William FAULKNER: Pylône

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

William FAULKNER: Pylône

Message  Prospéryne le Mar 25 Nov 2008 - 0:13

De : Melisande5505 Envoyé : 2006-01-12 13:29
Pylône / Traduction de R. -N. Raimbault et G. L. Rousselet

J'ai eu une lecture étrange à la lecture de ce livre, car je l'avais en fait déjà lu il y a très longtemps, mais j'avais complètement oublié de l'avoir fait. Cela dit au début du premier paragraphe tout est revenu, simplement d'une certaine façon je j'associais pas ça à Faulkner.

Il s'agit d'un des récits faulknérien racontant des histoires d'aviateurs, de ces passionnés survivant d'exhibitions et de compétitions, en permanence nomades, jamais sûrs d'avoir un le lendemain un endroit où dormir et quoi manger, mais incapables de faire autre chose malgré le risque de pas revenir vivant de chaque vol.

Dans Pylône, la route d'un reporter croise la route d'un groupe de ces pilotes: deux hommes et une femme, ainsi qu'un enfant (lequel de deux hommes en est le père ?) et d'un mécanicien.

Il s'agit d'un récit sans doute plus court et plus facile à suivre que certains de grands romans faulknérien. C'est néanmoins un livre attachant, plein de personnages touchants et forts, cela peut être une façon intéressante de découvrir l'auteur.

4,25 / 5


De : Thomthom1293 Envoyé : 2006-01-18 17:51
"Pylon" /"Pylône" (Vintage Classics, 1935)

"Pylon" est un genre de faille dans la bibliographie de Faulkner. Publié entre deux de ses plus grands classiques ("Light In August" & "Absalom !"), il est désigné par l'auteur lui-même dans ses notes comme "an un-faulknerian novel"...

...et effectivement...tout cela n'est pas très Faulknerien.

Déjà, l'univers global du roman, où l'auteur cède à la passion de l'époque pour l'aviation, c'est très déroutant pour quelqu'un qui est habitué à des thèmes universels et des atmosphères totalement intemporelle. Autant lâché le mot : "Pylon" a pris un coup de vieux.
On y croise des personnages terriblement attachants, comme Jiggs le mécano, Schuman, son patron, l'un des grands géants de l'aviation, et son rival Burnham...et cette femme étrange, mystérieuse...(je suis moins convaincu par le journaliste, je le trouve très falot)...

Mais je suis resté assez hermétique à tout ça : les courses d'aviations, la fascination pour les gros machines qui volent (jamais été mon truc) - tout en ne doutant pas que l'euphorie populaire entourant la course soit le parfait reflet des phénomènes de masses déclenchés par ce genre d'évènement en 1935.

Pas un mauvais roman, attention ! mais disons que...enfin voilà, je n'ai pas accroché à celui-là. Très bien écrit mais l'histoire ne m'a pas intéressé plus que ça, malgré tout l'amour que je porte à Willy.

Un bouquin sympa, quoi. Gentil. Mais pour du Faulkner, c'est quand même très léger...

2,5/5
avatar
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 35
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum