Gérard MORDILLAT (France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Gérard MORDILLAT (France)

Message  Mousseline le Dim 30 Nov 2008 - 18:46

De : cuné (Message d'origine) Envoyé : 2005-06-11 15:23

Les Vivants et les Morts
Calmann-Levy 658 p.

Une petite ville de l'Est de la France, de nos jours, toute entière menée par l'usine locale, la Plastikos dite Kos, comme Ok à l'envers et au pluriel... Ses habitants, tous mêlés de près ou de loin à la Kos, les relations entre les gens, les copines, les amoureux, les vieux, les enfants, le pognon qui manque, l'étroitesse des esprits... La fermeture annoncée de la Kos fera voler en éclat tous les repères.

Voici donc une grande fresque sociale, à travers Rudy et Dallas, une jeune couple d'ouvriers qui se bat pour s'en sortir, menée de main de maître par Gérard Mordillat.

Le début est assez laborieux, on prend son temps, on a le nombre de pages suffisant pour installer tranquillement les protagonistes, qu'on ne s'inquiète pas, on plonge dans l'histoire après quelques 150 pages. Ensuite cette chronique d'une mort annoncée se lit avidement. L'auteur expose, avec un certain manichéisme, l'impuissance des petits contre les gros capitalistes, mais réussit à leur insuffler suffisamment de poids pour que comme eux, on ne sache vraiment pas quelle solution pourrait exister, ni surtout comment éviter les débordements inhérents.

Les syndicats, les Politiques, les mous du genou, la police, les meneurs, les qui réfléchissent, les grands patrons, les médias, le gouvernement, les innocents, les salauds, les qui y crèvent véritablement, tous sont ici présents, et comme dans la vraie vie, ça ne peut pas bien finir.

C'est une peinture tout à fait réussie de la fin d'une époque en France, qui laisse un goût amer une fois la dernière page refermée. Mais il n'y a quand même pas la force de Zola, le souffle romanesque des grandes sagas, ou l'humanité d'Anna Gavalda.
Certains évènements semblent maladroitement s'imbriquer, certains personnages manquent de développement...

En fait je pense que tout le côté "léger", les histoires d'amour et de vie quotidienne, est un ton en dessous du côté "lourd", la fermeture de l'usine et les négociations des salariés.

Un roman qui remue malgré tout, dans la lignée de Germinal.

4/5




De : lalyre7032 Envoyé : 2008-01-06 05:36

Les vivants et les morts Gérard Mordillat Livre de poche 2006 829 p.

Le roman se passe dans une petite ville de l'Est de la France,le sujet principal la fermeture de la Kos, une usine de fibre plastique.
Une pluie diluvienne s'abat sur la ville,tout est inondé,c'est grâce au courage des ouvriers qui ont risqué leur vie pour protéger les machines que l'entreprise est sauvée,quelques semaines plus tard le travail peut reprendre.Mais deux ans plus tard,c'est une nouvelle catastrophe qui s'annonce,il est question de la fermeture de l'usine,un drame pour tous les habitants de la ville ou au moins un membre de chaque famille y travaille.mais comment lutter contre d'autres pays ou le salaire pour le même rendement est bien moindre.Enfin un mince espoir de sauver l'entreprise :un plan de restructuration avec une vague de licenciement visant principalement les plus vieux et les femmes,l'usine sauvée ? Personne n'y croit vraiment....Ce n'est pas une surprise lorsqu'on annonce la liquidation de l'entreprise qui sera vendue à un repreneur américain dont personne ne connait l'identité.Une révolte éclate,menée par les deux principaux héros du roman,Un jeune ouvrier,Rudi et sa femme,Dallas,licenciée parmi d'autres femmes,on va suivre,ces quelques centaines de révoltés acharnés,menant des actions de la dernière chance,un vrai désastre qui leur fera comprendre que cela ne sert plus à rien,qu'ils vont être engloutis par la terrible catastrophe.L'auteur ne se contente pas raconter la chute de l'entreprise,il brode sur la vie des personnages qui habitent l'histoire,il nous content les histoires d'amour qui se mélangent avec les actions sociales,celles des familles dévastées,de ceux qui n'en peuvent plus de leur solitude,c'est un vrai tourbillon qui nous distillé par de très courts chapîtres basés souvent sur de violents dialogues.
Je pense que l'auteur en écrivant ce roman a voulu dénoncer ce qui est toujours d'actualité,qu'il a voulu donner la parole à de petites gens pour faire comprendre ce qu'ils vivent lors de la fermeture d'entreprises,que l'abandon et l'humiliation qu'ils subissent conduisent bien souvent à la violence et au désespoir,Que la société de notre époque en proie à la mondialisation dévaste beaucoup de vies.

4,5/5 Lalyre
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gérard MORDILLAT (France)

Message  lalyre le Mer 10 Oct 2012 - 16:34

Rouge dans la brume
Gérard Mordillat
Calman-Lévy 2011
434 pages

Quatrième de couverture
Carvin, la trentaine, est ouvrier mécanicien dans une usine du Nord. Sa femme Chantal rêve de confort et de soleil. Ne supportant plus la dureté de leur vie ni les luttes quotidiennes, elle le quitte et emmène avec elle Océane, leur fille de quatre ans. Anath, la trentaine elle aussi, est DRH dans l’usine où travaille Carvin. Elle est mariée à un professeur d’université qui lentement s’éloigne d’elle, perdu dans les livres, l’alcool et d’inavouables secrets.
Rien ne semblait devoir rapprocher Carvin et Anath. Un monde les séparait. Mais quand l’usine est brutalement fermée par ses actionnaires américains, qui rayent de la carte presque 400 emplois, la tempête qui se lève unit leurs destins.
Les ouvriers s’insurgent, occupent le site, incendient le stock, les ateliers, les camions de ceux qui voulaient déménager les machines. La révolte se propage à une deuxième usine, puis à une troisième, portée par l’espoir que le pays tout entier s’embrase.
C’est au cœur du brasier qu’Anath et Carvin se découvrent. Contre toute attente, contre toute raison, c’est dans la lutte que naît leur amour. L’un et l’autre n’ont plus rien à perdre, mais une vie à gagner. Sont-ils fous, criminels, insensés ? Ont-ils une chance de triompher ? Qu’importe !
Dans la folie du temps présent, ils auront su dire non. Ils auront fait entendre leur voix.

Mon avis
Encore une fois dans ce roman Gérard Mordillat donne la parole à ceux qui ne peuvent s’exprimer librement, il dénonce le capitalisme et laisse espérer un monde meilleur. Une histoire avec de courts paragraphes avec lesquelles il tisse un fil narratif et ne renonce pas à mettre son engagement en avant. Il nous conte l’histoire de ces travailleurs qui ne sont que des numéros pour le capitalisme financier, les intrigues avec des rebondissements, les révoltes ouvrières contre la fermeture des entreprises, les destins de personnages attachants. On y trouve aussi des scènes amoureuses et des moments dramatiques dépeints avec sobriété, j’ai trouvé ce roman très ressemblant au précédent « Les vivants et les morts « à tel point que j’ai eu l’impression d’avoir déjà lu « Rouge dans la brume « et voila encore des usines qui ferment, des syndicalistes remontés, des ouvriers en colère, des patrons inflexibles et c’est bien pour cela que ma note sera moyenne 3,5/5.
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4219
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gérard MORDILLAT (France)

Message  lalyre le Mar 7 Jan 2014 - 17:01

Xenia             
  Gérard Mordillat    
Calmann-Lévy 8 janvier 2014            
 372 pages
Ma petite chronique
Une cité de tours en banlieue, Xenia une jeune femme de vingt trois ans, seule pour élever son bébé, élever son bébé, qui pour survivre, fait des ménages pour une société de nettoyage industriel, Blandine seule aussi avec Samuel, son fils adolescent. Xenia n’ayant personne pour garder le bébé, le prend avec elle  pour travailler, mais surprise par le patron, elle perd son emploi. Heureusement, sa voisine et amie Blandine est là pour l’aider, elle-même est caissière dans un supermarché, lui trouve un emploi dans celui-ci. Mais voila Blandine menacée de licenciement, ayant été surprise lorsqu’elle récupérait des fruits abîmés dans les poubelles du supermarché. Le personnel du supermarché et la population de la cité se soulèvent contre cette injustice, Xenia en tête.

Mon avis

Jusqu’à un certain point ce livre est intéressant, mais je n’ai pas aimé les mièvreries un peu trop simplistes dans un roman qui traite des luttes menées pour garder leurs emplois qui les aident à survivre, cela sous l’asservissement et le harcèlement, un mal-être général cependant digne. Bien sûr il y a les élans du cœur chez ces femmes, on y croise aussi des personnages humains, un banquier amoureux, un jeune métis en quête de son identité, une vieille algérienne et son fils, un garagiste tout en amour pour Xénia, mais je n’ai pas aimé la fin roman rose et je suis restée sur ma faim car j’aurais aimé savoir ce qu’il était advenu de Samuel. Cependant certains passages trop simplistes et la fin, me font dire que ce roman m’a vraiment déçue. 3,5/5 
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4219
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gérard MORDILLAT (France)

Message  lalyre le Dim 27 Aoû 2017 - 8:23

Modillat Gérard      
    La tour abolie       
 Albin Michel 24 août 2017  
ISBN 978 2 226 39915 1       
 505 pages        

Quatrième de couverture
Quand les pauvres n'auront plus rien à manger, ils mangeront les riches. " La tour Magister : trente-huit étages au coeur du quartier de la Défense. Au sommet, l'état-major, gouverné par la logique du profit. Dans les sous-sols et les parkings, une population de misérables rendus fous par l'exclusion. Deux mondes qui s'ignorent, jusqu'au jour où les damnés décident de transgresser l'ordre social en gravissant les marches du paradis. Avec la verve batailleuse qui a fait le succès de La Brigade du rire, Gérard Mordillat, l'auteur de Vive la sociale ! et de Les Vivants et les morts, livre une fable prodigieuse sur la société capitaliste et la révolte de ceux qu'elle exclut.

Mon avis
Le fond du roman se trouvant en quatrième de couverture, je me contenterai de vous faire part de quelques détails qui m’ont particulièrement frappée. Tout d’abord les étages du sommet de la tour abritent quelques dizaines de personnages principaux faisant parie de groupes d’assurance. Je citerai quelques-uns de ces cols montés : Richard Robsen, président de Magister, il est prêt à tout pour défendre son poste contre ceux qui prétendent l’écarter. Nelson, cadre de la branche Habitations des assurances Magister, son licenciement le précipite dans un gouffre. William Lopez,  conseiller auprès du président de Magister, sa carrière connaît une accélération fabuleuse quand il devient directeur de la branche habitations, puis secrétaire général des assurances. Quentin Lefranc, directeur financier de Magister, aspire à en devenir le Président. Peggy, dite Peggy la cochonne, est la beauté blonde de l’accueil de la tour Magister et bien d’autres qu’il serait trop long de citer.
Descendons dans les sept étages des parkings voici Saphir, dix-huit ans, junkie, prostituée. Bollo, sans-papier, serveur au self. Les nettoyeurs, africains du Nord ou du sud, ils sont majoritaires sans papier. Le gros , sans foi, ni loi, patron des nettoyeurs qui se considère comme le roi des sous-sols. La horde du -7 dont Gotha qui serait une gogole. Ensuite Les rats, qui sont quatre dégénérés, alcooliques et violents. Il y a aussi les zombies, personnes ne sait d’où ils sortent, ils viennent le soir piller les poubelles pour se nourrir, ett encore beaucoup d’autres…… J’ai lu ce roman avec beaucoup d’attention bien que les propos et les faits des habitants du sous-sol soient vulgaires, obscènes et scabreux mais on s’y habitue, il ne faut pas oublier que ces gens vivent dans la misère et la saleté ou la grossièreté et l’indécence envahissent les esprits et dominent les  coeurs. Cette histoire prodigieuse que j’ai lu avec attention révèle la différence entre les nantis et les exclus, cependant lorsque les exclus se révoltent et transgressent l’ordre social, (sans rien dévoiler) à mon avis, ce sera une fin tout à fait plausible. C’est un tout bon livre, lecteurs prudes s’abstenir….4,5/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4219
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gérard MORDILLAT (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum