Henning MANKELL (Suède)

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Henning MANKELL (Suède)

Message  Mousseline le Lun 24 Nov 2008 - 0:06

De : la-grande (Message d'origine) Envoyé : 11/03/2003 18:34

Henning MANKELL - Firewall Note: 4/5

Un autre très bon livre de Henning Mankell qui nous transporte cette fois-ci dans le cyber-crime.

Un homme est retrouvé mort près d'un guichet automatique. Des jeunes filles tuent sauvagement un chauffeur de taxi sans raison apparente - plus tard une des filles est retouvé morte dans des conditions atroces. Son amoureux connaîtra un sort tout aussi épouvantable. Quel est le lien entre ces meurtres? Y a-t-il un lien?

A l'ère où l'internet et les technologies prennent de plus en plus de place dans nos vies, un livre où la mort d'un homme permet à l'inspecteur Wallander et son équipe de découvrir un plan diabolique qui aurait pu mettre faire écrouler le monde financier.

Je préfère encore La Cinquième femme mais Firewall est un très bon roman policier.


De : nimbus Envoyé : 11/03/2003 21:09

Pour ceux qui, comme moi ont l'intention de lire Mankell, je me suis renseigné sur la chronologie de ses oeuvres ( je parle des traductions françaises).
Meurtriers sans visage_ Epuisé en 10/18 , il a été réedité chez Bourgeois il y a un an environ.
Les chiens de Riga_ il n'a pas encore été édité en France, mais il doit sortir le 19 Mars.
Le guerrier solitaire
La cinquieme femme
Les morts de la Saint-Jean
La muraille invisible. Tous en Point Seuil.

Il est possible qu'il y ait d'autres inédits français ?
Je suppose que Firewall est en langue anglaise?


De : Friisette Envoyé : 18/03/2003 22:57
Je viens de découvrir qu'un nouveau Henning Mankell sortira début avril. je vous ai copié le résumé trouvé sur Amazon

Comédia Infantil

« Le ciel était dégagé après les violentes pluies et la lune était pleine le soir où je posai Nelio sur le matelas sale. Là où à l’aube, neuf jours plus tard, il allait mourir. » Une nuit, dans une ville africaine, un homme est assis sur le toit d’un théâtre et contemple la ville à ses pieds. Il se remémore l’histoire que Nelio, l’enfant des rues, lui a confiée au cours des neuf nuits qui lui restaient à vivre. Qui est cet enfant âgé de dix ans qui détient déjà toute la sagesse d’un vieil homme? Pourquoi a-t-on voulu le tuer? La guerre civile fait rage. Nelio est le seul rescapé de la mise à sac de son village. Après une période d’errance, il finit par gagner la grande ville et il rejoint un groupe d’enfants des rues avec lesquels il affronte la misère, la faim, l’intolérance. Face à la barbarie, Nelio oppose la poésie et la générosité et se laisse guider par l’imaginaire.
L'auteur vu par l'éditeur
Auteur célèbre de romans policiers, Henning Mankell se partage entre la Suède et le Mozambique où il dirige, à Maputo, le Teatro Avenida. D’où ses romans « africains » empreints d’un réalisme poétique et d’un sens profond de justice et de solidarité. Comedia infantil, best-seller dans plusieurs pays, a reçu le Grand Prix nordique, et a été adapté au cinéma en 1998.



De : nimbus Envoyé : 30/03/2003 21:33
Henning MANKELL - Meurtriers sans visage. 1991.

Excellent polar, par un auteur que je découvre.
Ecriture simple et précise, récit limpide, rien de schématique.

La Suède en hiver, un couple de vieux agriculteurs est retrouvé assassiné.
Peu d'indices, Kurt Wallander mène l'enquète.
Toutes les pistes sont explorées... beaucoup de culs de sac!

On ne sourit pas beaucoup en lisant ce livre, mais quel bon récit!

Note 4.5/5


De : la-grande Envoyé : 21/05/2003 00:48

The White Lioness de Henning Mankell
Note: 3.75/5

L'histoire se passe en 1992.
Un homme, sud africain, est engagé par le leader d'un groupe qui s'appelle The Commitee pour tuer Nelson Mandela.

Dans le cadre de son entraînement, il devra se rendre en Suède où il sera finalement tué. De plus, une femme disparaît mystérieusement et on la retrouve dans le fond d'un puits... elle a été tué sauvagement d'une balle dans la tête... gracieuseté de Kovalenko.. le responsable de l'entraînement du sud Africain. Kurt Wallander sera en charge de l'enquête sur la mort de cette femme et il se retrouvera mêlé dans un complot impossible

J'ai vérifié et ce livre ne semble pas traduit en français...

C'est un roman policier avec du potentiel mais l'auteur va dans toutes les directions... pourtant, c'est le genre de truc qui me plaît chez l'auteur habituellement mais ici ça m'a agacé. Je n'ai pas cru que le meurtier de remplacement a finalement été arrêté au moment où il allait tirer sur Mandela... pas plus que j'ai cru que personne n'a pu l'arrêter dans son périple entre la Suède et l'Afrique du Sud!!!

Une bonne note quand même pour les parties du livre qui ont lieu en Afrique du Sud où, en 1992, les conditions de vie des africains noirs étaient terribles et il régnait encore beaucoup de racisme.

Pas le meilleur Mankell


De : 5859Chouette Envoyé : 12/08/2003 00:46
Henning MANKELL - Comedia Infantil. Ed. du Seuil, 230 pages

Le Mozambique est le terrain d'une guerre civile meurtrière qui pousse les enfants dans la rue. Mendicité, système D, mais surtout sagesse de ce petit Nelio, 10 ans, qui accepte cette nouvelle vie avec la sagesse d'un vieillard.
Mankell surprend. Après les enquêtes de l'inspecteur Wallander en Suède, il nous plonge en pleine épopée lyrique et poétique d'une fable morale africaine. Je suis un peu déçue qu'à force de vouloir faire passer son message, de le dire et de le redire, il m'a fait perdre plus d'une fois le fil. La magie du conte n'a pas agi et je crois que ça ne tient à pas grand chose. Vraiment dommage...

Note : 3/5


De : Friisette Envoyé : 13/08/2003 19:45

Le Guerrier solitaire

4.25/5

Juste avant de partir en vacances, l’inspecteur Wallander est chargé d’enquêter sur le suicide d’un jeune fille qui s’est immolée par le feu dans un champ de colza. Puis un ancien ministre de la justice est assassiné. Et on finit par avoir affaire à un tueur en série qui en plus de tuer ses victimes avec une hache, leur enlève une partie du cuir chevelu. Il les scalpe quoi! On assistera donc à l’enquête qui vise à élucider cette série de meurtres et à découvrir qui est le mystérieux tueur en série qui empêchera probablement l’inspecteur de prendre ses vacances…

J’ai vraiment adoré découvrir ce nouvel auteur de roman policiers! Henning Mankell a un type d’écriture qui diffère de celle des auteurs nord-américain. On sent la fraîcheur des pays nordiques. Ça ressemble un peu aux romans policiers « british » mais c’est différent tout à la fois. Kurt Wallander est sympathique sans pour autant être parfait. On sent pointer ses défauts à différents moments. Et puis, bien qu’on sache qui est le meurtrier bien avant le dénouement, on se demande comment l’inspecteur fera pour le reconnaître et l’arrêter. Bref, connaître l’identité du meurtrier n’enlève absolument rien au suspense.

Mais ce que j’ai le plus aimé, c’est que contrairement à bien des romans policiers, Mankell n’ait pas terminé son roman par la capture du meurtrier ou par une petit morale « cucu ». Il a réussi à m’attendrir et à me faire verser quelques larmes. Chapeau!


De : 5859Chouette Envoyé : 02/09/2003 22:32
Les Morts de la Saint-Jean

Encore un très bon Mankell et un inspecteur Wallander tracassé par un diabète ! C'est amusant comme le fait d'avoir lu peu de temps avant Comedia infantil, m'a fait apprécier l'autre facette de l'auteur, celle du conteur. J'ai relevé plusieurs fois des allusions au théâtre, des petites phrases "morales" sur la guerre, sur les mômes, bref tout un univers qu'il aborde dans son conte.

Note: 4/5


De: Zepouille

Henning Mankell - Les morts de la Saint-Jean
(Seuil, 2004, 576 pages)
J'adore! Peut-être le meilleur de l'auteur. L'atmosphère y est tellement... dure, froide. Très fort. La cinquième femme, avec La Lionne Blanche, sont mes deux autres romans préférés de Mankell. Un grand auteur.

Note : 5/5
(zepouille2, 30 ans, France)


De : Friisette Envoyé : 18/01/2004 15:50

Henning MANKELL - La Cinquième femme
4.75/5

Alors que l'inspecteur Wallander revient à peine de vacances avec son père, d'autres meurtres particulièrement atroces se produisent dans la région d'Ystad. Des hommes ordinaires, en apparence, sont assassinés par des méthodes cruelles et chaque fois différentes. L'inspecteur et son équipe doivent élucider l'affaire tout en pataugeant dans leurs problèmes personnels et les problèmes politiques qui agitent la Suède.

J'ai adoré ce roman! Le suspense est très prenant! Je n'en reviens pas qu'un auteur puisse inventer des situations et des personnages aussi tordus mais en même temps attachants, par certains côtés. Mankell sait brillamment faire avancer son histoire, comme un tourbillon qui rétrécit peu à peu, jusqu'à ce qu'on ne puisse plus sortir du roman.

Mais ce qui m'a aussi beaucoup accrochée, c'est tout ce qui tourne autour de l'intrigue policière: l'analyse de la société suédoise, la géographie du pays, etc. J'ai été étonnée d'apprendre que la Scanie ne reçoit pas beaucoup de neige... Je m'imaginais qu'un pays nordique avait forcément des hivers rigoureux. Il ne semble pas que ce soit le cas dans toute la Suède.

Bref, c'est un très bon policier et en même temps une belle vision de la société suédoise. Je compte bien lire les autres romans de cet auteur!


De : sereinejulie1 Envoyé : 21/01/2004 17:24
Henning MANKELL - La cinquième femme 4.5

L'auteur nous fais suivre une enquête en nous plongeant dans l'étrangeté des sentiments, l'extrémité de la folie meurtrière mais aussi le besoin de se faire justice qui mène à des gestes effroyables. Les personnages sont très bien charpentés dans une société en plein dérèglement. Kurt Wandall, le héros du roman, en dehors de ses états d'âme et de ses considérations philosophiques nous entraîne dans un univers d'où l'auteur réussit à décrire avec acharnement une enquête. Il tisse son intrigue fil par fil, et ne nous épargne aucune des pensées, hypothèses, récapitulatifs, synthèses et intuitions de ses enquêteurs. J'ai embarquée comme jamais sur la piste boueuse qui mène au tueur.

Mankell s'ingénu à entrer dans les moindres détails et à décrire les rouages de l'histoire. Il crée aussi un climat de tension très efficace. Il y a beaucoup de mouvement à l'oeuvre dans ce bouquin avec des enchaînements de cause à effet difficiles à démêler. J'ai trouvé que ce n'est pas tant l'intrigue policière qui constitue l'événement le plus intéressant mais la force des personnages principaux et de l'univers dans lequel ils évoluent.

C'est quasiment heure par heure que l'on suit le progrès, les heurts et les détours de cette enquête. Impeccablement maîtrisé dans sa forme, la narration de Mankell vaut aussi pour tout ce qu'elle laisse entrevoir de doutes, de failles et d'espoir chez chacun des personnages.

Ce roman qui n'a rien de prévisible est parfaitement maîtrisé au plan de l'intrigue qui nous amène lentement vers l'épilogue final par une progression savante. C'est la première fois que je lis H. Mankell mais ce ne sera pas la dernière car j'ai été entièrement emportée par cette lecture. C'est l'occasion de découvrir la littérature suédoise avec un écrivain qui se plaît à parfaitement décrire la psychologie des personnages.


De: Meli

Meurtriers sans visage

Un polar simple et ça relève un peu d'un polar classique. On sait très bien que les pistes qui sont misent en avance ne vont pas aboutir. Pour la vie privée du personnage principal, l'auteur fait mention de toutes les relations possibles dans une vie (père, fille, soeur, ex-femme, éventuelle maîtresse, copain, collègue proche, collègue moins proche) et puisqu'on ne peut pas tous les traités, tous deviennent plats ou prévisibles.

Note : 2/5
(Meli, 35 ans, Paris/France)


De: Mousseline

Meurtriers sans visage
Un polar des plus ordinaire et bien décevant si on compare à La cinquième femme. C'est bien mal écrit, j'imagine qu'on doit s'en prendre au traducteur plutôt qu'à Mankell. Par contre, Mankell ne va pas suffisamment loin au fond des personnages et des évènements qui les entourent. Le suspense est plus ou moins prenant.

C'est tout de même un bouquin divertissant et Kurt Wallander est un personnage des plus sympa quoique comme le Bosh de Connelly, l'alcool semble le miner et les femmes le préoccuper, rien d'original alors. Intéressant pour la Suède avec le contexte autour de l'enquête. A lire pour les fans qui tiennent à lire absolument tous les livres de Henning Mankell, sinon La cinquième femme est de loin meilleur!

Note : 3.5/5
(Mousseline)


De: Toutatis

Henning Mankell - La cinquième femme

C'est pas mal mais je suis toujours un peu déçue quand je lis des polars, je sais pas me semble toujours que la fin est prévisible ou ordinaire ça me laisse sur ma faim justement.

Je n'ai pas frémit du tout, on savait depuis le début qui était le meurtrier alors le suspense était pas trop prenant, je n'ai pas détesté loin de là mais ça doit être le genre policier qui ne me fait pas, je m'attendais à des explications auquelles je n'avais pas pensé mais ce ne fut pas le cas.

(Toutatis)
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Henning MANKELL

Message  Mousseline le Lun 24 Nov 2008 - 0:06

De : Sandriine_1616 Envoyé : 30/01/2004 20:28

"Meurtriers sans visages" - Henning MANKELL
Un couple de vieux paysans se fait sauvagement assassinés.L'inspecteur Wallander va tenter de résoudre cette affaire. Il se verra pris dans la tourmente rasciste en plus de ses problèmes familliaux divers.

J'ai adoré ce polar, surtout parce que le "flic" est vraiment humain, avec ses faiblesses et ses peurs.L'histoire est très prenante, j'ai eu du mal à m'en détacher. La seule chose qui m'a décontenancée c'est le fait que tout le monde se tutoie dans se livre ( c'est peut-être dû à la traduction?).

note : 4.5/5
J'ai refermé ce livre avec une seule envie : lire un autre de Henning Mankell, je suis accro :D


De : Luciole Envoyé : 01/02/2004 21:46
meurtriers sans visages est le dernier qui a été traduit, mais c'est le premier de la série je crois. c'est la qu'il rencontre son amie (dont j'ai oublié le prénom), donc, lire celui là en premier, puis après je ne connais pas l'ordre...

je mets aussi 5/5 à tous mankell, je les ai tous dévorés !

luciole


De : melodie74 Envoyé : 03/02/2004 03:29
Henning MANKELL (2001) The Dogs of Riga (v.f. Les chiens de Riga) (publié en suédois en 1992). 326 pages.

L'inspecteur Wallander est cette fois-ci sur une enquête qui commence à Ystad en Suède mais qui l'amènera jusqu'à Riga en Lettonie : deux hommes sont découverts morts dans un petit bateau. Au fil de l'enquête, Wallander découvrira que ce qui se cache sous ces morts est beaucoup plus qu'un simple assassinat, il découvrira un complot beaucoup plus grand, peut-être trop grand pour lui...

C'est assez difficile de décrire un roman policier sans donner trop d'indices!

Et bien, c'était mon premier Mankell et je n'ai pas adoré. J'ai trouvé le ton un peu fade et l'intrigue assez évidente. Il y a même une espèce d'histoire d'amour un peu quétaine. J'ai par contre bien aimé le personnage de Wallander. Pour une fois notre héros n'est pas un super-héros, beau, jeune, fort, etc. Il est vrai, tout simplement, avec ses forces et ses faiblesses. J'ai aussi aimé le contexte historico-politique de l'intrigue, mais elle était un peu stéréotypée. Je ne doute pas de la véracité des faits mentionnés, mais c'est toujours ce qui est rapporté des pays qui se sont libérés du communisme.

Donc, un 3/5 pour cette fois mais j'ai quand même envie de lire La cinquième femme!
Mélodie


De : librairemimi Envoyé : 05/02/2004 05:23
Voici le résumé de mon premier Polar à vie

Les chiens de Riga - Henning Mankell 380pages.

Résumé:

Le commandent Wallender est pris dans une mission qui débute à Ystad, en Écosse, avec la découverte d'un canot pneumatique avec à bord deux morts...mais ce sont des criminel léton, l'enquête semble mener nulle part Les policiers d'Ystad recevoivent un haut commissaire de Riga le major Liepa pour aidé à éclaircir tout ça. Wallender cré des liens d'amitié avec lui. Malheureusement dès le retour du major Liepa à Riga il est assassiné, et le commandant Wallender doit ce rendre là bas.

C'est à partir de là que commence la grande aventure pour Wallender, enquête par dessus enquête... Mais qui à bien pu tuer M Liepa? Est-ce possible que ce soit c'est collègues de travail? Mais non voyons ça ce peut pas....C'est d'ailleurs la grande question que je me suis poser tout le long du roman. Vraiment faut lire jusqu'à la fin parce que je vous jure on ne peut pas savoir avant d'avoir terminé....

Mon avis : J’ai vraiment adoré ce premier Mankell et comme je disais et redisais mon premier polar. Je recommande vraiment ce livre et je vous jure que je vais en lire d'autre de cet auteur magnifique. Ce que j’ai le plus aimé c’est la façon dont il raconte l’histoire, il s’est nous tenir en haleine jusqu’au bout. Mais comme on dit c’est mon impression personnel.<o:p></o:p>

ma note 5/5
mimi


De : la-grande Envoyé : 05/02/2004 19:02

Faceless Killers (Meurtriers sans visage)

Un couple de personnes âgées se fait tuer sauvagement... Kurt Wallander est en charge de l'enquête qui s'avérera délicate à mener puisque le crime semble avoir été perpétré par un étranger. La police devra essayer de contrôler l'information afin d'éviter de soulever des propos racistes

Le premier livre de Henning Mankell mettant en vedette Kurt Wallander. On sent que l'auteur perfectionnait son style bien particulier en nous permettant de suivre l'enquête policière dans ses moindres détails mais aussi en nous présentant Wallander sous toutes ses coutures.

Ca reste que lire le premier livre après tous les autres ce n'est pas nécessairement une bonne idée et j'ai probablement moins apprécié. Malgré tout, la fin est assez prenante.

Note: 3.75/5

Pour ceux et celles qui veulent lire l'oeuvre de Mankell en entier, je vous conseille de commencer par le début!

Mais l'ordre des traductions ne suit pas nécessairement l'ordre de publication - en fait, j'ai essayé de trouver un ordre mais c'est pas évident.

Mes préférés restent La cinquième femme et Les morts de la St-Jean. La muraille invisible et Le guerrier solitaire sont très bons aussi.

Bon, je suis une fan!


De: Stéphane
La lionne blanche
Superbe roman. A travers Wallender H. Mankell signe un roman policier poignant, nous peignant une Afrique du Sud sous l'Apartheid... Génial!

Note : 4.5/5
(Stéphane, 26 ans, Vaucresson/France)




De : Lauric668 Envoyé : 17/02/2004 18:34
LA CINQUIEME FEMME / Ed. Seuil

J'ai beaucoup aimé ce roman ainsi que son policier Kurt Wallander. L'écriture est facile à lire, il n'y a pas de détails superflus. Il y a un très bon suspense (qui concerne les femmes battues) qui m'a tenue en haleine tout le long du livre.

En plus, j'ai trouvé Wallander attachant. L'auteur marie très bien l'enquête policière et des détails sur la vie privée de Wallander et de ces collègues policiers. En lisant ce livre, j'ai appris à mieux connaître la Suède et un certain nombre de villes et de régions. De plus, il a l'air de coller à l'actualité de la Suède avec les habitants qui veulent former des milices de quartier.

En conclusion, j'ai été très contente de découvrir un nouvel auteur de roman policier. Je trouve que son style est différent des policiers anglais ou américain. Et je pense que je vais essayer de lire tous ses livres, autant les policiers que les livres pour la jeunesse. Pour moi c'est vraiment une très bonne découverte.

Ma note : 5/5


De : petitelune18 Envoyé : 16/03/2004 18:55
La cinquième femme

Auteur : Henning Mankell
Éditions : Seuil policiers
488 pages

3,75/5

Critique :
J'ai bien aimé, mais j'ai trouvé qu'ils y avait trop de personnages. On se perdait. L'intrigue était bonne et on s'attache assez bien au personnage principale.

Je vais sûrement en lire un autre mais pas tout de suite. Je vais attendre pour ne pas m'écoeurer.

petitelune


De : petitelune18 Envoyé : 09/04/2004 00:31

Les morts de la Saint-Jean
Auteur : Henning Mankell
Éditions : Seuil Policier
485 pages

3,75/5

Critique :
C'est bien. Mais je n'étais pas capable de me concentrer juste sur ce livre. Je devrais en lire d'autres en parallèle. Mais c'est quand même un livre qui se lit bien. Les paragraphes ne sont pas trop long et l'écriture est juste assez grosse.

J'ai eu de la misère à trouver qui était le meurtrier. Et la fin, je sais pas, j'ai aimé mais en même temps c'est bizzare.

Je vais sûrement relire des livres de cet auteur.

petitelune


De : petitelune18 Envoyé : 10/04/2004 03:28
En allant bouquiner aujourd'hui dans la seule librairie de ma ville ( J'ai rien acheté, pas d'argent) j'ai vu un livre de Henning Mankell qui vient de sortir ( 29 mars 2004) Le fils du vent.

Voici la quatrième de couverture :
« La fillette avait été assassiné. Aucun doute à ce sujet. Le meurtrier était en liberté. Lui seul savait ce qu’il avait fait. Et pourquoi »
Début trompeur pour ce récit qui n’est pas un roman policier, mais où Henning Mankell tient le lecteur en haleine…

À la fin du XIXe siècle, Hans Bengler, un jeune entomologiste amateur, quitte la Scanie pour l’Afrique australe et le désert du Kalahari, en quête de l’insecte rare, non répertorié. Mais sa principale découverte est un enfant orphelin bochiman qu’il nomme Daniel, adopte et ramène en Suède afin de lui offrir une vie meilleure.

Pourtant la rencontre avec le monde de l’homme blanc ne va pas se faire sans heurts. Tandis que Bengler exige de lui qu’il oublie tout de son passé, Daniel n’a qu’une idée en tête : apprendre à marcher sur l’eau pour retrouver son désert et ses ancêtres.

Dans ce beau conte philosophique sur le thème de l’enfant sauvage, qui est aussi un hommage à l’Afrique, Henning Mankell évolue entre rêve et réalité, entre émotion et violence, pour amener son lecteur à s’interroger sur les forces intérieures qui habitent l’être humain.

petitelune
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Henning MANKELL (Suède)

Message  gallo le Sam 20 Déc 2008 - 18:14

De : ozzykat Envoyé : 25/04/2004 21:02

Le fils du vent (H.Mankell)

je viens de finir ce très beau livre, très triste.
Ce petit africain déracinné qui ne reve que de repartir vers son pays, son désert.
Ce n'est pas un policier, bien qu'il y ait un meurtre au début de l'histoire.
On suit surtout le garçon et son père adoptif : Le voyage à travers la suède, où jamais on n'a vu d'enfant noir, les réactions des habitants, le délire (entomologique) du père, la détresse du petit qui revoit sans cesse ses parents en rêve, 2 mondes totalement différents, une barrière infranchissable.
vote: 4,5
Ozzykat


De : librairemimi Envoyé : 04/05/2004 04:39

Titre du livre : Les Morts de la St-Jean
Auteur du livre : Henning Mankell
Éditions : Québec Loisirs
Nombre de pages : 605 pages

Ma note sur 5 : 4.75

Quatrième de couverture : Ce troisième roman de Henning Mankell est un véritable chef-d’œuvre. Outre une enquête complexe, il racontela douleur quotidienne d’une homme qui lutte pour la vérité. Wallander n’a rien d’un flic exemplaire… A travers ce personnage solitaire et attachant, l’auteur aborde de nombreux problèmes de société sans avoir l’air d’y toucher. On sent, grâce à son écriture subtile, sa passion descriptive, tout un monde qui s’écroule

Critique : Dans ce livre remarquable le deuxième que j’ai lu de cet auteur, l’auteur nous fait vivre toute une enquête, celle de la disparition de trois jeunes, qu’on retrouvera plus tard mort….d’un collègue qui a été lui aussi assassiné, mais pourquoi tué ce policier??? Puis comme si ce n’était pas tout Wallender tante de trouver qui est le tueur et une amie des disparus fait une tentative de suicide, on peut penser que c’est probablement elle l’assassin des jeunes, j’y ai cru étant donné sa tentative de s’enlever la vie le poids qui pesait…je me trompais puis l’assassin a encore frapper a trois reprises. Tout le cercle d’enquêteur était désarçonné que ce passait il? Le tueur était vraiment malin et très bien informé sur tout ses prospect qu’il voulait tuer…..On fini par trouver c’est qui le tueur mais encore la on le sait très loin dans le livre et la personne qui a fait ce grabuge bien personne n’aurait pu imaginer que ce serait lui.

Ce que j'en pense

J’ai adoré ce livre, la façon d’on c’est raconté le suspens est intense à quelques endroits des longueurs mais c’est pas si pire que ça p-e deux places ou il y avait des petits détails que franchement le lecteur n’avait pas besoin de savoir mais c’est pas grave ça ma pas empêchée de le finir.

mimi


De : Lauric668 Envoyé : 2004-05-27 08:58

Les morts de la St-Jean

4/5

Un bon roman policier. Mankell nous fournis assez d'indices pour essayer de deviner qui est le meurtrier et pourquoi. J'ai eu de la chance car ce livre vient à la suite de La 5ème femme ce qui aide pour la compréhension de la vie privée de Wallander (la mort de son père, le départ de son amie, ainsi que des références à l'enquête précédente).

J'aime ce style de roman qui n'a rien à voir avec un roman anglais ou américain ou encore québécois.

Je ne ferais pas plus long car j'ai bien de la misère avec cette critique !!



De : 2550Chimère Envoyé : 09/10/2004 19:19
LA MURAILLE INVISIBLE de Henning MANKELL

Résumé : Un homme retrouvé mort devant un distributeur automatique de billet, un chauffeur de taxi sauvagement assassiné par deux jeunes filles, l'une d'elle meurt après son évasion carbonisée près d'un transformateur électrique plongeant le quart de la scanie dans le noir complet, et ce n'est que le début des ennuis pour Wallander...

Mon avis : Des morts a priori sans lien aucun entre eux, des rebondissements à quasiment chaque chapitre, bref pas le temps de s'ennuyer. Pas le temps non plus de se consacrer à autre chose que découvrir enfin la solution de l'énigme. Une fois les premières pages lues c'est trop tard, vous ne pourrez plus échapper à l'histoire. Un très, très bon roman. Une fois de plus Mankell confirme qu'il est une valeur sûre en matière de polar.

Ma note : 4,5/5


De : Lauric668 Envoyé : 2004-10-26 06:27

MEURTRIERS SANS VISAGE de Henning Mankell
Ed. Policiers Bourgois - 386 pages

Je ne ferais pas de résumé, car cela a déjà été fait à plusieurs reprises.

Mon avis
Un livre agréable à lire mais pas son meilleur. Notons au passage que c'est la 1ère enquête de Kurt Wallander. Ceci explique peut être cela.
Comme d'habitude, les personnages sont richement décris mais j'ai trouvé que sur la fin l'enquête est un peu bâclée. Le thème central parle des étrangers qui cherchent l'asile en Suède et je l'ai trouvé assez sévère dans ses propos.
Néanmoins ça reste un bon divertissement.

Ma note : 3/5



De : Flo7717 Envoyé : 2005-04-29 03:41

Meurtriers sans visage

En pleine campagne, près de la petite ville d'Ystad, au sud de la Suède, un fermier découvre le corps sans vie de son voisin, atrocement massacré. La femme du malheureux ne vaut guère mieux : étranglée par un curieux nœud coulant. Qui peut bien avoir commis pareille horreur et dans quel but ? Et pourquoi le ou les assassins ont-ils nourri la jument du vieux couple ? L'inspecteur de police Kurt Wallander (dont c’est ici la première enquête) se serait bien passé de cette mission alors qu'il regrette le départ de sa femme, que sa fille refuse de le voir et que son père l'inquiète.

Je voulais lire Mankell depuis longtemps suite aux nombreuses éloges de lecteurs lues et entendues. Quelle déception ! Il est vrai que je ne suis pas grande amatrice de polars. Cela dit, dès le départ, quelques petites phrases m’ont fait tiquer. Des réflexions toutes faites dont la place dans un roman policier m’ont semblé bizarres (par exemple : les demandeurs d’asile ne sont pas du genre à commettre des meurtres -ah bon ? et pourquoi pas ? / les personnes âgées ne mentent pas - tiens donc ? !) et le dénouement arrive parce que soudain l’auteur a décidé que l’intuition de Wallander est telle que la personne qu’il interroge ne peut que succomber (un peu facile…). De même, le fait que tout le monde se tutoie m’a vaguement agacé (erreur de traduction ? spécialité " Mankellienne " ?). L’intrigue quant à elle n’est pas inintéressante mais rien ne m’a semblé nouveau ou mieux que dans d’autres polars dont on parle moins. Disons que je n’ai rien trouvé de remarquable dans ce livre. Comme beaucoup du genre il est divertissant, relaxant et d’un style efficace mais sans plus. Je ne suis pas sûre de relire cet auteur.

Christian Bourgeois / 385 pages

2.5/5



De : Friisette Envoyé : 13/05/2005 04:59
Henning Mankell - Les chiens de Riga

4.5/5

Dans ce tome des aventures de l'inspecteur Wallander, il est question d'une enquête qui commence à Ystad en Suède mais qui l'amènera jusqu'à Riga en Lettonie. Deux hommes, d'origine lettone sont découverts morts d'une balle en plein coeur dans un petit bateau dérivant près des côtes suédoises. Durant son enquête, Wallander découvrira que derrière cet assassinat se cache un complot de grande envergure...

Même s'il a été traduit après d'autres, ce roman semble être un des premiers mettant en vedette l'inspecteur Wallander. J'ai d'ailleurs beaucoup aimé découvrir pourquoi le héros était comme je l'avais découvert dans les autres romans que j'ai lu. Un autre aspect qui m'a fascinée, c'est la découverte de la Lettonie, un pays que je ne connaissais que de nom. J'adore quand mes lectures me permettent aussi de faire des découvertes et d'apprendre et ici j'ai été gâtée. L'intrigue m'a aussi captivée du début à la fin et j'ai eu beaucoup de difficulté à m'en détacher pour dormir...

Décidémment Mankell est un auteur qui me plait beaucoup.


De : la-grande Envoyé : 03/06/2005 18:12

Henning Mankell - L'homme qui souriait

Un vieil avocat trouve la mort dans ce qui semble un accident de la route. Son fils, avocat lui aussi, est convaincu que son père a été tué et il demandera l'aide de Wallander pour le prouver...2 jours plus tard, le fils est retrouvé mort d'une balle dans le front.

Wallander et ses camarades essaieront de trouver le motif et le coupable de ces 2 meutres.

Voici la plus récente traduction d'un des livres de Mankell - à noter que c'est un de ses premiers romans policiers avec l'inspecteur Wallander alors quand on a lu les "Morts de la St-Jean", "Muraille invisible" et autres ben c'est un peu agaçant puisqu'on nous explique des choses qu'on sait déjà (Mousseline capoterait ).

Un suspense correct... je pense que j'ai en définitivement fini avec Mankell - le style se ressemble et puis Wallander, que je trouvais bien sympathique, fini par m'énerver par sa redondance... on sent que l'auteur est à ses débuts dans ce livre et il semble vouloir aborder le sujet des vols d'organes mais c'est bâclé.

J'ai pas grand chose à dire sur ce livre - la page couverture est intéressante!

Note: 2.9/5


De : MisterLL Envoyé : 2005-08-04 20:18

Auteur : Henning Mankell
Titre : Les chiens de Riga
Collection : Policier chez Points

Polar suédois se passant entre la Suède et la Lettonie en passe de devenir indépendante ... Histoire très interessante surtout par l'étude sur la société Lettone en train de se deliter.

A lire !

LL



De : MisterLL Envoyé : 2005-08-04 20:32

Auteur : Henning Mankell
Titre : Meurtriers sans visage
Collection : Policier chez Points

Premier polar de cet auteur suédois qui pour un essai a réalisé un coup de maître. Comme toujours chez Mankell l'étude de moeurs est très intéressante et nous montre le fin fond de la Suède comme on ne s'attend pas à le voir. L'intrigue policière est classique ... pleine de supens et de rebondissements.

A lire!

LL


avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Henning MANKELL (Suède)

Message  gallo le Sam 20 Déc 2008 - 18:19

De : Livrovore Envoyé : 25/08/2005 14:23
Les Morts de la Saint Jean 4,5/5

C'est le 1er Mankell que je lis, et j'ai adoré !
L'intrigue est vraiment bien faite, on se demande très longtemps qui peut bien être le tueur, et quand on commence à s'en douter on ne s'imagine pas du tout quand même la suite ! (je sais pas si c'est clair). On suit l'inspecteur Wallander à la fois dans son enquête policère bien sûr mais aussi dans sa tête, sa vie personnelle, ses pensées et préoccupations... C'est vrai qu'il est fort et qu'il trouve les solutions comme dans les autres polars, mais on voit quand même son aspect humain, et le fait qu'il puisse aussi parfois se tromper ou être fatigué ! Je suis très pressée de retrouver Kurt Wallander , il me manque déjà !
Cela m'a permis aussi de découvrir la Suède. Il y a des questionnements sur le fonctionnement d'une société et ses dérives qui sont très actuels et intéressants.


De : nirvana1050 Envoyé : 2005-08-25 10:06

"Meurtriers sans visages"

Ma première incursion dans le monde de l'inspecteur Wallander, et ce ne sera pas la dernière!
La trame policière m'est apparue classique mais bien construite, même si j'ai trouvé que l'enquête durait vraiment très longtemps! (mais c'est peut-être justement un peu plus réaliste!). Ce roman m'a surtout permis de sortir des polars "classiques" que je lis, à savoir des polars US", souvent noir ou alors plus "pêchus" ou des polars anglais, qui se ressentent d'une atmosphère plus britannique, plus guindée,je ne sais pas si vous voyez ce que je veux dire, si je m'exprime clairement, mais bref, pour moi c'était une première dans la littérature suédoise et j'ai apprécié.
Surtout on découvre aussi la Suède sous un angle sociologique, et un héros qui n'est pas l'archétype du battant, c'est un personnage que j'ai envie de voir évoluer.....
En résumé, pas haletant, mais suffisamment intéressant pour donner envie de mieux connaître le personnage.

Ma note : 3;5/5


De : lalyre7032 Envoyé : 21/09/2005 17:23

Le fils du vent - Henning Mankel

Je vais essayer de faire un résumé correct,tout d'abord un début trompeur car il est question d'une fillette assassinée,mais dont on ne parle plus dans le roman sauf.......... Bon je commence!!!vers 1875 un jeune amateur de collection d'insectes arrive en Afrique australe dans le désert du Kalahari pour rechercher un spécimen rare.En fait ce qu'il découvre c'est un jeune noir orphelin,il décide de le ramener avec lui en Suède pour prouver à ces compatriotes (dits civilisés) qu'il existe bien des races à peau noire.Pendant la traversée tous ses efforts tendront à ce que l'enfant qu'il a surnommé Daniel oublie son passé mais qui n'a qu'un rêve c'est à dire marcher sur l'eau pour retourner chez les siens pour pouvoir communiquer avec ses parents morts.
Recueilli chez les uns et les autres il ne trouve pas sa place jusqu'au jour ou il
rencontre Sanna ,une attardée mentale et l'entraîne dans sa fuite pour rejoindre ses ancêtres mais ils se font rattraper,grâce à Sanna.Il tombe gravement malade et dans son délire habité par la vengeance,il entre en contact avec les esprits de ses parents qui le motivent dans ses efforts pour rentrer en AfriqueJ
Mon avis:J'ai lu ce livre comme un conte mais avec beaucoup d'attention et j'ai ressenti la souffrance de cet enfant.Je me pose la question,pourquoi cette exibition des noirs à cette époque par des gens qui les prenaient pour des animaux?
3,5/5
Lalyre


De : natevaP Envoyé : 26/10/2005 21:22

LA CINQUIEME FEMME HENNING MANKELL 3/5

L'inspecteur Wallander vient d'achever un été difficile en travaillant sur des meurtres en série. Il s'offre un voyage en Italie avec son père atteint de la maladie d'Alzeimer. Mais au retour il replonge rapidement dans le quotidien: des hommes qu'aucun lien ne semble rapprocher sont méthodiquement assassinés. Le meurtrier semble avoir un langage particulier mais l'équipe d'enquêteurs ne parvient pas à le décrypter.

Je me suis toujours demandé qui rédigeait la quatrième de couverture. Ici, le résumé va beaucoup trop loin et gâche la lecture. De plus, les redondances sont fréquentes, sur les 580 pages, une centaine auraient pu être écrémées, le condensé des faits revient sans cesse comme si l'auteur craignait que l'on ne suive pas, ça finit par être agaçant. Pour moi, ce roman a trop de carences pour être classé dans les inoubliables: le style est impersonnel avec les mêmes qualités littéraires que celles d'un rapport de gendarmerie, l'intrigue classique, les personnages ternes et ça manque de rythme. Que reste-t-il ? Un roman policier conventionnel pas plus médiocre qu'un autre mais hélas pas meilleur non plus.

Nateva



De : Melisande5505 Envoyé : 2005-10-30 06:05

Meurtriers sans visage

C'est ma première incursion dans l'univers de Mankell, et j'avoue que j'ai été très déçue. Vue l'enthousiasme que cet auteur provoque chez de nombreux rats, je m'attendais à mieux. Là franchement j'ai trouvé ce livre très stèréotypé, même si une certaine habilité est indéniable, j'ai déjà eu l'impression d'avoir lu ça cent fois ailleurs en mieux, pour la Suède chez Sjöwall et Wahlöö par exemple. Mais bon, apparament c'est le premier policier de cet auteur, je vais peut être me laisser tenter à en lire un autre pour être sûre, mais pas tout de suite, j'ai trop de livres bien plus intéressants en attente.

Mélisande


De : Livrovore Envoyé : 01/12/2005 14:49

Les Chiens de Riga

Encore une intrigue bien prenante avec l'inspecteur Wallander
De plus, cette histoire-là permet de découvrir la Lettonie sous plusieurs angles, notamment les problèmes politiques généraux. C'est intéressant à découvrir.

4/5

Henning Mankell, en plus de faire des histoires policières, nous fait toujours découvrir d'autres aspects réels qui permettent d'apprendre, c'est ce que j'aime chez lui.


De : Sahkti1 Envoyé : 18/02/2006 22:03

Henning MANKELL, Le guerrier solitaire

Une fois de plus, Mankell livre le coupable dès le début du livre. Un procédé que j'aime bien et qui est aux antipodes de ce qu'on peut faire dans Columbo, où on sait aussi très vite qui a tué! Mankell a un style, c'est indiscutable et il prend le temps de dépeindre les lieux, les personnages, les ambiances. Même si on sait qui tue, reste à comprendre pourquoi et comment et là, il faut la patience de Wallander et les multiples détails mis bout à bout pour esquisser un début de solution. C'est un autre trait de caractère que j'aime chez Henning Mankell. Il n'impose pas vraiment d'explications, il donne des faits, laisse planer des zones d'ombres et le livre se referme avec un léger malaise face à tout cela, comme si, quelque part, on se glissait un peu dans la peau de ces policiers qui ont dû, une fois de plus, faire face à l'horreur. Assez terrible l'horreur cette fois, c'est à souligner. Une perversité certaine, un rituel bien huilé, une vengeance qu'on comprend à la fin même si les grandes lignes se dessinent au fur et à mesure dans notre esprit. Etrange personnage que ce "petit" guerrier solitaire dont la détermination coupe le souffle. Témoignage fort de ce que certaines blessures laissent à jamais des traces qui peuvent mener très loin. Trop loin.
Je me suis régalée, accro que je suis aux aventures de Kurt Wallander et à la plume de Henning Mankell.

Ma note: 5/5


De : Sahkti1 Envoyé : 18/02/2006 22:04

Henning MANKELL, La lionne blanche

Sous le charme. Je n'ai pas d'autres mots. Au point d'avoir dévalisé mon libraire des Henning Mankell en sa possession.
Un polar politique, avec les problèmes de l'apartheid en Afrique du sud. Pas un simple polar avec un meurtre, une enquête et un assassin qui tombe le masque en fin de volume. Ce serait trop facile et Mankell n'est pas un homme facile. On sait très vite comment les choses se sont passées, on avance même un peu plus vite que les flics dans notre tête mais le contexte prend place peu à peu et il est important, vital même. Contexte politique, sociologique, historique... Mankell aime prendre son temps et nous raconter les choses en détail, j'adore ça.
Au fil des pages, deux histoires distinctes, l'une en Suède et l'autre en Afrique du sud, qui finissent par se croiser et ne plus faire qu'une. Une tension psychologique bien palpable s'ajoute au climat sud-africain que Mankell décrit avec beaucoup de justesse.
L'éditeur Seuil n'a pas respecté l'ordre chronologique d'écriture de Mankell, c'est souvent comme ça avec les auteurs qui ont, à l'étranger, un succès tardif mais important, on ressort les premiers volumes. Inutile de s'en plaindre après tout, les histoires du commissaire Wallander se lisent bien les unes sans les autres et puis un Mankell supplémentaire, on ne va pas bouder son plaisir!

Ma note: 5/5



De : Sahkti1 Envoyé : 2006-02-19 04:00

Henning MANKELL, La cinquième femme

A mes yeux, peut-être, le polar de Mankell le moins "policier" dans la série des Kurt Wallander. A savoir que le crime est cette fois d'une trame assez classique, on devine assez vite les tenants et les aboutissants, les motivations, d'autant plus que tout cela est somme toute assez simple, même si superbement ficelé. Ce qui fait l'intérêt de cet opus réside dans la profonde humanité qui se dégage de Wallander, un homme fragilisé par la perte de son père, par la perte des repères de la société suédoise, par sa fille Linda qui lui échappe, par son amour avec Baiba qui s'étiole et pas le temps qui passe, avec ou sans lui. L'enquête n'est pas le seul fil conducteur du récit, il y a aussi les pensées de cet homme qui se cherche et éprouve pas mal de difficultés à se situer dans cette société en mouvement.
Peut-être pas le meilleur volume en matière d'intrigue mais certainement un des plus riches en terreau humain.

Ma note: 4/5



De : Sahkti1 Envoyé : 2006-03-18 05:46

Henning MANKELL, Meurtriers sans visage

Et voici la première enquête "en livre" de Kurt Wallander. Une sombre histoire de meurtriers qui s'en prennent à un couple de personnages âgées dans une ferme isolée. Crime crapuleux avec d'emblée, des interrogations sur la présence jugée trop forte d'étrangers en Suède, sur la politique à mener en matière de répression de l'immigration, sur les changements perçus par une société calme qui connaît de plus en plus les affres de la violence gratuite et meurtrière...
Dans ce premier volume de la série Wallander, on découvre les interrogations qui seront celles du commissaire (et de Mankell) tout au long de son oeuvre: la société suédoise dérive et va de plus en plus mal. Ici, la question de savoir si c'est la faute aux immigrés est posée. La Suède devrait-elle fermer ses frontières à l'immigration? Cela la protégerait-elle du crime?
Wallander semble penser que oui, mais au fur et à mesure, on réalise qu'il ne s'agit pas d'un jugement péremptoire ou d'une affirmation. Il se pose, comme ses concitoyens, des questions sur l'avenir du pays et réagit d'une manière simple (et pleine de bon sens populaire pourrait-on dire) face à l'image de l'immigration véhiculée par la presse et les rumeurs de bistrot. Si sur le plan de l'écriture, je trouve que ce titre est loin d'être le plus abouti de Mankell (mais c'est son premier polar, rappelons-le), on sent déjà la réflexion qu'il mène et la manière qu'il a d'aborder les événéments: formulée avec simplicité et accessibilité. Il se met dans la peau du citoyen lambda et nous fait partager des préoccupations qui sont celles de tout le monde. C'est du polar sociologique et c'est ce qui en fait le charme, il y a beaucoup plus qu'une enquête, c'est tout le portrait d'un pays, d'une société et de personnes qui s'interrogent, légitimement, sur l'avenir qu'ils vont connaître.

Ma note: 4/5
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Henning MANKELL (Suède)

Message  gallo le Sam 20 Déc 2008 - 18:23

De : Sahkti1 Envoyé : 19/03/2006 22:14

Henning MANKELL, Les chiens de Riga

L'histoire a été résumée et un point a été fait sur l'ordre chronologique non respecté lors des parutions française, inutile donc d'y revenir.
Enquête en Lettonie ou comment Henning Mankell est un grand visionnaire. Au moment où il écrit cette histoire, ce sont les prémisses de la révolution dans les pays baltes, or il voit clairement comment la situation risque d'évoluer et le contexte qu'il pose dans cette enquête de Wallander est assez conforme à la réalité. Avec peut-être une tendance à trop condenser certains aspects, on se croirait dans un film d'espionnage mais bon, c'est normal, il faut tenir le lecteur en haleine et puis c'est l'enquête policière qui veut cela.
J'ai un peu regretté qu'une histoire d'amour vienne prendre place au milieu de tout cela, mais elle est un prétexte à fragiliser Wallander et on sait à quel point Mankell a rendu son héros proche des gens par son côté humain et vulnérable justement. Et puis aussi l'importance que Baiba aura dans la vie de Wallander par la suite.
Comme pour "La lionne blanche", j'ai particulièrement apprécié le contexte politique et social richement détaillé par Mankell. Ce n'est pas une simple enquête sur un meurtre, c'est le portrait d'un peuple et d'une société. C'est pour cette raison que je place Mankell au-dessus de la mêlée dans mes goûts personnels de polars et que j'ai du mal à trouver un auteur qui lui corresponde en qualité et en diversité. Je suis d'ailleurs preneuse de suggestions!

Ma note: 4,5/5


De : Sahkti1 Envoyé : 09/07/2006 10:16

Henning MANKELL, L'homme qui souriait

Un vieil avocat chargé des intérêts d'une société multinationale nébuleuse qui meurt dans d'étranges circonstances, suivi quelques semaines plus tard par son fils, lui-aussi avocat travaillant à ses côtés. Voilà Wallander reprenant le boulot après une longue dépression. Les acquis et les habitudes reviennent vite, malgré quelques maladresses et hésitations dues à une trop longue absence hors du commissariat.
Wallander et son équipe pataugent. Pendant une bonne partie du roman. Et le lecteur en fait de même. On a beau chercher, tenter de trouver une piste ou une explication, force est de reconnaître que cette fois, on galère de la même manière que les flics et on a beau supputer, on est à côté de la plaque.
Sur ce point, ce polar est très bien ficelé, le lecteur est emmené au sein de l'enquête et il ressent très bien la désillusion et le découragement de la police d'Ystad.
Je suis cependant plus réservée quant à la fin, trop rapide, comme si il fallait absolument terminer là parce que déjà 400 pages et que donc, Mankell s'est un peu dépêché d'emballer tout ça. Cela ressemblerait même à de l'amateurisme de se laisser ainsi prendre de la part de Harderberg, qui a pourtant fait preuve jusqu'alors d'une grande intelligence et d'une possession de moyens extraordinaires. Déception donc, légère mais réelle, pour la fin. Sinon, rien à redire, il y a le style Mankell et j'aime beaucoup.

Ma note: 3,5/5


De : Sahkti1 Envoyé : 04/09/2006 22:29

Henning MANKELL, La muraille invisible

A mes yeux, une des meilleures enquêtes de Mankell/Wallander. Avec des préoccupations réelles et réalistes sur l'état de notre société, la vulnérabilité de systèmes dont nous sommes devenus complètement dépendants et un regard touchant et amer à la fois sur une carrière qui atteint ses limites. Avec une porte ouverte dans les dernières lignes de l'ouvrage vers une suite de la saga Wallander... le clan Wallander.

Il existe un excellent dossier de Pierre Grimaud sur la société suédoise et ses défaillances (valables pour bien d'autres nations!) vue par Henning Mankell via son héros Kurt Wallander. Une lecture enrichissante à plus d'un titre!

http://www.pierre-grimaud.com/Mankell/Mankell.pdf


De : Sahkti1 Envoyé : 04/09/2006 22:31

Henning MANKELL, Les morts de la Saint Jean

Peut-être, à mes yeux, un des moins bons de la série "Wallander". Au début, j'ai mis les errances et les maladresses sur le compte de la mort de l'inspecteur Svedberg, en me disant que Mankell le faisait exprès pour illustrer le malaise qui s'était installé au sein de la police d'Ystad. Mais d'autres longueurs et quelques faiblesses ont balayé cette idée et je me suis finalement demandée si Mankell n'avait pas écrit cette histoire au fur et à mesure, sans trame, sans trop savoir où il allait. Ce n'est bien sûr que mon avis. Si j'ai aimé l'histoire et retrouvé avec plaisir le style de Mankell, j'ai cependant ressenti moins d'enthousiasme que pour d'atres polars de sa plume. Effet de lassitude? Je ne pense pas. Le scénario est original, différent des autres, il y a toujours autant d'introspection de la part de tous les protagonistes et de questions intéressantes sur la société qui évolue mal. Mais cette impression de faiblesse du récit s'est faite plus forte une fois le livre refermé, un sentiment d'ordre général, comme si Henning Mankell était un peu fatigué.
Ma note: 3,5/5


De : lalyre7032 Envoyé : 08/09/2006 16:41

La muraille invisible - Henning Mankel

L'histoire commence par le meurtre d'un chauffeur de taxi ,froidement assassiné à coups de couteaux par deux adolescentes.L'inspecteur Wallander est atterré par le sang froid des meurtrières qui racontent les faits sans aucuns remords.Sonia l'ainée des deux filles se sauve du commissariat et on la retrouve électrocutée à l'intèrieur d'un transformateur qui a privé de courant une grosse partie de la région,Mais au moment du crime un homme meurt semble t-il de mort naturelle!!!!!et les deux affaires seraient-elles liés ?Wallander a beau retourner le problème dans tous les sens,il est désorienté.Mais avec l'aide d'un hacker ,il découvrira la surprenante vérité
qui a ses racines en Angola ou l'ennemi dangereux est prêt à agir.

Mon avis :J'ai aimé ce roman,bien que le contenu par sa crédibilité m'aie souvent mise mal à l'aise.
5/5


De : lobadetolosa Envoyé : 09/09/2006 18:01

Avant le gel

Résumé : Wallander est un bon commissaire suédois qui aimerait bien s'acheter une maison avec jardin, pour pouvoir aller uriner le matin sur sa pelouse. Il est divorcé et sa fille Linda, la trentaine, revient s'installer chez lui. En effet, elle sort de l'école de police et a demandé à être mutée dans le commissariat de son père. Ils ont tous les deux de forts caractères et dès qu'ils tentent de dialoguer, il y a de l'orage dans l'air.

Linda décide de retrouver ses deux amies d'enfance et notamment sa meilleure amie Anna, étudiante en médecine, dont le père est un jour parti pour ne jamais revenir. Linda retrouve ses repères même si elle s'ennuit de ne pas encore avoir de poste. Mais voilà qu'elle commence à se faire du souci. En effet, son amie Anna a cru appercevoir son père en ville et peu de temps après, cette dernière disparait. Personne ne sait où elle l'est. Linda décide de mener l'enquête toute seule, illégalement.

En parallèle à ça, des cygnes blancs ont été volontairement brûlés par un homme qui a contacté le commissariat pour avertir de son acte. Il s'attaque après à un jeune taureau, qui lui aussi sera brûlé. Mais le tueur d'animaux décide de s'en prendre aux hommes et décapite une femme dans une cabane perdue dans la forêt.
Willander et sa fille vont mener l'enquête pour trouver le meurtrier. Les deux histoires sont-elles liées?

Avis : On trouve une psychologie très fine des principaux personnages, qui en deviennent attachants. Ils ont tous des questionnements sur leur vie, leur passé. Ceci s'en ressent notamment dans la relation père/fille, ainsi que dans les pensées de l'héroine qui nous parle de son mal être à la suite du divorce de ses parents, ses deux tentatives de suicide qui s'ensuivirent, sa vie qu'elle trouve terne... Mais cela peut devenir un peu lassant, dans le sens que ce livre repose pas mal sur la psychologie des protagonistes, au détriment de l'action. J'ai perso du mal avec ce type de polar, il me faut un minimum d'action.... Je regrette aussi que dans leurs pensées, les héros se répètent pas mal, c'est un tantinet lassant.

L'écriture est fluide et sans fioritures mais comme dit plus haut, elle est gachée par une certaines longueurs des dialogues et comme dit plus haut, par la lenteur du récit. L'action ne commence vraiment qu'à partir de 150 pages. Ensuite, le récit devient, heureusement, plus prenant, mais là encore les rebondissements se font désirer.
Dans cet ouvrage, transparait aussi la société suédoise comme pour le polar de Persson, les différences intergénérationnelles...

En définitive, c'est un polar sympathique mais dont l'histoire bien que prenante est très longue à se mettre en place et parfois peu vive.

http://climaginaire.joueb.com/news/s2872.shtml

ma note : 2.5/5


De : Cocotte8017 Envoyé : 2006-09-26 20:07

La cinquième femme
(Seuil, 2000, 489 pages)

Suède, 1994, l’inspecteur Kurt Wallander devra élucider trois meurtres sordides et violents. Tout d’abord, un amateur d’oiseaux est retrouvé empalé dans un fossé. Par la suite, un fleuriste est ligoté à un arbre. Finalement, un chercheur est mort noyé enfermé dans un sac. Wallander devra trouver le lien qui unit ces trois crimes et surtout qui en est l’auteur.

Un excellent policier que ce livre! Ce qui m’a le plus intéressée, c’est de suivre l’évolution de l’enquête et la pensée des policiers qui trouvent petit à petit des indices qui les amènent sur plusieurs pistes. J’avais l’impression d’être dans la tête de Wallander que j’ai trouvé bien attachant. Intéressant aussi de constater l’impact sur la vie d’un policier qu’une enquête aussi importante. On constatera d’ailleurs qu’une enquête ne se termine pas nécessairement lorsque le meurtrier est arrêté.

J’avoue avoir été un peu déçue par la fin qui ne pouvait pourtant être autrement. Le coupable est connu depuis le début, mais je m’attendais quand même à une surprise. Peu importe, j’ai eu beaucoup de plaisir à suivre cette intrigue bien ficelée.

Ma note : 4,25/5



De : odilette84 Envoyé : 15/10/2006 22:24
Avant le gel

je me suis ennuyée car il n'y a rien d'original.
je me suis forcée à lire la fin.
Tout est cousu de fil blanc.
ça n'est pas du grand MANKELL
2/5


De : pounette515 Envoyé : 2006-10-29 15:57

La Cinquième femme de Henning Mankell.

Un très bon roman policier, pour moi qui ne suis pas une fana du genre.
On est tenu par l'intrigue du début à la fin.

Toutefois, c'est surtout le policier Wallander qui a attiré mon attention.
On suit sa pensée, ses réflexions sur son travail de policier certes, mais également sur son rôle de père, de conjoint, de fils...

Il se pose également de nombreuses questions sur la société dans laquelle il vit et les mutations que cette dernière subit à la fin du XXème siècle.

Une lecture que je conseille donc,

Ma note: 5/5 (désolée mais je n'ai pas le courage de faire un résumé, d'autres l'ont d'ailleurs trés bien faits!)

Pounette
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Henning MANKELL (Suède)

Message  gallo le Sam 20 Déc 2008 - 18:27

De : van1709 Envoyé : 06/11/2006 20:39

La muraille invisible

A Ystad, Tynnes Falk meurt devant un distributeur bancaire. Deux adolescentes tuent un chauffeur de taxi et ne semblent éprouver aucun remords, aucun sentiment. Wallander s'occupe de l'affaire concernant les deux adolescentes et tente de comprendre ce qui s'est passé. Mais tout se complique lorsque l'une des filles s'enfuit et est retrouvée morte dans un transformateur, drame qui aura privé une bonne partie du pays d'électricité.

J'ai bien aimé lire cet auteur que je découvre. L'histoire est certes invraisemblable, mais j'ai pris plaisir à suivre le déroulement de cette enquête, à découvrir des éléments qui n'avaient à priori aucun lien avec l'affaire, mais qui se sont finalement révélés être essentiels. On s'amuse très vite à se laisser prendre par l'histoire, d'autant plus qu'on se rend compte qu'effectivement, internet est devenu un élément capital de notre monde. Un auteur très intéressant que j'aimerais continuer à découvrir.

Note: 4/5


De : lalyre7032 Envoyé : 2006-11-12 04:22

Meurtriers sans visage Henning Mankell Points Seuil

Dans un coin perdu du Sud de la Suede,un fermier découvre son voisin assassiné,le corps atrocement mutilé,sa femme est attachée ,mourante,étranglée avec un lacet au noeud étrange.Transportée à l'hôpital ,elle murmurera un seul mot avant de mourir (étranger ).C'est l'inspecteur Wallander qui est chargé de l'enquête qui s'avère très difficile car dans la région,il y a plusieurs camps d'étrangers,c'est une enquête très longue et les témoins sont rares.Beaucoup de questions se posent car qui a pu commettre un crime aussi atroce ?Et pour quelle raison ? Les meurtriers sont-ils des étrangers ?

Mon avis : Une intrigue bien menée jusqu'à la fin que j'ai lu avec un certain plaisir mais sans plus n'étant pas une fan de polars, j'avais préfèré La muraille invisible.

4/5



De : gallomaniac Envoyé : 2006-11-12 17:13

"La tombe", ("Händelse om hösten") polar de Henning MANKELL; 2/5
lu dans la traduction néerlandaise "Het Graf", traduit du suédois par J.Middelbeek-Oortgiesen, livre du mois neerlandais du thriller 2004, 93 pg.

L'inspecteur Wallander bute dans un jardin sur une maine humaine et trouve un squelette enterré. Le livre décrit pas à pas la recherche policière dans le temps et les documents jusqu'à arriver au tueur. Une histoire lineaire et un pur polar: seuls y figurent les policiers et les personnes interrogées. Le livre est juste un passe-temps. Ma note 2/5.



De : Philcabzi5 Envoyé : 15/11/2006 13:38
Henning Mankell a aussi publié des livres pour enfants. Je vous ai posté ma critique de La société secrète dans la section jeunesse 6-12 ans.


De : Sahkti1 Envoyé : 20/11/2006 21:24

Henning MANKELL, Avant le gel

Le moment est venu pour Linda Wallander de faire son entrée dans la police d'Ystad. La fin du précédent épisode de la série "KW" nous apprenait qu'elle avait enfin trouvé sa voie. Un volume plus tard, elle sort de l'école de police et enquête avec et en parallèle sur une histoire de meurtres rituels, d'animaux brûlés, d'une amie de plus en plus étrange. Le tout sur base de rapports familiaux parfois houleux et d'un boulot qui lui fait peur.
L'arrivée de Linda dans la série ne met pas Kurt Wallander sur la touche, ce que je craignais un peu. Il est toujours bel et bien là, bon pied bon oeil, pas plus fatigué ou déprimé que d'habitude. Voilà de quoi me rassurer. La personnalité de sa fille me laisse par contre un brin plus perplexe. Je la trouve limite infantile, agaçante, pas vraiment douée (elle sort de l'école de police mais commet des fautes assez étonnantes). D'ici quelques aventures, peut-être...
Sinon, c'est une intrigue bien ficelée, avec des rebondissements, pas mal d'interrogations, une fois de plus, sur une société qui va bien mal. Je déplore cependant que Mankell ait mis une bonne partie de ses personnages sur la touche. On parle beaucoup de Linda, mais assez peu, finalement, des inspecteurs qui ont fidèlement accompagné Kurt Wallander jusqu'ici, ils font de la figuration. C'est dommage, le sentiment que si ça continue sur cette route, on va tout de même perdre quelque chose de bien.

Ma note: 3,5/5


De : Chantal5500 Envoyé : 2006-11-24 16:29

LA CINQUIEME FEMME

Je me dispense du résumé vu le nombre des critiques précédentes.

Voilà un policier assez "soft" qui m'a pas mal plu, où les personnages de Vallander et de ses coéquipiers sont très attachants. Au cours de l'enquête, le lecteur suit toutes les interrogations, les réflexions, le cheminement de l'équipe policière, et en même temps toutes les difficultés qu'ils ont à concilier métier et vie privée (quand celle-ci existe). L'auteur réussit même à faire "comprendre" aux lecteurs les motivations de l'assassin. Cependant, j'y ai trouvé néanmoins beaucoup de redondances (remises à plat des éléments de l'enquête à chaque réunion) qui peu à peu devenaient dérangeantes. Et puis j'ai ressenti une peinture trop "clean" de la police face à une société suédoise qui apparaît en pleine régression et cela m'a un peu agacée.

3,8/5



De : Sophie-Libeaucoup Envoyé : 30/11/2006 23:00

Henning Mankell - LE RETOUR DU PROFESSEUR DE DANSE

Dans le Härjedalen(Nord de la Suède) Herbert Molin un policier à la retraite est torturé à mort dans sa maison isolée. A l’autre bout de la Suède Stefan Lindman jeune policier et ancien collègue de Molin apprend en même temps l’assassinat de son ancien collègue et qu’il a un cancer.
Lindman se souviens, au cours d’une planqueil avait surpris Molin qui effrayé lui avait dit « J’ai cru que c’était quelqu’un d’autre »
Donc Molin avait peur depuis longtemps, mais peur de qui ?
Lindman va donc « aider » son collègue Guiseppe larson.
larson constate que Molin a été agressé avec une cruauté inouïe.avec rage. Les empreintes sur le parquet semblent indiquer que le tueur a invité sa victime à danser un tango sanglant.
Mais qui invite un mort à danser ?
Stefan est angoissé par l’annonce de sa maladie..
Stefan va essayer de rencontrer ceux qui fréquentaient Molin, son voisin puis sa fille et la femme par qui Molin avait trouvé sa maison (ou sa cachette ?).
Dans une atmosphère glacée Stephan va aller de découvertes en découvertes sur le passé de Molin et de ses relations.
Mais aussi sur sa propre famille.

Un grand Mankell
4/5


De : lassy Envoyé : 2006-12-12 18:47

Les chiens de Riga

Deux cadavres, qui s'avèrent Lettoniens, ont donc traversé la Baltique pour échouer sur une plage près d'Ystad. Kurt Wallander, homme simple et sympathique, se voit alors contraint d'enquêter avec des Lettons, et même d'aller jusqu'à Riga, alors que la Lettonie est encore sous le joug de la Russie...

Le malaise du héros , dû d'une part au fait qu'il ne connait pas grand'chose aux pays de l'Est, et d'autre part à une communication difficile (il ne maîtrise pas vraiment l'anglais), prend une épaisseur vraiment palpable au fur et à mesure de l'enquête, confronté qu'il se trouve aux problèmes politiques et sociaux. Peu d'objectivité dans les descriptions, tout passe par la perception et l'émotion de Wallender, ce qui rend son séjour vraiment palpitant pour le lecteur.

Dans la deuxième partie, le romanesque de la situation m'a hélas laissée un peu perplexe, mais je dois reconnaître que dans l'ensemble, ce roman m'a beaucoup intéressée. .

3/5


De : gallomaniac Envoyé : 04/02/2007 20:04
Le guerrier solitaire, Henning Mankell, 1995. Traduit du suédois par Christofer Bjurström, 1996. Ed. du Seuil 1999, Points 2003, 553 pg. (Coup de coeur de Sahkti). Ma note 4,5/5.

Le livre est résumé déjà plusieures fois chez les rats, je donne un court commentaire.
Une bonne lecture de détente. Dans la forme c'est un polar assez classique. Le meurtrier est connu d'avance. Cela permet au récit une double tension:
a) de nouveaux meurtres sont imminents, mais on ne sait pas où, quand, qui et comment.
b) comment les policiers vont-il trouver les traces du meurtrier?
En plus, par ce procédé, l'auteur peut donner un double portrait du meurtrier: sauveteur dans ses propres yeux, psychopathe traumatisé dans les yeux des policiers. Malgré tout on a quelque sympathie pour le meurtrier et sa motivation. Et les caractères des policiers sont assez bien développés.
Une petite critique: puisque les clés sont données déjà au début (surtout, surtout le sujet de la pédophilie, présent dès la jeune fille au champ de colza et dès le premier meurtre) mais négligées pour le seul but de prolonger le récit indéfiniment... puisqu'on sait ce que cela va donner, le grand détour est improbable et la fin laisse attendre trop longtemps. Alors, pourquoi cette longueur de 550 pages? On veut tout de même bien lire jusqu'à la fin. Ma note 4,5/5.

avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Henning MANKELL (Suède)

Message  gallo le Sam 20 Déc 2008 - 18:31

De : lalyre7032 Envoyé : 17/02/2007 16:17
Avant le gel - Henning Mankell Seuil

Linda,la fille du commissaire Wallander,vient de sortir de l'école de police et doit patienter quelques jours avant de pouvoir endosser son nouvel uniforme,en attendant elle s'est installée chez son père qui mène une nouvelle enquête sur un crime et des disparitions qui sembleraient liés à une secte par des sacrifices rituels.Linda renoue avec deux amies d'enfance et c'est leur disparition qui l'inciteront à mener une enquête de son côté,souvent contre l'avis de son père,mais tel père,telle fille avec leurs caractères si semblables et il y a souvent des heurts entre-eux,car quand il s'agit q'enquêter sur la même affaire ce n'est pas facile de respecter le territoire de l'autre et d'ailleurs le temps presse car il pourrait y avoir d'autres sacrifices et il s'agit de trouver cette secte satanique.Mais existe t-elle vraiment ?

Mon avis :Personnellent j'ai trouvé ce roman un peu simpliste,pas beaucoup de suspense,une enquête familiale c'est peut-être cela qui m'a un peu surprise.Assez facile à lire pourrait convenir comme roman de vacances.
3/5
Lalyre


De : Philcabzi5 Envoyé : 08/03/2007 13:55
Henning Mankell - Le retour du professeur de danse

Ed. Seuil, 2006, 409 pages

Note: 3/5

4ème de couverture:

Décembre 1945. Dans l'Allemagne vaincue, un passager solitaire descend d'un avion militaire britannique et se rend à la prison de Hameln. Là, il procède à la pendaison de criminels de guerre nazis. Mais l'un d'eux a échappé à son sort. Octobre 1999, dans le nord de la Suède, Herbert Molin, un policier à la retraite, est torturé à mort. Dans sa maison isolée, les empreintes sur le parquet semblent indiquer que le tueur a esquissé un tango sanglant avec sa victime. Ici, ce n'est plus le commissaire Wallander qui mène l'enquête. Au même moment, à l'autre bout de la Suède, le jeune policier Stefan Lindman apprend deux mauvaises nouvelles : il a un cancer et son ancien collègue a été assassiné. Pour tromper son angoisse, il décide de partir dans le Härjedalen et d'enquêter lui-même sur ce meurtre. Or, les ombres d'un passé très noir se sont réveillées. Elles ont frappé. Elles vont frapper encore et encore. Stefan a peur. Mais il est jeune, malade. Il ignore combien de temps il lui reste à vivre. Il n'a rien à perdre.

Mon avis:

Comme toujours, les intrigues de Mankell me fascinent. Il est impossible de tout comprendre avant la toute fin du livre et sa façon de distiller le suspense est formidable. J'ai été un peu ennuyer par les états d'âmes un peu trop présents de Stefan. Je sais, son cancer et son risque de mourir participent à l'histoire, mais je trouve finalement que ça n'apporte pas grand chose. Je ne me suis pas attachée aux personnages sauf peut-être un peu Guiseppe qui travaille si fort à comprendre cette intrigue.

Une chose m'a réellement tappé sur les nerfs... le tutoiement! Peu importe s'ils parlent à des gens qu'ils ne connaissent pas ou à des personnes âgées, le tutoiement est toujours présent. Il n'y a que vers la fin, lorsqu'il est en Écosse que les personnages se vouvoient. J'imagine que c'est un problème de traduction à moins qu'en suédois les gens se tutoient allègrement! Bref, ça m'a vraiment dérangé tout au long de ma lecture.


De : louveloba Envoyé : 25/04/2007 23:48
Henning Mankell - Tea-Bag (Seuil, 2007)

Un "tea-bag" en anglais, c'est un sachet de thé; mais dans ce camp de détention pour immigrés clandestins au sud de l'Europe, Tea-Bag, c'est le nom de cette jeune femme au merveilleux sourire, qui vient du Kurdistan, ou du Nigéria, ou du Soudan, selon ce que vous voulez entendre. Elle veut devenir visible, et cela passera peut-être par ce journaliste venu d'un pays dont elle n'a jamais entendu parler, la Suède.

Bien plus au nord, en Suède donc, le poète Jesper Humlin se désole de ne pas vendre autant de livres que son éditeur le souhaite; d'autant plus que ce dernier s'est mis en tête de lui faire écrire un roman policier... Mais le plus grand souci de Jesper, c'est que tout le monde autour de lui se lance dans l'écriture; et il a peur que l'un d'eux, sinon tous, se révèlent plus doués que lui.

Aussi ce n'est vraiment pas de sa faute, s'il se retrouve un beau jour attablé dans un club de boxe avec, en face de lui, trois jeunes femmes qui veulent apprendre à écrire un livre: Tania, d'Europe de l'Est; Leila l'iranienne; et Tea-Bag, l'africaine.

J'ai du mal à croire qu'il ait fallu 6 ans pour que cette petite merveille arrive en France: d'après les éditions du Seuil, la première publication suédoise date en effet de 2001. Ai-je manqué une première traduction en français ? Ou bien les éditeurs n'étaient-ils pas intéressés par du Mankell autre que policier ? ( Ce qui tendrait à confirmer la critique acerbe du monde de l'édition que fait ici H.Mankell). Ici, il nous plonge dans la clandestinité, avec les parcours extrêmes de ces trois femmes, qui se racontent par bribes.
L'impression dominante, c'est une très forte subjectivité de chacun des personnages sur son propre parcours;ainsi on plaindrait presque Jesper le poète,tant il se pose en victime de son entourage;mais les récits de chacune des trois femmes sont forcément plus dramatiques...
Plongé en plein réalisme social, on sent néanmoins dans ce roman l'influence de la culture africaine sur l'écriture de Mankell: on croirait par moment entendre un griot, aux frontières de la réalité et du rêve.

En 3 mots: j'ai adoré !

Ma note: 5/5


De : symphonium Envoyé : 13/06/2007 05:05
L'homme qui souriait 3/5

Kurt Wallander est comissaire de police pour la ville d'Ystad en Suède. Hanté par les démons de ses actions passées, il décide de mettre un terme à sa carrière dans la police. Alors qu'il est sur le point de remettre sa démission, la mort malheureuse de son ami Thornstenssen, le convainc de reprendre le service.

L'homme souriait et la lectrice un peu moins. Le suspense, l'attente surtout, est le caractère le plus fort du roman policier. C'est généralement ce qui m'accroche le plus lorsque je lis des polars. Dans ce cas-ci, l'auteur m'a laissé tombé assez rapidement. Dès les premières pages, le criminel se profile déjà. Après, il ne reste qu'à trouver les preuves pour l'incriminer. Puis, ces preuves arrivent au compte-goutte. À un certain moment, je me suis même demandé si l'enquête tournerait à vide!

La note est attribuée pour la psychologie de Wallander et de ses comparses. Sur le plan humain, le livre s'en sort pas trop mal.


De : doriane99 Envoyé : 2007-06-18 07:07

La cinquième femme
Points 581 p.

Pour se remettre d'une enquête particulièrement éprouvante, Kurt Wallander, inspecteur de police suédois, part en voyage en Italie avec son père malade. A son retour, une nouvelle série de meurtres l'attend : des hommes apparemment "biens sous tous rapports" sont retrouvés assassinés de façon théatrale. Difficile de trouver le point commun entre ces meurtres.

Un policier très fouillé, les caractères sont finement analysés, dans chaque personnage on trouve le bon côté et le "côté obscur". Wallander et ses soucis familiaux, son incompréhension face à l'évolution de la société ; l'auteur des meurtres qui est aussi victime... L'analyse de la société en évolution (qui ressemble beaucoup à la nôtre) est très intéressante : le rejet de la police, la création des milices, l'évolution des mentalités... J'ai très envie de me lancer dans la "série".

4/5


De : celene721 Envoyé : 10/09/2007 13:50
Henning Mankell - Tea Bag (Seuil 2007)

Ce livre n'est pas un polar comme le sont la plupart des livres d'Henning Mankell mais un roman sur l'immigration clandestine.
Jesper Humlin est un poète suédois à qui son éditeur demande d'écrire un polar car c'est ce qui se vend le mieux. Mais Jesper n'en a aucune envie.
Il rencontre dans un gymnase de boxe tenu par un ami trois jeunes immigrées qui vont boulverser son existence.
Tania l'est-européeenne, Tea-Bag la nigétiane et Leila l'iranienne lui raconteront tour à tour leur histoire et leur manière de vivre.
Le poète sera touché et prendra conscience de la situation délicate de touqs les immigrés de son pays.

Dans ce roman Henning Mankell nous fait connaître la vie clandestine à laquelle sont contraints la grande majorité des immigrés venant d'Afrique et d'ailleurs.
Nous sommes étonnés par la fore, le courage de ces trois femmes qui sont obligées de vivre dans l'ombre.
Cette situation nous indigne.
Un livre émouvant, prenant que l'on apprécie autant que les enquêtes de Wallander, héros des polars écrits par l'auteur.

Note : 4/5


De : louveloba Envoyé : 15/09/2007 11:12

Avant le gel (Innan frosten, 2002), Ed. Seuil 2005, 440p.

Linda, la fille de Kurt Wallander, sort de l'école de police. Dans une semaine, elle pourra commencer à patrouiller; en attendant, c'est repos forcé. Mais elle porte déjà "l'uniforme invisible"; aussi, quand son amie Anna disparaît, après avoir croisé son père disparu depuis 25 ans, elle décide de mener l'enquête. Ce qui n'est pas pour plaire à son père.

On découvre ici Linda Wallander dans un rôle de premier plan; Kurt Wallander n'est presque qu'un personnage secondaire. Et on retrouve Steffan Lindman, protagoniste du Retour du Professeur de Danse. L'intrigue est sans réelle surprise, mais intéressante.
Ma note: 3,5/5


De : Myanka_K9 Envoyé : 07/10/2007 15:20

Henning Mankell - Le guerrier solitaire (Seuil Policiers - 438 pages)

Kurt Wallander dirige l’enquête pour trouver l’auteur de quatre meurtres singuliers, commis à la hache et dont les victimes ont été scalpées. Le meurtrier est un jeune garçon de 14 ans qui entre dans la peau d’un guerrier indien pour commettre ses meurtres dans le but de venger sa soeur.

Quelle déception ce roman qui pourtant semblait si prometteur. Des longueurs, des répétitions, des phrases, des détails superflus sans intérêt, et des idées lancées qu’on aurait voulu qu’elles soient développées mais qui tombent dans l’oubli . . . alors pourquoi même les introduire? Aucune relation qui vaille la peine d’être mentionnée n’est développée entre les principaux personnages. À part les meurtres il ne s’y passe absolument rien. C’est l’histoire de l’enquête, mais d’une enquête où rien n’avance, où il n’y a que des questionnements, des impressions. En fait il n’y a pas d’enquête et ce sont les quelques événements eux-mêmes, parsemés ici et là à travers le roman, qui éventuellement font que le tueur se retrouve dans les mains des policiers. Et on se tape le fait que rien ne se passe pour la majorité du roman. Je me suis ennuyée d’un bout à l’autre. Je n’ai pas embarquée. Les personnages m’ont laissée tout à fait indifférente. Le style est froid. Les dialogues absolument pas naturels.

Je suis de ceux et celles qui n’auront pas du tout aimé ce Mankell, mon premier. Et pourtant tellement de gens m’avaient parlé avec enthousiasme de cet auteur.

2/5
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Profondeurs - Points - 3,7/5

Message  zeta le Mar 10 Fév 2009 - 17:14

Henning Mankell est le créateur de romans policiers dont le personnage récurent est le commissaire Wallander. Mais là il ne s'agit pas d'une intrigue policière.

Profondeurs est un roman très déroutant, pour moi. Pour la simple raison que je ne lis pas souvent de romans écrit par des scandinaves, mais l'inspecteur Wallander dont j'avais lu une aventure m'avait bien plu et j'ai adoré la trilogie de Stieg Larsson.
Ce roman a une écriture très précise, très pesante, mais pas pesante au sens de lourde et sans grâce, non pesante parce que grave, et que ce terme colle à l'histoire qui n'est pas du tout légère. En lisant ce roman je n'ai pu m'empêcher de penser à Ingmar Bergman, dont j'adorais les films quand j'étais jeune. Des films très tourmentés qui me laissaient toujours profondément touchée et perplexe. Touchée parce que leur esthétisme glacial, impeccable m'emplissait les yeux et perplexe parce que la folie maîtrisée, la complexité abrupte des personnages me destabilisaient.

En Octobre 1914, malgré sa neutralité affichée, la suède craint de basculer dans le terrible conflit mondial. Le capitaine Las Tobiasson-Svartman reçoit la mission d'inspecter et sonder les possibilités de voies navigables pour les navires de guerre. Au cours de cette mission, Cet officier apparemment équilibré, heureux en ménage, va rencontrer une jeune femme sur un ilot desertique, une rencontre charnelle qui tourne à l'obsession et qui va le faire basculer dans un état proche de la démence.

Il n'y a pas de termes faciles à trouver pour évoquer, pour expliquer le style de l'auteur, lent, détaillé, épuré. Qu'il décrive les paysages désolés, froids, où chaque bruit, chaque mouvement semble en désaccord avec la nature du lieu, ou les réflexions, les évolutions, la montée de la colère, de la déraison, de la violence chez son héros, tout est implacable de vérité, de logique et d'une certaine beauté.
Profondeurs, est le titre, particulièrement approprié à cet homme qui sonde le fond des mers, c'est une métaphore parfaite pour sa personnalité : en surface, un être calme, posé, responsable et l'on ne perçoit que peu à peu les courants souterrains qui l'animent, leur noirceur et leur opacité limoneuse.
Ce n'est pas un livre facile, c'est par contre une incursion insolite dans l'enfer des sentiments extrêmes de dégoût, d'avilissement, de fausseté, qui noie le lecteur dans une amertume abyssale.
Alors bien sûr j'ai un peu de mal avec ce genre d'histoire, mais elle fascine autant, voire plus, qu'elle rebute.
Je remercie Chantal qui m'a fait replonger dans les eaux troubles des interrogations et des perplexités de ma jeunesse : "jusqu'où peut aller la folie humaine ?".

C'est amusant mais en même temps que je faisais ce texte je suis allée voir wikipédia sur cet auteur que je connais peu et j'y ai appris que Henning Mankell est le gendre d'Igmar Bergman !!!! Et aussi drôle : il est né le même jour que moi (comme Paul Auster aussi).
avatar
zeta
Admin

Nombre de messages : 4028
Location : lot et garonne - France
Date d'inscription : 25/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Henning MANKELL (Suède)

Message  Chantal le Mer 11 Fév 2009 - 18:04

Pas gai, gai tout ça ! Wink
avatar
Chantal

Nombre de messages : 2260
Location : France
Date d'inscription : 22/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Henning MANKELL (Suède)

Message  Invité le Mar 28 Avr 2009 - 11:20

invité est soleilaunord

Kennedy's brain, Henning Mankell, 2005

C'est encore un roman bien sombre que nous offre là M.Mankell...


Quand l'archéologue suédoise Louise Cantor, de retour de Grèce, arrive chez son fils, une bien mauvaise surprise l'attend. Henrik est étendu sur son lit, sans vie. La conclusion des policiers est sans appel: Henrik a mis fin à ses jours. Louise ne peut se résoudre à l'accepter, et se plonge dans les documents trouvés chez son fils, notamment un dossier sur le cerveau disparu du président Kennedy. Très vite, elle est déstabilisée par la réalisation que son fils menait une double (multiple ?) vie. Ses recherches la mèneront au bout du monde, d'abord à la recherche du père d'Henrik, puis sur les traces du fils disparu. De Barcelone au Mozambique, elle est amenée à se pencher sur le drame du sida en Afrique.




Il ne s'agit pas à proprement parler d'un thriller, bien que nombre des ingrédients soient présents. Ce roman m'a semblé être une introduction au problème du sida dans les pays du Tiers-Monde, notamment l'Afrique. Roman difficile à lâcher, bien que, d'une certaine facon, frustrant.



Ma note : 3/5

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Henning MANKELL (Suède)

Message  Elfe le Sam 16 Mai 2009 - 7:27

Meurtriers sans visage


En pleine campagne, un couple de fermier est retrouvé atrocement mutilé. La femme réussit à souffler le mot "étranger" avant de mourir. Voilà une enquête qui s'annonce fort compliquée pour l'inspecteur de police Kurt Wallander dont la vie privée est quelque peu chaotique en ce moment. Qui a bien pu commettre un tel crime? Et pourquoi avoir pris le soin de nourrir la jument avant de partir?

C'est avec ce roman qu'Henning Mankell nous présente Kurt Wallander, inspecteur dont on suit le quotidien pas à pas. L'ambiance est noire,glaciale, mystérieuse. L'enquête démarre très vite, mais prend son temps sans nous ennuyer un seul instant, elle prend le temps de s'installer de prendre ses marques. Et jusqu'aux dernières pages, on ne sait rien des meurtriers. Un très bon polar!!!



5/5
avatar
Elfe

Nombre de messages : 1781
Age : 37
Date d'inscription : 07/01/2009

http://elfique2.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Henning MANKELL (Suède)

Message  odilette84 le Dim 21 Juin 2009 - 16:58

intéressant celui là...je ne crois pas l"'avoir lu !

la lionne blanche...

que dire du titre ?
pas terrible
que dire du prologue ?
pas intrigant non plus...


par la suite ça s'arrange et l'intrigue nous emmène en Afrique du Sud en alternance avec la ...Suède ??? (je ne suis jamais sûre du pays ...) c'est intéressant...il y est question d'un attentat prévu contre Mandela...
un peu longuet par moment..
ce qui est toujours intéressant chez Mankell, c'est le point de départ de ses intrigues et là où elles mènent..;le lecteur est toujours surpris, il se contente rarement de la simplicité !

Wallander est un inspecteur sombre solitaire et torturé,
personnage intéressant, mais cet ouvrage n'est pas le meilleur Mankell
ma note
3/5

_________________
résister c'est exister

avatar
odilette84

Nombre de messages : 2261
Age : 53
Location : Provence
Date d'inscription : 28/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

"Profondeurs"

Message  nauticus45 le Lun 24 Aoû 2009 - 13:34

"Profondeurs" d'Henning Mankell, éditions du Seuil, janvier 2008

Résumé:





Octobre 1914, l'Europe est au bord de
la guerre et la Suède voit les navires russes et allemands
s'affronter le long de ses côtes. Le capitaine suédois
Lars Tobiasson-Svartman est envoyé sur un navire de guerre
afin de sonder les fonds marins et mettre à jour la
cartographie des côtes du pays. Il laisse donc sa femme à
Stockholm et part pour ce qu'il pense être une simple mission,
une de celles qu'il enchaîne afin d'obtenir de l'avancement et
d'atteindre son rêve: trouver une zone de la mer qui soit trop
profonde pour être sondée. Pourtant cette mission ne
ressemblera finalement à aucune autre. D'une part parce-que
les décès s'enchaînent autour du capitaine
Tobiasson- Svartmann, changeant progressivement son rapport avec la
mort, et d'autre part parce-qu'il rencontre, sur un îlot réputé
désert, Sara Frederika, une veuve qui l'attire immédiatement.
Dès lors il enchaîne les allers et retours entre
Stockholm et l'îlot, sa femme et Sara Frederika, et de
mensonges en accès de colères Tobiasson- Svartman
découvre une profondeur qu'il n'avait jamais encore explorée,
celle de son âme...


Avis:






Je connaissais un peu Henning Mankell
comme auteur de polars, et j'avais choisi ce livre justement en
pensant qu'il s'agissait de l'un d'eux. Dès les premières
pages, on retrouve le style de Mankell, fluide et poétique,
mais rapidement on se rend compte qu'il ne s'agit pas là d'un
polar, mais plus d'une étude psychologique. Celle d'un homme
marqué par un père autoritaire et violent, méprisé
par un beau-père puissant et vivant auprès d'une femme
insignifiante. Il s'est construit une vie routinière et
rassurante au milieu de ces êtres qu'il ne peut pas aimer, mais
la rencontre d'une autre femme, d'une vie impossible, fait tout
basculer.


4/5
avatar
nauticus45

Nombre de messages : 1568
Age : 40
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

les chaussures italiennes de Henning Mankell

Message  noemiejardine le Lun 9 Nov 2009 - 19:12

Présentation de l'éditeur
A soixante-six ans, Fredrik Welin vit reclus depuis une décennie sur une île de la Baltique avec pour seule compagnie un chat et un chien et pour seules visites celles du facteur de l'archipel.
Depuis qu'une tragique erreur a brisé sa carrière de chirurgien, il s'est isolé des hommes.
Pour se prouver qu'il est encore en vie, il creuse un trou dans la glace et s'y immerge chaque matin.
Au solstice d'hiver, cette routine est interrompue par l'intrusion d'Harriet, la femme qu'il a aimée et abandonnée quarante ans plus tôt.
Fredrik ne le sait pas encore, mais sa vie vient juste de recommencer. Le temps de deux solstices d'hiver et d'un superbe solstice d'été, dans un espace compris entre une maison, une île, une forêt, une caravane, Mankell nous révèle une facette peu connue de son talent avec ce récit sobre, intime, vibrant, sur les hommes et les femmes, la solitude et la peur, l'amour et la rédemption.

c'est un très beau Mankell, pas très remontant, mais Mankell n'a jamais été "remontant".
Récit sombre, la mort est omniprésente et la mort n'est pas douce encore moins acceptée.
On fait le bilan de sa vie, de ses échecs, on tente d'admettre ses erreurs, de se faire pardonner, peut-être de se racheter, mais le temps est compté et manque...

triste mais si vrai...
5/5
avatar
noemiejardine

Nombre de messages : 597
Date d'inscription : 05/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Tea- Bag - Henning Mankell

Message  nauticus45 le Mer 16 Déc 2009 - 21:13





Tea-Bag d'Henning Mankell - 342 pages - Point - mars 2008


Présentation de l'éditeur


Dans un camp de transit de la côte espagnole, les migrants attendent patiemment d'entrer en Europe. Tea-Bag, la jeune Africaine, tente d'oublier les cris de ceux qui ont péri dans le naufrage qui les a menés sur cette plage. Lorsqu'un journaliste lui offre, contre son témoignage, un voyage en Suède, l'espoir renaît. Parviendra t-elle à infléchir le cours de son destin ?


Mon avis

Décidément Henning Mankell est vraiment un écrivain plein de surprises! Je le connaissais auteur de polars, je l'ai découvert auteur de drame avec "Profondeurs" et là je le retrouve à la tête d'un roman d'actualité traitant des immigrés clandestins vivant en Suède! Le thème peut paraître un peu austère et avec les premières pages on s'attend à une récit douloureux, mais dès le début Mankell donne le ton: certes son sujet est grave mais pas question de donner dans le mélodrame, les souvenirs douloureux des immigrés sont bien là, mais recueillis par Jesper Humlin, un poète égocentrique dont l'éditeur a décidé qu'il allait écrire un roman policier et qui se demande s'il ne pourrait pas utiliser les histoires des immigrées qu'il rencontre pour écrire un livre d'un nouveau genre. Le contraste entre cet auteur superficiel, coincé entre un éditeur borné à la solde de magnats du pétrôle, une mère tyrannique et une petite amie obsessionnelle, et le récit des immigrées qui ont atteint la Suède au prix de la prostitution ou du meurtre est grand, mais c'est ce qui nous fait comprendre à quel point il est choquant qu'on puisse rester indifférent à ces hommes et femmes qui ont vu en nos pays un Eldorado et qui se retrouvent à vivre cachés dans des caves, si près de nos vies confortables...

4/5
avatar
nauticus45

Nombre de messages : 1568
Age : 40
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le cerveau de Kennedy d'Henning Mankell

Message  Lisalor le Jeu 17 Déc 2009 - 19:38

Le cerveau de Kennedy




Quatrième de couverture :



Automne 2004. Louise Cantor quitte son chantier de fouilles du Péloponnèse pour rentrer en Suède. Impatiente de revoir son fils, elle le trouve mort dans son appartement de Stockholm. Qui a tué Henrik? Pas un instant Louise ne veut croire que son fils unique se soit suicidé. Avec l’énergie du désespoir et une obstination d’archéologue, elle va tenter de reconstituer, fragment par fragment, les dernières années d’une vie brutalement interrompue. Secondée par Aron, le père d’Henrik, qu’elle est allée chercher au fin fond de l’Australie, Louise découvre que son fils avait une vie secrète, émaillée d’inquiétantes zones d’ombre. Pourquoi Henrik s’intéressait-il tant au cerveau du président Kennedy, disparu lors de son autopsie? Pourquoi avait-il un appartement clandestin à Barcelone? D’où provenaient les grosses sommes d’argent dont il disposait? Que faisait-il au Mozambique dans un mouroir pour malades atteints du sida? Quand Aron disparaît brusquement sans laisser de traces, Louise comprend qu’elle est aux prises avec des forces occultes qui la dépassent.Au bord du gouffre mais plus déterminée que jamais, elle se laisse conduire par ses pas jusqu’au coeur de l’Afrique. Une vérité effroyable l’y attend. À travers ce thriller palpitant et lucide, Henning Mankell exprime sa colère contre le cynisme du monde occidental face au lent naufrage d’un continent rongé par le sida.

Mon avis : J'ai trouvé ce thriller un peu fade, je ne peux pas dire qu'il m'a déplu mais il n'y avait pas beaucoup d'action certes il y avait du suspense mais je préfére quand c'est plus hard.
Il est dommage que le quatrième de couverture résume en totalité l'histoire donc aucune surprise, c'est l'intégralité du livre.

Louise est une mère en quête de vérité et elle va aller de découverte en découverte et finalement se rendre compte qu' elle ne connait pas du tout son fils. J'ai trouvé les personnages fades et sans vie : un pére absent complétement déconnecté du monde ... ,des gens corrompus mais pas vraiment méchants.

Ce livre est quand même très dur car il montre l'hécatombe que fait le sida dans les pays africains et qu'il pourrait se passer bien des expériences dans ses mouroirs appelés : fermes africaines, Henning Mankell lance un cri d'alarme contre l'indifférence des pays du Nord prêts à tout laisser faire même des expériences humaines pour trouver un vaccin contre le sida.

7/10
avatar
Lisalor

Nombre de messages : 310
Age : 46
Location : Auvergne/France
Date d'inscription : 16/02/2009

http://lisalor.loulou.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

le cerveau de kennedy

Message  noemiejardine le Dim 28 Fév 2010 - 14:53

Contrairement à toi, Lisalor, n'avais pas lu le quatrième de couverture avant d'ouvrir ce Mankell.
Ai bien aimé: un polar bien ficelé, une analyse psychologique très fine...bref, tout ce qui me plaît chez cet auteur.

ma note: 4.5/5
avatar
noemiejardine

Nombre de messages : 597
Date d'inscription : 05/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Henning MANKELL (Suède)

Message  Philcabzi le Ven 9 Avr 2010 - 11:00

La lionne blanche
Ed. du Seuil, 2004, c1993, ISBN 2-02-059193-6
Titre original : Den vita lejoninnan (traduit du suédois par Anna Gibson)

Ma note : 4.25/5

Résumé:
Une femme sans histoire disparaît mystérieusement. Le commissaire Wallander est convaincu qu'il ne peut s'agir que d'un crime. Les évènements lui donneront raison mais il sera alors confronté à une histoire beaucoup plus complexe qui affectera durement son état mental. Près du lieu où on trouvera la jeune femme, les policiers trouveront un doigt, le doigt d'un homme noir. Et que vient faire cet homme à l'accent russe qui semble impliqué dans cette histoire? Wallander, sans vraiment le savoir, devra faire son enquête pour finalement empêcher un attentat... en Afrique du Sud!

Mon avis:
Étrange mélange que ce récit qui se passe en Suède et en Afrique du Sud, mais Henning Mankell arrive à si bien tisser l'intrigue que tout se tient bien. C'est un Wallander troublé, ébranlé psychologiquement et fragilisé qui tentera d'élucider les meurtres qui s'accumulent au fil des jours. Sachant ce qu'il en retourne au moment des évènements, nous assistons impuissants à sa recherche de la vérité qui s'avère beaucoup plus complexe qu'il ne se l'imagine. Parallèlement, en Afrique du Sud, nous suivons un riche Boer dans sa folie ainsi qu'un jeune adjoint au procureur qui tentera d'éviter un drame. Il y a énormément de personnages dans ce roman alors il faut un minimum de concentration pour ne pas perdre le fil. L'intrigue est soutenue et il a pas vraiment de temps mort. Mon seul bémol est que la "chute" psychologique de Wallander survient un peu trop abuptement, sans trop comprendre pourquoi. Je n'ai pas lu la série Wallander dans l'ordre, ce qui explique peut-être mon incompréhension. Tout de même un très bon polar!

_________________
Philcabzi
Ainsi qu'une journée bien remplie donne un doux dormir, ainsi une vie bien employée donne un doux mourir. Leonardo da Vinci

Ma PAL: 64 livres
Lecture du moment: Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 41
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Henning MANKELL (Suède)

Message  Bernard le Ven 9 Avr 2010 - 17:49

Merci de cette critique Phil. L'ambiguïté de ces deux enquêtes dont celle en Afrique du sud, m'a toujours fait reculer pour lire ce Mankell, qui est un auteur que je lis avec plaisir. En fait je ne suis pas vraiment convaincu et, pour ma part, j'ai lu ses livres dans le désordre. Il ne me reste que celui-ci et Les chiens de Riga et j'aurai fait le tour.

B
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3540
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Henning MANKELL (Suède)

Message  Philcabzi le Ven 9 Avr 2010 - 18:05

Je te dirais de lire Les chiens de Riga en premier car il fait souvent référence à des évènements s'étant passé là-bas dans La lionne blanche.

Mankell connait tout de même très bien l'Afrique, il vit en partie au Mozambique. Cela donne donc un récit pas trop superficielle ou étrange.

_________________
Philcabzi
Ainsi qu'une journée bien remplie donne un doux dormir, ainsi une vie bien employée donne un doux mourir. Leonardo da Vinci

Ma PAL: 64 livres
Lecture du moment: Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 41
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Henning MANKELL (Suède)

Message  Bernard le Sam 10 Avr 2010 - 10:38

Je t'ai écoutée. J'ai emprunté Les chiens de Riga à la médiathèque, ce matin.
Certes et je savais pour le Mozambique, je suis persuadé que c'est un type bien Mankell et j'apprécie ses livres. En revanche, Le cerveau de Kennedy, qui se passe pour partie en Afrique, ne m'a pas plu.

B
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3540
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Henning MANKELL (Suède)

Message  lalyre le Dim 11 Avr 2010 - 11:03

Les chaussures italiennes
Henning Mankell
Seuil 2009
341 P.
Une île de la Baltique ou vit Fredrik Welin ,septante ans ,cette île héritée de son père est devenu le lieu de son ermitage car cet ancien chirurgien a commis une faute très grave lors d'une opèration ,il y a dix ans .Il s'est enfermé volontairement dans la solitude glacée de l'île ,malade de culpabilité .Mais un jour,en plein hiver ,il aperçoit sur l'immensité glacée ,une vieille femme qui avance péniblement ,accrochée à un déambulateur,.Ce qu'il croit être une vision n'est autre que Harriet ,une femme qu'il a abandonnée ,quelques dizaines d'années plus tôt .Cette femme atteinte d'une maladie incurable ,est venue vers lui ,pour qu'il tienne la promesse qu'il lui a faite à l'époque ou il l'aimait .Cette promesse il va la tenir ,il quitte son île avec la vieille dame malade à la recherche d'un lac dans la forêt.Mais beaucoup de détour vont les amener dans une clairière ou vit une jeune femme seule ,c'est alors que Harriet lui annonce qu'il est le père de Louise ,cette jeune fille qui lui est apparue vêtue d'un peignoir rose .Perturbé par cette paternité annoncée tardivement ,Frédrik va assumer et décide de contacter la victime de son erreur médicale ,dont on apprend qu'il la amputée d'un bras par erreur ,une femme qui recueille des adolescentes en détresse ,à qui il offre son île pour l'aider dans sa mission .Harriet avant de mourir demande que l'on fasse une grande fête sur l'île entourée d'amis ,ce sera une fête émouvante ,Harriet en oubliera ses douleurs ,ce sera la seule et dernière fête de sa vie ,elle meurt quelques jours plus tard .Frédrik reçoit un colis ,dans celui-ci se trouve une paire de chaussures fabriquées par un vieil italien qui vont fournir enfin à l'homme blessé des chaussures dont il sera fier ......

Un très beau roman que j'ai lu comme un conte car l'histoire m'a parue invraisemblable ,par exemple cette vieille dame qui s'avance sur l'immensité verglacée. Ce roman entre deux saisons se passe sur un espace entre une île,une forêt et des caravanes .Mais j'ai aimé le style très sobre et vibrant sur les personnages, la fête ,le désir d'une femme mourante et son dernier cadeau .Des thèmes comme la solitude ,les regrets ,l'humanité ,l'amour ,la souffrance et la maladie m'ont interpellée .Un beau style ,de la poésie,un roman ou jamais on ne s'ennuie . 4,5/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4246
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Henning MANKELL (Suède)

Message  nauticus45 le Dim 11 Avr 2010 - 12:59

Merci Lalyre pour cette jolie critique, très tentante. J'ajoute ce titre à ma LAL
avatar
nauticus45

Nombre de messages : 1568
Age : 40
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Henning MANKELL (Suède)

Message  Bernard le Mer 28 Avr 2010 - 12:46




Henning MANKELL




Les chiens de Riga (Hundarna i Riga)


Seuil - 1992 - 268 pages


Ce roman a été résumé, parfaitement, à plusieurs reprises, ci-dessus.

Mon avis

Je lis les romans de Mankell comme ils viennent, sans tenir compte d'une quelconque chronologie et, à la lecture de celui-ci, apparemment, j'ai tort.

Ce n'est pas le Kurt Wallender habituel, plus espion que policier, dans un pays à la recherche d'un nouveau souffle, de sa liberté.
L'homme est désorienté, perdu, sans repère, alors qu'il nous a habitué à sa bonhommie, ses assurances, sa réflexion, ses intuitions, son sens du devoir, ses silences, ses décisions, ses appréhensions et son petit monde, son ex, son père, ses collègues, sa fille. Certes, ils y sont, différemment, moins mixés dans la trame, moins obsédants, présents sans l'être.
Il vient de perdre Rydberg, son maître, son mentor, son Pygmalion et ses questions si elles convergent, encore, vers Rydberg, sont moins applicables là où se trouve Wallander.

J'ai été déçu, ce qui ne retire rien au style de Mankell, égal à lui même, tranquille, sans jamais être ennuyeux. En fait, je n'ai pas su me dépayser, j'ai focalisé sur un acquit des aventures de Wallender, j'attendais Ystad, la Suède, une enquête de doutes, de rebondissements, les collègues habituels, un Wallender égal à lui même fédérateur et rassurant, calme et déterminé, bref notre Wallender.

Pourtant des rebondissements il y en a, l'enquête existe, elle est palpable, des gentils paumés et des méchants agressifs au double jeu en font partie, Baiba, il fallait bien la rencontrer pour qu'elle hante les rêves de Wallender dans les autres bouquins.

La force d'écriture de Mankell, c'est d'avoir su créer un héros en tous points semblable au commun des mortels, comme moi. Il n'y a pas ce sentiment dans Les chiens de Riga !

Donc mea culpa, je suis passé au travers, peut-être, mais c'est le moins bon, pour moi des Wallender.

3/5

B
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3540
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Tea-Bag

Message  lalyre le Mar 13 Juil 2010 - 12:00

Tea-Bag
Henning Mankell
Points/Seuil 2009

330 pages
L'histoire commence dans un camp de réfugiés en Espagne ou Te-Bag, une jeune nigérienne vient d'échouer après un long périple en bateau qui a fait naufrage .Son grand espoir est de pouvoir fuir et atteindre la Suède,elle fait la connaissance de Leila,une iranienne qui est sous l'autorité de son père et de ses frères, d'une autre fille, Tania qui a traversé la Baltique. Le rêve de Tea-Bag se réalise, en compagnie de ses amies,elle fuient et toutes trois se retrouvent en Suède ,mais combien de temps ce voyage a t-il durer? Cela on ne le sait pas ,toujours est -il qu'elles font la connaissance de Jesper Humlin,un jeune écrivain poète dont les livres ne se vendent qu'à petit tirage, d'ailleurs son éditeur voudrait qu'il change de style et veut qu'il écrive des romans policiers, mais Jesper refuse,il n'a guère de chance dans la vie,son couple va mal....C'est la rencontre avec les filles qui le décide à ouvrir un atelier d'écriture, ou celles-ci raconteraient leurs vies.Mais les filles se racontent péniblement et c'est surtout Tea-Bag qui prend la parole et cela va prendre forme,il reprend contact avec son éditeur et lui soumet sa nouvelle idée pour son prochain livre....Mais comment les filles vont-elles réagir ? Comment se terminera ce roman ? Après tout ce sont des réfugiées qui ne se sentent en sécurité nulle part,sans papier ni domicile, elles sont obligées de se cacher pour survivre.....
Mon avis
Un très beau livre, le récit de Téa-Bag qui tente d'oublier les cris de ceux qui ont péri pendant le naufrage, des passages très émouvants des filles qui se racontent, alternent avec les mésaventures du malheureux écrivain. Un roman qui rend un bel hommage à tous les réfugiés quelqu'ils soient, sur l'exil, sur les sans-papiers et l'indiffèrence des bien-lottis.Un livre bien écrit, que je n'oublierai pas,car des camps de réfugiés, il y en a toujours.....Thèmes, émotions, tristesse , peur et misère. 4,5/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4246
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Henning MANKELL (Suède)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum