George SAND (France)

Aller en bas

George SAND (France)

Message  Calepin le Mar 2 Déc 2008 - 3:20

De : oxymore (Message d'origine) Envoyé : 2006-06-26 02:53

LA MARE AU DIABLE

Nous sommes dans les années 1830 environ et ce tout petit roman de George Sand (120 pages et quelques) se déroule dans le Berry, aux alentours de Châteauroux. L'histoire est celle de Germain, jeune veuf de 28 ans qui vit chez ses beaux-parents et qui souffre de sa solitude sentimentale. Le père Maurice, son beau-père, conscient du malheur de Germain va tenter de lui trouver une ancillaire capable aussi de répondre aux besoins de la ferme et sachant s'occuper du fils de Germain. C'est à Fourches petit village voisin que Germain va se rendre pour rencontrer la femme proposée par le père Maurice. En cours de route Germain va mener sa petite voisine Marie chez son futur patron afin qu'elle puisse entrer en "condition"; cette escapade campagnarde va mener nos deux personnages vers cette petite mare au diable où va résider le tournant des sentiments de Germain.

Je n'avais encore jamais lu ce roman et je n'ai pas été déçu; il est très agréable à lire et se découvre comme un aperçu du mode de vie des gens dans nos campagnes pendant la restauration. Ainsi on y voit des hommes et des femmes vivant comme des bêtes de labour, des journées régulées par la ferme, enfin rien de particulièrement propre au 19ème siècle mais on apprend beaucoup sur les moeurs, les mariages de raison et de dot et enfin sur l'influence des "anciens" sur les jeunes.



De : gallomaniac Envoyé : 2006-11-24 06:51

La Ville Noire de George SAND (1860)
Presses Universitaires de Grenoble, 1978. 187 pg texte avec notes et photo's + 51 pg dossier.

Le cadre du roman: Thiers possédait autour de 1860, date du roman, une série de 400 ateliers de coutellerie les uns au-dessous des autres, qui donnaient du travail à quelques 12000 ouvriers, adultes et enfants, qui travaillaient des longues journées. La Ville Haute des maîtres et commerçants domine la ville Basse des ouvriers et des usines, surnommé "La Ville Noire" et les gorges de la Durolle, rivière qui en cascadant du Forez passe d'atelier en atelier pour livrer la force motrice et l'eau froide pour le trempage et pour l'émoulage. C'est le Val d'Enfer. Tout en bas enfin, l'eau faisait tourner des papeteries. Il en restent d'usines, une, nommée "Le creux de l'enfer", est maintenant centre d'expositions du Thiers moderne.

Dans ce cadre fleurit l'amour de deux orphelins, l'entreprenant coutelier Etienne Lavoute nommé "Sept-Epées" et la vaillante Tonine Gaucher ouvrière de papeterie. Mais le mariage n'est pas chose faite: Tonine se méfie de l'ambition et veut rester dans la classe ouvrière, et Etienne, bien qu'il est fier de son travail artisanal, ambitionne la Ville Haute. Posé ce dilemme, le roman devient une méditation sur la condition ouvrière et la quête d'une solution. Sept-Epées rencontre Audebert, un vieil ouvrier-proprietaire idéaliste. Celui-là avait visé à l'élevátion sociale comme remède à la misère de l'artisan en général, mais, seul et par manque d'expérience, était allé trop vite en affaires et se trouvait en instance de faillissement et de suicide. Ils concluent au profit des deux: Sept-Epées devient proprietaire et prend Audebert comme ouvrier avec six autres. Pour Sept-Epées, les devoirs de son nouvel état s'accordent difficilement avec son idéalisme et les difficultés sont nombreux, rapport à l'administration, les machines, les crus de la rivière, la commerce et le personnel. Aussi les problèmes de coeur semblent s'accumuler. Par dépit amoureux, Etienne fait un voyage d'apprentissage dans ce temps d'avènement de l'industrie et Tonino, par héritage soudain à la tête d'une usine, se montre femme forte. Les amoureux, après pas mal de peine et de purification des sentiments, se retrouvent pour se marier. Ils ne monteront pas à la Ville haute, mais restent dans la Ville Noire qu'ils rendent plus claire. La fin est un coup de théatre utopique, qui fait changer l'eau noire des forges en eau de rose.

Sand reste une faumeuse auteure. Ce livre beau comme un couteau de Thiers mérite mieux que l'oublie. Une utopie qui prend source dans une réalité bien documenté; une histoire d'amour avec une psychologie d'avant la psychanalyse. Un récit d'un témoin d'époque avec une saine moralité optimiste, écrit pour des ouvriers d'antan; un des premiers appels, avant "Germinal" de Zola, à l'émancipation sociale, industrielle et .... feministe.

"Avec le changement de position, l'horizon de Tonino s'était agrandi. Elle avait voulu entendre de son mieux la science et les arts de l'industrie qu'elle avait à gouverner, et, sans être sorti de son Val-d'Enfer elle s'était mise au courant du mouvement industriel et commercial de la France". Le monde des couteliers est aussi le sujet de "Les ventres jaunes" de Jean ANGLADE (1979)

Ma note : 4/5



De : sweety_delphine Envoyé : 2007-04-25 05:44

François le champi - Georges Sand

François vit avec la vieille Zabelle sa nourrice. Il n'a ni mère, ni père, c'est un champi (nom donné aux enfants abandonnés par leurs parents et souvent trouvés dans des champs). L'action se déroule dans un décor campagnard à une époque où les champis ont très mauvaise réputation. On les dit fourbes, compagnons du diable, trompeurs et il n'est pas bien vu de les prendre en affection. C'est pourtant ce qui va arriver à Madeleine, jeune mère trompée et délaissée par son mari, qui va être touchée par la gentillesse et douceur de François. Elle va être prise de tendresse pour ce jeune garçon un peu niais, ce qui n'est pas au goût de tout le monde. Bien des épreuves attendent Madeleine et François, afin de conserver leur amitié et amour.

C'est une histoire de Georges Sand comme je les aime. On retrouve un schéma bien classique de l'auteure et l'écriture est toujours aussi belle. Avec un accent bien rural, des mentalités des plus campagnardes, çà sonne bien le chant de la campagne. Le livre est un peu honteux pour l'époque, le sujet étant "l'amour et la différence d'âge". La préface a d'ailleurs rapproché cette histoire avec une des histoires d'amour de l'auteur. Une lecture qui a été un peu plus longue que prévue mais que j'ai trouvé agréable, tendre et harmonieuse.



De : gallomaniac Envoyé : 2007-04-29 06:11

Je me suis amusé de faire une bibliographie de George Sand (pseudo d'Aurore Dupin, pendant quelque temps madame Dudevant; 1808-1876)

1831: Rose et Blanche (pseudo Jules Sand)
1832: Indiana
1832: Valentine
1833: Lélia
1834: Le sécretaire intime
1834: Jacques
1834: Lettres d'un voyageur
1835: André
1835: Leoni Leoni
1836 Simon
1837 Mauprat
1838: Contes Vénitiens
1839: L'Uscoque
1840: Gabriel
1840: Les sept cordes de la lyre
1840: Cosima, ou la haine dans l'amour
1840: Le compagnon du tour de France
1840: La petite Fadette
1841: Pauline
1842: Un hiver à Majorque
1842: Horace
1842-1843: Consuelo (et sa suite:) 1843-1845: La Duchesse de Rudolstadt.
1843: Mélanges
1843: Simon
1844: Jeanne
1845-1846: Le meunier d'Angibault.
1846: La mare au diable
1846: La noce de campagne (suite à la mare au diable)
1846: Isidora
1846: Teverino
1847: Lucrezia
1847: Le péché de M.Antoine
1848: Le piccinino
1848: Lettres au peuple
1848: La cause du peuple
1849: François le Champi (le drame)
1850: François le Champi (la nouvelle)
1851: Le château des désertes
1851 Claudie
1851: Histoire du véritable Gribouille
1851: Le maiage de Victorine
1851: Moli1ere
1852: Le démon du doyer
1852: Métella
1852: Les Mississipiens
1852: Les vancances de Pandolphe
1853: La filleule
1853: Les maîtres sonneurs
1853: Mauprat
1853: Mont-Revêche
1853: Le pressoir
1853: Procope le Grand
1854: Adriane
1854: Flaminio
1854-1855: Histoire de ma vie
1855: Maître Favilla
1856: Comme il vous plaîra
1856: Françoise
1856: Lucie
1856: Le voyage à Majorque
1856: Les amours de l'âge d'or: Evenor et Leucippe
1857: Daniella
1857: Le dahlia aux champs
1858: Les beaux messieurs de Bois-Doré
1859: Elle et lui
1859: Garibaldi
1859: La guerre
1859: L'homme de neige
1859: Marguerite de Sainte-Gemme
1859: Narcisse
1860: Constance Verrier
1860: Jean de la Roche
1860: Promenades autour d'un village
1861: la famille de Germandre
1861: Le Marquis de Villemer
1861: Valvèdre
1861: La ville noire
1862: Autour de la table
1862: Le pavé
1862: Tamaris
1863: Antonia
1863: Les dames vertes
1864: Le théâtre de Nohant
1864: Le Drac
1865: La confession d'une jeune fille
1865: Laura
1866: Flavie
1866: le lis du Japon
1866: M.Sylvestre
1867: Le dernier amour
1868: Cadio
1868: Mlle. Merquem
1870: L'autre
1870: Le beau Laurence
1870: Malgré tout
1870: Pierre qui roule
1871: Césarine Dietrich
1872: Francia
1872: Journal d'un voyageur pendant la guerre
1872: Nanon
1873: Impressions et souvenirs
1873: Contes d'une grand-mère
1874: Ma soeur Jeanne
1875: Les deux frères
1875: Flamarande
1876: La coupe
1876: La tour de Percemont

Posthume:
Dernières pages
Nouvelles lettres d'un voyageur
Questions d'art et de littérature
Questions politiques et sociales
Souvenirs de 1848
Correspondance



De : gallomaniac Envoyé : 2008-03-27 13:14

Journal d'un voyageur pendant la guerre, par George SAND.
E-book http://www.gutenberg.org/files/17589/17589-h/17589-h.htm

George Sand tient ce journal du 15 septembre 1870, à peu près le début du siège de Paris, au 10 février 1871, les élections pour le gouvernement français résidant à Bordeaux. Elle quitte le village de Nohant (elle y est chatelaine) où il y a une épidémie de peste noire (ou de variole), et fait un voyage dans l'Auvergne, la Creuse, Les Marches du Limousin et l'Indre, qui la permet d'alterner des considérations politiques et des déscriptions des paysages et elle exprime tantôt ses souffrances intenses en ce temps de guerre, tantôt des espoirs pour l'humanité. Des nouvelles viennent par ballon de Paris, c'est en ballon que Gambetta, qui vient de proclamer la république, quitte Paris pour installer un gouvernement à Tours et plus tard Bordeaux. Bazaine prend le pouvoir à Paris et George Sand, républicaine convaincu et defenseuse du suffrage universel, argumente longuement contre la tendace à l'absolutisme et le refus d'élections. George Sand traverse des contrées apparemment en paix, mais tout est à l'abondon; il manque les hommes pour labourer et pour entretenir les communications; et souvent on remarque le chaos des fuyards et des troupes mal organisés; c'est déjà la disette; malgré beaucoup de mobilisations, l'armée manque de vivres et de vêtements, et surtout d'organisation. L'armée prussienne avance: Orleans, Gien. George Sand se sent souffrir plus que jamais. De retour à Nohant, les choses ne vont pas mieux; l'hiver est rude et beaucoup de mobilisés en France meurent gelés ou par épuisement. Les nouvelles tardent toujours à venir. Et puis, il y a le bombardement de Paris, suivi de la capitulation, l'armistice et des élections; élections qui donnent nouvel espoir à George Sand.

Ce n'est pas trop un récit de voyage, c'est surtout un document témoin d'époque. Sand est une bonne conteuse et le récit est intéressant. Il me manque parfois la connaissance des faits pour bien suivre le tout, et certains passages, utiles à l'époque, sont des longueurs pour nous aujourd'hui. Quelques notes anecdotiques: un des ballons (mais il se dégonfle) s'appelle le "George Sand" et à Paris, en plein desastre, on jouait une pièce d'elle "François le Champi au profit d'une ambulance".

Ma note : 3,5/5



De : gallomaniac Envoyé : 2008-07-10 15:43

Lélia, de George SAND.
1833, Ed. de Crémille, Genève, 1970. 283 pg.

Lélia est une femme dans la fleur de l'âge, qui cherche les valeurs de la vie: amitié et amour, chasteté, religion, Dieu ou athéisme?
Lélia a "allumé" trois hommes, mais elle ne se donne à aucun d'eux: Sténio un jeune poète vierge, Magnus un prêtre, et Trenmor, autrefois grand pécheur. Sténio souffre extrèmement de l'inassouvissement de son amour, Trenmor est un ami de longue date, qui est présent comme un intermédiaire tolérant,et le prêtre Magnus devient temporairement fou de la contradiction entre ses désirs et son statut de prêtre.

Les différentes phases du récit se développent autour de Sténio. Le roman ouvre avec un échange de lettres passionnées entre Sténio et Lélia, dans laquelle Lélia met son refus sous forme de leçons sur la rélation amour / sexualité. Stenio apprend du prêtre Magnus un peu du passé de Lélia. Lélia qui a cherché le sens de la vie en se retirant comme une anachorète dans le désert, comme elle avait fait avant dans les ruïnes d'une abbaye, se battant deux années dans la solitude de cette ruïne contre le doute , puis la ruïne s'effondre et c'est le prêtre Magnus qui la sauve, la porte et depuis, est fou de désir d'elle. On pourrait appeler Lélia une femme fatale, mais le terme s'applique davantage à sa soeur jumelle Pulcherie, qui mène une vie dissolue de courtisane. Cette ressemblance donne à Lélia l'idée de faire une expérience pur que Sténio apprend la dissolution entre l'amour corporel et l'amour sirituel. O femme cruelle, qu'est ce que vous avez fait! Après cette expérience Sténio est complètement desaxé, il s'epuise éperdument dans toutes les ébauches, mais il refuse à son tour d'ébaucher une jeune fille éprise de lui - presque la même l'attitude qu'a eu Lélia envers lui. Il s'épuise tant en ébauches qu'il en mourira en tombant inanimé dans un lac, suicide ou accident. Et il ne reste à Lélia que de pleurer Sténio, de souffrir elle-mème de ce qu'elle lui a fait.

Un des premiers romans de George Sand, écrit à 28-29 ans, après sa relation avec Jules Sandeau. Un récit étrange, pleinement romantique mas pas du tout superficiel, qui éveille la curiosité du lecteur qui veut connaitre l'évolution de cette relation si étrange et complexe, l'évolution des sentiments de Lélia et de Sténio. Pas un roman pour celui qui débute de lire George Sand.

Ma note 3,5/5
avatar
Calepin

Nombre de messages : 1527
Age : 37
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: George SAND (France)

Message  Forêt le Mer 1 Avr 2009 - 17:49

La petite Fadette


Résumé (evene)
Chef-d' oeuvre de la littérature française du XIXe siècle, 'La petite Fadette' est un roman où l'amour tient une place prépondérante. D'abord celui entre deux frères jumeaux contraints de se séparer, puis l'amour passion avec l'arrivée de la jeune Fadette qui bouleverse l'existence des deux frères. Ainsi, inspirée par les légendes et les paysages berrichons, George Sand signe ici, en 1848, un de ses romans les plus connus.


En premier j'ai été conquise par l'écriture qui possède un charme rustique et bien vite par tout le reste. L'histoire m'a enveloppé dans un doux cocon, j'ai été prise d'affection pour les personnages, j'ai aimé me promener dans la campagne, en fait tout était un régal !
C'est vrai que plus on approche de la fin plus les choses deviennent un peu facile, tout va peut-être un peu trop bien mais ça n'enlève rien à la beauté de l'histoire ni au plaisir que j'aie eu. C'est simplement un bonbon peut-être un peu plus sucré qu'il ne le devrait mais délicieux !

coeur
avatar
Forêt

Nombre de messages : 117
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: George SAND (France)

Message  Suzanne-écrivain le Mer 1 Avr 2009 - 22:54

Forêt ! J'ai lu ce livre il y a plusieurs années... Avant d'être une petite rate ! Smile

Avec cette critique, tu me donne envie de le relire ! coeur
avatar
Suzanne-écrivain

Nombre de messages : 847
Age : 46
Location : Saint-Hubert, Québec
Date d'inscription : 25/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: George SAND (France)

Message  Lulu le Dim 15 Nov 2009 - 15:51

Pauline George Sand
Editions Folio 131 pgs



Ce livre est un des premiers romans de George Sand elle l'a commencé dans sa jeunesse puis l'a oublié et elle l'a finalement fini quelques années plus tard.

C'est l'histoire de Laurence une jeune et talentueuse comédienne qui retourne par erreur dans son village natal.Elle y retrouve son amie d"enfance Pauline et finit par l'inviter à vivre avec elle à Paris.

C'est l'histoire classique de deux amies que désormais tout oppose la culture et le talent de l'une contre la pauvreté et les préjugés de l'autres.

Arrivées à Paris un homme amoureux de Laurence va profiter de cette situation.Pour rendre jalouse Laurence il fait faire la cour à Pauline.
Mais Laurence voit clair dans le jeu de cet homme.Pauline finit par épouser celui qui la séduite et est malheureuse toute sa vie tandis que Laurence mène une vie riche et libre.

Il faut savoir que Sand admirait beaucoup les actrices et elle dresse ici un portrait très fort d'une femme de l'époque:elle est belle,admirée de tous,tient salon dans sa maison,s'occupe de sa mère et sa soeur.

Un petit roman plaisant à lire malgré l'écriture qui date un peu et la fin conventionnelle.Mais je ne me déclare pas vaincue et je lirais autre chose de George Sand.
avatar
Lulu

Nombre de messages : 1229
Age : 37
Location : Cholet, Maine et Loire
Date d'inscription : 03/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: George SAND (France)

Message  gallo le Lun 24 Jan 2011 - 20:32

George Sand - Le sécretaire intime
1834
Editions de l'Aurore, 1991, 207 pages.

Je n'ai pas pu laisser passer l'occasion d'acheter samedi dernier ce livre d'occasion. C'est un roman du début de la carrière de George Sand, un roman situé à la cour d'une princesse Italienne. Ce qui est le charme d'un tel livre, que c'est de l'histoire sans être un roman historique, puisque c'est un roman de l'époque. Et puis, George Sand est une bonne conteuse, déjà dans ses débuts.

L'Époque est un peu après la Révolution Française, mais l'ambiance est de vieille noblesse, une vie de cour d'une princesse Italienne. Un jeune comte pauvre de parents appauvries par la Révolution, est tombé amoureux de la princesse, qui le trouve charmant et le donne la position de sécretaire intime.
Le jeune comte, qui s'appele Saint-Julien, est quelque peu l'antipode de Julien dans Le rouge et le noir de Stendhalien: il tient haut l'honneur et la morale. Mais qui est amoureux, est facilement jaloux. Sans expérience avec la vie de Cour, il ne saisit pas les intrigues d'un page de son âge. Aussi il interprète mal la gentillesse de la princesse et il la condamne moralement pour un amour secret: secret ne vaut-il pas honteux? Mais honni soit qui mal y pense et à la fin, après le dévoilement du secret, l'honneur de la princesse est sauve et c'est Saint-Julien qui a honte, mèlé à un regret amoureux. Il ne lui reste que d'être l'adorateur hors vu de la Princesse.
Un tel livre gagne à être lu dans son contexte, ici donné dans une introduction intéressante et par des notes explicatives. Mais avant tout, le livre ne serait pas grand-chose sans ce quelque chose de plus, qui a été le génie de George Sand. Ma note: 4/5.

_________________
Gallo
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: George SAND (France)

Message  gallo le Ven 17 Juin 2011 - 15:36

George Sand: La confession d'une jeune fille (1865)
Lu en première édition (!):
Michel Lévy frères, 1865, 2 volumes 311 + 317 pg.

Lucienne de Valangis, une jeune fille de petite noblesse, dans sa petite enfance perdue et retrouvée, ne peut prouver son identité au moment qu'elle devrait hériter, au moment aussi qu'elle devrait choisir époux. Pour s'expliquer à son futur mari, elle écrit une longue confession de ce qu'a été sa formation, ses rélations et sa vie émotive. Grandi chez sa grand-mère avec un cousin blasé, presque traité en homme; formée par des gouvernantes, et un précepteur; elle apprend à lire dans son coeur la distinction des sentiments d'amitié et d'amour. Après la mort de la Grand-mère, le passé l'a réservé des surprises qui à la fin permettent le mariage imprevu, souhaité, avec ce futur mari.
L'histoire se situe dans le Var, dans la première rangée de montagnes pas loin de Toulon, entre 1800 et 1828 environ.
Le premier tome contient pas mal d'action et se lit agréablement; le deuxième tome doit préparer l'apotheose. Tous les pièges du sentiment qui peuvent mener à un faux choix sont évincés, évités. Honneur et vertu restent sauf sur ce chemin tortueux vers le mariage (et vers la richesse, pour le happy end). Mais voilà ce qui donne lieu à des argumentations parfois un peu moralisantes.
Paradoxe: Une histoire romantique raconté par une fille très-raisonnable qui ne veut pas faire des choix basé sur du romantisme. On y voit un exemple d'autodetemination de la femme, préfigurant le feminisme.

Ma note 4/5.

_________________
Gallo
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: George SAND (France)

Message  gallo le Dim 14 Oct 2012 - 15:42

George Sand - Les amours de l'âge d'or - Evenor et Leucippe.

1846, Edition Librairie Nouvelle 1871, 320 pg.

C'est le thème de club XIXème siecle, qui m'a inspiré de lire ce livre de George Sand.

Roman philosophique, roman préhistorique, , George Sand donne à ce livre une introduction de 48 pages, dans laquelle elle explique sa vision sur la cosmologie et la génèse de l'humanité. Tenant compte du cadre 19e siècle, cette introduction m'a surpris par la modernité et la profondeur de sa philosophie. j'ai lu cette introduction avec beacoup d'intérêt.

Le récit en soi est une fantasie, présentée comme telle, sur un jeune homme d'un clan humain des premiers temps, qui est "l'âge d'or". Ce jeune homme, Évenor, accidentellement isolé de son clan, rencontre après des mois de solitude la petite Leucippe, humaine comme lui, et une ''dive''.

Cette ''dive'' est la dernière survivante d'une branche humanoïde en voie d'extinction dans un monde trop vite changé, mais qui par la conscience de cette destination a gagné une sagesse en plus des connaissances techniques plus avancées que les connaissances des nouveaux humains.

La ''dive'' prépare les deux enfants à un avenir de moralité plus élevé que celle de leur clan. Pendant ces années paradisaques d'isolement élevé à la vraie amour matrimoniale, Evenor et Leucippe retournent à leur clan, qui entre-temps est divisé en trois clans, et pour la première fois, la lutte fratricide entre hommes se prépare. Evenor et Leucippe, avec leur science supérieure et leur pacifisme appris de la ''dive'', change le cours des hostilités et une parti du clan suit Evenor vers son ''Eden'', le coin de terre où il a vecu avec la ''dive'' et Leucippe.

J'ai aimé le côté philosophique de l'histoire, je m'ai étonné de nouveau de la grande culture que George Sand étale une fois de plus dans ce livre. Elle semble, dans son temps, avoir tout lu, tout vu, et tout digéré intellectuellement. J'ai pris à mi-chemin du livre un peu moins goût au romantisme dans la période paradisiaque de l'isolement; mais c'est un romantisme qui sert le développement psychologique et morale des personnages.

Ma note 4/5.

_________________
Gallo
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: George SAND (France)

Message  Lacazavent le Lun 15 Oct 2012 - 7:01

Merci Gallo, je ne connaissais pas ce livre
tu me remets cette auteure en mémoire. J' en lirai avec plaisir pendant le thème.

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5581
Age : 32
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: George SAND (France)

Message  lalyre le Sam 10 Sep 2016 - 17:08

Sand Georges       
    Indiana     
 Folio  Novembre 1984    
197 pages

Présentation de l'éditeur       
À Paris, Mme Dudevant est morte. Mais G. Sand est connu pour un vigoureux gaillard, écrit à propos d'Indiana, son premier roman, celle qui deviendra la bonne dame de Nohant mais n'est pour lors qu'une jeune femme vivant courageusement sa solitude après un mariage raté et quelques aventures aussi passionnées que décevantes. Indiana a fait George Sand et c'est à travers l'écriture que celle-ci a conquis sa liberté, sa dignité de femme, son identité même. " La cause que je défendais, dira-t-elle plus tard, est celle de la moitié du genre humain, celle du genre humain tout entier : car le malheur de la femme entraîne celui de l'homme comme celui de l'esclave entraîne celui du maître. " Et : " J'ai écrit Indiana avec le sentiment non raisonné, mais profond et légitime, de l'injustice et de la barbarie des lois qui régissent encore l'existence de la femme dans le mariage, dans la famille et dans la société ".

Ma petite chronique
Ce serait peut - être intéressant de présenter les principaux personnages, la principale héroïne est bien sûr Indiana, une jeune femme créole, Noun, une jeune fille créole, sœur de lait d’Indiana qui l’a accompagnée en France  pour être sa dame de compagnie, le colonel Delamare, mari d’Indiana, militaire à la retraite au caractère rude, jaloux et autoritaire, propriétaire du manoir dépendant  la fabrique qu’il a créé, voici Ralph, cousin d’Indiana, un jeune homme solitaire et taiseux et enfin  Raymon de Ramière, un aristocrate brillant ayant beaucoup de succès auprès de la gente féminine. Indiana n’est pas heureuse avec son vieux mari qui règne en maître et qu’elle n’ose pas contrarié, heureusement son cousin Ralph la défend contre le colère de celui-ci. Mais voici Taymon de Ramière, un nouveau voisin qui très vite va chamboulé le cœur d’Indiana et Noun amoureuse qui tragiquement  va disparaître….Ne reste donc que quatre personnages  dont Indiana désoeuvrée se morfondant de cette vie, espérant qu’un jour quelqu’un viendra la distraire de cette mélancolie qui  ronge sa santé…….

Mon avis
C’est presque un roman lyrique tant les histoires d’amour sont denses, histoire triste, sombre et dramatique ou l’on ressent  fortement le désespoir et la souffrance et la solitude,  j’ai aimé les dialogues et les déclarations sulfureuses mais aussi les très belles descriptions, c’est vraiment un très beau roman que j’ai beaucoup apprécié grâce à la belle littérature de cette époque victorienne….4,5/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4491
Age : 86
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: George SAND (France)

Message  cookie610 le Lun 5 Déc 2016 - 20:26

Pauline
 
Note : 3.75/5
 
Résumé : Laurence, une comédienne de théâtre, recueille auprès d’elle Pauline, une amie avec qui elle était proche, avant de s’éloigner suite à sa décision de suivre une voie artistique. Montgenays, qui est depuis longtemps épris de Laurence, va se servir de Pauline pour attiser sa jalousie.
 
 
Critique : Un court roman assez intéressant. C’est la première fois que je lis cette auteure et j’ai bien aimé. Le style est très classique mais l’histoire est assez moderne et il se lit facilement. On rentre vite dans l’histoire et on veut savoir où tout ça va nous conduire. Il y a un fond de bonne morale et de bonnes mœurs bien comme il faut, la fin est très traditionnelle et conventionnelle mais ça fait tout le charme de l’histoire.
avatar
cookie610

Nombre de messages : 4854
Age : 28
Location : Lyon
Date d'inscription : 28/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: George SAND (France)

Message  kattylou le Jeu 8 Déc 2016 - 12:10

Ca fait du bien de replonger dans ces classiques !J'avais bien aimé la mare au diable de l'auteure

_________________
Challenge US Plus que 4 Etats !
avatar
kattylou

Nombre de messages : 3860
Age : 53
Location : 77
Date d'inscription : 08/09/2009

http://kattyloucuis.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: George SAND (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum