Roger MARTIN (Etats-Unis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Roger MARTIN (Etats-Unis)

Message  Mousseline le Mer 26 Nov 2008 - 9:03

De : odilette84 (Message d'origine) Envoyé : 2008-10-15 14:23

JUSQU 'A CE QUE MORT S 'ENSUIVE

lu dans le cadre du jury du grand prix des lectrices de ELLE 2009

Présentation de l'éditeur :

Brillant étudiant issu de la bourgeoisie noire d'Atlanta, Douglas Bradley a posé sa candidature à la prestigieuse académie militaire de Colorado Springs. Lorsqu'elle est rejetée par les autorités militaires, c'est la consternation. Grâce à un de ses anciens professeurs, le jeune homme parvient à apprendre les raisons de l'armée : en août 1944, accusé de viol et d'agression, son grand-père, Robert Bradley, a été pendu en France dans un petit village de Normandie.
Indigné par l'attitude de son père, qui lui a caché la vérité, Douglas découvre l'existence d'une grand-mère, d'une tante et d'une cousine. Il se lance dans une recherche difficile, retrouve cette famille dont il ignore tout. Sa tante lui fait part de sa conviction profonde de l'innocence de Robert Bradley et lui confie des documents le concernant.
Bouleversé, le jeune homme décide de partir pour la France. Auparavant, il a. rencontré l'aumônier qui a assisté son grand-père dans ses derniers moments et un ancien du Pittsburgh Courier, le fleuron de la presse noire des années 1940. Leurs confidences renforcent sa propre croyance en l'innocence de son grand-père.
En Normandie, il ira de rencontre en rencontre, de découverte en découverte. Des compagnons de son grand-père abattus dans d'étranges circonstances, des soldats de son unité qui ont déserté et dont toute trace a été perdue, un cimetière clandestin où reposent 96 soldats américains condamnés à la peine capitale, tout semble indiquer que Douglas Bradley a involontairement exhumé un squelette bien caché au fond d'un placard. Surveillé puis traqué par des agents de la Defense Intelligence Agency, les services secrets de l'armée, son enquête le conduira au cœur des Ardennes belges où se trouve, peut-être, la clef de l'énigme en la personne du mystérieux survivant du petit noyau des amis de son grand-père. C'est là, entre traques, poursuites et filatures, que Douglas Bradley apprendra l'incroyable vérité.

ma critique :

Que sait-on exactement de la manière dont tourne le monde ?
Qui tire les ficelles ? Qui a voix au chapitre ? Qui ne l’a pas ?
Pour une fois, un roman nous montre l’envers du décor.
Ce roman ancré dans la réalité des dernières années (Guerre en Irak, attentats du 11 septembre) nous montre une face de l’Amérique qu n’est pas souvent développée dans les livres :
La société noire bien pensante, endoctrinée, patriote à outrance opposée à la communauté noire en prise avec une réalité quotidienne beaucoup plus sombre et douloureuse, que l’on muselle, mais qui ne veut pas se taire…
Ce roman va bien plus loin que la simple quête de Douglas pour connaître la vérité sur la mort de son grand-père.
Il nous révèle une face cachée de la seconde guerre mondiale : les scandaleuses exécutions expéditives des soldats noirs (pour l’essentiel), jugés à la va vite, condamnés souvent à tort.
Il met à jour, par conséquent, la difficulté pour les familles de connaître la vérité, puis retrouver et rapatrier les restes des leurs enterrés en France dans des cimetières clandestins… Et cela , même de nos jours !
Il est question d’organisations parallèles destinées à étouffer les remous, il est aussi question de la voix noire qui s’élève pour revendiquer des droits.
Dans le présent comme dans le passé, ce roman nous fait voir la société américaine autrement.
L’Amérique, ce pays, si fier de lui, a de nombreux squelettes dans ses placards !
J’ai trouvé très intéressant le regard que l’auteur porte sur la France et sur la Belgique. Souvent tendre et bienveillant, il est malgré tout sans concessions sur certains travers franchouillards !
L’auteur a réuni une documentation exemplaire : rien n’est laissé au hasard, jusqu’à l’appellation « parcelle E » dans le cimetière des hommes perdus…
Le seul passage qui m’a un peu pesé est celui de la révélation des faits, la confession d’Eddy, vers le dernier quart du livre.
Je pense que la mise en page n’y est pas étrangère : le texte était dense, peu aéré et j’avais parfois du mal à me repérer dans les noms des personnages…
Pour rendre la fluidité de l’histoire, il était nécessaire que le héros ( bien naïf parfois !) arrive à ses fins, on peut néanmoins penser qu'il a parfois trop de chance dans ses recherches !!
Toutefois on se laisse prendre au jeu, car la réalité historique l’emporte.
Ce livre est vraiment très intéressant et bien mené de bout en bout.

un auteur peu connu et très intéressant ...à suivre

ma note : 4,5/5




De : geromino603 Envoyé : 2008-10-17 11:08

odilette,tu as été plus rapide que moi!!! j'ai terminé ce livre le week end dernier, mais j'ai pas eu le temps d'écrire mon petit commentaire. ta critique est magnifique,ce qui fait que je n'ajouterai pas grand-chose.

ce livre-très facile à lire,constuit comme un roman- nous transporte dans une réalité insoupçonnée,du moins de ce coté-ci de l'Atlantique (en France). le racisme à l'état pur dans la plus grande armée du monde ,à un moment de l'histoire où la guerre mondiale tentait d'abattre le fascisme, la discrimination raciale,l'injustice. on aurait eu la naiveté de croire que la Grande Amérique partageait les valeurs qu'elle-meme défendait au prix du sang de ses Enfants (ses enfants blancs,....ou ses enfants noirs....?
vous me direz "oui, mais il y a de cela soixante et quelques années".
oui...et non
c'est un fait, ceci c'est produit et des institutions ont tenu le secret. et c'est ça le drame. NIER l'évidence de l'horreur au profit d'une nation bien-pensante,et au mépris de milliers de gens (au prétexte de la couleur de la peau, mais dans d'autres cas, ce sera à cause de la religion,ou de l'appartenance ethnique ou que sais-je, la liste est longue....) , voilà ce qui m'a torturé dans ce livre et qui m'a laissé amer.
je n'ai aucun sentiment anti-américaniste; je suis conscient de ce que l'europe doit aux USA,mais quand des pages de l'histoires sont ainsi ternies ,je ne peux qu'etre indigné.
j'ai trouvé la confession d'Eddy aussi un peu longue, mais tellement éclairante sur la vie de ces soldats noirs et leur condition de - j'allais dire de "détention".....

c'est à lire,pour savoir ce qui c'est passé..........

ma note 4,5/5

J'ai retrouvé un passage dans la dernière page:


"Pourtant, les révoltes,et les massacres(...) entre1941 et 1943,dans les camps d'entrainement américains, ne sont pas une légende et on attend toujours la Commission d'enquete indépendante qui prmettrait d'élucider,parmi une trentaine d'affaires sanglantes,ce que certains appellent "le mystère du 364e régiment d'infanterie",qui aurait vu le massacre délibéré de plus de mille soldats noirs stationnés au camp Van Dorn, à quelques kilomètres de la prtite ville de Centre-ville, au coeur d'un Mississippi gangrèné par le racisme."
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum