Carlos RUIZ ZAFON (Espagne)

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Carlos RUIZ ZAFON (Espagne)

Message  Lacazavent le Jeu 4 Déc 2008 - 17:04

De : Flo7717 Envoyé : 2004-08-04 11:22
L'ombre du vent de Carlos Ruiz Zafon

Mon gros coup de coeur de cette année : L'ombre du vent de Carlos Ruiz Zafon. Je t'en dit un mot ici car je n'ai pas fait de critique sur le forum, l'ayant lu avant d'être inscrite ici.
C'est un bon gros pavé de 500 pages édité chez Grasset qui vous prend dès les premières pages et m'a rendu vaguement associale pendant les quelques jours de ma lecture tellement j'étais accro !

Barcelone, 1945 : Daniel, le narrateur, a 10 ans. Un matin, à l’aube, son père, libraire en livres anciens, l’emmène dans un lieu connu seulement des initiés : le Cimetière des Livres Oubliés. La tradition veut que tout nouveau visiteur y adopte un livre afin de le sauver de l’oubli. Pour Daniel, ce sera L’Ombre du vent de Julian Carax, un parfait inconnu. En s'intéressant à la vie et à l'oeuvre de Carax, Julian va vivre des aventures surprenantes et passionnantes. On y croise des personnages hauts en couleur, attachants ou inquiétants en suivant le narrateur 20 ans durant. La structure du roman, façon « poupées russes », rappelle les romans de Paul Auster, l’aspect romanesque en plus. Amateurs d’histoires en miroir où les coïncidences ne sont jamais gratuites et les multiples pistes autant d’histoires dans l’histoire où la réalité et la fiction se mêlent, vous trouverez ici votre plaisir et même plus !

Ce roman foisonnant tient à la fois du roman d’apprentissage, du récit fantastique et de l’enquête. Il nous fait retrouver notre âme d'enfant. Bref, si tu as 19 euros à investir, c'est THE bouquin à acheter (se trouve aussi dans les bonnes biblios )




De : Flo7717 Envoyé : 05/08/2004 17:43

Mini bio de l'auteur figurant au dos du livre :

"Carlos Ruiz Zafon est né à Barcelone en 1964. Après un bref passage dans le monde la publicité, il se consacre à l'écriture et obtient en 1993 le prix Edebé, prix de littérature de jeunesse espagnol. L'ombre du vent a obtenu le prix Planeta. Carlos Ruiz Zafon s'est installé à Los Angeles il y a sept ans, où il travaille à son prochain roman et écrit des scenarii."


De plus voilà un extrait d'une critique de Didier Sénécal du magazine LLire, passage le plus "méchant" :
" Une fois le livre refermé, l'esprit critique reprend le dessus. Il est indéniable que Ruiz Zafón use et abuse des bonnes vieilles recettes du fantastique: poupées russes, rebondissements, crimes grand-guignolesques, souterrains, brouillards, incendies. Si les noms de Pessoa et de Borges ont été prononcés, la comparaison est bien sûr absurde. Il vaudrait mieux parler d'un Eugène Sue ibérique, d'un Paul Auster en escabeche. Mais ses épisodes gigognes prennent une dimension poétique parce qu'il joue à merveille sur les distorsions du temps - et que de tous les sujets le temps est le plus poignant. A une génération de distance - de part et d'autre d'une guerre civile qui a réduit à peu de chose les vengeances personnelles - Julián Carax et Daniel Sempere marchent sur les mêmes trottoirs, croisent les mêmes hommes, subissent le charme des mêmes femmes. Peu importe si L'ombre du vent est un livre «tous publics», voire un roman-feuilleton: une fois égaré dans les labyrinthes du quartier gothique de Barcelone, l'amateur de belles histoires n'a plus aucune envie d'en sortir."

Et comme le soulignait un critique du magazine L'Express : heureux ceux qui n'ont pas encore lu "L'ombre du vent" !

Flo, complètement zafonmaniac




De :Elvina3351 Envoyé : 2004-09-01 17:32
L'Ombre du vent

Dans la Barcelone de l'après-guerre civile, " ville des prodiges " marquée par la défaite, la vie difficile, les haines qui rôdent toujours. Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon - Daniel Sempere, le narrateur - dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L'enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d'occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y " adopter " un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l'entraîner dans un labyrinthe d'aventures et de secrets " enterrés dans l'âme de la ville " : L'Ombre du vent.

Bien que les critiques de ce roman soient très positives, j'ai été déçue... probablement parce que j'avais trop d'attente envers ce bouquin.... le résumé du livre m'a fait fabuler je crois et l'histoire ne sait pas passé comme je m'y attendais ... je n'ai pas embarqué... je m'attendais à plus d'actions, à plus de revirements... J'ai toutefois beaucoup aimé les personnages... c'est un livre que je vais relire un jour, histoire de voir si je l'aimerai plus !

Flo, j'aurais aimé partager ton enthousiasme pour ce bouquin !

Ma cote pour le moment : 3/5

Elvina !



De : PapillonY1 Envoyé : 05/09/2004 15:13
L'Ombre du vent

Mon Avis
Un très belle histoire, très émouvante (à la fin, j’ai dû me retenir pour ne pas pleurer…), mais racontée de façon brouillonne, à mon avis. Beaucoup de longueurs, malheureusement. Pas forcément désagréables, parce que c’est bien écrit et l’auteur visiblement aime raconter des histoire : il multiplie les personnages secondaires et les histoires parallèles. L’inconvénient est que ça dilue beaucoup l‘énigme et que ça dissout complètement l’atmosphère fantastique qu’il avait su créer au premier chapitre. L’auteur mélange tous les genres de romans : roman fantastique, roman policier, roman à l’eau de rose, roman de genre, roman historique et roman d’apprentissage. C’est aussi un grand poème d’amour dédié à la ville de Barcelone. J’ai regretté que certains des personnages soient un peu caricaturaux : le méchant flic, la femme fatale, le jeune aristocrate ruiné, l’écrivain maudit,… mais la fin réserve de belles surprises.
Un tic d’écriture qui m’a vraiment agacée : à chaque fois que le narrateur voit apparaître quelqu’un : « je crus d’abord que c’était… ».

Ma note : 4/5

Quelques citations :
« Je pensais que si j’avais découvert tout un univers dans un seul livre au sein de cette nécropole infinie, des dizaines de millier resteraient inexplorés, à jamais oubliés. Je me sentis entouré de millions de pages abandonnées, d’univers et d’âmes sans maître, qui restaient plongés dans un océan de ténèbres pendant que le monde qui palpitait au dehors perdait la mémoire sans s’en rendre dompte, jour après jour, se croyant plus sage à mesure qu’il oubliait. »

« Je la regardai comme on regarde un train qui s’en va. »

« Le moyen le plus efficace de rendre les pauvres inoffensifs est de leur apprendre à vouloir imiter les riches. »

« Les livres sont des miroirs, et l’on y voit que ce qu’on porte en soi-même. »




De : la-grande Envoyé : 14/09/2004 15:41
The Shadow of the Wind (L'Ombre du vent)

C'est une histoire qui commence comme un suspense, comme une histoire d'amour entre Daniel, les livres et l'écriture. On entre immédiatement dans le récit de Zafon et on se laisse prendre au piège de l'intrigue qui se dessine, à savoir qui est Julian Carax, l'auteur du roman "A l'ombre du vent". On se croit dans un suspense mais l'auteur a décidé d'utiliser plusieurs genres différents pour écrire ce roman étonnant.

Toutefois, il y a des longueurs... des intrigues parallèle qui, même si elles nous permettent de mieux comprendre, alourdissent le récit. Certains personnages secondaires auraient pu être omis ou auraient dû avoir moins de place.

Je crois que j'ai décroché un peu lorsque j'ai eu l'impression de me retrouver dans un roman d'amour un peu tiré par les cheveux (mais je pense que c'est ce que l'auteur voulait) mais j'ai dévoré la deuxième moitié.

Somme toute un très bon roman et un auteur à suivre...

Note: 4.25/5

Carlos Ruiz Zafon est né à Barcelone en 1964. L'Ombre du vent a été sur la liste des best-sellers en Espagne pendant plus d'un an et est maintenant publié dans plus de 20 pays.

Zafon vit maintenant à Los Angeles.




De : Venusia Envoyé : 15/09/2004 17:02
The Shadow of the Wind (La Sombra del Viento) - L'ombre du vent
Hardcover - 480 pages (April 11, 2004)
Language: English
Penguin ; ISBN: 1594200106


J'ai lu L'Ombre du vent en anglais en fin de semaine, et j'ai eu besoin d'y penser un peu avant de déposer ma critique. Alors, voilà:

Le style:
L'histoire se déroule selon la perspective de Daniel, et donc la narration est à la première personne. Il y a beaucoup de dialogues, pas trop de descriptions et d'exposition, et les pensées intérieures rapportées ne trainent pas en longueur, le personnage principal étant assez jeune.. L'élucidation du mystère se fait principalement à travers les récits de personnes impliquées, soit sous forme de dialogue ou de mémoires. C'est donc un style accessible, facile à lire, et je ne m'étonne pas que le roman figure dans les bestsellers.

L'intrigue:
La première moitié du livre est envoûtante. Le mystère ne cesse de s'approfondir, l'atmosphère qui se dégage est un peu fantastique, et la présentation de Barcelone se fait un peu comme une ode, c'est très poétique. Plusieurs personnages secondaires drôles, ou simplement intéressants, font leur apparition et on se laisse volontier entrainer dans les petites digressions. Le roman prend cependant une tournure gothique environ à mi-chemin: apparait la maison hantée, les bruits suspects, les prémonitions de danger... Egalement, l'histoire d'amour tragique est présentée un peu brusquement, j'ai eu l'impression que l'auteur a forcé la note un peu en voulant multiplier les parallèles entre la vie de Daniel et celle de Julian.

Donc, une première moitié très divertissante, mais la deuxière moitié est plus conventionnelle et déçoit un peu. Le dénouement se déroule de façon prévisible.

Ma note: 4 sur 5.




De :Chantal5500 Envoyé : 19/09/2005 18:48
L'OMBRE DU VENT :
635 pages.

Un matin de 1945, un libraire emmène son fils Daniel Sempere, orphelin de mère et malheureux, dans un lieu mystérieux : le Cimetière des Livres Oubliés. Là, Daniel devra choisir un livre qu'il adoptera, pour qu'il ne disparaisse jamais et qu'il reste toujours vivant. L'enfant va choisir "L'ombre du vent" de Julian Carax. Et c'est le début d'une aventure qui va le poursuivre une bonne partie de sa vie....

Ce roman raconte deux histoires, deux vies, celle de Julian Carax et celle de Daniel Sempere, deux histoires qui se ressemblent fort et deux histoires qui n'en feront qu'une. C'est à la fois une intrigue policière, un roman d'aventures, un roman qui tend au fantastique, un roman politique....L'écriture est très détaillée, très dense, tout en restant parfaitement claire et souvent très belle. J'aime beaucoup ce style. Je n'ai trouvé aucun temps mort (toutes les histoires parallèles avaient un sens dans la trame et me plaisaient autant que le reste) Il régne dans ce livre une atmosphère typiquement espagnole souvent pleine d'humour et le lecteur se promène dans tous les recoins de Barcelone. Le roman baigne dans les livres, les auteurs, les maison d'édition, bouquinerie et bibliothèque des héros : c'est un livre au milieu des livres.

J'ai aimé pour l'histoire, pour l'écriture, pour l'atmosphère. Un grand coup de coeur. 5/5



De : natevaP Envoyé : 26/10/2005 21:08
L'OMBRE DU VENT- CARLOS RUIZ ZAFÓN

5/5

Barcelone, 1945. La dictature franquiste pèse de tout son poids sur ces années d'après guerre. Daniel Sempere vit seul avec son père dans la librairie depuis que sa mère est morte alors qu'il avait quatre ans.

Pour ses dix ans, selon un rite familial transmis de père en fils, son père l'emmène au cimetière des livres oubliés, caverne d'Ali Baba secrète et bien gardée, où les jeunes lecteurs initiés doivent choisir un livre, l'adopter en quelque sorte. Daniel repart avec "l'ombre du vent" de Julián Carax. Au cours d'une banale discussion dans un café, un bibliophile lui fait une proposition alléchante pour l'acquérir et, même s'il ne réalise pas encore la singularité de ce livre, par fidélité, il décide de le cacher...Jusqu'au jour où il devient suffisamment obsédant de savoir ce que ce livre à réveiller chez ces acquéreurs empressés.

C'est époustouflant! J'ai lu les 634 pages la peur au ventre. Le mystère atteint un paroxysme qui prive de sommeil tout amoureux des livres. Jamais pour moi la "mort" d'une fiction n'avait été aussi cruelle. Il est rangé anonymement dans ma bibliothèque et même si le désir de faire partager le plaisir d'une pareille lecture est fort, la jalousie complice de le posséder l'est davantage, il n'en bougera pas... Y si a uno de mis hijos se le antoja adoptar un libro, veremos.




De : doriane99 Envoyé : 29/01/2006 16:52
L'ombre du vent

Pour moi aussi, un vrai coup de coeur !!! Le mélange des genres (un tantinet fantastique, policier, histoire d'amour...), je l'ai savouré. Effectivement, il m'a fait penser à Auster dans la mesure où l'on retrouve certaines histoires qui s'imbriquent. Pour ma part, je n'y ai pas trouvé de longueur et l'ai apprécié de bout en bout.
Vraiment un livre à lire !!!
5/5 sans hésiter

et, plus besoin d'investir 19 euros, il existe à présent en format de poche
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5581
Age : 32
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carlos RUIZ ZAFON (Espagne)

Message  Lacazavent le Jeu 4 Déc 2008 - 17:15

De :Sahkti1 Envoyé : 30/01/2006 15:06
L'ombre du vent

Ce récit est magnifique. Surréaliste et nostalgique, plein de poésie et de violence. C'est l'histoire de Daniel, huit ans, qui se rend avec son père libraire au "Cimetière des Livres oubliés", une bibliothèque magique, un lieu mystérieux auquel n'ont accès qu'un petit groupe de privilégiés. Nous sommes en 1945, Daniel va devoir "sauver" un livre, choisir celui qu'il devra, envers et contre tout, préserver, parmi les milliers qui se trouvent dans cet endroit fantastique. Daniel choisit "L'ombre du vent" de Julian Carax, il ne connaît rien de l'histoire ni de son auteur, il sait simplement que Carax est parti vivre à Paris une dizaine d'années plus tôt et que depuis, un étrange bonhomme au visage effroyable passe son temps à brûler tous ses écrits.

Le temps passe, Daniel n'oublie pas Julian Carax, il se renseigne du mieux qu'il peut avec l'aide de son ami Fermin. Carax serait mort en 1936, Daniel n'y croit pas. Ses recherches lui révèlent des informations biographiques troublantes, il découvre que Carax était un brillant adolescent élevé par un homme qui n'est pas son père, il avait trois amis inséparables qui ont pourtant pris chacun des chemins radicalement différents. Julian Carax est fils de chapelier, il se lie d'amitié avec un gros client de son père, Jorge Aldaya dont il tombe éperdument amoureux de la soeur, Pénélope. Jorge les surprend, Julian s'exile à Paris pendant que Pénélope meurt en donnant naissance à un enfant mort-né.
Au fur et à mesure de ses investigations, le voile se lève sur la biographie officielle de Carax mais pas sur le mystère de plus en plus lourd qui entoure sa vie. On y trouve de l'amour, des mensonges, des trahisons, des peurs, beaucoup de tragédies imbriquées les unes dans les autres et qui forment la trame de ce récit. Avec en toile de fond, un personnage diabolique qui promène son ombre dans toute l'histoire et dans Barcelone, une ville présente à chaque page, que l'on entend respirer et soupirer. Des phénomènes étranges se produisent dans l'histoire, des fleurs qui fanent en quelques minutes ou du lait qui se teinte de rouge lors de la première lune mensuelle.

Zafon décrit les ambiances comme ce n'est pas permis : c'est beau et fort, sa bibliothèque fait envie tant elle regorge d'ouvrages rares et mystérieux, Barcelone est vivante sous nos yeux et pourtant hantée par des fantômes, le cimetière des livres semble palpable...

Ma note: 5/5



De : lalyre7032 Envoyé : 01/03/2006 16:17
L'ombre du vent

Je vois que tout à été dit sur ce roman et je ne vois pas ce que je pourrais ajouter,sauf que certains passages du livre me faisaient un peu penser aux romans de l'époque victorienne.J'ai beaucoup aimé
4,5/5
Lalyre



De :zerestia Envoyé : 26/03/2006 03:48

Mousse, juste un petit mot pour résoudre ta doute à propos du nom de famille de l'auteur. Carlos est le nom et Ruiz Zafón les deux noms de famille car en Espagne on utilise deux noms de famille (père mère d'habitude) surtout si le premier d'entre eux est très commun, comme Ruiz.


De : odilette84 Envoyé : 26/03/2006 21:19
L’ombre du vent
de Carlos Ruiz Zafon
Grasset(2004 pour la trad française)
524p

Je ne vais pas reprendre le résumé qui est déjà très bien fait

Ma critique :
Ruiz Zafon nous entraîne dans l’Espagne des années 30 à 50, dans une atmosphère à la fois fantastique et réaliste.
On y découvre l’Espagne sordide des années de guerre et des années Franco tellement sombre, pauvre et glauque, régie par la terreur, mais aussi l’Espagne sentimentale, violente dans ses passions, traditionnelle et mystérieuse.
L’auteurs dépeint avec finesse les portraits de personnages qui se croisent : l’humour génial de Fermin, le mystère de Carax, la brutalité de Fumero, le romantisme de Daniel, le dévouement et la passion des femmes…
Tous les ingrédients sont réunis pour nous perdre et nous emporter à la suite de ces personnages dans ces destins tragiques entremêlés.
L’idée de départ est géniale, et nous happe dans une histoire extrêmement bien menée ; une écriture magnifique, de très belles phrases.
On ne s’ennuie pas un seul instant et jusqu’à la fin on est porté par la musique des mots, et le suspens de l’intrigue.
Seul bémol, il pleut tout le temps sur Barcelone…


Ma note : 5/5

C’est un vrai coup de coeur
Je vais offrir ce livre autour de moi comme je le fais pour tous mes coups de cœur.
Je ne crois pas que cet auteur soit traduit en Français à part pour ce roman.
Pour ma part, je vais le suivre à la trace…


De : Shan_Ze Envoyé : 24/11/2006 17:37
L’ombre du vent de Carlos Ruiz Zafon

Barcelone, 1945. Le narrateur, Daniel Sempere, 10 ans, se rend au Cimetière des Livres Oubliés en compagnie de son père. Seul quelques privilégiés ont accès à cet endroit. Chaque personne doit choisir un livre et l’adopter afin de le garder vivant. Daniel choisit L’ombre du vent de Julian Carax. Les années passent mais le livre va continuer d’intéresser quelques personnes. Le jeune homme enquête alors avec son ami Fermin Romero de Torres sur le passé de l’auteur de L’Ombre du vent. Mais le passé rattrape le présent …
J’ai apprécié l’histoire parce qu’elle nous guidait avec ses nombreux personnages sans qu’on sache où exactement. J’aime me poser des questions, faire des suppositions sur le pourquoi du comment et c’était le cas. L’humour attribué à Fermin me faisait rire doucement ou éclater de rire. De l’humour, de l’amour (un peu trop suave parfois), une bonne intrigue… et des livres : un bon mélange ! Petits reproches, quelques longueurs et il épilogue un peu trop à mon goût, je me serais bien arrêtée quelques pages plus tôt.

Note : 4/5



De : Foret_ Envoyé : 05/11/2007 20:12
L'ombre du vent
Editions Grasset 2004
524 pages

Résumé de couverture:
"Dans la Barcelone de l'après-guerre civile, " ville des prodiges " marquée par la défaite, la vie difficile, les haines qui rôdent toujours. Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon - Daniel Sempere, le narrateur - dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L'enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d'occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y " adopter " un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l'entraîner dans un labyrinthe d'aventures et de secrets " enterrés dans l'âme de la ville " : L'Ombre du vent.
Avec ce tableau historique, roman d'apprentissage évoquant les émois de l'adolescence, récit fantastique dans la pure tradition du Fantôme de l'Opéra ou du Maître et Marguerite, énigme où les mystères s'emboîtent comme des poupées russes, Carlos Ruiz Zafon mêle inextricablement la littérature et la vie. "

Mon avis:
Un livre excellent qui nous envoûte dès les premières lignes, l'histoire est bien écrite et conserve notre intérêt jusqu'à la fin, les personnages sont inoubliables et attachants, c'est un livre qu'il faut absolument lire, je vous le recommande sans aucune hésitation.

5/5


De : Myanka_K9 Envoyé : 30/12/2007 20:46
L'ombre du vent
(Grasset - 525 pages)

Un gros coup de coeur! Carlos Ruiz Zafòn m'a séduite et je suis encore sous le charme de ce livre envoûtant. Je ne refais pas le résumé. J'ai aimé le mélange des styles, ce livre c'est une quête, une enquête, une intrigue, un thriller. J'ai apprécié la structure et n'y ai pas trouvé de longueurs. Les personnages, même ceux qu'on pourrait dire secondaires et qui pourtant détiennent tous un morceau du casse-tête, sont uniques et attachants. Et l'énigmatique Julian Carax nous est donc dévoilé de façon bien dosée au fil des pages. Une écriture tout en ambiances, précise, parfaitement maîtrisée et tout à fait efficace. J'ai senti la puanteur de l'asile, la douleur de Firmin quand il s'est fait tabasser. J'ai vécu des moments d'angoisse. J'ai ri. Jai pleuré.

Aucune hésitation : 5/5
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5581
Age : 32
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carlos RUIZ ZAFON (Espagne)

Message  Lacazavent le Jeu 4 Déc 2008 - 17:15

De :Nyahblue Envoyé : 11/01/2008 00:16
L'ombre du vent
de Carlos Ruiz Zafon (prêté par Julie Nadeau)
4.5/5

Quatrième de couverture
Dans la Barcelone de l'après-guerre civile, "ville des prodiges" marquée par la défaite, la vie est difficile, les haines rôdent toujours. Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon - Daniel Sempere, le narrateur - dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L'enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d'occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y "adopter" un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l'entraîner dans un labyrinthe d'aventures et de secrets "enterrés dans l'âme de la ville " : L'Ombre du Vent. Avec ce tableau historique, roman d'apprentissage évoquant les émois de l'adolescence, récit fantastique dans la pure tradition du Fantôme de l'Opéra ou du Maître et Marguerite, énigme où les mystères s'emboîtent comme des poupées russes, Carlos Ruiz Zafon mêle inextricablement la littérature et la vie.

Mon opinion
J'ai complètement adoré ce livre et j'ai embarqué dès les premières pages. Comme le mentionne le quatrième de couverture, on y retrouve plusieurs histoires qui s'emboîtent et de nombreux liens se font tout au long de l'histoire. Le genre fait penser à un thriller psychologique historique. Il y a beaucoup de personnages mais ce n'est pas trop compliqué de se retrouver et les chapitres sont bien séparés et pas trop long à lire. Une fois la lecture commencée, j'avais beaucoup de difficultés à le lâcher et la fin du livre fait qu'on ne veut plus arrêter...ce qui a fait que je me suis couchée tard hier soir. J'ai été très surprise du dénouement du roman. Je vous le conseille fortement.

Quelques citations
"L'un des pièges de l'enfance est qu'il n'est pas nécessaire de comprendre quelque chose pour le sentir. Et quand la raison devient capable de saisir ce qui se passe autour d'elle, les blessures du coeur sont déjà trop profondes." p. 49

"Personne n'y connait rien, ni Freud ni elles-mêmes, mais c'est comme l'électricité, pas besoin de savoir comment ça fonctionne pour recevoir une secousse." [à propos des femmes] p. 120

"[...] la femme désir l'opposé de ce qu'elle pense ou déclare, ce qui, à bien y regarder, n'est pas si terrible, car l'homme, comme nous l'enseigne monsieur de La Palice, obéit, au contraire, aux injonctions de son appareil génital ou digestif." p.175

"Quelqu'un a dit un jour que se demander simplement si on aime est déjà la preuve qu'on a cessé d'aimer [...]" p.232

"[...] un étranger nous voit tels que nous sommes et non tels qu'il veut croire que nous sommes." p.233

"[...] l'art de la lecture meurt de mort lente, que c'est un rituel intime, qu'un livre est un miroir où nous trouvons seulement ce que nous portons déjà en nous, que lire est engager son esprit et son âme, des biens qui se font de plus en plus rares." p.632



De : Garanemsa Envoyé : 17/08/2008 20:27
L’OMBRE DU VENT – Carlos Ruiz Zafon

Plus qu’un coup de cœur.

Dans la Barcelone de l’après-guerre civile « ville des prodiges »marquée par la défaite, la vie est difficile, les haines rôdent toujours.

Par un matin brumeux de 1945 un homme emmène son petit garçon, Daniel Sempere, le narrateur, dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L’enfant qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d’occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y « adopter » un volume parmi des centaines de milliers.

Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l’entraîner dans un labyrinthe d’aventures et de secrets « enterrés dans l’âme de la ville » : l’ombre du vent.

Toute cette histoire imaginaire sur fond d’analyse très poussée de la politique, de la guerre d’Espagne, de la vie des habitants, de la police, des fascistes, communistes et autres.

Depuis longtemps un livre ne m’avait accroché de cette manière, je voyais les rues de Barcelone, je les sentais. Je vivais au rythme de ce thriller, car c’est un formidable thriller, les recherches de ce garçon, les aventures et mésaventures, les secrets, les malentendus, etc…

J’avais même l’impression de ressentir des sentiments d’angoisse, de joie, de peine, des frissons, au bord des larmes.

Comme c’est déjà une grosse brique, j’ai passé la nuit dernière pour le finir, je ne pouvais pas le lâcher.

Cote : 5+++/5


De : zeta-b Envoyé : 24/08/2008 11:45
L'ombre du vent - Livre de Poche - 5/5


Certains livres ont un charme indéfinissable auquel on se laisse prendre dès le premier mot de la première phrase. "L’ombre du vent" est de ceux là. Une fois refermée la dernière page, on peut ne pas réussir à analyser ce qui nous a tant plu dans cette histoire improbable aux péripéties rocambolesques, dignes des feuilletons du 19e siècle….. Mais tout au long de ce roman la magie opère, l’écriture nous tient, les personnages paraissent vivants, et l’humour léger donne une petite note de second degré bien agréable mais presque inutile.

Julian Carax, Daniel Sempère et son si charmant et discret Papa, Béatriz et Pénélope, ainsi que Firmin nous ont ravi le cœur, on suit leurs aventures de plus en plus extraordinaires dans une Barcelone, violente, mystérieuse et ô combien exotique sans sourciller…. Ce roman parle également avec tant d’esprit des livres et de la littérature qu’il est fait pour nous, les rats.



Clochette ! merci, tu as visé juste, j'avais souvent hésité à le choisir au cours de mes virées à la librairie, le prenant dans mes mains et le reposant plusieurs fois, pas emballée par la 4e de couverture, qui ne reflète pas parfaitement, je trouve, l'attrait du roman. J'ai été surprise et enchantée.

Je trouve qu'il y a dans les romans espagnols ou d'Amérique du sud une inventivité, une fantaisie, un aspect "épique" très prononcé qui me convient parfaitement. Au cours de cette lecture, je n'ai pu m'empêcher de penser à Garcia Marquez, à Jorge Amado, à Isabel Allende. Comme eux, Carlos Ruis Zafon sait inventer et raconter une Histoire.


De : il_pleut_toujours Envoyé : 18/10/2008 06:49
L'ombre du vent, Carlos Ruiz Zafon

C'est étrange, tout le monde semble avoir eu un coup de foudre pour ce livre alors que moi, je l'ai trouvé bien ordinaire. En fait, j'exagère. J'ai trouvé l'histoire ordinaire et prévisible, mais j'ai été littéralement subjugué par le style de l'auteur. Et si, comme beaucoup d'entre vous, j'ai eu du mal a decrocher du livre certain soir, c'est pour satisfaire ma soif de beauté à même les tournures de phrases et réflexions profondes qui foisonnent dans ce livre.

J'ai ADORÉ le personnage de Fermin De Torres, dont la volubilité (ca existe ce mot) m'a fait m'esclaffer plus d'une fois. Tous les personnages du livre sont bien dévelloppés. J'ai également apprécié découvrir Barcelone et son histoire.

Tout compte fait, hormis l'histoire, c'est un livre adorable, qui a mon avis, se lit comme on contemplerait la toile d'un virtuose du pinceau.

4/5
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5581
Age : 32
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carlos RUIZ ZAFON (Espagne)

Message  MeShell le Jeu 5 Fév 2009 - 15:10

L'Ombre du Vent de de Carlos Ruiz Zafon
(lu en anglais) The Shadow of the Wind


"Quand une bibliothèque disparaît, ou une librairie ferme, quand un livre est à l'oubli, ceux d'entre nous qui connaissons cet endroit, et ses gardiens, s’assurent qu'il arrive ici, dans "le cimetière". Les livres qui sont perdus dans le temps vivront pour toujours ... Chaque livre que vous voyez ici a été le meilleur ami de quelqu'un.

Fasciné par L’Ombre du Vent, écrit par un certain Julian Carax, le jeune Daniel se propose de découvrir qui a été Carax, et quels autres livres il a écrit. Le père de Daniel, n'a jamais entendu parler de Carax. Ensemble, ils consultent d'autres boutiquiers. L’ un d’eux offre à Daniel une somme considérable d'argent pour son exemplaire de L'Ombre du vent. Daniel, cependant, refuse de vendre le livre.

Les années passent... Daniel entend parler d’une histoire de Carax et de ses livres... Quelqu'un va de ville en ville, magasin en magasin, en recherchant les œuvres de Julian Carax, et en les brûlant. Mais qui ferait une telle chose et pourquoi?

Carlos Ruiz Zafon roman est une belle histoire, mais aussi une histoire d’amour. Il y a l'adolescent Daniel, qui grandit dans l'Espagne de Franco. Daniel relations, d'abord avec la fille aveugle, Clara, et plus tard avec la soeur de son meilleur ami, Bea, sont aussi des liens d'amitié littéraire: les livres, comme les lits, permettent aux amoureux de partager des moments précieux. Comme dit Daniel à Bea un soir autour d’un café:

"... C'est une histoire de livres."
“À propos des livres?"
“À propos de livres maudits, sur l'homme qui les a écrits, sur un personnage qui s’est échappé des pages d'un roman pour pouvoir les brûler, d'une trahison et la perte d'une amitié.”
“C'est une histoire d'amour, de haine, et de rêves qui vivent dans l'ombre du vent. "

L’Ombre du vent est de ces livres qui nous transportent à la fois dans des lieux magiques et dans des époques fascinantes. C’est un gros volume, et je l’ai lu rapidement et avec engouement.
Zafon esquisse les protagonistes et le cadre magnifiques, dans la réalité politique de la dictature de Franco avec franchise et humour, mais sans jamais en faire un spectacle sur la vie dans un régime totalitaire.
Des mystères et des rebondissements dignes d’un roman policier, des personnages fabuleux et complexes, une écriture fluide et riche pour une histoire extraordinaire, j’ai été enchantée par l’Ombre du vent, depuis la première jusqu’à la dernière page.

MeShell

Nombre de messages : 31
Age : 48
Location : London
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carlos RUIZ ZAFON (Espagne)

Message  gallo le Jeu 5 Fév 2009 - 17:39

Belle critique, MeShell, elle me décide de mettre ce livre enfin dans ma LAL.

_________________
Gallo
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

L'ombre du vent

Message  Invité le Mar 17 Mar 2009 - 23:16

Invité est Yvon Roy - ex-participant

Je viens tout juste de terminer la lecture.

Sans doute un auteur ample et impressionnant par la facilité qu'il a de pénétrer les choses et les sentiments difficiles à cerner et d'en ressortir avec une métaphore presque toujours juste.

Le roman commence sur les chapeau de roue, mais le style fantastique du départ se perd rapidement en cours de chemin. Dommage, puisque malgré mes réticences face à ce style, il avait réussi à m'intéresser. Il en va de même du rythme qui s'essouffle par endroit, à croire que l'auteur prenait plaisir à ajouter les pages en se disant : il vont en avoir pour leu argent.

Cette critique faite, je dois dire que j'espérais depuis longtemps tomber sur un tel récit. Ça m'a rebranché avec le plaisir bien particulier de lire que je ressentais étant gamin.

Et ça... Ça n'a pas de prix.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Carlos RUIZ ZAFON (Espagne)

Message  nuage le Mer 29 Avr 2009 - 5:48









<H2 class="left-box h3" style="WIDTH: 97%"></H2>









edition poche
pages 640

4ème de couverture:

Dans la Barcelone de l’après-guerre civile, « ville des prodiges » marquée par la défaite, la vie est difficile, les haines rôdent toujours.
Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon – Daniel Sempere, le narrateur – dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L’enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d’occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y « adopter » un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l’entraîner dans un labyrinthe d’aventures et de secrets « enterrés dans l’âme de la ville » : L’Ombre du Vent.Avec ce tableau historique, roman d’apprentissage évoquant les émois de l’adolescence, récit fantastique dans la pure tradition du Fantôme de l’Opéra ou du Maître et Marguerite, énigme où les mystères s’emboîtent comme des poupées russes, Carlos Ruiz Zafón mêle inextricablement la littérature et la vie.
ressenti
ce livre a partagé ma vie durant le mois fevrier et je l ai fini avec enormement de regret.
Carlos Ruiz Safon écrit dans ce roman, "qu'on aime un livre d'autant plus qu'on peut s'y projeter dedans". Pour ma part ce fût le cas, mais aussi à tous ceux à qui je l'ai conseillé.
Ce livre est bouleversant de poésie, d'histoire, d'humanisme, de tragédie,d'amour, d'humour, de mélancolie, de faillite et d'espoir.L auteur fait revivre la ville de Barcelone avec poésie et magie
Il invite autant aux larmes qu'aux éclats de rire et vous poursuit longtemps, lonptemps...
un veritable coup de coeur pour moi
pour moi ce ne sera pas "un livre oublié"...
avatar
nuage

Nombre de messages : 26
Age : 44
Location : sud de la france
Date d'inscription : 10/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re : Carlos RUIZ ZAFON (Espagne)

Message  Rosario le Mer 29 Avr 2009 - 18:39

Nuage, je suis en train de lire son tout dernier "Le jeu de l'Ange" (en espagnol : El Juego del Angel). On y retrouve le Cimetière des livres oubliés et toujours ce côté mystérieux... mais ce n'est pas aussi bon que le premier... je suis déçue ! mais j'irais jusqu'au bout, on verra si cela change en cours de route. J'ai la chance de pouvoir le lire en espagnol, ce qui rajoute un peu de magie, je crois.

Sais-tu qu'il a écrit aussi une trilogie pour adolescents ? "Le Prince de la Brume" et ça se passe en Inde.

Bonne soirée !


Rosario

Rosario

Nombre de messages : 341
Age : 73
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carlos RUIZ ZAFON (Espagne)

Message  Lyreek le Mer 10 Juin 2009 - 10:43



L'ombre du vent - Carlos Ruiz Zafon
Grasset - 524 pages

En 1945, à Barcelone, Daniel Sempere a dix ans. Un soir, son père, libraire, l'emmène dans un lieu mystérieux et fascinant : le cimetière des livres oubliés. Daniel en ressort avec L'ombre du vent de Julian Carax, un livre qui va bouleverser sa vie et l'entrainer dans une longue quête, à la recherche des secrets de Julian Carax.

Beaucoup de commentaires déjà sur ce livre alors je vais faire court.
Ce roman m'a envouté et transporté dès les toutes premières pages. Que j'ai eu envie de visiter ce cimetière des livres oubliés!
La plume de Carlos Ruiz Zafon est très poétique. A le lire, on se croirait dans les rues de Barcelone.
Comme beaucoup d'entre vous, j'ai aimé le mélange des genres, l'intrigue à tiroirs qui tient en haleine jusqu'à la fin, les personnages qui habitent cette belle histoire et les très belles réflexions sur la vie, l'amour et la littérature.

Que demandez de plus pour un petit rat?

5/5 coeur

_________________
Lecture en cours : La fortune des Rougon de Emile Zola

"Lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois"
avatar
Lyreek

Nombre de messages : 2363
Age : 36
Location : Côte d'Azur, France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carlos RUIZ ZAFON (Espagne)

Message  Bellonzo le Mer 10 Juin 2009 - 18:12

Un excellent livre,feuilletonnesque et dumassien,c'est un compliment.
avatar
Bellonzo

Nombre de messages : 178
Age : 69
Location : Picardie
Date d'inscription : 26/04/2009

http://eeguab.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carlos RUIZ ZAFON (Espagne)

Message  belledenuit le Jeu 11 Juin 2009 - 6:26

L'ombre du vent

Mon avis :

Un mot : Sublime !

Cette lecture a été au-delà de mes espérances. Je me suis vraiment régalée à dévorer ce livre. Oui je vous le dis ouvertement : je ne l'ai pas lu, je l'ai dévoré ! On vit l'histoire avec Daniel. On est avec lui. On partage tout : ses émois amoureux, ses interrogations mais également son enquête sur l'auteur dont il a récupéré le livre “L'ombre du vent”, Julian Carax. Ainsi, on suit l'histoire de ces deux personnages et on est fasciné par ce que le narrateur nous raconte. On frissonne (de peur !), on angoisse (tenant le contexte) mais on espère aussi.

Un roman qui, comme le dit la présentation, est tout à la fois : policier, fantastique mais également roman initiatique.

On ne s'ennuie pas un instant et on ne le ferme qu'une fois la dernière page lue. Et à ce moment là, on se dit : dommage qu'il soit déjà fini.

J'ai vraiment adoré entrer dans l'histoire et pénétrer dans la Barcelone de l'après-guerre. Vivre avec Daniel et Julian, ces deux héros. Je n'en suis pas encore sortie. Je n'en ai pas envie.

C'est un livre qui m'a marquée au fer rouge et que je n'oublierai jamais. Alors n'hésitez surtout pas à le lire.

Je vous mets ici deux passages qui m'ont particulièrement touchée :

Ce lieu [le père du narrateur parle du Cimetière des Livres Oubliés] est un mystère, Daniel, un sanctuaire. Chaque livre, chaque volume que tu vois, a une âme. L'âme de celui qui l'a écrit, et l'âme de ceux qui l'ont lu, on vécu et rêvé avec lui. Chaque fois qu'un livre change de mains, que quelqu'un promène son regard sur ses pages, son esprit grandit et devient plus fort. (…) Dans ce lieu, les livres dont personne ne se souvient, qui se sont évanouis avec le temps, continuent de vivre en attendant de parvenir un jour entre les mains d'un nouveau lecteur, d'atteindre un nouvel esprit.” (p 12 - Editions Grasset)

Le coeur de la femme est un labyrinthe de subtilités qui défie l'esprit grossier du mâle à l'affût. Si vous voulez vraiment posséder une femme, il faut d'abord penser comme elle, et la première chose à faire est de conquérir son âme.” (p 150 - Editions Grasset)

Ma note : 5/5 coeur


Dernière édition par Philcabzi le Jeu 18 Juin 2009 - 11:46, édité 1 fois (Raison : Ajout du titre)
avatar
belledenuit

Nombre de messages : 1067
Age : 42
Location : Sud de la France
Date d'inscription : 05/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carlos RUIZ ZAFON (Espagne)

Message  Nathalire le Jeu 11 Juin 2009 - 7:11

Je partage votre avis à tous, je l'ai lu en début d'année et vraiment magnifique!

Un 5/5 assuré, à s'offrir pour passer un bon moment de poésie et d'aventure...
avatar
Nathalire

Nombre de messages : 1058
Age : 37
Location : Pully (Suisse)
Date d'inscription : 22/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carlos RUIZ ZAFON (Espagne)

Message  belledenuit le Mar 8 Sep 2009 - 12:02

Le jeu de l'Ange de Carlos Ruiz Zafon

Editions Robert Laffont - 544 pages
Quatrième de couverture :
Dans la turbulente Barcelone des années 1920, David, un jeune écrivain hanté par un amour impossible, reçoit l'offre inespérée d'un mystérieux éditeur : écrire un livre comme il n'en a jamais existé, "une histoire pour laquelle les hommes seraient capables de vivre et de mourir, de tuer et d'être tués", en échange d'une fortune et, peut-être, de beaucoup plus.
Mais du jour où il accepte ce contrat, une étrange mécanique de destruction se met en place autour de lui, menaçant les êtres qu'il aime le plus au monde. En monnayant son talent d'écrivain, David aurait-il vendu son âme au Diable ?...
Mon avis :
Je commencerai par vous spécifier ceci : si vous avez lu le premier ouvrage qui a rendu célèbre Carlos Ruiz Zafon sur tous les continents, à savoir L'ombre du vent, il vous faut tout oublier (du plaisir éprouvé, des paresonnages auxquels on s'attache...) pour entrer dans Le jeu de l'ange sans faire de comparaison.
Cet opus n'a rien à voir (en tout cas pour moi) avec son précédent ouvrage.
De ce fait, j'ai été "perturbée" en me rendant compte de la lecture qui m'attendait.
Tout d'abord, l'atmostphère est oppressante et lourde (chose que je ne me rappelle pas avoir vécu avec L'ombre du vent). Il y a énormément de fantastique voire même un peu trop; le stress (selon les chapitres) va crescendo.
Les personnages sont noirs et étranges. David est vaniteux, trop sûr de lui et par moment ses réactions me glaçaient les nerfs littéralement.
On suit son histoire s'en savoir vraiment où elle va nous mener. On se pose beaucoup de questions : est-ce que tout ça est vrai ou est-ce simplement illusions et rêveries ? Devient-il fou par moment ?
Contrairement à L'ombre du vent, il m'a fallu près de 10 jours pour arriver à bout de cet ouvrage. J'ai eu vraiment du mal à entrer dans l'histoire, à m'accaparer les personnages et même à les apprécier (mis à part Isabella que j'ai trouvé extraordinaire).
Au bout du compte, ce livre tient la route même s'il est long par certains passages et trop expéditif sur sa fin. Tout s'accélère dans la troisième partie et on se demande alors pour l'auteur n'a pas raccourci certaines scènes pour faire avancer tout ça plus rapidement.
L'ensemble en fait un livre étrange tout comme l'histoire qui est contée mais qui, néanmoins, vaut le coup d'être lu même si ce n'est pas l'histoire du siècle.
Ma note : 3,75/5
avatar
belledenuit

Nombre de messages : 1067
Age : 42
Location : Sud de la France
Date d'inscription : 05/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carlos RUIZ ZAFON (Espagne)

Message  odilette84 le Mar 8 Sep 2009 - 15:41

je vais peut être m'abstenir sur ce coup là ...
attendre un peu
je risque d'être déçue !
Merci pour le commentaire

_________________
résister c'est exister

avatar
odilette84

Nombre de messages : 2261
Age : 53
Location : Provence
Date d'inscription : 28/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carlos RUIZ ZAFON (Espagne)

Message  Rosario le Mar 8 Sep 2009 - 15:53

Ah Belledenuit, tu me réconcilies avec moi-même et tous mes ancêtres espagnols et toute mon espagnolitude !! Non, je n'ai pas aimé "Le jeu de l'ange"... trop compliqué, tarabiscoté et parfois même incompréhensible. Ce doit être terrible d'avoir réussi, la première fois, une vraie merveille... Je l'ai lu dès sa parution en espagnol et, aujourd'hui, je ne m'en souviens presque plus !!

Tant pis ratones, on ira ailleurs, ce n'est pas ce qui nous manque !


Rosario

Rosario

Nombre de messages : 341
Age : 73
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carlos RUIZ ZAFON (Espagne)

Message  Lacazavent le Mer 9 Sep 2009 - 7:20

Merci pour ta critique Belledenuit et pour ton avis Rosario, vous m'avez un peu décourager mais je vais tout de même poursuivre mon idée de le lire, on verra bien.
Après tout, je n'ai toujours pas lu "L'ombre du vent " à vous lire, j'ai donc surement moins de chance d'être déçu !

Et puis se sera l'occasion de le lire, après, depuis le temps qu'il trône sur mes étagères ! Il y a bien trop de critique élogieuse dessus et du coup j'ai un peu peur de ne pas aimer. Je sais que c'est une réaction absurde mais il y a d'autre lire sur mes étagères qui sont dans le même cas. Est-ce une peur du coup de ?
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5581
Age : 32
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carlos RUIZ ZAFON (Espagne)

Message  Elfe le Mer 16 Sep 2009 - 6:46

Le jeu de l'ange


Nous sommes à Barcelone, dans les années 20. David Martin, amateur de lectures, a grandi avec un père qui se méfiait des livres. A 17 ans, il travaille pour le journal " La voix de l'industrie" où il fait ses armes, puis vient la consécration avec l'écriture (sous pseudonyme) de feuilletons qui obtiennent un franc succès. Mais David veut écrire sous son propre nom, mais la critique le boude. Alors se présente à lui un étrange personnage: Andreas Corelli, éditeur installé à Paris qui lui propose d'écrire le roman de sa vie pour la somme de 100 000 francs. Chose étrange: depuis qu'il a accepté cette offre, David se trouve confronté à plusieurs meurtres autour de lui... il découvre alors qu'Andreas Corelli cache quelquechose...

J'étais toute heureuse de pouvoir lire ce deuxième roman de Carlos Ruiz Zafon, dont j'avais tant entendue parler en bien de son premier roman (que je n'ai toujours pas lu). Alors je me suis plongée dans les premières pages avec fougue, et puis mon enthousiasme est quelque peu retombé. Ne me décourageant pas j'ai voulu poursuivre ma lecture en me persuadant que le prochain chapitre serait mieux et puis non. Finalement je suis arrivée au bout de ma lecture avec beaucoup de peine. Le personnage de David ne m'a pas du tout accroché, l'intrigue est lente à démarrer, du coup ma lecture en a beaucoup pâtie malgré je l'avoue de très belles descriptions de Barcelone. Je n'aime pas dire du mal d'une lecture ou d'un livre, mais là je n'ai pas du tout accroché. dommage.

Ma note: 3/5
avatar
Elfe

Nombre de messages : 1836
Age : 37
Date d'inscription : 07/01/2009

http://elfique2.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carlos RUIZ ZAFON (Espagne)

Message  Rat_Blet le Mer 30 Sep 2009 - 9:32

.
L'ombre du vent
Carlos Ruiz Zafón

4ème de couverture:

« Dans la Barcelone de l’après-guerre civile, « ville des prodiges » marquée par la défaite, la vie est difficile, les haines rôdent toujours.
Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon – Daniel Sempere, le narrateur – dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L’enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d’occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y « adopter » un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l’entraîner dans un labyrinthe d’aventures et de secrets « enterrés dans l’âme de la ville » : L’Ombre du Vent.
Avec ce tableau historique, roman d’apprentissage évoquant les émois de l’adolescence, récit fantastique dans la pure tradition du Fantôme de l’Opéra ou du Maître et Marguerite, énigme où les mystères s’emboîtent comme des poupées russes, Carlos Ruiz Zafón mêle inextricablement la littérature et la vie. »

Quelques citations qui m’ont accrochée . . . !

« . . . Avec le temps, vous verrez que parfois, ce qui compte, ce n’est pas ce qu’on a, mais ce à quoi on renonce. . . »

« . . .L'art de lire est en train de mourir lentement, que c'est un rituel intime et que le livre est un miroir et que nous pouvons seulement y trouver ce que nous portons déjà en nous . . . »

« . . . Je me souviens encore de ce petit matin où mon père m'emmena pour la première fois visiter le Cimetière des Livres Oubliés. . . »

« . . . Je me sentis entouré de millions de pages abandonnées, d’univers et d’âmes sans maître, qui restaient plongés dans un océan de ténèbres pendant que le monde qui palpitait au dehors perdait la mémoire sans s’en rendre dompte . . . »

Une histoire magnifique, intéressante et, très émouvante. Un vrai coup à échapper une larme de-ci de-là. A lire avec son mouchoir en main.

Cependant, j’ai trouvé l’histoire racontée de façon un peu brouillonne, et pour le moins désordonnée. Il y a aussi beaucoup de longueurs, qu’il faut malheureusement traverser. Même si cela n’est pas toujours aussi désagréable. Il est vrai que le texte est bien écrit et que l’auteur visiblement semble être aussi un conteur. Il semble aimer raconter des histoires, ses histoires. Il use de personnages secondaires et les histoires parallèles à outrance. Une technique pas facile à utiliser. L’inconvénient est que ça dilue beaucoup l‘énigme et que ça dissout largement l’atmosphère fantastique qui règne au cours du premier chapitre. L’auteur mélange avec maestria différents genres littéraires de romans, allant du roman fantastique, au roman policier, en passant par le roman à l’eau de rose et le roman historique.

C’est incontestablement une ode d’amour livrée à la ville de Barcelone.
Note 4/5
.
.
.
.
avatar
Rat_Blet

Nombre de messages : 67
Location : Scarborough - ONT.
Date d'inscription : 14/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carlos RUIZ ZAFON (Espagne)

Message  Millefeuille le Lun 12 Oct 2009 - 19:43

Bon voila mon ordinateur à planter juste au moment ou je marquais le point final de mon premier avis sur la question . grr moi qui étais contente d'avoir trouvé les mots sur ce que j'avais ressenti mais bon je vais quand même recommencer .

J'ai beaucoup aimé ce roman . Dès les toutes premières pages j'ai été entrainer dans l'ambiance et l'univers de l'Espagne , comme happé par cette atmosphère si particulière pleine de mystère et comme le disais quelqu'un ou il pleut si souvent . J'ai eu la net impression d 'assister à chaque instant (et pourtant je ne suis pas très visuelle d'habitude )
L'enquête m'a particulièrement captivé .
Mais aussi le développement de chaque personnages . Que ce sois les principaux ou les secondaires . Car dans certains livres les personnages secondaires entrent et sortent d'on ne sait ,monsieur et madame tout le monde et qui servent à meubler des vides ou à faire avancer la trame .Mais sans rien ajouert de particulier à l'histoire .Or ici chauqe personnages enrichis l'histoire par son propre vécu et par le hasard de leurs rencontres .

Certain personnages m'ont particulièrement touché comme Nuria, Fermin, Julian tandis que d'autres m'ont agacé comme Tomas Bacelo Clara etc mais aucun ne m'ont laissé indifférente.

Par contre j'ai été un peu déçue par l'histoire d'amour entre Julian et Pénélope . Surtout une des révélations les concernant qui m'a tellement surprise que sur le coup j'ai éclaté de rire . J'ai trouvé ça trop tiré par les cheveux .
Ainsi que la fin . Je ne m'attendais pas à un combats grandiose mais je l'ai trouvé un peu simpliste .
Autre remarque : La répétition du décès de la mère , moyen .

Mais ca reste pour moi un de mes coups de coeur !

5\5


Dernière édition par Millefeuille le Lun 12 Oct 2009 - 19:52, édité 2 fois (Raison : oublie de la note et corection de fautes)
avatar
Millefeuille

Nombre de messages : 11
Age : 27
Date d'inscription : 25/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carlos RUIZ ZAFON (Espagne)

Message  Lisalor le Mar 27 Oct 2009 - 14:30

Le jeu de l'ange de Carlos Ruiz Zafon
Robert Lafond - 537 pages

Mon avis : J'ai bien aimé et passé un bon moment de lecture. J'ai retrouvé l'écriture de Zafon qui est quand même un bon écrivain. Je n'ai pas vraiment trouvé de ressemblance avec L'Ombre du vent si ce n'est les références à la librairie Sempré et Fils et au cimetiére des livres oubliés. Je pouvais a nouveau sentir l'odeur des vieux livres et la poussiére qui s'y dépose.
On se balade dans un Barcelone trés inquiétant , les demeures et les rues sont sinistres et lugubres comme des maisons fantomes.
C'est un livre trés noir et je le comparerai au dernier livre de Laurent Gaudé "La porte des enfers" on y cotoie la mort et en lisant on éprouve un certain malaise.
Ce livre est un savant mélange de surnaturel de réel et d'irréel et quelque fois on perd pied.

4/5
avatar
Lisalor

Nombre de messages : 310
Age : 47
Location : Auvergne/France
Date d'inscription : 16/02/2009

http://lisalor.loulou.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carlos RUIZ ZAFON (Espagne)

Message  lalyre le Jeu 11 Fév 2010 - 13:39

Le jeu de l'ange
Carlos Ruiz Zafon
Robert Laffont 2009
537 P.
David Martin,un jeune homme de dix-sept ans travaille comme apprenti au journal La Voz,nous sommes à Barcelone dans les années 1920.Il est protégé par Pedro Vidal ,chroniqueur du journal,il va devenir son ami .Il faut dire que le père de David a perdu la vie lors d'une fusillade ,qu'il fut recueilli par Semper ,un vieux libraire ,qui un jour l'emmène en secret ,au Cimetière des livres oubliés ou David dépose le livre qu'il a écrit ,qui n'a pas eu de succès.Un jour ,il est contacté par deux éditeurs malhonnêtes qui lui proposent d'écrire un feuilleton ,il doit l' écrire à un rythme rapide sous un pseudonyme ,ce feuilleton connaît un franc succès.Mais David en a assez d'écrire pour quelques sous..Il renonce.sans le sous ,amoureux de d'une jeune fille ,il erre sans but ,lorsqu'il est abordé par un homme bien mis qui dit se nommer Monsieur Corelli ,il lui fait une offre allèchante,moyennant cent milles francs,une somme énorme pour David ,il lui propose d 'écrire une sorte de nouvelle bible .David accepte le contrat sans se douter ,que ce qu'il vient d'accepter est comme vendre son âme au diable.Ce Corelli qui se dit éditeur ,fait très vite peur à David ,d'autant plus que des meurtres ont lieu ,tellement bien agencés que David est soupçonné ,suivi à la trace par un policier qui se dit son ami .épouvanté par toutes ces manifestations de malheurs ,David enquête sur le mystèrieux Conelli qui apparaît et disparaît à sa guise .Parmi tous les méfaits que le héros du livre va subir ,il apprend que celle qu'il aime se marie avec son ami Vidal mais lorsqu'elle disparaît c'est lui qui la retrouve dans un asile psychiatrique ,cette jeune femme sera encore l'une des victimes de cette histoire.

Je n'en dis pas plus car je n'ai pas trop aimé ce livre que pourtant j'ai lu jusqu'à la fin car je voulais savoir ou cette histoire allait m'emmener.Un genre polar entremêlé de fantastique ,sans ambition ,encombré de beaucoup de cadavres ,farci d' épais mystères ,une histoire avec des passages lassants ,ces meurtres qui se répètent ,je n'ai même pas aimé le style relativement fade ,le pacte satanique ,tout cela fut pour moi comme une intrigue bricolée avec des personnages pour lesquels ,je n'ai éprouvé aucune sympathie .Comme toujours ceci est l'humble avis d'une lectrice déçue......2,5/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4389
Age : 86
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le jeu de l'ange de Carlos Ruiz Zafon

Message  nanet le Sam 27 Mar 2010 - 10:07



« Chaque livre a une âme, l'âme de celui qui l'a écrit et l'âme des lecteurs qui l'a fait rêver »
Carlos Ruiz Zafon


L'auteur

Carlos Ruiz Zafon est né en 1964.

Il écrit son premier roman à 14 ans ! mais, à 19 ans, il choisit pourtant de faire carrière dans la publicité... Toutefois, un appel des mots lui fait publier son premier livre : 'El Principe de las Tinieblas' Il obtiendra en 2004 le prix Planeta pour son roman 'L' Ombre du vent'.

Le résumé

« Je t emmènerai dans un endroit secret où les livres ne meurent jamais et où personne ne peut les détruire... »

Barcelone, années 1920. David Martin, dix-sept ans, travaille au journal La Voz de la Industria. Son existence bascule un soir de crise au journal : il faut trouver de toute urgence un remplaçant au feuilletoniste dominical. Sur les conseils de Pedro Vidal, chroniqueur à ses heures, David est choisi. Son feuilleton rencontre un immense succès et, pour la première fois, David est payé pour ce qu'il aime le plus au monde : écrire.

En plein succès, David accepte l offre de deux éditeurs peu scrupuleux : produire à un rythme effréné des feuilletons sous pseudonyme. Mais après quelques années, à bout de force, David va renoncer. Ses éditeurs lui accordent alors neuf mois pour écrire son propre roman. Celui-ci, boudé par la critique et sabordé par les éditeurs, est un échec. David est d'autant plus désespéré que la jeune fille dont il est amoureux depuis toujours - et à laquelle le livre est secrètement dédié - va épouser Pedro Vidal.

Son ami libraire, Sempere, choisit ce moment pour l'emmener au Cimetière des livres oubliés, où David dépose le sien. Puis arrive une offre extraordinaire : un éditeur parisien, Corelli, lui propose, moyennant cent mille francs, une fortune, de créer une texte fondateur, sorte de nouvelle Bible, « une histoire pour laquelle les hommes seraient capables de vivre et de mourir, de tuer et d être tués, d'offrir leur âme ».

Du jour où il accepte ce contrat, une étrange mécanique du meurtre se met en place autour de David. En vendant sa liberté d écrivain, aurait-il vendu son âme au diable ? Épouvanté et fasciné, David se lance dans une enquête sur ce curieux éditeur, dont les pouvoirs semblent transcender le temps et l'espace.


Je n'ai pas lu L'ombre du vent. Je n'ai donc pas été déçue, comme j'ai pu le lire ailleurs...

L'histoire

Le résumé racontant bien l'histoire, je vais juste la commenter... David est un peu naïf, par certains côté, et j'aime bien ce genre de personnages qui semblent flirter avec la réalité, sans la toucher vraiment...

Apparemment c'est un phénomène de mode en Espagne, puisque les auteurs semblent donner dans le thriller fantastique, mêlant des intrigues bien pensées à du fantastique, du religieux et un peu de science occulte. Mon dernier livre d'un auteur Espagnol (Le sommeil de la raison de Aguilera) reposait sur les mêmes thèmes !

Le début du roman m'a agréablement surprise : l'ascension du jeune écrivain dans un univers un peu glauque, particulier, que Zafon décrit avec passion. La ville, Barcelone, nous apparait mystérieuse, sombre, étonnamment fantastique... Elle devient un personnage à part entière, avec ses ruelles tortueuses et ses collines aux formes arrondies, que l'auteur caresse, tendrement.

L'autre personnage que je relève est l'adorable M. Sempere, le libraire. J'avoue que cet homme m'a plu. Incroyablement. J'aurais aimé rencontrer un libraire tel que lui, passionné et si généreux. Il offre à David une vraie famille, avec beaucoup d'amour en plus d'une croyance en ses talents.

Je dirais que c'est la partie la plus touchante du livre, car la suite m'a un peu laissé pantoise... je n'ai pas vraiment accroché au déballage fantasmagorique, et j'ai fini par trouver tout cela un peu lourd. Les morts qui se succèdent, l'amour pour Christina auquel je n'ai pas cru, ni a cet individu bizarre qui paye David pour écrire un livre religieux.

Certes, le suspens qui arrive vers la quatrième partie du livre se veut intriguant, palpitant. On veut savoir qui se cache, qui est qui... qui tient les rênes et mène David vers... chut ! Mais, voilà, c'est un infime morceau du bouquin et cela n'égale pas les derniers thrillers que je viens de lire.

Fort heureusement les dialogues croustillants avec Isabella m'ont permis de ne pas rester sur ma faim. Et la fin (^^) justement qui donne à ce livre un petit coup de pouce fort charmant. Une âme.

Le style

J'ai trouvé le style de ce livre majestueux. Les descriptions, tout d'abord, des lieux, des rues, des hommes. Un délice. Les mots coulent et vous emportent, l'auteur amenant des sujets divers et variés au détour d'une page, vous entrainant dans quelques divagations philosophiques ou historique pour revenir à l'histoire de façon simple et bouleversante.

Ecrit à la première personne, ce livre présente donc David comme héros. Mais, je n'ai pas du tout pu m'identifier à lui : trop imbu, trop égoïste...

Quand à la partie speed du livre, je n'ai pas du tout accroché, au point de lire un peu en diagonale. Désolée !

Au final

Un très bon début... et une jolie fin. Au milieu, j'ai eu un peu plus de mal. Si vous voulez découvrir cet auteur, il vous faudra donc, apparemment, préférer L'ombre du vent. Je ne sais même pas si je le lirai.

Notation : 3/5
avatar
nanet

Nombre de messages : 178
Location : Pézenas, sud de France
Date d'inscription : 21/03/2010

http://lesmotsdenanet.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carlos RUIZ ZAFON (Espagne)

Message  dodie le Sam 17 Avr 2010 - 16:14

Carlos Ruiz Zafon- L'ombre du vent

Mon avis:
Ce livre ayant été résumé plusieurs fois, je m'abstiendrai donc.
Ce livre est tout simplement magnifique.... Durant une semaine, il m'a complètement habitée. Dès les premières pages l'auteur m' a embarquée dans son histoire dont l'intrigue est sans cesse renouvelée. J'ai été émue par les personnages comme ça ne m'était pas arrivé depuis longtemps. Vous l'aurez compris c' est un énorme coup de coeur pour moi 5/5
avatar
dodie

Nombre de messages : 4653
Age : 54
Location : France
Date d'inscription : 11/04/2009

http://dodiecuisine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carlos RUIZ ZAFON (Espagne)

Message  Caro le Mer 4 Aoû 2010 - 16:36

L'ombre du vent - Carlos Ruiz Zafon
Grasset - 524 pages

Résumé :

Je ne referai pas car il a déjà été fait plusieurs fois.

Mon avis :
Je dois avouer qu'au départ, j'ai eu un peu de mal à entrer dans l'histoire que je trouvais très bizarre, mais une fois que tout c'est mis en place je n'ai plus laché le bouquin. L'histoire est fantastique, bien construite, original, j'ai adoré. L'ombre du vent sera un livre que je n'oublierai pas

Ma note :
5/5
avatar
Caro

Nombre de messages : 1234
Age : 44
Location : France
Date d'inscription : 04/11/2008

http://jailujelisetjelirai.eklablog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carlos RUIZ ZAFON (Espagne)

Message  rose le Mar 4 Jan 2011 - 20:10

Le jeu de l'Ange de Carlos Ruiz Zafon

Editions Robert Laffont - 544 pages


Quatrième de couverture :

Dans la turbulente Barcelone des années 1920, David, un jeune écrivain hanté par un amour impossible, reçoit l'offre inespérée d'un mystérieux éditeur : écrire un livre comme il n'en a jamais existé, "une histoire pour laquelle les hommes seraient capables de vivre et de mourir, de tuer et d'être tués", en échange d'une fortune et, peut-être, de beaucoup plus.

Mais du jour où il accepte ce contrat, une étrange mécanique de destruction se met en place autour de lui, menaçant les êtres qu'il aime le plus au monde. En monnayant son talent d'écrivain, David aurait-il vendu son âme au Diable ?...
Je rejoins Belledenuit dans sa critique; si vous avez aimé L'Ombre du vent, ne vous attendez pas à la même magie dans ce deuxième roman. Je me réjouissais tellement de le lire, tant L'Ombre du vent avait été une sublime lecture pour moi, que ma déception a été énorme Je n'ai pas aimé le mélange des genre: fantastique, policier, sentimental...je n'ai pas été happée par la poursuite du personnage, je n'ai plus ressentie la magie envoûtant de la Barcelone de année 20! L'intrigue ne m'a pas plû, par contre il me semble avoir déjà lu quelque part le passge du cimetière des livres oubliés (si un lecteur peut me rafraîchir la mémoire????)....j'ai pursuivis ma lecture attendant un revirement salvateur en vain....son prochain roman traduit en français devrait sortir en janvier 2011...on verra si la magie est à nouveau au rendez-vous
Ma note: 3.5/5

_________________
lecture en cours:

Kafka sur le rivage,Haruki Murakami
avatar
rose

Nombre de messages : 639
Age : 43
Location : Suisse
Date d'inscription : 26/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carlos RUIZ ZAFON (Espagne)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum