Lois McMASTER BUJOLD (Etats-Unis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lois McMASTER BUJOLD (Etats-Unis)

Message  Mousseline le Jeu 27 Nov 2008 - 23:30

De : Mousseliine (Message d'origine) Envoyé : 2004-10-21 21:26

Un internaute m'a envoyé cette critique par courriel, comme l'auteur n'est pas encore référencé dans le club des rats, je la transfère ici dans le forum.

Lois McMaster Bujold : Memory

Un noble Vor, Miles Vorkosigan, ne peut plus assurer son rôle de corsaire sidéral, du fait des conséquences de sa cryoréanimation. Revenu à la vie civile, s'enfonce dans une dépression, dont il ne sort que parce qu'il doit mener à bien l'enquête sur l'attaque de la Sécurité Impériale. Cela lui permet de retrouver une raison de vivre, et une utilité sociale.

D'après la présentation, ce livre s'inscrit dans le cycle "Barrayar" de l'auteur.

Ce bouquin est rangé dans la catégorie science-fiction, alors qu'il s'agit plus d'un vrai roman, un morceau de vie bien raconté et décrit, qui se déroule dans un univers un peu déroutant, mais bien sympathique. Un bon moment de lecture.

3,5/5

(Sylvain)




De : 2550Chimère Envoyé : 2005-04-07 11:23

LE FLEAU DE CHALION de Loïs Mc McMASTER BUJOLD
ed Bragelonne/395p

Résumé : Après avoir été soldat, courtisan et galérien, Cazaril est un homme grandement diminué physiquement et mentalement. A 35 ans, il a l'apparence d'un vieillard. Tout ce qu'il souhaite, c'est un petit emploi de subalterne chez la provincara de Valenda où il a été page dans sa jeunesse. Il trouve bien un emploi mais en tant que secrétaire personnel et précepteur de la royesse Iselle. Pire que tout le voilà à la cour royale où ses ennemis qui l'avaient envoyé aux galères sont aujourd'hui au pouvoir. Or a famille royale est touchée par une malédiction mortelle. Seule solution pour s'en sortir : la magie. Problème : l'utiliser vous condamne à mort.

Mon avis : Pour une fois que l'on sort de l'image du héros beau, grand et fort, découpant ses ennemis en morceaux à grand coup d'épée, on ne va pas se plaindre. L'histoire est basée sur les intrigues politiques, les jeux de pouvoir auxquels on se livre dans les coulisses et où avoir une cervelle en état de marche est plus important que se servir d'une épée. Le monde décrit est fort bien conçu et original, surtout dans le système théologique (qui est très cohérent) et dans le fait qu'utiliser la magie (c'est à dire un charme de mort) condamne à la fois la victime et l'assassin (ça doit en faire réfléchir plus d'un). L'atmosphère hispanique dans les noms de villes, pays, personnages change un peu de l'aspect parfois celtique ou nordique du genre. Grâce à ses personnages qui sortent un peu des sentiers battus, le récit est accrocheur et il devient de plus en plus difficile de lâcher le livre avant la fin.

Ma note : 4/5




De : Claudeg061 (Message d'origine) Envoyé : 01/08/2006 12:56

Cordelia Vorkosigan de Lois McMaster Bujold J'ai lu

Mauvais endroit, mauvais moment, mauvaise cause. Même l’uniforme n’est pas le bon : Cordelia Naismith, des forces expéditionnaires de Beta, se retrouve en pleine bataille interplanétaire, alors qu’elle a toujours sur le dos sa vieille combinaison s’astronaute. Et la voici tombée entre les mains des Barrayarans. Qui plus est, entre celles de son pire ennemi, Lord Vorkosigan, alias le " Boucher de Komarr ". cet homme, elle devrait le haïr… Pourtant elle est troublée. Que va-t-il faire ? La tuer ? Non. Alors que le conflit fait rage, il lui propose…le mariage ! De ces deux êtres que tout oppose dépend l’avenir de deux peuples. Et de l’univers.

Il y a des romans que l’on sait, avant de les avoir ouvert, que vous en accepterez tout, que vous ne leur demanderez pas de refaire le monde, d’avoir une vue critique sur la culture des mollusques en Alaska, ou sur la disparition prochaine des toilettes à l’ancienne. Ce roman de Lois McMacster Bujold est de ceux-là. Un très bon moment de science-fiction, de space opéra dans tout ce que ce genre à de clinquant et d’amusant. Avec les vaisseaux qui explosent en plein espace, les inventions technologiques farfelues, les complots des méchants et les bons sentiments à la pelle. Trois cents page de pure bonheur qui se lisent avec délice et sans s’arrêter.

Claude




De : Claudeg061 Envoyé : 2006-11-22 13:42

Barrayar de Lois McMaster Bujold J’ai lu

Cordelia Naismith, ex-pilote d’astronef, n’est pas une femme comme les autres : non contente d’avoir vaincu les soldats barrayarans, elle a épousé leur chef, l’amiral comte Aral Vorkosigan. Tous deux vivent maintenant à Barrayar : Aral vient d’être nommé régent, et Cordelia est enceinte. Une vie tranquille, enfin… Et puis une nuit, c’est l’attentat. Si Aral et sa femme s’en tirent sans dommages, le bébé, lui, risque de voir sa constitution affectée. Mais Cordelia ne veut pas subir les conséquences de cet affront, ne peut abandonner l’enfant qu’elle porte. Ce sera un garçon, elle en est sure. Différent des autres peut-être, mais appelé à connaître un destin hors du commun et à régner sur Barrayar…

La saga Vorkosigan n’a pas été écrite dans l’ordre chronologique, ces deux premiers tomes sont en fait des récits plus tardifs de l’auteur, ils ont été écrit pour donner un éclairage sur l’existence de Miles Vorkosigan : le héros de la série. Lois McMaster Bujold tient bien la route dans sa saga galactique qui doit plus à Star Wars qu’à Dune. Elle ne cherche pas à donner des leçons sur le monde contemporain, ni a offrir des perspectives pessimistes sur l’évolution de l’homme. Son plaisir, et aussi le nôtre, est de raconter des histoires d’une sf pop-corn et gobelet soda… C’est une sf qui se veut avant tout divertissement. Et c’est bien ainsi. Les aventures de ses personnages s’enchaînent à la vitesse du son même si dans cet épisode une atmosphère lourde et délétère est le moteur du récit. La description de la société barrayarane peut nous faire penser à celle de notre Terre, il y a les mêmes inégalités sociales, les mêmes ambitions et la même résistance à l’évolution des mœurs. C’est un roman somme toute très sombre comparé aux autres épisodes, on y chercherait vainement l’humour, l’ironie voir le sarcasme des autres épisodes et c’est très certainement dû aux deux personnages principaux : Aral et Cordelia Vorkosigan, les parents inquiets de Miles Naismith Vorkosigan…

Un très bon roman de space opera aussi vitaminé que l’Empire contre-attaque sans le côté facile de la morale.

Claude

L’apprentissage du guerrier de Lois McMaster Bujold. J’ai lu

Les épreuves physiques de l’examen d’entrée à l’académie militaire, pour un nabot aux os fragiles comme du verre, c’est une gageure : en sautant d’un mur, Miles Vorkosigan se casse les deux jambes et voit s’effondrer ses espoirs de servir l’empereur de Barrayar. Aussi quand la belle Elena, fille de l’affreux Bothari, émet le souhait de retrouver sa mère, Miles organnise-t-il le voyage. Il achète un vaisseau, engage un pilote puis se fait passer pour le chef des mercenaires Dendarii… ceux-ci n’existent pas ? Aucune importance ! Ils ne tarderont pas à devenir bien réels. Oui, mais il va falloir les payer. Or Miles n’a pas un sou…Mais à défaut d’argent, il a du génie à revendre !

Miles Vorkosigan est un héros de sf atypique : il mesure 142 cm, il a des broches dans les jambes, il claudique et s’il n’avait été le fils du régent de Barrayar il aurait très certainement été assassiné dans une venelle de la capitale. Dans ce premier tome des aventures du nabot le plus célèbre de la sf, Lois McMaster Bujold s’en donne à cœur joie. Plein d’humour, cocasse, souvent absurde, l’enchaînement des aventures de Miles est en lui même une succession d’aberrations… Mais ce qui est étonnant c’est qu’on y croit. C’est presque normal et évident. Il ne peut arriver à ce personnage difforme que des trucs absurdes. L’auteur nous fait avaler les couleuvres avec plaisir en jouant avec les clichés du genre. C’est jouissif et vraiment drôle Il y a des complots, des méchants, des tragédies et tout cela nous est administré par un super-héros qui a le mal de l’espace, qui titille le lsd et qui est surtout un gnome au pays des géants… Un moment de pur bonheur…

Claude




De : Claudeg061 Envoyé : 2007-01-09 12:53

Miles Vorkosigan de Lois McMaster Bujold J’ai lu

Etre officier à bord du " Prince Serg ", le vaisseau spatial le plus moderne de l’Empire de Barrayar, tel est le rêve de Miles Vorkosigan. Mais avant de voir son souhait exaucé, il doit remplir honorablement sa première mission, à la station de l’île Kyril. Le plus dur, ce n’est pas tant le froid polaire qui règne sur l’île. Non, le problème, ce sont les moqueries des autres officiers. Il faut dire qu’avec sa taille –à peine un mètre trente -, le nabot surdoué ne passe pas…inaperçu ! Mais le pire c’est le général Metzov, le chef de la base. Un forcené de l’autorité. A cause de lui, Miles se retrouve accusé de mutinerie et renvoyé dans la capitale…

Quand vous prenez un mois à lire 400 pages faciles, c’est qu’il y a un problème. Le problème n’est pas forcément dans le livre lui-même, il peut être dans l’accumulation des lectures. Donc je n’ai pas grand chose à dire sur ce roman sinon que j’ai traîné les pieds pour le terminer et qu’une fois fait j’ai été libéré d’un grand poids. Je pouvais enfin passé à autre chose. Je sais c’est pas très positif pour l’auteur mais je n’ai pas lu son roman au bon moment et je ne crois pas que je prendrai le temps de le relire. Ce n’est pas un mauvais roman. Je laisse à d’autres le soin d’en dire plus, si le cœur leur en dit.

Claude
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum