Léo MALET (France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Léo MALET (France)

Message  Shan_Ze le Sam 29 Nov 2008 - 10:49

De : gallomaniac (Message d'origine) Envoyé : 28/11/2006 12:10

Léo MALET

par Mousseline le Lun 24 Nov - 0:30
Léo Malet, à écrit une série de romans policiers avec pour Héro Nestor Burma :

-120, rue de la gare
-L'homme au sang bleu
-Nestor Burma contre CQFD
-Le cinquième procédé
-Les paletots sans manches
-Nestor Burma et le monstre
-Coliques de plomb
-Gros plan du macchabée
-Le soleil nait derrière le Louvre
-Des kilomètres de linceuls
-Fièvre au marais
-La nuit de Saint-Germain-Des-Prés
-Les rats de Montsouris
-M'as-tu vu en cadavre?
-Corrida aux Champs-Elysées
-Pas de bavards à la Muette
-Brouillard au pont de Tolbiac
-Les eaux troubles de Javel
-Boullevard...Ossements
-Casse pipe à la Nation
-Micmac moche au Boul'Mich'
-Du Rebecca rue des Rosiers
-L'envahissant cadavre de la plaine Monceau
-Nestor Burma en direct
-Nestor Burma revient au bercail
-Nestor Burma dans l'île
-Nestor Burma court la poupée
-Drôle d'épreuve pour Nestor Burma
-Un croque-mort nommé Nestor

De : gallomaniac Envoyé : 28/11/2006 12:10

Les rats de Montsouris, polar de Léo MALET
De la série "Les nouveau mystères de Paris" : Nestor Burma enquête dans la 14e. Robert Laffont (1955) 205 pg.

Les rats de Montsouris, une bande de cambrioleurs qui a changé de terrain et cherche un trésor dans les grands sousterrains de Paris. Mais cela, Nestor Burma ne le sait pas quand d'abord un ancien camerade de prison et puis un ancien magistrat coupe-tête le contactent. Nestor, qui sait se trouver toujours là ou il ne faut mieux pas, trouve le camarade dans la position d'un maître-chanteur qui ne chantera plus; une femme en robe de chambre s'enfuit. Hélène, son assistente au bureau, avec qui il échange des paroles chatouilleuses mais innocentes, l'aide à chercher cette femme. Un billet de banque et une photo trouvée sur les lieux mène Burma à visiter un psychiatre et un peintre. Il s'agit peut-être d'une affaire de millions. Pour se sauver d'une balle, il jette Hélène dans les bras d'un homme. Une femme jalouse sait bien tirer, une autre femme se suicide: à chaque fois Nestor Burma est là ou il ne faut mieux pas. Entre-temps on apprend à connaître les lieux parfois littéraires du 14e arrondissement de Paris,visités par les rats de Montsouris, comme "la rue Beaunier, dans une maison où ont vécu, j'ignore si c'est simultanément, mais ce serait drôle, Charles Le Goffic de l'Académie Française, et Lénine." Un de ces lieux est la maison du Magistrat coupe-têtes et sa femme, ou plutôt sa maîtresse, qui a un drôle de pedigree. Cette femme vraiment fatale jette la lumière, noire et froide, sur l'affaire de rats de Montsouris, qui se termine bien mal en sousterrain.
Un polar léger sans beaucoup de souci sur la qualité de l'intrigue, mais avec plein d'action et de petits traits d'humour. Léo Malet nous apprend en chaqu'un de ses livres des détails insolites sur tel ou tel arrondissement de Paris, ici le 14e. Ma note 3/5.

Voilà tout de même un Léo Malet dans le thème des polars. Une trés courte biographie de sa vie, source: Fleuve noir.
Léo Malet est né en 1909, à Montpellier. Autodidacte. Il débuta dans la vie "artistique" à Montmartre, au cabaret de la Vache Enragée, le 25 décembre 1925, ce qui en faisait le plus jeune chansonnier de la Butte. Il fut ensuite, et tour à tour, employé de bureau, manoeuvre, vagabond, journaliste occasionnel (collaboration à l'En dehors, à l'Insurgé, au Journal de l'Homme aux Sandales, à la Revue Anarchiste, etc.), "nègre" d'un maître-chanteur analphabète, gérant de magasin de modes, figurant de cinéma, crieur de journaux, emballeur (chez Hachette), etc. Poète, il a appartenu au Groupe Surréaliste de 1930 à 1949. En 1942, il fit, dans le roman policier, en publiant 120, rue de la Gare, ce que les critiques (de Mme Germaine Beaumont à Robert Margerit) ont appelé une "irruption fracassante, apportant un ton nouveau dans ce genre littéraire". Il fut, en 1948, le premier lauréat du Grand Prix de Littérature policière. En 1958, le Grand Prix de l'Humour noir couronna sa série des Nouveaux mystères de Paris, série, écrit Gilbert Sigaux, dans laquelle "il met en scène les secrets de la ville en même temps que les secrets des personnages". Léo Malet est décédé en 1996 et a été enterré au cimetière de Chatillon-sous-Bagneux (Hauts-de-Seine).
avatar
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7377
Age : 34
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum