Michael ONDAATJE (Sri Lanka/Canada)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Michael ONDAATJE (Sri Lanka/Canada)

Message  Calepin le Mer 26 Nov 2008 - 22:51

De : la-grande (Message d'origine) Envoyé : 2003-03-30 09:05

Le fantôme d'Anil

Anil, médecin légiste, est une jeune femme, native du Sri Lanka, qui après avoir été étudier en Grande-Bretagne et aux USA retourne au Sri Lanka dans le cadre d'une mission humanitaire pour le compte de l'ONU. Elle fera la rencontre de Sarath - archéologiste qui travaillera avec elle, de son frère Gamini qui est médecin et de Ananda... un homme dont la femme a disparu dans des conditions horribles.

J'ai été particulièrement attirée par le personnage de Gamini, ce médecin d'urgence qui travaille jour et nuit pour ses patients - un homme désespéré, désabusé mais qui continue de soigner tous ces gens qui lui arrivent et qui ont été mutilés ou blessés de manière horrible. En fait, ce livre m'a laissé assez froide... je m'attendais à vivre plus d'émotions, à être plus touchée... mais le manque d'explications sur la situation politique au Sri Lanka ne m'a pas permis de saisir pourquoi certaines personnes étaient portées disparues... De plus, Anil ne m'a pas émue... cette femme qui retourne dans son pays natal, après 15 ans, et qui semble naïve et ignorante quant au climat dans son pays - je n'y ai pas cru. Certains de ses comportements m'ont agacé. En plus, parfois, je lisais et j'avais l'impression de revoir certains personnages du Patient anglais - qui est du même auteur... l'histoire n'est pas la même, mais je crois qu'il y a beaucoup de similitudes.

Note: 3.5/5



De : sereinejulie1 Envoyé : 2005-03-13 07:54

Un air de famille
Points, 216 pages

Ce récit est une étrange et envoûtante autobiographie qui se veut un témoignage impressionnant du portrait de l’excentrique famille de Michael Ondattjee. C’est notamment un voyage à travers les multiples formes et couleurs (poétiques, romanesques, épiques et lyriques) du récit caméléon qu’Ondattjee épouse.

Le livre commence par une série d'histoires disjointes des parents et grands-parents d'Ondattje. J'ai trouvée cette partie du début du roman quelque peu difficile à m’imprégner puisque Ondaatje nous plonge dans la narration sans fournir au lecteur les informations nécessaires pour comprendre qui sont les personnages et pourquoi ils sont importants. Cependant, puisque le livre est fortement impressionniste dans le style, c’est une originale entrée en la matière.

Son voyage au Sri Lanka, sa terre d’origine en est un de la mémoire, du souvenir soudain ravivé par un retour au pays depuis si longtemps quitté et que le romancier redécouvre en faisant visiter pour la première fois à ces propres enfants. Sous ce siècle des tropiques dans la chaleur exagérée d’un climat sans nuance, aieux et parents surgissent du passé et accompagnent les visiteurs dans d’anciennes folies. Un air de famille ne ressemble à nul autre retour en terre d’enfance. Ici, le romancier joue à bousculer le sablier,. Le temps de l’été, le temps de la mémoire, le temps de l’enfance, le temps des retrouvailles s’emmêlent et se tissent au bon vouloir de Michael Ondjattee qui les domines tous. Et le récit serpente, glisse comme une liane aux marges du passé ponctué de plusieurs moments humoristiques que l’auteur livre avec bravade .

Poétiquement ravageur, excessif et sublime, Un air de famille dépasse le champ de l’intimisme, traverses les hautes plaines du roman, flirte avec les chemins tortueux de la poésie la plus libre et s’enracine dans ces territoires où naissent les contes, les mythes, les épopées. Si vous recherchez un guide de voyage sur le Sri Lanka ne portez pas le regard ici Mais si vous voulez des impressions inoubliables d’un exotique terrain et une remarquable drôle de famille, ce roman vous plaira.

Note : 4/5



De : Mousseliine Envoyé : 2007-08-26 15:06

Le patient anglais
(Seuil/Points, 2000, 319 pages)
J'ai vu le film il y a très longtemps, j'avais aimé énormément, c'était sûr que j'allais lire le roman et voilà c'est fait...

On est près de Florence dans un ancien monastère qui a été pratiquement détruit par la guerre. Les alliés s'en ont servi comme hôpital, mais l'ont délaissé, la guerre est presque terminée, la deuxième guerre mondiale. Il y a une infirmière et le patient anglais qui n'ont pas voulu partir et puis se joignent à eu, Patrick Caravaggio qui a connu Hana avant la guerre et un Sikh, Kip, il est démineur.

Qui est le patient anglais? on sait qu'il est tombé en avion dans le désert, on sait qu'il est très cultivé et intelligent, de quel bord est-il? Qui est Hana? une jeune femme de 20 ans, infirmière, la mort de son père la hante. Et Caravaggio? dans le passé un voleur professionnel, durant la guerre un voleur officiel, cela a fini par mal tourné. Kip? il a été élevé aux Indes, il est un as dans son domaine.

On est parfois au présent en Italie, parfois dans le passé de chacun des personnages. C'est très très intéressant de les découvrir, l'auteur y va par bribe, délicatement, il dévoile des petits morceaux ici et là. Il y a un aura de mystère qui donne énormément de profondeur au récit. A la fin, on comprend pourquoi...

C'est une lecture qui exige du lecteur une bonne concentration, on pourrait aussi lire rapidement parce que l'histoire est très prenante mais ça serait passer à côté de ce qui fait entre autres la grande force de ce roman : L'écriture.

Dès la toute première page, on se rend compte qu'on n'est pas tombé dans n'importe quel roman. L'écriture est absolument superbe. Alors on lit quelques pages, et on s'arrête de peur de passer trop rapidement. Du moins c'était mon cas, je voulais absorber chacun des mots. Les descriptions sont envoûtantes, on voit le désert, le sable, les vents, les Touaregs... c'est tellement beau. L'art, la littérature, la musique et l'Italie que ça devait être joli avant la guerre. La guerre ce n'est pas beau mais les descriptions où Kip désamorce les bombes ont quelque chose de sublime avec les mots de Michael Ondaatje. Et puis c'est une très grande histoire d'amour...

On a tous et toutes l'impression d'avoir lu déjà trop de livres sur la deuxième guerre, il y en a tellement, mais celui-ci est complètement différent, vraiment très très différent.

Peut-être que vous avez déju vu le film, et que vous vous dites : "je connais déjà alors le livre ne sera pas intéressant..." et bien vous auriez tort. Même si le film est extraordinaire, ce n'est jamais autant que le livre, est comme "Le patient anglais" est une histoire très riche, on peut voir le film et lire le roman plusieurs fois et on sera toujours autant subjugué.

Extraits :

"Elle commença le récit, sachant déjà qu'elle émergerait plus tard de ce livre avec l'impression d'une plongée dans la vie d'autres êtres, dans des intrigues qui remontaient jusqu'à vingt ans en arrière; son corps serait rempli de phrases et d'instants, comme si elle s'éveillait, lourde de rêves dont elle ne pouvait se souvenir."

"Se reposer, c'était accueillir sans jugement tout ce qu'offrait le monde. Un bain dans la mer, l'amour avec un soldat qui jamais ne connaîtrait votre nom. Tendresse à l'égard de l'inconnu, de l'anonyme, qui est tendresse pour soi-même."

"Lisez-le lentement, ma chère enfant, Kipling se lit lentement. Guettez attentivement les virgules et vous découvrirez les pauses naturelles. C'est un écrivain qui utilisait une plume et de l'encre. Comme la plupart des écrivains qui vivent seuls, il devait souvent lever le nez de la page, laisser son regard errer par la fenêtre tout en écoutant les oiseaux. Certains ignorent le nom des oiseaux, ce n'était pas son cas. Votre oeil est trop rapide, trop nord-américain. Pensez à la vitesse de sa plume. Sinon, ce bon vieux premier paragraphe vous paraîtra horriblement ampoulé."

"Comment cela arrive-t-il, de tomber amoureux et d'être mis en pièces?"

Note : 5/5

--------------------------------------------------------------------------------

Note biographique
Poète et romancier né au Sri Lanka en 1943, Michael Ondaatje vit à Toronto. Après des études à Colombo, Londres, Kingston et Toronto, il enseigne à l'University of Western Ontario, puis entre au département de littérature anglaise de l'Université de Toronto. Il a obtenu le Booker Prize pour "Le Patient anglais", un roman qui a aussi été porté au grand écran. Il a aussi écrit entre autres : "La peau d'un lion", "Un air de famille", "Billy the Kid, oeuvres complètes", "Buddy Bolden, une légende", "Ecrits à la main"...


De: Mousseline

Michael Ondaatje - Le fantôme d'Anil
(Seuil/Points, 2001, 349 pages)

Quel livre merveilleux!

Anil, 33 ans, retourne dans son pays natal le Sri Lanka. Elle est engagée par l'Organisation des Nations Unies, en tant que médecin légiste, pour enquêter sur les agissements du gouvernement. L'histoire se déroule vers la fin des années 80. Le Sri Lanka à cette époque est aux prises avec la guerre civile.

Durant les cinquante premières pages j'étais un peu perdue avec le style de Michael Ondaatje, cette façon qu'il a de ne pas terminer la narration d'un événement pour y revenir après. Mais on s'y habitue. L'auteur raconte certaines atrocités de la guerre. Sans que ce soit dit toujours explicitement on devine l'angoisse, la peur qui habitent les personnages. Anil fait équipe avec un archéologue sri lankais. On découvre le Sri Lanka et ses richesse archéologiques à travers leurs périples. Un pays où il n'y a pas d'anonymat possible.

La 4e page de couverture du livre dit que l'écriture de Ondaatje est parfois violente parfois méditative. C'est tellement vrai.

Note : 5/5


De : Sahkti1 Envoyé : 2007-11-06 10:05

Divisadero

Un père. Trois enfants. Pas vraiment de même sang. Une ferme en Californie. Une famille qui éclate. Des relations qui se nouent et se dénouent entre deux des adolescents. La fuite de l'un deux. Et l'histoire qui reprend vingt ans plus tard. Avec Cooper joueur de poker, Claire avocate et Anna professeur d'université. Cette dernière mène des recherches sur Lucien Segura, explore son univers littéraire. Rencontre les fantômes du passé afin d'exorciser son présent.

Je pourrais résumer de la sorte de le roman de Michael Ondaatje. En insistant sur le rôle et la puissance du hasard, sur la destinée qui parfois se détourne avant de retrouver sa voie, sur la passion aussi. Autant d'éléments forts pour entourer la vie d'Anna aux références littéraires riches et variées. Anna qui tisse une toile entre des êtres grâce à la littérature et utilise ces constructions de l'esprit pour échafauder des plans réels dans la vraie vie, reliant chaque personnage du roman avec les autres mais aussi avec lui-même. Il m'a fallu un peu de temps pour entrer dans ce roman. Ondaatje décrit sommairement l'enfance des protagonistes, la liaison interdite, la crise; il préfère s'étendre sur ses personnages vingt ans plus tard et surtout sur ce poète français qui va bouleverser la vie d'Anna. De beaux passages, une écriture finement travaillée par moments, une construction intéressante mais la trop grande présence de longueurs m'a empêchée de vraiment accrocher, je suis restée spectatrice passive et je me suis lassée, dommage.

Note : 2/5



De : van1709 Envoyé : 2008-01-13 12:07

Le fantôme d’Anil

Anil, sri lankaise, vit aux USA et est médecin légiste. Elle a plusieurs fois été envoyée par la commission des droits de l’homme des Nations Unies dans certains pays pour enquêter sur des massacres. Elle est envoyée au Sri Lanka, où elle doit déterminer la responsabilité du gouvernement dans des milliers de disparitions, voire de morts. Car le gouvernement et les rebelles tamouls se livrent une guerre et c’est la population qui en fait les frais. Anil doit travailler en collaboration avec Sarath, mais elle ne sait pas si elle peut lui faire confiance, car s’il travaille pour le gouvernement et qu’elle découvre la moindre preuve, elle est sure qu’elle ne pourra les conserver bien longtemps et encore moins en garder la moindre trace.

Un livre intéressant qui montre les difficultés qui se posent au Sri Lanka. Impossible de déterminer la responsabilité du gouvernement, des preuves qui peuvent disparaître facilement, une situation étouffante et absolument horrible lors de la disparition de milliers de personnes, l’incertitude quant au sort de ces disparus. Anil semble étrangère à tout cela, elle vient d’ailleurs, elle n’est pas très au courant, pourtant c’est là qu’elle est née. Bref, ce livre est une façon de montrer que la « vérité » ne peut pas être faite, ou que si elle est découverte il est quasiment impossible d’en apporter la preuve.

Note : 4/5
avatar
Calepin

Nombre de messages : 1527
Age : 36
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michael ONDAATJE (Sri Lanka/Canada)

Message  Mandarine le Mar 14 Fév 2012 - 17:08

Le patient anglais

Je suis très étonnée qu'il n'y ait pas plus de critiques de cet auteur, et de ce livre en particulier, sur le forum!!!

Pour le résumé, voyez celui de Mousseline ici plus haut. Mais, en très gros, on suit dans ce roman 4 personnes qui se sont réfugiées à la fin de la guerre dans une villa en Italie. Ces quatre personnes sont très différentes, et ont chacune vécu des histoires bien particulières. Ils sont tous blessés, physiquement et moralement.


Il y a une grande douceur dans ce livre. Les événements relatés sont tragiques, douloureux, mais la poésie de Michael Ondaatje nous apaise.
De plus, c’est par bribes, petit à petit que les secrets sont dévoilés.
Aussi, j'ai trouvé que les personnages étaient bien développés, avaient vraiment de l'épaisseur.

Malheureusement il y a quelques passages auxquels je n’ai pas du tout accroché, peut-être parce que je lisais en VO et que c’est plus difficile de rester "dedans", je ne sais pas. Mais, par exemple, les passages décrivant en détails le fonctionnement d’une bombe ne m’ont pas franchement passionnée…

Le livre est en fait bien différent du film. J’ai l’impression (si mes souvenirs sont bons) que le film se focalisait sur l’histoire d’amour avec Katharine Clifton, alors que dans le livre, ce n’est qu’un pan de l’histoire parmi d’autres tout aussi importants. De plus, le personnage de Kip n’est presque pas développé dans le film, alors que dans le livre il a une importance majeure et est souvent le centre d’attention de l’auteur. Il y a dont de grandes différences entre les deux, mais, qu'il s'agisse du livre ou du film, ils ne nous laissent pas indifférent.

J'ai beaucoup aimé ce livre et je le recommande. Ne vous attendez pas à un livre plein d'action et de rebondissements, mais plutôt à un récit profond, tout en douceur.

Note: 4.5/5
avatar
Mandarine

Nombre de messages : 2091
Age : 31
Date d'inscription : 10/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michael ONDAATJE (Sri Lanka/Canada)

Message  Mousseline le Mar 14 Fév 2012 - 23:38

Je ne lis que de bonnes critiques de son dernier livre!!!

_________________
Mousseline

Magasin général tome 2 : Serge de Loisel et Tripp et L'île des chasseurs d'oiseaux de Peter May



"Happiness is only real when shared." (Christopher McCandless)
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michael ONDAATJE (Sri Lanka/Canada)

Message  Mousseline le Mer 2 Jan 2013 - 23:52

Bon, je veux le lire!!!


Ma Pal est minime... mais ma Lal est épouvantable. Very Happy

_________________
Mousseline

Magasin général tome 2 : Serge de Loisel et Tripp et L'île des chasseurs d'oiseaux de Peter May



"Happiness is only real when shared." (Christopher McCandless)
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michael ONDAATJE (Sri Lanka/Canada)

Message  cookie610 le Lun 18 Fév 2013 - 13:05

Le Patient anglais

Note : 3.75/5

Résumé : Juste après la Seconde guerre mondiale, à Florence, Hana, une infirmière, et un patient anglais, gravement brulé, restent seuls dans un monastère détruit.

Critique : j'avais vu le film tiré du livre il y a quelques temps et j'avais adoré. Je viens de terminer le livre et j'en garde une impression mitigée. Premièrement il est très différent du film. Tellement qu'on ne fait plus de lien avec le film au bout d'un moment. Alors que le film se concentre sur le personnage du patient et de sa vie passée, le livre accorde beaucoup d'importance aux 3 autres personnages secondaires et à la vie présente. Chacun des personnages se dévoilent petit à petit. L'écriture est absolument superbe, elle nous capte rapidement. C'est un livre plein de douceur, presque apaisant. Mais parfois, l'auteur me perdait dans des détails sans importance (les passages sur le déminage par exemple) ou bien on ne savait pas trop qui parlait dans certains dialogues. Bref, une lecture très agréable mais parfois délicate.
avatar
cookie610

Nombre de messages : 4678
Age : 26
Location : Lyon
Date d'inscription : 28/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michael ONDAATJE (Sri Lanka/Canada)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum