Martine Marie MULLER (France)

Aller en bas

Martine Marie MULLER (France)

Message  Mousseline le Lun 1 Déc - 1:56

De : Arti77772 Envoyé : 2005-04-26 04:46

L'homme de la frontiere, Martine Marie Muller
Ed Robert Laffont


Vous parler de ce livre est périlleux.

Car plus la trame est dévoilée, plus on risque d’en dire trop sur une fin aussi inattendue que spectaculaire, un peu comme les chutes célèbres de ces films devenus cultes : Usual Suspects ou encore Sixième Sens.
On vous dira juste que ça se passe à Berlin, en 1961, au moment où le Mur fut construit en une nuit, que le héros s’appelle Frantz et qu’il a une brèche dans le coeur.
Retenez donc ceci : si vous avez envie d’un roman magistralement écrit, bâti avec le rythme implacable d’un polar, dont vous sortirez les yeux humides, aussi ébloui que bouleversé, précipitez-vous sur « L’homme de la frontière », éteignez votre portable, et succombez. 4/5




De : cuné Envoyé : 2005-05-04 09:43

Froidure, le berger magnifique
Robert Laffont 1997 215 p.

Le Béarn, de nos jours. Frédéric Ardan dit Froidure a la passion de sa terre, son pays, ses bêtes. Sa vie est rude, sa liberté totale lorsqu'il mène son troupeau dans ses montagnes. Mais comment survivre aujourd'hui dans le monde rural ? De drames en renoncements, d'espoir en combats, tout un pan de vie respirant le vrai.

C'est un très beau roman servi par l'écriture impeccable de Martine Marie Muller. Complètement d'actualité, le village de Mascaraàs nous entraîne avec ses habitants, nous invite à aller le découvrir, nous fait aimer chacun des personnages.

Une filiation du côté de Ramuz, indéniablement, un talent certain.

A lire !

4/5




De : Claarabel Envoyé : 2005-05-09 08:02

Etrange et déconcertant, "L'homme de la frontière" démarre une nuit d'août 1961 à Berlin. Un homme et une femme se trouvent séparés par le destin, par l'élévation d'un mur qui va tenir éloignés Frantz et Ellonore de nombreuses années... De son côté à lui, beau ténébreux au visage marqué par la douleur et le chagrin, il va décider un jour de se marier, d'éplucher des dossiers pour trouver l'élue, laquelle sera Eva. Un jour, tous deux décident de passer le mur pour rendre visite à ce passé qui a marqué Frantz...

Cette histoire résumée grossièrement, en fait, reprend le propos de la quatrième de couverture. Dans le livre, cela représente 120 pages du roman (qui en contient 155 au total) ! Autant dire que l'essentiel est jeté, que lorsqu'on s'attend à une "énorme surprise", on se retrouve plutôt comme un soufflé refroidi ! Maigre, maigre attente. Bien piètre tournure des événements. Grande déception dans l'envergure de cette trame !... Ce livre est moyen, décevant, froid, à la limite plat et ennuyeux. Vraiment pas à la hauteur des promesses vendues !

2.5 / 5
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Martine Marie MULLER (France)

Message  belledenuit le Jeu 9 Avr - 11:17

La belle camarade de Martine Marie Muller

Editions Robert Laffont (2009) - 268 pages

Présentation de l'éditeur :

Jeune fille en colère, femme libre, vieille dame insoumise... Martine Marie Muller éclaire toutes les facettes de la vie tumultueuse de Séverine (1855-1929), première femme grand reporter que Jules Vallès avait surnommée « la belle camarade ».

(Source jaquette et présentation : Amazon.fr)

Mon avis :

"La belle camarade" est une biographie romancée sur Caroline Rémy, plus connue sous son nom de journaliste : Séverine.
D'une enfance difficile parce que ses parents la trouvaient trop turbulente voire même "dévergondée" par ses manières de petite fille de dix ans, alors qu'il suffit par cette lecture de s'apercevoir tout simplement que Caroline Rémy était heureuse de vivre, elle deviendra l'une des plus grandes journalistes de l'époque.
C'est elle, grâce à sa volonté et son combat, qui a permis aux femmes d'accéder à certains emplois.
Son enfance marquée par de nombreuses interdictions parentales lui forgera ce caractère de combattante.
Combattante pour elle (elle a préféré se battre pour obtenir un travail qu'elle aimait plutôt que de se sacrifier dans une vie familiale qui ne lui convenait pas) mais également combattante pour les ouvriers et les femmes.
Elle devra sa notoriété en tant que journaliste politique en partie grâce à l'apprentissage qu'elle aura reçu de Jules Vallès, son mentor, son "père" comme elle l'appelle. Il aura d'ailleurs une part importante dans sa vie et donc dans cette biographie.
On suit donc Caroline Rémy dans sa formation et plus tard dans ses combats pour l'égalité des salaires mais aussi pour l'amélioration des conditions de travail (elle n'hésitera pas à descendre dans une mine pour se rendre compte par elle de la façon dont sont traités les mineurs et son article sera exceptionnel).
Grâce à l'efficacité de l'écriture de Martine Marie Muller, on vit chaque instant intensément.
Ce genre de biographie romancée à l'avantage de rendre encore plus vivant les moments difficiles de l'époque (le décès de Jules Vallès qui marqua très profondément Caroline Rémy mais également la France - ou tout du moins les français, mais également on remarque les états d'esprit lors du procès Dreyfus et le combat que Séverine, Zola et tant d'autres ont engagé pour tenter d'innocenter et donc libérer ce capitaine juif...) grâce aux dialogues que l'auteure insère dans son ouvrage.
Le livre parcourt la vie de Séverine depuis l'âge de 10 ans (1856) jusqu'à son décès en 1929. Autant dire que l'on partage l'évolution de sa vie, des mentalités et de l'Histoire qui se déroule en France à cette époque.
C'est un réel ouvrage à découvrir.

Ma note : 4/5
avatar
belledenuit

Nombre de messages : 1067
Age : 42
Location : Sud de la France
Date d'inscription : 05/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Martine Marie MULLER (France)

Message  Patience le Jeu 7 Juin - 18:31

LA SAGA DES BÉCASSEAUX
Presses de la Cité Ebook 333 pages


Ma note : 4/5


Présentation de l'éditeur : Une famille d'excentriques rebelles, sorte de " derniers des Mohicans normands ", va envers et contre tout mener un combat pour préserver son vieux château et ses marais de la vanité humaine et du profit.
Une ode puissante, drôle et poétique à la nature et aux irréductibles qui veillent sur elle.

On les appelle " les Bécasseaux ". Les du Bois Jusant sont une famille d'excentriques rebelles, habitant comme aux temps anciens un vieux château au milieu d'un marais. Niché près des côtes dieppoises, c'est un paradis naturel, terrain d'étude, de jeux, d'émerveillement pour le châtelain et ses enfants. 
En juin 1944 tombe du ciel un parachutiste canadien qu'il faut cacher de l'occupant allemand. Le soldat n'oubliera jamais cette famille attachante qui l'a sauvé, ni la beauté des lieux, ni la cachette scellée dans le mur de la grande cheminée... 
Des années plus tard, au nom du progrès, le maire menace de faire raser les courtils, seules terres fertiles du domaine. 
Les " Bécasseaux " entrent alors en résistance, aidés en cela par un allié canadien... 
Une ode puissante, drôle et poétique à la nature et aux irréductibles qui veillent sur elle.



Mon avis : Ce livre se divise en 2 parties bien distinctes : la première où on fait connaissance avec la famille du Bois Jusant, je dirais même où on voit cette famille se construire et ensuite affronter la guerre et l'Occupation. Et la seconde partie, qui se passe quelques années après la guerre, où la famille tente de lutter contre le progrès destructeur.
Cette petite saga familiale fut très agréable. Cette famille normande excentrique fut intéressante et divertissante. J'ai préféré la première partie. J'ai aimé voir cette famille se créer, voir les enfants grandir, voir le pauvre Henri se faire dépasser par tout ça, et tout ce petit village normand s'organiser pour survivre à l'Occupation Nazie.
La deuxième partie m'a intéressée aussi, mais moins captivée. L'auteur aborde le sujet du progrès, des grands changements des années 50, comme le remembrement qui vont être la cause de bien des problèmes écologiques.
Le ton est léger, parfois humoristique ou sarcastique. Le stylets est plaisant, les personnages hauts en couleur.
Je ne connaissais pas cette auteure, mais j'ai vu qu'elle avait écrit quelques romans qui m'intriguent.
Merci à NetGalley et aux éditions Presses de la Cité pour cette découverte.

_________________
Lecture en cours : Gagner la guerre de Jean Philippe Jaworski
PAL : 439
Livres lus depuis le début de l'année : 43 (15152 pages)
avatar
Patience

Nombre de messages : 1166
Age : 35
Location : Lorraine
Date d'inscription : 12/01/2011

http://quarte-editions.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Martine Marie MULLER (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum