Mordecai RICHLER (Canada)

Aller en bas

Mordecai RICHLER (Canada)

Message  Lacazavent le Mar 25 Nov 2008 - 10:55

De :Mousseliine Envoyé : 12/03/2004 14:21
Mordecai RICHLER - Le monde de Barney

L'histoire: Barney Panofsky, juif canadien, soixante-sept ans, ivrogne, écrit ses mémoires. Il a eu trois épouses. Clara était la première. Ils se sont connus à Paris, Barney y a passé deux ans dans le but de découvrir le grand Art mais il a plutôt fait la fête avec un groupe d'amis canadiens et américains, des artistes en herbe. Mais Barney n'avait rien d'un artiste, il est revenu à Montréal, il a fait fortune d'abord dans l'exportation et par la suite dans le cinéma. Il a épousé madame Panofsky II, une jeune femme de la bonne société juive de Montréal. Ce mariage n'a pas fait long feu, un drame est venu bouleversé l'existence de Barney, une histoire qui l'a poursuivi tout au long de sa vie... Et puis il s'est marié avec Miriam de qui il eu trois enfants et qui l'a quitté au bout de trente-trois années.

Ce roman est absolument parfait, aucun défaut. D'abord l'humour de Mordecai Richler est remarquable. Un humour sarcastique, ironique, rarement un auteur m'a fait autant rire.

Le Monde de Barney c'est Montréal du côté anglophone, Westmount et son snobisme, la rue Crescent... C'est aussi le hockey, les canadiens de Montréal dans leurs plus belles années, Maurice Richard, Jean Béliveau, Bernard Geoffrion, Guy Lafleur... C'est le référendum du point de vue des anglos, peut-être que certains québécois francophones le prendront mal, pour ma part je n'y ai vu que de l'humour, un humour caustique mais qui fait drôlement rigoler. C'est aussi Toronto, New York. C'est une plongée dans la littérature des années cinquante jusqu'à aujourd'hui, de même pour le cinéma. Bref Mordecai Richler nous entraîne dans une grande variété de sujets enrichissants et ce avec virtuosité et un dynamisme époustouflant.

Je pourrais en dire très long sur ce bouquin mais je vous laisse le découvrir... A ne surtout pas manquer, je vous le recommande très fortement!
Note : 5/5



De : Mousseliine Envoyé : 12/03/2004 14:47

Bon je n'arrête pas de penser à ce livre.
J'ai vraiment découvert un Montréal que je ne connaissais pas, Montréal du côté des anglais... l'Ouest, les rues, les restos, les bars, les écoles, les magasins, tout ces endroits qui sont surtout fréquentés par les anglais. Et c'est aussi une autre façon de penser.
Ceux qui comme moi aiment Montréal passionnément ne peuvent pas passer à côté.
Ça c'est sûr.
Les autres ça ne vous empêchera pas d'aimer autant, mais d'une manière différente.

J'aime infiniment L'oratorio de Noël de Goran Tunstrom, mais pour un suédois de la région ou se déroule l'histoire, le roman doit avoir une autre signification. Ça ne veut pas dire pour autant que les suédois aimeront davantage ou moins ce livre, c'est juste que c'est probablement différent.

Et puis l'humour de Mordecai Richler...... je ne sais quoi dire.......
Je ne sais pas trop à qui je pourrais comparer Mordecai Richler, disons qu'à John Irving pour certains aspects et à Yves Beauchemin pour d'autres. Mais ça reste qu'il est unique en son genre.

# 1969 Prix littéraire du Gouverneur général pour Cocksure.
# 1972 Prix littéraire du Gouverneur général pour St. Urbain's Horseman.
# 1974 Prix de la meilleure comédie décerné par la Screenwriters Guild of America pour The Apprenticeship of Duddy Kravitz.
# 1976 Prix du livre pour enfants de l'année décerné par la Canadian Library Asssociation pour Jacob Two-Two Meets the Hooded Fang.
# 1976 Prix du livre pour enfants Ruth Schwartz pour Jacob Two-Two Meets the Hooded Fang.
# 1995 Prix du livre M. Christie (meilleur livre destiné aux enfants de 8 à 11 ans) pour Jacob Two-Two's First Spy Case.

Je vais acheter un de ses romans pour enfants à mon fils, et je vous en donnerai des nouvelles.

J'y reviens encore, bon c'est la dernière fois.... c'est que j'ai oublié de parler de la traduction, et c'est très important parce que c'est épouvantable!!! Mais bon moi je l'ai pris en rigolant et je me suis amusée à relever toutes les absurdités.
Juste pour les noms de rues par exemple... St-Catherine Street, faut vraiment n'avoir jamais mis les pieds à Montréal pour penser que le nom des rues ici sont affichés en anglais.
Et il y a plein, plein d'erreurs du genre. Mais pour ma part ça ne m'a pas agacé mais plutôt fait rigoler.
Pourtant Mordecai Richler a souvent été traduit par des traducteurs québécois, mais pour ce livre-ci il semble que non.

À un moment donné je lisais une critique d'un roman japonais sur Amazon, et l'auteur de la critique critiquait la mauvaise traduction, un japonais bien sûr. Mais pour nous qui lisons un roman japonais, on peut difficilement sans rendre compte.



De : melodie74 Envoyé : 13/03/2004 19:02

Ouin, ouin, ouin...difficile de ne pas se laisser tenter par ce livre après tes messages Mousseline...Mes expériences avec Richler ont toujours été décevantes, mais j'avoue que je suis intriguée maintenant...

Quand j'étais à Ottawa, on avait lu ses histoires courtes et j'ai aussi commencé Rue St-Urbain il y a quelques années, mais je n'avais pas aimé et pas terminé. Je faisais des montées de haute-pression alors j'ai arrêté!! Peut-être suis-je trop susceptible, mais je trouvais ses propos arrogants, pédants et rascistes (surtout dans les histoires, car c'était plutôt sous forme d'essais, alors il ne pouvait pas se cacher sous les dessous de la fiction). Évidemment, il a un vécu extraordinaire et tout, mais je trouve qu'il agrandit le fossé entre nos deux solitudes plus qu'autre chose...enfin, dans ce que j'avais lu. Celui dont tu parles semble avoir beaucoup d'humour...Allez, je le mets sur ma liste!

Mélodie



De : Mousseliine Envoyé : 14/03/2004 13:50

Dans ce roman-ci Mordecai Richler, ou plutôt son personnage principal est très très sympa, il gueule, il chiâle mais après tout le monde, le référendum, les juifs bigots, les snobs de Westmount, Parizeau, Mulroney et le ton est loin d'être pédant. En fait il y a seulement les joueurs de hochey grâce à ses yeux.

Je pense que ce livre te plairait énormément ne serait-ce pour le cinéma. C'est une véritable rétrospective du cinéma de 1950 à aujourd'hui, on va même faire un tour à Hollywood. Il parle des réalisateurs, des films, des acteurs....... c'est jouissif!
Même chose pour la littéture surtout amécaine et canadienne. Et un peu moins du côté de la peinture. Il est très cultivé ce M. Richler.
De plus le personnage principal est producteur.

Il a toujours été boudé du côté francophone comme bien des auteurs canadiens anglophones en réalité. Quand on pense que Nancy Huston a subit le même sort...



De : 2550Chimère Envoyé : 30/09/2004 16:45
LE MONDE DE BARNEY de Mordecai RICHLER

Résumé : Les mémoires d'un vieux grincheux alcoolique, amateur de cigares et fan de hockey et toujours amoureux fou de son ex femme Miriam.

Mon avis : Teigneux, rancunier, d'une mauvaise foi redoutable, tirant à boulet rouge sur tout ce qui passe à sa portée, Barney est un sacré personnage. Ses mémoires auraient pu être l'occasion de se montrer sous un aspect plus favorable et bien non. Même dans cet exercice de style où il aurait eu l'occasion de démentir son sale caractère, il continue à revendiquer son rôle de vieux raleur et hargneux. La lecture est jubilatoire à souhait, tout le monde est égratigné (et Barney ne s'épargne pas non plus) à coup de phrases assassines incroyablement caustiques. Le plaisir de la lecture vient aussi que les mémoires de Barney ne sont pas linéaires. Il raconte en suivant une forme d'association d'idées. Ce qu'il dit est parfois rectifiée par les notes en bas de page rédigées par un de ses enfants ce qui donne un air d'authenticité à ces politiquement incorrectes mémoires de Barney. C'est dense, passionnant, très drôle, et émouvant aussi, et on finit même par avoir de l'affection pour ce personnage haut en couleur qu'est Barney Panosfsky.

Ma note: 5/5



De : valduval♥xavier Envoyé : 10/10/2007 17:50
Le monde de Barney (Albin Michel, 564 pages, aussi disponible en format poche)

Le Monde de Barney c’est l’autobiographie, fictive bien sûr, de Barney Panofsky, juif montréalais, producteur de séries télé, buveur invétéré, marié trois fois, père de trois enfants, passionné de hockey…

J’ai lu ce roman il y a quelque mois déjà et c’est comme si c’était hier. On peut dire que c'est bon signe. J’ai été conquise par ce cher Barney, homme que j’ai trouvé à la fois insupportable et infiniment attachant. Son franc parler et sa façon de nous livrer ses impressions sans détour sont irrésistibles. Je me souviens avoir eu un peu de difficulté à entrer dans l’histoire au tout début. C’est qu’il est cultivé ce Barney! Je n’arrivais pas toujours à le suivre dans ses références littéraires et j’avais souvent l’impression de passer à côté de quelque chose. Heureusement, ça n’a pas duré. La construction non linéaire du roman est intéressante. Étant donné qu'il est victime de pertes de mémoire de plus en plus fréquentes, Barney a de la difficulté à organiser ses idées et ses propos sont souvent décousus. Il lance une idée, qui en amène une autre, qui en amène une autre…Résultat : impossible de lâcher le livre. Et que dire de l’intrigue dont on connaît le dénouement qu’à la toute dernière page...

Dommage que la traduction soit si mauvaise. Des noms de rue pas traduits. Notre sport national que le traducteur a tellement matraqué qu’on a peine à croire qu’il parle de hockey… Je suis moi-même traductrice et je comprends très bien la nécessité de traduire pour l’ensemble de la francophonie, mais il y a quand même des limites.

Ma note : 4/5



De : Myanka_K9 Envoyé : 06/01/2008 18:12
Rue St-Urbain

Livre du mois sur le forum des rats en octobre 2004.


Voir tous les critiques ici: http://clubdesrats.forumr.net/livres-du-mois-f43/octobre-2004-rue-st-urbain-de-mordecai-richler-t1832.htm?highlight=richler
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5581
Age : 32
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mordecai RICHLER (Canada)

Message  gallo le Mar 15 Déc 2009 - 18:38

Mordechai Richler - Rue Saint-Urbain
The Street, 1969, traduit par René Chicoine.
Bibliothèque Québécoise 2002, 186 pg.

Récit autobiographique (tome III) de la jeunesse de l'auteur.

Mordechai Richler raconte des petites épisodes des années 1940-1950 environ; sa jeunesse d'ecolier et lycéen juif dans le Montréal anglais, où il y a aussi des français. C'est le temps de guerre et d'après-guerrre en Europe, mais la rue Saint-Urbain n'en a que des echo's lointains. C'est le quartier d'immigrants pauvres avec une communauté juive assez importante (getto, si l'on veut). Le livre parle de scènes entre écoliers, la découverte timide de la gent féminine, d'un invalide de guerre déprimé pour qui le mariage n'evite pas le suicide; des locataires dans la maison, notamment d'un auteur qui tombe amoureux, qui se retire en douce pour éviter le mariage, etc. etc.

Le style est direct, très fluide et agréable à lire. Pas mal de situations sont caractéristiques pour l'epoque et me font penser au quartier juif d'Amsterdam, nommé ''le Jordaan'' et qui a eu ses auteurs;
le livre repète un peu les "blagues juives" (en néerlandais: jodenmoppen) qui sont connus jusque chez nous (ou est-ce des blagues juives de chez nous connus jusque chez les Canadiens?) .
J'ai apprécié le style et l'ambiance, mais le livre ne m'a pas vraiment emballé. Ma note 3/5.

_________________
Gallo
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mordecai RICHLER (Canada)

Message  Mousseline le Mer 16 Déc 2009 - 5:47

Mais où as-tu dénicher ce livre Gallo ? surtout dans l'édition Bibliothèque québécoise

_________________
Mousseline

Magasin général tome 2 : Serge de Loisel et Tripp et L'île des chasseurs d'oiseaux de Peter May



"Happiness is only real when shared." (Christopher McCandless)
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mordecai RICHLER (Canada)

Message  gallo le Mer 16 Déc 2009 - 12:11

Mousseline, en bouquinant à Nimègue, un bon rat de biblionet a le nez pour ces choses.

_________________
Gallo
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mordecai RICHLER (Canada)

Message  gallo le Sam 19 Déc 2009 - 10:05

Mordecai Richler - De leerjaren van Duddy Kravitz (The aprenticeship of Duddy Kravitz, 1959; L'aprentissage de Duddy Kravitz)
Traduit en néerlandais par Joop van Helmond avec l'aide financière du Canada Council, 1986.
Ed. Rainbow paperbacks 2000, 383 pg.

Le lecteur suit les pérpiples d'un jeune juif de Montréal. Après les années scolaires remplies de drôleries de mauvais élève et d'amourettes d'un garçon un tantinet vulgaire, il faut gagner sa vie, et Duddy a des exemples d'hommes d'affaires réussis tels que Boy Wonder. Lui aussi a hâte d'arriver. Petit commerce d'enfant ou travail de garçon d'hôtel n'apportent que des petit gains mais c'est ce qui lui sert d'entrée dans le monde des grands de la commerce. Et cet entrée, il va en avoir besoin, un jour qu'il a sa vision d'avenir: devenir proprietaire des terrains au bord d'un lac de montagne merveilleux, bout de nature pure à quelques kilomètres seulement de la ville de Sainte Agathe et y développer un centre de vacances. Mais pour cela, il faut gagner vite l'argent nécessaire. Duddy y developpe une energie et une créativité commerciale hors pair: il bluffe parfois, il gagne presque à chaque coup, mais pas tout est une réussite, il y a des complications amoureuses, un héritage lui passe sous le nez, un ami devient invalide par sa faute, et il fait faillite, subit la déprime. Réussite à 19 ans, faillite la même année, il est révigoré par une dernière possibilité d'achat du terrain qui le pousse à chercher l'argent par tous les moyens: il fait le tour des hommes d'affaires, rien; il essaie un petit chantage sur Boy Wonder dont quelques affaires puent, le chantage est raté; son père lui prête: pas assez; alors il fausse un cheque de son ami invalide. Il y gagne le terrain mais il y perd le respect de son grand-père. Le sourire ne revient quand les habitants de Sainte Agathe le montrent du respect, signe de son ascension.

Le personnage de Duddy est très convaincant, grand coeur et petit fripou, inventif et entreprenant, ehousiaste à souhait, pas trop vite découragé. Le reçit commence avec une certaine lenteur, mais accèlère de plus en plus. Un vrai plaisir de lire. Ma note 5/5.

NB. Le livre a été adapté au cinéma et il y a eu une version en ''musical''.

_________________
Gallo
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mordecai RICHLER (Canada)

Message  Patience le Dim 4 Oct 2015 - 13:05

RUE SAINT-URBAIN
Bibliothèque Québécoise  186 pages


Ma note : 4/5


Quatrième de couverture : Le quartier juif, entre l'avenue du Parc et la Main, dans le Montréal des années 1940. Voici le monde dans lequel Mordecai Richler nous plonge, avec ses lieux, ses personnages, son ambiance : le restaurant de Tansky, communiste invétéré, où s'échauffent les esprits, l'école primaire et les rêves d'avenir qu'elle suscite, l'appartement familial où les parents louent une chambre à un réfugié, puis à un écrivain qui attend le succès ; et, l'été venu, la plage des Laurentides et sa pancarte, "This Beach is restricted to Gentils", que les jeunes s'empressent de déterrer... Un monde attachant, plein de bonhomie sympathique, ayant pour toile de fond le Québec de Duplessis et les Etats-Unis, l'"Amérique véritable", un univers comme seul pouvait le décrire l'auteur de L'apprentissage de Duddy Kravitz.


Mon avis : Bienvenue dans le quartier juif de Montréal des années 40. L'auteur nous dépeint le tableau de son enfance et adolescence. Il parle de l'anti-sémitisme, des problèmes d'argent, il évoque cette guerre qui est très éloignée pour eux. L'arrivée de locataires dans la maison apporte de l'animation et des points de vue différents.
J'ai beaucoup aimé ce petit roman.

_________________
Lecture en cours : Le vieux qui voulait sauver le monde de Jonas Jonasson
PAL : 528
Livres lus depuis le début de l'année : 83 (31183 pages)
avatar
Patience

Nombre de messages : 1250
Age : 36
Location : Lorraine
Date d'inscription : 12/01/2011

http://quarte-editions.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mordecai RICHLER (Canada)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum