SÉNÈQUE (Italie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

SÉNÈQUE (Italie)

Message  Calepin le Lun 27 Oct 2008 - 10:58

De : Melisande5505 --- Envoyé : 2005-12-22 09:52

Lucius Annaeus Seneca, homme d'État, philosophe stoïcien, auteur de tragédies, précepteur de prince, représente, par la variété même des aspects de son activité, une des figures les plus intéressantes de l'époque impériale. Son œuvre de moraliste a exercé une influence capitale sur la formation de la pensée occidentale. Elle enthousiasma le Moyen Âge et la Renaissance, tout spécialement Montaigne.

Éléments biographiques
Né à Cordoue, Sénèque vint, encore assez jeune, à Rome, avec sa tante qui l'introduisit dans des cercles influents. Il commença très tôt à s'intéresser à la philosophie et il s'attacha à l'école plus ou moins stoïcisante des Sextii ainsi qu'au stoïcien Attalus. Après un long séjour en Égypte avec son oncle et sa tante, il obtint peu après son retour (31-32) une charge de questeur. L'empereur Claude l'exila en Corse (41) sous le prétexte qu'il aurait eu des relations adultères avec une sœur de Caligula, Julia Livilla. En fait, il semble bien que Sénèque ait été victime d'intrigues politiques. Agrippine, après son mariage avec l'empereur Claude, le fit rappeler d'exil (49) et lui confia l'éducation de son fils Néron, le futur empereur. Au moment de l'assassinat de Claude, Néron n'avait que dix-sept ans. Sénèque se trouva donc être, en tant que précepteur du jeune empereur, le véritable régent de l'Empire, avec le préfet de la garde, Burrus. Dans les premières années du règne de Néron, Sénèque put exercer une bonne influence sur son disciple, et les effets bienfaisants en furent ressentis dans l'ensemble de l'Empire. Mais, avec le temps, Néron échappa à la direction de son précepteur, et les difficultés s'accrurent. Après la mort de Burrus (62), qui fut probablement un assassinat, Sénèque se retira de la vie politique et se consacra exclusivement à la philosophie. Accusé d'avoir participé à la conspiration de Pison, il se suicida sur l'ordre de Néron.

L'œuvre tragique
Neuf tragédies attribuées à Sénèque ont été conservées: Hercule furieux (Hercules furens), Les Troyennes (Troades), Les Phéniciennes (Phoenissae), Médée (Medea), Phèdre (Phaedra), Œdipe (Oedipus), Agamemnon, Thyeste (Thyestes), et Hercule sur l'Œta (Hercules Oetaeus), auxquelles s'ajoute Octavia, une praetexta (tragédie à sujet latin, et non d'inspiration grecque). Leur authenticité n'est discutée que pour Hercules Oetaeus et l'Octavia. En faisant de ses tragédies une sorte de propédeutique philosophique, Sénèque met la poésie au service de la direction spirituelle, afin de s'adresser au public le plus étendu possible. En effet, selon les stoïciens, le public se divisait en deux groupes: les ignorants et les personnes de formation libérale. Un public ignorant est incapable de comprendre un discours philosophique; il lui faut donc être gagné à la philosophie par d'autres moyens: la poésie et la musique. Ces deux arts sont ainsi considérés comme une sorte de préparation à la philosophie, ou même comme une «première» philosophie. Le plaisir que ces arts procurent dispose favorablement l'auditeur à admettre les idées impliquées dans l'œuvre littéraire, et il sert ainsi à son éducation. Le poète inspire l'horreur du vice en donnant des exemples effrayants de la méchanceté, et il provoque l'enthousiasme pour le bien en proposant à l'imitation des modèles de vertu. Ainsi, les tragédies de Sénèque sont de grandes fresques qui dépeignent la folie humaine, des exemples frappants accompagnés de funestes présages et d'effets terrifiants. Elles se situent dans la tradition de la tragédie philosophique hellénistique, dont nous connaissons, grâce à Diogène Laërce, quelques représentants, comme Diogène de Sinope et Cratès de Thèbes.


Dernière édition par Calepin le Jeu 2 Avr 2009 - 18:37, édité 1 fois
avatar
Calepin

Nombre de messages : 1527
Age : 36
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: SÉNÈQUE (Italie)

Message  Calepin le Lun 27 Oct 2008 - 11:00

De : Melisande5505 --- Envoyé : 2005-12-22 10:37

Théâtre complet volume II / Le spectateur français, Tracuction de F. Dupont

Ce volume comprend
Médée
Hercule furieux
Hercule sur l'Oeta
Oedipe
Les Phéniciennes

Je me suis lancée dans cette lecture car j'ai gardé un extraordinnaire souvenirs du théâtre grec antique: Euripide, Eschyle et Aristophane m'ont fait passer des nuits fiévreuses lors de mon adolescence. Et qui plus Sénèque a la réputation d'être à l'origine du théâtre européen du XVIem siècle: le premier théâtre élisabétain la clairment revendiqué et le théâtre français (par exemple Jodelle, La Péruse, Grévin) s'inspirent aussi de lui pour les premières piéces de théâtre qui ne sont plus médiévales. Sénèque est en quelque sorte la source qui méne à Shakespeare ainsi qu'à Racine et Corneille.
Bon avouons le tout de suite: j'ai eu du mal à comprendre comment cette littérature a pu inspirer autant de monde. Il n'y a pas du tout l'extraordinnaire force de la tragédie grecque. Je dirais même que sur le plan purement dramatique cela laisse à désirer: par exemple dans Médée l'héroïne annonce dès le début de la pièce tout ce qui va se passer jusqu'à la fin, il n'y a aucun "suspense", aucune tension dramatique; alors que chez Euripide il y avait incertitude, doute et donc qu'angoisse et horreur pouvaient naître. Les personnages de Sénèque sont par ailleurs très caricaturaux: toujours Médée est une sorte de créature froide, qui assassine ses enfants dans une sorte de rite magique pensé et jamais ressenti pour en quelque sorte annuler ses noces avec Jason et retrouver sa virginité. Quel différence avec la Médée d'Euripide femme souffrante et qui se mutile elle même dans ses enfants. Cela dit j'ai lu par ailleurs que les pièces de Sénèque ont été peu jouées de son temps car le goût des Romains de l'époque se portait plus vers des spectacles plus populaires (pantomime) et qu'il les auraient conçues un peu comme Musset son théâtre "dans un fauteuil".
Mais même admis cela, l'extraordinnaire poésie du vers grec est à mon sens absente de Sénèque, je ne sais pas s'il s'agit de la traduction ou du texte original, mais c'est plat et froid. Je ne regrette pas pour autant cette lecture car elle m'a permis de découvrir enfin cet auteur qui a été si important pour la culture européenne, mais en même temps je comprends pourquoi il n'est plus vraiment lu ni joué actuellement.

Note : 2/5
avatar
Calepin

Nombre de messages : 1527
Age : 36
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum