Laurence TARDIEU (France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Laurence TARDIEU (France)

Message  petitelune le Lun 8 Déc 2008 - 19:59

De : cuné (Message d'origine) Envoyé : 2005-01-27 07:57

Le jugement de Léa
Arléa (diffusion Seuil); collection 1er / mille 107 p.

Léa dit qu'elle s'appelle Léa, qu'elle aimait son fils, qu'elle ne peut ni pleurer, ni parler, qu'elle n'a rien à dire, rien à raconter, qu'elle est seule depuis toujours au fond d'elle et à jamais, et qu'elle n'est pas vivante, juste en vie. Mais dans la petite pièce où elle attend le verdict de son procès pour infanticide, l'humanité de son gardien, leur huis-clos de 3 heures va libérer ses confidences ; elle ne s'appelle pas Léa, son fils portait le prénom de son frère, sa bouée, de gros sanglots vont jaillir sans la libérer, elle va tout raconter, sans rien expliquer.
Mais au fond peut-on expliquer la folie, sait-on vraiment pourquoi on bascule, elle n'y a toujours rien compris, alors forcément, nous non plus.
Etrange, intrigant et assez glaçant.

3,5 / 5




De : Claarabel Envoyé : 2005-01-27 10:13

Je copie/colle mon opinion aussi !!!

Etrange ...
Etrange, la raison pour laquelle Léa a tué son enfant, Théo, quatre ans. Pourquoi ? Personnellement je n'ai pas bien compris, et les quelques explications fournies par l'héroïne ne me suffisent pas et ne légitiment pas son acte (à mes yeux). Je crois que l'auteur aurait dû davantage creuser son personnage central, poursuivre dans sa lancée et nous émouvoir un peu plus."Le jugement de Léa" est l'histoire d'une jeune femme qui attend le verdict de son jugement. Elle a tué son petit garçon. Depuis, elle n'a plus ouvert la bouche et n'a rien dit à personne, rien dit de son geste, rien expliqué.

En attendant, donc, la jeune femme émeut son gardien qui arrive à briser sa carapace et à 'délivrer' celle-ci. Lentement Léa va raconter son parcours, depuis son enfance dorée, entourée de parents qui ne s'aimaient plus et n'ont jamais su donner de l'amour. Puis, pour fuir ce cauchemar, elle se précipite dans un mariage luxueux mais qui n'arrive pas à la remplir non plus. Elle quitte son mari, rencontre des hommes, mais toujours rien...

Combler son vide, combler sa solitude. Lorsqu'elle apprend qu'elle est enceinte, Léa pense s'en sortir et croit former avec son fils deux solitudes. Jusqu'au jour où ce petit garçon va la regarder autrement. "Que dit-on à un enfant de trois ans qui n'a pas connu son père et soudain le réclame? Que dit-on à un enfant de trois ans dont le père a été un amant de quelques heures, un corps de passage, un corps pour combler le vide? Dit-on la vérité? Et quelle vérité? Que s'est-il passé? Rien, ou presque." Léa est touchante et froide. Silencieuse et meurtrie. "Je n'avais pas imaginé la difficulté d'élever seule un enfant." Non, et c'est tout son drame.

Laurence Tardieu signe un roman grave, solennel et implacable. L'ambiance est pesante, mais le fond de cette histoire nous bouleverse envers et contre tout.

Note : 3 / 5




De : Felindra2775 Envoyé : 2005-02-03 14:47

"Comme un père" de Laurence Tardieu


Langue : Français Éditeur : Arléa (22 août 2002)
Collection : 1er mille
Format : Broché - 118 pages


Présentation de l'éditeur
Par un hasard douloureux de la vie, Louise, à vingt-cinq ans, perd sa mère et retrouve son père. Emprisonné depuis vingt ans, celui-ci demande l'hospitalité à sa fille avant de recommencer une nouvelle vie. Louise accepte, dans le déchirement et la culpabilité. Pendant cinq jours, le père et la fille vont tenter de vivre ensemble. Enfermée dans son hostilité, Louise découvre cette partie d'elle-même qu'elle a toujours niée. Mais ce subit retour du passé est le prix qu'elle doit payer pour aller de l'avant.



Mon avis :

Encore un avis qui diffère des autres

J'ai lu ce livre d'une traite. Une fois la surprise dépassée concernant le style de l'auteure, je suis très vite rentrée dans le vif du sujet . Ce père qui revient au bout de 20 ans. Sujet poignant et je me suis mise à la place de Louise tout au long de ce court roman. Beaucoup d'émotions s'en dégagent et on ressent très fort cette atmosphère lourde et pesante qui plane tout au long de l'histoire. Mais c'est plus fort que nous on veut savoir la fin. Ce livre m'a beaucoup touchée. Et je ne peux que me poser la question ? Comment aurais-je réagi à sa place ? Enfin vous avez compris j'ai adoré.

4/5

felindra




De : Felindra2775 Envoyé : 2005-02-03 17:43

"Le jugement de Léa" de Laurence Tardieu


Langue : Français Éditeur : Arléa (9 mars 2004)
Collection : 1er mille
Format : Broché - 120 pages
ISBN : 2869596553
Dimensions (en cm) : 13 x 1 x 19


Présentation de l'éditeur
Une jeune femme, Léa, a commis l'irréparable. Sous la surveillance d'un gardien, elle attend que les jurés de la cour d'assises rendent leur verdict. Le huis-clos et la violence morale de la situation font remonter à sa mémoire le frère adoré et disparu, les parents qui ne savaient pas aimer, les hommes qui ont traversé sa vie. Au cours de ces trois heures, un lien se noue entre Léa et le gardien, deux êtres que tout devrait tenir éloignés, mais que la solitude rapproche pour quelques instants. Et c'est ainsi que l'heure du verdict devient, pour Léa, celui de la grâce. Après Comme un père, Laurence Tardieu signe ici son deuxième roman.

Mon avis :

Je trouve que l'auteure est douée dans sa façon d'écrire. On s'y croirait. Pour un peu je me prendrais pour Léa à certains moments. On retrouve cette atmosphère lourde et pesante comme dans son premier roman. Je trouve que l'on ressent bien cette descente aux enfers depuis le moment de la naissance de son fils jusqu'à l'irréparable. Et cette attente de 3 heures. Un vrai supplice aussi bien pour elle que pour nous lecteurs. J'ai aussi été touchée par ce lien qui se tisse entre ce gardien et Léa.
J'ai adoré comme le premier.

4/5

felindra




De : Clochette1509 Envoyé : 2007-01-22 09:47

Puisque rien ne dure - Laurence Tardieu
Roman Stock
132 pages

4ème de couverture
"Je meurs voilà ce qu'elle m'écrit Vincent je meurs viens me voir viens me revoir une dernière fois que je te voie que te te touche que je t'entende viens me revoir Vincent je meurs. Et au bas de le feuille, en tout petit, presque illisible, son prénom. Geneviève, tracé lui aussi au crayon à papier, comme le reste de sa lettre, de la même écriture tremblante, défaillante, si ce n'avait été ces mots-là on aurait pu croire à l'écriture d'un enfant, on aurait pu sourire, froisser la feuille, la jeter à la poubelle et l'oublier : mais non, ce n'est pas un enfant, c'est Geneviève qui meurt".

Et bien, ce qui m'a intrigué de prime abord, c'est cette couverture. Laurence Tardieu en avait trop dit ou pas assez. Et lorsque j'ai commencé, je suis tombée....

"Puisque rien ne dure" est l'histoire de Geneviève et Vincent, couple séparé par un drame qui s'est déroulé 15 ans plus tôt (la disparition sur le chemin de l'école de leur petite fille de 8 ans) et que la mort va de nouveau rapprocher.
Ce livre raconte comment l'un et l'autre ont dû faire leur deuil face à un corps qu'on ne retrouvera jamais.

D'un côté, Vincent qui choisit de tracer un trait sur cette vie passée, de vivre une vie médiocre au travers de passades amoureuses, pour ne plus affronter la douleur. Une espèce de fuite en avant qui, pense-t-il lui permettra d'oublier.

Et de l'autre côté, Geneviève, qui choisite de "s'exiler" à la campagne pour justement pouvoir revivre pleinement les moments avec sa fille, par l'écriture dans ses cahiers où elle décrit les premiers instants de douleurs face à la disparition, puis la vie qui continue malgré tout...

Mais Gèneviève se meurt et a besoin de Vincent pour partir "en paix". Elle a besoin de ses derniers souvenirs pour retrouver sa fille, et Vincent a besoin de les raconter pour pouvoir lui aussi vivre sa vie "pleinement" alors que sa femme et sa fille auront disparu.

Puisque rien ne dure dit la douleur de perdre un enfant. L'auteur dépeint la détresse des survivants et l'inévitable cassure d'un couple suite à une disparition.
J'ai lu ce livre d'une traite, je suis tombée sous le charme de l'écriture de Laurence Tardieu. Ecrit avec des mots simples mais bouleversants, elle décrit vraiment avec beaucoup de justesse la douleur des parents et nous fait partager les choses de la vie et de la mort.

Ma note : 5/5




De : zeta-b Envoyé : 2008-02-26 08:04

"Puisque rien ne dure" - poche - 4/5

C'est un livre déchirant, de ceux qu'on referme le coeur gros en se disant que ce n'est pas juste que des gens souffrent autant. Parce que ce livre raconte avec des phrases poétiques et presque trop belles l'inéffable souffrance, celle que je pense insurmontable, qui détruit tout inéxorablement, même un amour que l'on croyait éternel : perdre un enfant.
Et bizarrement je n'ai pas versé une larme (moi qui m'émeus facilement), on est au-delà des larmes, il semble, dans une douleur qui glace l'âme et qui rend les effusions inutiles.
En affichant la page de cette auteure, je relis tous les messages depuis le premier et je trouve sympa les discussions précédentes entres rates, sur un autre de ses livres, sans que personne cherche à avoir raison, juste pour comparer ses avis, expliquer ce qu'on en a pensé, sans prise de tête. C'est ce que j'aime sur ce site.




De : doriane99 Envoyé : 2008-03-13 15:39

Puisque rien ne dure

"... Viens me revoir Vincent je meurs", voilà ce que lui écrit Geneviève, sa femme dont il est séparé. Entre eux, un drame dont leur couple ne s'est jamais remis.

Un énorme coup de coeur ! Une belle écriture, un sujet sensible traité avec finesse et simplicité, des personnages sincères et touchants. J'ai adoré chacune des lignes de ce livre. Comment ne pas partager la douleur de ce couple englué dans sa douleur, incapable de se reconstuire, de se retrouver ? Seul "hic", vraiment pas à lire quand le moral est en berne
5/5


avatar
petitelune

Nombre de messages : 540
Age : 33
Location : Cantons de l'Est / Québec / Canada
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Rêve d'amour - Livre de poche - 3,5/5

Message  zeta le Mar 24 Fév 2009 - 12:09

Alice a trente ans et un gouffre immense en elle, une absence, un manque qui l'a meurtrit et quelle ressent dans chaque fibre de son corps et de son coeur. Alice a perdu sa mère pendant sa petite enfance. Perdre est le terme exact, puisqu'à la mort de Blandine, s'est ajouté l'anéantissement de tout souvenir, de tout vestige, de toute trace d'elle, effacement total voulu par le mari /père d'Alice . Un père qui s'est, depuis le décès, muré dans le silence, la froideur, qui n'a donné à la petite Alice que des bribes d'amour et d'attention, bribes qui étaient pourtant bien précieuses à la petite fille.
A la mort de ce père, Alice tente enfin de recréer l'image, la présence de la disparue, en recherchant une personne dont Alice sait maintenant l'existence, l'importance, et le nom. Une personne qui a aimé sa mère et a été aimée d'elle.

Laurence Tardieu a écrit un livre court et dense sur l'amour et ce qu'il apporte ou retranche dans une existence. D'une écriture lyrique et poétique, elle retrace le passé de cette enfant qui a attendu sa maman pendant des mois, voire des années, avant d'apprendre qu'elle ne reviendrait plus et qui cherche, depuis, inlassablement, à recomposer la silhouette d'une mère quasi inconnue.
L'histoire est très sensitive, à fleur de peau. A partir du moment où Alice contacte "la personne", j'ai survolé les pages avec l'impatience et la fébrilité de l'héroïne qui touche enfin à son but (au passage je trouve ce père bien cruel d'avoir ainsi fait disparaître tout ce qui aurait dû nourrir l'imagination de son enfant).
Puis j'ai repris le livre, là où ma lecture s'était emballée, et j'ai remarqué que, même en prenant mon temps, les phrases, pourtant élégantes et harmonieuses, s'envolaient de mon esprit, à peine lues.
A part le thème, il ne me reste pas grand chose, une fois la dernière page tournée. Trop de pathos, trop d'étalage de sensations, des images un peu creuses, une impression de flou artistique, c'est joli, prenant, mais cela a glissé en douceur sur moi, sans pénétrer. Trop d'émotions tue l'émotion.
Ou bien je deviens insensible pale
avatar
zeta
Admin

Nombre de messages : 4028
Location : lot et garonne - France
Date d'inscription : 25/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Un temps fou

Message  lalyre le Mer 4 Mar 2009 - 12:17

Un temps fou Laurence Tardieu Ed.Stock 2009
236 P.

Ce roman commence par un rêve de Maud,la narratrice,elle voit un homme qui se penche sur elle qui se trouve dans sa baignoire,il la caresse ,ensuite disparaît.Cet homme qu'elle a vu en rêve existe et c'est lui qui dans tout le roman sera l'objet de tous ses fantasmes.Ils se sont rencontrés une fois lors d'une soirée qui devint une nuit,il y a six ans,il vient de lui téléphoner et veut la revoir,un rendez-vous est donc fixé.Mais Maud est mariée,mère d'une petite fille ce qui ne les empêchera pas de se revoir plusieurs fois.il est scénariste,un jour il part pour Los Angelès ,c'est de nouveau la cassure,il revient à Paris,Maud le voit dans la foule d'invités parlant à une femme ,lui disant les mêmes mots d'amour qu'il lui a dit un jour.C'est à ce moment-là qu'elle se rend compte à quel point elle a rêvé sur cet homme.,elle se sent trahie,elle a honte de s'être tompée à ce point.Mais ils se reverront et......

Extrait :Je marche dans la nuit,je voudrais ne plus penser à rien,n'être qu'un corps qui marche,un corps en mouvement dans la ville endormie.
J'avance sans hâte,les rues sont désertes,c'est l'heure ou on dort,ou on rêve,transportés dans des royaumes enchantés qui n'existent pas,ou la vie peut être simple,ou elle n'exige aucun choix,ou tout se fait et se défait sans bruit et sans douleur,je pense à vous ,à votre corps,à vos mains,à vos lèvres,et quelque chose au-dedans de moi brûle lentement.
La nuit est glacée.J'aurais aimé marcher longtemps,errer dans la ville endormie jusqu'a ce que mon corps épuisé s'apaise.

Un long monologue avec de très belles phrases,souvent courtes mais poétiques.Personnellement j'aurais aimé lire ce roman entre trente et quarante ans,je pense que je l'aurais perçu d'une autre façon...Mais je le cote 4,5/5 pour la beauté du style et les jeunes femmes qui le liront pourrait peut-être le proclamer coup de coeur.
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4234
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Laurence TARDIEU (France)

Message  petitemartine le Mer 4 Mar 2009 - 14:26

Puisque rien ne dure de Laurence Tardieu

Une centaine de pages pour décrire la vie et les émotions d'un couple déchiré à la suite de la disparition de leur petite fille de 8 ans à la sortie de l'école et jamais retrouvée... C'est court !

3 parties dans ce petit roman :
Vincent : Alors qu'il a quitté son ex femme Geneviève depuis 15 ans- après la disparition de Clara - se rend immédiatement au chevet de cette femme malade qui le réclame...
Etrange cette première partie que j'ai dû lire dans un seul souffle sous apnée où j'avais l'impression que les mots se suivaient mais que rien s'en sortait vraiment ? Des phrases courtes remplies de tristesse, d'interrogations, de regrets de la part de Vincent.
Geneviève : On a droit à quelques morceaux choisis du journal que Geneviève s'est efforcée d'écrire-afin de ne pas sombrer- à partir du jour de la disparition de sa petite fille : des souvenirs de moments de tendresse entre eux , des autres plus durs alors que les recherches n'aboutissent pas etc... Rien d'ordonné, tout en vrac comme dans sa tête.
Ensemble : Voilà, le couple est à nouveau réuni.Geneviève va pouvoir mourir tranquille... Derniers souvenirs communs autour de Clara avant le dernier souffle...

Mon avis est mitigé, je suis déçue, je m'attendais à quelque chose de plus dense, de moins superficiel. Quand je lis vos avis ici et ailleurs : beaucoup de monde a apprécié !
Est-ce parce que je sort d'un livre de JC Oates qui excelle dans la description psychologique de ses personnages complexes ?
Ici je n'ai rien ressenti ; aucune émotion ; des personages plats. Un petit livre intimiste certes avec beaucoup de pudeur, beaucoup de non-dits, trop peut-être !
Ce livre a-t-il été sponsorisé par Kleneex ? J'ai trouvé la dernière partie pathétique ; le but est-il de faire pleurer le lecteur à tout prix ? Cette description des derniers pas de Geneviève : pour moi c'est beaucoup trop ! Ca dégouline de bons sentiments. Et je n'aime vraiment pas.
Ca ferait un très bon film du dimanche soir pour faire pleurer dans les chaumières !

Le style est simple, rythmé, les phrases courtes, l'écriture est agréable, mais je trouve qu'on apprend trop peu de choses sur la douleur de ce couple.
Je suis par exemple beaucoup plus touchée lorsque je lis Olivier Adam qui sait très bien décrire la détresse des gens et même dans des nouvelles de quelques pages ( c'est pour ça que je pense que ce n'est pas parce que ce livre est court que je l'ai trouvé superficiel )
Il y a quand même quelques passages que j'ai aimés lorsque Vincent et Geneviève se retrouvent dans la chambre de Clara par exemple, leur impossibilité à communiquer.
Mais sinon, pour moi c'est creux et je pense très vite oublier ce petit livre.

Ma note : un petit 3/5
avatar
petitemartine

Nombre de messages : 2416
Age : 46
Location : Morbihan /France
Date d'inscription : 04/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Laurence TARDIEU (France)

Message  flop-itude le Lun 18 Mai 2009 - 22:11






Laurence Tardieu est née en 1972 à Marseille. Elle a fait
des études de commerce. Elle est comédienne mais pour l’instant elle a surtout
l’air d’être écrivain.



Dans l’hiver parisien, une femme reçoit le coup de téléphone
d’un homme qu’elle a déjà rencontré six ans auparavant. Au cours de cette
soirée, qui a été une rencontre, qui a duré une nuit, qui a duré six ans, qui a
duré l’éternité du désir, quelque chose s’est produit de l’ordre de l’onde de
choc. Le regard, la voix, les mains de cet homme ont réveillé chez la
narratrice un imaginaire endormi fait de sentiments amoureux qui rendent à la
vie avec la puissante intensité de l’enfance et avec son émerveillement .
Elle raconte comment elle s’est noyée dans ce désir, l’attisant de souvenirs et
de rêves . L’écriture est caressante, sensuelle, affective, enveloppante. On
lit ce livre comme une étreinte. Ils se retrouvent et tout s’embrase. Elle s’appelle Maud et lui ne sera nommé que
tardivement dans le livre , lorsque tout aura été consommé, consumé. Des
passages en italiques font une belle part aux souvenirs lumineux de l’enfance.
Le cinéma est omniprésent avec des images qui reviennent comme du vécu, avec
son père puis avec celui qu’elle aime aujourd’hui. Et l’écriture bien sûr est à la croisée de ces chemins. Quelle est la part du rêve et de l'imaginaire dans nos relations amoureuses ? Laurence
Tardieu se demande aussi « si l’amour et l’écriture ne naissent pas de la même
nécessité, celle de ne pas renoncer, celle de s’interdire de se laisser
glisser, emporter dans la course erratique de la vie, et de perdre le désir des
choses, d’oublier ce que c’est que la vie qui flamboie et la joie qui emplit le
corps et la tête. » L’instant présent magique qui recouvre tout comme la
neige transforme le paysage. C’est un livre que j’ai trouvé admirablement
reposant, qui fait rêver parce qu’il sort du cadre et donne une chance d’infini
à la vie. Dans l’avant dernière page, elle évoque d’ailleurs un des tableaux de
Nicolas de Staël, la route
… « Une route qui s’étend, qui se brise au loin ».


avatar
flop-itude

Nombre de messages : 236
Age : 53
Location : Aveyron France
Date d'inscription : 15/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Laurence TARDIEU (France)

Message  lalyre le Ven 29 Jan 2010 - 18:18

Comme un père
Laurence Tardieu
Points/Seuil 2008
119 P.
Louise a vingt-sept ans ,elle a perdu sa mère ,renversée par une voiture.Elle a un compagnon souvent en voyage pour son travail ,elle est souvent seule faisant de la sculpture dans son atelier .Un jour ,elle reçoit une lettre de son père qui est en prison depuis vingt ans .Il va être libéré et lui demande de l'accueillir chez elle pendant quelques jours .Mais pour Louise ,ce père qu'elle n'a jamais connu va lui poser des problèmes ,mais elle accepte .Et pendant cinq jours ,ils vont vivre ensemble,comme des étrangers car Louise n'a rien à lui dire ou plutôt elle ne sait sortir les mots pour savoir ou simplement elle s'est enfermée dans son hostilité envers cet homme .Ce seront des jours douloureux pour le père et la fille et lorsqu'il part pour un centre d'accueil ,elle voudrait dire un mot gentil ,elle lui dit simplement qu'il ne sera jamais qu'un étranger pour elle .ce qui va provoquer un drame de désespoir .alors Louise va t-elle pouvoir recommencer une nouvelle vie.Personnellement j'en doute .....

Un petit livre douloureux et pourtant émouvant ,deux êtres dont l'un voudrait aimer et l'autre proche de la haine .Ecrit avec des " Je" et " Elle " en alternance dans un même chapitre,on pense que l'auteur a voulu introduire le lecteur dans les pensées de Louise .,de ressentir ce qu'elle ressent .J'ai lu ce roman avec une certaine hâte pour tourner les pages mais trop vite terminé ,j'aurais aimé pouvoir aller plus loin dans la vie de Louise .Je pense que l'auteur l'a voulu ainsi pour nous permettre d'imaginer une suite......4,5/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4234
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Laurence TARDIEU (France)

Message  DM29 le Sam 20 Aoû 2011 - 19:37

COMME UN PERE

Lalyre l'a résumé juste au dessus !

Très émouvant comme livre. Il se lit vite, trop vite même, et comme Lalyre , j'aurais voulu en savoir plus sur cette jeune femme et sur son père. L'écriture désarçonne un peu au début, mais on s'y fait très vite. Mais c'est très réaliste, l'histoire et les personnages sont crédibles, mais c'est trop triste, j'avoue que le livre m'a mis le moral à zéro.

note 4/5

_________________
study livres lus PAL : 10/47
avatar
DM29

Nombre de messages : 675
Age : 30
Location : Breizh
Date d'inscription : 21/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Laurence TARDIEU (France)

Message  lalyre le Dim 21 Sep 2014 - 9:07

Une vie à soi        
  Laurence Tardieu      
Flammarion  20 août 2014        
           187 pages

Quatrième de couverture
À quoi cela a-t-il tenu ? À la solitude d’un jour d’automne, à la tristesse tenace de ces derniers mois, au souvenir inattendu du Jeu de paume où elle se rendait parfois enfant ? Peu de choses, en somme, qui conduisent Laurence T. à pousser la porte de l’exposition consacrée à la photographe Diane Arbus. Le choc, d’abord esthétique, devient peu à peu existentiel. La narratrice va revisiter son histoire personnelle et familiale à la lumière de celle de Diane Arbus, jumelle soudain découverte. Leurs histoires se répondent : l’enfance est privilégiée mais recluse, le désir de venir enfin au monde se confond avec celui de créer, les hommes et les enfants sont toujours là, essentiels. En partant à la recherche de Diane Arbus, Laurence T. va se reconnaître elle-même dans le miroir.
Ce livre entrelace souvenirs, évocations, scènes d’hier et d’aujourd’hui, rêves et fragments biographiques pour devenir le roman d’une rencontre et d’une quête, celle d’une vie enfin retrouvée

Mon avis

C’est à partir de la visite de la narratrice dans  ce musée ou se tient une exposition des photographies de Diane Arbus, photographe décédée une il y a une quarantaine d'année. Que sa  vie va changer, car elle va faire la constatation que tant de points troublants  vont la faire se reconnaître et lui permettre de descendre au plus profond d’elle-même pour retrouver des souvenirs d’enfance et apaiser ses peurs. Ce roman est un livre vibrant, touchant, sensible et questionne sur l’amour de l’art qui peut tout simplement sauver une vie ce qui  renvoie l’auteure à une vocation artistique comme seul moyen de libération. Un roman que j’ai trouvé assez lourd par l’atmosphère qu’il dégage bien que le  style soit très bon, je dirai que je l’ai moyennement aimé. 4/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4234
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Laurence TARDIEU (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum