Andrew MCGAHAN (Australie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Andrew MCGAHAN (Australie)

Message  Mousseline le Jeu 27 Nov 2008 - 22:13

De : lalyre7032 (Message d'origine) Envoyé : 2008-01-31 03:55

Terres noires, terres blanches Andrew McGahan Actes/Sud 2008 392 P.

Une sombre saga qui se déroule dans le Queens-land rural "Australie " le petit William dix ans,vient de perdre son père dans l'incendie de son champ de blé,un embrasement soudain sans doute provoqué par l'échauffement du vieux tracteur.John MacIvor,un vieil oncle solitaire vivant dans un domaine délabré recueille le petit garçon et sa mère qui est constamment sous anti-dépresseurs,on comprend très vite que si cet homme a accueilli l'enfant et la mère ,ce n'est pas par dévouement mais surtout pour la transmission de son domaine qu'il a gagné à la sueur de son front.C'est une double histoire car parallèlement à celle-ci,on apprend ce qu'a vécu John depuis son enfance,lorsque son père était métayer au domaine et qu'ils furent chassés tous deux par la descendante,héritière des propriétaires.John s'était promis qu'il se vengerait et deviendrait un jour le maître de cette propriété malgré la menace d'une loi qui doit être votée,promulguant la récupération des terres par les aborigènes.Effectivement il a réussi mais le rêve de John est de léguer le domaine à William qui ignore que son oncle fut marié ,a une fille ,qu'il n'a plus vue depuis des années,il semble même l'avoir oubliée,mais Ruth,sa fille ne l'a pas oublié.Lorsqu'elle apprend que celui-ci est très malade,va sans doute mourir ,elle revient le voir mais une haine féroce pèse entre le père et la fille.William lui,ne sait plus que croire ,il est de santé fragile,a des hallucinations,la nuit il voit des flammes traverser la propriété,d'anciens pionniers morts depuis longtemps....Alors est-ce des fantômes ou des rêves ?Va t-il se laisser impressionner par les déclarations de Ruth ?Quelle est cette bizarre odeur de pourriture qui s'accroche à lui ?Beaucoup de questions qui se posent dont les réponses apparaissent au fil des pages...

Un très beau roman que j'ai lu avec plaisir,l'histoire est bien ficelée,de belles descriptions de l'environnement,la haine que l'on ressent très fort entre le père et la fille. L'auteur avec un grand talent nous raconte cette double histoire de famille mais aussi l'histoire des aborigènes et des premiers colons.A certains passages du roman, une atmosphère très sombre qui fait penser à du fantastique. J'ai beaucoup aimé.

5/5 Lalyre




De : docguillaume (Message d'origine) Envoyé : 2008-03-16 11:51

Terres noires, terres blanches Andrew McGahan

Actes Sud
2007
391 pages

En plein coeur de l'Australie, William, un garçon de neuf ans, assiste impuissant à la mort de son père dans un incendie. Parce qu'ils sont criblés de dettes, lui et sa mère n'ont d'autre choix que de quitter leur ferme pour aller vivre chez John McIvor, le grand oncle de William. Celui-ci vit dans une vieille demeure en ruine, le manoir de Kuran, ancienne grande propriété d'une riche famille.
William comprend rapidement que son oncle attend quelque chose de lui. C'est d'abord un combat contre le Native Title, un loi du gouvernement australien qui restituera aux aborigènes les terres actuellement détenues par les blancs, par le biais d'une Ligue dont John McIvor est le président.
Puis bientôt, ce sera de l'héritage du manoir dont il sera question, une demeure aux couloirs poussiéreux effrayants aux yeux d'un enfant.
Ce roman alterne entre présent - le récit a lieu en 1991 - et passé, avec l'histoire de John McIvor intimement liée au domaine de Kuran, aborde le problème de la colonisation australienne, et touche aux mythes de la communauté aborigènes. Entre le mystérieux bunyip, des hommes en feu et le squelette d'un explorateur, l'Australie profonde nous semble inquiétante dans sa vaste solitude asséchée.
J'ai choisi ce roman car il parle de l'Australie, un territoire qui me fascine. La couverture offrant un coucher de soleil sur une terre parcourue de crevasses est un appel au voyage. L'auteur, qui m'était absolument inconnu, est narif du Queensland. Il décrit les paysages de ces contrées désertiques, entre montagnes couvertes de pins et d'arbres millénaires où les aborigènes grimpaient cueillir des amandes, et infinies étendues de savane. Le domaine de Kuran est omniprésent. Le manoir en ruine semble effrayant, on se demande ce qui peut bien y fasciner John McIvor qui y consacra sa vie. Est-ce ce gour à quelques miles de là ? Trou d'eau profonde que l'oncle dévoilera à William ? Difficile de le savoir.
En résumé, je dirais qu'il s'agit d'un roman bien étrange. Le début ne m'a je l'avoue guère emballé. J'ai persévéré, car je désirais savoir où me conduirais l'auteur. McGahan m'a un peu égaré, entre la vaste intrigue familiale des White et des McIvor, une ligue Anti-aborigènes, et un manoir qu'on jurerait hanté. Néanmoins, j'ai refermé ce livre avec un sentiment plutôt bon, certainement grâce au rythme du dénouement final.
Pas de sentiment de déjà-vu avec Terre noires, terres blanches, roman qui incite à se pencher sur la littérature australienne et pourquoi pas à un ouvrir un autre bouquin de McGahan.

Note : 3.5/5
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum