Valentine GOBY (France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Valentine GOBY (France)

Message  Lacazavent le Lun 8 Déc 2008 - 12:47

De : Laure Envoyé : 09/05/2005 19:39
Valentine Goby - La note sensible

Gallimard
177 pages

Voici la 4ème de couverture :

" Je n'ai jamais connu de vous qu'un univers sonore, où dominaient Mozart et votre violoncelle. Vous jouiez. Les voix chantaient. J'écrivais. Votre musique est dans ce manuscrit. A vous entendre j'ai eu peur de vous aimer. Je vous ai fui. J'ai écrit ce qui aurait pu être notre histoire. Ne me demandez pas pourquoi.Je ne vous demande pas pourquoi vous avez joué pour moi du violoncelle, chaque soir, pendant des mois.

Quand vous aurez terminé votre lecture, je serai nue devant vous, et pourtant moins vulnérable qu'au soir du 15 octobre. Je n'aurai plus rien à dissimuler, pas même de l'amour."

Mon avis:
La narratrice nous entraîne avec elle dans les méandres heureux et malheureux de cet amour rêvé pour son voisin violoncelliste Vendello, jusqu'au dénouement qui ne surprend pas le lecteur, puisqu'on le devine petit à petit, au fil de l'histoire.

L'auteure a su rendre parfaitement l'évolution de cet amour qui l'habite et dont elle devient dépendante peu à peu.

J'ai apprécié ce roman au ton juste, émouvant, tout en notes sensibles, en demi-teintes, imprégné de musique.

Note: 4/5


La note sensible est le premier roman de Valentine Goby. Plusieurs prix lui ont été décernés pour ce premier roman dont le Prix René Fallet en 2003.

Valentine Goby est née en 1974. Elle a aussi écrit Sept jours ( 2003).



De : Claarabel Envoyé : 09/05/2005 20:29
Sept jours
Gallimard, 165 pages


"Sept jours" est un roman assez pesant. L'histoire parle d'un moment grave: la mort d'un parent et la réunion des enfants pour le partage des biens. Une heure pénible, difficile et douloureuse, parfois source de conflits et de heurts. Dans le roman de Valentine Goby, tous ces sentiments sont couvés, étouffés vainement. Chacun des frères et soeurs est enfermé dans son chagrin et son incapacité à communiquer. Le deuil révèle (et réveille) des souffrances enfouies et les remet au goût du jour. Triste choix de mise au point ... En sept jours, Louise, Laure, Matthieu et Xavier vont tenter de jouer cartes sur table. Tentative maladroite et qui va meurtrir les plus sensibles...

Bref, "Sept jours" est un roman méticuleux et juste, "dont la force ne se montre pas : un récit tout en nuances, qui est moins là pour dénoncer les turpitudes de l'âme humaine que pour en montrer les méandres, les incertitudes et le retournement toujours possible de situations." . D'une grande sagesse, d'une jolie poésie et d'un émotion concentrée.

4/5


--) En fait j'ai lu ce roman il y a plus d'un an, j'avais été aussitôt charmée ! Par la suite j'ai lu "la note sensible" et j'ai tout autant apprécié !!! Un nom à suivre, à retenir ou à découvrir !!


De : Felindra2775 Envoyé : 08/06/2005 22:50
"La note sensible" de Valentine Goby

Gallimard 177 pages

Résumé :
Ines, jeune professeur d'anglais originaire de Normandie, s'installe à Paris. Solitaire, elle partage son appartement de la rue Oberkampf avec ses livres et ses plantes vertes. Un soir, endormie depuis peu, elle est brusquement réveillé par Mozart. Son voisin italien, un mystérieux Vendello, est violoncelliste. Il l'invite à boire un verre de vin de Florence. Elle tombe sous le charme de ce quinquagénaire poivre et sel à l'accent méditerranéen.

Mon avis :
Comme premier contact avec cette auteure, cela a bien passé. C'est une belle histoire d'amour, racontée avec délicatesse et raffinement. On peut suivre en parallèle l'évolution de cet amour imaginé par Inès et sa propre vie. J'ai quand même été surprise par la fin, car je l'aurais aimée différente. Mais c'était impossible, je le savais, vu le dénouement de l'histoire. Le style de Valentine Goby est plein de fraîcheur, léger et emprunt d'humour. On en ressort imprégné de musique et de bonheur.

Cela fait beaucoup de bien.

J'ai beaucoup aimé cette dédicace de la grand-mère à sa petite fille.

"Ma chérie, ne crois pas au destin, c'est le lot des paresseux. N'abandonne jamais. Lis, et n'oublie pas de vivre."

4/5


De : Claarabel Envoyé : 09/06/2005 12:52

Quelle jolie dédicace, c'est tout vrai !!!!!!!

Personnellement j'ai davantage apprécié Sept jours, son deuxième roman qui, pour moi, a été mon entrée en matière avec l'auteur !

Je reconnais que la fin fait l'effet d'un couac, mais tout de même, contrairement à l'héroïne, j'avais plutôt senti le vent venir.. non ? J'aurais apprécié que l'auteur mette davantage de cynisme à ce propos, mais bon, pas grave, c'est un premier roman aussi.

Ravie que cela t'ait plu, felindra !


De : Claarabel Envoyé : 30/09/2005 09:59
L'antilope blanche


En 1949, Charlotte Marthe débarque à Douala au Cameroun pour diriger une école moderne pour jeunes filles. Elle a trente-cinq ans et le coeur en miettes, brisé par un chagrin d'amour, qu'elle fuit, quitte à aller jusqu'au bout du monde, comme c'est le cas présent. L'histoire de cette "Antilope blanche" est la sienne, qu'on lit à travers ses cahiers, depuis 1949 jusqu'à 1961! Un bien beau parcours par cette femme volontaire et dynamique, résignée à pousser "ses filles" vers un avenir meilleur que celui d'épouse dotée et mère d'une ribambelle d'enfants.

Au début du roman, j'ai un peu peiné pour m'intégrer à l'histoire. J'avais le même sentiment qu'éprouvait le personnage - poisseux. La jeune femme débarquait là un peu contre son gré, donc n'était pas fatalement fascinée par la nouveauté, l'exotisme ni niaise sur ce dépaysement, les habitants du Cameroun, les coutumes des peuples et le microcosme de la société coloniale des années 50. A l'image de son récit, l'histoire commençait donc de manière un peu mélancolique et résignée. Les difficultés s'empilaient, le moral pas au beau fixe.. Pourtant j'ai lu jusqu'au bout car je me suis attachée à l'héroïne. Je pensais qu'il s'agissait d'un personnage réel et j'ai ainsi effectué quelques recherches avant la fin du livre. Et bien entendu, Charlotte Marthe est bien fictive, par contre son inspiratrice se nomme Charlotte Michel, tout aussi anonyme dans les manuels d'histoire, pourtant ce bout de femme a contribué modestement à l'épanouissement et l'évolution de la situation des jeunes filles au Cameroun.


Ainsi, Valentine Goby a creusé dans les archives, visité le pays et remué ciel et terre pour aller au devant de ce fascinant personnage ! Elle crée ainsi une Charlotte Marthe prise au coeur des tourmentes, qu'elles soient légères ou graves, dans un paysage post-colonnial de plus en plus vacillant. Pour moi, en fin de compte, j'ai beaucoup aimé ce roman, pourtant très différent de ce que l'auteur proposait jusqu'à présent. Je me suis installée progressivement dans l'histoire, j'ai vécu les hauts et les bas des personnages, preuve que ce roman est réussi car il a su incroyablement m'attacher ! De plus, la relation entre Charlotte et "ses filles", les fameuses Antilopes, est aussi le noyau dur du roman - c'est beau et c'est simple. Moi je n'en demande pas davantage !



4/5 - paru chez gallimard, 276 pages
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5582
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

L'échappée

Message  Invité le Jeu 15 Jan 2009 - 17:50

L'échappée Valentine Goby Folio 14/01/09
258 P.
,Fin de la guerre 1940-45,ce roman est tout simplement l'histoire de Madeleine qui à seize ans tombe amoureuse d'un officier allemand .Elle le rencontre,un dimanche soir,alors qu'elle rentre qour commencer son travail dans un hôtel,il loge là et s'appelle Joseph Schimmer,bel homme et musicien,donnant des concerts,il lui demande de l'accompagner pour tourner les pages de ses partitions.Leur relation devient de l'amour ,un beau jour Joseph disparaît,est-il parti au front ou est-il mort? Voila Madeleine enceinte elle met au monde une petite fille ,elle l'appelle Anne.La guerre est finie et Madeleine comme toutes les femmes qui se sont faites remarqué par leur comportement amical ou autre avec l'ennemi ,sont tondues et exhibées,la croix gammée tatouée sur un sein par des hommes sur la grand place du village de ce petit village de Bretagne.Et pour Madeleine et sa fille c'est une longue errance qui commence car Anna qui à l'âge de six ans clame partout qu'elle a un père allemand et le nazisme s'étant écroulé ,il vaudrait mieux qu'elle se laisse oublier .Mais comme il est écrit que le bonheur n'existera jamais pour Madeleine,elle laisse Anna partir à la recherche de ses racines....
Pas trop aimé ce livre qui démarre lentementpas aimé non plus l'horrible passage sur la tonte des femmes ,ravivant mes souvenirs d'enfance ,oui j'ai vu cette scène à la fin de la guerre,surtout le moment ou les hommes ont attrapé trois soeurs et les ont tondues,coupant dans une oreille de l'une d'elles.Je pense que cela a dû se passer dans beaucoup de villages,j'étais trop jeune pour comprendre à cette époque mais ce souvenir reste gravé dans ma mémoire ,on n'oublie des scènes de ce genre.Bon je reviens au roman pour mettre ma note... 3/5

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Valentine GOBY (France)

Message  Chantal le Ven 16 Jan 2009 - 20:35

L'ECHAPPEE - Valentine Goby
Gallimard


Merci Lalyre pour ta critique qui me permet de placer mon avis. En fait j'ai lu ce livre début janvier et maintenant plongée dans un autre livre très prenant, je me voyais mal faire la critique de celui -ci.

Je ne ferai pas de résumé puisque Lalyre vient de le faire.

Je dirai donc juste, que moi j'ai vraiment beaucoup aimé ce livre jusqu'à l'épisode de la tonte (épisode compris) : il y avait une ambiance pleine de non dits, de sensibilité, l'écriture souvent épurée me plaisait beaucoup. Et puis toute la fin qui raconte la vie de l'héroïne et de sa fille après la guerre m'a beaucoup moins plu. J'ai eu l'impression d'une cassure dans le récit, une précipitation dans la relation des évènements après-guerre et je l'ai fini à regret, par rapport au début de ma lecture. De plus, l'auteure ne délivre pas vraiment la fin de l'histoire, elle donne la possibilité au lecteur de choisir entre trois versions et cela m'a beaucoup "gênée". Mais ce livre a tout de même le mérite de mettre en lumière, pour celles et ceux qui ne le connaîtraient pas ou la comprendraient mal, la souffrance et la culpabilité de toutes ces femmes,et de leurs enfants bien innocents.


Je mettrai tout de même 4/5 pour la première partie de l'histoire qui m'a beaucoup plu, pour le thème traité et pour l'écriture.
avatar
Chantal

Nombre de messages : 2241
Location : France
Date d'inscription : 22/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Valentine GOBY (France)

Message  veilleur le Lun 21 Déc 2009 - 10:30

L'échappée >> Malédiction des amours de guerre

Le commandement évangélique qui ordonne d'aimer ses ennemis est un des plus difficile à avaler par un être normal tant il va à contre-sens. En situation de paix, c'est difficile, mais en situation de guerre, cela devient héroïque. La protagoniste du roman de Valentine Goby n'a toutefois pas fait une longue analyse avant de tomber sous le charme de l'officier allemand Schimmer, alors en garnison à Rennes en 1941 et logeant dans un petit hôtel meublé. Madeleine sentait que cet homme était hors du commun et lui offrait des perspectives autres que l'infinie succession des jours. Joseph Schimmer était en effet musicien, pianiste accompli, capable de partager avec émotion la découverte des univers sonores. Seulement, c'est la guerre, et à la Libération, les bas instincts de la population se déchaînent contre ceux à qui on reproche d'avoir pactisé de trop prêt avec l'occupant. La malédiction s'abat sur Madeleine, contrainte dès lors à un exil physique et intérieur dans lequel elle entraîne sa fille Anne, fruit des amours de guerre, trop blonde pour masquer son origine.

Valentine Goby a un style, c'est indéniable. Elle entre parfois trop dans les détails descriptifs, à grands renforts de verbes et de détails minutieux, quitte à perdre la vue globale. Cela permet toutefois de "coller" à Madeleine, ses affres et ses tourments. J'ai trouvé la première partie du roman bien écrite, après un début difficile. Sans doute est-ce lié à tout l'univers musical déployé, univers qui lance le lecteur dans Liszt, Mozart, Satie. La seconde partie, plus pénible, retrace sobrement la descente aux enfers, la semi-clandestinité, les années d'opprobres. Je suis plus réservé sur la troisième et dernière partie qui fait entrer dans le récit trois fins différentes imaginées. J'aurais sans doute préféré un parti pris plus affirmé de l'auteur, estimant que je préfère un choix, même douteux, de l'écrivain, au fait de prendre moi-même position. L'écrivain doit garder la main jusqu'au bout, pas le lecteur. Toutefois, il est permis de rêver aux différents destins de Madeleine et de sa fille et imaginer pour elle une fermeture progressive des blessures, mais jamais leur effacement.

Un roman au thème original, sans grands effets de manche, mais au style affirmé et soigné.

Veilleur
avatar
veilleur

Nombre de messages : 312
Age : 52
Location : Boulogne-Billancourt, France
Date d'inscription : 30/10/2009

http://www.amazon.fr/gp/pdp/profile/A210O5KYER1I4I

Revenir en haut Aller en bas

Re: Valentine GOBY (France)

Message  lalyre le Dim 16 Mai 2010 - 11:13

Qui touche à mon corps ,je le tue
Valentine Goby
Folio 2009

138 pages



Présentation de l’éditeur :

«Marie G., faiseuse d'anges, dans sa cellule, condamnée à mort, l'une des dernières femmes guillotinées. Lucie L., femme avortée, dans l'obscurité de sa chambre. Henri D., exécuteur des hautes œuvres, dans l'attente du jour qui se lève. De l'aube à l'aube, trois corps en lutte pour la lumière, à la frontière de la vie et de la mort

Mon avis : Ce roman à trois voix m'a rudement secouée par sa noirceur .Des personnages aux pensées sombres tels Lucie L. en train d'avorter ,une sonde plantée dans l'utérus.Marie C.,la faiseuse d'ange ,condamnée à mort,passant sa dernière nuit dans se cellule ,demandant qu'on lui laisse la lumière ,écoutant les pas feutrés s'imaginant que c'est elle que l'on vient chercher et pourtant lorsque ce sera le moment pour elle,il faudra l'éveiller.Nous sommes dans les années 1940 ,ce sera la dernière femme guillotinée et Henri ,l'exécuteur d'oeuvres ,lui aussi a des idées sombres lors de cette longue nuit.Les pensées de ces trois personnages ,chacun dans leur histoire se croisent et se fondent dans l'attente du jour qui va se lever .Une histoire qui se passe à Paris pendant 24 heures du 29 juillet au 30 juillet 1944.Brrrrr !!!! assez déprimant ce livre ou est-ce moi qui l'ai lu au mauvais moment ? Je mets quand même un 4/5 pour le style.....
Lalyre

avatar
lalyre

Nombre de messages : 4218
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Valentine GOBY (France)

Message  Shan_Ze le Lun 7 Mar 2011 - 14:32

Qui touche à mon corps, je le tue de Valentine Goby
(Gallimard, 138 pages)

On suit pendant 24 heures trois personnes aux destins liés : Marie G., faiseuse d'anges, Lucie L., femme qui vient d'avorter et Henri D., bourreau.
Roman très dur et très fort sur l'avortement. Mais sont aussi abordés la perception de son corps, l'amour, la condition de femme, la peine de mort... C'est très dense, je ne suis pas sûre d'avoir saisi tous les sujets évoqués mais c'est très sombre mais aussi touchant même si par moments, je me suis perdue dans les longues phrases...

Note : 3.75/5
avatar
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7418
Age : 34
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Valentine GOBY (France)

Message  Shan_Ze le Mer 7 Jan 2015 - 12:51

Kinderzimmer de Valentine Goby

J'avoue que je n'ai pas lu ce livre à la bonne période… le commencer cinq jours avant Noël, ça n'est pas forcément le bon moment. Et pourtant, ce livre a su m'emportant par sa force, par l'évocation des souvenirs de Mila. Elle a vingt-deux et est enceinte quand elle arrive dans le camp de concentration de Ravensbruck au printemps 1944. Si vous avez déjà lu sur la seconde guerre mondiale, vous savez l'horreur que représente de tels endroits. Les coups, les chiens, le travail, la difficulté pour se nourrir. Il est dur de se représenter un tel quotidien mais Valentine Goby y parvient. L'ordinaire est décrit de manière saccadée afin qu'une image s'imprime devant nos yeux. Ses femmes donnent tout pour arriver à survivre, elles s'entraident, elles luttent…
Et le plus dur arrive au milieu du roman, cette Kinderzimmer, lieu inimaginable où les bébés grandissent. Enfin, grandissent, c'est un bien grand mot… Ces vies de femmes m'ont marquées, elles ont souffert, elles ont résisté… Difficile de lâcher le livre avant la dernière page, l'histoire est prenante, elle fait suffoquer par l'horreur des descriptions. 
Un roman éprouvant mais je ne regrette pas de l'avoir lu pour connaitre un destin parmi tant d'autres… 

Note : 5/5
avatar
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7418
Age : 34
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Valentine GOBY (France)

Message  lalyre le Jeu 18 Aoû 2016 - 8:15

Goby Valentine      
  Un paquebot dans les arbres    
Actes Sud 17 août 2016
ISBN 978 2 330 06648 2         
  266 pages 
     
Quatrième de couverture
Au milieu des années 1950, Mathilde sort à peine de l’enfance quand la tuberculose envoie son père et, plus tard, sa mère au sanatorium d’Aincourt. Cafetiers de La Roche-Guyon, ils ont été le coeur battant de ce village des boucles de la Seine, à une cinquantaine de kilomètres de Paris.

Doué pour le bonheur mais totalement imprévoyant, ce couple aimant est ruiné par les soins tandis que le placement des enfants fait voler la famille en éclats, l’entraînant dans la spirale de la dépossession. En ce début des Trente Glorieuses au nom parfois trompeur, la Sécurité sociale protège presque exclusivement les salariés, et la pénicilline ne fait pas de miracle pour ceux qui par insouciance, méconnaissance ou dénuement tardent à solliciter la médecine.

À l’âge où les reflets changeants du fleuve, la conquête des bois et l’insatiable désir d’être aimée par son père auraient pu être ses seules obsessions, Mathilde lutte sans relâche pour réunir cette famille en détresse, et préserver la dignité de ses parents, retirés dans ce sanatorium – modèle architectural des années 1930 –, ce grand paquebot blanc niché au milieu des arbres.
Mon avis
Mathilde Blanc a garé sa voiture en lisière de bois, c’est un pèlerinage qu’elle fait, son père est mort il y a cinquante ans jour pour jour, le 1er juillet 1962. Ella voulu ce pèlerinage dans le théâtre de la maladie, et aussi du plus grand amour de sa vie ; mais du sanatorium d’Aincourt, il ne reste rien. Elle déambule, chancelante, cherchant dans l’architecture saccagée une image antérieure à son propre souvenir,  quelque part en 1931, année de la construction du sanatorium. C’était deux décennies avant les Trente Glorieuses, la période de forte croissance économique et l’amélioration des conditions de vie. Faut-il dire que le Paquebot  c’est le sanatorium construit comme de grands navires voguant au milieu de la forêt….Et Mathilde replonge dans ses souvenirs,  elle refuse la dislocation de la famille, la tuberculose des parents en est la cause, que l’amour qui unit ses parents ne disparaissent pas. Pour ça, elle prête à tout, déterminée à se priver de tout, ses combats elle va les mener contre les difficultés quotidiennes, la peur de la maladie et le rejet des autres, car à cette époque la tuberculose faisait aussi peur que la peste. Heureusement pour Mathilde il y a son amie Jeanne, une fille de son âge et surtout la directrice du lycée qui la prend sous sa protection et va l’aider à mieux connaître ce qui se passe dans le monde, notamment la guerre d’Algérie, mais cela l’aidera- t-elle à faire revenir ses parents au foyer ?  Cette histoire est inspirée d’un témoignage, c’est l’histoire émouvante et triste d’une famille imprévoyante, devenue  pauvre face à la maladie….Un très beau roman qui mérite encore un gros coup de cœur…5/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4218
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Valentine GOBY (France)

Message  dodie le Jeu 18 Aoû 2016 - 11:23

Merci Lalyre: je le note!
avatar
dodie

Nombre de messages : 4521
Age : 53
Location : France
Date d'inscription : 11/04/2009

http://dodiecuisine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Valentine GOBY (France)

Message  kattylou le Jeu 18 Aoû 2016 - 18:27

Merci je le note aussi
avatar
kattylou

Nombre de messages : 3367
Age : 52
Location : 77
Date d'inscription : 08/09/2009

http://kattyloucuis.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Valentine GOBY (France)

Message  Elfe le Mar 15 Nov 2016 - 12:42

Un paquebot dans les arbres
Actes sud

Mathilde vit à la Roche sur Yon avec sa famille, son père qui tient un café, Le Balto, sa mère, sa grande soeur Annie et son petit frère Jacques. Le Balto est le point névralgique de la Roche. Il s'y passe toujours un évènement et les soirs de bal, Mathilde aime observer en cachette son père qui joue de l'harmonica et fait danser sa mère ou Annie. Elle, on ne la fait pas danser... "Mon petit gars" comme son père l'appelle n'a pas la grâce de sa soeur.
C'est le bonheur cette vie là, ils ne manquent de rien, un pain au chocolat tous les jours. Et puis, un jour, Paulot tombe malade. Il faut du temps pour que le nom de tuberculose soit prononcé, mais Paulot doit partir au "Sana". L'entourage commence à se méfier des "bacilles", la famille doit déménager, mais laisse derrière elle des traces de la maladie. Et puis, Odile, la mère, doit à son tour partir pour le sanatorium. Les enfants se retrouvent seuls. Annie part vivre avec son mari et Mathilde et Jacques sont séparés et placés en famille d'accueil. Tous les repères explosent, sans annonce, sans signes précurseurs et les impacts vont laisser des traces.
Annie, enceinte, refuse tout contact avec la maladie, Jacques encore petit ne donne que très peu de nouvelles et ses messages sont comme aseptisés. C'est Mathilde qui implose intérieurement et qui voudrait laisser éclater sa rage. Sa rage contre ce système qui pour protéger d'un côté, saccage de l'autre. Ne supportant pas la vie chez sa famille d'accueil, elle va partir vivre dans sa maison d'enfance sans argent sans rien, juste l'aide de quelques amis qui acceptent encore de l'approcher. Et surtout elle ne va jamais lâcher le lien qui la retient à sa famille: ses parents à qui elle rend visite tous les week ends même si parfois elle doit briser les interdits.
Ce roman incarne une force incroyable. Celle de cette jeune fille pugnace et d'une force de caractère époustouflante. Celle du lien familiale qui semble si solide et en même temps si fragile. Mais c'est ce lien qui aidera cette famille à tenir bon. Cette force encore mais destructrice cette fois de la maladie, qui entame physiquement nos personnages mais également moralement. Elle semble grignoter un à un les fils de l'amitié... Paulot si entouré avant et au service des autres, se retrouve désespérément seul.


5/5
avatar
Elfe

Nombre de messages : 1772
Age : 37
Date d'inscription : 07/01/2009

http://elfique2.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Valentine GOBY (France)

Message  lion68 le Mer 16 Nov 2016 - 9:47

J'approuve totalement, j'ai aussi beaucoup aimé ce roman très touchant.
avatar
lion68

Nombre de messages : 99
Age : 49
Location : Paris
Date d'inscription : 12/10/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Valentine GOBY (France)

Message  kattylou le Mar 10 Jan 2017 - 11:54

Un paquebot dans les arbres


Au café le Balto c’est bal tous les samedi Paulo souffle dans son Harmonica ou valse avec sa fille ainée sur le guéridon sous l’œil envieux de Mathilde qui rêve de valser dans les bras de son père. Mathilde est la seconde on attendait un garçon c’est une fille qui est venue mais en fait un garçon manqué qui escalade des ruines et n’a peur de rien . Le bonheur de cette vie de famille bascule quand on apprend que Paulo est atteint de Tuberculose . Il devient paria et ils doivent vendre le Balto.La famille va alors de retrouver dans une spirale infernale :dette ,maladie, famille éclatée


Un paquebot dans les arbres est un des livres que j’avais repéré tout de suite à sa sortie mais J’avais peur que le sujet principal soit  la maladie elle est présente bien sur mais c’est surtout l’histoire d’une famille, qui va devoir lutter contre les drames de la vie


C’est Mathilde qui raconte Je me suis attachée aux personnages dés que j'ai poussé la porte du Balto :le café m’a rappelé ceux de mon enfance dans les années 70 avec les guéridons et le sol en mosaique ..bon sans l’harmonica  !
Le rythme de l’écriture est rapide les phrases sont courtes et les années défilent Le personnage de Mathilde est fort elle va se debrouiller pour faire vivre sa famille un fois ses parents au sanatorium j’ai aimé son courage sa tenacité mais aussi ses faiblesses
C’est une histoire vraie qui a inspiré l’auteur

Une belle découverte en ce début d’année il faut absolument que je lise Kinderzimmer
5/5

_________________
Un vieux chêne en Bretagne - Louis Pouliquen
Toni Morisson - Sula 
Challenge US Plus que 5 Etats !
avatar
kattylou

Nombre de messages : 3367
Age : 52
Location : 77
Date d'inscription : 08/09/2009

http://kattyloucuis.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Valentine GOBY (France)

Message  kattylou le Mar 10 Jan 2017 - 11:56

Trois 5/5 Lalyre , Elfe et moi !!!

_________________
Un vieux chêne en Bretagne - Louis Pouliquen
Toni Morisson - Sula 
Challenge US Plus que 5 Etats !
avatar
kattylou

Nombre de messages : 3367
Age : 52
Location : 77
Date d'inscription : 08/09/2009

http://kattyloucuis.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Valentine GOBY (France)

Message  dodie le Mar 10 Jan 2017 - 12:39

Quel plébiscite !!!!
avatar
dodie

Nombre de messages : 4521
Age : 53
Location : France
Date d'inscription : 11/04/2009

http://dodiecuisine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Valentine GOBY (France)

Message  lalyre le Mar 10 Jan 2017 - 13:00

dodie a écrit:Quel plébiscite !!!!

Génial ce roman, une rencontre avec Vatentine Goby est prévue pour le   mois de février flower
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4218
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Valentine GOBY (France)

Message  petitepom le Mar 22 Aoû 2017 - 5:50

Kinderzimmer
En 1944, le camp de concentration de Ravensbrück compte plusieurs dizaines de milliers de détenues. Mila a vingt-deux ans quand elle arrive à l’entrée du camp. Autour d’elle, quatre cents visages apeurés. Dans les baraquements, chacune de ces femmes va devoir trouver l’énergie de survivre, au très profond d’elle-même, puiser chaque jour la force d’imaginer demain.
Et Mila est enceinte mais elle ne sait pas si ça compte, ni de quelle façon.
ce livre est lauréat du 1er prix S.O.S Libraires en 2014.

Il est difficile de parler de ce livre, histoire est très dure, une page tragique de notre histoire. L’écriture est particulière dans ce roman, des phrases courtes, souvent à l’infinitif, cela décrit toute l’horreur tel un marteau piqueur, qui relate la vie de ses femmes prisonnières d’un camp de concentration. Il y a surtout l’histoire de Mila et son bébé qui nous fait découvrir la Kinderzimmer : la chambre des enfants.
Ce livre restera gravé dans ma mémoire, j’ ai aimé cette lecture mais j’avoue que certaines passages sont dures.
avatar
petitepom

Nombre de messages : 248
Age : 52
Location : un petit village de Corrèze
Date d'inscription : 03/06/2012

http://petitepom.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Valentine GOBY (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum