Luis SEPÙLVEDA (Chili/Espagne)

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Luis SEPÙLVEDA (Chili/Espagne)

Message  Calepin le Lun 8 Déc 2008 - 17:05

From: Calou Sent: 10/2/2002 2:40 AM

Les roses d'Atacama

Recueil de 35 petits récits touchants, de fragments de vie empreints de poésie pour "tous ceux dont on ne parle pas dans les journaux, qui n'ont pour toute biographie qu'un passage oublié dans les rues de la vie". Sepùlveda a les mots qu'il faut, nobles, simples et beaux, pour donner des raisons d'espérer. Fortement conseillé !

Note: 4/5



De : Mousseliine Envoyé : 2003-09-01 18:29

Le monde du bout du monde

C'est d'abord un adolescent de 16 ans, un chilien, dont la lecture de Moby Dick lui a donné le goût de partir en Patagonie (l'extrêmité sud du Chili) afin de découvrir la vie des chasseurs de baleine. Puis il est devenu un journaliste, en exil en Allemagne. En collaboration avec Greenpeace il dénonce les désastres écologiques à travers le monde. Ils ont appris qu'un bateau-usine japonais, chasseur de baleines, à l'encontre des lois internationales protégeant les baleines, navigue au large de la Patagonie. Ce bateau a fait un étrange naufrage, plusieurs membres de l'équipage sont mort. Le journaliste part enquêter sur les lieux. Et là il fait la connaissance de gens très colorés dont un vieux marin d'origine danoise.

C'est une histoire qui met en évidence la protection de la nature et des animaux marins. Un roman qui dénonce ceux qui détruisent la vie marine et la végétation en Patagonie. Un roman qui rend hommage aux habitants de ces îles au bout du monde. Mais c'est aussi l'histoire d'un homme qui a fuit son pays pour échapper aux persécutions du gouvernement en place et qui après tant d'années retrouve enfin son chez-lui...

J'ai beaucoup aimé. J'ai apprécié la sensibilité de Luis Sepúlveda envers la nature. J'ai aimé partir en voyage avec l'auteur au bout du monde. La carte donnée au début du livre permet de le suivre dans ses déplacements, malheureusement elle n'est pas suffisamment détaillée, on s'y perd aisément. Je vous le recommande avec plaisir, si la protection de la nature et surtout des baleines vous tient à coeur vous ne resterez certes pas insensibles à ce petit roman!

note:4.25/5



De : Friisette Envoyé : 2003-09-09 18:18

Le monde du bout du monde

J'ai tout simplement adoré ce roman, particulièrement à cause des valeurs qui y sont présentées.

Un journaliste né au Chili, mais qui a dû fuir sous le règne des dictateurs, revient dans son pays natal pour un article sur le massacre des baleines chaudron et d'autres espèces marines. Il croyait avoir fait le deuil du pays de ses origines mais tout au long du roman, il découvrira que tout cela n'était qu'illusion.

Ce roman en est un d'émotions, malgré l'absence de poésie de l'écriture. On sent que l'écrivain aime son pays, malgré tout ce qui a pu s'y passer. On perçoit, chez le personnage du journaliste, un attachement quasi oublié face à sa patrie. Il réussit aussi très habilement à nous faire partager ses valeurs face à la sauvegarde des ressources planétaires, que des capitalistes à outrance méprisent et bafouent impunément. Bref, c'est un incontournable pour tout écologiste dans l'âme.

L'auteur a aussi réussi à me faire réaliser que l'idée que je me faisait du Chili était bien à côté de la réalité. Je ne sais trop pour quelle raison, j'avais une impression de pays chaud, comme ceux situés près de l'Équateur. Rien n'est plus faux... En fait, côté climat, le Chili semble beaucoup se rapprocher de ce qu'on connait ici au Québec.

Mais le récit n'a pas que des qualités. Il peut être très ardu à suivre. En particulier à cause de la multitude de noms de lieux qui sont mentionnés lorsqu'on suit l'itinéraire du voyage. Un coup d'oeil sur la carte, nous fait comprendre que l'écrivain n'a pu faire autrement. Cette région du globe regorge d'îles et de canaux. Il faut aussi avoir une certaine connaissance du vocabulaire lié à la navigation si on veut bien saisir les subtilités de l'histoire.

Mais c'est tout de même une histoire sublime! Voici d'ailleurs un court extrait que j'ai particulièrement apprécié. On y parle du Finisterre, le bateau qui a découvert le massacre.
"N'oubliez pas de mentionner le Finisterre. Les bateaux qui ont le goût de l'aventure deviennent amoureux des mers d'encre et ils aiment naviguer sur le papier." Charmant non?

Note : 4.5/5



De : librairemimi Envoyé : 2003-09-27 12:06

Le Monde du bout du monde

Un jeune homme après la lecture de Moby Dick, décide d'aller travailler sur un baleinier et ainsi de découvrir la vie de chasseur de baleine. Mais cette vie n'est peut etre pas ce qu'il aime le plus. Plus tard il devient journaliste et fait des enquêtes sur la protection des baleines en périle en collaboration avec greenpeace.

J'ai tout simplement adoré ce petit livre il m'a boulversé. Ce qui ma choqué surtout c'est de la facon dont il chasse la baleine.... C'était le premier livre que je lisais de cet auteur, c'est sur et certain que ce n'est pas le dernier.

note 4.5/5



De : nimbus Envoyé : 2003-09-29 16:28

Les roses d'Atacama
Métailié. 160 pages 15 euros.

L'état du monde en 35 petites histoires ( de 3 à 10 pages): de Fitzcarraldo aux baleines de Méditéranée, des lapons à Fernando le chien mélomane, qui à Resistencia -et pour longtemps encore_ montre son cul au pouvoir! SUBLIME!

Hors cotation



De : melodie74 Envoyé : 2003-09-29 23:30

Le vieux qui lisait des romans d'amour
(trad. de Un viejo que leia novelas de amour)
(1992) 121 pages.

Il y a déjà quelques temps que j'ai terminé ce petit livre de Sepulveda. Un p'tit bijou. Le temps de me prélasser un peu dans un bain et c'était terminé. C'est sûr que je vais le relire bientôt...c'est comme de la poésie, mais comprenable . Polo a fait une très belle et exhaustive description du livre dans cette section alors j'y ajouterai rien sinon ma critique : ! Je trouve vraiment épatants les auteurs qui sont capables en si peu de pages de faire passer tant d'émotions et de connaissances (j'utilise ce mot sans snobisme) : les animaux, les Schuars, l'Amazonie, la lecture, l'amour, etc. Un régal. Merci à Frisette et à Mimi pour leur bon choix...J'espère que le mien sera aussi apprécié



De : librairemimi Envoyé : 2003-11-28 23:14

Le Journal d'un tueur sentimental Luis Sepulveda

J'ai trouver ce livre assez bon et cute Tout le long du livre j'attendais un meurtre quelqu'onque....mais n'est jamais vraiment venu. C'était plutot la préparation d'un meurtre qu'on a vu se dérouler dans ce livre. Sentimental parceque le tueur à le don de faire tomber les filles....il s'amarouche(est-ce un vrai mot?) d'une belle jeune fille le double sa cadette. Alors voilà j'en dis pas plus le livre est très court je ne veux pas dévoilé le punch comme on dit. Alors voilà un autre bon livre de Sepulveda.

Note : 4/5



De : doune9197 Envoyé : 2004-04-04 17:41

Le monde du bout du monde
Édition Métailié
131 pages

Hé bien dit donc! Un nouveau coup de coeur pour moi!

Résumé: C'est l'histoire d'un jeune Chilien qui se découvre un amour pour la mer après avoir lu Moby Dick. Il décide donc, à l'âge de 17 ans, d'aller en mer avec des chasseurs de baleines. Finalement, l'expérience de cette tuerie ne lui plait pas du tout. Une vingtaine d'année plus tard (je crois), il fait partie d'un mouvement écologique où il est journaliste. à la suite d'un fax révélant le retour des baleiniers, il décide d'aller découvrir l'histoire de sa patrie.

Mon avis: Un tout petit livre qui nous fait sentir la brise marine et qui m'a donnée envie de partir en bateau découvrir les baleines et les dauphins. Il y a de très belles descriptions!!

Ma note: 5/5 je ne pouvais plus en décrocher!!!!



De : Chantal5500 Envoyé : 2004-06-18 15:17

LE VIEUX QUI LISAIT DES ROMANS D'AMOUR
Editions Métailié 130 p.

Antonio José Bolivar a longuement vécu avec les Shuars, indiens d'Amazonie, il connait et respecte la forêt amazonienne. Et il adore lire des romans d'amour. Lorsqu'une pirogue chargée d'un cadavre s'échoue près de son village, il reconnait les marques d'un félin, un ocelot. Il part, avec quelques hommes, à la poursuite de l'animal en pleine forêt amazonienne...

Un tout petit roman qui se lit très vite et qui est bien plaisant. Il parle d'écologie, de la beauté et de la luxuriance de la forêt primitive (je marchais à ses côtés), de l'impact de la colonisation sur les tribus primitives...J'ai aimé le style d'écriture et l'humour. Bref, j'ai passé un bien bon moment.

Note : 3,8/5
avatar
Calepin

Nombre de messages : 1527
Age : 36
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Luis SEPÙLVEDA (Chili/Espagne)

Message  Calepin le Lun 8 Déc 2008 - 17:09

Note biographique
Né en 1949 au Chili, il milite au sein des jeunesses communistes au Chili avant d'être emprisonné pour 28 ans, en 1979 sous Pinochet. Libéré contre huit ans d'exil en Suède (après 2 ans et demi de prison), grâce à l'intervention d'Amnesty International, il "s'arrête" à Buenos Aires et séjourne dans divers pays d'Amérique du Sud. Puis il part en Europe et séjourne 14 ans à Hambourg. En 1996, il s'installe dans le nord de l'Espagne. Au talent d'écrivain, s'ajoutent ses engagements politiques contre les séquelles laissées en Amérique du Sud par les dictatures militaires, en faveur de l'écologie, contre le racisme.



De : freakygreen Envoyé : 2005-04-24 08:29

Le vieux qui lisait des romans d'amour

On devait lire ce livre pour le cours de littérature et je dois avouer que, au début, ça n'avait pas l'air très appétissant, tant en regardant la courverture qu'en lisant la 4e... Mais, finalement, j'ai bcp appréciée ce petit livre parlant surtout de la nature et des indiens shuars...

Note : 4/5



De : lalyre7032 Envoyé : 2005-04-25 05:42

Le vieux qui lisait des romans d'amour

J'ai lu le vieux qui lisait des romans d'amour en 1995 et je retrouve le commentaire que j'avais fait!!!! Tout d'abord j'avais aimé les quelques phrases amusantes à propos du médecin itinérant,arracheur de dents,très sympa qui à chacun de ses passages apporte quelques livre à Antonio.L'affrontement entre l'animal et l'homme qui est une lutte sans merci et j'aurais voulu que la bête puisse s'échapper.C'est un très beau livre qui m'a fait connaître un autre monde avec beaucoup d'aventure,de la tendresse et un certain respect de la nature.

Note : 5/5



De : LeChapelierFou Envoyé : 2006-04-25 15:03

Le neveu d'Amérique

Biographie romancé, la promesse d’un jeune enfant à son grand père d’un double voyage, un à Martos qui d’après les dires de son grand père est dans son cœur et l’au vers nulle part… voila le départ de l’histoire.

Voyage initiatique d’abord dans la mémoire de l’auteur : prison, exil mais aussi dans le sud du Chili.
Sepulveda une fois de plus nos montre ses talents de conteur hors pair, nous vivons avec lui son voyage au cœur de son passé et de son pays.

Note : 4.25/5



De : Sahkti1 Envoyé : 2006-04-26 05:26

Le vieux qui lisait des romans d'amour

Les romans d'amour du titre m'ont semblé être avant tout un prétexte pour introduire un personnage, pour le rendre attachant au lecteur et lui permettre de nous prendre par la main pour nous guider dans la forêt. Sa forêt. La forêt amazonienne. Un territoire qu'il vénère et respecte. Profession de foi d'un homme qui a quitté sa civilisation pour en apprivoiser une autre ou plutôt se faire accepter par celle-ci, car la nature, on ne la domine pas, c'est elle qui nous gouverne et cette histoire le démontre parfaitement, dans un langage tendre et imagé. Est-ce un conte écologique? Ce pourrait l'être, mais il faut y ajouter la dimension psychologique, ces questions qui se posent sur l'épanouissement personnel, sur les troubles de la cohabitation humaine, sur les dérives du pouvoir et sur la survie de l'âme au milieu des présences invisibles.
C'est une belle histoire, avec des notes d'humour plaisantes et de superbes descriptions d'une forêt meurtrie qu'il faut absolument considérer comme une entité à part entière qui a droit au respect, comme nous l'exigeons pour nous-même. La dédicace à Chico Mendès rappelle que la nature ne représente pas grand chose aux yeux des spéculateurs et le contenu du récit nous laisse constater que l'homme sera toujours le plus faible. Une leçon d'humilité ? Ce livre a été adapté en 2001 par Rolf De Heer sous le titre "The Old Man Who Read Love Stories", avec Richard Dreyfus, Hugo Weaving et Cathy Tyson. Un film d'aventures tourné en Guyane française, loin d'être un chef-d'oeuvre, mauvais à certains moments. Bref, préférez le livre au film !

Ma note: 4/5



De : Sahkti1 Envoyé : 2006-04-26 05:28

Histoire d'une mouette et du chat qui lui apprit à voler

Un très beau film d'animation ("La mouette et le chat") a été tiré de ce texte et réalisé par Enzo D'Alo. C'est une réussite. On y retrouve la douceur et la poésie de Sepulveda, le dessin est très fin et très beau, le film n'élude aucun des aspects graves abordés dans le texte original. C'est une cassette qui a longtemps tourné en boucle chez moi pour le plus grand plaisir de mon marsu (et aussi du mien, j'avoue).



De : Cryssilda_ Envoyé : 2006-07-31 04:01

Le vieux qui lisait des romans d’amour de Luis Sepulveda
Editions points, 121 pages
- Chili -

Au fin fond de l’Amazonie, dans le petit village d’El Idilio, est découvert le cadavre d’un homme blanc. Très vite, l’accusation porte sur les indigènes des environs, les Shuars. Seul Antonio José Bolivar, l’homme qui lisait des romans d’amour, va déceler dans cette mort la menace d’un animal.

Un court roman très très joliment écrit. Je me suis sentie transportée en Amazonie, j’entendais la pluie tomber sur les arbres et la rivière, je voyais les ouistitis aller d’arbres en arbres… C’est un très beau livre sur le respect de la nature : La forêt, les animaux, le genre humain quel qu’il soit. Dommage que ce livre soit si court.

Note : 4/5



De : lalyre7032 Envoyé : 2006-08-14 09:21

Le neveu d’Amérique
Seuil

Fidèle à la promesse faite à son grand-père,notre héros part pour retrouver sa famille dans son village natal en Andalousie.Partant de Santiago,c’est un voyage rempli d’aventures et de rencontres que nous parcourerons avec lui.Nous faisons la connaissance de marins,de professeurs amateurs de filles,un aviateur un peu fou,des filles à marier et de vainqueurs de championnats de mensonges,Un itinéraire qui ne prend son sens qu’avec l’accomplissement de la promesse faite à son grand-père.

Mon avis :J’ai aimé ce très beau livre écrit avec beaucoup d’humour par ce grand conteur qu’est Luis Sepulveda.

Note : 5/5



De : Sahkti1 Envoyé : 2006-09-04 16:20

Yacare

Courte nouvelle policière de Luis Sepulveda, sans doute pas un de ses meilleurs textes. Le yacaré est un petit crocodile exporté clandestinement à Milan pour la maroquinerie Brunni, dont un des directeurs vient de mourir. Dany Contreras enquête pour le compte de son employeur, les Assurances hélvétiques, celles-ci devant verser la somme d'un million de francs suisses à un légataire inconnu en cas de décès naturel. Ce qui n'est pas le cas. Reste à savoir comment et pourquoi.

Une trame assez classique, très attendue, pas de véritable rebondissement. J'ai trouvé ça assez plat, d'autant plus que Sepulveda, contrairement à d'autres fois, ne profite pas de son travail d'écriture pour parler d'un pays ou d'un peuple. C'est une histoire brute et simple sans surprises, qui ne m'a guère emballée. Dommage, parce que l'écriture de Sepulveda demeure belle et il y a derrière tout cela un potentiel qui laisse une impression de non-exploitation.

Ma note: 2/5



De : Sahkti1 Envoyé : 2006-09-04 16:21

Hot Line

Georges Washington Caucaman, inspecteur de police en Patagonie, d'origine mapuche, explose un jour, au sens premier du terme, le postérieur du fils véreux d'un général encore plus véreux. Au Chili, on n'attaque pas les militaires. Caucaman l'apprend à ses dépens, il est muté à Santiago. Une ville à laquelle il ne parvient pas à s'habituer, le déracinement est total. Mais l'histoire n'a pas dit son dernier mot.

Une histoire courte, pleine d'humour et d'ironie, avec l'écriture belle et sensible de Sepulveda, teintée de poésie et d'enracinement au pays natal. J'ai aimé ce vague à l'âme ressenti par Caucaman, ces nerfs à fleur de peau et cette impression d'être nulle part à son arrivée dans la grande ville. Un roman très humain, avec une fin qui peut peut-être paraître facile ou un brin guimauve, ça se terminerait presque trop bien, mais c'est en réalité bien plus cruel qu'il n'y apraît. Car cette fin est celle d'une fiction, d'un roman; c'est du rêve. Illustrant hélas à merveille à quel point la réalité est toute autre.

Ma note: 4/5
avatar
Calepin

Nombre de messages : 1527
Age : 36
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Luis SEPÙLVEDA (Chili/Espagne)

Message  Calepin le Lun 8 Déc 2008 - 17:13

De : doriane99 Envoyé : 2006-12-23 11:37

Le vieux qui lisait des romans d'amour
Métailié, 130p

Antonio Jose Bolivar est un vieux routard, il a vécu auprès des Jivaros et a appris ce qu'était l'Amazonie. Le voilà parti traquer un ocelot qui a tué un "gringo".

Un tout petit livre que j'ai lu lentement, ce "vieux" est très attachant, il sait rester humble devant la nature et ses exigences. Un vrai livre "écolo" qui nous fait aimer l'Amazonie, respecter ses habitants. On y parle des Jivaros, des "gringos" qui viennent tels des conquérants... On y parle aussi de la vieillesse, du respect des autres, je lui ai trouvé un petit air du "vieil homme et la mer" en plus réussi.

Note : 4/5



De : Profgéo Envoyé : 2007-05-22 14:14

Le monde du bout du monde
122 pages, Métaillé

Le narrateur, dont on ne sais pas le nom n'a pas mis les pieds au Chili depuis des années. Il y retourne en tant que représentant de Greenpeace pour résoudre une nébuleuse affaire de baleinier chassant de manière illégale dans la détroit de Magellan, dans ce monde du bout du monde où l'auteur a déjà pris part à une expédition de chasse dans sa jeunesse, inspiré par les descriptions de Moby Dick. C'est le retour au pays, mais aussi la confrontation entre l'homme et la nature, les vieux marins qui savaient respecter la mer et les bateaux-usines qui se moquent de tout et détruisent la nature.

Moins bon que Le vieux qui lisaient des romans d'amour, même si c'est dans la même veine. L'histoire prend beaucoup de temps à décoller et a l'impression que la quatrième de couverture décrit l'histoire jusqu'à dix pages avant la fin. Quelques longueurs donc, mais la finale fait profondément réfléchir sur notre prétendue toute puissance sur la nature et sur la façon dont nous l'abordons. Et aussi, une réflexion sur la solidarité entre l'homme et l'animal quand ceux-ci s'allient dans la protection de la nature et du futur pour tous. Un très bon livre quand même.

Ma note 4/5



De : Myanka_K9 Envoyé : 2007-10-07 09:10

Le vieux qui lisait des romans d'amour
(Seuil, Points - 121 pages)

Sepùlveda dit tant de choses en si peu de mots dans ce petit roman de 121 pages. Un bijou. La force d’évocation des mots, des phrases. Les pointes d’humour, indéniables et fréquentes, dans un roman qui finalement n’a rien d’humoristique. Quel talent! J’ai adoré. Une ode à l’Amazonie, à ses habitants, à sa forêt, à sa faune et sa flore, mais aussi au livre et à l’écriture. Un très beau conte qu’on a envie de relire dès qu’on a tourné la dernière page.

4.5/5



13_calimeroEnvoyé : 2008-01-06 13:22

Mon neveu d'Amérique de Luis Sepulveda.

L'auteur raconte comment et pourquoi il est parti à la recherche des racines de sa famille andalouse et en particulier du frère de son grand-père, anarchiste exilé au Chili, à l'origine de ses engagements politiques. De chapitre en chapitre nous voyageons avec lui de l'Equateur au détroit de Magellan, de prostituées au grand coeur en rencontres littéraires.

A la fin de ma lecture j'ai eu envie de faire mon baluchon et de partir à l'aventure....En bref, j'ai beaucoup aimé ce livre. Pour info : c'est un livre qui se lit très rapidement

Note : 4/5



De : Foret_ Envoyé : 2008-03-09 09:02

Le vieux qui lisait des romans d'amour
121 pages


Résumé de couverture :
Lorsque les habitants d'El Idilio découvrent dans une pirogue le cadavre d'un homme blond assassiné, ils n'hésitent pas à accuser les Indiens de meurtre. Seul Antonio José Bolivar déchiffre dans l'étrange blessure la marque d'un félin. Il a longuement vécu avec les Shuars, connait, respecte la foret amazonienne et a une passion pour les romans d'amour. En se lançant à la poursuite du fauve, Antonio José Bolivar nous entraîne dans un conte magique, un hymne aux hommes d'Amazonie dont la survie même est aujourd'hui menacée.

Ce livre m'a énormément parlé, deux ou trois fois je me suis arrêtée pour mieux m'imprégner d'un extrait, Sepulveda venait de mettre des mots sur quelque chose que je n'aurai jamais su exprimer. Je crois que je peux dire que c'est le genre de livre pour lequel il y a un avant et un après si vous voyiez ce que je veux dire ... Sans doute que tout le monde ne ressentira pas cela lors de la lecture mais je suis sûr que tous peuvent être touché et même émus par ce petit livre racontant la belle histoire d'amour et de respect d'un vieil homme pour la forêt amazonienne. L'écriture est toute simple mais nous transporte complètement, le livre prend vie et on marche aux cotés du vieil homme. Un livre que je recommanderais souvent car par sa simplicité il est facilement abordable par tous et je ne doute pas qu'il saura conquérir bien des coeurs.

Note : 5/5



De : supermartine Envoyé : 2008-09-20 02:53

LE VIEUX QUI LISAIT DES ROMANS D'AMOUR

Un très beau petit conte écologique à mettre entre toutes les mains ! Il s'adresse aussi bien aux ados qu'aux adultes. Ce petit livre se lit tout seul et rapidement, moi je n'ai pas eu le temps de m'ennuyer !

Sepulveda nous emmène en voyage, dans la jungle amazonienne avec ses fauves, ses indiens et ses colons. C'est très frais, très vert, plein de poésie et de bons sentiments : le respect d'autrui, l'amitié... Moi je suis tombée sous le charme : il arrive l'air de rien, sous une fausse légèreté à dénoncer la barbarie des hommes, la colonisation, la destruction de la forêt amazonienne et la disparition des indiens.
L'histoire de ce vieux, attachant, qui se découvre une passion pour les romans d'amour est originale. Certains passages lorsqu'il essaie de comprendre certaines expressions comme "baiser ardent ? " "gondole" ? sont délicieux ! Dès les premières pages, on part en voyage, les scènes décrites sont très visuelles, on s'imagine parfaitement perdu au milieu de la jungle, l'amazonie serpentant devant nous... J'ai lu dans les précédents messages qu'une adaptation ciné existe : peu réussie ? Quel dommage car rien qu'à la lecture on imagine déjà les scènes !

Ma note : 4/5
avatar
Calepin

Nombre de messages : 1527
Age : 36
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Luis SEPÙLVEDA (Chili/Espagne)

Message  gallo le Mar 9 Déc 2008 - 9:23

Louis Sepulveda
auteur du mois mai 2007


Voir toutes les critiques:
http://clubdesrats.forumr.net/mai-2007-luis-sepulveda-f63/



De: Polo

Luis Sepulveda - Le vieux qui lisait des romans d'amour
(Seuil/Points, 1997, 120 pages)

À la mort de sa femme, un Chilien se réfugie dans un village reculé, situé près d'un territoire habité par les indiens Shuars que l'on connaît bien pour réduire la tête de leurs adversaires.

Ce vieil homme se sent heureux dans cet univers culturel, dont il s'est imprégné au point de devenir un allié des Shuars pour contrer les dangers que représentent les félins. Ils lui font une confiance absolue à la condition que le héros, Antonio José Bolivar Poano, respecte les traditions de cette tribu de l'Amazonie. L'amour de la nature cache aussi des intérêts qui la menacent. Le héros viendra donc en aide aux Shuars afin de les débarrasser d'un méchant félin qui s'attaque à eux après avoir été dérangé par des visiteurs américains attirés par l'appât du gain. Mais on ne s'attaque pas impunément à la faune. Il y a un rituel à observer si l'on ne veut pas être banni par ses hôtes. Les Indiens vivent en harmonie avec la nature même s'ils s'en servent pour satisfaire les différents besoins de la vie. Un code tacite régit leurs contacts avec elle. On se doit de le respecter à ses risques et périls. C'est ce que le héros apprendra à ses dépens. En somme, ce roman est une ode à l'écologie sans déboucher sur un réquisitoire alarmiste. Mais le message est clair.

D'autre part, ce roman se double d'un volet amoureux. Pour meubler le temps qui lui reste, il s'adonne à la lecture de romans d'amour que lui apporte un médecin, qui visite la contrée régulièrement pour prodiguer ses soins. Sa lecture lui fait découvrir le véritable amour, celui qui transcende les frissons de l'épiderme pour aboutir sur la communion. Il garde ainsi le lien avec la femme disparue qu'il aimait. Ce roman raconte une histoire bien ancrée dans les préoccupations occidentales: l'amour et la nature. Il prêche par l'exemple de son héros heureux de vivre. L'auteur n'est pas le porteur de la parole divine, mais il distille le goût de la vie en racontant tout simplement le quotidien d'un vieux qui en a compris le sens. On sourira à l'occasion, surtout quand il se trouvera un dentier qui lui convient, on se révoltera avec les écologistes, qui dénoncent la conquête du monde à ses détriments.

Cette oeuvre s'insinue dans nos vies sans nous brusquer. Son roman est comme un jardin bien aménagé, mais avec simplicité autant dans l'écriture que dans sa forme. "Dire peu pour mieux se faire entendre" serait la devise de ce genre de romans qui savent nous séduire.

Note: 4/5
(Polo)


De: Mélodie

Luis Sepulveda - Le vieux qui lisait des romans d'amour

Il y a déjà quelques temps que j'ai terminé ce petit livre de Sepulveda. Un p'tit bijou. Le temps de me prélasser un peu dans un bain et c'était terminé. C'est sûr que je vais le relire bientôt, c'est comme de la poésie, mais comprenable.

Je trouve vraiment épatants les auteurs qui sont capables en si peu de pages de faire passer tant d'émotions et de connaissances (j'utilise ce mot sans snobisme): les animaux, les Schuars, l'Amazonie, la lecture, l'amour, etc. Un régal.

Note : 4/5
(Mélodie)


Et bien j'ai enfin lu "Le vieux qui lisait des romans d'amour" et je n'ai pas aimé. Petit livre de 121 pages se lisant en quelques heures mais qui ne m'a rien apporté. Je crains toujours les petits bouquins (sauf Stefan Zweig!) parce que je suis si souvent déçue. Franchement je l'ai trouvé insipide et sans vie.

Note : 1.5/5
(Sereine)


De: Nieuu, 15 ans, St-Nazaire/France
Bien mais pas assez d'action. Livre très ennuyeux, je me suis endormi dès la 5ième page.


De: Alexa

Luis Sepulveda - Le vieux qui lisait des romans d'amour

Ce livre est très instructif: il nous montre une facette du peuple Shuar plus positive, au contraire de ce que l'on savait. Etant une fan des pays hispano-américains, j'ai retrouvé la nature, les coutumes, la mentalité des habitants décrits fidèlement dans le livre. Néanmoins le manque d'action peut provoquer l'ennui du lecteur, dommage!

Note : 4/5
Alexa
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le vieux qui lisait des romans d'amour

Message  Lisalor le Lun 9 Mar 2009 - 17:37

Le vieux qui lisait des romans d'amour
Luis Sepulveda
(Métaillie - 130 pages)

J'ai trouvé que ce livre était une petite merveille.
C'est un brin écolo et un vrai hymne à la nature. Antonio José Bolivar vit en communion avec la nature et a appris en plus à la respecter et de plus à ses temps perdus il lit des romans d'amour.
J'ai beaucoup aimé ce livre trés court c'est dommage j'aurai bien aimé que cela continue.
4.8/5
avatar
Lisalor

Nombre de messages : 310
Age : 46
Location : Auvergne/France
Date d'inscription : 16/02/2009

http://lisalor.loulou.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Les roses d'Atacama de Luis Sepulveda

Message  Lisalor le Mer 18 Mar 2009 - 17:12

Les roses d'Atacama
Luis Sepulveda
(Metaillié - 160 pages)

Mon avis : On retrouve dans ce receuil de nouvelles tout l'univers de Sepulveda : la faune, la flore, la sauvegarde des animaux, les conditions de vie au Chili, le nazisme, les tortures .....
Un bon moment de détente mais je ne lirai pas des nouvelles à longueur de journée un fois de temps en temps c'est suffisant.

Une phrase qui a retenu mon attention.

Je luttais avec les mots, cherchant les plus appropriés pour leur expliquer deux terribles vérités. La premiére : que Zorba (le chat), par une loi que nous n'avions pas inventée et à laquelle nous devions pourtant nous soumettre aux depens de notre fierté, allait mourir, comme toute chose et comme tout être. La deuxiéme : qu'il dépendait de nous, de leur éviter une mort atroce et douloureuse car l'amour ne consiste pas seulement à faire le bonheur de l'être que nous aimons, mais aussi à lui éviter de souffrir et à préserver sa dignité.

3/5
avatar
Lisalor

Nombre de messages : 310
Age : 46
Location : Auvergne/France
Date d'inscription : 16/02/2009

http://lisalor.loulou.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Luis SEPÙLVEDA (Chili/Espagne)

Message  géromino le Mer 15 Avr 2009 - 7:41

"Rendez-vous d'amour dans un pays en guerre" éd Points (p622) 259 pages

Dans chacune de ces 27 nouvelles, la même fatalité. Qu'ils soient Rendez-vous d'amitié, avec soi-même, avec le temps qui passe, ou d'amour, ces rendez-vous se terminent tous en cul-de-sac,sans espoir de demi-tour, parfois tragiquement. Des histoires qui commencent comme des rêves de vie meilleure et glissent sombrement vers de funestes désillusions. Tout ça sur fond de dictature, notamment chilienne, ou de guerre en Amérique Latine.
Malgré cette sombre perspective, Sepulveda semble s'acharner à trouver un espoir à chaque destin. C'est peut-être ça aussi, le message: une volonté de rechercher, malgré les embûches de la vie, une lumière au bout d'un tunnel. A l'Homme d'oser changer le cours de son existence, au risque de tout perdre.

Opressant Changement de route.
Un amour impossible parce qu'introuvable La maison de Santiago.
Emouvant et révoltant Un homme qui vendait des bonbons dans le parc.
Ironiquement solennels Souvenirs patriotiques.
Eprouvant pour les nerfs Une voiture s'est arrêtée au milieu de la nuit.
Et que dire de la Petite biographie d'un grand de ce monde, savoureusement grinçante pour ce Général dictateur?
Ou de ces exilés au désert, opposants au régime dans Actes de Tola?

Chacune de ces nouvelles mérite de s'y attarder (certaines ne dépassent pas les 2 pages).
A savourer...

NOTE 4/5
avatar
géromino

Nombre de messages : 2870
Age : 53
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Luis SEPÙLVEDA (Chili/Espagne)

Message  Prospéryne le Mer 15 Avr 2009 - 11:06

Intéressante critique Géronimo! wink

Je te conseille vivement pour continuer ta découverte de cet auteur Histoire d'une mouette et du chat qui lui appris à voler. Bon, ok, c'est sûr que mon parti-pris pour les chats y est pour quelque chose, mais c'est vraiment un excellent livre! Smile

@+ Prospéryne

_________________
On peut se passer de tout, sauf de la littérature et des chats Graffiti vu à Berlin
avatar
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 35
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Luis SEPÙLVEDA (Chili/Espagne)

Message  géromino le Jeu 16 Avr 2009 - 17:22

Hem,hem...si je me rappelle bien, Prospé, nous avions eu le même propos en octobre(sur l'autre forum), et je me dis encore "ah, il faudra bien que je lise l'histoire de la mouette..." et je trouve toujours quelque chose à lire avant Embarassed ; un peu comme ce certain livre de Romain Gary que je pense lire depuis des années (le titre m'échappe...) et que je n'arrive jamais à acheter, parce que j'ai une autre priorité sur le moment. Mais je tiens compte de ton opinion " chatounesque" wink.
Ce qui est sur, c'est que j'aime bien cet auteur, et j'aurai d'autres livres de lui.

à plus geromino
avatar
géromino

Nombre de messages : 2870
Age : 53
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Luis SEPÙLVEDA (Chili/Espagne)

Message  aBeiLLe le Lun 20 Avr 2009 - 23:46

Le vieux qui lisait des romans d'amour, Luis Sepulveda, Métailié, Point, 1992, 119p.

4e couverture:

Lorsque les habitants d'El Idilio découvrent dans une pirogue le cadavre d'un homme blond assassiné, il n'hésitent pas à accuser les Indiens de meurtre. Seul Antonio José Bolivar déchiffre dans l'étrange blessure la marque d'un félin. Il a longuement vécu avec les Shuars, connaît, respecte la forêt amazonienne et a une passion pour les romans d'amour. En se lançant à la poursuite du fauve, Antonio José Bolivar nous entraîne dans un conte magique, un hymne aux hommes d'Amazonie dont la survie même est aujourd'hui menacée.

Le vieux qui lisait des romans d'amour est un roman écologique, une véritable ode à la beauté et à la luxuriance de la forêt amazonienne. À travers les yeux de ce curieux personnage qu'est Antonio José Bolivar on découvre l'impact de la colonisation des tribus primitives de ce petit bout de paradis. Par son écriture, Sepulveda passe sont message de façon fine et intelligente, et surtout pas du tout moralisatrice. Une véritable découverte!

4/5

Extraits:

" Il lisait lentement en épelant les syllabes, les murmurant à mi-voix comme s'il les dégustait, et, quand il avait maîtrisé le mot entier, il le répétait d'un trait. Puis il faisait la même chose avec la phrase complète, et c'est ainsi qu'il s'appropriait les sentiments et les idées que contenaient les pages.
Quand un passage lui plaisait particulièrement, il le répétait autant de fois qu'il l'estimait nécessaire pour découvrir combien le langage humain pouvait aussi être beau." P.35

" Antonio José Bolivar ôta son dentier, le rangea dans son mouchoir et sans cesser de maudire le gringo, responsable de la tragédie, le maire, les chercheurs d'or, tous ceux qui souillaient la virginité de son Amazonie, il coupa une grosse branche d'un coup de machette, s'y appuya, et pris la direction d'El Idilio, de sa cabane et de ses romans qui parlaient d'amour avec des mots si beaux que, parfois, ils lui faisaient oublier la barbarie des hommes." P. 120-121
avatar
aBeiLLe

Nombre de messages : 200
Age : 37
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Luis SEPÙLVEDA (Chili/Espagne)

Message  Calepin le Dim 26 Avr 2009 - 15:50

Le vieux qui lisait des romans d'amour, de Luis Sepulveda
Éditions Métailié
1992, 130 pages

Résumé : Antonio José Bolivar Proano habite dans une jungle, seul avec une solitude qu'il cherche à percer grâce aux romans d'amour. Il sera toutefois dérangé par une requête qui l'obligera à pister une bête.

Mon avis : Une écriture pleine de charme, à la fois caressante comme de l'eau sur un feuillage et instinctive comme la nature sauvage d'une jungle trop humide. Les personnages sont savoureux et j'aurais souhaité vivre d'avantage en leur présence. Bien que le roman, après réflexion, soit parfait en frais d'équilibre, mon senti aurait aimé continuer. Mais comment passer à côté d’une nature si belle, si pénétrante ? Je ne suis habituellement pas attiré par la littérature aussi éloignée de moi, mais Sepulveda, sans le savoir, s'est fait un nouveau lecteur !

Note : 5/5
avatar
Calepin

Nombre de messages : 1527
Age : 36
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le vieux qui lisait des romans d'amour

Message  Franillon le Mar 16 Juin 2009 - 14:13

Le vieux qui lisait des romans d'amour se lit facilement, et vite, pas tellement parce qu'il est court, mais parce que les Shuars et Le vieux sont des personnages très attachants, que les autres sont bien décrits, aussi bien le dentiste à la grande gueule, cette Limace de maire, imbu de l'importance de sa personne - au propre comme au figuré - qui représente le gouvernement... dans ce pauvre El Idilio, village de colons de quelques dizaines d'habitants. Un petit livre qui nous transporte bien loin, dans cette nature sauvage de l'Amazonie, où il faut avoir l'âme bien trempée pour survivre. Après cette lecture, je n'hésiterai pas à lire un autre livre de Sepulveda.

Ma note : 4,5 / 5

Franillon
avatar
Franillon

Nombre de messages : 1654
Age : 83
Location : MONTMARTIN-SUR-MER (Manche)
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Luis SEPÙLVEDA (Chili/Espagne)

Message  Lyreek le Mer 24 Juin 2009 - 19:26



Le vieux qui lisait des romans d'amour - Luis Sepulveda
Métailié - 130 pages

Déjà de nombreuses critiques sur ce livre et je n'ai pas grand chose à ajouter. J'ai apprécié le voyage dépaysant en Amazonie, la jungle, les animaux et le personnage du vieux, très attachant. Dommage que le livre soit si court, j'aurais aimé passé un peu plus de temps dans cet univers. Un petit pincement au coeur aussi pour la fin que j'aurais aimé différente mais globalement, j'ai passé un bon moment et je ne manquerai pas de relire cet auteur, sans doute avec L'histoire de la mouette et du chat qui lui apprit à voler (Prospé Wink )

3,5/5

_________________
Lecture en cours : Le fils de Philipp Meyer

"Lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois"
avatar
Lyreek

Nombre de messages : 2298
Age : 36
Location : Côte d'Azur, France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Luis SEPÙLVEDA (Chili/Espagne)

Message  Prospéryne le Mer 24 Juin 2009 - 23:02

Lyreek chat

_________________
On peut se passer de tout, sauf de la littérature et des chats Graffiti vu à Berlin
avatar
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 35
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Luis SEPÙLVEDA (Chili/Espagne)

Message  gallo le Mar 8 Sep 2009 - 16:10

Luis Sépulveda - le vieux qui lisait des romans d'amour.
Editions Métailié 1992, Points 2009, 120 pag. Note 4/5.

(J'ai connu le livre grâce aux rats.) Déjà beaucoup commenté, je n'ajoute rien: récit sympa, bien écrit, sans dimension politique (bien qu'àprès coup on a chargé le livre d'une signification écologique), je dirais presque lecture pour adolescents. Ma note 4/5.

_________________
Gallo
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Luis SEPÙLVEDA (Chili/Espagne)

Message  Lisalor le Mer 18 Nov 2009 - 20:22

La lampe d'Aladino et autres histoires pour vaincre l'oubli
Métaillé - 134 pages



Quatriéme de couverture :

Un petit commerçant palestinien débarque à Puerto Eden, au plus profond de la Patagonie chilienne. “Le Turc”, comme on l’a surnommé, explique sa conception des échanges à l’aide d’une très ancienne histoire phénicienne. Il s’appelle Aladino Guarib et donne son nom à ce recueil de nouvelles dans lesquelles Luis Sepúlveda tente de sauver de l’oubli des moments, des lieux et des existences uniques. C’est de la lampe d’Aladino que surgissent comme par magie des contes magistraux, de merveilleux romans miniatures, faits de personnages inoubliables et d’histoires comme Luis Sepúlveda en a le secret. On y retrouve, entre autres, le Vieux chasseur de jaguars et amateur de romans d’amour ou Butch Cassidy et Sundance Kid, une dame grecque d’Alexandrie, des poètes disparus et un hôtel aux confins amazoniens de l’Équateur, de la Colombie et du Brésil.

Mon avis : c'est un livre de nouvelles et je ne vais pas en faire une super éloge car je n'arrive plus à trouver dans Sépulveda l'enchantement que j'avais trouvé dans Le vieux qui lisait des romans d'amour. J'aime certaines nouvelles notamment celles qui se déroule en Amazonie ou au Brésil et les autres m'ont semblé bien banales.

Je ne vais pas vous mettre la liste des nouvelles ... ceux qui sont intéressés la trouveront bien ..

3.5/5
avatar
Lisalor

Nombre de messages : 310
Age : 46
Location : Auvergne/France
Date d'inscription : 16/02/2009

http://lisalor.loulou.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Luis SEPÙLVEDA (Chili/Espagne)

Message  Ysla le Jeu 25 Mar 2010 - 9:33

LE VIEUX QUI LISAIT DES ROMANS D'AMOUR

Ce petit roman a été déjà tellement lu, résumé et critiqué, que je ne me sens pas tellement inspirée pour ajouter mon avis à tous ceux déjà présents ici.
J'avais le projet de le lire depuis longtemps, mais sans savoir du tout de quoi il parlait. Juste parce que j'en avais entendu beaucoup de bien et qu'il est très connu, tout comme son auteur. Le cours d'espagnol a été l'occasion pour moi de découvrir enfin ce texte, puisque c'est celui que nous avons choisi pour une lecture commune.
Chaque semaine, depuis la mi-janvier je pense, nous parlons des chapitres lus (la progression est assez lente car tout le monde ne lit pas à la même vitesse bien sûr) et échangeons en espagnol sur notre lecture. J'ai donc lu ce livre selon un rythme particulier, qui m'a permis d'entrer progressivement dans la jungle et la vie du personnage principal.
J'ai eu la surprise de retrouver les Shuar, dont je ne connaissais rien ou presque avant l'automne dernier et l'arrivée dans mes cours d'une jeune femme issue de ce peuple qui m'a raconté beaucoup de choses sur le mode de vie des indiens en Equateur et surtout la peur de voir son peuple décimé par la modernité, la recherche de pétrole, la déforestation. Quelle surprise de rencontrer une seconde fois les Shuar dans un laps de temps aussi court grâce à cette lecture !
J'ai aimé ce texte, je l'ai trouvé très simple et en même temps très profond. Le personnage principal est admirable. La lecture dans le texte présente des difficultés en termes de lexique, car beaucoup de mots sont propres à la langue de l'auteur ou à l'Equateur sans doute et au sujet lui-même, mais n'empêchent pas pour autant la compréhension générale du texte.

Ma note : 4,75/5

avatar
Ysla

Nombre de messages : 1800
Location : Grenoble / France
Date d'inscription : 23/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Luis SEPÙLVEDA (Chili/Espagne)

Message  Prospéryne le Mer 3 Nov 2010 - 22:59

Les roses d'Atacama Luis Sepulveda collection Suites Métaillié 160 pages



Résumé:
C'est un recueil de nouvelles, donc il est difficile de faire un résumé de celui-ci. Mais dans son introduction, l'auteur mentionne que l'idée lui en est venue lors d'une visite à Bergen-Belsen, à la recherche d'Anne Frank et où il a vu une inscription: J'étais ici et personne ne racontera mon histoire. C'est donc une série d'instantanée très court qu'il nous offre, autant de moments précieux et brefs pour nous raconter des gens, des gens qui luttent jour après jour pour protéger leurs droits et la nature, pour éviter que même malgré la mort, ils ne soient jamais oubliés.

Critique:
La nouvelle oblige à une certaine brièveté, mais c'est un art que Luis Sepulveda possède à un haut niveau. Rare sont ses livres qui dépassent les 200 pages. Alors, en faisant encore plus court avec la nouvelle, on ne pouvait que deviner que celles-ci seraient à la fois profonde et dense malgré leur longueur réduite. Pari réussi! Tout l'art de l'auteur réside d'ailleurs là. Toutes les nouvelles de ce recueil parlent de la vie, de la mort, de la beauté, de l'exil, de la douleur, de la perte, mais avant tout et surtout, de la vie et du combat qu'il faut mener pour qu'elle soit belle pour tous et pour préserver notre planète. La nouvelle qui m'a le plus émue est celle consacrée à son chat Zorbas, matou qu'il a rendu célèbre par l'Histoire d'une mouette et du chat qui lui appris à voler. L'homme se penche sur le panier du chat qui l'a aidé à passer au travers de durs moments et sais que son petit compagnon va le quitter, victime d'un cancer des poumons. Mais c'est aussi à toute cette galerie de personnages de l'Amérique latine, des personnages simples mais que son talent nous rend plus grand que nature et aussi familier que si on les avait croisé la veille que le gros du recueil est consacré et sans aucun doute sa plus grande force. Tous ces gens qui se battent, lentement mais sûrement pour la dignité humaine, au péril de leurs vies dans les dictatures des années 70, mais qui n'ont jamais lâché le morceau. Certains sont morts, d'autres ont survécus, d'autres sont disparus. À chaque page, on sent la rage, la colère de celui qui sait que nos droits sont menacés si on ne les défend pas et le prix lourd que de nombreuses personnes ont dû payer pour les défendre. En homme engagé, il est aussi en admiration devant la nature (La nouvelle éponyme du titre met en vedette les éphémères roses du désert de l'Atacama qui ne fleurissent que quelques heures à cause du soleil qui les assèche à peine éclosent.) et nous pousse à réagir devant ceux qui la massacre sans conscience. Un très beau recueil de nouvelles à déguster lentement pour en savourer toute la justesse et la poésie.

Ma note: 4.5/5

_________________
On peut se passer de tout, sauf de la littérature et des chats Graffiti vu à Berlin
avatar
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 35
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Luis SEPÙLVEDA (Chili/Espagne)

Message  géromino le Jeu 4 Nov 2010 - 8:13

Il me tardait de lire ta critique, Prospé. Et voilà qu'elle renforce mon opinion: c'est un livre qui me plaira. Il me fait penser à "Rendez-vous d'amour dans un pays en guerre", que j'avais beaucoup aimé.
avatar
géromino

Nombre de messages : 2870
Age : 53
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Luis SEPÙLVEDA (Chili/Espagne)

Message  Prospéryne le Jeu 4 Nov 2010 - 10:55

Je n'ai pas lu Rendez-vous d'amour dans un pays en guerre, mais j'aime tellement l'écriture de Luis Sepulveda que je veux lire tous ses livres! Je note celui-ci pour les prochaines bouquineries! Ou pour Book Mooch!

@+ Prospéryne

_________________
On peut se passer de tout, sauf de la littérature et des chats Graffiti vu à Berlin
avatar
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 35
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Luis SEPÙLVEDA (Chili/Espagne)

Message  petitemartine le Lun 9 Mai 2011 - 21:14

L'histoire de la mouette et du chat qui lui apprit à voler.

Zorbas, le chat" grand, noir et gros " , se voit confier l'œuf que vient de pondre une mouette mourante prise au piège dans une nappe de pétrole. Celle-ci, juste avant de mourir, lui fait promettre de bien s'occuper de son œuf, de le couver, d'élever puis d'apprendre à voler au bébé mouette. Promesse difficile à tenir lorsqu'on est un chat ! Mais Zorbas n'a qu'une parole ! Entouré de ses amis, il va tout faire pour réussir , il va peu à peu apprendre à être papa d'une petite mouette au pays des chats qui parlent.

J'ai adoré ce petit livre ! C'est un petit bijou, un chef d'oeuvre Un superbe conte pour petits et grands, une belle leçon d'humanité, c'est plein d'espoir, de bonté, de poésie et d'humour. Une belle leçon de vie à partager. Le monde entier devrait le lire !

Ma note 5/5.
avatar
petitemartine

Nombre de messages : 2426
Age : 47
Location : Morbihan /France
Date d'inscription : 04/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Luis SEPÙLVEDA (Chili/Espagne)

Message  Nathalire le Dim 17 Juil 2011 - 14:25

L’ombre de ce que nous avons été

Encore un roman tout en émotions et humour de Sepulveda, un petit chef-d’œuvre comme à chaque fois.
Nous sommes ici les témoins des retrouvailles de 4 bandits communistes « retraités », fidèles à la révolution ils ont dans l’idée de se lancer dans un nouveau gros coup et doivent se retrouver autour d’un poulet rôti. Le cerveau du groupe est attendu mais pas sûr qu’il puisse venir, faute à Conception, excédée par son mari fainéant, qui a envoyé valser par la fenêtre leur vieux tourne-disque…

Quelle histoire ! On commence de rien et tout s’enchaîne, j’adore ! L’officier de police chargé de l’affaire est surprenant et le mari de Conception, ancien révolutionnaire raté, est à se tordre de rire…

Que du plaisir ! Note : 4,75/5
avatar
Nathalire

Nombre de messages : 1058
Age : 37
Location : Pully (Suisse)
Date d'inscription : 22/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Luis SEPÙLVEDA (Chili/Espagne)

Message  Cyrielle le Lun 18 Juil 2011 - 6:54

Je note ce livre !
avatar
Cyrielle

Nombre de messages : 7382
Age : 30
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Luis SEPÙLVEDA (Chili/Espagne)

Message  Nathalire le Lun 18 Juil 2011 - 8:40

J'espère qu'il te plaira!
En plus l'avantage supplémentaire des romans de Sepulveda c'est que se sont de tous petits poches pas chers du tout Very Happy
avatar
Nathalire

Nombre de messages : 1058
Age : 37
Location : Pully (Suisse)
Date d'inscription : 22/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Luis SEPÙLVEDA (Chili/Espagne)

Message  Cyrielle le Lun 18 Juil 2011 - 8:44

J'ai très envie de lire de la littérature d'Amérique Latine, alors il ne va pas rester très longtemps dans ma LAL je pense Very Happy
avatar
Cyrielle

Nombre de messages : 7382
Age : 30
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Luis SEPÙLVEDA (Chili/Espagne)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum