Philippe MONOT (France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Philippe MONOT (France)

Message  Mousseline le Dim 30 Nov 2008 - 13:48

De : 2550Chimère (Message d'origine) Envoyé : 2006-04-21 17:29

FRERE ALOYSIUS ET LE PETIT PRINCE de Philippe MONOT
Ed Nestiveqnen/318p

Résumé : Le monde connait un phénomène étrange : le grand Effacement. Il s'estompe progressivement perdant, couleurs, reliefs, consistances puis des morceaux disparaissent laissant à la place, une surface brune, sans relief ressemblant à du parchemin. Frère Aloysius moine magicien de Sushany a quitté l'Ordre pour découvrir la cause de l'Effacement et un moyen de guérison . Parallèlement, un sorcier à l'éthique douteuse a fait enlever le prince Silvan un enfant de neuf ans né aveugle persuadé qu'il détient le moyen d'enrayer ce processus.

Mon avis : Il était une fois un gentil magicien plutôt naïf, un aventurier opportuniste, un petit prince courageux, un troll, un roi tyrannique et un méchant sorcier dans un monde qui s'efface progressivement. Ceci c'est un conte qui non seulement raconte une histoire merveilleuse mais aussi est racontée dans un style délicieux, drôle, ironique, et avec une belle écriture. J'ajoute qu'il est important de lire les notes de bas de page. Il y a dans celles-ci des trouvailles ingénieuses, un humour que ne renierait pas Terry Pratchett (un autre spécialiste de la note de bas de page humoristiquement assassine) et sont lors d'un certain voyage dans le grand pays du Toutetrien, capitales pour la compréhension du texte.

"Dites vous savez ce qu'il peut en coûter à un mortel de pénétrer un domaine féerique ?
Nous nous sommes renseignés à ce sujet répondit l'abbé. Le roi forestier Edoïs dont les terres jouxtent celles de Bapaïsus n'a pas été en veine de détails.
Vous a t'il parlé des groins de cochon ? Et des mains transformés en pied ?
Oui
Et du sortilège Tapédanse-Toute-La-Nuit ?
Egalement
Et du masque Rigolo de dronkhy le Tompte
Il nous a fait un exposé de ses effets.
Alors vous admettez que seul un individu dénué de tout espoir ou de volonté de vivre chercherai délibérément à aller tailler la bavette avec les féériques ! (extrait)

Ma note : 5/5




De : 2550Chimère Envoyé : 2006-06-17 03:07

SARDEQUINS 1 Philippe MONOT
Ed Nestveqnen/315p

Résumé : bien des siècles après les aventures de Frère Aloysius, le monde a oublié la magie en étant sous l'influence de la religion adjitienne. Plus personne n'y croit alors pourquoi Léandre, imprimeur libraire ne peut il acheter un exemplaire du Manuel de magie domestique à l'usage du bon peuple, livre très rare et qui pourrait lui rapporter beaucoup d'argent en le faisant réimprimer. Mais très vite, ce manuel est volé, Léandre accusé de vol, des créatures improbables censément ne pas exister font un massacre dans la ville et Ruth la fille de Léandre escorté de Nestor vieil ami de l'imprimeur doivent s'enfuir sans savoir ce qu'il est advenu du marchand. Et puis n'oublions pas les Sardequins, individus devenus immortels pratiquant la magie et bien décidés à éliminer la religion adjitienne pour la remplacer par la leur. Et les dieux dans tout ça ?

Mon avis : Beaucoup moins léger que Frère Aloysius, le récit bien que toujours teinté d'humour nous parle de guerre entre les dieux et les sardequins, de probable extinction du monde, de la possibilité de pouvoir le sauver mais ce n'est pas évident loin de là. On pourrait croire que puisque les dieux veulent la destruction du monde, les sardequins soient les gentils dans cette affaire sauf que leurs méthodes sont parfois pires que celles employées par leurs adversaires et qu'ils ne maîtrisent pas toujours les conséquences de leurs actions. Quant aux groupes de héros censés changer la face du monde et bien, entre un imprimeur, sa fille, un auteur de romans et traducteurs de poésie érotique, et un quatrième larron non encore identifié dans ce premier tome, on peut dire que le monde peut commencer à se faire du soucis. D'autant que suite à une énième bourde d'un sardequin, il va très bientôt comprendre ce que le mot enfer veut dire au vu du surprenant résultat d'une incantation mal lancée comme le dit si bien ce dialogue entre les deux sardequins :
-.(...)il nous avait raconté une légende, celle d'un Dieu qui pour donner une leçon d'humilité à son peuple avait lancé sur la terre une kyrielle de fléaux atroces et admirablement variés.(.....). Le chaos régna durant un temps au bout duquel aucun être, aucun homme ne survécut. Le Dieu en question descendit alors sur la terre ravagée et constata qu'il n'y avait plus de trace de vie, qu'il n'y avait plus personne pour le vénérer. Vous rappelez vous quels furent Ses mots à ce moment là ?
- Je crois que c'était un seul mot : "Oups"
-Ah oui, c'était bien cela.
- Et oui.
- Oups. (Extrait)

Personnellement, le ton, l'écriture et le fait que les personnages sortent des schémas classiques me font totalement adhérés à l'histoire et d'ailleurs je veux la suite.

Ma note : 4,5/5
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum