Julie ORRINGER (Etats-Unis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Julie ORRINGER (Etats-Unis)

Message  Calepin le Jeu 27 Nov 2008 - 23:25

De : Claarabel (Message d'origine) Envoyé : 2005-06-29 09:41

Comment respirer sous l'eau
L'olivier, 313 pages

Dans un ensemble de 9 nouvelles, "Comment respirer sous l'eau" propose les plus diverses déclinaisons des perversions enfantines et adolescentes, des gestes qui partent sous le coup de la jalousie, l'envie, la colère, voir la haine et le désespoir ! Comme dans la nouvelle qui donne le titre au recueil de Julie Orringer, on assiste au face-à-face entre un frère et une soeur, fâchés depuis la mort accidentelle de la petite amie de celui-ci. Il en veut à sa soeur d'avoir survécu, presque, de ne pas s'être noyée en même temps que la jeune fille, puisqu'elles étaient ensemble au moment de l'accident. Mais au-delà des rancoeurs muettes, l'auteur propose davantage. Autre que les basses vengeances et les coups par derrière.

De toute façon, des neuf textes du livre, le lecteur est à chaque fois embarqué par le nouvel univers créé, proposé, exposé. Souvent il s'agit d'une nouvelle confrontation entre cousines, amies, frères ou soeurs. Parfois aussi, il s'agit du seul contre tous, comme dans "Consignes à l'usage d'une fille de sixième", où la fillette devient le bouc-émissaire de sa classe pour avoir su danser avec grâce avec le garçon le plus convoité de l'école !.. Aussi, l'injustice semble plus contagieuse et quelquefois couverte sous des dehors aimables et polis, des convictions religieuses appuyées, une dévotion dévorante ! Mais au-delà d'une telle croyance, pratiquante et exacerbée, se cachent parfois des déviances, comme celle de la petite juive fascinée par la lecture d'un livre interdit ("les plaisirs orientaux expliqués aux occidentaux") ! Le vice semble flirter avec les attouchements prohibés, en cachette dans une navette de Space Mountain par exemple ("Ce que nous gardons").

Au-delà des actes répréhensibles, se camouflent souvent la maladie, le divorce, la solitude ou la drogue. Les enfants semblent être les victimes ?.. Qui pourrait expliquer l'agissement des chérubins, autrement ? Quand une bande de gamins chahuteurs s'en prennent à l'une d'entre eux et cachent leur crime à l'aide de feuilles mortes ?.. Ou qu'une cousine assiste à la danse lascive, jalousant farouchement le corps parfait de la fille de son oncle, lui souhaitant d'être embarquée par la police pour avoir menti et être entrée par effraction chez une inconnue ?.. Que votre amie vous avoue qu'elle se sauve à Las Vegas se marier avec votre petit copain et vous laisse comme un rond de flan sur un matelas gonflable ?.. Ou qu'une toute fraîche communiante décide de reproduire la scène du chemin de croix avec un jeune garçon noir ? Bref, Julie Orringer a su merveilleusement jongler avec toutes les alternatives ! Le plus effrayant ou épatant est de s'apercevoir que, sous couvert de toutes perversions, la plupart des protagonistes sont des êtres ordinaires, et que seule l'innocence de leur âge pourrait excuser l'étendue des drames auxquels ces chérubins semblent s'exercer en toute ingénuité. Et encore ?.. Mais en ce qui me concerne, j'ai beaucoup aimé !

Note : 4/5
avatar
Calepin

Nombre de messages : 1527
Age : 36
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum