Tarun Jit TEJPAL (Inde)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tarun Jit TEJPAL (Inde)

Message  petitelune le Mar 9 Déc 2008 - 15:10

De : Chantal5500 (Message d'origine) Envoyé : 2007-12-28 16:37

LOIN DE CHANDIGARH : Tarun J Tejpal
Le livre de Poche - 686 pages

Depuis quinze ans, un journaliste (le narrateur) et sa femme Fizz vivent une intense et très charnelle passion amoureuse entre Chandigarh et New Dehli. Mais l'achat d'une vieille maison accrochée aux contreforts de l'Himalaya, que Fizz va entreprendre de rénover pendant que son mari s'essaie, tant bien que mal, à écrire Le grand roman indien, va faire basculer toute leur vie. Ils vont découvrir à l'intérieur d'un vieux coffre qui était enmuré dans une partie de la maison, soixante-quatre épais carnets reliés de cuir, carnets très intimes de la précédente propriétaire, Catherine, une aventurière américaine. Subjugué, envoûté par la lecture de ces carnets, le narrateur va peu à peu s'éloigner de sa femme pour n'être plus que le jouet d'une morte....

Je crois que c'est le deuxième livre "indien" ( après "Le Dieu des petits riens") qui me plaît autant. C'est une magnifique histoire d'amour très sensuelle, très érotique qui se déroule dans une Inde d'aujourd'hui terriblement "vraie", comme seul un Indien talentueux vivant en Inde peut nous la raconter. Une analyse très fine et très belle du désir avec de très beaux passages érotiques, (le titre anglais du livre est "The alchemy of desire"), des descriptions de paysages qui transportent le lecteur là-bas, des réflexions sur l'histoire de l'Inde, et sur la vie politique ou sur la vie quotidienne, contemporaines, très lucides et sans concessions, de beaux passages aussi sur la difficulté d'écrire. Et une dernière phrase qui renvoie au tout début du livre et qui parachève un roman-fleuve qui m'a captivée, envoûtée et que j'ai eu bien du mal à quitter.

5/5

Tarun J Tejpal est critique littéraire et essayiste, éditeur d'Arundhati Roy, journaliste d'investigation au parcours politique engagé, fondateur de Tehelka, un courageux magazine dans lequel il dénonce les scandales politico-financiers qui secouent l'Inde et qui est aussi un site internet.
"Loin de Chandigarh" est son premier roman, encensé par la critique et plus particulièrement par V.S. Naipaul, traduit en plusieurs langues.
Il vit à New Dehli avec sa femme et ses deux filles.




De : zeta-b Envoyé : 2008-01-08 11:01

Loin de Chandigarh - livre de poche

Quand j’ai lu la critique de Chantal, j’ai eu instantanément envie de lire ce livre. Sans doute à cause de sa charge érotique . Non, plus sérieusement l’histoire me paraissait belle et complexe.

Au début j’ai eu des sueurs froides, cela me plaisait moyen, et je n’aime pas ne pas aimer un livre recommandé par un rat. Cela est déjà arrivé, et plus que ma propre déception quand je lis un livre qui ne me plait pas, je suis embêtée de devoir faire une critique négative sur un roman apprécié par un membre du site.

L’auteur commence son récit au moment où le narrateur se sépare de sa femme. Il parle beaucoup de la passion charnelle qui l’a uni à son épouse pendant 15 ans, et l’on a du mal à croire qu’elle ait pu décliner si rapidement si complètement. Il est obscurément fait mention dans des phrases imprécises à ce qui a réduit la flamme de leur amour à des cendres à peine rougeoyantes. De ce fait le héros semble antipathique et versatile (et vous savez comme j’ai du mal à l’intéresser à un héros qu’on a envie de claquer).

Ce récit commencé presque à la fin de l’histoire amène donc de nombreux retours en arrières, en un long écheveau qui remonte le temps c’est un procédé souvent employé par les écrivains. Quelquefois, il convient bien. Là il m’a semblé tout d’abord dérangeant, tant ce qui arrive aux personnages n’est compréhensible qu’à partir de leur histoire passée et de ses implications psychologiques. (à mon avis).

Assez vite heureusement nous repartons vers le commencement de cette union et nous apprenons à mieux connaître le couple, à l’aimer, à comprendre leur lien, cette fusion totale, une alliance parfaite du corps et de l’âme, surtout du corps. Il y a des pages audacieuses et très évocatrices sur la volupté qu’ils partagent. L’écriture est très moderne, et souligne un contraste déconcertant entre l’atmosphère exotique et anachronique liée au pays, ses coutumes, ses particularités géographiques, sociologiques et cette modernité du style et des sentiments.

Les descriptions des paysages, de la faune et de la flore m’ont donné envie d’aller voir sur internet tous les spécimens, inconnus sous nos latitudes, dont il est question (à mon grand plaisir), l’auteur nous permet d’avoir une approche de la vie politique indienne (hélas qui m’était pareillement étrangère). L’histoire proprement dite, au fur et à mesure de son déroulement, m’a de plus en plus passionnée et les inclusions sur la grand-mère du narrateur et l’américaine qui a rédigé les carnets s’intègrent parfaitement au récit, y ajoutant une dimension baroque et légendaire.

Finalement c’est une très belle découverte, j’ai beaucoup apprécié ce roman.

4,5/5




De : supermartine Envoyé : 2008-01-09 09:00
J'ai lu ce livre l'été dernier...

"L'amour n'est pas le ciment le plus fort entre deux êtres. C'est le sexe." Il s'agit de la première phrase de cette graaaande et loooongue fresque qui se déroule en Inde et vous êtes tout de suite dans l'ambiance. Ce n'est pas un grand roman d'amour romantique mais un roman sur le désir , sur la passion destructrice et ravageuse. Le roman commence par la fin ( ou presque ), on se balade dans l'Inde et dans l'histoire de l'Inde du temps des nawabs, ces princes barbares d'une cruauté extrême, jusqu'à nos jours.L'évolution est plutôt intéressante.

Le narrateur, une espèce de journaliste-auteur peu productif , nous raconte toute l'évolution de sa vie et de son histoire d'amour entre lui et sa femme Fizz. Et ce n'est qu'au bout de ...380 pages qu'il découvre ce fameux journal intime et en effet trèèès impudique...
Ensuite il nous conte la vie de cette américaine, un second roman à l'intérieur du roman....

J'avais envie de lire ce roman, je m'attendais à autre chose. J'ai beaucoup aimé les relations et conversations entre le narrateur et sa femme. Le portrait de Fizz est très sensuel et superbe. C'est une femme qu'on a envie de rencontrer !
Par contre à coté de ça, il y a beaucoup de digressions et de longueurs. J'ai trouvé ennuyeux les passages où il nous parle de son travail de journaliste , les descriptions de la nature sont répétitives et ennuyeuses ( pourtant j'adore par exemple , les romans japonais avec leurs descriptions interminable !! ), là ça ne ne touche pas.
Les récits historiques sont assez crus et cruels. Moi je n'aime pas.
Attention, il y a pas mal de passages érotiques dans le journal de l'américaine ! Assez chaud ! Moi ça me laisse de glace !
Enfin, il a assez souvent des expressions crues, des références sexuelles et moi je n'accroche pas à ce style.
Oui pour moi je pense que ça manque en fait de délicatesse et de retenue.

Cela dit, je suis contente de l'avoir lu et terminé
C'est un roman qui ne s'oublie pas de si tôt !


avatar
petitelune

Nombre de messages : 540
Age : 33
Location : Cantons de l'Est / Québec / Canada
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarun Jit TEJPAL (Inde)

Message  Van le Lun 26 Jan 2009 - 21:07

Loin de Chandigarh


Le narrateur et Fizz, sa femme, semblent s’éloigner l’un de l’autre. Pourtant, d’après le narrateur, ils ont toujours été très proches, aussi bien moralement que physiquement. Il semblerait aussi qu’il soit en cause dans cette distance qui s’est peu à peu instaurée. Que s’est-il passé ? Le narrateur raconte alors leur vie, lorsqu’ils vivaient encore à Chandigarh, leur quotidien, leur vie entière jusqu’à comprendre ce qui a provoqué chez le narrateur le « rejet » de Fizz.

Ce roman est plein de sensualité, de moments intimes entre ces deux personnages. On comprend à quel point ils sont attachés, d’où l’incompréhension face à l’attitude du narrateur. On y voit l’obsession, obsession au risque de tout perdre. Un pavé intéressant, passionnant. La vie de Catherine, cette anglaise vivant en Inde est également intéressante, de par cette froideur chez cette femme qu’on ressent aux premiers abords, alors qu’en fait, pas du tout. On se prend de plus en plus à la lecture et on veut comprendre ce qui est arrivé à Fizz et son mari. J’ai beaucoup aimé cette lecture.

Note : 4,5/5
avatar
Van

Nombre de messages : 423
Age : 34
Location : Val de Marne - France
Date d'inscription : 03/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

LOIN DE CHANDIGARH

Message  janeausten78 le Mer 20 Mai 2009 - 19:41

J'ai ce livre dans ma PAL, mais quelques collègues qui sont comme moi grandes lectrices m'ont parlé d'un livre érotique et lassant durant de nombreuses pages
Vos commentaires ( malgré les notes) ne me donnent pas envie de le lire.
Y est il question de l'Inde ou uniquement de relations charnelles en détail comme on me l'a spécifié.
Il y a tant de bons livres à lire que je n'ai pas encore eu le courage de commencer celui ci , mais le thème proposé va peut etre me faire sauter le pas

Aidez moi, merci !

janeausten78

Nombre de messages : 102
Age : 61
Location : Trés grande banlieu parisienne
Date d'inscription : 12/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarun Jit TEJPAL (Inde)

Message  Liza_lou le Sam 6 Juin 2009 - 10:20

Loin de Chandigarh
(Buchet, 670 pages)

"Enfin un roman neuf, brillant et original qui nous arrive de l'Inde" VS Naipaul

Journaliste, écrivain et essayiste depuis plus de vingt ans en Inde, Tarun J Tejpal signe ici son premier grand roman. Loin de Chandigarh a été, dès sa parution, adulé de par le monde, et aujourd'hui, quand on pense littérature indienne, Loin de Chandigarh arrive en tête et Tarun J Tejpal est devenu un auteur incontournable.

Que penser cependant de Loin de Chandigarh? En lisant ici ou là des avis de lecteurs, ce qui ressort en premier lieu est un enthousiasme incommensurable pour cette œuvre. Loin de Chandigarh fait parti de ces romans que l'on déguste, doucement et avec lenteur, afin de s'imprégner peu à peu de l'écriture de l'auteur et encore plus de cette atmosphère sans pareil qui s'en dégage. C'est qu'un roman de 670 pages ne se lit pas en quelques heures, d'autant plus que Tejpal prend le temps, tout au long de son roman, de décrire ses personnages, avec moult détails sur leurs psychologies, leurs histoires et leurs préoccupations, à l'instar du narrateur, écrivain "raté" et qui cherche désespérément à écrire. Il en faut d'ailleurs du temps pour que l'on arrive enfin eu moment où l'histoire bascule. Lorsque les carnets de Catherine sont enfin découverts, bien plus de la moitié du roman est déjà passé.

Les personnages, parlons en d'ailleurs. Si le personnage principal m'a par moment exaspérée, les personnages secondaires, eux, sont magnifiques, à commencer par Fizz, sa femme, que j'ai trouvée superbe. Et puis, il y a les énumérations et les souvenirs liés à Bibi Lahori, les camionneurs qui emmènent le héros et Fizz à Dehli dans un camion tombant en miettes ou encore les amis et personnages rencontrés au fil des pages. Enfin et surtout, il y a la belle et sensuelle Catherine.

Roman érotique Loin de Chandigahr? On pourrait le penser en lisant la première phrase : "L'amour n'est pas le ciment le plus fort entre deux êtres. C'est le sexe". Et puis, le titre en anglais n'est-il pas "The alchemy of desire", L'alchimie du désir? Mais s'arrêter à cette impression serait bien réducteur mais surtout trompeur, car justement le but de Tejpal est de nous démontrer que ce qui cimente le désir d'un couple d'amants, c'est bien l'amour... Et c'est ce que découvrira dans les dernières pages le narrateur.

Un roman long donc, mais qui cependant se lit bien, et surtout, avec délice. J'ai particulièrement apprécié les souvenirs de Catherine et encore plus la quête de vérité du narrateur au sujet des évènements par la suite. Malheureusement, j'avoue avoir un peu décroché dans le deuxième tiers du roman, lorsque le héros, travaillant à Delhi se pose de grandes questions existentielles sur sa vie et sa quête effrénée d'écriture. Mais qu'importe puisque comme je l'ai dit, le reste du roman a été à la hauteur de mes espérances. Véritablement, Loin de Chandigahr est un roman à part, du moins ai-je rarement lu d'histoires possédant cette ambiance si particulière et si enchanteresse. Tejpal nous emmène en effet dans son pays , l'Inde, et c'est avec un ravissement sans égal que je l'ai suivi dans sa description de la société et des multiples coutumes et habitudes indiennes. Une première incursion dans la littérature indienne réussie donc, et un auteur de plus que j'ai bien envie de relire encore par la suite.

Ma note : 4/5


Dernière édition par Liza_lou le Sam 6 Juin 2009 - 14:03, édité 1 fois
avatar
Liza_lou

Nombre de messages : 1300
Age : 34
Location : France, à coté de Nantes
Date d'inscription : 07/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarun Jit TEJPAL (Inde)

Message  flop-itude le Sam 6 Juin 2009 - 16:03

J'ai failli l'acheter...mais agacée par la quatrième de couverture racoleuse, je m'en suis détournée pour un autre pavé Le seigneur de Bombay. Vos critiques permettent d'atténuer la première impression et rendent le livre plus intelligent, intelligible. Heureusement que les rats colleurs de critique existent! wink Flop
avatar
flop-itude

Nombre de messages : 236
Age : 53
Location : Aveyron France
Date d'inscription : 15/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarun Jit TEJPAL (Inde)

Message  zeta le Sam 6 Juin 2009 - 20:19

Je trouve le titre en anglais absolument superbe : "l'alchimie du désir" .... on peut se demander pourquoi les éditeurs français ne l'ont pas gardé en le traduisant.
avatar
zeta
Admin

Nombre de messages : 4028
Location : lot et garonne - France
Date d'inscription : 25/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarun Jit TEJPAL (Inde)

Message  Cafrine le Lun 20 Juil 2009 - 5:45

Ma critique ne fera que s'ajouter à celles déjà très positives à l'égard de ce roman.
J'ai beaucoup aimé Loin de Chandigardh car ce roman mêle différents récits, différentes époques, différents régards sur la société indienne sans jamais que l'auteur ou le lecteur s'y perde... ce qui est loin d'être aisé.
Je retiendrai de ce roman 3 choses :
* qu'il parle de sensualité, d'érotisme, de séxualité sans tomber dans la vulgarité ;
* qu'il aborde les us et coutumes d'un pays, son histoire politique sans parti-pris ;
* qu'il est la parfaite illustration d'un pays qui mélange habilement tradition et modernité.
Tejpal a su tirer profit des procédés littéraires les plus classiques (récit dans le récit, flash-backs, alternance entre description et action) pour servir une histoire très originale.
J'ai moi aussi été interpellée comme Liza-Lou par ce passage un peu lourd de Delhi, mais l'ensemble du roman demeure très passionant et drôlement bien ficelé.
L'un des rats évoquait l'obssession et je retiendrai moi aussi ce thème comme central au-delà de la partie érotique de ce roman, Loin de Chandigardh est avant tout plusieurs histoires sur l'obssession : celle du corps, celle de la compréhension de l'autre, celle de l'écrivain, celle du progrès...
Un très bon moment de lecture : 4.5/5
avatar
Cafrine

Nombre de messages : 624
Location : Réunion/France
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarun Jit TEJPAL (Inde)

Message  Manu le Sam 15 Aoû 2009 - 7:39

Pour ceux qui aimeraient rencontrer Tejpal, il sera possible de le rencontrer le 4 septembre à Paris :

http://www.lemerlemoqueur.fr/51-rue-de-bagnolet/evenements/les-rencontres-du-merle-moqueur/l-ete-indien-du-merle-moqueur.html

Il n'est pas exclu que je fasse le déplacement de Bruxelles, même si je ne partage pas l'enthousiasme de beaucoup pour cet ouvrage.
avatar
Manu

Nombre de messages : 31
Age : 57
Location : Bruxelles
Date d'inscription : 14/08/2009

http://anadi.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

La vallée des masques - Tarun Tejpal

Message  Aurore le Lun 27 Aoû 2012 - 14:12

La vallée des masques - Tarun Tejpal
(Albin Michel, 2012, 453 p., collection "Les grandes traductions")




Un homme se confie au soir de sa vie car il attend ses poursuivants qui doivent l'exécuter sous peu. C'est la nuit, sa compagne dort, et il en profite pour revenir sur son passé au sein d'une communauté recluse dans une vallée isolée. L'homme y a vécu presque toute sa vie, initié aux rites, aux pratiques sacrées et à la recherche de la pureté suprême. Un semi-Dieu régissait le fonctionnement de cette assemblée constituée d'hommes et, séparément, de femmes. C'était Aum, le valeureux et celui qui détenait la vérité, qui faisait figure de modèle et de grand gourou auquel se référer.

Le narrateur a été, comme les autres, fasciné par l'aura de son maître et a suivi tous les préceptes pour évoluer sur la voie de l'absolution, celle qui était attendue de lui. De simple fidèle, il a franchi les étapes pour devenir l'un des éléments-clés de la communauté : les Wafadar. Ceci implique de longues années d'exercice à la méditation, au combat, au détachement de l'individualité pour ne devenir que collectif et ne servir que lui, au nom d'Aum le puissant. Cela commence, pour les plus jeunes, par une naissance qui n'est pas revendiquée par un couple de parents : chaque guerrier peut féconder une des femmes exposées au Sérail. Mais une fois né, le bébé est entrainé à la Maternité où il est élevé et aimé du même amour par toutes les femmes de la caste, sans distinction aucune. C'est le début d'un processus de don à la communauté pour que chacun évolue de la même manière, sans amour exclusif.

Ce livre est extrêmement déroutant car il décrit de manière implacable un fonctionnement régi au nom d'un être subjectif, désigné comme supérieur par ses pairs et porté aux nues par ses fils. Du "je" le narrateur s'efface au profit du "nous" et du "on". Ce "disciple" s'évertue à obtenir les bonnes grâces de ses supérieurs pour faire partie des leurs. Et c'est ainsi qu'il est empli de gratitude lorsqu'il obtient enfin son effigie, ce masque qui lui permet de revêtir le même visage que les autres membres du clan. Il devient intransigeant, grave et dur envers ses condisciples qui faiblissent, lui toujours porté au dépassement, sans poser de question.

Pour qu'un peuple accomplisse ses desseins, le courage et la pureté ne suffisaient pas. Il lui fallait élaborer une stratégie ingénieuse et planifier avec minutie. Les purs étaient une poignée, et le monde qu'il leur appartenait de transformer, une multitude immense. Ce n'était pas un bol d'eau dont quelques gouttes de lait pouvaient changer la couleur, mais un vaste cloaque capable d'aspirer les purs et de les noyer à la moindre défaillance. Il fallait circonscrire chaque étape et la préparer minutieusement. Évacuer les déchets, un travail quotidien, prendrait du temps, beaucoup de temps, beaucoup de temps. Mais c'était possible. On le ferait. Un jour, la beauté d'Aum emplirait le monde. (p. 273)

Mais ce système se fissure à mesure que le narrateur s'interroge, qu'il approche une femme qui l'intrigue. Est-il digne d'être Wafadar? Ce peut-il qu'une rédemption soit envisageable?

La société qu'a inventé Tarun Tejpal est tout à fait fascinante car ce petit monde est cloisonné, hiérarchisé et plein d'adeptes aspirant à une pureté illusoire, dictée par Aum. De multiples sphères se croisent et se succèdent comme la Caserne, le Foyer, le Cratère, le Creuset qui paraissent être des univers austères, tous dévolus à une cause et une seule. Est aussi évoqué l'outre-monde, c'est-à-dire le monde barbare, celui où tous vivent dans une "anarchie" complète. C'est notre monde à nous mais qui paraît, aux yeux de la communauté, être l'Enfer. En effet, ceux qui fuient la Vallée sont considérés comme des damnés et ils ne sont pas libres pour autant.

En somme, ce livre évoque le monde secret et imparfait d'une secte qui se prétend au-dessus des lois. Il n'est pas sans rappeler toutes sortes de totalitarismes de nombreux régimes passés et en vigueur actuellement. Cela fait peur de voir à quel point un individu peut perdre tout discernement de la réalité pour ne devenir qu'objet d'un "bien" commun. C'est dans l'évolution du narrateur et surtout, dans le perpétuel retour au présent et à l'attente de ses détracteurs, qu'on sent poindre le suspense et une menace insaisissable.

Le microcosme de La vallée des masques vous tiendra en haleine, soyez-en assuré ! La voilà ma plus belle claque de la rentrée littéraire !




4,75/5


Dernière édition par Aurore le Lun 27 Aoû 2012 - 16:31, édité 1 fois

_________________
Ce n'est pas parce que c'est inventé que ça n'existe pas.





avatar
Aurore

Nombre de messages : 2137
Age : 30
Location : Amiens
Date d'inscription : 27/02/2009

http://shereads.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarun Jit TEJPAL (Inde)

Message  Lacazavent le Lun 27 Aoû 2012 - 16:13

bounce Je le note souligné en rouge et avec plein d'étoiles pour y penser Very Happy
Merci Aurore

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5582
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Loin de Chandigarh de Tarun J Tejpal

Message  louloute le Jeu 24 Avr 2014 - 14:19

Une petite cinquantaine de pages m'ont suffi pour être complètement imprégnée par l'ambiance épaisse et pleine de moiteur qui se dégage de ce livre.
J'ai aimé ces  allers-retours dans le temps et plus que tout j'ai aimé la découverte d'une Inde si complexe mais tellement envoûtante. J'ai adoré la partie où Catherine  découvre ce pays et où finalement tout le livre prend enfin sa dimension. 
C'était mon premier livre en littérature indienne , je pense que je vais explorer un peu plus cette littérature

4/5
avatar
louloute

Nombre de messages : 12
Age : 32
Location : quimper, bretagne
Date d'inscription : 22/07/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarun Jit TEJPAL (Inde)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum