Bernhard SCHLINK (Allemagne)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bernhard SCHLINK (Allemagne)

Message  Calepin le Mar 2 Déc 2008 - 19:02

De : nimbus (Message d'origine) Envoyé : 2003-03-05 08:29

le liseur
Gallimard 1996.

J'aurais aimé que ce soit Calou qui fasse la critique, car c'est elle qui m'a conseillé cette lecture apres que j'aie dit " à part G. Grass, il n'y a pas de grand auteur allemand contemporain!" J'ai actuellement changé d'avis! Il s'agit d'un excellent livre, avec un personnage de femme, Hanna, magnifique et pathétique. L'écriture est sobre, précise, modérée, au service de l'histoire qui elle est tres forte. La fin du récit est triste, et me laisse bien pensif! C'est quoi la vie? Le hasard et la nécessité! La nécéssité est toujours présente, mais quand on est jeune c'est le hasard qui décide de tout. Dans le cas présent, il s'agit d'une jaunisse... Quand on vieillit, c'est la nécéssité qui prend le dessus. Un livre magnifique.

Note : 5/5



De : nimbus Envoyé : 2003-10-15 15:49

Amours en fuite B. Schlink
Gallimard

Pour une fois, je n'ai pas vraîment la même appréciation que Calou!

Sept nouvelles, j'en ai lu quatre! j'arrete là car je n'apprends rien et je m'ennuie! Ce roman est très bien écrit, les histoires bien racontées, mais elle ne m'interessent pas du tout! Sept hommes racontent la fin de leur amour, les causes en sont variées. Les femmes sont dans ce domaine plus lucides, plus fines ,et plus courageuses. Bien d'accord là-dessus, mais à part quelques demeurés tout le monde s'en est rendu compte depuis bien longtemps! Je ne conseille pas vraîment cette lecture.

Note : 2.5 / 5



De : cirse01 Envoyé : 2004-02-28 08:35

Le liseur de Bernhard Schink
Edition Gallimard –Collection Folio N°3158 242 pages
Traduit de l’allemand par Bernard Lortholary

La rencontre d’un adolescent de 15 ans et d’une femme de 35 ans , Hanna. Ils sont …amants, amis, Michael fait ses devoirs ,elle est là, Il lit des textes à haute voix… Ils partent en Week-end. Puis un jours elle disparaît. Lors de ses études de droit, Michaël et d’autres étudiants doivent suivrent un procès de cinq criminelles de guerre. Il reconnaît Hanna, elle se défend mal, les autres l’accablent et elle est condamnée à perpétuité. Lentement, Michaël comprend ce qui à entraîné Hanna vers son destin. Sans pour autant d’excuser. Il renoue un certain contact.

En écrivant leur histoire, Michaël s’interroge sur sa génération. En général, j’éprouve pas mal de difficultés avec ce genre de lecture, mais ici ça c’est bien passé, c’est OK. C’est quand même un livre ardu, qui fait réfléchir, sur plein de sujets oubliés de notre sciécle

Note : 4.0/5



De : Venusia Envoyé : 2005-02-03 21:07

Le liseur

Bon encore une fois je fais une critique à chaud mais je me rends compte que si je ne la fais pas tout de suite je ne la fais pas, en général. Attention, je dévoile l'intrigue un peu. À ne pas lire si vous préférez la découverte.

Premièrement, je suis fascinée par la situation dans laquelle se trouvent les Allemands, de devoir composer avec un passé horrifique dans lequel leurs parents et grands-parents ont eu une main lourde. Ce roman, très dense, regorge d'allégories et de métaphores: par exemple, la relation de Hanna et Michael représente la relation entre le passé et le présent (L'Allemagne nazie et ses descendants), entre le parent et l'enfant (la honte d'aimer une personne qui a commis des actes criminels), entre le geolier et le prisonnier (il s'avilie constamment devant elle, qui d'ailleurs reprend les relations et les gestes qu'elle avait avec ses prisonnières avec lui). Il l'aime, il la rejette, il la recherche, et finalement il lui tend une branche d'olivier en continuant à lui envoyer des cassettes, il se responsabilise envers elle en l'aidant à se constituer un futur lors de sa sortie de prison. Est-ce ça représente l'acceptation par la génération contemporaine de la responsabilité d'assumer le fardeau collectif de la mémoire allemande? De son côté, Hanna cherche activement à prendre conscience de ses actes, en lisant le plus possible sur cette période de l'histoire, et décide d'expier en guise de réparation pour ses torts passés.

Il y a en plus, tellement plus, comme toutes les questions que se pose le narrateur, énormément de matière à réflexion. C'est magnifique, et je suis très curieuse de connaître la réaction des Allemands face à ce récit. Il fait, semble-t-il, partie de l'enseignement obligatoire au secondaire.

Ma note: 4.5/5



De : boogok Envoyé : 2005-05-02 20:53

Le liseur

Je passe le résumé, il a déjà été fait. Parce que j'y ai ressenti toutes les émotions de l'adolescence, le souvenir des premières amours, la délectation du fruit interdit, l'ambivalence, la douleur omniprésente, la transformation de ces émotions, de ces sensations à l'âge adulte: l'espèce de vide qui entoure tout ce qui était pourtant si dense. Tout ça, doublé du mystère entourant Hannah, m'a littéralement subjugué. J'ai dévoré ce livre. J'ai tout aimé, l'écriture, l'histoire, l'intrigue, les personnages. Il y a un fond philosophique qui, pour peu qu'on manque d'attention, nous échappera. Bref, une lecture complète

Note : 5/5



De : lassy Envoyé : 2005-06-03 07:57

Le liseur

Le passé de cette femme surgit comme un cauchemar, comment concilier l'amour et l'horreur qu'elle inspire au narrateur ?
Quand il comprend son secret, se pose un sérieux dilemme : il lui trouve des excuses, et cela le révolte : c'est la honte qui l'emporte.

J'ai aimé la profondeur de l'auteur, qui, sobrement mais avec tact et talent, épluche autant les aspects psychologiques qu'historiques, philosophiques, mêlant sentiments contradictoires et réflexions d'ordre plus général, car ici le conflit des générations atteint un paroxysme quasi insoutenable, et en même temps, l'auteur dénonce cette torpeur, sorte de ouate grise dans laquelle on se réfugie malgré soi quand l'horreur devient trop envahissante...

Note : 5/5



De : lalyre7032 (Message d'origine) Envoyé : 2006-09-12 10:15

La circoncision
Folio

Cinquante ans après la seconde guerre mondiale,Andi un jeune étudiant allemand et Sarah,jeune fille juive,dont certains membres de sa famille ont péri à Auschwitz tentent de vivre leur amour malgré le passé.Mais Andi principalement vit un grand mal-être ou qu'il se trouve et croit que chacun l'estime responsable et se sent condamné par le regard porté sur lui.

Mon avis : un livre qui se termine d'une façon bizarre car j'aurais aimé connaître la réaction de Sarah face au comportement de Andi.

Note : 3/5



De : Fanyoun Envoyé : 2007-03-29 14:10

Le Liseur

C'est un roman qui se lit d'une traite mais l'ambiance est très lourde tout au long de la lecture. Cette femme Hannah qui est butée, volontaire et parfois coléreuse, a semble-t-il une fierté quelque peu déplacée. Il apparaît que cette attitude ambivalente caractérise de nombreuses personnes de cette époque. Quelle époque, me direz-vous ? Celle de l'après-guerre mais côté allemand. Ce roman est le point de vue de la génération de l'auteur (Allemand né en 1944) vis à vis de celle impliquée dans la 2nd guerre mondiale et le nazisme en Allemagne, c'est à dire la génération de ses parents. Bernhard Schlink pose la question de la responsabilité et la culpabilité collective des allemands : de ceux qui ont été directement impliqués et de ceux qui ont laissé faire. Hannah n'avait qu'une position "subalterne" : elle ne fait pas partie de ces grands criminels, elle n'était qu'une surveillante des camps de la mort. C'est une femme meurtrie mais malgré tout coupable. L'auteur insiste sur le devoir de mémoire individuel et collectif. On peut cependant se poser la question : Comment juger le passé avec le regard du présent ?

Ma note : 5/5



De : 5859Chouette Envoyé : 2003-04-10 03:22

Amours en fuite

C'est un recueil de sept nouvelles qui se lisent comme un roman ! Les Allemands raffolent de nouvelles et Bernhard Schlink maîtrise bien la finesse de cet art difficile qui pointe un moment donné de l'existence (sorti de tout contexte contrairement au roman qui permer de camper ses personnages) et qui aboutit à une chute saisissante. Elles s'articulent toutes autour du thème de l'amour qui fuit, qui s'enfuit... Comment naissent et finissent les amours, quels détours elles empruntent pour s'abuser et se déasabuser, se tromper et se détromper. Ce qui surprend avant tout, c'est que Schlink a délibérément choisi d'en décrire les méandres à travers un regard presque exclusivement masculin, ce qui me semble rare dans la littérature qui aborde ce sujet. Cela en est d'autant plus intéressant à mes yeux ! C'est d'ailleurs la raison pour laquelle on aime ou on n'aime pas ce livre, car Schlink présente des hommes en perpétuelle dérive, des lâches, des menteurs, des blessés, des hommes qui découvrent toujours trop tard qu'ils ont mal aimé, ce qui ne donne pas le beau rôle à la gent masculine ! Désolé les gars ! Mais je suis restée sur l'impression qu'il n'y a ni vainqueur ni vaincu, que chacun trébuche à sa façon. Les femmes sont présentes bien entendu dans ces récits, car comment parler d'amour exclusivement au masculin ! Mais ce sont des femmes paradoxalement fortes, engagées, qui ne subissent pas, qui trichent aussi, qui sont coupables à leur façon...

Entre mensonges et vérités, Schlink dépeint le tableau en clair-obscur du secret et de la révélation. Nuances, mi-teintes, sur une toile de fond chère à cet allemand qui ne semble pas se sortir des blessures du passé de son pays. Tout comme dans "Le liseur", Schlink travaille sur les failles et les tabous de la deuxième guerre mondiale, sur la responsabilité de ces êtres nés après cette triste page de l'histoire et qui en subissent encore, involontairement mais parfois aussi et de façon surprenante volontairement, les conséquences. Cetaines nouvelles évoquent les relations est-ouest, la vie partagée des berlinois autour du mur avant et après sa chute, et la lente reconstruction de ces vies mutilées, pierres après pierres... Comme dans tout recueil de nouvelles, je ne vous cache pas que toutes ne m'ont pas autant interpellée avec la même saveur. Je demeure très pensive, je pense que je vais repenser longtemps aux quelques vérités cruelles glissées ici et là, dans certaines pages de mon histoire. C'est un livre qui fait réfléchir, qui n'est pas anodin, et qui dans un tout autre registre m'a fait un effet semblable aux conversations amoureuses de Alice Ferney. Pas du tout la même écriture, le même contexte, non, rien de tout cela, mais un questionnement sur l'Amour comme on se le pose rarement.

Note: 4,5/5



De : philaera Envoyé : 2003-06-13 03:40

le liseur

Il y a ceux qui l'ont lu ...et puis les autres... alors dépéchez-vous de découvrir cet auteur, il en vaut la peine. Avant de vous donner mon avis sur ce livre, juste un conseil à ceux qui ne l'ont pas encore lu : surtout ne lisait pas la quatrième de couverture. J'ai lu ce livre parce que j'en ai énormément entendu parler qui plus est en bien donc je n'ai même pas pris la peine de lire le résumé ouf!!! comme j'ai eu raison! car il dévoile presque tout le livre, dommage de savoir à l'enfance ce qui va se passer en entre les deux protagonistes aprés leur rencontre.

Que dire donc de ce livre...J'ai aimé ce livre, il est passionnant, nous embarquons simplement dans une histoire d'amour hors du commun certes, mais comme il en existe beaucoup, puis ensuite tout bascule. Lisez-le!

Ma note : 5/5
avatar
Calepin

Nombre de messages : 1527
Age : 36
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernhard SCHLINK (Allemagne)

Message  Calepin le Mar 2 Déc 2008 - 19:05

De : la-grande Envoyé : 2003-06-18 08:21

Le Liseur

J'ai été immédiatement envoûtée par ce livre où les personnes de Hanna et Michaël prennent toute la place... ce roman d'amour et de questionnements.

C'est aussi un livre sur la guerre, un livre où les atrocités de la guerre sont présentées, un livre qui nous fait réfléchir sur ce qui pouvait pousser des hommes et des femmes SS à poser les gestes qu'ils ont posé. Un livre où on nous présente le point de vue de la génération qui a suivie la guerre... ces enfants allemands qui, devenus adultes, en sont à se demander le rôle de leurs parents dans les horreurs faites par les nazis. Et puis la fin... la fin comme un coup de poing. C'est très bon!

Note: 5/5



De : Friisette Envoyé : 2003-06-23 07:14

Le Liseur

J'ai beaucoup aimé ce roman. Sans savoir exactement pourquoi, j'ai accroché dès le départ. L'auteur a une façon de narrer les événements qui nous accroche, nous donne envie de savoir jusqu'où tout ça va mener le jeune Michael.

Les questionnements du jeune homme, les conséquences que son amour pour Hanna auront sur ces amours suivants, la présence de la femme dans ses pensées même longtemps après sa mort. Bref tous ces éléments m'ont accochée.

Par contre, j'ai trouvé l'écriture un peu ordinaire. Je ne sais trop pourquoi mais il manquait un peu de poésie dans l'écriture. Donc, j'ai enlevé .5. Mais ça reste une excellente lecture!

Note: 4.5/5
avatar
Calepin

Nombre de messages : 1527
Age : 36
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernhard SCHLINK (Allemagne)

Message  Calepin le Mar 2 Déc 2008 - 19:06

: goelande76 Envoyé : 2003-09-28 06:25

LE LISEUR

J'ai relu vos critiques, vos analyses avant de faire la mienne.

La première partie du livre m'a arraché une douleur dans la poitrine. nous ressentons tous avec notre propre histoire. et sans être similaire je vis un amour non accepté par la société. La douleur étant trop grande je voulais renoncer à ce livre mais j'étais néamoins captivée par le style
J'ai donc continué et j'ai eu la surprise de découvrir un récit historique se mélant à cette captivation qu'avait l'étudiant pour son amour de jeunesse. Cette incertidute qui est de oser, de s'avouer à soi même, et de prendre peur, et alors de tenter un pas très léger. et lorsque le pas est franchi il est très tard. lire est un moyen d' ouvrir les yeux sur le monde mais aussi sur soi-même.

note : 5/5


De: My

Le Liseur

Ce livre est très captivant et à la fois choquant. La première partie parle d'un amour qui n'est pas accepté et donc un peu refoulé. La deuxième partie sur le camp de concentration est très fidèle à ce qui s'est réellement produit, il est difficile de prendre pour un des deux partis. Celui d'Hanna ou celui des juifs innocents enfermés dans l'église.

Ce livre pousse à réfléchir et c'est pour cette raison que je l'ai aimé! À lire...

Note : 4/5
(My, 19 ans, Montréal)


De: Sahkti

Bernhard Schlink - Le retour
(Gallimard, 2007, 382 pages)

Peter Debauer est un petit garçon, vivant dans l'Allemagne de l'après seconde guerre, entre une mère trop occupée pour l'aimer et un père qui a disparu pendant le conflit. Le petit passe ses vacances en Suisse, chez ses grands-parents qui sont correcteurs de romans populaires. En farfouillant dans les livres qu'ils corrigent, Peter tombe sur le récit d'un prisonnier allemand en Russie qui rentre au pays pour découvrir que sa femme ne l'a pas attendu. Peter est persuadé d'avoir déjà lu ou entendu cette histoire, il se dit qu'elle pourrait être celle de son père, alors il mène l'enquête, mais dès qu'il pense s'approcher de la vérité, celle-ci s'éloigne à grand pas. Devenu adulte, Peter Debauer n'a pas abandonné sa quête de vérité. Les coïncidences et autres hasards se succèdent, au point d'envahir une bonne partie de la vie du jeune homme.

Magnifique récit de Bernhard Schlink qui mène deux histoires en parallèle: celle de Peter Debauer et celle de l'Allemagne obéissante puis groggy, qui se réveillera avec la gueule de bois et des bobos au coeur. A travers les nombreuses interrogations de Peter au fil des ans, Schlink pose ces questions au lecteur et s'interroge à son tour sur ce pays meurtri, sur les notions de justice, de bien, de mal, de mensonge et de vérité. Le procédé est habile car il permet d'éviter l'écueil des leçons de morale trop savamment données ou des vérités assénées comme indiscutables. Les réflexions de Peter deviennent les nôtres, on cherche à comprendre et la quête du père devient celle de l'exil, de tous ces êtres partis au nom d'une conviction et rentrés pour croiser du vide.

En plus de cette manière de faire, j'ai également beaucoup aimé le temps que prend Bernhard Schlink pour planter son décor et ses personnages, ces vacances en Suisse dont aucun détail n'est épargné, cette atmosphère en apparence insouciante qui se retrouvera assez vite ébranlée par le besoin de savoir. L'écriture est belle, élégante et le propos pertinent. Une vraie belle lecture!

Note : 4,5/5
(Sahkti)
avatar
Calepin

Nombre de messages : 1527
Age : 36
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernhard SCHLINK (Allemagne)

Message  Lyreek le Mar 13 Jan 2009 - 11:51



Le liseur - Berhnard Schlink
Gallimard - 201 pages

Au lendemain d'une longue maladie, Michaël Berg, quinze ans, rencontre Hanna, une voisine de vingt ans son ainée.
Entre eux nait une relation passionnée, jusqu'à ce qu'au bout de six mois, Hanna disparaisse sans prévenir.
Sept ans plus tard, Michaël la retrouve sur le banc des accusées d'un procès pour crime de guerre...


Mon avis : Premier conseil, évitez de lire la quatrième de couverture qui dévoile quasiment toute l'intrigue. Certes, ça n'enlève rien à la qualité du roman puisque ça n'a rien d'un roman à suspense mais ça vous gâcherait tout de même le plaisir de la découverte.
Et ce serait dommage car ce livre est une excellente surprise, d'une écriture fluide et prenante qui vous permet presque de le lire d'une traite.
Le personnage d'Hanna est entourée d'une aura très mystérieuse, on la voit au travers du regard de Michaël, qui, parce qu'il l'aime, cherche à la comprendre et à l'aider malgré les atrocités dont elle est accusée.
Et surtout, ce roman évoque le difficile héritage que doit porter le peuple allemand du passé des camps; entre oubli et culpabilité les enfants de ceux qui ont vécu le nazisme et ses horreurs s'interrogent sur les responsabilités de leurs ainés.

4,5/5
avatar
Lyreek

Nombre de messages : 2298
Age : 36
Location : Côte d'Azur, France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernhard SCHLINK (Allemagne)

Message  cookie610 le Jeu 30 Juil 2009 - 11:18

Le liseur

Note : 4/5

Résumé : Michael est un adolescent de 15 ans dans l'Allemagne d'après guerre (la seconde). Il rencontre une femme, Hanna Schmitz, contrôleuse dans le tramway, dont il devient l'amant. Ils ont ensemble un rituel qui consiste à ce que Michael lui fasse toujours la lecture pendant leurs rencontres. Un jour, Hanna disparait mystérieusement et Michael ne la revoit plus. Jusqu'au jour où, alors étudiant en droit, il assiste à un procès d'anciennes gardiennes de camps nazis parmi lesquelles figure Hanna au banc des accusées. Mais Michael comprend alors que dérrière tout le mystère autour d'elle, elle renferme un autre secret encore plus important.

Critique : c'est un livre dur et grave qui traite de la perception de l'autre, la culpabilité, le poids des secrets et des mensonges, de l'importance de toujours garder la face face aux autres. Peut on pardonner à quelqu'un qu'on aime l'impardonnable? L'histoire est simple et bien écrite, le livre est assez court et l'auteur ne se perd pas dans des divagations philosophique inutile. Il ne cherche pas à défendre ou à justifier les nazis ou leurs actes. C'est aussi une histoire d'amour entre un adolescent et une femme de 20 ans plus âgée que lui, un amour qui ne s'efface pas avec le temps.

P.S. : j'ai vu l'adaptation cinématorgraphique après avoir lu le livre et pour une fois, je dois avouer que je ne suis pas déçue par la version ciné qui est très fidèle à l'esprit du livre. Kate Winslet joue très bien le rôle d'Hanna et a amplement mérité son oscar pour son personnage.
avatar
cookie610

Nombre de messages : 4731
Age : 27
Location : Lyon
Date d'inscription : 28/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernhard SCHLINK (Allemagne)

Message  Cyrielle le Jeu 30 Juil 2009 - 14:07

J'avais envie de le voir au cinéma, mais il n'est plus diffuser dans mon cinéma donc je vais le noter dans ma LAL.
avatar
Cyrielle

Nombre de messages : 7382
Age : 30
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernhard SCHLINK (Allemagne)

Message  Réaliste-romantique le Ven 7 Aoû 2009 - 13:19

Bernard Schlink
Le retour

2007
Folio, 403 pages


Peter Debauer, né en Allemagne durant la guerre, élevé uniquement par sa mère, cherche à trouver la fin d’un roman qu’il a partiellement lu plus jeune. Cette curiosité se transformera en quête, alors qu’elle le mène sur la piste de l’histoire de son pays, mais aussi de celle de son père disparu. Cette quête influencera toute sa vie, car elle lui fera faire des rencontres clés, et le hantera continuellement.

Je n’ai pas aimé l’ensemble de ce livre de Schlink. J’ai apprécié certains passages, par exemple les souvenirs de jeunesse et la période qui suit le réunification des deux Allemagne, mais beaucoup d’autres m’ont laissé de glace. Certains récits historiques m’ont perdu dans les détails, et les discussions autour du déconstructivisme et autres théorie de l’Homme et du bien et du mal ne m’ont pas rejoint.
Mitigée, la note reflète la moyenne des bonnes et des moins bonnes parties.

3/5

le réaliste-romantique

_________________
Lectures en cours : The Rook (Daniel O'Malley), 
En attente : 
Commentaire en attente : Défaite des maîtres et possesseurs (Vincent Message)
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1981
Age : 42
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernhard SCHLINK (Allemagne)

Message  Chantal le Jeu 13 Aoû 2009 - 21:44

LE LISEUR : Bernard Schlink
Folio - 243 pages.


J'ai lu ce livre très vite. J'ai aimé, mais je n'aurai pas un avis aussi enthousiaste que les précédents lecteurs.

En fait, je n'ai vraiment commencé à "entrer" dans l'histoire que dans la deuxième moitié du récit. Auparavant ce fut une lecture agréable, rapide et facile (l'écriture n'est pas "transcendante"). C'est surtout la fin du procès et la dernière partie qui m'a le plus touchée et intéressée.

C'est le récit, fait par un auteur allemand, des responsabilités de chacun pendant la guerre. Il pose la question du "comment aurions-nous agi,nous, personnellement, dans les mêmes situations et avec les mêmes contraintes. Et il y analyse les sentiments de culpabilité des allemands d'aujourd'hui par rapport aux comportements de leurs ascendants pendant la guerre.

Hanna reste jusqu'au bout un personnage très secret et très difficile à cerner.

3,8/5
avatar
Chantal

Nombre de messages : 2260
Location : France
Date d'inscription : 22/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernhard SCHLINK (Allemagne)

Message  Cocotte le Ven 11 Sep 2009 - 1:12

Le liseur

(Folio, 1999, 242 pages)

À 15 ans, Michael devient l’amant d’Hanna qui a vingt ans de plus que lui. Ils se voient en cachette, il lui fait la lecture de romans. Un jour, Hanna disparaît sans avertir. Quelques années plus tard, Michael va revoir Hanna, mais je vous laisse le soin de découvrir dans quelles circonstances…

J’ai bien aimé ce livre, mais j’avoue avoir quelque peu été déçue. Je crois que mes attentes étaient élevées, sûrement trop.

Oui, j’ai passé un beau moment de lecture. En si peu de pages, l’auteur nous fait passer par une vaste gamme d’émotions qui s’affrontent : le désir, la honte, la culpabilité, le rejet. L’auteur va loin au niveau de l’aspect psychologique des personnages. L’ambiance est lourde. Cette froideur, ce mystère incarné par Hanna, m’a agacée même si plus on lit, plus on comprend pourquoi elle est ainsi. À cause de cette distance, j’ai eu de la difficulté à croire en l’attachement de Michael pour Hanna.

Il n’en demeure pas moins que j’ai apprécié et que j’ai hâte de voir le film!

Ma note : 4/5
avatar
Cocotte

Nombre de messages : 870
Age : 37
Location : Québec / Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le liseur - Folio - 3/5

Message  zeta le Jeu 15 Oct 2009 - 14:21

Je m'empêchais de lire ce livre de peur d'être trop touchée par l'histoire.
Mais il n'en a rien été. Pour les raisons suivantes : j'ai trouvé l'écriture de Bernard Schlink très ordinaire, peu attrayante en elle-même. L'histoire de cet amour inoubliable dans ce contexte si marquant devrait cependant laisser une impression durable, mais la vision qu'on a d'Hanna reste trop floue et mystérieuse pour qu'on s'attache à ce personnage. Le narrateur lui-même n'est pas parvenu à m'émouvoir.
Je sèche complètement au moment de faire ma critique, je me rend compte qu'il ne me reste déjà pas grand chose de ce roman, lu il y a seulement quelques jours .... et je ne vois qu'une raison à ce manque de mots et de sensations pour parvenir à en parler : je n'ai pas été profondément touchée .... il n'y a qu'un passage à la fin qui rend palpable l'amour d'Hanna pour son jeune amant mais il n'a pas changé mon ressenti global. Peut-être une relecture changera-t-elle mon opinion ?
avatar
zeta
Admin

Nombre de messages : 4028
Location : lot et garonne - France
Date d'inscription : 25/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernhard SCHLINK (Allemagne)

Message  Van le Lun 23 Nov 2009 - 22:22

Le liseur


Michael, 15 ans, rencontre pour la première fois Hanna alors qu’il est malade. Il devient l’amant de cette femme, son aînée de 10 ans. Leur relation se poursuit pendant un long moment avant d’être interrompu par le départ précipité d’Hanna. Des années plus tard, Michael la revoit lors d’un procès où elle fait figure d’accusée. Car elle fut gardienne dans des camps de concentration pendant la seconde guerre mondiale.
Un petit livre que je me rappelle avoir commencé il y a plus de deux ans, mais auquel je n’avais pas accroché. Cette fois ce fut bien différent, car j’ai été entraînée dès le début. L’histoire est intéressante, surtout la deuxième partie, pendant le procès. Le personnage d’Hanna est réellement surprenant. Surtout son attitude au procès. Sa froideur ou son indifférence apparente ont une explication, mais cela renforce l’incompréhension, du moins de ma part. Un bon livre.

Note : 4,5/5
avatar
Van

Nombre de messages : 423
Age : 34
Location : Val de Marne - France
Date d'inscription : 03/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernhard SCHLINK (Allemagne)

Message  rose le Ven 1 Jan 2010 - 16:16

Le Liseur

Vos critiques sont si précises et concrètes qu'il m'est difficile d'en dire beaucoup plus. J'ai été confrontée à plusieurs sentiments lors de ma lecture de ce roman. Hanna m'est apparu comme douce et dure, compréhensive et intolérante....puis on entre dans son passé, lors du procès, et alors que l'on pensait avoir cerné le personnage on remet tout en question. On remet tout dans le contexte, celui de la guerre, de la survie, de l'aveuglement....c'est un livre qui m'a touchée mais ne m'a pas vraiment boulversée au niveau littéraire. Mais depuis que je l'ai fini, j'y pense très souvent...un message a été délivré, digéré et je recommende vraiment ce roman.

4/5

_________________
lecture en cours:

Kafka sur le rivage,Haruki Murakami
avatar
rose

Nombre de messages : 639
Age : 43
Location : Suisse
Date d'inscription : 26/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernhard SCHLINK (Allemagne)

Message  gallo le Sam 1 Mai 2010 - 19:58

Bernhard Schlink - Le Liseur
Titre original : Der Vorleser. Lu en néerlandais: De voorlezer, traduction Gerda Meijerink, Ambo, 160 pg.

Uune amour puberal avec une femme de 20 ans plus vieux. Plus tard un dilemme dur: le garçon alors étudiant decouvre que la femme est inculpée de crime de guerre. Ce dilemme trop grand met le garçon au début dans un état d'insensibilité défensive. Devenu homme, il lui faut trouver un équilibre entre des principes abstraites et des choix humanitaires concrètes envers de la femme, qui passera 19 ans en prison. J'ai été touché par l'aspect qu'une situation paradoxale, subi dans la jeunesse, peut marquer toute une vie.
Mais c'est loin d'être le seul thème du livre. Síl y a une haine parfois inconditionelle contre ceux qui ont été "faux" dans la guerre, l'auteur, juriste, est bien placé pour connaitre les dilemmes morales: qui sait peser la part de culpabilité et la part de force majeure en temps de guerre, où la vie personnelle est en jeu?
Ma note 4,5/5.

_________________
Gallo
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernhard SCHLINK (Allemagne)

Message  Lisalor le Jeu 30 Sep 2010 - 16:43

Le liseur - Bernhard Schlink


Mon avis : Je dois dire que cette lecture fut laborieuse, je n'ai pas du tout accroché. Je n'ai pas aimé l'écriture que j'ai trouvée barbante, le style haché, décousu et froid ... enfin pas mal de chose. Le seul point positif c'est l'histoire, mais je l'ai trouvée mal exploitée car rien n'était précis, tout était survolé. Finalement ce livre est juste un condensé de sentiment, de vie entre un homme et une femme. Je suis déçue et en fin de compte, je n'ai pas aimé cette lecture.

Un livre divisé en trois parties, ce fut la dernière que j'ai le mieux aimé car elle est la plus romancée et nous ressentons enfin les émotions du personnage principal mais elle ne fait que 30% c'est bien peu. Pour les autres parties, je me suis carrément ennuyée ferme.

Nous faisons la connaissance de Mickaël Berg à l'âge de 15 ans et il nous raconte sa rencontre avec Hannah de 20 ans son ainée mais d'une façon très détachée comme 's' il était temoin de sa vie et non le narrateur. Une vie assez monotone que j'ai trouvé programmée, des habitudes de vieux couples : douche, amour, lecture ... jusqu'au jour ou elle disparait.

Je me suis trouvée spectateur de ce livre et je ne suis jamais rentrée dedans, c'est un livre froid qui fait plutôt rapport d'expertise que roman. Pour ma part : il n'y a pas d'amour dans ce livre.

Par contre, je suis assez curieuse et j'ai très envie de voir le film.
avatar
Lisalor

Nombre de messages : 310
Age : 46
Location : Auvergne/France
Date d'inscription : 16/02/2009

http://lisalor.loulou.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernhard SCHLINK (Allemagne)

Message  Nathalire le Dim 17 Oct 2010 - 11:17

Le liseur

C'est intéressant de lire les critiques très divergentes des rats après avoir lu soi-même le roman, je me rends compte qu'il y a un petit quelque chose dans l'écriture et aussi bien sûr dans le sujet du livre-assez épineux il faut avouer-qui peut plaire ou non et je me classe plutôt parmi ceux qui ont aimé.
En soi, l'histoire de ces deux amants ne me passionne pas, et je ne suis pas non plus fan des récits de la deuxième guerre, les témoignages des juifs persécutés tout ça... Mais j'ai bien aimé le tout. Déjà il y a beaucoup de surprises dans l'histoire, on découvres des éléments petits à petits et le récit se densifie, Hanna devient quelqu'un d'autre pour le lecteur. Ensuite c'est un roman sur le durée, j'aime beaucoup les histoires qui se déroulent sur plusieurs dizaines d'années avec l'évolution des personnages et les rencontres qui s'échelonnent dan le temps. Et puis j'aime l'écriture de Schlink, simple, coupé en chapitres courts, trois parties qui correspondent aux trois "rencontres". J'ai été très touchée par la dernière partie du livre, pleine d'émotion... Hanna m'a émue aux larmes Sad Note: 4.25/5

J'ai direct enchaîné avec le film de Stephen Daldry de 2008 avec Kate Winslet et Ralph Fiennes (lui je l'adore!). Ces deux acteurs me sont très sympathiques et j'ai presque trouvé Hanna trop douce du coup mais bon c'est comme ça... Globalement j'ai bien aimé le film, bonne réalisation avec une lourdeur et des sentiments forts et bien illustrés. Mais (il faut bien qu'il y ait un mais) j'ai préféré la structure du livre, où Michael raconte son histoire, alors que dans le film il s'agit de flash-back sans voix off, cela fait un peu moins intimiste, moins confession. J'ai aussi trouvé l'épisode du procès un peu longuet, il me semblait plus court en lisant. On retrouve par contre assez fidèlement les éléments du livre (je n'en vois pas qui manquent). Note pour le film: 4/5
avatar
Nathalire

Nombre de messages : 1058
Age : 37
Location : Pully (Suisse)
Date d'inscription : 22/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernhard SCHLINK (Allemagne)

Message  Lacazavent le Jeu 13 Oct 2011 - 16:03

Le liseur de Bernhard Schlink
Folio / 249 pages




A quinze ans, Michaël fait par hasard la connaissance, en rentrant du lycée, d'une femme de trente-cinq ans dont il devient l'amant.
Pendant six mois, il la rejoint chez elle tous les jours, et l'un de leurs rites consiste à ce qu'il lui fasse la lecture à haute voix. Cette Hanna reste mystérieuse et imprévisible, elle disparaît du jour au lendemain. Sept ans plus tard, Michaël assiste, dans le
cadre de des études de droit, au procès de cinq criminelles et reconnaît Hanna parmi elles. Accablée par ses coaccusées, elle se
défend mal et est condamnée à la détention à perpétuité. Mais, sans lui parler, Michaël comprend soudain l'insoupçonnable secret
qui, sans innocenter cette femme, éclaire sa destinée, et aussi cet étrange premier amour dont il ne se remettra jamais. Il la revoit
une fois, bien des années plus tard. Il se met alors, pour comprendre, à écrire leur histoire, et son histoire à lui, dont il dit : "Comment pourrait-ce être un réconfort, que mon amour pour Hanna soit en quelque sorte le destin de ma génération que j'aurais moins bien su camoufler que les autres ? "


Un roman assez court qui se lit presque d'une traite. Très bien écrit mais sans surprise, le récit éveille dès les premières pages la
curiosité. J'ai plutôt bien aimé et pourtant je me suis senti éloigné du propos, je n'ai été ni captivé, ni fasciné. Je suis resté en dehors malgré sa densité et les nombreux questionnement qui foisonnent. J'ai été déçu par les personnages dont les portraits, trop superficiels, sont pas suffisamment fouillée et travaillé à mon goût. La fin également s'inscrit dans les déceptions.


3,75/5

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5582
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernhard SCHLINK (Allemagne)

Message  Parch le Sam 31 Déc 2011 - 11:46

Berhard Schlink, Le liseur

Roman assez court mais efficace qui mêle de genre une histoire d'amour d'abord puis un roman judiciaire à caractère historique. Les critiques sont nombreuses je préfère donc noter rapidement ce que j'ai aimé :
- l'aspect "rapport" du récit : Mikhaël, le narrateur raconte sa rencontre avec Hannah, son histoire d'amoure, puis le procès et la prison. Il vieillit au court du récit, sa vie personnelle passe au second plan
- une réflexion sur la notion de culpabilité, la difficulté de bien agir dans des situations extrême
- la honte de ne savoir pas lire qui peut mener à sa perte
- la lecture et la fidélité de Mikhaël à lire pour Hannah malgré sa découverte...

Ma note : 4/5

_________________
Accomplissement du challenge 2011 : 69 %, du challenge 2012 : 79 %, du challenge 2013 : 110 %
Accomplissement du challenge 2014 : ...
avatar
Parch

Nombre de messages : 619
Age : 32
Location : Aix-en-Provence, France
Date d'inscription : 25/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re:Bernhard SCHLINK

Message  kalainka le Dim 8 Jan 2012 - 13:14

LE LISEUR

A un moment du roman Schlink a cette réflexion :"...fuir n'est pas seulement partir,c'est aussi arriver quelque part."Et dans ce livre il est souvent question de fuite:

-fuite du temps ( l'amour d'un adolescent pour une femme mûre.Leur histoire sur la durée;une trentaine d'années.La relation entre deux générations allemandes )

-fuite des sentiments ( l'amour peut-il durer toujours? )

-fuite des responsabilités ( de la société allemande face au nazisme.Du père de Michael envers sa famille.Des accusées.Du narrateur lui-même. )

La vie,notre vie,nous appartient mais pas seulement.Elle appartient aussi,en partie,à ceux avec qui nous vivons.Elle nous permet de prendre conscience que nous n'existons que parceque d'autres yeux,d'autres sentiments la subliment.

Que l'indigne peut s'accommoder du pur.Que l'innocence peut vivre en harmonie avec l'impur.Que l'être humain n'est pas d'une seule pièce.Qu'il est aussi difficile de se connaître que de connaître les autres.

C'est vrai que le style de Schlink est emprunt d'une certaine sécheresse à l'image d'un pays qui,à ce moment de l'histoire,est en train de panser ses plaies,de se relever et de se reconstruire.

Une trés belle histoire.Merci de me l'avoir fait connaître.

4.75/5
avatar
kalainka

Nombre de messages : 42
Age : 61
Location : Bretagne/France
Date d'inscription : 04/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernhard SCHLINK (Allemagne)

Message  noemiejardine le Lun 13 Juin 2016 - 11:35

La femme sur l'escalier





  • Broché: 256 pages
  • Editeur : Gallimard (3 mars 2016)
  • Collection : Du monde entier
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070148351
  • ISBN-13: 978-2070148356


un extrait du quatrième de couverture:
Le narrateur est un avocat allemand d'une soixantaine d'années. Il a brillamment réussi et se considère plutôt heureux. Mais lors d'une mission en Australie, son équilibre s'effondre quand il voit par hasard un tableau intitulé Femme sur l'escalier dans une galerie à Sydney. Car il a déjà vu ce portrait en pied... Retour en arrière : au début de sa carrière, il est contacté par le peintre Schwind qui veut trouver un règlement à l'amiable avec l'industriel Gudlach à qui il a vendu le portrait en question.

je ne vous en dit pas plus contrairement au quatrième de couverture qui gâche à mon sens le plaisir de la découverte si on le lit en entier..

J'ai bien aimé, surtout le début.
Les conflits entre  peintre et acheteurs des tableaux, amusants. Ce doit bien ressembler à ça parfois.

C'est très enlevé, on se croirait parfois dans un polar.

Le fin m'a beaucoup moins plus, surtout cette évocation de "ce qui aurait pu être" et ne fut pas....elle est à mon avis inutilement longue..
Je n'arrive pas à croire qu'on puisse ainsi rêvasser à ce qui aurait pu être, juste avant de mourir...
mais peut-être cela arrive-t-il, et peut-être cela permettait-il de mieux affronter sa mort<?
un brin sceptique quand même...bref, la fin m'a paru bien moins crédible et m'a donc peu accrochée.


Mais Bernhard Schlink sait merveilleusement planter un décor et rendre ses personnages vivants.
C'est ce qui se passe dans leur tête qui me pose problème et me parait trop alambiqué.


4/5
avatar
noemiejardine

Nombre de messages : 597
Date d'inscription : 05/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernhard SCHLINK (Allemagne)

Message  géromino le Sam 17 Déc 2016 - 8:52

"Le week-end"  Gallimard 2008     218 pages


            Après vingt ans de prison pour meurtre et activités terroristes, Jorg, un ancien membre de la Fraction Armée Rouge (connu aussi sous le nom de Bande à Baader, un groupe terroriste qui sévissait en Allemagne de l'Ouest dans les années 1970/80), bénéficie de la grâce présidentielle. Sa soeur vient le chercher à sa sortie de prison. Dans le but de faciliter le retour de son frère à la vie civile, elle a organisé pour le week-end une rencontre avec d'anciens amis, certains par le passé impliqués à différents degrés dans l'organisation. C'est l'occasion d'éclaircir certains points restés flous et d'obtenir des réponses; c'est l'heure des règlements de compte et des vérités assénées...


             Si ce livre soulève principalement des questions morales (la violence peut-elle résoudre les problèmes politiques? la défense d'une idéologie justifie-elle le meurtre de victimes innocentes?...), il m'a laissé plus ou moins indifférent lors de leurs débats sensés trancher les responsabilités dans leurs actes passés. Tout parait bancal, mal ajusté (le fils de Jorg qui apparaît comme par enchantement, pour lui reprocher son attitude) ou saugrenu (comme la jeune fille qui veut coucher avec Jorg, sous prétexte de "lui faire du bien", geste approuvé par ses parents!!). De plus, je n'ai pas eu le sentiment d'avoir appris beaucoup sur cette époque sombre et ces moments certainement difficiles en RFA (on disait comme ça en 1970/80!). A part un aperçu des traitements infligés dans les prisons à ces membres de groupements terroristes aux revendications obscures...
              Pas du tout accroché.


Note: 2,5/5

_________________
                                                                                                                                                                              

Challenge "Book around the States":  17/50
avatar
géromino

Nombre de messages : 2870
Age : 53
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernhard SCHLINK (Allemagne)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum