n'ai pas vraiment apprécié mon premier Tremblay .
Ce jeune adulte à l'imagination galopante qui décide un soir de perdre sa virginité et de tomber en amour ne m'a pas émue plus que ça . J'ai eu la légère impression de parcourir la jeunesse d'Armistead Maupin en moins "rentre-dedans" ... Suis-je sans coeur???!!!
Et pourtant en vous lisant je l'aimais déjà... Bon, je n'ai peut-être pas lu la plus aboutie de ses oeuvres et je vais potasser les nombreux éloges des rats pour dénicher LE Tremblay qui me séduira! Car sans conteste c'est un grand chouchou sur le forum!!
avatar
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 35
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel TREMBLAY (Canada/Québec)

Message  Prospéryne le Dim 14 Déc 2008 - 14:54

De : Foret_ Envoyé : 2007-04-29 18:20
La grosse femme d'à coté est enceinte Michel Tremblay
329 pages

C'est la vie des gens d'un quartier à Montréal le 2 mai 1942, une journée avec son lot de joies et de peines. Tour à tour on fait la rencontre des ces personnages attachants et de leur quotidiens.
C'est un livre beau et touchant. Je connaissais ce livre depuis plusieurs années mais je n'avais pas encore été tenter de le lire, c'est le thème coup de coeur qui m'y a poussé et je ne regrette pas du tout. Je suis très heureuse d'avoir pu entrer dans cet univers créée avec beaucoup de talent par Michel Tremblay.

ma note 4.5


De : Cocotte8017 Envoyé : 2007-07-28 20:53
Bonbons assortis Michel Tremblay
(Actes Sud, 2002, 175 pages)

J'ai eu un véritable coup de coeur pour ce petit livre qui se laisse savourer jusqu'au dernier mot. Michel Tremblay relate ici huit moments de son enfance avec ce style qui lui est propre. Un ton intimiste qui nous fait sentir témoin de ses souvenirs, des mots qui rendent ces bouts de vie plus vrais que nature, un humour irrésistible, des personnages colorés et attachants. Un bouquin qui se lit d'une traite et qu'on termine déçue de ne pas pouvoir lire encore et encore des récits d'enfance de ce cher Michel.

Je ne peux que vous le recommander!

Ma note : 5/5


De : Foret_ Envoyé : 2007-12-01 09:58
Le trou dans le mur Michel Tremblay

240 pages

Résumé de couverture :
À la manière d'Alice dans le terrier du lapin blanc, François Laplante fils est entraîné malgré lui dans une étrange aventure quand cinq acteurs de la faune la plus bizarre du redlight de Montréal vont lui confesser leur secrets inavouables. D'un coup, sa vie bascule comme dans un roman gothique du XIXe siècle : est-il réellement victime d'hallucinations quand il écoute dans le musée du Diable ces cinq âmes en peine qui attendent littéralement l'heure de leur libération ? Bien malin qui dira si leurs souvenirs des grandes heures du quartier de la Main ne sont pas inventés par un esprit qui souffre joyeusement du syndrome de l'imposteur...

Mon commentaire :
Assez différent des deux livres que j'ai lu jusqu'à maintenant de cet auteur ( La grosse femme d'à coté est enceinte et Bonbons assortis) mais tout aussi bon ! J'aime la façon que Tremblay a de donner un certain "héroïsme" à des personnages qui pourraient n'être qu'ordinaires et même parfois pathétiques, il nous les présente d'une telle façon qu'on ne peut que les aimer et être toucher par eux. Le personnage principal est le même que dans son tout premier livre La cité dans l'oeuf, il en parle donc beaucoup et je regrette de ne pas l'avoir lu avant. Ça n'empêche pas d'apprécier l'histoire car elle n'a pas vraiment de lien avec celle du premier livre mais ma curiosité a été piquée ! Donc encore une fois un excellent livre qui me pousse à poursuivre ma découverte de l'univers de Tremblay.

4.5/5


De : gallomaniac Envoyé : 2007-12-23 07:38
Des nouvelles d'Édouard - Michel Tremblay. Ma note 4,5/5.

Michel Tremblay, a été au club auteur du mois de novembre 2006. Des nouvelles d'Edouard est le seul livre de Michel Tremblay que j'ai pu trouver de ce coté de l'océan. Peut-être puisque le livre parle de... la France. Et pourtant c'est un tome de la série des Chroniques du plateau Mont-Royal. La Duchesse, travestite du nom de baptême Édouard, trouve une mort violante. Ces amis éditent son journal, récit d'un vogyage en France, y comrpis le passage de l'; atlantique en bateau. Quelle style d'écriture: on dirait du théatre en paroles, tellement les personnages, les scènes se dessinent devant les jeux deu lecteur par la simple force des mots.


De : Diantre65 Envoyé : 2008-01-17 14:50
La traversée du continent, de Michel TREMBLAY
Léméac/Actes Sud, 2007. - 284 pages.

4eme de couverture : En 1913, à Sainte-Maria-de-Saskatchewan, Rhéauna apprend de sa grand-mère que sa mère souhaite l'avoir près d'elle à Montréal. Il lui faudra quitter cette famille d'adoption où, en compagnie de ses soeurs Béa et Alice, elle grandit entourée d'amour, au milieu d'infinis champs de maïs. En trois jours et trois rêves, elle va traverser le continent et rencontrer des personnages aux ailes felliniennes. A son arrivée à Montréal, une des pages les plus importantes de sa jeune vie aura été tournée : Nana n'ira plus entendre pousser le maïs dans la nuit en craignant l'oeil du Grand Manitou. Ce qui l'attend, au-delà du bonheur fragile de retrouver sa mère, n'a pas encore de nom en elle.
Inspiré par l'affection qu'il porte à la personne et au personnage de sa mère, Michel Tremblay renoue avec la veine centrale qui alimente le coeur de son oeuvre. Voilà un roman d'une immense tendresse, qui nous fait remonter aux origines mêmes de son projet littéraire, bien avant que Nana ne devienne l'universelle Grosse femme d'à côté...
Mon commentaire : Comme presque à chaque année, j'attend avec impatience la sortie du nouveau bouquin de cet auteur, qui , pour ceux qui l'ignorent encore, est un de mes deux auteurs favoris. Certaines gens me demandent souvent pourquoi j'aime autant Tremblay, et je crois enfin avoir trouvé un semblant de réponse définitive : il sait comment nous rendre extraordinaires des gens et des situations en apparence très ordinaires. Ces héros vivent pourtant des scènes vécues par des milliers de personnes, mais lui seul est passé maître dans l'art de nous rendre tout ça vivant, touchant, ses personnages simples sont de Grands personnages, ils sont colorés, bien dépeints psychologiquement, et ils constituent tout au long de l'oeuvre de l'auteur une fresque unique , un univers particulier dans lequel ils font l'expérience d'épreuves et de joies qui pourraient nous apparaître comme étant banales s'ils étaient racontées par une autre plume que celle de cet auteur simple et grandiose.
Et le trajet de la petite Nana en train à travers le Canada au début du 20eme siècle est tout à fait délicieux. Je ne me suis pas ennuyé une seule seconde, j'ai dévoré , comme toujours quand il s'agit d'un Tremblay, mais comme je l'ai déjà dit avant, je manque d'objectivité quand je parle de l'oeuvre de cet auteur.
Et c'est tant mieux ainsi, car la passion ne serait pas au rendez-vous si j'étais plus objectif. Donc pour les fans de Tremblay, c'est une autre partie de cette fabuleuse histoire qu'il faut lire absolument, et pour tous ceux qui n'ont pas encore eu la chance de découvrir ce joli petit monde, c'est une belle manière de commencer, un bon point de départ avant d'entreprendre les Chroniques du Plateau Mont-Royal, car après tout, c'est un segment important de la vie de cette Grosse femme d'à côté...

Ma note : 4.9/5


De : Shan_Ze Envoyé : 2008-02-28 04:38
Bonbons assortis de Michel Tremblay

De nouveaux épisodes, ou plutôt les « premiers » épisodes qui narrent l’enfance de Michel Tremblay. J’avais lu Un ange cornu avec des ailes de tôle où Michel raconte son adolescence et son entrée dans la vie adulte ; ici, Michel raconte ses tendres années : sa croyance au Père Noël, sa première communion et plein d’autres joyeux moments avec essentiellement les membres féminins de la maison : sa mère, sa grand-mère et sa tante. Et on prend toujours autant de plaisir à entrer dans ce passé si délicieux et on rit inlassablement à l’évocation de ses souvenirs.

Note : 4/5




De : liza_lou55 Envoyé : 2008-03-09 11:06
Bonbons assortis Michel Tremblay
(Actes Sud, 175 pages)

L'enfance de Michel Tremblay, dans le Montréal populaire des années 50. Huit instants tour à tour drôles, émouvants, souvent cocasses mais toujours racontés avec une profonde tendresse de l'auteur envers tous ces personnages ayant hanté la rue Fabre.

Autour du petit Michel, gravitent ces personnages emblématiques que l'on retrouve dans Un ange cornu avec des ailes de tôle à savoir la grand mère Tremblay, Tante Robertine, ses frères et ses cousins cousines sans oublier surtout la figure centrale, à savoir Nana, sa mère.

On rit beaucoup, on sourit souvent en lisant les mésaventures du petit Michel. J'ai adoré l'histoire de la brique magique du Père Noël ou celle du cadeau de noce. Mais toutes ces histoires m'ont émue et charmée.

Un récit à lire et savourer. Pour ma part, j'en veux encore!

Ma note : 4,5/5




De : symphonium Envoyé : 2008-05-06 18:05
La traversée du continent Michel Tremblay

Rhéauna (l'héroïne de la grosse femme d'à côté est enceinte) a dix ans. Elle vit dans un petit village francophone de la Saskatchewan avec ses deux soeurs et ses grands-parents. À quelques jours de son anniversaire, la grand-mère de Rhéauna annonce à sa petite-fille que cette dernière habitera désormais à Montréal, avec sa mère.

Rhéauna s'embarque sur un train pour faire la traversée du Canada. Des tantes sont mandatés pour la cueillir à la gare. Elle rencontre sa tante Régina à Régina, demeurée vieille fille, au caractère très aust`re mais amatrice de piano. Il y a aussi tante Bebette à Winnipeg qui est très autoritaire et est crainte dans la famille. Finalement, il y a ti-lou d'Ottawa, celle qui inspire le luxe et l'abondance mais est la honte de la famille.

Encore une fois, les femmes sont omni présentes dans l'oeuvre de Tremblay. De fait, elle rencontre que deux garçons lors de sa traversée. Le premier est gay et on entend très peu parler du second.

Avec Rhéauna, on découvre le côté caché de ces femmes haut en couleur. Encore une fois, on ouvre le garde-robe. On comprend encore plus à quel point les femmes ont eu un impact déterminant sur Michel Tremblay.

C'est un beau roman qui célèbre les femmes dnas leur complexité!

4.5/5




De : lalyre7032 Envoyé : 2008-07-20 04:24
La traversée du continent Michel Tremblay Actes/Sud
284 P.
Nous sommes en 1913,à Sainte-Maria-de Saskachewwan,Rhéauna,surnommée Nana vit chez ses grands-parents avec Béa et Alice,ses deux jeunes soeurs,elle est l'aînée et aura bientôt onze ans,ces trois filles confiées aux grands-parents par leur mère lorsqu'elles étaient petites ne se souviennent pas d'elle ,elles sont aimées et choyées par leurs aïeux qui les rendent heureuses.Un jour,sa grand-mère lui apprend que sa mère qui habite Montréal,désire l'avoir auprès d'elle.Pour Nana cette rencontre ne l'enthousiasme guère,elle est inquiète pour ce long voyage qu'elle va faire en train pendant trois jours,à chaque étape elle sera accueillie quelqu'un de la famille pour y passer la nuit.Il y aura tout d'abord la tante Régina de Régina,une vieille fille revêche,ensuite la tante Bebette,femme envahissant dont on ne discute pas les ordres,pour la dernière étape ce sera la cousine Ti-Lou,qui incarne tout ce dont Nana n'a jamais entendu parler car elle est la honte la famille.Pendant le voyage,Nana est prise en charge par un étudiant qui tente de lui parler de son homosexualité.Et voici Nana arrivée à destination de ce long voyage,sa mère Maria l'attend et ..........

Un roman très frais,amusant par la naïveté de Nana,de l'émotion,de la tristesse,le déchirement du départ des allusions à l'homosexualité,l'amour des grands-parents,la complicité des trois soeurs , un univers féminin diversifié m'ont fait aimer ce livre qui se lit très facilement.J'ai suivi cette petite Nana pendant ce long voyage rempli de surprises et de rencontres mais je n'en dis pas plus.......Il semblerait qu'une suite est
en préparation...qui serait La traversée de la ville. 5/5
Lalyre




De : MicKaeline Envoyé : 2008-07-31 10:57
Trilogie. édition: Actes Sud Michel Tremblay
Le cahier noir - 264 pages 2003
Le cahier Rouge- 333 pages 2004
Le cahier Bleu - 313 pages 2006

Présentation de l'éditeur (Le noir)
Au cœur du quartier latin de Montréal, Céline Poulin sert de nuit des hamburger platters et des spaghettis à la faune des étudiants paumés, des travestis, des putes et des folles de la Main, ce boulevard Saint-Laurent mal famé. En aidant une étudiante à passer une audition, elle met en marche une bombe à retardement. A fréquenter les aventuriers du théâtre des Saltimbanques, où un jeune metteur en scène prometteur monte Les Troyennes d'Euripide, Céline Moulin voit s'ouvrir devant elle un monde de faux-semblants et d'espoirs déçus, proche de l'incurie de sa mère alcoolique et tyrannique. Lorsque le metteur en scène veut lui confier le rôle de la suivante d'Hécube, le sort en est jeté. Entre le théâtre d'Euripide et celui de la Main de Montréal qui se prépare pour l'Exposition univerelle de 1967, le souffle balzacien de Michel Tremblay donne la parole à des personnages plus grands que nature, pour qui la vie est une comédie qui cache une tragédie cruelle et impitoyable.

Présentation de l'éditeur ( Le rouge )
À l'été de 1967, Montréal brille de tous ses feux pour accueillir l'Exposition universelle. Le général de Gaulle, se voulant le sauveur des cousins du Nouveau Monde, vient soudain mettre le feu aux poudres en prononçant son historique, " Vive le Québec libre ! " Voilà sur quel fond de scène Michel Tremblay, dans ce second volet des Cahiers de Céline, brosse à traits vifs et pétillants, emportés par un air de carnaval, une chronique du red-light de Montréal, la Main devenue le boulevard des Mille et une nuits et des Mille et un plaisirs, des plus interdits aux plus inavouables. La galerie de personnages qui vivent dans les coulisses sulfureuses du Boudoir, maison close pour hommes avertis, nous montre l'envers du décor : derrière la métropole grimée pour la fête, des destins ébréchés, des lignes de vie brisées et rapiécées parmi quelques instants de paradis volés à l'enfer des désirs.

Présentation de l'éditeur ( Le bleu )
Pendant qu'à Paris les événements de mai 1968 tournent au drame et qu'à Montréal se mettent en branle les préparatifs de l'Osstidcho qui va révolutionner la musique rock au Québec, Céline Poulin entre dans une passion amoureuse qui va incendier sa destinée et la conduire à se confier à un nouveau cahier, plus consciente désormais des morsures fulgurantes de la vie et de l'écriture qu'elles inspirent. Si elle peut aimer, comment pourrait-on l'aimer, elle, la naine du restaurant Sélect ? Au sommet de son art, Michel Tremblay accueille Céline clans la galerie des grandes voix de son univers : elle partage désormais la scène avec Nana, Albertine et Marie-Lou.

Mon avis:
Je recommande très chaudement ces 3 titres. Extraordinaire comme toujours. Michel Tremblay nous dépeint un milieu peu connu. Le personnage de Céline est bouleversant. Tellement attachante cette petite personne. Il évoque les difficultés de la différence , de la marginalité. Nous accompagnons tous ces marginaux dans leur détresse. Écriture émouvante, malgré leur drame nous rions par moment. Descriptions imagées, savoureuses, colorées, de la Maine ce paradis des pauvres et des âmes perdues. Emploie un language dramatico-comique du milieu particulier des travestis. On retrouve beaucoup d'expressions typiquement québécoises.
5/5
avatar
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 35
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel TREMBLAY (Canada/Québec)

Message  gallo le Sam 20 Déc 2008 - 11:40

De : gallomaniac Envoyé : 2008-08-17 13:50
Un ange cornu avec des ailes de tôle - Michel Tremblay.
Leméac/Actes sud 1994. 246 pg. Ma note 5/5

Oeuvre autobiographique, l'itinéraire littéraire du jeune Tremblay des son plus jeune âge jusqu'à 23 ans, qui est pris d'enthousiasme pour la lecture, enthousiasme qui frôle la frénésie, ce qui lui vaut maintes affrontements avec des adultes qui lui veulent freiner -pour raisons de santé de morale ou d'autorité bafoué. L'enfant Tremblay s'identifie fortement à tel "pis" tel personnage de roman; et il veut avec une fantaisie débridée continuer les histoires lus en y rajoutant, puis vient le jour qu'il va entrevoir la possibilité de devenir soi-même écrivain - et qui plus est, écrivain quebecois.
Le plaisir de ce livre était double: chaque chapitre est un petit récit qui retrace un moment son itinéraire littéraire, en parlant de tel ou tel livre, de la façon qu'il a réussi à l'avoir en main, de la façon qu'il a subi, vécu la lecture, comment ce livre a influencé sa vocation d'auteur de poésie, de théâtre et de romans. Il est tellement sous l'impression des génies d'auteurs qu'on à l'impression qu'il lui faut combattre un sentiment de minorité: il craint qu'étant Quebecois, ses écrits n'arrvierant jamais une hauteur internationale. Puis, viendra le jour qu'il est écrivain québequois édité.... et il goûte très fort le plaisir de se voir imprimé.

Auteur d'une grande sensibilité, d'une style vivant très évocatif, la crainte qu'il a de ne pas être à la hauteur internationale est sans raison selon moi, bien que... aux Pays-Bas Michel Tremblay est "introuvable". Heureusement j'ai trouvé trois titres de lui en France, un encore dans mon PAL, plaisir en attente.

NB. Il me semble qu'en écriture le dialecte québequois a la saveur du dialecte normand; pour la prononciation le Québequois, écouté sur TV5, ressemble pour moi un peu au dialecte normand prononcé avec un accent anglais.

Clin d'oeil à Mousseline, qui aime Tremblay mais me partage pas son plaisir de lire Verne, Sand, Balzac, (Hugo?) : peut-être qu'il faudra réévaluer ton appreciation de ces auteurs.




De : Clochette1509 Envoyé : 2008-10-26 02:20
La grosse femme d'à côté est enceinte - Michel Tremblay
1er tome des "Chroniques du Plateau de Mont-Royal"

L'histoire se passe dans une petite rue de Montréal, seulement sur une journée, en mai 1942, alors que les hommes sont partis se battre sur le vieux continent (enfin ceux dont la femme n'est pas enceinte !). C'est une histoire toute simple de gens : les filles qui tricotent sur le balcon, la famille de la grosse dame enceinte, (grosse certes mais très réfléchie et réaliste sur le monde qui l'entoure) dans un appartement où tout le monde vit un peu serré (les oncles, les tantes, les neveux et nièces ùu chacun doit trouver sa place), l'épicière et son chat (qui tient bien sa place dans l'histoire !), les deux prostituées, la dame d'en face qui refuse d'être enceinte, et qui pense que son bébé va sortir par le nombril !

Qu'est-ce qui m'a plu dans cette histoire ? Honnêtement je ne sais pas ! et pourtant même là en décrivant l'histoire, j'ai envie de m'y replonger. C'est une simple histoire de gens avec leurs qualités et leurs travers, des gens ordinaires mais qui par la plume de Michel Tremblay m'ont semblé extraordinaires ! C'est vraiment indéfinissable ce que j'ai ressenti. J'étais bien avec eux et j'aurais voulu que l'histoire ne se termine pas. Javais l'impression d'être dans un cocon. J'avais envie de continuer à les regarder vivre, se chamailler, s'aimer, à se poser des questions sur eux-mêmes. J'étais tellement bien avec eux que c'en était physique. Lorsque je lisais, j'avais un point au coeur, et je regardais avec appréhension le nombre de pages diminuer ! Honnêtement, je n'avais jamais ressenti cela auparavant.

Et le joual ! J'ai pris un énorme plaisir à le lire, à essayer de le parler avec l'accent (minable !), à retrouver des expressions que l'on trouve chez certains rates.

Bon, vous aurez compris, j'ai aimé ce livre, et je ne compte pas en rester là, bien au contraire !

Ma note : un 5/5 bien sûr et un ENORME coup de

Clochette.




De : Clochette1509 Envoyé : 2008-10-26 02:41
Un ange cornu avec des ailes de tôle - Michel Tremblay
Actes sud

Ce qui est amusant, c'est que très souvent, je n'aime pas du tout les titres des romans de Michel Tremblay (Un ange cornu avec des ailes de tôle, ça ne me parle pas) ! Et pourtant ....
Dans ce roman, Michel Tremblay raconte, par le biais de plusieurs romans qui ont compté dans sa vie, son adolescence à Montréal dans la rue Fabre, sa relation avec les femmes de sa famille : sa mère (très importante et ominiprésente), sa grand-mère (qu'il a toujours vu lire), sa tante Bertine...
Il y raconte également son amour des livres qui vont l'amener petit à petit à l'écriture de pièces de théâtre tout d'abord, puis de poésie et de romans.
Jai trouvé que pour tout amoureux des livres, on s'y retrouve dans chacune de ses histoires ! La frénésie de lecture, celle effectuée en cachette sous les draps avec la lampe de poche, l'attente d'être plus adulte pour pouvoir accéder à des livres moins "bébés", les échanges autour d'un même roman avec sa mère et les divergences d'opinions (ces passages m'ont d'ailleurs fait beaucoup rire : sa mère qui refuse la critique de ses livres adorés et qui menace de lui couper les vivres !)
Avec une question qui m'a interpellé : L'amour de la lecture donne-t-elle envie d'écrire ? Michel ne comprenait pas que sa mère et sa tante lisant énormément , comme lui, n'aient pas envie, à leur tour, d'écrire, alors que lui cachait ses écrits. J'ai donc été moins sensible à son plaisir de voir publier ses premières nouvelles. (Et pourtant heureusement qu'il l'a fait !!!!)
En ce qui me concerne, je n'ai jamais eu envie d'écrire (quant au talent, n'en parlons pas !), et je laisse le soin aux autres de me raconter de belles histoires !
Ma note : 4,5/5
Clochette.


Michel Tremblay au théâtre: voir la section Théâtre http://clubdesrats.forumr.net/theatre-f30/michel-tremblay-t3528.htm
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel TREMBLAY (Canada/Québec)

Message  Clochette le Mer 4 Mar 2009 - 18:20

L'homme qui entendait siffler une bouilloire - Michel Tremblay
Actes Sud - 192 pages

L'histoire :

Simon Jodoin, réalisateur renommé, se réveille un matin avec un bruit dans l'oreille ! Il y a une bouilloire qui siffle à proximité ! Et non, en creusant le sujet, il s'aperçoit tout simplement qu'il souffre d'acouphènes dûs à une tumeur sur le tympan. Il va devoir se faire opérer, et là commencent les angoisses qui vont aller crescendo ...

Mon avis :
Je ne pense plus être très objective par rapport à cet auteur ! J'adore tout ce qu'il fait ! Bon c'est vrai je n'en ai pas lu des montagnes (je viens de m'apercevoir que je n'ai jamais critiqué "Bonbons assortis" Embarassed)
Mais ce qui m'enchante à chaque fois, c'est qu'avec des situations toutes simples, il en fait des évènements extraordinaires !!!
Monsieur Jodoin souffre d'acouphènes, très bien. Un tumeur au cerveau, ah mince, déjà c'est plus grave. Il lui faut alors se faire opérer par le chirurgien le plus compréhensif qui soit; qui trouve les mots qu'il faut pour rassurer ce monsieur capricieux ! Son séjour à l'hôpital est un enchantement : les "garde-malades" sont jolies, disponibles, rassurantes.
Comme il a été opéré du cerveau, il faut le tenir en éveil régulièrement,et cette scène est à mourir de rire avec le garde-malade qui le réveille avec chaque fois une voix d'acteur différente (il va même jusqu'à Jeanne Moreau !)
Bon, bref, ceci n'est pas une critique mais un lâcher de sentiments parce que ce que je ressens vis à vis de cet auteur est totalement indéfinissable !
Et vive Michel Tremblay bounce
Ma note : 5/5 - Un coup de coeur
avatar
Clochette

Nombre de messages : 2136
Age : 43
Location : Nantes Bretagne
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel TREMBLAY (Canada/Québec)

Message  lalyre le Dim 15 Mar 2009 - 15:31



La traversée de la ville T ll Michel Tremblay Actes/Sud

La Diaspora des Desrosiers 207 P.



Faisant suite à La traversée du continent,ce roman se poursuit avec Rhéauna qui arrivant à Montréal comprend très vite pourquoi Maria,sa mère l'a faite venir auprès d'elle.Elle a maintenant un nouveau petit frère nommé Théo,c'est elle qui va l’élever tandis que sa mère travaille de nuit,mais la tristesse de ne plus voir ses petites soeurs et ses grands-parents lui gâche ses meilleurs moments.

Elle va à l' école mais n'arrive pas à se faire de nouvelles amies,elle se sent esseulée malgré l'affection de sa mère et de ses deux tantes Teena et Tititte.Des histoires parralèles vont s'entrecroiser au fil des pages,nous apprenant l'arrivée de Maria à Montréal,l'accueil de son frère Ernest et de ses deux soeurs,l'histoire de Teena,de Tititte qui avait bien caché son secret jusqu'alors.Tous ces récits de leur vie dont elles espèrent recoller les morceaux.Rhéauna est inquiète ,elle entend les conversations de sa mère et de ses tantes ,elles parlent de la guerre ,elle rêve d'aller retrouver sa famille là-bas dans le petit bourg ou elle a dû les laisser,de partir avec sa mère et son frère,pour cela elle casse sa tirelire,part à travers la ville pour aller à la gare,chercher les billets pour le trajet,bien sûr Maria ignore tout de ce projet.Montrèal cette grande ville dont elle ne connait rien et ou elle va d'émerveillements en surprise bonne ou mauvaise et l'on se doute que le contenu de sa tirelire ne suffit pas.Déçue elle va devoir rentrer,elle craint la colère de sa mère,mais voila celle-çi a compris l'acte d'amour que Rhéauna a accompli...Maria prend sa fille dans ses bras et lui raconte pourquoi elle la fait venir auprès d'elle et lui promet qu'un jour ,elle fera aussi venir ses petites soeurs.....



Une belle fin du livre,un beau roman,c'est une fresque familiale familiale,remarquable par sa fraîcheur qui se passe pourtant dans un monde marginal.La traversée de la ville par cette petite fille,ces femmes uniques par leur destinée mais fières d'être ce qu'elles sont,une écriture que l'on sent venue du coeur,poétique ,belle à couper le souffle.la description du Montréal de cette époque font de ce livre une découverte de plus de mon auteur préfèré.Il faut absolument lire ce roman,j'attends impatiemment la parution du troisième qui s'intitulera La traversée des sentiments 5/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4234
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel TREMBLAY (Canada/Québec)

Message  Messaline le Lun 8 Juin 2009 - 15:17

La Nuit des princes charmants de Michel Tremblay

Jean-Marc, dix-huit ans, vierge et homosexuel de son état, décide de se mettre en quête du prince charmant. Assez de rêveries solitaires, assez d’attouchements furtifs avec des étrangers « qui ne [sont] pas là pour l’amour mais pour la petite mort », assez de sublimation romantique, ce soir sera le soir. De bar en bar, de rencontre improbable en situation rocambolesque, nous voilà entraînés à sa suite dans une odyssée nocturne parfois immorale, souvent burlesque, toujours jouissive.

Comment ne pas s’attacher à cet adolescent un peu gauche ? Lui qui dix fois manque de rejoindre dare-dare la chaleur tranquille de la maison maternelle, mais qui, en dépit de toutes ses mésaventures – y compris une cheville foulée – poursuit son périple, décidé à vivre son aventure jusqu’au bout.
Tremblay dépeint la maladresse et la naïveté de l’adolescence avec brio et il frappe toujours juste (on retiendra quelques phrases plutôt pertinentes : « Ici les couples se formaient et se défaisaient avec un sans-gêne qui ravissait le libertin que je voulais devenir tout en choquant le judéo-chrétien que j’étais encore. » ; « J’avais voulu faire artiste, j’avais juste fait quétaine », et bien d’autres encore). Ce regard, à la fois tendre et un peu moqueur, que l’auteur porte sur son personnage ne nous le rend que plus proche et plus sympathique encore.

N’oublions pas non plus la dimension sociale de ce roman. Pour quelqu’un comme moi, qui ignore à peu près tout du Québec – qui ignorait même qu’il y avait une population anglophone à Montréal – ça a été l’occasion d’en apprendre un peu plus sur la fracture qui existe apparemment là-bas entre francophones et anglophones.

Un très beau roman, provocateur, réaliste et original. Tout ce que j’aime.

Ma note : 5/5 coeur
avatar
Messaline

Nombre de messages : 322
Age : 30
Location : Paris, ou presque.
Date d'inscription : 17/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel TREMBLAY (Canada/Québec)

Message  Mousseline le Lun 27 Juil 2009 - 21:53

Vos critiques Messaline, Lalyre, Clochette.... de Tremblay sont tout à fait extraodinaires. cheers Ça fait trop longtemps que je n'ai rien lu de québécois... et là vous me donnez drôlement le goût.

J'ai envie de profiter de mon séjour au Québec pour acheter La traversée du continent.

Messaline : effectivement il y a bel et bien une rupture entre francophones et anglophones au Québec, surtout à Montréal. C'est amusant d'ailleurs... à un moment donné tu marches sur la rue Ste-Catherine et là d'un coin de rue à l'autre tu tombes dans le quartier anglophone et tu n'entends plus parler français.

Le Québec protège le français avec ardeur avec bien des règlements... sinon il y a longtemps que l'anglais aurait pris toute la place étant donné qu'on est entouré d'anglophones.

_________________
Mousseline

Magasin général tome 2 : Serge de Loisel et Tripp et L'île des chasseurs d'oiseaux de Peter May



"Happiness is only real when shared." (Christopher McCandless)
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel TREMBLAY (Canada/Québec)

Message  Cocotte le Mer 5 Aoû 2009 - 13:48

L'homme qui entendait siffler une bouilloire
(Actes Sud, 2001, 192 pages)


Réalisateur de cinéma peu commode, Simon s'apperçoit un jour qu'il entend un bruit persistant dans son oreille qui ressemble au sifflement d'une bouilloire. Obsédé par ce son qui ne veut pas s'enfuir, Simon a de la difficulté à se concentrer et devra se résoudre à consulter.

Un livre de Michel Tremblay, ça se lit d'une traite sans pouvoir s'arrêter étant donné le grand talent de conteur de l'auteur qui peut prendre n'importe quelle situation du quotidien et nous la rendre intéressante. Le sujet des acouphènes m'intéressait déjà, car ma mère est prise avec ce problème qui a bouleversé son quotidien plus qu'on ne peut le penser. Michel Tremblay rend très bien les sentiments ressentis par Simon qui passe par le déni, la colère jusqu'à la résignation.

Pour avoir lu plusieurs livres de Michel Tremblay, celui-ci n'est pas son meilleur. Il ne m'a pas fait aussi sourire que d'autres. Mais c'est quand même du bon!

Ma note : 4/5
avatar
Cocotte

Nombre de messages : 870
Age : 37
Location : Québec / Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel TREMBLAY (Canada/Québec)

Message  clarize le Lun 31 Aoû 2009 - 15:30

Chroniques du Plateau-Mont-Royal de Michel TREMBLAY.Comporte 6 livres. 1171pages. Thesaurus

1-La grosse femme d'à coté est enceinte.
Tout se passe en une journée, le 2 mai 1942, un samedi, la vie d'une famille et de son quartier, c'est rythmé , on passe de petits paragraphes en petits paragraphes, ou l'on découvres les personnages au reveil le matin, continuant leur journée, on les entend parler, le québécois chante dans nos oreilles, on est dans leurs disputes, leurs peines, leurs joies, les amusements, leurs jeux pour les enfants, une lutte sans merci entre le chat et le chien. C'est tendre, passionné. C'est une trés belle tranche de vie qui se termine à la fin de la journée au soleil couchant, tout le monde est réuni paisible.
Trés bonne lecture, plaisante à souhait.

Note: 4/5

_________________

Challenge US : 10/50
avatar
clarize

Nombre de messages : 2590
Location : FRANCE
Date d'inscription : 09/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel TREMBLAY (Canada/Québec)

Message  odilette84 le Lun 31 Aoû 2009 - 16:49

c'est amusant non ?
moi j'ai laissé de côté depuis trop longtemps la suite de ces histoires,
il faut que je m'y remette,
tu m'en donne aussi l'envie ! Surprised

_________________
résister c'est exister

avatar
odilette84

Nombre de messages : 2261
Age : 53
Location : Provence
Date d'inscription : 28/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel TREMBLAY (Canada/Québec)

Message  odilette84 le Jeu 18 Fév 2010 - 18:36

LA TRAVERSÉE DU CONTINENT




je ne reprendrai pas le résumé ...
je ne peux pas parler de ce roman ou alors il me faudra trente pages...
je vais faire court:
il m'a donné envie de me replonger dans cet univers tellement personnel de l'auteur, ces personnages hauts en couleur et tellement attachants; ce parler si neuf pour nous qu'on se prend à le lire à haute voix une à deux fois pour bien y mettre les intonations et se croire l'espace d'un instant québécois pure souche ...
vite !!
il va me falloir une carte du pays pour tout retrouver
il va me falloir me procurer la suite car je n'y survivrai pas
il va me falloir reprendre les chroniques du plateau et depuis le début car je suis en manque ça y est !
il va me falloir trouver le cahier rouge car le bleu m'attend sur l'étagère mais je ne peux pas mettre la charrue avant le bœufs ...
bref j'ai du pain sur la planche ... mais un pain tellement délicieux que j'en salive d'avance !

et si mon défi 2010 c'était lire en entier les chroniques du plateau Mont-Royal, les trois cahiers et arriver au bout de la traversée ?

ma note : 5/5

_________________
résister c'est exister

avatar
odilette84

Nombre de messages : 2261
Age : 53
Location : Provence
Date d'inscription : 28/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel TREMBLAY (Canada/Québec)

Message  Clochette le Jeu 18 Fév 2010 - 19:27

Odilette. Je ne peux qu'adhérer à tes idées . Lire "Les chroniques" fait partie de mon challenge de cette année 2010. J'espère que j'y arriverai
Est-ce que tu as lu son"autobiographie" : Bonbons assortis, Un ange cornu avec des ailes de tôle... Bonne approche de l'auteur également.
avatar
Clochette

Nombre de messages : 2136
Age : 43
Location : Nantes Bretagne
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel TREMBLAY (Canada/Québec)

Message  Louvaluna le Jeu 18 Fév 2010 - 19:44

Ça c'est du coup de cœur, Odilette !
Chez quel éditeur trouve-t-on cet auteur ?

_________________
Louvaluna

« Écrire consiste à rêver avec une intensité telle que nous parvenions à arracher au monde un morceau. » - Pierre Jourde

« J'aime la lecture en général. Celle où il se trouve quelque chose qui peut façonner l'esprit et fortifier l'âme est celle que j'aime le plus. » - La Rochefoucauld
avatar
Louvaluna

Nombre de messages : 1131
Location : France (Est)
Date d'inscription : 28/10/2008

http://biblioscopie.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel TREMBLAY (Canada/Québec)

Message  Shan_Ze le Jeu 18 Fév 2010 - 19:49

Louvaluna a écrit:Ça c'est du coup de cœur, Odilette !
Chez quel éditeur trouve-t-on cet auteur ?
Chez Actes Sud !

Très jolie critique, Odilette, j'ai déjà lu ses romans autobiographiques et tu donnes envie de découvrir ceux-là ! Je note.
avatar
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7430
Age : 34
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel TREMBLAY (Canada/Québec)

Message  Louvaluna le Jeu 18 Fév 2010 - 19:51

Une jolie collection en plus ! Merci Shan_Ze, c'est noté !

_________________
Louvaluna

« Écrire consiste à rêver avec une intensité telle que nous parvenions à arracher au monde un morceau. » - Pierre Jourde

« J'aime la lecture en général. Celle où il se trouve quelque chose qui peut façonner l'esprit et fortifier l'âme est celle que j'aime le plus. » - La Rochefoucauld
avatar
Louvaluna

Nombre de messages : 1131
Location : France (Est)
Date d'inscription : 28/10/2008

http://biblioscopie.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel TREMBLAY (Canada/Québec)

Message  odilette84 le Jeu 18 Fév 2010 - 20:00

merci les filles
oui Clochette j'ai lu les livres dont tu parles

_________________
résister c'est exister

avatar
odilette84

Nombre de messages : 2261
Age : 53
Location : Provence
Date d'inscription : 28/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel TREMBLAY (Canada/Québec)

Message  zozinette le Ven 19 Fév 2010 - 21:03

Très belle critique. J'attends la sortie du dernier volume ( qui ne devrait plus tarder d'ailleurs ) de cette trilogie pour me plonger dedans. Je suis un peu maniaque et je n'aime pas commencer une série si je n'ai pas tous les volumes !
avatar
zozinette

Nombre de messages : 2437
Age : 43
Location : belfort, franche-comté
Date d'inscription : 15/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel TREMBLAY (Canada/Québec)

Message  anna44 le Sam 20 Fév 2010 - 13:07

Je ne connais pas encore cet auteur mais j'aimerais savoir par lequel vous me conseillez de commencer.
J'ai cru voir que "Un ange cornu avec des ailes de tôle" avait été apprécié par beaucoup d'entre vous mais ce livre est-il précédé par d'autres ?
Y a-t-il un ordre à respecter ?

Merci pour vos conseils !!

_________________
Mes lectures en cours : Quitter le monde, Douglas Kennedy
avatar
anna44

Nombre de messages : 1601
Age : 35
Location : Québec (Qc)
Date d'inscription : 01/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel TREMBLAY (Canada/Québec)

Message  Clochette le Sam 20 Fév 2010 - 15:29

Anna, il n'y a pas vraiment d'ordre parce que que même si "Un ange cornu avec des ailes de tôle est une autobiographie (il y traite de son adolescence jusqu'au moment où il devint un écrivain à succès), il ne fait pas référence au précédent "Bonbons assortis" qui lui traite de son enfance au milieu de "ses femmes".
J'ai beaucoup aimé les 2 oeuvres et je crois d'ailleurs avoir commencé par celui que tu cites.
Mais si tu veux être logique, commence par "Bonbons assortis".
Clochette.
avatar
Clochette

Nombre de messages : 2136
Age : 43
Location : Nantes Bretagne
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michel TREMBLAY (Canada/Québec)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum