Johannes MOY (Autriche)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Johannes MOY (Autriche)

Message  Mousseline le Lun 1 Déc - 1:27

De : Eireann561 (Message d'origine) Envoyé : 2006-05-17 08:21

Le bilboquet
de Johannes Moy
La note: 4

Nouvelles (12), pas nouvelles (1940) bonnes nouvelles (4)

Seul œuvre romanesque de cet écrivain autrichien né en 1902. Edité pour la première fois en 1940, ce recueil de nouvelles nous décrit une époque disparue et le monde paysan des petites bourgades autrichiennes, où la vie est simple mais souvent cruelle.
Ces récits parlent de la solitude des hommes (Le cœur), de la mort d’enfants différents des autres (Le testament et Page de souvenirs)et de la lâcheté (Le bilboquet). D’autres traitent de la haine d’une sœur aînée qui brisera la vie de sa cadette par jalousie (La pelote), du remord qu’éprouvent deux adultes pour avoir détruit les illusions d’un jeune garçon (Mille ans sont comme un seul jour) ou de la difficulté de la vie familiale quand les affaires et l’argent s’en mêlent (Le four à fusion) ou bien de l’originalité de certaines personnes (Mr Blunt).
L’écriture n’a pas pris une ride, même si le monde lui a changé. Toutes les nouvelles sont de la même qualité ce qui n’est pas toujours le cas de ce genre de livre. J’ai personnellement un petit faible pour «Le four à fusion»
A noter dans la préface ces mots de l’auteur : A quatre vingt cinq ans, jetant un regard sur ce qu’il avait écrit à trente ou quarante ans, il dit «En fait j’étais fait pour l’écriture ». A la question de savoir si cela lui fait de la peine de ne pas avoir continué à écrire, il donne cette réponse tranquille «Oui, cela me fait de la peine ».

Editions Rivages.




De : liza_lou55 Envoyé : 2006-06-07 10:47

Le bilboquet

Johannes Moy est né en 1902 à Reichenau, en Autriche. Fils de diplomate, il vivra successivement à Paris, Vienne et Saint-Pétersbourg, au gré des différentes affectations de son père. Le Bilboquet sont ses seuls écrits et ont été rédigés entre 1932 et 1938.

Ce sont douze petites nouvelles totalement différentes de tout ce que j'ai pu lire jusqu'à présent. Les histoires sont très limpides et racontent la vie de gens simples en Autriche. Les faits que Johannes Moy nous relatent paraissent provenir d'une époque lointaine et très proche en même temps; les situations auxquelles sont confrontées les protagonistes semblent en effet intemporelles. Chacun de nous pourrait se reconnaître et aussi s'analyser dans les descriptions des personnages, des évènements et des caractères d'une façon ou d'une autre.

J'ai particulièrement apprécié Les avalanches, La pelote et Mr Blunt. Le four à fusion est assurément la meilleure à mon avis, grâce au dynamisme et au portrait de l'épouse du propriétaire de la fonderie, rongée par l'avarice. Par contre, j'ai trouvé Le testament et Page de souvenirs moins intéressants du fait de passages beaucoup trop longs sur la description des enfants.

La seconde guerre mondiale a mis un terme aux écrits de Johannes Moy, ce dernier, par la suite, étant trop occupé par le travail quotidien. On ne peut que le regretter; ces nouvelles montrent en effet toute l'étendue de son talent, un talent de nouvelliste certain mais aussi et surtout, un talent de description de l'être humain incomparable.

Ma note: 4/5
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum