Francine OUELLETTE (Canada/Québec)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Francine OUELLETTE (Canada/Québec)

Message  Calepin le Ven 28 Nov 2008 - 0:15

De: Michelle

Francine Ouellette - Le Grand Blanc

Bon l'histoire du Grand Blanc, c'est l'histoire d'une fille qui débarque à Shefferville pour y travailler. Elle a tout laissé derrière elle. Elle est seule et vit mal son statut de fille peu jolie et célibataire. Elle découvre la communauté de cette ville, les montagnais mais surtout les pilotes de brousse et leur vie. Il y a Émile "le grand", chef pilote, brûlé sur la moitié du visage qui vit des difficultés avec son élève Luc, tête d'oiseau, une vraie tête brûlée. Tous les deux s'aiment beaucoup mais un malentendu a terni leur longue amitié. Un événement tragique amènera ces hommes à se comprendre.

Il y a une magnifique histoire d'amour mais ce n'est pas le but du roman, ça raconte l'amitié, l'amour, la solidarité, la souffrance, l'espoir, la vie, la survie, la déchéance mais la force aussi de l'être humain. C'est vraiment un beau roman avec de beaux portraits humains, malgré toutes leurs imperfections. J'ai adoré la façon qu'avait l'auteur de nous faire voir ce qui se passait à l'intérieur de chaque personnage, on s'y sentait et on vivait chaque émotion, souffrance, joie... Les personnages étaient très nuancés, ni blancs ni noirs.

Et puis il y a plein de passages qui portent à réfléchir, comme par exemple, sur la condition des amérindiens, sur les grandes pertes qu'ils ont vécues au niveau culturel et sanitaire. Quand on voit vers la fin, Georges, cet Innu, revenir à des habitudes ancestrales, c'est beau et comme dit Émile, il redevient l'Innu le magnifique.

L'auteur a une de ces facons de décrire la beauté du Grand Nord qui donne envie d'y vivre mais surtout envie de le survoler du haut des airs...

Note : 6/5
(Michelle)


De: Michelle

J'ai fini "Sir Gaby du Lac" de Francine Ouellette et je n'ai pas été déçu. Quelques enfants (très attachants), un lac à grenouilles protégé, des adultes sans scrupules, d'autres qui s'engagent dans la lutte contre la pollution, un peu de politique sur l'environnement, des amoureux qui s'ignorent, des chicanes de voisins et un fou maniaque rode dans ce livre...

Note : 5/5
(Michelle)


De: Sarah-Emily
"Sir Gaby du Lac" de Francine Ouellette

J'ai pris mon temps un peu plus pour ce livre, et je l'ai bien aimé (même si la partie - sûrement très intéressante - en Éthiopie, où l'auteure établit un parallèle avec les lacs du Québec, je l'ai pas lu). Enfin, comme les autres livres de cette auteure, à relire! (avec la partie Éthiopie cette fois).

Alors c'est la lutte d'un village pour sauvegarder son lac, lutte contre la pollution et contre le proprio de l'usine qui offre des emplois à tout le monde et s'en sert pour les manipuler. Lutte de la part des enfants surtout, et des citoyens marginaux... Histoire des gens qui se font récupérer par le système et l'argent, et des autres qui croient encore... Histoire de désinformation, de salissage, et toujours cette difficulté à communiquer les vraies choses...

Enfin, comme toujours de Francine Ouellette une auteure que je dois prendre le temps de lire et de découvrir, mais toujours de la misère, hâte de lire la suite. Alors c'est une auteure que l'on doit mieux déguster à la deuxième lecture, là où on prend plus son temps.

Note : 4.2/5
(Sarah-Émily)


Francine OUELLETTE - Au nom du père et du fils

(Commentaire aussi sur le 2e tome soit Le sorcier)

Pas trop mal, mais pas trop bien non plus. Je les ai dévorés, oui, mais j'avoue avoir sauté des passages (ça traînait en longueur) en plus de sauter tous les espèces de poèmes ou je ne sais pas quoi qui étaient imposés régulièrement.

Deux romans historiques (l'un est la suite de l'autre), au Québec et au Manitoba du temps de la colonisation. Encore de la grosse misère. Sexisme, violence, racisme aussi (contre les Indiens, les Sauvages), perversion, soumission, sans compter le fanatisme religieux poussé à son extrême par le curé, etc...

C'est l'histoire de... bon, une grosse histoire pleine de ramifications, mais le thème principal du premier livre est l'histoire d'un médecin de la ville qui vient s'établir en pays de colonisation, tombe amoureux d'une indienne et lui fait un fils. Fils qu'il ne pourra reconnaître et de qui il ne pourra se faire connaître que bien des années plus tard. Avec une brochette de personnages qui évoluent autour.

Dans le deuxième volet, le fils devenu médecin aussi va au Manitoba pour soigner une tribu indienne (de qui il devient le sorcier) et tenter de se venger du curé de l'histoire précédente, le fanatique religieux perverti qui s'est converti.

Note : 3/5
(Sarah-Émily)


de: Doubibi
Francine OUELLETTE - Au nom du père et du fils

J'ai adoré! J'ai fantasmé sur le beau Philippe, eu envie de gifler sa femme, de casser les jambes de cet espèce d'enculé de Gadouas, d'admirer la douceur de Biche et son harmonie si parfaite avec la nature, de protéger le jeune Small Bear-alias-Clovis de son innocence, et d'écraser avec mépris ce malade mental d'Alcide Plamondon!

J'adore les histoires d'amour passionné et impossible. J'ai toujours aimé les Amérindiens, leur vie, leurs coutumes, la sagesse qu'ils dégagent. Et je nous ai souvent détestés de leur avoir enlevé leur nature et défait la paix et l'harmonie qu'ils formaient avec les forêts! Ce roman (surtout les épisodes du Curé) renforce mon mépris de ceux qui ont «tué» l'âme de ces charmants Amérindiens!

Note : 3.9/5
(Doubibi)
Réponse
De: Mousseline
J'ai lu ce livre ainsi que la suite Le sorcier voilà plusieurs années et j'ai beaucoup aimé.
Note : 4/5
---------------------------------------------------------------
Francine Ouellette est née à Montréal en 1947.

Elle a étudié à l'École des Beaux-Arts de Montréal. Elle a ensuite enseigné les arts plastiques à la Polyvalente de Mont-Laurier, tout en faisant de la sculpture.

Dans les années soixante-dix, elle abandonne sa carrière d'enseignante et part vivre à Schefferville où elle se consacre à ses deux passions: l'aviation et l'écriture.

En 1984 paraît Au nom du père et du fils, qui a conquis plus de 100 000 lecteurs avant de devenir une série télévisée. Depuis la parution de ce premier roman, Francine Ouellette n'a cessé de séduire ses lecteurs et lectrices. Elle a ainsi remporté le Prix France-Québec en 1986 pour Le Sorcier, le Prix Citoyenne de la nature en 1990 pour Sir Gaby du lac, le Grand Prix du public en 1993 pour Au nom du père et du fils, le Signet d'or pour le roman de l'année pour Au nom du père et du fils en 1993 et le Grand Prix des lectrices et des lecteurs du Journal de Montréal pour Le Grand Blanc en 1994.


--------------------------------------------------------------------------------

Bibliographie
Romans
Le Grand Blanc , Libre Expression, 1993
Les ailes du destin: l'alouette en cage, Libre Expression, 1992
Sir Gaby du lac, Quinze, 1989
Le Sorcier, La Presse, 1985
Au nom du père et du fils, La Presse, 1984
Autres
Bécassine, l'oiseau invisible, Littérature jeunesse, Coffragants, 1999
Bip, Conte, Libre Expression, 1995


De : ¤¤Priv餤 Envoyé : 2008-08-01 20:16

Feu, la rivière profanée (Francine Ouellette)
Premier tome d'une grande saga

Je suis sous le charme et sous le choc !!!

Résumé : Contrairement à son cousin Parole-Facile, grand orateur, Loup-Curieux, fier Ouendat, se méfie des " hommes à la robe " imposés par les Français. À ses yeux et à ceux des femmes, dont la belle Aonetta qu'ils cherchent tous les deux à conquérir, ils sont de malfaisant sorciers. Mais comment se débarrasser de ces missionnaires sans nuire à l'alliance établie avec les Français et qui leur confère la suprématie sur leurs ennemis? Des mains de Lynx-des-Neiges, un partenaire chasseur, Loup-Curieux reçoit un talisman sous la forme d'une petite tortue de pierre. Ce puissant oki épargnera-t-il son peuple de la tourmente et de la maladie, peut-être amenée par les Étrangers ? C'est dans la Nouvelle-France naissante, au début du XVIIe siècle, que prend place Feu, la rivière profanée, et nous ramène à l'extraordinaire réseau de transport qu'étaient les rivières, depuis des millénaires.

Cette histoire n'est pas "que" ça !!! C'est bien davantage !!! Une histoire vivante et vibrante sur la vie des peuples d'Ici... Ceux qui étaient là avant nous... J'ai été bouleversée par ce récit, ces hommes et ces femmes, pacifiques, sensés, organisés, aimant et appréciant la vie, la terre, la rivière... Ces humains plus grand que nature qui savaient vivre et aimer... qui avaient des coutumes, des lois, des traditions ancestrales, une spiritualité hors du commun et un respect de la vie plus grand que tout ce que nous pouvons imaginer... J'ai été bouleversée par la façon dont les Français ont pris possession d'eux... de leurs Terres, de leurs vies, de leurs coutumes, de leur spiritualité.. Ces Français qui ont imposé leur façon de vivre... qui ont détruit pour s'établir !!! J'ai été bouleversé par la disparition de ces tribus !! J'ai été bouleversée de constater que les sauvages ne sont pas toujours ceux qu'on pense !!!

J'avoue qu'après la lecture de ce livre, mon sentiment était différent lorsque je suis allée marcher dans le vieux Québec.. Voir les noms des sites indiens mentionnés dans mon roman me gonflait le coeur, mais voir les noms de ces Français envahisseurs me le tordait !! C'était particulier comme émotion !!! Pendant mon séjour à Québec, j'ai passé près d'aller visiter un site Huron Wendat (tribu de fiers guerriers à la base de ce roman) et je regrette de ne pas y être allée... disons que nous avons manqué de temps... ce sera partie remise, mais j'aurais vraiment aimé le visiter pendant que j'étais en plein "dedans" !!! Je recommande ce livre à ceux qui veulent en savoir plus sur ces peuples d'Ici... à ceux qui aiment les histoires ancestrales... mais j'avoue que ça remet les idées en place à certains niveaux !!!

Note : 5/5



De : ¤¤Priv餤 Envoyé : 2008-08-25 10:47

Feu, l'étranger

Pressentant le destin unique de son petit fils nommé Petit-Renard, en raison de sa taille, Aonetta lui lègue le oki de Loup-Curieux. Très tôt, Petit-Renard voit naître sa vocation d’herboriste guérisseur qui le mènera à Kahnawake où une vieille femme-médecine lui fera connaître le ginseng et le pouvoir de l’esprit. Il y apprendra également les rouages de la contrebande que les Iroquois pratiquent avec les Anglais d’Albany.

Effectuant des trocs avantageux pour les siens tout en méprisant les Visages-Pâles qui lui font concurrence avec l’eau de feu, Petit-Renard devra un jour composer avec Pierre Vaillant. Pour ce jeune paysan condamné à l’exil, Petit-renard représente l’entrave à son rêve d’offrir une nouvelle patrie à sa bien aimée demeurée en France. Méfiants, les deux hommes éprouvent réciproquement la peur de « l’autre ». Mais un point commun les unit : une passion indéfectible envers une femme. Arriveront-ils à allier leurs forces au-delà de leurs différences.

J'ai dévoré ce 2e tome... Cette histoire de nations me séduit.. J'aime beaucoup comprendre comment c'était "avant" et la lecture de ce roman me fait voyager dans le temps avec brio !!! L'auteure sait maintenir l'intérêt du lecteur... elle sait utiliser les bonnes tournures de phrases, les bonnes descriptions, les bons mots !! L'arrivée des hommes blancs en terres amérindiennes a semé la mort, la guerre et la crainte, mais aussi l'évolution et l'amélioration de la vie de certaines nations !! Si le 1er tome nous faisait voir cette arrivée comme destructrice et inhumaine, le 2e tome nous laisse entrevoir une possible survie des deux peuples !!

Dans ce tome, on suit l'histoire de Petit-Renard, descendant de Loup-Curieux, mais aussi, parrallèlement, l'histoire de Pierre, un Français banni de France... Ces deux hommes si différents qui seront unis malgré eux et qui créeront des liens bien particuliers !! Des liens qui les feront changer, évoluer, apprendre, grandir !!! Des liens qui permettront peut-être à deux peuples si différents de survivre côte à côte grâce à l'amitié, l'entraide, le pardon et le partage !!

J'ai trouvé par contre que l'emphase est beaucoup plus sur l'arrivée et le parcours de Pierre... on perd un peu le fil de la vie des tribus indiennes... ça m'a un peu manqué pendant ma lecture... Surtout considérant que le 1er tome est uniquement basé sur la vie de ces tribus... C'est quand même très intéressant car on apprend à connaître la perception que les Français avaient des indiens...

Note : 4.5/5



De : Garanemsa Envoyé : 2008-10-23 12:05

Le grand blanc de Francine Ouellette

En s’embarquant sur le traversier qui l’emmènera à Matame jusqu’à Sept-Iles, l’institutrice Sophie Galant tourne le dos à tout ce qui a été sa vie jusqu’alors. Aucun amoureux n’a cherché à la retenir et pour lui dire au-revoir, seulement un père, un frère et une nièce confondus par la décision de cette institutrice de devenir serveuse à Schefferville. Dans la gare, elle s’interroge encore : a-t-elle raison de partir ? En face d’elle, un jeune couple avec leur fillette de 3 ans, il est pilote « pilote de brousse » (de bush comme on dit là), pas pilote de ligne. Il part avec sa famille, comme elle loin de tout. Elle commence doucement à apprendre à connaître qui sont ces « rois du ciel », leur façon de vivre, leurs manières brusques, des comportements déconcertants pour elle. Sont-ils donc indifférents aux épouses, enfants, qu’ils laissent au sol chaque fois qu’ils ont la chance de voler ? Chacun porte un surnom, chacun a un passé, mais hormis le chef pilote, personne ne les connaît vraiment. Pourtant ce sont des hommes et au cours du livre on pourra découvrir qu’il peuvent aussi être fragiles, malgré leur passé, malgré ce grand blanc qu’il faut affronter, cette vie reculée, ce danger permanent, de ne pas savoir si l’on reviendra de mission.

C’est une aventure assez particulière à lire, un énorme volume. Mais on y côtoie des gens au bout du monde dans un environnement inhospitalier et rude. La seule chose qui m’a quelque peu déroutée c’est que lors des conversations, pas mal de mots ou d’expressions m’ont obligés à tenter de relire car c’est Canadien et l’auteur aussi d’ailleurs. Parfois une traduction comme mon « chum » ou le « bush » et bien d’autres l »jaser » , (ca j’ai trouvé de suite car ici dans notre langue c’est idem), je ne les ai pas copié tous. Mais pour les canadiens, je pense que cela doit être beaucoup plus agréable à lire que pour moi ; bien que j’aie vraiment apprécié surtout le côté psychologique de tous les personnages de ce livre.

Note : 4/5
avatar
Calepin

Nombre de messages : 1527
Age : 36
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Francine OUELLETTE (Canada/Québec)

Message  odilette84 le Ven 3 Juil 2009 - 17:34

au nom du père et du fils.

jolie fresque romanesque très intéressante sur le plan social car les modes de vie et les conditions sont très bien présentées. L'emprise de la religion est terrifiante !
Les personnages sont attachants.
Toutefois, j'ai trouvé ce roman un peu bavard, les monologues intérieurs ds personnages pesants et les poèmes un peu longuets...
j'ai donc lu certains passages en diagonale.
ma note : 3,5/5

_________________
résister c'est exister

avatar
odilette84

Nombre de messages : 2261
Age : 53
Location : Provence
Date d'inscription : 28/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum