Maurice MAETERLINCK (Belgique)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Maurice MAETERLINCK (Belgique)

Message  Calepin le Lun 27 Oct 2008 - 10:39

De : <NOBR>Sahkti1 --- Envoyé : 2006-02-20 10:41

L'oiseau bleu
Editions Labor/Espaces Nord
ISBN 2804013006

Tyltyl et Mytyl sont frère et soeurs, deux enfants issus d'une famille pauvre à la campagne, approchés par la fée Bérylune qui leur demande de ramener l'oiseau bleu, indispensable pour la guérison de sa fille malade. Pour les aider dans leur quête, la fée confie aux enfants un précieux diamant qui permet de voir l'âme des objets, de se promener dans le pays du souvenirs et de l'avenir. Longue quête qui passe par différents mondes, autant d'univers parallèles destinés à apprendre des leçons de vie aux enfants. A la fin, les enfants pensent avoir rêvé, il ne s'est rien passé de ce qu'ils racontent à leurs parents, ils pensent être partis une année entière alors que la maman leur explique qu'ils se sont paisiblement endormis la veille et que le matin vient de se lever. Rêve ou réalité?

Ce n'est sans doute pas là le plus important.
Cette pièce de théâtre, difficilement adaptable à cause de son côté surréaliste et métaphorique (le cinéma s'y est essayé mais je suis peu convaincue par le résultat), importe avant tout par le message philosophique qu'elle recèle.
Le texte peut se lire comme un joli conte, première lecture primaire qui raconte un joli rêve enfantin et ne va pas plus loin. Cela serait tellement insatisfaisant, même si la tentation du silence peut être grande face à une telle beauté de prose théâtrale. Un peu comme devant un paysage grandiose, les mots sont inutiles.
Le contenu philosophique de "L'Oiseau bleu" est cependant trop grand pour être réduit au mutisme.
Cet oiseau tant recherché n'est qu'un leurre, un animal après lequel courent deux enfants naïfs et volontaires et qui, toujours, leur échappera. Il doit soi-disant "révéler le grand secret des choses et du bonheur", il demeure insaisissable et cause de profondes tristesses chez Tyltyl, courageux petit garçon qui affronte tous les dangers avec beaucoup d'espoir.
Cet oiseau n'est qu'un prétexte pour faire progresser les enfants (et nous) sur le chemin de la vie. Nous promenant de monde en monde, nous découvrons à chaque fois un nouveau mystère de la vie. Nous apprenons à voir, à écouter, à parler et surtout, à réfléchir au-delà des apparences.
Grâce à leur diamant magique, les enfants explorent les diverses faces du monde, notamment celui de l'âme des choses. Ces objets inanimés pourtant doués d'une âme si chère à Lamartine. Au fil de leurs pérénigrations, on s'aperçoit que ce qui compte, ce n'est pas tant l'oiseau bleu qui compte que les vérités qu'il nous permet d'approcher.
Ce thème de l'âme du monde est précieux aux yeux de Maeterlinck mais également à ceux d'autres auteurs et philosophes. C'est le principe même de l'animation de l'ensemble de la Création. Chaque objet, chaque création possède une âme, ces âmes jointes les unes aux autres formant un vaste ensemble intelligent et coordonné.
La révélation de cette âme permet de constater que les objets et les animaux n'aiment pas ou peu les hommes, car ceux-ci ont oublié le grand principe de hiérarchie solidaire entre les entités au profit d'une hiérachie de domination et de profit. L'animal esttué et mangé, l'objet utilisé sans aucune considération, l'Homme est vil, la perception de l'âme des choses offerte par le diamant permet de s'en rendre compte.

Autre thème qui m'a beaucoup touchée, c'est celui de la mort et du sort des défunts ailleurs et dans nos têtes. En lisant "L'Oiseau bleu", on constate que la mort n'existe pas, si ce n'est dans nos têtes. Il existe une continuité entre le monde des vivants et celui des morts, ces derniers n'étant d'ailleurs des morts qu'aux yeux des vivants! C'est un passage, une étape et le souvenir des morts dans l'esprit des vivants permet à l'autre monde de vivre et de respirer en parfaite harmonie.

"L'Oiseau bleu" est à lire au moins deux fois, à mon avis, pour mieux apprécier les subtilités qui se dégagent du texte et de pousser la réflexion le plus loin possible, nous faisant nous interroger sur nous-mêmes et sur la vie. Histoire de se rendre compte que tout n'est que question de regard et de perception et qu'en changeant, même un brin, notre manière de voir les choses, le monde est différent. Complètement.

Ma note: 4,5/5
avatar
Calepin

Nombre de messages : 1527
Age : 36
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum