Octavia E. BUTLER (Etats-Unis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Octavia E. BUTLER (Etats-Unis)

Message  gallo le Ven 5 Déc 2008 - 11:47


Octavia Estelle Butler (Pasadena, 22 juin 1947 - 24 février 2006). Orpheline de père, élevée par sa mère et sa grand-mère dans un contexte peu favorable, Octavia Butler est une enfant rêveuse qui se passionne pour la science-fiction dès l'âge de douze ans, après avoir vu le film de SF de David MacDonald en 1954, "Devil Girl from Mars". En 1968, elle entre à l'Université de Californie à Los Angeles et y étudie l'écriture, en particulier avec Harlan Ellison et Samuel R. Delany. Elle publie des nouvelles dès 1971, y compris dans l'anthologie Dangereuses Visions d'Ellison, mais ne parvient à faire publier un roman qu'en 1976 ("Le Maître du réseau"). En 1979, "Kindred", le récit d'une jeune fille qui voyage dans le temps et rencontre ses ancêtres esclaves, la rend célèbre. En 1984 et en 1985, elle reçoit le Prix Hugo pour des nouvelles. En 1994, c'est le Prix Nebula que remporte son roman "La Parabole des talents". Installée à Seattle depuis 1999, elle meurt de façon brutale dans la rue, d'une chute ou d'un attaque.




De : wudji (Message d'origine) Envoyé : 12/06/2003 02:41

Octavia E. BUTLER est née en 1947 et vit en Californie.
Auteure de dix romans, plusieurs fois lauréate des préstigieux Prix Hugo et Nébula, elle s'est vue décerner en 1995 le rarissime Prix Genius de la Fondation Mac Arthur Grant.

"La parabole du semeur" Edition J'ai lu / Au diable Vauvert 4.5/5
Très fort, un style simple, percutant, choquant, je l'ai dévoré. A lire.
" La parabole des talents" Edition j'ai lu / Au diable Vauvert 4/5
La suite, le même style bien sûr, un peu long par moment. Pas indispensable, après le premier, à vous de décider.

"La croyance
doit engendrer et guider l'action
Sinon elle ne sert à rien."

Semence de la Terre : Le Livre des Vivants.

Semence de la Terre,c'est le journal de Lauren, quinze ans, fille d'un pasteur noir. Elle vit en Californie dans une communauté citadelle.
En 2025, le monde est devenu fou. La terreur régne. la violence, l'esclavagisme, la prostitution, la misère, l'illettrisme voilà le quotidien.
Pour (sur)vivre, il faut être armé ( dans tous les sens du terme) et prèt à tout!
Après l'attaque de sa communauté et le massacre de sa famille, Lauren se retrouve sur la route et part pour le nord dans le but de trouver un monde plus humain.
Avec une détermination hors du commun, elle avance, sème ses paroles en chemin ....et récolte...

Dans ces deux romans puisants, pas de soucoupes volantes, pas d'effets spéciaux, pas de R2D2, que du probable, de l'humain inhumain!
L'homme a perdu son "bon sens". Les puissants ont encore plus de pouvoir, les pauvres, réduits à l'esclavage, avilis! Des américains rêvent de partir vivre en Sibérie, un président des Etats Unis fait la guerre au nom de Dieu, l'integrisme religieux est encore plus présent...les camps de travaux forcés...

Octavia E.BUTLER donne la parole à Lauren. A mi-chemin entre le curé et le psy, Lauren prèche tout au long de son aventure, ces propos sont troublants, révélateurs. Semence de la Terre apporte de la lumière de l'espoir. J'ai été "séduit" par ses paroles, par sa volonté de vivre, dignement, en harmonie.

Nous ne sommes pas si loin de ce chaos! 2025, c'est presque demain. La société dans la quelle nous vivons aujourd'hui, l'individualisme, la surconsomation, les faux idéaux, l'exploitation des masses, on est dedans! On a perdu l'équilibre!
La culture, le savoir, l'honnêteté, le respect disparaissent ou sont en voie de disparition, l'homme est-il capable de garder le contrôle de la situation...?

Ces deux livres nous font prendre conscience que nous sommes bien petits et bien impuissants. Mais il ne faut pas perdre espoir, croire en un avenir meilleur, pour nos enfants et leurs enfants...

Être soi.
Être soi, c'est sentir son corps,
Les perceptions corporelles,
La pensée, la mémoire, la foi.
Être soi, c'est tour à tour créer et détruire.
C'est apprendre, découvrir, devenir.
Être soi, c'est inventer ses propres raisons d'exister.
Pour façonner Dieu et se façonner soi-même.
Semence de la Terre: Le Livre des Vivants.

Je suis areligieux, je n'ai donc pas l'habitude des prêches, mais recopier "Semence de la Terre", fait germer quelque chose....

P.S. Voici ma premiére critique, j'attends vos conseils, merci.
Après trois bugs de mon ordi et un "refus du site"pour cause de lenteur( rat lent que je suis m'a fait plus ralant que j'étais...), j'éspère que mon quatrième essai va être le bon.

NB:
Ce n'est pas facile pour moi de faire une critique, je vais déméler.

Ma "critique" porte sur les deux romans suivants :
La parabole du semeur.
La parabole des talents.

Dans ces deux romans on retrouve des extraits de Semences de la Terre, le journal que Lauren écrira tout au long de sa vie.

avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Octavia E. BUTLER (Etats-Unis)

Message  Mousseline le Lun 18 Oct 2010 - 15:20

(Au Diable Vauvert, 2001, 392 pages)


La parabole du semeur

Dystopie / Anticipation / Post-Apocalyptique

2024 dans une petite ville près de Los Angeles. C'est le chaos total. Les conditions de vie sont déplorables. Le danger rôde partout.

Lauren, 16 ans au début du roman, vit avec ses parents et ses quatre frères dans un quartier entouré d'un mur. Les gens les mieux lotis se protègent de l'extérieur. Dès que tu franchis les portes de ton quartier, les sans-abris, junkies, alccoliques, pyros, ceux qui n'ont rien et ils sont nombreux, s'en prennent aux autres. La nourriture est rare et chère et c'est encore pire pour l'eau. Mieux vaut avoir une arme en permanence sur soi pour se protéger. Dans la lutte pour survivre les gens peuvent être d'une sauvagerie incroyable.

"C'était qui, ces vautours? C'était le feu qui les avait attirés? C'était ça leur moyen de survivre, aux pauvres des rues? Accourir dès qu'une maison brûlait et voler ce qui en restait, détrousser les cadavres."

Lauren sait que tout ça n'est pas suffisant. Un jour les plus démunis abattront les murs. Les autres de sa communauté préfèrent garder la tête dans le sable.

" - Je savais seulement que ça risquait d'arriver un jour. Je ne savais pas que ça serait aussi terrible. Tout ce que je savais, c'était qu'on ne pourrait jamais tenir éternellement derrière nos murs, à manger à notre faim, pendant que dehors c'était la misère noire et la loi de la jungle."

"Nous devrons nous adapter. Dieu est Changement. Je puise ma force dans cette pensée."

Lauren finit par se retrouver sur les routes. Son but aller vers le Nord et fonder une communauté.

Pourquoi en est-on venu là? on se demande ce qui s'est passé. Le climat et le réchauffement de la planète qui causent des ouragans et des tremblements de terre à répétition sont sans doûte une partie du problème, l'autre partie on peut le deviner en regardant nos sociétés. C'est un monde futuriste mais qui reste plausible.

C'est un roman que j'ai trouvé très prenant, plus j'avançais plus j'arriverais difficilement à le lâcher. L'écriture est fluide, la lecture est
très aisée. En fait, j'imaginerais mal qu'on puisse traîner bien longtemps dans ce roman.

Encore une très bonne auteure américaine qui est peu connue dans le monde francophone. C'est à croire que les blogeurs et blogeuses se donnent le mot pour lire tous les mêmes livres.

Note : 4,25/5

"La parabole du semeur" est suivi de "La parabole des talents", je vais devoir attendre avant de me procurer ce dernier malheureusement et de plus d'après les critiques que j'en ai lues ce livre serait encore meilleur.



En lisant Octavia E. Butler j'ai pensé à Elisabeth Vonarburgh, elles ont en commun une plume bien féminine qui amène de
l'humanité dans l'univers de la science-fiction.

Les lectrices qui ont peur de lire de la science-fiction devraient tenter le coup avec des auteurs féminines telles que
Octavia Butler et Elisabeth Vonarburgh mais il y en a d'autres.
On retrouve un très bon dossier sur le sujet chez Amazon.com : Read the Best SF /F Written by Women.



_________________
Mousseline

Magasin général tome 2 : Serge de Loisel et Tripp et L'île des chasseurs d'oiseaux de Peter May



"Happiness is only real when shared." (Christopher McCandless)
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Octavia E. BUTLER (Etats-Unis)

Message  Philcabzi le Lun 18 Oct 2010 - 16:48

Et bien ça m'intéresse ça!! Je vais voir si je peux me le trouver.

_________________
Philcabzi
Ainsi qu'une journée bien remplie donne un doux dormir, ainsi une vie bien employée donne un doux mourir. Leonardo da Vinci

Ma PAL: 64 livres
Lecture du moment: Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 41
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Octavia E. BUTLER (Etats-Unis)

Message  Mousseline le Lun 18 Oct 2010 - 16:52

Tant qu'à faire arrange-toi pour avoir les deux livres en main. Si j'avais eu La parabole des talents... j'aurais tout de suite poursuivi avec ce livre.

_________________
Mousseline

Magasin général tome 2 : Serge de Loisel et Tripp et L'île des chasseurs d'oiseaux de Peter May



"Happiness is only real when shared." (Christopher McCandless)
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Octavia E. BUTLER (Etats-Unis)

Message  Shan_Ze le Ven 24 Jan 2014 - 21:05

Novice d’Octavia Butler



Novice commence assez étrangement : une petite fille de dix ans se réveille dans une maison en feu et aucun souvenir. Quand elle arrive à se sauver, elle se rend compte de ses besoins et comprend petit à petit qui elle est…
J’étais curieuse de découvrir qui était cette fillette avec des pensées approfondies. Pourtant je ne m’attendais pas du tout à une histoire de vampires ! La description des Inas, communauté vampirique, est détaillée en long et en large. Leurs capacités physiques, mentales et sexuelles sont minutieusement décryptées, un peu comme dans un essai anthropologique. Les relations entre Inas et symbiotes sont assez particulières, certaines scènes m’ont mises mal à l’aise. Cependant, l’histoire est intéressante : la dernière partie avec le procès est celle qui m’a le plus accrochée. Butler en profite pour parler du racisme et de convenance génétique.
J’ai été contente de découvrir Octavia Butler, nouvelle auteure de science-fiction afro-américaine à rajouter dans ceux à lire et je lirai bientôt Les liens du sang que j’ai sur les étagères de ma bibliothèque.


Note : 3.5/5
avatar
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7352
Age : 34
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Octavia E. BUTLER (Etats-Unis)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum