Yôko OGAWA (Japon)

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

Re: Yôko OGAWA (Japon)

Message  rose le Mer 11 Aoû 2010 - 19:10

Cristallisation secrète
Yoko Ogawa
Actes Sud, Novembre 2009, 342 pages.


En quatrième page de couverture:
L'Ile où se déroule cette histoire est depuis toujours soumise à un étrange phénomène: les choses et les êtres semblent promis à une sorte d'effecement diaboliquement orchestré. Quand un matin les oiseaux disparaissenet à jamais, la jeune narratrice de ce livre ne s'épanche pas sur cet événement dramatique, le souvenir du chant de l'oiseau s'est évanoui tout comme celui de l'émotion que provoquaient en elle la beauté d'une fleur, la délicatesse d'un parfum, la mort d'un être cher. Après les animaux, les roses, les photographies, les calendriers et les livres, les humains semblent touchés: une partie de leur corps va les abandonner.
En ces lieux demeurent pourtant de singulieurs personnages. Habités de souvenirs, en proie à la nostalgie, ces êtres sont en danger. Traqués par les chasseurs de mémoires, ils font l'objet de rafles terrifiantes.....




J'avoue que je découvre cette jeune et prometteuse auteur japonaise avec ce roman. Il est vrai que ses romans sont souvent caractérisé par une volonté de garder des traces du passé, de ne pas oublier. Pourtant elle le dira au sujet de ses romans :" Je donne tout. J'écris tout. Le livre terminé, il n'y a rien, plus rien." Ce qui est particulièrement marquant dans ce roman. L'incipit annonce d'ailleurs le ton "Je me demande de temps en temps ce qui a disparu de cette île en premier" et annonce déjà que la disparition n'est pas tant au niveau des objets, mais de la mémoire également, ce qui dédramatise ces effacements. Le roman peut être lu sous différents angles tant politique, philosophique que poétique. La police secrète qui fait disparaître les êtres capables de se souvenir, le totalitarisme du régime, de la situation rend les êtres vulnérables. Est-ce le roman de la résignation face au fatalisme général ou politique, est-ce une fable poétique qui finalement propose l'écriture comme unique forme de résistance possible, car même si les écrits ou les voix disparaissent, les mots existeront toujours:
"Dans un roman, on ne peut rien reprocher à personne. Parce qu'on construit à partir de zéro. On décrit des choses qu'on ne voit pas comme si on les avait sous les yeux. On fait vivre avec des mots des choses qui n'existent pas. C'est pourquoi il paraît que même si la mémoire s'efface, il ne faut jamais renoncer"
Libre au lecteur de lire entre les lignes de ce roman et du roman qui s'y écrit, les traces de lectures possibles. Je vous conseille cette lecture toute poétique et très contemporaine dans son thème. Une belle découverte. 4/5
rose
rose

Nombre de messages : 639
Age : 44
Location : Suisse
Date d'inscription : 26/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yôko OGAWA (Japon)

Message  Lacazavent le Jeu 12 Aoû 2010 - 10:12

J'adore cette auteur, j'avais déjà envie de tout lire d'elle mais je note ce titre en haut de liste. Merci Rose, contente que cette auteur te plaise.
Lacazavent
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5581
Age : 32
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yôko OGAWA (Japon)

Message  Clochette le Jeu 12 Aoû 2010 - 12:29

Moi aussi, j'aime beaucoup cette auteur, tout en finesse et en poésie.... Si tu veux continuer, essaie "La formule préférée du professeur", grande histoire d'amitié entre une homme âgé, sa femme de ménage et le fils de celle-ci (et une bonne réconciliation avec les mathématiques ). J'ai lu également dernièrement "La petite pièce hexagonale", joli roman sur la solitude.
Clochette
Clochette

Nombre de messages : 2135
Age : 44
Location : Nantes Bretagne
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yôko OGAWA (Japon)

Message  rose le Jeu 12 Aoû 2010 - 14:40

Merci clochette. Je me les note.
rose
rose

Nombre de messages : 639
Age : 44
Location : Suisse
Date d'inscription : 26/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yôko OGAWA (Japon)

Message  s-lewerentz le Dim 15 Aoû 2010 - 7:30

Yôko Ogawa me déçoit rarement.
Merci de cette critique.
s-lewerentz
s-lewerentz

Nombre de messages : 865
Location : La Chaux-de-Fonds, Suisse
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yôko OGAWA (Japon)

Message  Lacazavent le Ven 5 Nov 2010 - 16:18

Parfum de glace de Yoko Ogawa
Babel / 302 pages







Hiroyuki et Ryoko vivait ensemble depuis un an, vivait car le lendemain de leur premier anniversaire de vie commune Hiroyuki a mis fin à ses jours. Ne restera à Ryoko que le parfum qu'il avait crée à son intention : Source de mémoire, enfermé dans un flacon délicat au bouchon en forme de plume de paon. Le Paon, messager du Dieu de la mémoire.
Pourquoi a-t-il souhaité mourir ?
Ryoko mène l'enquête allant de surprise en surprise, de découverte en découverte, plongeant dans la mémoire (le passé) d'Hiroyuki.


Yoko Ogawa est une auteure dont je ne parviens pas me détacher. J'aime ses univers, la douceur avec laquelle elle va nous dépeindre ambiance et personnages. Parfum de Glace rassemble ses thèmes de prédilection, elle y parle de la mort, de l'acception de soi et des autres, de la recherche de l' identité, des arts … Elle mélange habilement et sans se contraindre les époques, les personnages et même si cela peut-être un peu difficile à suivre au début on se pique vite au jeu. Le texte nous porte et d'image en image on s'approche bien souvent de la poésie et du fantastique. Je ne sais pas si les polars poétique existe mais je créerai bien l'appellation juste pour ce roman ! Au travers de sa quête Ryoko fera la connaissance avec son ex belle famille, avec l'enfant surdoué et passionné de mathématiques que fut Hiroyuki. Elle ira jusqu'à Prague et une grotte abritant des paons : " A cause de la lumière, sans doute, leur cou jusqu'à leur ventre était d'un bleu tellement fonce que s'en était effrayant. (...) c'était peut-être cette couleur bleue qu'émanait l'odeur de Source de mémoire".
Sa recherche lui apportera l'apaisement, aux lecteurs du rêve et une légère amertume. Un très beau roman qui porte en lui une réflexion profonde sur ce que nous savons des êtres qui nous entoure ...


4,25/5

De Yoko Ogawa j'ai lu dans cet ordre ses œuvres suivantes, en italique avec Like a Star @ heaven ceux dont je garde le plus de souvenir :
La piscine
La grossesse
Les abeilles
Like a Star @ heaven L'annulaire
Un thé qui ne refroidit pas, recueil contenant : Le réfectoire un soir et La piscine sous la pluie
Hôtel Iris
La mer
Like a Star @ heaven Bénédiction inattendue
Like a Star @ heaven Triste revanche (et surtout la nouvelle de la maroquinière, )
Like a Star @ heaven La marche de Mina
Like a Star @ heaven La formule préférée du professeur
Les tendres plaines

...et enfin...

Parfum de glace
Lacazavent
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5581
Age : 32
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yôko OGAWA (Japon)

Message  rose le Ven 5 Nov 2010 - 23:25

Lacavazent..tu es une vraie fan. Je me note quelques titres pour plus tard. Cette auteur m'a beaucoup plu

_________________
lecture en cours:

Kafka sur le rivage,Haruki Murakami
rose
rose

Nombre de messages : 639
Age : 44
Location : Suisse
Date d'inscription : 26/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yôko OGAWA (Japon)

Message  kattylou le Sam 6 Nov 2010 - 17:16

Lacazavent
Je note la marche de Mina et la fomule préférée du professeur . Merci pour cette récap
kattylou
kattylou

Nombre de messages : 4009
Age : 54
Location : 77
Date d'inscription : 08/09/2009

http://kattyloucuis.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yôko OGAWA (Japon)

Message  s-lewerentz le Lun 8 Nov 2010 - 8:45

Jolie critique :-)
Je suis également très fan d'Ogawa mais j'avoue que ce texte n'est pas mon préféré. Actuellement, je lis Les tendres plaintes et je crois pouvoir dire que je la préfère dans ses nouvelles.
s-lewerentz
s-lewerentz

Nombre de messages : 865
Location : La Chaux-de-Fonds, Suisse
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yôko OGAWA (Japon)

Message  s-lewerentz le Mar 23 Nov 2010 - 15:51

Le musée du silence

Un jeune muséographe est engagé par une vieille dame pour organiser le "musée du silence" qu'elle veut installer dans son manoir, lequel est situé dans une région reculée. La collection comprendra des objets volées à des personnes qui viennent de décéder : un bistouri, une couverture, un almanach, etc. Chaque jour, le muséographe consigne l'histoire de chaque objet que lui raconte la vieille dame acariâtre et malade. Il est aidé par la fille de celle-ci, ainsi que par le jardinier et la femme de ménage.

C'est un beau texte qui baigne dans une ambiance de mystère. Tout du long, j'ai imaginé les scènes dans une atmosphère froide, brumeuse, hivernale, noire. Une atmosphère de non-dit, un poil surréaliste. J'ai aimé retrouver cette ambiance que j'admire chez cette auteure. Mais... ce n'est pas que j'ai trouvé cela trop long ou avec des longueurs, mais définitivement, je préfère ses nouvelles. Je la trouve meilleure, plus efficace.

Ce roman reste cependant une bonne lecture très recommandable.

3/5

(éd. Actes Sud)
s-lewerentz
s-lewerentz

Nombre de messages : 865
Location : La Chaux-de-Fonds, Suisse
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Hôtel Iris

Message  nauticus45 le Mar 22 Fév 2011 - 21:06




  • Broché: 236 pages
  • Editeur : Actes Sud (8 avril 2002)
  • Collection : Babel
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2742737316
  • ISBN-13: 978-2742737314

Quatrième de couverture



Mari est réceptionniste dans un hôtel appartenant à sa mère. Un soir, le calme des lieux est troublé par des éclats de voix : une femme sort de sa chambre en insultant le vieillard élégant et distingué qui l'accompagne, l'accusant des pires déviances. Fascinée par le personnage, Mari le retrouve quelques jours plus tard, le suit et lui offre bientôt son innocente et dangereuse beauté. Cette étonnante histoire d'amour, de désir et de mort entraîne le lecteur dans les tréfonds du malaise dont Yôko Ogawa est sans conteste l'une des adeptes les plus douées.

Commentaire:
Ce roman est très troublant, le lecteur voit Mari, conditionnée dès son enfance à l'obéissance et la soumission, glisser de l'autorité sans concession de sa mère à celle, obsessionnelle et perverse, du vieillard et se demande jusqu'où la jeune fille acceptera d'aller pour recevoir un peu d'affection de temps en temps. Un roman qui oscille en permanence entre la force et la faiblesse, la beauté et la laideur, sans jamais céder à l'amertume.
5/5
nauticus45
nauticus45

Nombre de messages : 1784
Age : 42
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yôko OGAWA (Japon)

Message  lalyre le Dim 15 Mai 2011 - 11:50

La marche de Mina
Yoko Ogawa
Babel février 2011
315 pages

4ème de couverture
Après le décès de son père, alors que sa mère doit s'éloigner pour parfaire sa formation professionnelle, la petite Tomoko est reçue pour un an chez son oncle et sa tante. Tomoko a douze ans ; à Kobe, son oncle l'attend sur le quai de la gare. Il la serre dans ses bras et la conduit jusqu'à la très belle demeure familiale. Pour Tomoko, tout est ici singulièrement différent. Sa cousine Mina passe ses journées dans les livres, collectionne les boîtes d'allumettes illustrées sur lesquelles elle écrit des histoires minuscules ; un hippopotame nain vit dans le jardin, son oncle a des cheveux châtains, il dirige une usine d'eau minérale et la grand-mère se prénomme Rosa. Au cœur des années soixante-dix, Tomoko va découvrir dans cette maison l'au-delà de son archipel : à travers la littérature étrangère, les récits de Rosa sur son Allemagne natale et la retransmission des Jeux olympiques de Munich à la télévision, c'est un tout autre paysage qui s'offre à elle. La grande romancière japonaise explore dans ce livre, et pour la première fois dans son œuvre, le thème de l'étranger et des origines. En choisissant le prisme des liens de l'enfance, elle inscrit ce roman, comme le précédent, intitulé La formule préférée du professeur, dans un cycle voué à la tendresse et à l'initiation.

Mon avis
Ce quatrième de couverture résume très bien l’année passée par Tomoko, chez son oncle et sa tante, mais c’est surtout l’amitié qui naît très vite entre la fillette et sa cousine Mina de santé fragile. Celle-ci est une enfant adorable et intelligente qui accepte sa maladie, j’ai aimé les histoires sur le thème des boites d’allumettes illustrées, qu’elle reçoit principalement du jeune livreur de boisson, son imagination et sa sensibilité lorsqu’elle raconte à Tomoko, ce que lui suggèrent ses images, ce sont presque des légendes qu’elle invente, malgré son jeune âge. Tous les personnages de ce roman sont tendres et délicats, ce qui crée une réelle chaleur humaine dans ce roman. On rêve en le lisant car il est très rare de lire une histoire aussi sereine, sans que jamais on ne décèle ni mystère ou inquiétude. Une réelle délicatesse émane de cette écriture, l’on ressent vraiment l’atmosphère qui règne chez cette famille. J’ai pourtant trouvé un peu de longueur pendant cette lecture, mais sans doute est-ce dû à la paix et à une certaine quiétude que j’ai ressenti...Une enfance de rêve bien décrite dans le style de la culture japonaise racontée par un écrivain de talent. 4,5/5
lalyre
lalyre

Nombre de messages : 4609
Age : 86
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yôko OGAWA (Japon)

Message  catherine le Jeu 2 Juin 2011 - 20:30

La formule préférée du professeur
247 pages

Je ne ferai pas de résumé, ce livre ayant été critiqué plusieurs fois.

J'ai bien aimé ce livre, cette relation inhabituelle entre le professeur, son aide-ménagère et son enfant. Ces trois êtres blessés par la vie qui se retrouvent et se font du bien, mutuellement, avec pour moyen les mathématiques. Les mathématiques, difficiles d'approche au début et qui, lorsqu'apprivoisés, s'avèrent remplis de magie et de poésie. La maison du professeur devient un oasis pour eux trois et les tient à l'abri du monde extérieur et du passage du temps. Très joli livre qui se lit rapidement - je relirai certainement cet auteur!

4/5

_________________



Lectures en cours:
The strange case of Dr Jekyll and Mr Hyde and other tales of terror de Robert Louis Stevenson
catherine
catherine

Nombre de messages : 611
Age : 41
Location : Montréal
Date d'inscription : 07/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yôko OGAWA (Japon)

Message  lalyre le Dim 31 Juil 2011 - 17:21

Manuscrit zéro
Yôko Ogawa
Actes Sud avril 2011
234 pages

4ème de couverture
Depuis 1995, les livres de Yôko Ogawa sont traduits en français. Nouvelles, romans courts, ou plus longs ces dernières années, nous ont peu à peu révélé les questionnements de la romancière japonaise et la singularité de son imaginaire comme autant de transpositions du réel. Aujourd'hui, telle une pause formelle et dans une langue beaucoup plus immédiate, Manuscrit zéro s'impose au coeur de son oeuvre. Alors que la romancière travaille à un nouveau projet, elle note au jour le jour ce qui compose son quotidien fictionnel. A moins qu'il ne s'agisse de l'inverse : notant chaque jour la multitude d'histoires qui peuplent son imaginaire, Yôko Ogawa tente de trouver dans cette forêt d'images la tonalité de son nouveau roman ; elle tisse et conjugue les influences et les figures qui soudain l'interpellent, qu'elles soient issues de l'instant ou des tourbillons de sa mémoire, de rencontres bien réelles ou d'émotions enfouies. Selon ce motif se glissent entre ces pages le murmure d'un torrent dans une forêt profonde où prolifèrent des mousses délicates et délicieuses, une maison d'enfance impossible à décrire, une fête d'école où il s'agit de se faire passer pour une mère d'élève. Un concours de pleurs d'enfants et l'étrange destinée d'un touriste en retard. Des histoires courtes qui s'enchaînent comme autant de composantes de l'oeuvre de Yôko Ogawa, des histoires qui forment une mosaïque temporelle au sein de laquelle les individus, les lieux ou les situations vont chavirer, chanceler, pour rejoindre sous sa plume le monde si singulier de ses personnages.

Mon avis
Très difficile de parler de ce livre inclassable car il est surtout question de l’imaginaire de l’auteure, un Japon insensé qu’elle s’invente, en écrivant, elle semble se perdre dans une forêt profonde pour en émerger sous forme d’anecdotes, de souvenirs, de sa maison lorsqu’elle était petite, de faits réels ou fantaisistes sans date, ni lieu. Il semble qu’elle ait voulu nous faire suivre ses propres pas mais ce n’est pas son journal, je pense qu’étant sur l’écriture d’un roman, elle se laisse distraire par des histoires courtes ne s'y reliant aucunement, oui...je pense que ce sont des chemins imaginaires, peuplés d’obsession et de visions fantastiques, qu’emprunte Yôko Ogawa en écrivant. Il n’empêche qu’à la fin de ma lecture, je suis restée sur une drôle d’impression et me suis posée la question, mais qu’a t-elle voulu écrire ? Ni un roman, ni une biographie, mais tout simplement un livre inclassable ou il m’est impossible d’y mettre une cote, n’ayant pas aimé ce genre de lecture....
lalyre
lalyre

Nombre de messages : 4609
Age : 86
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yôko OGAWA (Japon)

Message  lalyre le Mer 9 Mai 2012 - 17:26

Les lectures des otages
Yôko Ogawa
Actes Sud mars 2012
189 pages

Quatrième de couverture
Huit touristes étrangers sont pris en otages. Après une importante mobilisation médiatique, l'attention de la presse internationale se détourne. Seule une ONG présente dans la région poursuit sa mission et parvient à introduire un minuscule enregistreur dans une boîte de premiers soins transmise aux otages.
L'opération réussie, les écoutes commencent. A des kilomètres de là, un casque sur les oreilles, un jeune homme mobilise toute son attention sur des voix qu'il ne comprend pas, une langue qu'il ne connaît pas. Ces gens semblent dire, raconter, faire preuve d'une sincérité troublante. Tous les soirs, à la même heure, l'un d'entre eux prend la parole.

Huit récits, huit souvenirs dits par des êtres pris au piège, confrontés à l'ombre de la mort. Huit lectures enregistrées, volées puis rapportées, inconsciemment léguées au monde des vivants.
Mon avis
C’est grâce à ces huit récits très différents qui m’ont permis de connaître quelques faits du passé des otages. Il n’y a pas d’action car ces histoires ne racontent pas le vécu des otages pendant leur séquestration, non ce sont des histoires toutes simples sans aucun fil conducteur sur les thèmes racontés par des personnes qui vont mourir, des mots enregistrés incognito, grâce à un magnétophone caché par un membre de l’ONG. Ce sont des voix de personnes disparues et inconnues dont pourtant à la fin de chacun des récits, on a quelques données sur eux. Un petit livre que j’ai beaucoup apprécié par des phrases qui m’ont permis de visualiser les scènes par la belle plume de l’auteur. Ce sera donc un gros coup de cœur . 5/5
lalyre
lalyre

Nombre de messages : 4609
Age : 86
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yôko OGAWA (Japon)

Message  cecile le Mer 23 Mai 2012 - 15:06

L'annulaire
Yôko Ogawa
Actes Sud
95 pages

Quatrième de couverture :
A la suite d'un léger accident de travail, la narratrice de ce récit a quitté son usine et trouvé un emploi d'assistante et réceptionniste auprès de M. Deshimaru, directeur d'un laboratoire de spécimen. Dans ce lieu étrange, ancien foyer de jeunes filles pratiquement désert, elle reçoit la clientèle avant que M. Deshimaru, en véritable maître de taxidermie, recueille, analyse et enferme à jamais les blessures et les souvenirs de ceux qui désirent échapper à leur mémoire. Sans vraiment comprendre ce qui se joue sous ses yeux, la jeune fille tombe peu à peu sous la coupe de cet homme... Avec ce récit - assurément l'un de ses plus fascinants -, Yôko Ogawa pénètre davantage encore dans le territoire de l'envoûtement et de l'étrange, et révèle, au coeur du suspense, l'empreinte d'une douleur qui va jusqu'au fétichisme.

Mon avis :
Je dois avouer n'avoir pas été fort enthousiasmée par cette histoire. C'est un peu trop farfelu à mon goût mais heureusement très court ! Je me sens assez seule car beaucoup d'entre vous ont apprécié ce récit...J'ai pris trois autres livres d'Ogawa à la bibliothèque et aurai donc toute latitude pour me faire une opinion !

2,5/5

cecile
cecile

Nombre de messages : 2360
Date d'inscription : 11/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yôko OGAWA (Japon)

Message  cecile le Mer 23 Mai 2012 - 19:48

Le réfectoire un soir et une piscine sous la pluie
Yôko Ogawa
Actes Sud
44 pages


Quatrième de couverture :
Une femme qui va bientôt se marier, vient remettre en état la maison qu'elle va occuper avec son futur époux, elle est accompagnée de son chien.
Elle reçoit une visite, celle d'un père et de son fils. Une conversation s'engage entre les deux adultes, mais nulle raison n'est donnée par l'homme de sa venue.
Les trois personnes se rencontrent une seconde fois une dizaine de jours plus tard et ils conversent sous la pluie près d'un réfectoire.

Mon avis :
J'ai vraiment adoré ce petit roman très touchant et ces trois personnages, sans oublier le chien. J'ai été très étonnée de voir que l'on pouvait faire un très beau récit sans qu'il ne se passe grand chose. L'auteur a réussi à m'émouvoir en racontant une histoire somme toute ordinaire mais qui ne laisse pas indifférente.
C'est très court, et comme j'ai beaucoup aimé, je l'ai lu deux fois !

4,5/5
cecile
cecile

Nombre de messages : 2360
Date d'inscription : 11/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yôko OGAWA (Japon)

Message  Ladybug le Mer 23 Mai 2012 - 19:53

Cécile, j'ai très envie de continuer à découvrir cette auteure. Je suis en train de lire La marche de Mina et j'adore !! Est-ce que tu l'as lu ?

_________________
Je lis

Ladybug
Ladybug

Nombre de messages : 1969
Date d'inscription : 22/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yôko OGAWA (Japon)

Message  Lacazavent le Mer 23 Mai 2012 - 19:56

Cecile : Contente que tu ais aimé ce livre Very Happy C'est le premier livre que j'ai lu de cette auteure, depuis je suis une inconditionnelle

Sad Dommage pour L'annulaire, j'espère que tu trouveras ton bonheur dans d'autres de ses livres.
C'est vrai que c'est une auteure qui a de drôle d' idée mais ce n'est pas toujours aussi "farfelu". Je pense notamment à La marche de Mina, bon il y a un animal domestique surprenant mais guère plus Very Happy


Dernière édition par Lacazavent le Mer 23 Mai 2012 - 20:00, édité 1 fois

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
Lacazavent
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5581
Age : 32
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yôko OGAWA (Japon)

Message  Lacazavent le Mer 23 Mai 2012 - 20:00

Ladybug : J'adore La marche de Mina, c'est peut-être l' un de ceux que j'ai préférée. Bonne lecture


J'ai réservé Les lectures des otages et Manuscrit zéro ses derniers livres parus, j'ai hâte qu' il soit disponible bounce bounce bounce

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
Lacazavent
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5581
Age : 32
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yôko OGAWA (Japon)

Message  cecile le Mer 23 Mai 2012 - 21:06

Ladybug a écrit:Cécile, j'ai très envie de continuer à découvrir cette auteure. Je suis en train de lire La marche de Mina et j'adore !! Est-ce que tu l'as lu ?
Non pas encore, mais si je le trouve je le lirai !
cecile
cecile

Nombre de messages : 2360
Date d'inscription : 11/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yôko OGAWA (Japon)

Message  dodie le Jeu 24 Mai 2012 - 16:59

La formule préférée du professeur

Un vieux professeur de mathématiques dont la mémoire n'enregistre que 80 minutes suite à un accident de voiture, une aide-ménagère et son fils âgé de 10 ans qu'elle élève seule: voici les trois protagonistes de cette formidable histoire d'amitié et d'amour.
Lorsque la narratrice entre au service de ce vieux monsieur bougon et négligé, elle ne se doute pas une seconde qu'une réelle amitié les unira. Passionné des nombres et passant son temps à résoudre des problèmes il arrivera même à lui faire aimer les chiffres( univers bien loin de ses préoccupations habituelles).

Qui plus est une relation très forte s'établit entre son fils et lui: il faut dire qu'ils sont tous deux passionné de base-ball.

Ce livre est un véritable coup de coeur et pourtant le base-ball et les mathématiques ne font pas partie de mes passions ( j'avoue ne pas avoir tout compris en ce qui concerne les règles de ce sport d'ailleurs...). Mais peu importe j'avoue m'être surprise à déchiffrer les résolutions des problèmes du professeur avec plaisir. J'ai appris des tas de choses sur les chiffres et les nombres sans m'ennuyer une seconde.

Bien sûr le plus important dans ce roman est l'immense tendresse qui s'en dégage. L'écriture est d'une incroyable sensibilité. L'auteur décrit avec beaucoup de talent l'évolution des sentiments qui animent ces trois personnages sans à aucun moment tomber dans le mélo.
Un pur moment de bonheur que cette lecture!!!!
Ma note 5/5
dodie
dodie

Nombre de messages : 4935
Age : 55
Location : France
Date d'inscription : 11/04/2009

http://dodiecuisine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yôko OGAWA (Japon)

Message  Ladybug le Jeu 24 Mai 2012 - 17:07

J'avais ce roman dans ma LAL mais je lui ai préféré La marche de Mina mais je crois que je vais le lire sans tarder car je n'ai pas envie de quitter ce thème et cette auteure !

_________________
Je lis

Ladybug
Ladybug

Nombre de messages : 1969
Date d'inscription : 22/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yôko OGAWA (Japon)

Message  dodie le Jeu 24 Mai 2012 - 17:18

Je ne peux que te le conseiller Very Happy
dodie
dodie

Nombre de messages : 4935
Age : 55
Location : France
Date d'inscription : 11/04/2009

http://dodiecuisine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yôko OGAWA (Japon)

Message  Ladybug le Dim 8 Juil 2012 - 16:47


La marche de Mina
(Editions Actes sud - 317 pages)


Présentation :

A la mort de son père, Tomoko, 12 ans quitte quelque temps sa mère pour vivre à Kobe dans la grande demeure de son oncle. Elle va rencontrer sa cousine Mina, férue de lecture, qui se rend à l'école à dos d'hippopotame nain, la grand-mère allemande, sa tante dont le passe-temps est de rechercher des coquilles dans diverses publications, son oncle qui disparait des jours entiers, la gouvernante Mme Yoneda et ses jeux concours...


Mon avis :

J'ai adoré l'ambiance de ce roman, il respire l'amour et la douceur. Les personnages sont proches, pleins d'attentions les uns envers les autres, mais en même temps chacun dans leurs bulles. L'auteure saisit des moments de vie quotidienne, nous laisse deviner les secrets sans juger, nous livre des petites manies et habitudes de vie qui rendent cette famille doucement insolite. J'ai totalement succombé au charme de ce roman et je crois qu'on peut le classer dans les romans qui font du bien !

Quelques extraits :

Si l'on voulait expliquer en quelques mots qui était Mina, on pouvait dire que c'était une petite fille asthmatique, qui aimait les livres et allait à dos d'hippopotame. Mais si l'on voulait prouver qu'il s'agissait bien de Mina et de personne d'autre, il fallait dire que c'était une petite fille capable de frotter joliment les allumettes.

Même si un livre ouvert était retourné sur la table du solarium, Madame Yoneda ne prenait jamais sur elle de le ranger. De l’autre côté des pages se dissimulait un monde inconnu, et le livre retourné en constituait la porte d’entrée, si bien qu’elle ne pouvait pas le manipuler à tort et à travers. Afin que Mina ne s’égare pas.”

Ma note : 4.5/5


_________________
Je lis

Ladybug
Ladybug

Nombre de messages : 1969
Date d'inscription : 22/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Yôko OGAWA (Japon)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum