Joyce Carol OATES (Etats-Unis)

Page 6 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Aller en bas

Re: Joyce Carol OATES (Etats-Unis)

Message  kattylou le Lun 12 Jan 2015 - 19:40

Oui Elfe merci tu as bien choisi !.
Lacazavent Je compte bien lire d'autres livres d'elle !
kattylou
kattylou

Nombre de messages : 4013
Age : 54
Location : 77
Date d'inscription : 08/09/2009

http://kattyloucuis.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

J.C.OATES ( Etats-Unis )

Message  DKOIS le Sam 24 Jan 2015 - 9:25

DELICIEUSES POURRITURES
J.C.OATES Collection J'AI LU 120 pages

Résumé :

   Comme à son habitude J.C.Oates nous livre des personnages sans limite dans leur comportement.

Tout d'abord le professeur de littérature et de poésie, André Harrow, qui joue de son statue et de sa personnalité pour semer le trouble émotionnel parmi ses élèves féminines. Son épouse, sculpteuse reconnue, dont les œuvres ambiguës soulèvent l'admiration ou le scandale. Enfin les élèves. Jeunes filles en crise post-adolescente dont les réactions aux charmes du couple les entrainent, pour certaines, à la frontière de la mort.
Parmi elles, Gillian, stéréotype même de la fille fragile et discrète qui ne manquera pas d'être approché par le couple. Malgré les exemples de destruction autour d'elle, elle ne peux résister à la tentation. Toutefois, si le couple à son quota de perversité, Gillian détient aussi sa part.

Mon avis :

  Du J.C.A "pur jus" qui nous emmène une nouvelle fois, dans une histoire psychologique à la limite du "supportable".
La description des personnages est précise et sans faille. L'atmosphère lourde et mystérieuse.
Je conseille ceux et celles tentés de découvrir cette auteur de commencer par ce roman. Il est court, facile à lire et représentatif de son œuvre générale.

Ma note 4/5

DKOIS

Nombre de messages : 322
Age : 56
Location : Nord France
Date d'inscription : 10/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joyce Carol OATES (Etats-Unis)

Message  Lacazavent le Jeu 29 Jan 2015 - 9:56

Bellefleur de Joyce Carol Oates
Trilogie gothique t1
Livre de poche / 976 pages



Quatrième de couverture :
Ce grand roman gothique, empreint de merveilleux, fut le premier best-seller de Joyce Carol Oates, dans les années 1980 aux États-Unis. Il nous entraîne dans la pénombre des consciences d'une Amérique qui peine à se relever de la guerre de Sécession et où les origines sociales et le poids de la lignée entravent toujours les destins individuels. Tout au long du XIXe siècle, les Bellefleur vont exercer une influence déterminante sur l'Etat de New York. Ils composent un clan des plus bigarrés : un tueur en série, un original qui part se terrer dans les montagnes à la recherche de Dieu, un brillant scientifique, et Leah, une jeune femme délicate, qui décide de restaurer l'empire des Bellefleur, quel qu'en soit le prix. Le livre que Joyce Carol Oates appelait son « roman vampire » qui l’avait « vidée de son énergie »…



Quel livre surprenant ! Que Joyce Carol Oates en parle comme d’ un « roman vampirique qui l’aurait « vidée de son énergie » ne m’ étonne guère. C’est un roman complexe et foisonnant, l’ histoire passe d’ un personnage à un autre d’ une époque à une autre sans jamais marquer la moindre pause, le résultat en est à la fois déroutant et essoufflant.
L’ arbre généalogique des premières pages est une bénédiction bien que bon nombre de personnages secondaires gravitent dans cette histoire sans y apparaître, je m’ y suis sans cesse référé pour me remettre en mémoire les liens des uns et des autres.
C’ est un ouvrage impossible à résumer autrement que dans ces grandes lignes tant les histoires sont nombreuses, l’ histoire de la famille Bellefleur c’ est un incroyable méli-mélo, une succession d’ histoires à la Prévert où l’ on croise des frères des oncles, des tantes, des enfants, grands-pères, grands-mères, des « ancêtres », des chiens, des chats, des chevaux et même des araignées, des disparitions, des réapparition, l’ ombre d’ une malédiction et tant d’autres…
On le lit par petite dose chapitre après chapitre ; il faut du temps pour bien entrer dans l’ histoire, du temps pour l’ apprivoiser mais plus j’avançais dans ma lecture plus le plaisir était au rendez-vous.

C’est une lecture étonnante qui ne plaira pas à tous, à recommander aux lecteurs déjà familier de l’ univers de Joyce Carol Oates.


4,75/5 coeur

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
Lacazavent
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5581
Age : 32
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joyce Carol OATES (Etats-Unis)

Message  cookie610 le Sam 31 Jan 2015 - 9:30

Sexy
 
Note : 4/5
 
Résumé : Darren a 16 ans, c’est un adolescent, lycéen au lycée de North Falls. Un gosse normal, membre de l’équipe de natation, plutôt mignon, sexy. Mais assez mal à l’aise avec tout ça. Un jour, Mr Tracy, son prof d’anglais, lui propose de le ramener chez lui en voiture.
 
Critique : J’ai passé un très bon moment avec ce roman. Le sujet est casse gueule, homophobie, pédophilie ; mais il est très bien traité et tristement très actuel. Le personnage de Darren est très bien décrit notamment d’un point de vue psychologique. Au final, Oates dépeint un portrait peu reluisant de la société : un père maladroit, un proviseur lâche, … La fin est assez réussie, d’autant que c’était difficile de conclure une histoire pareille. Le roman est plutôt court et se lit d'une traite. Par contre, c’est un livre jeunesse mais je pense qu’il s’adresse à des jeunes en fin d’adolescence, des jeunes adultes parce que ce n’est pas accessible à tous sinon je pense. Bref, un roman court mais puissant, qui reste en tête même après avoir refermé le livre. Il faut vraiment que je me mette à lire plus de livres de cette auteure.
cookie610
cookie610

Nombre de messages : 4888
Age : 28
Location : Lyon
Date d'inscription : 28/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joyce Carol OATES (Etats-Unis)

Message  DKOIS le Sam 31 Jan 2015 - 11:59

Je partage tout à fait votre avis sur cette auteure, qui a en plus une bibliographie intarissable, semble-t-il.

J'ai pour le moment lu une dizaine de ses ouvrages. J'ai encore beaucoup à lire et à découvrir.

Je conseille vivement à ceux et celles qui ne l'ont pas encore lu, de le faire.

Bon week-end à tous !!

DKOIS

Nombre de messages : 322
Age : 56
Location : Nord France
Date d'inscription : 10/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joyce Carol OATES (Etats-Unis)

Message  Lacazavent le Mer 30 Sep 2015 - 13:34

Mudwoman de Joyce Carol Oates
Points / 576 pages



Quatrième de couverture :
Etouffée par la boue : voilà comment aurait du finir la petite "Mudgirl", si un couple de Quakers ne l'avait pas sauvée in extremis des griffes de sa mère démente. Pendant des années, ses parents adoptifs la protégeront des conséquences de son ignoble passé. Adulte, devenue présidente d'une université de renom, elle doit retourner sur les lieux de son enfance. Confrontée à ses origines et à des angoisses professionnelles qui la rongent de manière imprévisible, elle sombre peu à peu dans la folie...



Un excellent roman qui se dévoile peu à peu,  l’ histoire fait étrangement écho à un autres de ses romans que j’avais pu lire précédemment Marya, une vie comme si l’ un était le  brouillon de l’autre une variation autour d’ une même histoire.
Et si les deux se ressemblent Mudwoman apparaît comme bien plus complexe, presque plus aboutit.

La petite M.R. aujourd’hui est une présidente d’ université reconnue, enfant elle était la petite « Mudgirl » sortie de la boue par le hasard et la bonté d’ un couple de Quakers qui l’ a adopté.  
C’est un roman où le passé s’entremêle en permanence au présent, rattrapé par ses souvenirs, la petite fille revient hanter M.R. , les peurs resurgissent, les angoisses, les hallucinations. La folie qui peu à peu s’insinuent dans la vie si ordonnée de M.R. va mettre à mal le fragile équilibre qu’elle avait construit autour d’elle.
Fidèle à elle même Joyce Carol Oates n’offre aucune rédemption à son personnage, elle se cherche, court après elle-même, tourne en rond pour au final sombrer et « retourner à la boue ».
En quête d’identité,  il lui a manqué et lui manquera la reconnaissance et l’amour inconditionnel, désintéressé d’ une mère ou d’ un père à son enfant pour se construire et se reconstruire.

C’est à mon avis l’ un des meilleurs romans de Joyce Carol Oates, l’ un des plus beau et des plus fort que j’ai eu l’ occasion de lire d’elle.

5/5 coeur

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
Lacazavent
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5581
Age : 32
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joyce Carol OATES (Etats-Unis)

Message  kattylou le Mer 30 Sep 2015 - 19:56

J'avais beaucoup aimé les chutes si celui ci croise mon chemin ...
kattylou
kattylou

Nombre de messages : 4013
Age : 54
Location : 77
Date d'inscription : 08/09/2009

http://kattyloucuis.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joyce Carol OATES (Etats-Unis)

Message  Shan_Ze le Mer 30 Sep 2015 - 21:22

Ca fait longtemps que je n'ai pas lu Joyce Carol Oates, je note celui-ci. Merci Lacazavent !
Shan_Ze
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7979
Age : 35
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joyce Carol OATES (Etats-Unis)

Message  petitemartine le Sam 3 Oct 2015 - 7:38

Pareil pour moi, pas lu de JC Oates depuis longtemps et pourtant j'aime toujours ses romans. A suivre.... ça donne envie !
Lacazavent, est-il judicieux de lire d'abord Marya, une vie avant celui là ?
petitemartine
petitemartine

Nombre de messages : 2702
Age : 48
Location : Morbihan /France
Date d'inscription : 04/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joyce Carol OATES (Etats-Unis)

Message  Lacazavent le Sam 3 Oct 2015 - 9:54

Petitemartine : Non pas beaucoup d' intérêt !
Ils ne se complètent pas, ne se font pas suite, l' histoire développée est simplement très très similaire.
Si tu dois choisir, lis plutôt Mudwoman plus complexe mais bien plus réussi (à mon avis).


Si ça vous tente je peux le ramener à la rencontre...

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
Lacazavent
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5581
Age : 32
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Mudwoman de JC Oates

Message  petitemartine le Mar 3 Nov 2015 - 18:21

Mudwoman de JC Oates

Résumé ( Babelio )


Abandonnée par sa mère à demi-folle au milieu des marais de l’Adirondacks, Mudgirl, l’enfant de la boue, est sauvée on ne sait trop comment, puis adoptée par un brave couple de Quakers qui l’élèvera avec tendresse en s’efforçant toujours de la protéger des conséquences de son horrible histoire. Devenue Meredith "M.R" Neukirchen, première femme présidente d’une université de grand renom, Mudgirl, brillante et irréprochable, fait preuve d’un dévouement total à l’égard de sa carrière et d’une ferveur morale intense quant à son rôle. Mais précisément épuisée par la conception d’une rigidité excessive qu’elle a des devoirs de sa charge, tourmentée par ses relations mal définies avec un amant secret et fuyant, inquiète de la crise grandissante que traverse les États-Unis à la veille d’une guerre avec l’Iraq (crise qui la contraint à s’engager sur un terrain politique dangereux) et confrontée à la classique malveillance sournoise des milieux académiques, M.R. se retrouve face à des défis qui la rongent de manière imprévisible. Un voyage sur les lieux qui l’ont vue naître, censé lui rendre un peu de l’équilibre qui lui échappe, va au contraire la jeter dans une terrifiante collision psychique avec son enfance et menacer de l’engloutir une fois encore, mais dans la folie. Cette impitoyable exploration des fantômes du passé, doublée du portrait intime d’une femme ayant percé le plafond de verre à un coût gigantesque, fait de ce livre ainsi que l’a proclamé la critique, "un géant parmi les grands romans de Oates".

Mon avis :

"Mud" c'est la boue... Tout au long de ce roman nous découvrons petit à petit le destin tourmenté de M R Neukirchen, petite fille abandonnée et sauvée in extremis de la boue, une boue dont elle essaiera toute sa vie de s'extraire tant bien que mal mais qui la rattrapera lors d'un retour dans la région où elle a été abandonnée petite... Et là, MR devenue présidente d'une prestigieuse université s'effondre.
Si vous êtes un/une adepte de JC Oates, vous ne serez pas déçus et serez en terrain connu.
On retrouve dans ce roman tous les thèmes de prédilection chers à l'auteur : un être tourmenté, les noirceurs de l'âme, le milieu universitaire- panier de crabe- , le rapport aux autres- si difficile- , une enfance terrible avec une mère foldingue. Comment MR peut elle se construire et vivre avec un passé si lourd !
Nous voyageons dans l'est américain entre la prestigieuse université Harvard et une petite ville moyenne peu engageante, la nature, les lacs, rivières sombres et les paysages un peu hostiles sont très présents et donnent une atmosphère pesante.
Les chapitres alternent entre la terrible enfance de Mudgirl et sa vie d'adulte solitaire. Et peu à peu nous comprenons...
C'est toujours aussi bien écrit, c'est très dense, beaucoup d'images, des portraits psychologiques toujours aussi fins et subtils. C'est fascinant et prenant du début à la fin.

Ma note : 5/5 coeur
petitemartine
petitemartine

Nombre de messages : 2702
Age : 48
Location : Morbihan /France
Date d'inscription : 04/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joyce Carol OATES (Etats-Unis)

Message  Lacazavent le Mar 3 Nov 2015 - 18:48

Very Happy Contente qu' il t'ai plu,


Si d'autre rats sont tentés, n' hésitez pas  !

Autrement ne t' inquiètes pas tu me le repassera la prochaine fois qu' on se croisera.

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
Lacazavent
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5581
Age : 32
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joyce Carol OATES (Etats-Unis)

Message  lalyre le Jeu 25 Fév 2016 - 17:26

  
Le mystérieux Mr Kidder       
Editions Points 2014
          210 pages       

Quatrième de couverture
Lolita postmoderne, Katya Spivak oscille entre la naïveté de ses seize ans et le cynisme d?une gamine élevée à la dure. Et, quand le vieux et très distingué Mr Kidder l?aborde courtoisement alors qu?elle a le nez collé contre une vitrine de dessous affriolants, elle réagit avec la méfiance polie qui convient. Pourtant, peu à peu, au fil des jours et de leurs rencontres, la jeune fille en mal d?affection se laisse vaguement séduire par le charme et la générosité désintéressée que déploie à son égard le vieil homme. Mais, derrière sa richesse, ses manières impeccables, ses talents artistiques, sa grande maison vide, ses tableaux bizarres, sa gouvernante et son chauffeur discrets, qui est le mystérieux Mr Kidder ? Et que veut-il vraiment de Katya ?

Mon avis
Comme souvent lorsque l’on s’engage dans un roman écrit par J.C.Oates, on sait que ce sera une histoire sombre et une ambiance glauque. Je n’ai pas aimé l’énigmatique Mr Kidder, un homme âgé dont on ne devine pas ses intentions, il n’empêche que Katia se laisse prendre dans ses filets pour de l’argent, des billets par poignées. Bien évidemment le thème principal évoque les dangers de l’adolescence face à certaines propositions malsaines d’adultes, c’est en tous cas ce que j’ai étrangement ressenti. Ce vieil homme qui a étalé ces peintures de femmes, ne répondant pas aux questions de Kathia sur celles-çi, m’a laissée perplexe. J’ai beaucoup lu de très bons romans de J.C.Oates, mais non vraiment je n’ai pas aimé ce roman trouble, ni la fin me laissant avec un certain mal à l’aise. 3/5
lalyre
lalyre

Nombre de messages : 4615
Age : 86
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joyce Carol OATES (Etats-Unis)

Message  cookie610 le Lun 22 Aoû 2016 - 12:23

Les Chutes
 
Note : 4/5
 
Résumé : Le résumé a déjà été fait plusieurs fois ci-dessus.

Critique : J’ai beaucoup aimé ce livre. Je ne suis pas une spécialiste de cette auteure, il s’agit du 4ème livre d’elle que j’ai l’occasion de lire. Je ne saurais dire si c’est son meilleur mais j’ai tout de suite accroché à cette histoire. Les premières pages commencent avec un rythme soutenu, avec le suicide du premier mari d’Ariah. Je me suis prise d’affection très rapidement pour celle-ci, c’est un personnage complexe à la fois sympathique et antipathique qu’on a envie de protéger mais aussi parfois envie de secouer. J’ai suivi son histoire et celle de sa famille avec plaisir. Les personnages principaux et secondaires sont tous bien fouillés psychologiquement. Les Chutes en elles-mêmes sont aussi un personnage à part entière du live. C’est également un beau portrait du développement économique et écologique de la ville de Niagara Falls sur plusieurs dizaines d’années. On sent que JCO a bien documenté son sujet, notamment sur la problématique du Love Canal. Le livre aborde beaucoup de thèmes différents en fait et le ton change au fur et à mesure. J’ai beaucoup aimé les deux premières parties du livre mais j’ai trouvé que la dernière partie sur les trois enfants souffrait de quelques longueurs et répétitions. Ca redécolle un peu vers la fin quand on aborde le portrait de Juliet et l’épilogue conclue superbement le roman. Bref, j’ai trouvé que c’était une belle saga familiale qui dénonce au passage  la mainmise des industriels qui font passer l’argent et le profit avant la santé publique et l’environnement, avec la bénédiction des pouvoirs publics. J’ai hâte de lire d’autres livres de cette auteure. J’ai ai au moins deux qui trainent dans ma PAL depuis un certain temps …
cookie610
cookie610

Nombre de messages : 4888
Age : 28
Location : Lyon
Date d'inscription : 28/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joyce Carol OATES (Etats-Unis)

Message  cookie610 le Mar 21 Fév 2017 - 19:54

Délicieuses pourritures
 
Note : 3.75/5
 
Résumé : Dans une université pour femmes de la Nouvelle-Angleterre, au beau milieu des années 1970, Gillian Bauer, étudiante de littérature, tombe éperdument amoureuse, comme la plupart des étudiantes, de son professeur, le séduisant et charismatique André Harrow. Celui-ci vit sur le campus, avec sa femme Dorcas, sculptrice fascinante et énigmatique, qui choque autant qu’elle plait. Cette même année, un certain nombre d’incendies pyromanes vont être déclenchés à plusieurs endroit du campus.
 
Critique : Un très court roman de Joyce Carol Oates, qui se lit très rapidement. 126 pages vite avalées, d’autant qu’elles sont découpées en 25 chapitres, qui sont donc très courts. Le titre est brillant, je suis allée lire ensuite le poème de DH Lawrence qui se rattache. Comme toujours avec cette auteure, le style est un peu déroutant au départ. Mais on s’habitue assez rapidement. Elle arrive à dresser rapidement en quelques pages des descriptions très fines de ces personnages principaux, tous plus pervers, pourris et dérangés les uns que les autres, en particulier André. Concernant l’atmosphère, on est très proche de celle décrite dans Fille noire, fille blanche. Le sujet est très dérangeant, il peut mettre mal à l’aise mais le livre est assez bien construit pour que ça passe malgré tout. J’ai bien apprécié cette lecture même si le sujet est particulier. JCA a un talent indéniable pour écrire mais malgré son faible nombre de pages, je ne pense pas que ce soit un livre idéal pour commencer avec Joyce Carol Oates parce qu’il reste très déroutant. Il s’adresse peut-être plus à ceux qui sont familiers de son style et qui l’apprécient déjà.
cookie610
cookie610

Nombre de messages : 4888
Age : 28
Location : Lyon
Date d'inscription : 28/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joyce Carol OATES (Etats-Unis)

Message  cookie610 le Lun 26 Juin 2017 - 19:19

Carthage
 
Note : 4/5
 
Résumé : Dans la ville de Carthage, dans l’état de New-York, la jeune Cressida, 19 ans, a disparu. Sa famille lance une vaste opération de recherche pour la retrouver. La dernière fois qu’on l’a vu, elle était dans un bar en compagnie de Brett, un ancien caporal qui revient d’Irak blessé et qui vient de rompre avec Juliet, la sœur de Cressida.
 
Critique : J’ai beaucoup aimé ce livre. Il commence tout de suite, on embarque dès les premières pages dans l’histoire. On suit les points de vue des différents personnages et on comprend au fur et à mesure le dessous de l’histoire même s’il n’y a pas un immense suspense, on voit rapidement où l’auteure va nous emmener. J’aime beaucoup les portraits psychologiques que l’auteur dresse. Joyce Carol Oates a un véritable talent pour nous dépeindre des personnages. Pourtant les personnages ne sont pas très attachants dans ce roman. J’ai préféré la première et la troisième partie, je trouve que la seconde perd un peu en intérêt et qui est très lente. C’est dommage par contre que la fin ne soit pas plus approfondie. Ça aurait valu le coup de faire quelques coupes avant (il y a quelques répétitions) et étoffer un peu le dénouement. Bref, j’ai beaucoup aimé cette lecture. Il faut que j’approfondisse mon exploration de l’œuvre de Joyce Carol Oates.
cookie610
cookie610

Nombre de messages : 4888
Age : 28
Location : Lyon
Date d'inscription : 28/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joyce Carol OATES (Etats-Unis)

Message  Patience le Mar 15 Aoû 2017 - 15:16

LES CHUTES
Editions France Loisirs  689 pages


Ma note : 4/5


Quatrième de couverture : Au matin de sa nuit de noces, Ariah Littrell découvre que son époux s'est jeté dans les chutes du Niagara. Durant sept jours et sept nuits, elle erre au bord du gouffre, à la recherche de son destin brisé. Celle que l'on surnomme désormais "la Veuve blanche des Chutes" attire pourtant l'attention d'un brillant avocat. Une passion aussi improbable qu'absolue les entraîne, mais la malédiction rôde...


Mon avis : Même si ce n'est pas un coup de cœur, j'ai fait une belle découverte avec ce livre.
Ariah n'est pas vraiment un personnage sympathique mais je me suis quand même attachée à elle. Je l'ai plus plainte que je ne l'ai détestée. Elle a réussi à trouver le bonheur après un mauvais départ dans la vie, mais n'a pas su le voir totalement. Elle a préféré se couper de toutes émotions plutôt que d'affronter son chagrin entourée de ses enfants.
Le cadre du roman est tout simplement magnifique. L'ambiance des chutes du Niagara est présente à tout moment et rappelle en permanence que la nature est la plus forte, qu'elle a toujours le dernier mot.
On découvre aussi l'industrialisation de cette zone, on déplore la déforestation et les problèmes de pollution, mais aussi l'évolution du tourisme
Ce fut une très belle lecture, mais que j'ai trouvée longue à la fin. La troisième partie, bien que nécessaire pour conclure l'histoire, n'en finissait pas de finir.

_________________
Lecture en cours : Le vieux qui voulait sauver le monde de Jonas Jonasson
PAL : 528
Livres lus depuis le début de l'année : 83 (31183 pages)
Patience
Patience

Nombre de messages : 1261
Age : 36
Location : Lorraine
Date d'inscription : 12/01/2011

http://quarte-editions.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joyce Carol OATES (Etats-Unis)

Message  petitepom le Ven 29 Déc 2017 - 8:47

Tout semble aller comme il se doit dans la petite ville de Carthage en ce début de juillet 2005, si ce n’est que Juliet Mayfield, la ravissante fille de l’ancien maire a, pour des raisons peu claires, rompu ses fiançailles avec le caporal Brett Kincaid, héros de retour de la guerre d’Irak. Un héros très entamé dans sa chair et dans sa tête, dont pourtant Cressida, la jeune sœur rebelle de Juliet, est secrètement amoureuse. Or, ce soir-là, Cressida disparaît, ne laissant en fait de traces que quelques gouttes de son sang dans la jeep de Brett. Qui devient alors le suspect numéro 1 et, contre toute attente, avoue le meurtre…

Sept ans après, un étrange personnage surgit qui va peut-être résoudre l’impossible mystère. C’est ce que vise Joyce Carol Oates qui est sur tous les fronts : violence, guerre, dérangement des esprits et des corps, amour, haine. Et même exploration inédite des couloirs de la mort… Un roman puissant et captivant.

Malgré l'épaisseur du roman, il se lit assez vite, car on est totalement immergé dans l'histoire dès les premières lignes.
Chaque personnages est analysé, face à la situation ; avec la plume de l'auteur, c'est un régal.
petitepom
petitepom

Nombre de messages : 266
Age : 53
Location : un petit village de Corrèze
Date d'inscription : 03/06/2012

http://petitepom.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

MARYA, UNE VIE

Message  DKOIS le Mar 16 Jan 2018 - 17:07

MARYA, UNE VIE

Livre de Poche 405 pages

Résumé 4eme de couverture édition Stock


Marya Knauer a huit ans quand son père est tué dans une rixe. Un peu plus tard, sa mère la confie à une tante et un oncle avant de disparaître complètement. Cette jeune fille secrète, solitaire, apprend la peur, la cruauté. Au lycée, elle devient brillante et bien supérieure aux autres, ce qui la condamne à encore plus d’isolement. Elle entre à l’université et se plonge violemment dans l’écriture, en développe une passion proche de la folie. Il lui faut encore attendre quelques années pour connaître un amour heureux avec un journaliste, mais Marya si forte dans le désespoir saura-t-elle maintenir une vie heureuse ? On la quitte alors qu’elle entame une recherche sur son passé et surtout sur sa mère qui lui disait si souvent : « Ne commence pas à pleurer, tu ne pourras plus t’arrêter.


La marque de fabrique de J.C.OATES est de mettre en scène des personnages à la psychologie particulière . Elle a l'art de décrire des caractères complexes, trouble, nébuleux ...
Dans ce roman, elle n'échappe pas à cette tradition. Toutefois, cette fois-ci, l'intrigue est beaucoup moins prenante que dans autres romans que j'ai lu précédemment. J'ai attendu le démarrage du roman quasiment jusqu'à son terme. Il se décompose de période de la vie de l'héroine ( sa tendre enfance, son adolescence, sa scolarité, l"université, le travail..) sans qu'un lien existe vraiment. A chaque période, ses relations avec autrui sont décrites et répétées. 


D'autres "Oates" m'ont beaucoup plus tenu en haleine. 

Note 3/5

DKOIS

Nombre de messages : 322
Age : 56
Location : Nord France
Date d'inscription : 10/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joyce Carol OATES (Etats-Unis)

Message  DKOIS le Sam 8 Déc 2018 - 13:03

CONFESSIONS D’UN GANG DE FILLES
Joyce Carol OATES
Stock 383 Pages
 
Résumé (Source Livre de Poche)

Un quartier populaire d'une petite ville ouvrière de l'État de New York dans les années 1950. Cinq lycéennes – Maddy, la narratrice, Goldie, Lana, Rita et Legs –, pour survivre et se venger des humiliations qu'elles ont subies, concluent un pacte, à la vie, à la mort : elles seront le gang Foxfire. La haine, surtout celle des hommes, va les entraîner dans une impitoyable équipée sauvage. Dans une langue crue, précise et concrète, Joyce Carol Oates dépeint la « fureur de vivre » des cinq inséparables et leurs accès de générosité envers d'autres déshérités. Comme toujours chez l'auteur de Blonde, le Mal est d'autant plus vraisemblable qu'il nous ressemble...


Mon avis


Avant de rédiger cet avis, j’ai enquêté sur la bibliographie de J.C.O. Il faut avouer que c’est assez impressionnant. Entre les nombreux romans écrits sous son nom, le bon nombre de ceux écrits sous différents pseudonymes, les essais, les nouvelles, les recueils de poésie, les pièces de théâtre…c’est tout simplement époustouflant. Je pense qu’elle est la seule auteure à écrire plus que je ne lis personnellement !!!


Au terme de ma lecture et en me référant donc au volume de l’œuvre de J.C.O, je me conforte dans l’idée qu’une « surproduction » d’écriture engendre forcement du bon, du moins bon et du mauvais. Ce « Confession… » fait parmi du moins bon (limite mauvais)


Comprendre une histoire est essentielle. Comprendre où l’auteur veut vous emmener ne l’est pas moins. Et là, j’avoue n’avoir pas saisi la finalité de ce roman.


Roman féministe ? Oui peut-être mais dans ce cas, et de mon point de vue, l’image de la femme n’en sort pas glorifiée. Ce thème, d’actualité, est bien trop compliqué et grave pour le traiter avec la surenchère exprimée à travers ce livre. Tous les hommes de la ville de Hammond semblent être des s…. pervertis. En réponse à cette perversion, ce gang d’adolescente répond avec sa propre perversion. Une escalade qui n’aboutit à rien et ne fait surtout pas avancer le débat de la condition féminine dans notre société occidentale. Un livre qui ne se veut que noir, sans espoir, sans réponse…


Bien sûr, j’ai lu ce livre avec ma vision masculine, j’y ai peut-être cherché des choses qui n’avaient pas lieu d’être. Suis-je passé à côté d’un message profond ?… peut-être
 
Côté style, l’écriture est tout sauf fluide. Les paragraphes sont bien souvent longs mais hachés par d’incessantes précisions ou références. J’ai eu beaucoup de mal à m’y habituer mais toutefois ce style se justifie pour rendre au mieux la noirceur du thème et faire participer le lecteur. Là c’est plutôt bien jouer par l’auteure.
 
Ma note 2.5 / 5

DKOIS

Nombre de messages : 322
Age : 56
Location : Nord France
Date d'inscription : 10/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joyce Carol OATES (Etats-Unis)

Message  cookie610 le Dim 16 Déc 2018 - 20:18

Zarbie les yeux verts


Note : 4.5/5


Résumé : Francesca, dite Franky, vit tranquillement avec sa famille dans une magnifique maison. Son père est journaliste sportif et une vedette de la télévision. Ils mènent une vie aisée. Tout semble aller pour le mieux, une vraie famille modèle, si ce n’est que sous ce vernis bien lisse, une réalité tout autre n’est enfouie. Le couple parental se disputent, la mère va s’installer dans un bungalow temporairement. La famille se délite, jusqu’à l’explosion.
 
Critique : A mi-chemin entre le roman young adulte et le thriller psychologique, j’ai vraiment beaucoup aimé ce roman. Franky est un personnage terriblement attachant. Au départ, on est tiraillé avec elle entre ses deux parents, on lutte avec elle face à la manipulation de ses proches. Une fois lancé, on ne peut plus le lâcher. C’est un sujet très délicat, malheureusement très actuel, et qui vous touche forcément. Oates parvient à recréer un climat de tension extrême et malaisant qui étouffe le lecteur. Le style est un peu particulier, à la Oates si je peux dire, ça ne m’a pas dérangé personnellement comme je suis habituée mais un primo-lecteur pourrait être surpris. Bref, j’ai vraiment beaucoup aimé et je vous le recommande.
cookie610
cookie610

Nombre de messages : 4888
Age : 28
Location : Lyon
Date d'inscription : 28/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joyce Carol OATES (Etats-Unis)

Message  géromino le Jeu 31 Jan 2019 - 9:10

"Valet de pique"  Points 2018   225 pages


              Andrew Rush écrit des thrillers, qui reçoivent un très bon succès auprès du public. Ce sont des thrillers d'une veine plutôt classique et de bonne tenue. Les revenus confortables des ventes lui assurent une existence aisée pour lui et sa famille. Mais dans le plus grand secret, il est l'auteur de polars sanglants, érotiques, et violents, des livres à la limite de l'immoralité, qu'il écrit sous le pseudonyme Valet de pique. Son existence jusque là sans histoires va être chahutée lorsqu'une vieille dame l'assigne au tribunal pour plagiat...


             Je ne connais pas l'univers de l'auteur, c'est le premier livre que je lis d'elle. Première chose, son écriture captive tout de suite. C'est simple et fluide; l'intrigue est bien menée, monte en puissance crescendo, les personnages sont naturels. En un mot, c'est du soigné! La seule critique un peu négative qui me vient à l'esprit, c'est la fin que je trouve expéditive, mais bon. Ce Docteur Jekyll et Mister Hyde de l'édition m'a fait passer un moment de lecture agréable et m'a permis de découvrir Joyce Carol Oates. Comblé!


Note: 4/5

_________________
                                                                                                                                                                              

Challenge "Book around the States":  18/50
géromino
géromino

Nombre de messages : 3276
Age : 54
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joyce Carol OATES (Etats-Unis)

Message  lalyre le Jeu 31 Jan 2019 - 13:05

Oates, Joyce Carol
Valet de pique
Editions Points mars 2018
ISBN 978 2 7578 7105 8
225 pages


Quatrième de couverture
Mon nom est Andrew J. Rush. Ici à Harbourton, je suis une véritable célébrité. Mon ascension fulgurante, celle d'un enfant du pays devenu un écrivain à succès, est connue de tous. Et dire qu'ils ignorent que leur cher " Andy " est aussi le Valet de pique, ce mystérieux auteur de thrillers noirs et dépravés. Ce secret, je l'emporterai avec moi dans la tombe. Au risque d'être pris à mon propre jeu.
" Un thriller gothique redoutable où Joyce Carol Oates met en scène la part inavouable et les hantises fatales du métier d'écrivain : masques et mensonges, drames cachés et comédies perfides. "
Mon avis

Andrew J. Rush écrivain reconnu qui cependant pour pimenter sa vie emprunte des chemins de traverse littéraires, pour cela il va écrire des romans très noirs sous le pseudo de Valet de pique. Sur fond de cette histoire et dans une atmosphère inquiétante, J.C. Oates nous décrit le portrait d’un homme cynique qui gère son double facilement jusqu’au jour ou il est accusé de plagiat par une femme âgée et solitaire, ce qui va l’entraîner dans une aventure dévastatrice et dangereuse dont il ne sortira pas indemne. Il faut dire qu’il soupçonne sa femme d’une liaison avec son professeur et que son comportement semble être influencé par la face noir du Valet de pique, ce qui nous fait plonger dans la vie secrète de Andrew qui bascule dans une folie meurtrière. Ce roman n’est pas le meilleur de J.C. Oates qui d’une plume crue et précise arrive à le rendre loufoque et horrifiant mais l’intrigue est bien maîtrisée et distille le suspense jusqu’à la dernière page de ce livre que j’ai lu rapidement bien que ce ne soit pas le meilleur de ses œuvres. 4/5
lalyre
lalyre

Nombre de messages : 4615
Age : 86
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joyce Carol OATES (Etats-Unis)

Message  dodie le Ven 8 Mar 2019 - 8:34

Valet de pique

Andrew J.Rush est un auteur de romans policiers reconnu et dont le succès lui permet de vivre tranquillement la vie un peu "cliché" de l'écrivain: une belle et vaste maison un peu isolée, un bureau avec vue sur la campagne, une épouse compréhensive à l'égard de ses sautes d'humeur en fonction de son avancée dans l'écriture.
Mais à l'insu de tous, il est aussi le Valet de Pique, auteur de romans très noirs, violents et dépravés qui connaissent également un certain succès. 
Ce bel équilibre en apparence s'effondre le jour où il reçoit une une assignation en justice pour vol de manuscrit et plagiat du fait d'une dame âgée.

Ce roman assez court nous plonge petit à petit dans une ambiance assez malsaine. Page après page, nous pénétrons l'univers d'Andrew et l'aspect dérangeant du personnage monte en puissance.

Pas un mot de trop, aucune longueur dans ce récit. L'étau se resserre jusqu'à la fin peut-être un peu trop rapide et laissant certaines questions en suspens.
Par exemple les rapports assez étranges qu'Andrew entretient avec ses enfants ou sa mère, évoqués par l'auteur mais qui auraient mérité d'être développés. 

Ma note 4/5
dodie
dodie

Nombre de messages : 4938
Age : 55
Location : France
Date d'inscription : 11/04/2009

http://dodiecuisine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joyce Carol OATES (Etats-Unis)

Message  DKOIS le Mer 20 Mar 2019 - 17:46

MUDWOMAN
J.C OATES
POINTS 565 PAGES
 
Résumé
 
Abandonnée par sa mère dans les marais des Adirondacks, Mudgirl est miraculeusement sauvée puis adoptée par un couple résolu à lui faire oublier son horrible histoire. Devenue Meredith Neukirchen, première femme présidente d'université, Mudwoman, brillante et irréprochable, se dévoue toute à sa carrière. Un voyage sur les lieux de sa naissance va faire resurgir les fantômes du passé...
 
Mon avis
 
Je semble me répéter quand j’aborde le sujet de J.C Oates. Tant pis !!!
 
L’intensité d’écriture de cette auteure est phénoménale. Sauf preuve du contraire, je ne connais aucun écrivain dont la bibliographie est aussi remplie que la sienne. Je ne peux la consulter sans imaginer cette femme penchée sur son bureau à écrire à longueurs de journée comme obsédée, ou mieux possédée, par son art.
 
J’ai lu une quinzaine de ses romans et là je dois avouer y avoir trouvé du bon, du très bon et …du moins bon. Le très bon fut pour moi « Petite sœur, mon amour ». Le moins bon « Confessions d’un gang de filles » (lu récemment). Et ce « Mudwoman » me direz-vous ? Pour être franc et direct je le classerai dans les bons romans de cette auteure.
 
Ce roman est très ambitieux par son l’histoire et sa conception. Il est avant tout une étude de caractère de l’héroïne. De cette femme sauvée, toute jeune enfant, d’une rivière de boue et qui se hisse dans les plus hauts postes de l’enseignement universitaire. De cette femme qui rencontre les pires difficultés à se socialiser parmi le genre humain. De cette femme qui traine le poids de son histoire. Cette étude est parfaitement manœuvrée.
 
Cela dit, je dois avouer que pour adopter ce roman il faut être rompu aux techniques d’écriture de l’art littéraire. Ce roman n’est ni plus ni moins qu’un puzzle chronologique, qu’un kaléidoscope de réel, de rêve et de fantasme. Il demande une attention du lecteur de tous les instants. Je le déconseille à un néo-lecteur à la recherche d’un roman sérieux et intéressant mais facile à lire.
 
Me voilà donc réconcilier avec Joyce !!! Ma prochaine lecture confirmera-t-elle ce regain d’intérêt ? A suivre …
 
Ma note 3.5 / 5

DKOIS

Nombre de messages : 322
Age : 56
Location : Nord France
Date d'inscription : 10/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joyce Carol OATES (Etats-Unis)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum