Jean ANOUILH (France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jean ANOUILH (France)

Message  Calepin le Lun 27 Oct 2008 - 10:27

De : Bernie --- Envoyé : 2004-03-22 05:07

Le voyage sans bagage

Dans Incendies deWadji Mouawad, Simon et Jeanne cherchent à connaître leurs origines.C'est aussi le cas du personnage appelé "Gaston" dans Le voyageur sans bagage de Jean Anouilh. En effet, à la fin de la première guerre mondiale, Gaston a été découvert dans une gare de triage, ne se souvenant plus de rien. Il a été placé dans un asile psychiatrique dans lequel le directeur, le docteur Bonfant, l'emploie comme jardinier et aussi homme à tout faire. Quand ce directeur prend sa retraite, son successeur est le docteur Albert Jiberlin. Ce dernier suit de plus près ses malades et cherche à tous prix à stimuler leur mémoire. Sa tante, la Duchesse Dupont-Dufort, organise même des rencontres avec des familles qui pensent reconnaître les patients amnésiques. La famille Renaud en fait partie. Mais quand Gaston, qui en fait serait "Jacques", entend le portrait peu élogieux dont on fait de lui : un enfant violent, un jeune homme coureur de jupons et sans respect pour sa mère, son frère et sa belle-soeur, etc, il préfère dire qu'il n'a aucun rapport avec les Renaud même si la précision d'une petite cicatrice sous l'omoplate gauche le laisse perplexe. Peut-on choisir "sa famille", "son passé" ? Est-ce que l'on peut faire table rase des événements génants de sa vie antérieure et repartir sur de nouvelles bases si, à la suite de on ne sait trop quoi, sa personnalité a changé ?
Cette pièce date de 1937. Elle ne paraît pas démodée. C'est en quelque sorte une nouvelle version de Docteur Jekyll et Mister Hyde sauf que c'est en quelque sorte le côté satanique d'un individu que l'on veut supprimer.Gaston veut s'offrir une "nouvelle jeunesse".

Note : 5/5


Dernière édition par Calepin le Jeu 2 Avr 2009 - 18:54, édité 1 fois
avatar
Calepin

Nombre de messages : 1527
Age : 36
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean ANOUILH (France)

Message  Calepin le Lun 27 Oct 2008 - 10:28

De : Mousseliine --- Envoyé : 2004-04-18 08:23

Antigone
La Table Ronde
122 pages

Antigone ici c'est une pièce de théâtre que Jean Anouilh a adapté d'une tragédie grecque, Antigone de Sophocle, en 1947.

Étéocle et Polynice les deux fils d'Oedipe sont morts, ils se sont entretués. Créon, l'oncle des deux protagonistes et le roi de Thèbes a ordonné qu'à Etéocle le bon frère serait fait des funérailles grandioses. Alors que Polynice doit être laissé sans sépulture en proie aux corbeaux et autres vautours. Quiconque désobéit aux ordres du roi sera condamné à mort. Antigone ne laissera pas son frère Polynice sans sépulture, rien ne l'arrêtera pas même l'amour de son fiancé, elle est prête à mourir pour défendre ses principes.

On lit l'histoire d'Antigone avec grand plaisir et sans s'arrêter. Les personnages sont hauts en couleur, leur passion nous transporte allègrement dans leur univers. Plusieurs thèmes sont abordés: l'amour, le bonheur, la liberté. Une pièce qui devrait être relue plusieurs fois afin de pouvoir s'attarder sur tous ces sujets de réflexion amenés par l'auteur. En voici un extrait:

"Quel sera-t-il, mon bonheur? Quelle femme heureuse deviendra-t-elle, la petite Antigone? Quelles pauvretés faudra-t-il qu'elle fasse elle aussi, jour par jour, pour arracher avec ses dents son petit lambeau de bonheur? Dites, à qui devra-t-elle mentir, à qui sourire, à qui se vendre? Qui devra-t-elle laisser mourir en détournant le regard?"

A lire!

Note : 4.5/5
avatar
Calepin

Nombre de messages : 1527
Age : 36
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean ANOUILH (France)

Message  Messaline le Dim 4 Oct 2009 - 16:10

L’invitation au château d’Anouilh

Horace et Frédéric sont jumeaux ; mais si leurs physiques sont absolument semblables, leurs caractères eux s’opposent en tout point. Horace lui-même le souligne au début de la pièce :
« Au physique [nous nous ressemblons] comme il n’est pas permis honnêtement de se ressembler. Cette plaisanterie de mauvais goût qui dure depuis trop longtemps a donné lieu à tous les quiproquos possibles et imaginables. Elle est éventée, vidée, assommante. Voilà cent ans que le coup des jumeaux ne fait plus rire personne et singulièrement plus nos amis… Mais, moralement, – vous voyez que nous sommes en plein dans la plus mauvaise convention théâtrale – moralement nous sommes le jour et la nuit : mon frère est bon, sensible, tendre, intelligent et je suis une brute. Mais c’est tout de même moi qui suis aimé. »

De fait, la belle Diana, fille d’un parvenu juif richissime, est amoureuse d’Horace, mais n’en est pas moins fiancée à Frédéric. Horace, bien décidé à empêcher son frère d’épouser cette femme qui le fera souffrir, décide de brouiller les cartes – « Ce n’est peut-être pas parce qu’il m’aime beaucoup » dit Frédéric, « mais cela l’irrite de me voir souffrir. Il n’aime pas que l’on souffre. Surtout d’amour. »

Comme ce soir-là, un bal est donné au château, Horace prend l’initiative d’y inviter la belle Isabelle, petite danseuse à l’Opéra, pour jouer les trouble-fêtes, susciter la jalousie de Diana et peut-être même l’amour de Frédéric.

Lire cette pièce fut un véritable plaisir. Peu habituée à Anouilh, ne connaissant de lui que l’image que j’ai du personnage d’Antigone, je ne l’imaginais pas auteur de comédie, pourtant le fait est que celle-ci est une grande réussite. Certains personnages font rire par leur ridicule, d’autres font sourire par leur verve, le comique joue autant sur les mots que sur les situations, et tout cela rend la lecture tout à fait jubilatoire.

L’Invitation au château est une comédie de mœurs, bien sûr ; une satire sociale, évidemment ; pourtant, au final, les personnages se débattent moins avec la société et ses injustices qu’avec leurs propres désirs. Il y a ceux qui ne veulent que ce qu’ils ne peuvent pas avoir, ceux qui veulent une chose mais qui, une fois qu’ils l’ont, comprennent qu’elle ne suffit pas à faire leur bonheur, ceux qui nient vouloir ce qu’il veulent, et ceux qui croient vouloir quelque chose (éventuellement quelqu’un) lorsqu’en réalité c’est autre chose qu’ils veulent. Cette pièce est donc une comédie sur le désir parfois avoué, souvent refoulé, ignoré, nié, et ça sonne toujours juste.

Un dernier extrait pour le plaisir :
« Diana : C’est amusant, je n’en doute pas, d’être une petite intrigante et de venir triompher pour un soir avec une robe empruntée sur le dos, mais cela ne peut pas durer bien longtemps. Demain matin, il faudra reprendre la petite valise en carton et le wagon de troisième classe qui sent le vomi et moi je serais encore là. Cela sera encore vrai demain pour moi, ma chère. C’est cela qui fait la différence entre nous.
Isabelle la considère et lui dit soudain : C’est amusant d’être méchant ?
Diana change de ton, s’assoit, soupire : Non d’ailleurs. Mais on ne peut pas toujours s’amuser.
Isabelle : Vous êtes malheureuse vous aussi ? C’est étrange. Pourquoi ?
Diana : Je suis trop riche !
Isabelle : Frédéric vous aime.
Diana : Je ne l’aime pas. J’aime Horace et mon argent le dégoûte. Et je pense qu’il a raison.
Isabelle : Devenez pauvre.
Diana : Si vous croyez que c’est facile !
Isabelle : Je vous assure que je n’ai fait aucun effort.
Diana : Vous n’avez pas un père comme moi ! Vous n’avez pas dix ans de mauvaises habitudes derrière vous. Vous croyez que c’est amusant toutes ces robes ? Je ne les aime plus, je ne les vois même plus. C’est comme cela qu’on s’habille, voilà tout. Et la saison prochaine ce sera autrement. Ce serait si bon de n’en avoir qu’une et de l’aimer. »

Un grand coup de cœur. coeur
5/5
avatar
Messaline

Nombre de messages : 322
Age : 30
Location : Paris, ou presque.
Date d'inscription : 17/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean ANOUILH (France)

Message  Liza_lou le Dim 4 Oct 2009 - 20:41

Comment ne pas avoir envie de lire Anouilh après une telle critique? Bravo Messaline!

_________________
Lecture en cours :
Le Pavillon d'or de Mishima (Thème)
avatar
Liza_lou

Nombre de messages : 1300
Age : 34
Location : France, à coté de Nantes
Date d'inscription : 07/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean ANOUILH (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum