Tahar BEN JELLOUN (Maroc)

Aller en bas

Tahar BEN JELLOUN (Maroc)

Message  gallo le Dim 30 Nov 2008 - 8:13

De: Mousseline

Tahar Ben Jelloun - L'enfant de sable
(Seuil, 1995, 208 pages)
L'histoire se passe au Maroc. L'auteur s'est inspiré d'un fait réel.

Un homme a eu 7 filles. Il est désespéré de ne pas avoir d'héritier mâle. Sa femme est enceinte de leur huitième enfant. C'est encore une fille. Mais le père décide de le faire passer pour un garçon. Cet enfant sera ainsi élevé comme un garçon. Seul le père, la mère et la sage-femme connaissent le secret. Ainsi débute l'histoire d'Ahmed, un enfant fille-garçon. On suit Ahmed de sa naissance à sa mort. Il découvre en grandissant qu'il est en fait une fille. On vit ses angoisses, frustrations, désirs; la solitude qui l'habite.

J'ai beaucoup aimé ma première expérience avec Tahar Ben Jelloun. Il écrit merveilleusement bien. C'est très poétique. De la poésie envoûtante. Mais ça m'a pris un bon 100 pages pour m'habituer au style littéraire de l'auteur. La littérature arabe, c'est tellement différent de la littérature occidentale. Mais c'est tellement beau... vraiment tout en poésie.

Un livre, un auteur que je recommande fortement à ceux et celles qui ont le goût de vivre quelque chose de différent, d'exotique, de pénétrer dans le monde arabe.

Note : 4.25/5
Mousseline
--------------------------------------------------------------------------------
Tahar Ben Jelloun
Écrivain marocain de langue française, Tahar Ben Jelloun est né à Fès en 1944. Il a publié de nombreux essais, recueils de poèmes, récits, pièces de théâtre. Il a obtenu le prix Goncourt en 1987 pour La Nuit sacrée. Tahar Ben Jelloun est l'écrivain marocain le plus célèbre aussi bien au Maghreb qu'en Europe.
--------------------------------------------------------------------------------
Bibliographie

Romans, nouvelles et récits:
Harrouda, roman, 1973
La Réclusion solitaire, roman, 1976
Moha le fou, Moha le sage, roman, 1978
La prière de l'absent, roman, 1981
L'Écrivain public, récit, 1983
L'enfant de sable, roman, 1985
La nuit sacré, roman (prix Goncourt), 1987
Jour de silence à Tanger, récit, 1990
Les yeux baissés, roman, 1991
L'ange aveugle, nouvelles, 1992
L'homme rompu, roman, 1994
Le premier amour est toujours le dernier, nouvelles, 1995
Les raisins de la galère, roman, 1996
La nuit de l'erreur, roman, 1997
L'auberge des pauvres, roman, 1999
Labyrinthe des sentiments, roman, 1999
Cette aveuglante absence de lumière, roman, 2001
Amours sorcières, nouvelles, 2003
Le dernier ami, roman, 2004
Partir, roman, 2006
Poésie:
Les amandiers sont morts de leurs blessures, poèmes, 1976
La Mémoire future, anthologie de la nouvelle poésie du Maroc, 1976
A l'insu du souvenir, poèmes, 1980
La Remontée des cendres suivi de Non identifiés, 1991
Poésie complète, 1995
Autres:
La Plus Haute des solitudes, essai, 1977
Hospitalité française, 1984
La fiancé de l'eau, théâtre, 1984
Alberto Giacometti, 1991
Éloge de l'amitié: La soudure fraternelle, 1994
Rachid, l'enfant de la télé, roman jeunesse, 1995
Le racisme expliqué à ma fille, document, 1999
L'islam expliqué aux enfants, document, 2002
Eloge de l'amitié, ombres de la trahison, 2003
(Tahar Ben Jelloun est publié aux éditions du Seuil)



De: Dytal
Tahar Ben Jelloun - L'enfant de sable

Tout un livre mes amies!

Le coeur de l'histoire est le huitième enfant d'une famille qui est en réalité une fille mais que tous croient être un homme à cause d'un pacte entre la mère, le père et la sagefemme de cet enfant. Tout autour gravite un vieux conteur aveugle qui raconte cette histoire et bien d'autres qui s'y rattachent. Les personnages se croisent et gravitent dans cet univers digne des Mille et une nuits.

Bon j'ai bien aimé quoi que j'aurais préféré que l'auteur conservent son idée maîtresse soit l'histoire de cette jeune fille et son journal qui raconte tout ce qu'elle endurait en étant aux yeux de tous un homme. Il aurait pu creuser davantage cet aspect.

Enfin c'est quand même très bien toute cette intratextualité des contes dans les autres et cette intertextualité qui vient ajouter des personnages connus à cet histoire tel que Don Quichotte et les Milles et une nuits!

Je termine par cette phrase dite par le conteur qui représente bien ce roman:

"Et puis un livre, du moins tel que je le conçois, est un labyrinthe fait à dessein pour confondre les hommes, avec l'intention de les perdre et de les ramener aux dimensions étroites de leurs ambitions."

Note : 4/5
(Dytal)



De: Ima
Tahar Ben Jelloun - L'enfant de sable

Je viens de terminer ce livre et non sans mal je dois dire, car plusieurs fois la tentation d'abandonner sa lecture m'a prise!

Le sujet en lui-même est intéressant, c'est d'ailleurs pour cela que je me suis empressé de l'acheter! Le début est pas mal mais malheureusement, on finit vite par s'embrouiller dans l'histoire! Moins de fioritures autour d'une histoire déjà assez compliquée aurait été plus qu'avantageux pour tenir le lecteur en haleine! moi j'ai été tenu en "galère" plutôt! exusez-moi du terme! on n'arrive plus à s'y retrouver dans le réel ou dans les contes! des personnages apparaissent sans qu'on sache pourquoi ils sont là! et surtout, surtout! j'aurais bien aimé savoir ce qu'est devenu réellement Ahmed! car là nous n'avons aucune réponse et nous restons encore enchevêtré dans les contes (qui pour ma part n'avait pas leur utilité ici). Un autre point m'a déçu, c'est la relation qu'il (ou elle) avait avec Fatima! Leur histoires ne prend que quelque pages de votre livre alors que dans le résumé elle paraissait avoir une grande partie!

Merci de nous donner la possibilité de vous faire part de nos critiques!

Note : 1.5/5
(Ima, Paris)



De: Marie
Tahar Ben Jelloun - L'enfant de sable

Tout d'abord, en proposant ma critique, j'avais l'intention de parler littérature en m'épanchant sur l'histoire et sur la manière (O combien fabuleuse) dont elle est écrite. Mais je pense que quand on tombe amoureux le pire défault devient une qualité. Aussi voici l'unique phrase qui me vient à l'esprit: Il y a de la magie dans ce livre là.

Note : 5/5
(Marie, Guadeloupe)


De: Pierre
Tahar Ben Jelloun - L'enfant de sable

Cet enfant de sable est en fait la huitième fille d'un potier aisé. Le dommage est incommensurable pour le prestige social du père, alors Hadj Ahmed décide d'entraîner sa fille, sa femme et sa sage-femme dans un mensonge infernal en décrétant sa fille garçon. L'Enfant de sable est donc l'histoire d'une femme élevée en homme dans une société conçue par et pour les hommes où elle grandit en usurpant les droits et privilèges réservés uniquement aux hommes.

En fait, ce roman cherche à mettre en scène au travers d'un fait divers authentique des thèmes chers à l'écrivain comme les exclus, l'inégalité entre les hommes et les femmes et les séquelles du patriarcat dont la société phallocratique marocaine a toutes les caractéristiques. Mais ce roman c'est bien d'autres choses aussi. C'est le roman du mensonge social le plus fou avec une fille qui acceptera de jouer le jeu à fond en demandant Fatima, une femme handicapée et épileptique autant que soumise et résignée, en mariage.

La forme de ce roman est assez particulière même si avec lui Tahar Ben JELLOUN renoue avec une structure plus traditionnelle. En effet, ce roman prend les allures du conte oriental. L'histoire de Ahmed/Zhara est narrée sur une place publique par un vieux conteur qui n'hésite pas à interrompre son récit, le diffère ou tente de capter davantage son auditoire en le faisant participer.

Ce roman est envoûtant, flamboyant dans son écriture et est un excellent moyen de se familiariser avec la littérature maghrébine d'expression française si différente de la nôtre par bien des aspects.

(Pierre, 35 ans, Liège/Belgique)


De: Dytal
Tahar Ben Jelloun - La nuit de l'erreur

La nuit de l'erreur est une nuit où on ne doit pas concevoir d'enfant. Malheureusement Zina a été conçue cette nuit là par cinq hommes venus d'ailleurs qui ont pris sa mère de force.

Sur elle pèsera longtemps une malédiction, c'est-à-dire qu'elle sera mauvaise et attirera la souffrance chez tous les hommes qu'elle approchera...

Le tout est raconté par multitude de conteurs. Ce qui fait que l'histoire devient pas mal mélangeante. J'ai lâché prise sur ce livre avant la fin. Je n'en pouvais plus et j'avais perdu le fil de toute cette histoire!


De : boogok (Message d'origine) Envoyé : 11/07/2004 04:55

Tahar BEN JELLOUN - Éloge de l'amitié, ombre de la trahison

5/5

De l'école coranique au prix Goncourt, de Tanger à Paris, Tahar Ben Jelloun raconte les amis qui, toujours, ont accompagné sa propre vie.

«L'amitié est une religion sans Dien ni jgement dernier, écrit-il. sans diable non plus. Une religion qui n'est pas étrangère à l'amour. Mais un amour où la guerre et la haine sont proscrites, où le silence est possible.»

Rare et précieuse, l'amitié ne souffre aucun manquement. Elle est une foi totale en l'autre au point que sa trahison est vécue comme une forme silencieuse du meurtre. Pour parler de ce jardin secret, de ses merveilles et de ses blessures, Tahar Ben Jelloun fait un retour sur lui-même, sur le bonheur de l'amitié partagée et sur la souffrance jamais apaisée d'avoir été trahi.

Que rajouter, sinon qu'on est beaucoup plus proche de la philosophie que du roman et ce, tout en gardant une qualité d'évocation émotive hors du commun. On se surprend à penser aux amitiés qui ont émaillées notre propre vie. Un petit bijou qui s'offre entre amis.
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tahar BEN JELLOUN (Maroc)

Message  gallo le Dim 30 Nov 2008 - 8:16



De: Dytal
Tahar Ben Jelloun - Éloge de l'amitié: La soudure fraternelle
(Arléa/poche, 1996, 126 pages)
Tout d'abord, l'auteur nous présente sa manière de penser et l'amitié et ensuite il nous raconte les amitiés qui ont eu lieu dans sa vie.

C'est un petit délice, le tout agrémenté de citations de Cicéron sur le thème de l'amitié!

Note : 4/5
(Dytal)


De: Lili
Tahar Ben Jelloun - Le racisme expliqué à ma fille
(Seuil, 2004, 128 pages)

Je suis une élève de 1ère et j'ai eu une liste de livres dans lequel je devais en choisir un et j'ai choisi celui de Tahar Ben JELLOUN Le racisme expliqué à ma fille.

J'ai trouvé ce livre très agréable à lire et je ne regrette pas mon choix. Je trouve qu'il est intéressant et très bien écrit. C'est une très bonne idée d'avoir ajouté au texte l'opinion de certaines personnes et des anecdotes.

Néanmoins je pense que ce livre n'est pas vraiment adapté à des enfants de l'âge de dix ans, je ne pense pas que mon cousin de dix ans comprendrait beaucoup de choses dans le livre même si certains mots sont expliqués, par contre c'est vrai que cela peut être une aide pour certains parents afin qu'ils expliquent le racisme à leur enfant.

Note : 4/5
(Lili)


De: Fassler
Tahar Ben Jelloun - Le racisme expliqué à ma fille

Il s'agit en effet d'un livre expliquant très bien le racisme pour des enfants le lisant au 1er degré. Mais je pense que ce livre manque cruellement de recul, en effet si on en croit ce livre beaucoup d'étrangers de nationalités diverses sont victimes de fascistes français, or il en est tout autre selon Tahar BEN JELLOUN les étrangers sont parqués dans des "cités ghettos" et qu'ils y demeurent contre leur gré, certes me direz vous certains d'entre eux ne l'ont pas choisi mais je trouve un peu passif que de dire que les étrangers sont parqués dans ces citées alors que d'autres font les efforts nécessaires pour s'en sortir...

Note : 2/5
(Fassler, France)


De: Hélène
Tahar Ben Jelloun - Le racisme expliqué à ma fille

Quand mon prof de français nous a demandé de lire ce livre, nous étions tous étonnés car il semblait pour les enfants. En effet, ce livre est intéressant, il nous apprend des choses, mais je trouve des choses "déplacées", par exemple, Tahar Ben Jelloun dit à un moment que le racisme d'une personne est dû à une mauvaise éducation des parents, je ne comprends pas comment il peut penser cela, une personne peut devenir raciste pour plein de choses, et je ne comprends pas pourquoi il fait reposer cela sur les parents. Certains de ces propos n'ont pas de fondement et tiennent seulement de son jugement. Tahar Ben Jelloun se dit non raciste, mais l'un des propos que tient sa fille: "le raciste est un salaud" nous montre que Tahar Ben Jelloun est "raciste des personnes racistes".

Note : 1/5
(Hélène, 17 ans, Le Havre/France)


De : Venusia Envoyé : 07/01/2005 23:02

Tahar Ben Jelloun - Le dernier ami

Langue : Français Éditeur : Seuil (20 février 2004)
Collection : Cadre Rouge
Format : Broché - 147 pages
ISBN : 2020662671
Dimensions (en cm) : 1 x 14 x 21

Résumé: Deux narrateurs successifs nous présentent une vision différente de l'amitié qui les a liés pendent plus de 30 ans, débutant vers la fin des années 50. L'auteur nous présente également un portrait du Maroc durant ces années de répression politique.

Mon avis: À ma surprise, j'ai vraiment beaucoup aimé ce livre. Je viens de le terminer en une heure et demie, je l'avais pris comme ça, pour avoir quelque chose à lire en sirotant mon café, et je n'ai pas été capable de le déposer avant de l'avoir terminé.

L'écriture de Tahar Cen Jelloun est belle, mais sans prétention. Il narre le récit dans un langage simple, direct, parfois colloquial. Intéressant aussi, ces deux points de vue qui ne correspondent jamais tout à fait, et parfois pas du tout.

Le Maroc n'est pas un pays qui m'attire particulièrement, c'est-à-dire que je n'ai jamais eu l'envie de le visiter ou d'en connaître davantage sur lui. Néanmoins, j'ai déjà lu quelques auteurs marocains, et ce qui me frappe, c'est cette dualité amour-haine que les Marocains, même les émigrés, semblent ressentir envers leur pays. Les auteurs marocains ont une relation très physique avec leur pays: ils évoquent toujours la nostagie des bruits, des odeurs, de la chaleur, de la poussière, l'amour viscéral qu'ils semblent resssentir en même temps qu'ils évoque la corruction, la brutalité, le manque de respect des droits de la personne. Je trouve cette dichotomie très intéressante.

En terminant, Tahar Ben Jelloun est un auteur dont je suis ravie de faire connaissance, et je prévois certainement lire d'autres de ces livres.

Ma note: 4 sur 5.


De : Venusia Envoyé : 07/01/2005 23:31

En passant, Cette aveuglante absence de lumière a gagné le prix IMPAC de 2004. Le IMPAC (International IMPAC Dublin Literary Award) est la compétition littéraire la plus internationale: plus de 150 bibliothèques publiques à travers le monde soumettent leur nomination pour ce prix à critère de mérite littéraire, qui a la bourse la plus élevée au monde (100 000 euros).

J'ai un peu peur de lire ce roman. Il parle des prisons établies sous Hassan II. Ceux qui ont lu La prisonnière de Malika Oufkir et Michèle Fitoussi savent un peu à quoi s'attendre, sauf avec torture incluse.


De : Venusia Envoyé : 18/01/2005 03:25
Sais-tu, j'ai utilisé un mot anglais! Colloquial, en anglais ça signifie langage familier, utilisation d'expressions qu'on retrouve dans les conversations orales. C'est drôle, je croyais que ce mot avait une consonance française, après tout c'est tiré du latin colloquium!


De : sereinejulie1 Envoyé : 10/03/2005 21:01
La nuit de l’erreur Éditions du Seuil, 313 pages

Un destin funeste a voulu que Zina soit conçue durant une nuit frappée de malédiction. Elle naîtra le jour de la mort de son grand-père. Ainsi ce qui devait être une fête sera un deuil. Frappée par le sort, maudite à jamais, elle sera une enfant, puis une femme en marge, celle par qui le malheur arrive. Zina fera de la cruauté sa façon d'être au monde et se vengera des hommes captivés par sa beauté, séduisant puis détruisant ses amants.

La nuit de l'erreur nous transporte dans un monde entre le réel et l'imaginaire. On retrouve la magie du monde arabe-maghrébin...entre les rituels...les pratiques sociales...le mode de vie...et surtout les croyances. Trois villes marocaines servent de décor: Fès dans les années 1940, Tanger dix ans plus tard et Chaouen aujourd'hui. L'auteur conjugue plusieurs thèmes: la violence des rapports entre l'homme et la femme, l'érotisme et l'amour difficile, la passion de la liberté. Sa force de frappe est marquée par le relief psychologique des personnages et par les descriptions sociologiques. Il décrit bien la société marocaine, coincée entre le côté traditionnel et son désir de modernité et d'évolution dans les mentalités.

Tahar Ben Jelloun fait appel à la légende et aux mythes ancestraux pour aborder des sujets souvent tabous. Sexualité, absence d'harmonie entre les hommes et les femmes, sont traités sur un mode qui interpelle l'imaginaire. Dans ce récit, la frontière entre le rêve et la réalité est parfois indécise. L'auteur se plait à brouiller les pistes en utilisant le récit à plusieurs voix et une chronologie en apparence confuse. Ce n’est pas que cela soit étourdissant mais simplement un peu mêlant. Ce n’est pas non plus un genre de lecture que je privilégie, cela penche un peu trop sur le mode fantaisiste mais je l’ai tout de même lu en entier. C’est donc dire que cela ne m’a pas trop contrariée malgré le peu de motivation pour terminer les 50 dernières pages. 4.0
-----------------------------------------------------------------------

Né en 1944 à Fès, Tahar Ben Jelloun étudie la philosophie à l'Université de Rabat avant de l'enseigner à Tétouan et Casablanca. Il se consacre ensuite au journalisme et collabore à divers journaux marocains. Arrivé en France en 1971, il suit des cours de psychologie sociale et exerce comme psychothérapeute. Devenu journaliste, il écrit pour diverses revues dont le quotidien "Le Monde". Incontournable homme de lettres et de culture en France il a participé à la rédaction de nombreuses revues dès son arrivée à Paris. Ecrivain fécond, il est l'auteur de nombreux poèmes, romans, essais et pièces de théâtre. Il est très attaché à des thèmes comme le racisme et l'intolérance.


De : lalyre7032 Envoyé : 13/06/2005 16:32
Tahar BEN JELLOUN : Le dernier ami

Deux solitaires ensemble,une amitié sincère jusqu'à ce que survienne un malentendu.
L'incident intervient à mi-vie,le jour ou l'un des deux décide de ne plus voir l'autre,de ne plus lui adresser la parole,cela sans aucune explication.Ce livre est écrit à trois voix,la première le récit de l'un,la deuxième le récit de l'autre et la troisième synthèsede leur ami commun.L'auteur nous fait comprendre que l'on peut vivre une histoire à deux sans que ce soit la même des deux côtés.
Ce que je retiens de ce livre c'est que l'amitié n'est pas toujours un long fleuve tranquille
4/5
Lalyre


De : 2186Elfe Envoyé : 22/07/2005 10:12
Tahar BEN JELLOUN : Le dernier ami

Tahar Ben Jelloun a une écriture très fluide et légère qui sait nous envouter et nous obliger à poursuivre le livre jusqu'à la dernière lettre. Ici, c'est de l'amitié dont il est question. Une amitié si forte qu'elle vous colle à la peau, qu'elle vous aide à avancer mais qui vous détruit d'une certaine manière.
Le récit est construit de telle manière que lecteur plonge dans l'univers de chacun des personnages et se rend compte qu'ils n'appréhendent pas les événements de la même façon. Ainsi il décrit ce qu'est l'amitié, même la plus forte elle ne peut se dégager de l'incompréhension, du silence et de la jalousie.

Ma note: 4/5


De : Livrovore Envoyé : 07/12/2005 11:23
Tahar BEN JELLOUN - Cette aveuglante absence de lumière

Récit de l'histoire vraie de prisonniers enfermés (suite à leur participation à un attentat manqué contre le roi du Maroc en 1971) dans un bagne à Tazmamart, pendant 18 ans sans lumière, presque sans manger, sans pouvoir se mettre debout...

Tahar Ben Jelloun nous rapporte donc l'histoire de ces prisonniers, et notamment d'un qui a survécu à cette horreur. En lisant ce livre, on est dans le bagne avec lui, on souffre avec lui... on a du mal à imaginer que des humains puissent faire supporter ça à d'autres humains. La plume de Ben Jelloun a bien su rapporter les souffrances physiques et psychologiques qu'ils ont enduré. Cette lecture ne peut pas laisser indemne. (Moral bas s'abstenir...)

5/5



De : Livrovore Envoyé : 28/04/2006 15:02
Tahar BEN JELLOUN - Partir
Editions Gallimard, 225 pages

Quel plaisir de lire Ben Jelloun... Quelle plume il a !

Partir, c'est principalement l'histoire d'Azel, qui ne se satisfait pas de sa vie de Marocain à Tanger, et comme les autres, son esprit se tourne vers l'autre côté de la mer, l'Espagne qu'ils aperçoivent au loin, comme un paradis lointain dans leurs rêves.

L'idée de l'exil paraît toujours idyllique : vivre autrement, voir autre chose. Mais la réalité rejoint-elle vraiment ce rêve ? Cherche-t-on à fuir son pays ou sa propre vie ? Tahar Ben Jelloun nous peint l'espoir et le désespoir, sur fond de médina marocaine et de ville espagnole.

Je me suis prise à relire plusieurs fois certaines phrases pour mieux m'en délecter... Un régal !

5/5
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

"Au pays"

Message  nauticus45 le Dim 21 Fév 2010 - 14:08



"Au pays", Gallimard, mars 2009, 188 pages

Présentation de l'éditeur:

A quelques mois de la retraite, Mohamed n'a aucune envie de quitter l'atelier où il a travaillé presque toute sa vie depuis qu'il est parti du bled. Afin de chasser le malaise diffus qui l'envahit, il s'interroge sur lui-même avec simplicité et humilité. Il pense à son amour profond pour l'islam, dont il n'aime pas les dérives fanatiques ; il se désole de voir ses enfants si éloignés de leurs racines marocaines; il réalise surtout à quel point la retraite est pour lui le plus grand malheur de son existence. Un matin, il prend la route de son village natal, décidé à construire une immense maison qui accueillera tous ses enfants. Un retour " au pays" qui sera loin de ressembler à ce qu'il imaginait.

Commentaire:

Ce livre est très beau, j'aime beaucoup ce mode de narration, le discours indirect libre, et il est tout à fait approprié à ce personnage silencieux, incompris, et pourtant si sincère et si droit. Ce Mohammed est attendrissant, il a émigré vers "LaFrance" comme il dit alors qu'il avait vingt ans et a passé le reste de sa vie à travailler dans une usine Renault pendant que sa femme élevait leurs enfants plus un autre, un jeune trisomique ramené du bled pour bénéficier des soins d'un institut spécialisé français. Mais un jour il "attrape lentraite" (en clair il arrive à l'âge de la retraite), comme une maladie elle l'éloigne de son travail et l'oblige à revoir ses projets...
Un texte bien écrit et vraiment touchant, et pourtant la fin m'a déçue. En effet l'auteur y fait intervenir le fantastique, cela allège la fin, la rend moins rude et je trouve ça dommage, car même si elle est belle l'histoire des immigrés comme Mohammed est triste, et ça même le fantastique ne peut pas le changer.
avatar
nauticus45

Nombre de messages : 1637
Age : 41
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tahar BEN JELLOUN (Maroc)

Message  nauticus45 le Dim 21 Fév 2010 - 14:09

J'avais oublié la note, désolée : 4,5/5
avatar
nauticus45

Nombre de messages : 1637
Age : 41
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le premier amour est toujours le dernier

Message  nauticus45 le Mer 24 Nov 2010 - 20:30




  • Broché
  • Editeur : Editions du Seuil; Édition : SEUIL (31 décembre 1995)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2020300303
  • ISBN-13: 978-2020300308
Présentation:

Les histoires d'amour finissent mal en général et celles que raconte Tahar Ben Jelloun ne font pas exception à la règle. Comme celle de Slimane, le chauffeur de taxi au volant de sa Simca 1000 rouge qui prend un jour à son bord une femme enceinte qui ne sait pas très bien où aller. Slimane lui offre l'hospitalité et l'invite dans son appartement où s'entassent sa femme et ses trois enfants. Mal lui en prend, à peine installée, l'inconnue se montre arrogante et l'accuse d'être le père de l'enfant qu'elle attend. S'ensuit un procès et desa nalyses qui lavent Slimane de tout soupçon. Non seulement il ne peut être le père de l'enfant à naître mais, il l'apprend par la même occasion, d'aucun de ses enfants puisqu'il est stérile. L'histoire est inspirée d'un fait divers authentique. C'est d'ailleurs le mérite des vingt et une nouvelles qui composent ce recueil que d'évoquer les malentendus et les ambiguïtés des relations entre l'homme et la femme arabes avec une verve de conteur héritée des Mille et une Nuits et l'authenticité d'une véritable analyse sociologique. --Gérard Meudal --

Commentaire:

De très belles nouvelles sur les relations entre les femmes et les hommes arabes. Au travers de ces textes, on découvre la manière dont ces femmes et ces hommes se séduisent, s'aiment, se déchirent, et l'intensité particulière que leur culture donne à tous ces rapports. Comme toujours, Tahar Ben Jelloun nous décrit ces personnages et leurs vies avec beaucoup de poésie et de tendresse et c'est avec une alternance de peine et de plaisir que le lecteur suit chacun de ces destins.

5/5
avatar
nauticus45

Nombre de messages : 1637
Age : 41
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

L'auberge des pauvres

Message  nauticus45 le Mar 18 Oct 2011 - 15:15





  • Broché: 294 pages
  • Editeur : Editions du Seuil (22 février 1999)
  • Collection : Hors Collection
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2020373165
  • ISBN-13: 978-2020373166

Présentation de l'éditeur:


Un universitaire marocain, écrivain à ses heures perdues, s'ennuie à enseigner la littérature à des étudiants qu'il n'intéresse guère et qui, de toutes façons, se retrouveront au chômage, diplômés ou pas. A la maison, rien de bien exaltant non plus, la routine d'un vieux couple usé par l'habitude. Un seul projet est encore capable de l'enthousiasmer : écrire la version marocaine de l'Ulysse de Joyce. A défaut, il se contente de rédiger un texte sur Naples dans le cadre d'un concours qui lui permet de gagner une invitation à séjourner dans la ville italienne. Loin des circuits touristiques, il découvre l'Auberge des pauvres, une cour des miracles sur laquelle règne une matrone qui semble incarner la mémoire des bas-fonds de la ville. Tahar Ben Jelloun est un merveilleux raconteur d'histoires et la ville de Naples l'a particulièrement inspiré. Il entraîne le lecteur dans une véritable odyssée littéraire, non sans humour, car, à son retour au Maroc, l'émule de Joyce découvrira que sa Pénélope n'est pas restée faire de la tapisserie en l'attendant. --Gérard Meudal


Commentaire:

Encore un coup de coeur pour un roman écrit par Tahar Ben Jelloun! Ce romancier a une écriture décidément très sensible et poétique. Son personnage principal, un professeur de littérature qui aimerait devenir écrivain, étouffe dans son quotidien entre des étudiants plus ou moins intéressants et une épouse qui, accompagnée de sa famille omniprésente, le domine totalement. Un échange épistolaire avec une femme le réveille progressivement, lui faisant redécouvrir l'intensité des sentiments et de la vie et l'entraîne, au détour d'un concours de nouvelles, à Naples. Là il découvre l'Auberge des Pauvres, une ancienne auberge presque désaffectée où se retrouvent des personnes isolées et oubliées de tous. Sa doyenne, une femme aussi sale que perspicace, retient le romancier en lui racontant les vies des personnes échouées là, la sienne comprise. A ses côtés, le romancier apprend à se connaître, à se comprendre, et à s'accepter...

5/5
avatar
nauticus45

Nombre de messages : 1637
Age : 41
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tahar BEN JELLOUN (Maroc)

Message  Lacazavent le Mer 19 Oct 2011 - 17:22

Tu me donnes vraiment envie de découvrir cet auteur Smile

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5581
Age : 32
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tahar BEN JELLOUN (Maroc)

Message  nauticus45 le Jeu 27 Oct 2011 - 14:14

Il vaut vraiment la peine d'être découvert, tu verras si tu en as l'occasion, il écrit vraiment très bien.
avatar
nauticus45

Nombre de messages : 1637
Age : 41
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tahar BEN JELLOUN (Maroc)

Message  lalyre le Sam 3 Nov 2012 - 17:32

L’enfant de sable
Tahar Ben Jelloun
Ed.Points1985
209 pages

Quatrième de couverture
Sur une place de Marrakech, un conteur relate la troublante histoire d'Ahmed, huitième fille d'un couple qui, faute d'héritier, l'élève comme un garçon.
L'enfant va grandir en découvrant sa féminité, mais choisira de vivre en homme. Il ira même jusqu'à épouser une fille délaissée, compagne de sa vertigineuse descente aux enfers. Inspiré d'un fait divers authentique, L'enfant de sable est un roman poétique sur la difficulté d'être soi.
Mon avis
Ce roman est l’histoire d’un secret familial, celle d’une femme qui fut éduquée comme un homme, car naître fille est une calamité et un déshonneur pour le père. Mais celui a résolu le problème en décidant bien avant la naissance de l’enfant que ce serait un garçon qui serait nommé Ahmed, quelque soit son sexe. Cela pour fond de l’histoire car pour l’enfant en grandissant et ayant atteint l’âge adulte, ce sera la solitude absolue, l’échec de sa vie, un déchirement, provoquer par la cruauté du père. Plusieurs narrateurs avec le “ Je “, chacun avec ses fantasmes, sa version et ses récits très longs, pour narrer cette histoire comme un conte sinon qu’elle fut écrite à partir d’un fait réel, une histoire ou je me suis souvent perdue car j’ai dû souvent faire travailler mon imagination pour deviner qui était le “ Je “ Ecrit avec de la poésie mais aussi des métaphores, on pourrait penser que Ben Jelloun a voulu dénoncer la condition féminine au Maroc. J’ai tout de même apprécié cette lecture qui m’a transportée dans un autre monde…4/5
Je vois vos coups de coeur pour d'autres, j'en prends note, merci flower
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4359
Age : 86
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tahar BEN JELLOUN (Maroc)

Message  Mousseline le Sam 3 Nov 2012 - 18:58

Ca me fait réaliser qu'avant je lisais beaucoup d'auteurs étrangers mais depuis pas mal d'années je ne lis que de la littérature états-unienne, 7 ans au moins, je ne sais pas pourquoi, pourtant je m'intéresse au monde entier. Mais bon, ca ne se force pas.......

_________________
Mousseline

Magasin général tome 2 : Serge de Loisel et Tripp et L'île des chasseurs d'oiseaux de Peter May



"Happiness is only real when shared." (Christopher McCandless)
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tahar BEN JELLOUN (Maroc)

Message  lalyre le Sam 3 Nov 2012 - 21:25

Faut surtout pas te forcer à lire des romans qui t'ennuie, comme dit Pennac la lecture ne doit pas être une obligation flower
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4359
Age : 86
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tahar BEN JELLOUN (Maroc)

Message  lalyre le Ven 25 Nov 2016 - 13:27

Ben Jelloun Tahar   
  La nuit sacrée       
  Editions Points 2014  
SBN 978 2 02 025583 7   
189 pages

Quatrième de couverture
Ahmed, la petite fille de L'Enfant de sable qui a été élevée comme un garçon, est désormais une vieille dame. Il lui a fallu attendre ses vingt ans avant que son père, la nuit de sa mort, ne la libère en la reconnaissant comme femme. Elle a fait depuis le douloureux apprentissage de la vie, bravant l'incompréhension d'une société rigide et le mépris de ses soeurs.

Mon avis
Que voici un très beau conte arabe avec lequel Tahar Ben Jelloun a su si bien m’émerveiller par ses phrases et ses mots, me faisant imaginer les endroits, bien que cette fois je me suis trouvée dans une maison sordide avec Zahra, qui a eu un vécu  de souffrance et de tromperie pendant 21 ans avec son père (Voir l’enfant des sables) dès la mort de celui-ci, elle s’enfuit à la recherche de l’oubli. Devenue une vieille femme, elle fait la connaissance de l’Assise, une femme haineuse, qui l’accueille dans sa maison ou elle vit avec son frère aveugle, un couple bizarre et effrayant. Et Zahra raconte…..Je n’en dis pas plus mais quel plaisir j’ai éprouvé en lisant ces pages très belles, avec Zahra je me suis trouvée dans un hangar qui est un dépôt de mots. C’était le dictionnaire de la ville. Les gens y venaient s’approvisionner des mots et même des phrases dont ils pouvaient avoir besoin dans la semaine, d’autres arrivaient avec le mot sur le bout de la langue….Ce petit livre exceptionnel,  je l’ai deux fois, tellement beau que cela m’a paru indispensable pour m’en imprégner et qui ne saurait être qu’un gros coup de cœur….5/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4359
Age : 86
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tahar BEN JELLOUN (Maroc)

Message  kattylou le Dim 27 Nov 2016 - 18:42

lu il y a très longtemps !

_________________
Challenge US Plus que 4 Etats !
avatar
kattylou

Nombre de messages : 3657
Age : 53
Location : 77
Date d'inscription : 08/09/2009

http://kattyloucuis.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tahar BEN JELLOUN (Maroc)

Message  Cyrielle le Lun 28 Nov 2016 - 10:53

Je note cet auteur

_________________
Lecture en cours :
Carrie de Stephen King
avatar
Cyrielle

Nombre de messages : 7615
Age : 31
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tahar BEN JELLOUN (Maroc)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum