Sandor MARAI (Hongrie/Etats-Unis)

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sandor MARAI (Hongrie/Etats-Unis)

Message  Mousseline le Mar 25 Nov 2008 - 2:44

De : 2550Chimère (Message d'origine) Envoyé : 17/10/2004 14:10

LES BRAISES de Sandor Marai
ed Le Livre de poche/218

Résumé : Après de longues années de séparation, deux amis d'enfance maintenant à la fin de leur existence, se retrouvent pour un tête-à-tête. Qu'est-il advenu de leur amitié qui devait être immortelle et qui s'est totalement perdue au cours d'une partie de chasse quarante ans auparavant ?

Mon avis : Un face à face entre deux vieillards et entre les deux le fantôme d'une femme. L'auteur distille les indices sur le véritable enjeu de cette conversation avec parcimonie et parvient à surprendre grâce à quelques fins de chapitre qui relancent l'intérêt du récit qui par moment s'enlise il faut bien le dire. Néanmoins, il y a quelque chose dans le style de l'auteur et la forme de la narration qui pousse à aller jusqu'au bout de la lecture et amène forcément à se poser des questions sur cette notion d'amitié éternelle qui semble bien éphémère àla lecture de ce roman.

Ma note : 3,5/5

--------------------------------------------------------------------------------

Note biographique : Sandor Marai (Kassa 1900-Etats Unis 1989) écrivain hongrois. Le succès lui sourit dès les années 1920. Il dépeint dans ses romans la haute bourgeoisie dont il est issu. Outre son autobiographie (Les confessions d'un bourgeois 1934-1936) signalons Divorce à Buda (1935), Les révoltés (1936), La conversation de Bolzano (1940) Les braises (1956). Il choisit l'exil en 1948 et se donne la mort aux Etats Unis. la concentration de ses récits dans l'espace et dans le temps, la gravité des réflexions développées par les principaux personnages apparentent son art à la dramaturgie classique. Son oeuvre fut interdite en Hongrie jusqu'en 1990.


De : Claarabel Envoyé : 19/06/2005 18:14

Sandor MARAI - L'héritage d'Esther
Biblio du Livre de poche, 156 pages

Je suis fatalement sous le charme ! L'écriture de Sandor Marai est d'une classe folle, d'un grand classicisme très soigné, légèrement sobre et guindée, et pourtant si délicatement intimiste, envoûtante et voluptueuse ! Pour le premier livre que je lis de cet écrivain, je suis convaincue ! Je n'en resterai pas là !
"L'héritage d'Esther" est une histoire troublante, dans une grande maison proche de la ruine, où coule des jours tranquilles l'héroïne, Esther, la cinquantaine sonnante, et qui se déclare déjà à la fin de sa vie (gloups!). Une lettre arrive d'un ancien amant, Lajos. Il annonce son arrivée, avec les enfants, et deux autres individus. Cela fait plus de vingt ans qu'il s'est évaporé ! Ancien courtisan d'Esther, il avait finalement épousé sa soeur, Vilma, et avait disparu de la circulation à la mort de celle-ci. Deux décennies plus tard, le retour de Lajos le Terrible fait frémir Esther, son frère Laci, la domestique Nounou et les loyaux amis Tibor et Endre. Chacun espère bêtement que Lajos revient régler quelques vieilles traites, éponger ses dettes et effacer les rancunes du passé mais Esther, vaguement troublée, discernera vite que l'ancien escroc n'a pas changé d'un poil !

Ce roman a été publié en 1939, l'auteur est hongrois, souvent comparé à Stefan Zweig. Mais tous ces détails m'apparaissent vains. Sandor Marai pourrait être un contemporain, un portraitiste au génie incalculable, un roman à la fois actuel et délicieusement suranné, un incontournable quoi ! Dans "L'héritage d'Esther", l'ambiance est feutrée, les nuages du passé passent et repassent, tels des volutes de fumée. Les fantômes hantent les pièces de la maison, se baladent dans le jardin fleuri, effleurent l'épaule d'Esther, laquelle se révèle une héroïne touchante et forte, mais dont la décision finale me semble totalement aberrante ! Cependant mon impression de lecture reste, dans son ensemble, un véritable enchantement !

4.5/5


De : Felindra2775 Envoyé : 12/07/2005 17:23

"L'Héritage d'Esther" de Sandor Marai
Albin Michel 163 pages

Résumé :

Esther a 45 ans. Elle mène une existence paisible et un peu somnambulique en compagnie de Nounou, sa gouvernante, dans la maison qu'elle a héritée de ses défunts parents, bourgeois par ailleurs ruinés. Un jour, elle reçoit un télégramme : Lajos, le seul homme qu'elle ait jamais aimé et qui lui a tout pris, ou presque, annonce sa venue. Elle n'a pas eu de ses nouvelles depuis vingt ans. Les souvenirs reviennent la hanter...

Mon avis :

Cet homme qui revient au bout de 20 ans après avoir envoyé une lettre, c'est trop bizarre pour être honnête. Il lui a préféré sa soeur à l'époque et l'a épousée. Esther se rendra très vite à l'évidence que cet homme qu'elle a aimé et qu'elle aime encore n'est pas revenu comme tout le monde le croyait pour payer ses dettes. Des règlements de compte et des secrets de famille éclatent au grand jour. Malgré que j'aie bien aimé le déroulement du livre et le style de l'auteur, la fin me laisse perplexe.

Merci Clarabel c'est grâce à toi que je l'ai lu.

3.5/5

felindra


De : Claarabel Envoyé : 21/08/2005 15:15
Sandor MARAI - Les braises

Henri et Conrad se retrouvent dans le château du premier après une quarantaine d'années de séparation. Ils ont aujourd'hui soixante-quinze ans et se connaissaient depuis l'âge de dix ans, à l'école militaire. Au crépuscule de leur vie, Henri reçoit donc la lettre de cet ancien camarade qui annonce sa visite, lui qui s'était enfui sans laisser de traces. C'est donc le soir des règlements de compte, des mises à jour d'obscurs secrets et silences qui ont nourri le passé. Les souvenirs aujourd'hui se révèlent ainsi plus amers, tournés vers la rancune. Henri, désormais reclu dans sa solitude et son vieux château hongrois, a ruminé ses pensées et conçoit sa soirée telle l'heure de la vengeance ! Conrad et lui étaient d'excellents amis, certes, mais de condition sociale différente. Toutefois l'un a toujours considéré l'autre comme son égal, c'était somme toute un leurre. Conrad a longtemps été différent des autres et c'est d'ailleurs sur ce créneau qu'il s'est lié de trop près avec l'épouse d'Henri, Christine, décédée depuis quelques années.

Il s'est passé des instants troubles et opaques par le passé : une partie de chasse, un propos alambiqué, une fuite vers les tropiques et un silence plombant qui a duré quarante ans. Henri est résolument aigri, Conrad, plus crispé, hausse davantage les épaules. Dans l'art de la dissimulation, finalement, les deux hommes se valent. Christine, au milieu, a été dupée. Son carnet intime pourrait mettre à jour bien des mystères, la force de l'amitié pourra-t-elle combattre cette curiosité, l'avidité de savoir et le sentiment de lâcheté ?...

Bref, j'avoue une petite déception avec cette lecture des "Braises". J'avais été littéralement emballée par "L'héritage d'Esther" et j'escomptais retrouver une ambiance similaire dans ce livre-ci. Le passé à cheval sur le présent et l'heure du glas qui sonne pour régler les comptes sont autant de thèmes chers à l'auteur. Toutefois dans "Les braises", Sandor Marai s'embourbe trop dans les longs discours tortueux, les pérégrinations de vieillards vaniteux, orgueilleux et égoïstes, allons-y. Concernant le style de l'auteur, rien à redire : c'est classique et élégant, j'aime. Mais l'histoire m'a moyennement convaincue. Je suis un peu déçue.

3/5


De : Sahkti1 Envoyé : 12/03/2006 13:30

Sandor MARAI, Un chien de caractère
Editions LGF, ISBN 2253099317
Littérature hongroise

A la Noël 1928, alors que le monde va économiquement bien mal, Monsieur offre un chien à Madame. Un petit être espiègle prénommé Tchoutora, à l'âme joyeuse et au poil soyeux, qui affirme très rapidement son caractère et refuse de se plier à certaines règles. C'est que pour lui, un chien n'est pas un être inférieur, il a droit aux mêmes égards que les humains. Elémentaire! Donc l'animal se rebelle, il a soif de liberté et si la nature l'a fait bâtard, il s'inventera son propre pédigree. A terme, les ennuis le guettent...

C'est un roman très drôle, caustique à souhait, que nous offre ici Sandor Maraí. Un texte symbolique, qui parle de lutte des classes, de liberté, de soumission et de révolte. On devine le récit en grande partie autobiographique là-derrière et à travers le destin de ce petit chien attachant, c'est le portrait de toute une société soumise qui est dressé par l'auteur.
Peut-être pas un chef-d'oeuvre littéraire, Maraí a écrit mieux, mais malgré cela, j'ai ressenti une affection certaine pour ce récit, comme si l'auteur avait besoin de cette bulle d'oxygène pour respirer dans un monde pas très rose et que le chien, qui reste le meilleur ami de l'homme, était aussi le medium le plus efficace pour en palper toutes les facettes.

Ma note: 3,5/5


De : doriane99 Envoyé : 30/05/2006 18:29
Sandor MARAI - Les Braises

Albin Michel, 187p, traduit du Hongrois par Marcelle et Georges Régnier

Deux amis d'enfance se retrouvent à la fin de leur vie. Voilà quarante ans, l'un d'eux est parti à l'autre bout du monde sans explication. L'heure est aux réglements de comptes...

Un livre sur l'amitié, dommage que l'auteur soit bavard et s'embarque parfois dans de longues explications... La partie consacrée à la jeunesse des deux protagonistes est intéressante, on y partage la vie de deux jeunes militaires hongrois, la suite : un tête à tête entre deux vieillards qui se demandent s'ils sont encore amis... Un livre agréable mais parfois on s'ennuie à lire les considérations de ce général désabusé...

3/5


De : lalyre7032 Envoyé : 19/08/2007 18:47

L'héritage d'Esther - Sàndor Màrai
Livre de Poche 156 P.

Dans sa maison délabrée,Esther la quarantaine passée vit avec sa gouvernante,la vieille Nounou deuis très longtemps.Elle vient de recevoir un télégramme lui annonçant le retour de Lajos qu'elle n'a plus vu depuis vingt ans.Dans sa jeunesse,elle a aimé cet homme charmeur,menteur,et escroc mais c'est sa soeur qu'il a épousé.Depuis ,elle mène une vie austère avec Nounou,aidée par l'amitié de quelques proches qu'elle a invité à ces retrouvailles.Elle sait qu'il y a une raison à ce retour ,décide de ne plus céder à son charme malgré l'émoi de son coeur.Mais ce personnage trouble vient réveiller les démons qu'elle pensait avoir oublié,il ne recule devant aucune cruauté,aucune manipulation.Dans le contexte d'une tension maximale,il joue avec ces êtres comme le chat avec les souris,tous savent qu'il ment car il ne vit que par le mensonge et s'amuse de leur naïveté.Mais il est aussi le mal auquel Esther ne peut résister car elle sait qu'il est revenu pour la dépouiller de ce qui lui reste et le drame commencé vingt ans plus tôt va s'achever.
Une tension dramatique,une atmosphère sombre et pesante,une écriture superbe,un terrible face à face entre deux êtres,des thèmes tels que l'amour,l'immoralité,le mensonge et la trahison font de ce petit livre une lecture à découvrir.
5/5
Lalyre
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandor MARAI (Hongrie/Etats-Unis)

Message  gallo le Sam 20 Déc 2008 - 18:59

De : lalyre7032 Envoyé : 19/09/2007 10:53
Métamorphoses d'un mariage - Sàndor Màrai
Albin Michel Parution 2006 448 P.

Roman en trois monologues très longs,celui de Ilonka,de Péter,de Judith.

D'abord une femme Ilonka qui parle à son amie,elle confesse sa vie ratée,épouse amoureuse et trahie,l'amertume des gestes qui n'ont pas été faits,de ce qui n'a jamais été dit,de la découverte d'un ruban violet dans le porte-feuille de Péter,d'un passé qui a causé une blessure inoubliable.Elle n'est pas la cause de l'échec de son mariage avec Péter qui est un solitaire,malade de vivre.C'est une confidence mélancolique qui fait un retour sur le passé.

Péter rencontre un ami qu'il n'a plus vu depuis longtemps,ils prennent un verre ,il lui raconte qu'il a été marié deux fois,qu'il se sentait très mal sous l'emprise amoureuse de Ilonka,il parlera très peu de son mariage avec elle.Il raconte surtout son premier amour pour Judith,la bonne à tout faire de ses parents aristocrates.Il ne quiite pas sa femme pour elle mais il ne peut plus vivre avec cette femme subtile,intelligente et même très jolie.Il raconte sa première déclaration d'amour à Judith,la bonne alors qu'il vivait toujours chez ses parents.Il l'épouse après le divorce mais il déchante très vite,Judith n'était pas la femme qu'il imaginait dans ses rêves.De ce deuxième mariage il expliquera la faillite,sa désespèrance

Judith qui fut la deuxième épouse de Péter parle à son nouvel amant,c'est une femme déterminée et méprisante qui n'hésite pas à noircir Péter et ses parents qui dit-elle ,sont des aristocrates qui se compliquent l'existence par ce qu'elle nomme de la représentation,ils aiment s'imposer comme des petits bourgeois.Elle a joué une comèdie pour se faire épouser,elle avoue avoir volé des bijoux et de l'argent pour assurer son avenir.D'intrigues en intrigues elle est parvenue à ses fins.

Trois récits- confessions:L'épouse frustrée et trahie,le mari cédant à la passion .la domestique intrigante et ambitieuse qui détruit le couple.L'auteur fait de très belles analyses des personnages de la bourgeoisie hongroise dans la pèriode de l'entre-deux guerre.Il décrypte un certain rapport aux conventions,à l'argent et la culture.Une belle structure mêlant moeurs et fiction entraînant les trois héros dans une liberté désenchantée,Ce roman m'aurait plu si les monologues n'étaient pas aussi longs ce qui en a fait une lecture assez ardue.Alors pour le style je note 5/5 mais pour la longueur ????
Lalyre


De : lalyre7032 Envoyé : 26/11/2007 19:05
Libération - Sàndor Màrai
Albin Michel 2007 222 P.

Avril 1945 à Budapest,l'Armée rouge est aux portes de la ville qui est défendue avec acharnement par les Allemands aidés des fascistes hongrois et les Croix Flèchées,le siège de la ville dure dix jours pendant lequel on suit Elisabeth ,le personnage principal,fille d'un savant caché et emmuré avec six autres hommes dans une cave car il est recherché par la milice.Elisabeth a refusé d'être évacuée avec d'autres étudiants pour ne pas être loin de lui.Les bombardements obligent Elisabeth et les occupants de l'immeuble de descendre dans la cave qui comprend trois pièces,pendant dix jours,plus de cent personnes vont vivre dans ces pièces,supportant le froid ,le manque de lumière,il va falloir vivre avec les odeurs et la pestilence car un seul trou aménagé pour les besoins de chacun.Ils sont tous là,dans l'angoisse d'être découverts lors des derniers sursauts des nazis,l'oreille à l'écoute des combats d'artillerie,du fracas des bombardements,ils ne savent s'ils s'en sortiront vivants.Tous ces gens se cotoient,il y a des érudits,un notable et sa famille,des petits bourgeois,des ouvriers,il y a même deux charbonniers constamment ivres,ayant emporté leur réserves avec eux.Au fil des jours la méfiance et l'agressivité remplacent la solidarité ,ce sera chacun pour soi.Dans ce huis-clos,en attente,ils ne savent ce qu'il faut redouter le plus " les libèrateurs russes ou les derniers sévices des nazis en retraite.Justement voici deux nazis accompagnés du concierge qui entrent dans la cave,ils savent qu'un juif s'y trouve,il sera emmené et fusillé à la sortie .Elisabeth s'est réfugiée dans un coin près d'un vieux Monsieur handicapé qui l'emp^che de sortir quand les allemands évacuent la cave,il lui sauve la vie.Tout est fini,plus aucun bruit lorsque surgit un homme,c'est un russe,Elisabeth qui se posait la question de savoir comment se passerait la Libèration,a le sentiment que quelque chose va se passer entre cet homme et elle.....Car ce moment est arrivé......

Ce roman que j'ai lu comme un reportage sur la survie humaine dans des conditions atroces ou l'angoisse et l'hébétude remplacent le passé et créent une barrière sur l'avenir qui semble à jamais inexistant.Et pourtant combien de gens ont vécu et vivent encore cela.L'auteur s'est inspiré des derniers jours du siège de Budapest qui dura de janvier à février 1945.Un livre très dur,réaliste,une belle littèrature. 5/5




De : Audreyzaz Envoyé : 2008-11-08 14:26

METAMORPHOSES D'UN MARIAGE

Roman d'amour, roman de moeurs, fresque sociale, Métamorphoses d'un mariage s'impose comme une oeuvre maîtresse de l'auteur des Braises. Ilonka, Peter, Judit sont les acteurs d'un même drame. Chacun à leur tour, ils confient " leur " histoire comme on décline un rôle. L'épouse amoureuse et trahie. Le mari cédant à la passion. La domestique ambitieuse qui brise le couple. En trois récits-confessions qui cernent au plus près la vérité des personnages par un subtil jeu de miroirs, Sandor Marai analyse avec une finesse saisissante sentiments et antagonismes de classe. Mais, au-delà, c'est la fin d'un monde et d'une société - la bourgeoisie; hongroise de l'entre-deux-guerres - que dissèque avec; lucidité le grand écrivain de la Mitteleuropa.


Mon avis :
(Livre lu du 01/11 au 07/11/2008)

Je n'ai pas aimé ce livre, je me suis ennuyée du début à la fin, d'ailleurs je n'ai même pas réussi à le finir. Beaucoup trop de longueurs, trop de monologues, récit trop lent, je ne regrette pas de m'être arrêtée je n'en pouvais plus, j'étais presque en train de me dégouter de la lecture.
Pourtant le résumé semblait prometteur mais rien à faire, je n'ai pas été séduite. Dommage.


Ma note :

1/5 parce que j'aime pas mettre zéro
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandor MARAI (Hongrie/Etats-Unis)

Message  Liza_lou le Dim 5 Avr 2009 - 19:38

L'héritage d'Esther
(Albin Michel, 162 pages)

Un court roman - à peine 200 pages - et pourtant d'une incroyable finesse et d'une acuité sans égal. Sandor Marai, un des plus célèbres écrivains hongrois du XXème siècle, a écrit ce roman en 1948, peu de temps avant son exil forcé du fait du régime communiste hostile à ses écrits et romans.

Esther, femme d'une quarantaine d'années, vit seule et recluse dans la demeure familiale au fin fond de la Hongrie, ruinée, avec la vieille Nounou. Mais lorsqu'elle apprend que Lajos, son amour de jeunesse qu'elle n'a pas vu depuis vingt ans et qui l'a entièrement dépouillée de ses biens s'apprête à revenir, Esther se trouble et se reprend même à espérer. Pourquoi Lajos refait-il apparition? Vient-il régler enfin ses dettes? Se faire pardonner? S'expliquer? Mais très vite, les retrouvailles ne se passent pas comme prévu ...

Un des romans les plus étranges qu'il m'a été donné de lire. Sandor Marai fait preuve d'une grande délicatesse dans la description aussi bien des personnages que des différents états d'esprit d'Esther. Le style a d'ailleurs énormément de similitudes avec ceux de Stefan Zweig ou d'Arthuer Schnitzler, auteurs contemporains de Sandor Marai. Le personnage d'Esther est ainsi troublant et complexe à souhait; certes difficile à cerner, ses motivations et décisions n'en demeurent cependant pas louables car "ce qui a été commencé doit être achevé".

Un très beau roman qui ne peut que ravir le lecteur, ébloui par le génie de Sandor Marai.

Ma note : 4/5
avatar
Liza_lou

Nombre de messages : 1300
Age : 34
Location : France, à coté de Nantes
Date d'inscription : 07/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandor MARAI (Hongrie/Etats-Unis)

Message  lyana79 le Lun 6 Avr 2009 - 11:58

Métamorphoses d'un mariage:

Ce livre est d'une richesse incroyable au point où je pense qu'il faut le relire plus d'une fois pour en saisir tout le sens!

La description du ressenti de chaque personnage est tellement juste! et Marai sait tellement "se mettre dans la peau" de ses personnages féminins qu'il n'est pas sans me rappeler le style de Zweig, chez qui j'ai perçu cette même sensibilité.Une vraie "autopsie" psychologique.
Les mots sont si bien choisis et décrivent bien les états d'âme de chacun, je me suis même demandée s'il n'y avait pas quelques éléments autobiographique dans ce roman?

De multiples thèmes sont abordés, les principaux étant le parallèle entre la vie des bourgeois avec leurs petites habitudes et celle des gens défavorisés ainsi que l'interaction entre les deux, la futilité des choses matérielles (destruction et pertes pendant la guerre) et l'insatisfaction dans les rapports homme/femme.
Que recherche t-on finalement chez l'Autre? pourquoi pense-t-on que l'Autre est la clé de notre bonheur?

Une bonne partie du roman analyse également les transformations opérées dans la société hongroise à cette époque là (L'après-guerre, l'émigration aux USA, le système communiste/capitaliste...)et contient des réflexions autour de l'art et de l'écriture.
Quelques passages sont certes longs mais cette lecture a été un réel plaisir pour moi!
avatar
lyana79

Nombre de messages : 73
Age : 37
Location : Suisse
Date d'inscription : 20/02/2009

http://partage-lecture.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandor MARAI (Hongrie/Etats-Unis)

Message  Bellonzo le Mar 28 Avr 2009 - 18:33

Sandor Marai,chef-d'oeuvre,quasi pléonasme




Sándor Márai - Libération

C'est peu de dire que Sandor Marai est un grand écrivain européen.On ne le découvre que depuis quelques années.Son suicide en Amérique en 1989,à l'âge de 89 ans,était celui d'un homme toujours en rupture,antifasciste dans sa Hongrie alliée au Reich,puis mis au ban par le gouvernement communiste de Budapest.Sandor Marai,exilé aux Etats-Unis depuis 1952,n'aura pas connu la fin du Rideau de Fer.Libération,écrit en 1945,ne sera publié qu'en 2000 comme c'était la volonté de Marai.
Roman,récit,réciflexion dirais-je osant le barbarisme,Libération c'est 220 pages tendues et brûlantes sur le siège de Budapest et l'instant pathétique et lourd de désespoir,ce moment où la tragédie succède à la tragédie,où Elisabeth,dans la cave où se terrent encore une centaine de réfufiés,va commencer à comprendre... Comprendre mais ignorer encore ce qu'il faut redouter le plus,les derniers sévices des nazis et de leurs séides,ou les "libérateurs" russes.Dans le microcosme reconstitué sous cet immeuble solidarité et courtoisie cèdent vite la place à la méfiance,universelle araignée,puis à la trahison.Traitée un peu comme un reportage ce vécu n'en finit pas de nous poursuivre et confirme ce que je pense de toute guerre,il faut les finir,mais ça fait très mal de les finir.Je considère Libération comme de la très grande littérature,de celles qui vous transportent, hors de toute pacotille,vers les sommets relativement fréquents dans cette Mitteleuropa dont j'ai déjà tant parlé où l'on a déjà croisé Schnitzler,Roth,Perutz,Zweig et consorts.

"Il y a un instant,la guerre vivait encore dans l'âme d'Elisabeth,pas seulement sur les champs de bataille,dans les airs ou sous les mers.la guerre était aussi une sensation,une sorte de pensée fantomatique qui envahissait son corps et son âme,à l'état de veille ou de sommeil."
avatar
Bellonzo

Nombre de messages : 178
Age : 68
Location : Picardie
Date d'inscription : 26/04/2009

http://eeguab.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandor MARAI (Hongrie/Etats-Unis)

Message  Liza_lou le Mar 28 Avr 2009 - 20:37

Une critique extrêmement intéressante d'un roman inconnu de Sandor Marai! Merci Bellonzo pour ta critique réussie, j'aimerais bien le lire ce roman, surtout quand tu dis qu'il n'a été "publié qu'en 2000 comme c'était la volonté de Marai", cela titille ma curiosité...

_________________
Lecture en cours :
Le Pavillon d'or de Mishima (Thème)
avatar
Liza_lou

Nombre de messages : 1300
Age : 34
Location : France, à coté de Nantes
Date d'inscription : 07/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandor MARAI (Hongrie/Etats-Unis)

Message  Ladybug le Dim 21 Juin 2009 - 15:14

Sandor Marai - L'héritage d'Esther

Dès le début, on est intrigué par le trouble qui règne à l'annonce du retour de Lajos cet homme qui a menti à tout le monde, trahi tout le monde. On apprend sans connaître vraiment les détails, l'ascendance incroyable qu'il exerce auprès de toute la famille et l'entourage d'Esther, tous tombent dans son piège car tout leur semble étourdissant autour de lui, et certains lui pardonnent car sa présence met un peu d'effervescence dans leurs vies trop paisibles. Son retour donne l'occasion à Esther de retracer son passé, d'apprendre des éléments qui lui étaient inconnus (et qui explique peut être son comportement à la fin), la rivalité des deux soeurs est également révélée. J"ai bien aimé l'écriture claire et riche, c'est un roman court, dont la fin est un peu abrupte et m'a déçue, je suis ébahie par sa décision et pourtant je la voyais venir car on nous dit et redit "ce qui a été commencé doit être achevé". Esther facilite la tâche d'un homme dont la duplicité semble être un trait permanent mais elle agit à ce moment là en connaissance de cause.

Ma note : 3/5

_________________
Je lis

avatar
Ladybug

Nombre de messages : 1970
Date d'inscription : 22/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandor MARAI (Hongrie/Etats-Unis)

Message  Liza_lou le Dim 21 Juin 2009 - 16:11

C'est vrai que le réaction d'Esther est absolument incroyable et qu'elle semble être un non sens! Personnellement, pendant que je lisais le roman, je bouillonnais intérieurement et j'avais envie de lui dire "Ouvre les yeux Esther, ne fais pas cela!". Peut-être est-ce pour cela que j'ai aimé ce roman, car Sandor Marai a réussi à décrire vraiment très bien les actions et pensées d'une femme, telle qu'on en croise rarement de tel dans les romans...
avatar
Liza_lou

Nombre de messages : 1300
Age : 34
Location : France, à coté de Nantes
Date d'inscription : 07/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandor MARAI (Hongrie/Etats-Unis)

Message  Ladybug le Lun 22 Juin 2009 - 17:21

J'ai eu la même réaction que toi Liza lou ! J'ai été déçue mais ensuite je me dis que l'essentiel après tout c'est que cela provoque quelque chose chez le lecteur, que cela ne laisse pas indifférent Confus

_________________
Je lis

avatar
Ladybug

Nombre de messages : 1970
Date d'inscription : 22/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandor MARAI (Hongrie/Etats-Unis)

Message  Liza_lou le Dim 25 Juil 2010 - 20:52

Divorce à Buda
(Albin Michel, 247 pages)

Juge à Budapest, Kristof Kömives s'apprête à prononcer le divorce de Imre Greiner, médecin de son état et ancien camarade de classe, et de Anna Fazekas, jeune fille de bonne famille qu'il avait déjà rencontrée bien des années auparavant. Bien que "sa tâche se limitait à enregistrer le simple fait que deux êtres ne se supportaient plus", Kristof se sent troublé par avance à l'annonce de ce prochain divorce. Trouble qui s'exaspère lorsque Kömives et Greiner se rencontrent et que ce dernier lui annonce que ...

Un récit subtil où le grand écrivain hongrois Sandor Marai en profite pour dresser un portrait complet et sans concession de la société bourgeoise d'après-guerre de Budapest. C'est vif, c'est mordant de précision et de vérité; mine de rien, cette société que l'auteur retranscrit, et bien, elle ressemble à bien des égards à la nôtre... La société hongroise des années 30 est en effet en plein désarroi, dans une nation neuve - la Hongrie n'est devenue indépendante qu'après la Première guerre mondiale et la chute des Habsburg - où la quête effrénée de l'argent n'est plus que la seule fin en soi alors que tous sentent la prochaine guerre mondiale qui s'approche...

"Les hommes affranchis de l'angoisse de la mort, se jetaient sur l'argent avec une avidité folle; au lendemain du cataclysme, l'argent - ces petits billets fripés et écornés - régnait en maître absolu sur la vie publique et privée, sur les sentiments et les pensées. Et pourtant, cet argent n'était plus, comme autrefois, un objectif à atteindre, ni même un étalon, mesure de toutes choses mais une drogue; c'était la course effrénée aux stupéfiants."

Personnage d'un autre temps, Kömives ne peut que réprouver le monde qui l'entoure tout en ayant une grande nostalgie du passé même si le sien n'a pas toujours été tout rose. Marai fait alors, dans un bon tiers du roman, une description bien longue de l'enfance puis de l'adolescence de Kömives, enfant abandonné par sa mère qui s'enfuira avec un autre homme, laissant son père en proie à un profond désespoir. Ce n'est que dans la dernière partie du récit que Greiner apparait enfin en chair et en os et que le lecteur apprend enfin le lien ténu qui relie ces deux personnages...

Récit d'une grande subtilité, Divorce à Buda est une peinture d'une société en profonde dérive morale. Mais c'est également la retranscription de ce que peut être l'Amour avec un grand A, oui, cet Amour total, entier, terrible en fait et qui conduit toujours irrémédiablement à la mort...

Ma note : 3,5/5
avatar
Liza_lou

Nombre de messages : 1300
Age : 34
Location : France, à coté de Nantes
Date d'inscription : 07/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandor MARAI (Hongrie/Etats-Unis)

Message  zozinette le Lun 26 Juil 2010 - 8:35

Je suis bien tentée.
avatar
zozinette

Nombre de messages : 2437
Age : 43
Location : belfort, franche-comté
Date d'inscription : 15/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandor MARAI (Hongrie/Etats-Unis)

Message  Lacazavent le Ven 17 Juin 2011 - 16:55

Métamorphoses d' un mariage de Sandor Marai
Livre de Poche / 500 pages




Ilonka, Peter, Judit sont les acteurs d'un même drame. Chacun à leur tour, ils confient " leur " histoire comme on décline un rôle. L'épouse amoureuse et trahie. Le mari cédant à la passion. La domestique ambitieuse qui brise le couple.


C' est un récit confession décliné en trois grandes parties, consacrant trois points de vue. Sandor Marai réussi à faire évoluer son écriture, en fonction du personnage principal. On a presque l'impression de lire trois grandes nouvelles différentes. Ilonka,
Peter et Judit sont des personnages entier, on se surprend à les aimé, à les comprendre puis à les trouver odieux, malveillants, manipulateur ou inversement. C'est un très beau roman malgré une première partie un peu longue (le texte y est un peu trop dense pour moi).
C'est un vrai bonheur de lecture, j'ai trouvé le style et l'écriture absolument magnifique.


5/5

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5582
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandor MARAI (Hongrie/Etats-Unis)

Message  zozinette le Sam 18 Juin 2011 - 7:22

Ca correspond pile poil à mon état d'esprit ça, il faut que je le trouve celui-là
avatar
zozinette

Nombre de messages : 2437
Age : 43
Location : belfort, franche-comté
Date d'inscription : 15/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandor MARAI (Hongrie/Etats-Unis)

Message  lalyre le Dim 21 Aoû 2011 - 16:44

Le miracle de San Gennaro
Sàndor Màrai
Livre de poche avril 2011
341 page

4ème de couverture
Situé en 1949 à Naples, où Márai passa quelques années avant d'émigrer aux États-Unis, ce roman, largement autobiographique, brosse un tableau plein de vie et d'humour du petit peuple du Pausilippe. Comme égarées dans ce quartier haut en couleur, deux ombres : un couple d'étrangers discrets, jamais nommés autrement que « l'homme » et « la femme ». Viennent-ils d'Amérique, d'Angleterre, de Pologne, nul ne sait. Un jour, l'étranger est retrouvé mort au pied d'une falaise. À travers l'enquête du vice-questeur et les récits de ceux qui côtoyaient le disparu (sa femme, se dégage un portrait paradoxal de ce réfugié au statut fragile, qui tenait, malgré lui, le rôle d'un messie dans cette ville où, chaque année, le sang de San Gennaro se liquéfie miraculeusement. Récit de l'exil et du déracinement, ce roman désenchanté confirme l'immense talent de l'auteur des Braises.
Mon avis
De très belles pages que Sandor Marai nous fait partager, tout commence par une série d’anecdotes qui m’ont fait sourire, chronique d’un quartier populaire ou les croyances sont très ancrées dans le coeur de ses habitants, Ensuite c’est surtout des deux étrangers exilés dont il est question, on y lit tous les drames de l’exil, cela raconté par un moine franciscain, qui a reçu leur confession, un long monologue ou il parle de la perte de l’identité, la sensation de n’être plus rien, la descente aux enfers, de n’être plus qu’un corps face à l’infinité de la mer. Un certain humour au début du livre mais suivi par une soudaine gravité qui nous fait basculer dans un monde que l’on ne peut imaginer mais qui donne à réflexion. Assez dur à lire, on sort de ce roman avec un certain malaise. 4,5/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4216
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandor MARAI (Hongrie/Etats-Unis)

Message  Lyreek le Dim 16 Oct 2011 - 13:05


L'héritage d'Esther - Sandor Maraï
Le livre de poche - 156 pages

Présentation de l'éditeur
L'Héritage d Esther, publié en 1939, rassemble en un bref récit tout ce qui fait l'art de Marai. Retirée dans une maison qui menace ruine, engourdie dans une solitude qui la protège, une femme déjà vieillissante voit soudain ressurgir le seul homme qu'elle a aimé et qui lui a tout pris, ou presque, avant de disparaître vingt ans plus tôt. La confrontation entre ces deux êtres complexes - Esther la sage, ignorante de ses propres abîmes et Lajos l'insaisissable, séducteur et escroc - est l'occasion d'un de ces face à face où l'auteur des Braises et de La Conversation de Bolzano excelle. Un face à face où le passé semble prêt à renaître de ses cendres, le temps que se joue le dernier acte du drame, puisque " la loi de ce monde veut que soit achevé ce qui a été commencé ".
La tension dramatique extrême, l'atmosphère somnambulique, l'écriture sobre et précise font de ce court roman un véritable chef-d'œuvre.

Avec une telle présentation, on ne peut qu'avoir envie de lire le livre. Dommage pour moi, j'ai été très déçue. Impossible d'accrocher à cette histoire et à ses personnages. Peut-être parce que le roman est court, je ne sais pas. Je n'ai pas compris Esther, qui parle comme une vieille femme alors qu'elle a à peine 45 ans, pas compris son histoire avec Lajos et encore moins compris sa décision.
Tant pis, je suis passée à côté ou alors c'est tout simplement pas mon style...

2,5/5

_________________
Lecture en cours : L'incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pélérinage de Haruki Murakami

"Lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois"
avatar
Lyreek

Nombre de messages : 2285
Age : 35
Location : Côte d'Azur, France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandor MARAI (Hongrie/Etats-Unis)

Message  lalyre le Dim 20 Nov 2011 - 9:51

La soeur
Sàndor Màrai
Albin Michel octobre 2011
300 pages

4ème de couverture
Ecrit juste après Les Braises, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, La Soeur est le dernier livre que publie Sandor Marai en Hongrie, peu avant son exil.
Ce très grand romancier de la Mitteleuropa y est au sommet de son art. En 1939, un pianiste hongrois en pleine gloire est brusquement hospitalisé à l'issue d'un concert à Florence, victime d'un mal mystérieux. Il va passer trois mois en proie à de grandes souffrances, dans un état quasi-hallucinatoire parfois, tandis que quatre infirmières, des religieuses à la fois bienveillantes et un peu inquiétantes, lui dispensent l'oubli à coups de morphine.
Ce sont ses "rendez-vous chimiques" qu'il attend avec l'impatience d'un amant. Tandis qu'au-dehors la guerre se déchaîne, Z mène à huis clos un combat contre un mal intérieur dont il cherche les causes. Il revisite la relation passionnelle qu'il entretient depuis plusieurs années avec une femme mariée, belle et frigide. Un bonheur qui se nourrissait du manque et du déni. Mais la dépossession de soi qu'engendre la maladie est peut-être le premier pas vers une renaissance.
Dans ce roman contemplatif, somnambulique et profond, Marai développe une réflexion subtile sur la maladie comme révélateur, l'impuissance de l'artiste, l'amour instrument de vie et de mort, mais aussi sur le don de soi et la générosité qui sauve.

Mon avis
Voici un très grand romancier qui se réédite à ma plus grande joie, de la belle littérature ou chaque mot passe sous les yeux nous faisant découvrir un beau roman. Les 82 premières pages sont consacrée à l’histoire du narrateur qui se trouve en vacance dans un hôtel de haute-montagne, il nous décrit d’autres hôtes de l’endroit dont Z, un pianiste hongrois, très connu avec lequel il se lie d’amitié, pendant leur promenade dans la forêt, ils parlent beaucoup mais Z fait silence sur son passé. Lors de leur séparation, il promet d’envoyer ses mémoires avec le récit sur la cause de son abandon de la musique. C’est alors que l’on passe à la lecture de ce document que le narrateur vient de recevoir et l’on se trouve dans un autre monde. Z est à Florence, voici l’ambiance des admirateurs venus pour l’applaudir et pourtant il sait qu’il va donner son dernier concert. On sait alors qu’il va passer des mois d’atroces souffrances à l’hôpital, victime d’une maladie rare, soigné par des soeurs dont l’une d’entre elles est très belle et humaine et le traite avec compassion. Je ne vais pas en dire plus mais il est certain que le thème de la douleur, la maladie, l’impuissance de l’artiste m’ont interpelée, Un roman magnifiquement décrit et remarquable, fascinant par son originalité et le très beau style que l’on retrouve à chaque lecture des oeuvres de cet écrivain.... Un gros coup de coeur pour moi 5/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4216
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandor MARAI (Hongrie/Etats-Unis)

Message  Lacazavent le Dim 20 Nov 2011 - 20:48

Smile Merci Lalyre, je note ce titre; Sàndor Màrai est un auteur que j'aime beaucoup.

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5582
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandor MARAI (Hongrie/Etats-Unis)

Message  lalyre le Dim 20 Nov 2011 - 21:18

lacazavent a écrit:Smile Merci Lalyre, je note ce titre; Sàndor Màrai est un auteur que j'aime beaucoup.
Bonne lecture flower
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4216
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les étrangers - Sándor Márai

Message  Aurore le Lun 28 Jan 2013 - 23:21

Les étrangers - Sándor Márai
(Albin Michel, 2012, 445 p.)




Nous sommes en 1926 et un jeune Hongrois de 26 ans, docteur en philosophie, décide de rejoindre Paris après une année d'études à Berlin. Il y est immigré fugitif car sa famille n'est pas au courant du voyage ni de sa précaire installation, sur un coup de tête, dans une vie de bohème. Il se choisit un petit hôtel plutôt miteux où les murs sont fins - le voisin est d'ailleurs particulièrement actif - et le ménage paraît douteux. Mais pour les intentions du narrateur, c'est tout ce qu'il y a de plus suffisant. Il flâne dans les rues parisiennes, sans but ni projet abouti car c'est en badaud rêveur qu'il flambe son maigre pécule à l'envi. Il voit s'écouler les jours dans une bienheureuse insouciance et c'est peut-être sa conception de la vie. Il est ailleurs et cet ailleurs, Paris, l'intrigue et le surprend chaque jour. Il laisse libre cours à cette vie désinvolte faite de rencontres - quoique ses "amis" soient aussi déracinés que lui-, d'observations et de remises en question.

Le sculpteur s'empara du poignet de la fille et, comme pour réparer une erreur, en secouant la tête il rendit la main à sa propriétaire.
"Oui, il est docteur mais pas médecin", dit-il, satisfait de lui-même. "Vous êtes docteur en quoi déjà?
-Es philosophie !" répondit-il.
Il pencha la tête. Tous riaient à présent parce qu'il arborait la physionomie de quelqu'un qui regrettait de s'être profondément trompé de vocation.
(pp. 123-124)

Je vis à Paris mais il est rare que je m'en rende compte. Cela fait un an que je n'ai pas donné de nouvelles chez moi et ils m'ont sûrement enterré. (p. 249)

La première partie du roman se concentre sur cette vie solitaire faite de déambulations et autres surprises journalières. Quant à la seconde partie, elle fait une large place au voyage vers Morlaix et Saint-Malo où le narrateur n'est pas tout seul puisqu'il se risque à la vie de couple. Paris demeure tout de même un personnage de premier ordre qui hante le jeune homme et le pousse à se dépasser : accepter des petits boulots pour survivre, être opportuniste pour se faire une place et ne pas perdre la face. Tout part de là et tout pourrait y revenir.

Je ne connaissais pas Sándor Márai mais ce roman-ci me l'aura fait découvrir et aimer. Quelle écriture classieuse et élégante ! Il y a quelque chose de délicieusement suranné et qui nous rend cette période fascinante du fait des décennies passées mais aussi de cet homme solitaire qui, tout au long du livre, est plus étranger qu'intégré à l'intelligentsia parisienne. On a de l'empathie pour lui car il doit y avoir deux mondes distincts dans sa tête, deux extrêmes qui le taraudent : la vie en Hongrie avec sa famille aimante et l'effervescence à la française enthousiasmante même si codée.
Il y a quelque part de la gravité dans le propos malgré l'indolence toute relative du narrateur. Cette tranche de vie peut sans doute piocher dans l'expérience de son auteur, car Sándor Márai y a lui-même vécu cinq ans. En a-t-il gardé quelques regrets ou interrogations ? La fascination s'est-elle mêlée à une sorte de résignation désabusée ?
Car l'étranger de Sándor Márai c'est non seulement son personnage sympathique mais c'est aussi, à n'en pas douter, un peu de lui-même.

Chapeau bas !



4,5/5

_________________
Ce n'est pas parce que c'est inventé que ça n'existe pas.





avatar
Aurore

Nombre de messages : 2137
Age : 30
Location : Amiens
Date d'inscription : 27/02/2009

http://shereads.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandor MARAI (Hongrie/Etats-Unis)

Message  Cyrielle le Sam 9 Fév 2013 - 19:41

LE PREMIER AMOUR



Résumé Amazon
Journal intime d'un homme de 54 ans, professeur de latin dans une petite ville hongroise, en 1910. Il mène une vie monotone et routinière entre ses cours, ses repas et ses soirées au club. Lors d'une cure dans une station thermale de montagne, il trompe son ennui avec ce journal, qui devient le compte-rendu d'une crise imprévisible.

Mon avis 4,5/5
C'est la première fois que je lisais un roman de Sandor Marai et je suis sous le charme.
Il m'a fait pensé à Stephen Zweig, cette capacité à nous passionner en nous racontant le simple quotidien d'une personne.
On suit donc la vie de Gaspar, un professeur de latin, qui mène une vie solitaire. Le roman est sous la forme du journal intime du professeur, il nous conte son quotidien, sa solitude et ce qu'il se passe au sein de la classe de terminale dont il est le professeur principal.
Il ne se passe pas grand chose jusqu'au 100 dernières pages, où l'on sent qu'il va se passer quelque chose, le comportement de Gaspar commence à changer.
J'ai énormément aimé les dernières pages que j'ai dévoré.
Je vais poursuivre ma découverte de Sandor Marai.

Merci Lacazavent.
avatar
Cyrielle

Nombre de messages : 7330
Age : 30
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandor MARAI (Hongrie/Etats-Unis)

Message  Lacazavent le Sam 9 Fév 2013 - 19:47

Contente qu' il t'ai plu Very Happy
C'est un de mes auteurs favoris.

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5582
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandor MARAI (Hongrie/Etats-Unis)

Message  Cyrielle le Sam 9 Fév 2013 - 19:48

Quels titres me conseilles tu?
avatar
Cyrielle

Nombre de messages : 7330
Age : 30
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

La soeur

Message  nauticus45 le Mar 19 Mar 2013 - 9:53




  • Broché: 299 pages
  • Editeur : ALBIN MICHEL (2 novembre 2011)
  • Collection : LITT.GENERALE
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2226238301
  • ISBN-13: 978-2226238306
Résumé :
C'est Noël, c'est la deuxième guerre mondiale, et notre narrateur passe ces fêtes de fin d'année dans une auberge, au beau milieu des montagnes. Parmi les hôtes de cet auberge, il retrouve Z. un musicien très doué et très célèbre qu'il a croisé quelques fois il y a longtemps, alors qu'ils fréquentaient tous deux le salon de la même dame, E. Cela fait longtemps que Z. ne fait plus parler de lui et alors qu'un drame se joue dans l'auberge, le narrateur essaye de comprendre pourquoi Z. ne joue plus. Ce dernier, en guise de réponse, lui confie qu'il ne peut plus jouer car il a des doigts paralysés suite à une longue maladie et lui remet un manuscrit dans lequel il a scrupuleusement consigné le récit des étapes de cette maladie et des réflexions qu'elle lui a inspiré sur le moment.

Commentaire:
J'ai mis un peu de temps à plonger dans ce roman, l'histoire de l'auberge allait dans une direction qui me passionnait peu mais, dès que le manuscrit de Z. a commencé, je n'ai plus pu m'arrêter. Dans ce manuscrit ce musicien au départ assez sûr de lui nous livre tout des détails physiques de sa maladie, et de tous les tourments psychologiques qu'elle lui a fait supporter. A aucun moment la maladie n'est nommée car personne dans l'hôpital où il séjourne, ne veut lui révéler son nom, et c'est contre cet ennemi sans nom que Z. essaye de lutter ou d'abdiquer, selon les moments. Seul sur son lit d'hôpital, totalement coupé du reste du monde, il se met à réfléchir à sa vie, à son corps, ses amours, sa musique. Ces réflexions sont profondes et vraiment passionnantes, et c'est ce qui rend ce roman fascinant et très enrichissant. Le style quant à lui est léger, à l'image des pensées du malade qui relativise soudain tout ce qu'il a vécut, et nous fait prendre aussi du recul par rapport à tout ce que nous vivons...


5/5
avatar
nauticus45

Nombre de messages : 1548
Age : 40
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandor MARAI (Hongrie/Etats-Unis)

Message  wenesday le Mar 19 Mar 2013 - 21:10

La soeur? En voilà un que je n'ai pas lu, je vais essayer de le trouver à la bibliothèque la prochaine fois (j'ai fait le "plein" aujourd'hui).
avatar
wenesday

Nombre de messages : 261
Age : 48
Location : paris
Date d'inscription : 13/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandor MARAI (Hongrie/Etats-Unis)

Message  dodie le Dim 28 Juil 2013 - 15:30

Les braises
 
 Deux hommes septuagénaires se retrouvent pour une soirée. Tous deux militaires de carrière, ils étaient les meilleurs amis du monde depuis leur enfance, se considérant même comme des frères malgré leur origine et leur milieu social différents. Pourtant ils auront passé séparés la plus grande partie de leur vie: quarante et un ans sans aucune visite ni message.
La trame de ce roman est le récit de cette soirée où le lecteur sent dès le départ que des choses très importantes vont être dites par l'un et l'autre des protagonistes. Que s'est-il passé autrefois dans ce même château? Est-ce l'heure des règlements de compte, des aveux voire d'une vengeance?
Mais l'auteur nous raconte aussi l'enfance et la jeunesse de ces deux hommes: une période de leur vie où rien n'était plus important que leur amitié.

C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai lu ce court roman dont le style, les sujets évoqués, la période historique m'ont rappelé l'univers de Stefan Zweig, un auteur que j'apprécie énormément.
C'est un livre sur l'amitié, l'amour, la trahison, le remords, dans une atmosphère très pesante empreinte de nostalgie.
Une belle découverte d'auteur.
4/5
avatar
dodie

Nombre de messages : 4520
Age : 53
Location : France
Date d'inscription : 11/04/2009

http://dodiecuisine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandor MARAI (Hongrie/Etats-Unis)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum