Barbara PYM (Royaume-Uni)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Barbara PYM (Royaume-Uni)

Message  Louvaluna le Lun 24 Nov 2008 - 13:19

De : Melisande5505 (Message d'origine) Envoyé : 04/09/2005 17:03

Barbara PYM, Moins que des anges
305 pages

Résumé: L'histoire de ce roman se tourne autour d'un institut d'anthropologie et de ses habitués: professeurs, étudiants...Des histoires d'amour se jouent, des carrières de chercheurs se décident, des machinations pour obtenir des subsides se montent.
Mon commentaire: Barbara Pym a un univers bien à elle, observant avec une indéniable bienveillance mais aussi un humour impitoyable ses personnages. Ces derniers n'ont vraiment rien d'exceptionnels, ce sont des gens comme on en croise tous les jours, un peu perdus, pas très sûrs des buts qu'ils poursuivent. On a envie de se moquer d'eux ( et le livre est follement drôle) et puis au détour d'un geste, d'une expression on s'y reconnaît, on réalise qu'on leur ressemble parfois et là on est touché et on suit avec émotion leurs petites histoires. Barbara Pym est en réalité une très fine observatrice de l'âme, de ses moindres frémissements, et même dans la vie la plus terne et la plus insignifiante en apparence elle sait trouver les aspects les plus universels de l'être humain. Elle nous parle des gens tels qu'ils sont et non pas tels qu'ils voudraient être, elle le fait avec intelligence et justesse.

4,5/5



De : s-lewerentz Envoyé : 16/12/2007 11:47

Crampton Hodnet / Barbara Pym
éd. Fayart, 1986 (éd. originale anglaise en 1985 (posth.), écrit dans les années 40)

Oxford, son université et sa banlieue nord chic, à la fin des années 30.
Miss Doggett et sa demoiselle de compagnie, Miss Morrow, accueille chez elles Mr. Latimer le nouveau vicaire. Francis Cleveland, un professeur quinquagénaire marrié s'éprend d'une de ses étudiantes, Barbara Bird.

Voilà les deux histoires principales de ce roman. Mince ? Et bien non. Sous l'apparente sérénité des thés, des promenades, du shopping et des heures d'étude à la bibliothèque (tout ce qui est "de bon ton"), Pym use de dialogues pleins d'ironie pour critiquer et faire la satire de la classe moyenne britannique. On ne s'ennuie pas, "so british" et délicieux pour les amateurs ! C'est la première fois que je lisais cette auteur mais certainement pas la dernière.

Barbara Pym (1913-80) a été éduquée à Oxford et a notament travaillé pour une revue d'anthropologie, tout en publiant ses romans dès les années 50. Elle a obtenu une nomination au Booker Prize pour Quatuor d'automne.

4/5



De : doriane99 Envoyé : 01/11/2008 11:55

Les ingratitudes de l'amour

Dulcie, pour se remettre d'un chagrin d'amour, se rend à un colloque, elle y rencontre Viola et le séduisant Alwyn Forbes. Entichée du beau directeur de revue, elle se met à enquêter sur sa vie.

Tout d'abord, il faut préciser que le livre a été écrit dans le début des années soixante, le style d'écriture, le quotidien des personnages semblent surranés. On y croise une galerie de personnes pour qui l'amour est un problème : le pasteur poursuivi par les assiduités de ses ouailles, l'ado qui découvre les premiers battements de coeur et ces deux "vieilles" filles (la trentaine, que diable !!!) qui courent après l'amour de façon pitoyable.

Pas une grosse découverte pour moi, je m'y suis ennuyée.
1,5/5
avatar
Louvaluna

Nombre de messages : 1131
Location : France (Est)
Date d'inscription : 28/10/2008

http://biblioscopie.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara PYM (Royaume-Uni)

Message  Awara le Lun 7 Aoû 2017 - 8:33

QUATUOR D’AUTOMNE
Barbara Pym
Traduit de l’anglais par Martine Becquet
avec la collaboration d’Anne-Marie Augustyniak
10/18, Série « domaine étranger », 2003, 237 pages


Un roman au charme suranné où il ne se passe presque rien, mais dont la finesse d’observation fait tout le charme. Quatre personnes, Letty, Marcia, Edwin et Noman travaillent dans le même bureau. Ils sont tous les quatre célibataires, par choix ou parce que la vie en a décidé ainsi. Seul Edwin, maintenant veuf, a été marié. Ils sont à la veille de prendre leur retraite.
Le roman raconte, dans un premier temps, leur vie quotidienne, répétitive et sans fantaisie, un brin mesquine. Ils  se méfient de tout et de tous. Ils n’échangent rien de personnel et ils prennent leurs repas chacun de leur côté. Partager un pot de café (par soucis d’économie) est déjà un signe d’intimité. Leur vie est étriquée, en particulier celles de Marcia et Norman. Edwin se réfugie dans la religion et la fréquentation des églises, ce qui lui offre une certaine vie sociale. Letty fait preuve d’un certain goût pour une existence un peu plus aventureuse: elle a voyagé en compagnie d’une amie. Elle est toujours coquette et a soif de se cultiver. Elle se distingue aussi par sa grande gentillesse et son ouverture d’esprit alors que ses collègues font plutôt preuve de mesquinerie. Puis Marcia et Letty partent les premières à la retraite. Leurs collègues n’osent pas les déranger, ils les invitent cependant une fois au restaurant, et leur solitude va en s’accentuant. Des liens infimes et plus importants qu’il ne le croyaient, se sont tissés entre eux.


Ce roman décrit des vies d’hommes et de femmes que leur comportement ou les hasards de la vie ont conduit à vivre seuls. Leur isolement est encore plus fort à l’automne de leur vie. La plume est mordante, le regard de l’auteur est ironique et acéré, mais plein de tendresse et compassion pour ces quatre personnages qui n’ont pas été gâtés dans leur existence.


Note: 4/5

_________________
avatar
Awara

Nombre de messages : 3968
Age : 72
Location : PARIS
Date d'inscription : 03/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum