Amélie NOTHOMB (Belgique)

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Amélie NOTHOMB (Belgique)

Message  Calepin le Dim 23 Nov 2008 - 23:47

De : Roxie (Message d'origine) Envoyé : 2002-09-06 23:42

Mercure

Je viens de terminer mon tout premier Amélie Nothomb ... J'avais choisie Mercure. Je vous écrit le résumé derrière le livre parce que j'ai trop peur de dévoler les "punchs".

Une île. Un viel homme et une jeune fille y vivent à l'abri de tout reflet. Une infirmière survient pour soigner la jeune fille. Tandis que des relations de plus en plus confiantes se nouent entre elles, l'infirmière découvre les éléments d'un mystère et d'un drame qui tiennent à l'étrange loi que le viel homme fait règner sur l'île.

J'ai adoré ce livre que j'ai lu en quelques heures ... pour un premier Nothomb je suis très impressionnée ... c'est sur que je vais en lire un autre.

Note : 4.5/5


De: Dytal

Amélie Nothomb - Mercure
(L.G.F./Le livre de poche, 1997, 160 pages)

C'est l'histoire d'une infirmière à qui est confiée la mission d'aller soigner une jeune femme qui habite sur une île déserte avec un homme beaucoup plus âgé qu'elle. L'infirmière se lie d'amitié avec la jeune fille ce qui ne fait qu'envenimer les choses qui étaient déjà assez étranges dans la demeure de l'homme...

C'est excellent, un suspense, une intensité d'émotions... tout est merveilleusement lié et décrit. C'est du Nothomb à son meilleur!

Note : 5/5


De: agrum-acidd, Grans/France
Mercure est l'un des meilleurs d'Amélie Nothomb; tout en étant un rien fantastique (qui parviendrait de nos jours à faire ignorer à une jeune fille l'éclat de sa beauté?) il reste réaliste, car la psychologie des personnages est tout à fait cohérente avec leurs actes. Cependant, je trouve que cette fin à deux versions gâche la chute pourtant bien réussie de cette histoire; de plus je trouve la deuxième version bâclée.
Note : 4.5/5


De: Longton
Mercure
Ce livre je l'ai adoré. C'est ma soeur qui me l'a conseillé, c'est une habituée des Amélie Nothomb. J'aime sa façon d'écrire, ses idées sont si marginales, on a du mal à s'en décrocher. J'ai commencé Hygiène de l'assassin, c'est super aussi mais je préfère Mercure.

Note : 5/5
(Longton, 15 ans, Verviers/Belgique)


De : Mousseline Envoyé : 2002-09-08 12:09

Cosmétique de l'ennemi d'Amélie Nothomb

C'est la première fois que je lis un livre de cette auteur et je peux vous assurer que ce n'est pas la dernière! Je ne sais pas vraiment comment décrire ce livre... surprenant serais le meilleur mots à mon avis.

C'est l'histoire de Jérome Angust, un homme d'affaire, qui attends son avion qui est en retard. Un drôle d'homme s'assoit à côté de lui pour lui faire la conversation, décidé à ne pas le lâcher d'une semelle. L'histoire est très courte, mais fascinante! En fait, j'ai adoré!

Note : 5/5


De: Boogok

Amélie Nothomb - Cosmétique de l'ennemi
(L.G.F./Le livre de poche, 2003, 120 pages)

Hélas! Ne vous attendez pas à une critique objective: j'aime Amélie Nothomb.
C'est incisif, percutant, distrayant, surprenant et rapide à lire!

Je ne peux pas m'empêcher de faire un rapprochement avec Roch Carrier (Jolis contes de Deuil) que j'avais lu à 13 ans et que je n'ai eu de cesse de rechercher le même genre d'émotion et de surprise. Amélie Nothomb est plus concrète dans un sens mais elle rejoint la surprise que j'aimais dans ces contes de Carrier.

Note : 4.8/5


De: Dytal

Amélie Nothomb - Cosmétique de l'ennemi

Un roman qui se lit d'une traite, très court mais totalement Nothombien!

Que feriez-vous si vous deviez patienter dans un aéroport en raison d'un retard de votre vol et qu'un inconnu venait vous raconter comment il a violé une femme et commis le meurtre parfait? Voilà ce que Jérôme Angust vit dans ce roman d'Amélie Nothomb.

Que dire de plus sinon que c'est un très bon livre à la hauteur de ce que Amélie Nothomb nous a offert depuis ses débuts!

Note : 5/5


De : Sarah-Émilie Envoyé : 2002-09-03 16:33

Cosmétique de l'ennemi

Je fais un message court, je n ai pas mes accents, on remonte l ordi, pardonnez moi... Val0, tu m as donne envie de lire ce livre... je l ai litteralement adore, devore hier soir... absolument passionnant. A. Nothomb est inegale dans ses oeuvres, certaines sont excellentes, d autres plus maladroites, d autres carrement nulle (les combustibles)... mais ce livre-la, il est vraiment reussit! Elle a l art quand elle veut! Un petit genie du dialogue... et une conclusion des plus inattendue!

Ma note: 4.5/5


De: Audrii

L'histoire d'Attentat autour duquel sévit le culte de la beauté en mettant face à face le beau et le laid, l'amour et la haine, le bonheur et le malheur, est une très bonne illusion à la vie. Il nous fait nous rendre compte ce que les personnes laides peuvent être sans pour autant être comme Epiphane un peu fou. Très belle histoire d'amour cachée, les dernières pages du livre sont inattendues et époustouflantes! Histoire magnifique comme quoi la beauté est toujours importante dans la vie.

Note : 4.2/5


De: Annabelle

Attentat
J'ai adoré! C'est pour moi un moment délectable que de lire certain de ces passages, mon dieu j'adore. Et la fin, mon dieu quel fin vraiment.

Et au risque de paraître obsédé, j'ai vécu une très belle scène érotique dans ce livre la scène où Épiphane se transpose à la place du taureau fut un vrai délice pour l'imagination. Je ne pouvais passer sous silence ce doux moment.

En tout cas j'ai vraiment adoré lire cette confrontation entre le laid et le beau, sublime.


De: Dytal

Attentat

C'est encore une fois un livre vite lu, et vite oublié à mon avis. Bon c'est un peu comme une reprise de Quasimodo et Esméralda, dans une société plus moderne. Lui il est d'une laideur remarquable et elle a la beauté d'un ange. Évidemment, lui est amoureux fou d'elle et elle ne le voit que comme un ami, un frère.

C'est bien écrit avec le style Nothombien auquel nous sommes habitués mais ce n'est malheureusement pas son meilleur bouquin.

Note : 4.5/5


De: Mousseline

Amélie Nothomb - Attentat
(L.G.F./Le livre de poche, 1998, 153 pages)

Une chance que ce bouquin n'a que 150 pages... Les personnages m'ont vraiment déplu, Épiphane je le trouve bête, alors c'est difficile d'apprécier un livre quand au départ on n'aime pas les personnages. Je n'ai même pas le goût de faire le résumé.

J'ai quand même beaucoup aimé les 15 dernières pages. Et compris un peu, juste un peu Épiphane. J'ai aimé 15 pages sur 150! La réaction d'Ethel devant les aveux d'Épiphane, sublime! Le rapport avec Quasimodo, là c'est génial!

Il y a un quelque chose qui fait que je n'ai pas accroché. Est-ce que j'aurais davantage aimé l'avoir lu à un autre moment? je ne sais pas...

Note : 1.5/5


De : mamanlouve Envoyé : 2002-09-11 21:18

Attentat

j'ai adoré... Mais c'est dure a décrire par contre...c,est l'histoire d'amour de l'etre le plus laid de la terre envers une femme....en gros c'est ça...masi c'ets pas mal plus complexe et déveloper que cela...J,ai adorer l'histoire mais surtotu la façon de la presenter de l'auteur...

Note : 4.6/5


De : Mousseline Envoyé : 2002-09-20 08:11

Métaphysique des tubes

C'est tout à fait adorable!
Amélie a 3 ans et elle est Dieu comme n'importe quel enfant de cet âge qui s'imagine être le nombril du monde. Elle raconte sa vie à 3 ans, comment elle perçoit le monde qui l'entoure, les gens, les objets. L'histoire se déroule au Japon et comme dans Stupeur et tremblements c'est vraiment très intéressant de connaître la mentalité japonaise. Elle jette du haut de ses 3 ans un regard très perspicace sur son milieu. C'est raconté avec beaucoup d'humour mais je trouve qu'il y a une note tragique dans ce bouquin...une enfant de 3 ans qui ne sait pas trop si elle est heureuse...

C'est à lire et à relire! Oui les bouquins d'Amélie Nothomb doivent être relus..

note: 4.5



De : luce-pico Envoyé : 2002-09-23 14:19

Stupeur et tremblement
175 pages

C'est vraiment un roman autobiographique? Mlle Nothomb a vraiment récuré les chiottes d'une compagnie Japonaise pendant 7 mois?

C'est un bon roman, mais je ne sais juste pas pourquoi je l'ai aimé. J'ai trouvé ça drôle. J'ai ri un bon coup. Suis-je normale? J'ai imaginer Mlle Nothomb toute nue à sauter sur les bureau du 44 ième étage et j'étais crampée. Sinon, c'est ahurissant toutes ces conventions niponnes, toutes ces règles non écrites, cette façon de voir le suicide, le travail, la hiérarchie, l'honneur, les sexes. Ouf! Notre Amélie-san, comme un cheveux sur la soupe, navigue dans cette compagnie sans y perdre son identité. Ça prend quand même tout un courage...

Note : 4/5



De : luce-pico Envoyé : 2002-09-26 13:10

Méthaphysique des tubes
171 pages

C'est un livre étrange. En refermant les pages on se demande si l'auteure n'est pas complètement folle. Ça me dérange un peu de voir le bébé comme un tube, comme une carpe (vraiment dégoutant ces passages de carpes)...
C'est l'histoire d'un enfant qui pense en adulte. Avec son vocabulaire d'adulte mais son raisonnement d'enfant. C'est une fois de plus au Japon mais même si c'est très présent et important pour l'enfant, ça l'est plus ou moins pour le lecteur; c'est secondaire, contrairement à dans Stupeur et tremblements. Ce qui importe dans le livre c'est la pensée de l'enfant roi et ce qu'il pense de ses sujets. Quelques phrases passionnantes comme lors du passage au "je" dans la narration. Dailleurs le petit bout à la troisième personne est plate un peu. Malgré tout j'ai aimé, pour ce qu'est Amélie et pour l'ensemble de son oeuvre Je ne sais pas quoi dire de plus, j'ai hâte d'en parler au souper, mais je ne sais pas du tout quoi en dire...

Note : 3,5/5
avatar
Calepin

Nombre de messages : 1527
Age : 36
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amélie NOTHOMB (Belgique)

Message  Calepin le Dim 23 Nov 2008 - 23:51

De : La Fillasse Envoyé : 2002-09-30 11:37

Hygiène de l’assassin

Sentant la mort arriver, un vieux prétentieux, prix Nobel de littérature, accueil une journaliste pour un entretien. Une joute verbale s’en suit, à savoir qui sera le plus intelligent des deux! Amour, mort, meurtre, laideur, tous les sujets « nothombiens » y passent! La femme gagne la joute, comme toujours.

À travers tous ces discours métaphysiques, il nous est possible d’entrevoir une histoire, mais il m'a été très difficile de m'y plonger. C'est avec ce stupide personnage au nom truffé de « x », Prétextat Tach, que j'ai fait mon baptême de Nothomb. J'avais souvent l'impression que l’auteure parlait d'elle-même ce qui a tôt fait de m'énever! En fermant le livre, j'ai trouvé l'auteur d'une prétention incroyable! Pourtant, il s'agissait de son personnage et non pas d'elle-même... Pour tout dire, ce livre m’a rappelé l’époque de mes 12 ans où j’écrivais avec un dictionnaire de synonymes pour impressionner mes professeurs!

Note : 3/5

Le Sabotage amoureux

D’inspiration autobiographique, ce roman raconte l’enfance d’une petite belge vivant dans dans un ghetto d’enfants de diplomates de la Chine de 1974. Nous assistons à la version enfantine de la 2ième guerre Mondiale et du Traité de Genève parental! Un petit bijou! J’adore lire les romans qui traitent de la vie de Nothomb. Ce regard d’enfant « différent » et « éveillé » est rafraîchissant. Nothomb parle de tout sans pudeur. Le lecteur a droit à son premier fantasme de gamine! Délicieux!

Note : 4.5/5

Les combustibles

À l’image de plusieurs romans de Nothomb, ce récit se déroule en huit-clos. Il met en scène un professeur hideux et gros, son assistant et une étudiante qui doivent, en temps de guerre, brûler des romans pour se réchauffer. L’œuvre de quel auteur doit-on mettre au feu en premier? Kleintbettingen? Sterpenich? Faterniss?

Après la lecture de ce bouquin, je n’ai pas lu Nothomb pendant presqu'un an. J'ai eu l'impression d'assister au ridicule de la joute verbale métaphysique et érudite poussé à son extrême limite! Si on me demandait avec quoi me réchauffer en temps de guerre, je dirais sans hésiter: "Les combustibles!"! Le hic, c'est qu'il ne brûlerait pas très longtemps... ;0) Le lecteur est là à regarder des intellos discuter littérature en temps de guerre, à se demander si l’Homme est plus important que la Culture, à tergiverser pour savoir qui aime le plus Faterniss ! R-I-D-I-C-U-L-E!!! Cela ne fait pas image dans mon cerveau d'illettrée! Avec des auteurs connus, peut-être aurai-je eu des doutes? Mais là, franchement, j’aurais tout foutu au feu! Je ne pouvais pas juger de rien, ne connaissant rien. Si on m’avait demandé, une vie humaine vaut-elle que le monde se passe désormais de Hugo, de Sarte ou de Platon, je me serais peut-être identifiée aux dilemmes moraux des personnages. Mais avec les auteurs cités j’avais la nette impression d’assister à une joute verbale de martiens! Un livre à lire pour notre « cultivation » personnelle! ;0)

Note : 1/5

Les catilinaires

De 4 à 6 heures du soir, Palamède, un voisin obèse, laid et insignifiant vient visiter Émile et Juliette, un couple à la retraite, dans leur havre de paix. Quotidiennement, le visiteur prend ses aises dans un silence plus que confortable, ce qui a pour effet d’user les nerfs du couple.

J’ai adoré ce roman! J’ai rit aux larmes! Comme dans plusieurs romans, j’ai eu l’impression de lire une fiction autobiographique (juste le nom d’Émile pour Émilie et de sa sœur Juliette). Particulièrement lors des passages relatant l’enfance des personnages. Encore une fois, il y avait un étalage d’érudition mais j’ai bien aimé tant le dosage que le contexte dans lequel le "Savoir" nous tombait dessus! ;0)

Note : 4/5

Péplum

Et si les gens du futur avaient enseveli Pompéi? Une simple idée lancée dans un conversation banale du quotidien projette l’héroïne du roman dans une joute verbale avec un homme du futur. S’en suit un dialogue harcelant sur le sort de l’humanité, l’intelligence, l’érudition, la beauté, la laideur et le Tiers monde.

Encore une fois l’homme est con, la femme brille de perspicacité. Du bla bla en huit-clos, la femme gagne la joute verbale et retourne dans le passé.

Note : 1.5/5

Attentat

Un homme hideux, Épiphane, tombe amoureux d’une beauté, Ethel. Déjà vu! Tout sent le réchauffé dans ce roman, tant la consonnance du nom du laideron (Épiphane, Palamède, Prétextat, Texel) que de celui de la beauté (Ethel, Hazel)! Les dialogues tournent toujours autour des mêmes thèmes et le personnage lit le même roman que celui d'Hazel dans Mercure et va faire un tour au Japon dans le village du tube de Métaphysique des tubes!

J’ai eu un mal fou à terminer ce livre, que j'ai lu après Mercure et Métaphysique des tubes. J’avais l’impression d’étouffer, d’être prise dans les obsessions de Nothomb, qui ne sont pas du tout les miennes.

Note : 2/5

Mercure

Un vieil homme et une jeune fille, (Hazel) vivent seuls sur une île déserte jusqu’au jour où une infirmière s’amène pour prodiguer des soins à l’un d’entre eux. Au fil des jours, celle-ci découvre la machination qui unit le vieillard à la pupille. Réussira-t-elle à la dévoiler au grand jour?

À la fin du roman, l’auteur nous fait part de ses doutes et nous propose deux finales. J’ai particulièrement apprécié qu’elle partage ses versions avec nous, lecteurs, puisque ce procédé nous permet de mieux saisir la psychologie des personnages. En passant, ma préférence va à la deuxième version! ;0) Toujours nombreux, les dialogues tournent autour des thèmes habituels de Nothomb : amour absolu, pureté de la jeunesse, laideur, beauté, mort, pureté de la femme vierge, malveillance de l’homme, etc.

Note : 3.5/5

Stupeur et tremblements

J’ai d’abord adoré l'écriture simple et directe; tout à fait à l'image de ce qu'elle est en personne. L'humour savoureux, les descriptions des personnages, le détachement acharné du personnage principal envers ses supérieurs: excellents! D'ailleurs, nous devrions toujours prendre nos emplois à la manière d'Amélie-San, de sorte que nos partrons et autres "adversaires" n'auraient jamais d'emprise sur nous.

Un témoignage concret de la hiérarchie d'entreprise, telle qu'elle se vit au Japon, qui nous change des descriptifs cliniques de nos universités sur la culture d'entreprise niponne!

Note : 4.5/5

Métaphysique des tubes

Le monde vu par Dieu, une bambine de 2 ½ ans d’origine belge et vivant au Japon! Une petite fille particulière, à l’esprit fin et bien aiguisé. Le regard sur le Japon et sur l’adulte m'a paru fort intéressant! L’autobiographie romancée de Nothomb est, à mon avis, ce qu’elle fait de mieux. Pour un panoramique de la vie de Nothomb, lire dans l’ordre : la Métaphysique des tubes, le Sabotage amoureux et Stupeur et tremblements.

Note : 4.5/5

Cosmétique de l’ennemi

Jérôme August attend son avion avec impatience alors qu’un importun (Texel Texor) lui cause sans pré-avis. Qui est cet individu qui déblatère envers et contre tout?

Un dialogue harcelant bien monté, un écriture juste, un soupçon d’érudition, une histoire dévoilée suivant un rythme précis font de Cosmétique de l'ennemi un roman, comment dire, "juste assez"! À mon avis Nothomb ne réussit pas toujours à bien doser l'érudition, les dialogues et l'intrigue principale. Ici, l'équilibre me semble être atteint. Fait étrange, même si les thématiques métaphysiques « nothombiennes » de l’amour et de la mort si retrouvent, je n’ai pas du tout senti la présence autobiographique de l’auteur. J’ai vraiment aimé!

Note : 4.5/5


De: Friisette

Amélie Nothomb - Hygiène de l'assassin

Un écrivain célèbre, Prétextat Tach, est sur le point de mourir et rencontre des journalistes afin de réaliser quelques interviews. Les 4 premiers journalistes repartent sans avoir pu réellement obtenir ladite entrevue puisque l'écrivain a pris un malin plaisir à les torturer mentalement puis à les éconduire. La cinquième, Nina, réussira à lui tirer les vers du nez et à lui faire admettre que son dernier roman est, en fait, le récit d'un meurtre qu'il a lui même perpétré voilà de nombreuses années.

Que dire de ce roman, ouf, très sombre. Les premières trente pages sont particulièrement ardues. On a l'impression que l'auteur veut nous épater avec son vocabulaire. Il faut recourir au dictionnaire toutes les 3-4 lignes. Par contre, l'effort en vaut la peine pour la suite, car l'histoire finit par nous accrocher même si j'ai trouvé la fin un peu étirée et longue.

Ce qui m'a surtout impressionnée c'est le combat verbal continuel entre les deux personnages principaux. Toujours à chercher la petite chose non dite dans les paroles de l'autre.

Bref c'est un roman intéressant mais qui demande beaucoup de concentration si on veut pouvoir suivre les méandres des arguments échangés par les deux protagonistes.

Note : 3/5


De: Loukiana

Amélie Nothomb - Hygiène de l'assassin

Pffffffff! C'est un tout petit livre, on dirait un roman jeunesse. Une chance parce que je ne l'aurais pas fini.

Faut avoir l'esprit drôlement tordu pour écrire quelque chose comme ça! Mais en même temps j'appréciais la qualité des "joutes verbales" des personnages.

Note : 3.5/5


De: Zanie

Amélie Nothomb - Hygiène de l'assassin

Hum, je ne suis pas vraiment emballée.

J'ai trouvé le début long et pénible, le style lourd et pompeux. Je me suis demandée si l'auteure ne voulait pas trop typer son personnage ou si c'était elle qui avait un style ampoulé.

J'ai préféré la deuxième partie du livre, quand la journaliste entre en scène. Là, le style est devenu rapide et saccadé en général avec de longues tirades par moments seulement. Le duel verbal entre le personnage-auteur et la journaliste était vivant et assez intéressant.

J'ai souvent eu l'impression que l'auteure cherchait à étaler son vocabulaire et sa culture. Il faudrait que je lise un autre livre d'elle pour vraiment le savoir car cela pouvait passer pour le style fat du personnage. J'ai trouvé que ce roman était fort peu moderne. Si ce n'est des allusions à la guerre du golfe, il aurait pu être écrit dans le temps de Guy des Cars, à qui elle m'a parfois fait penser, mais sans la véritable maîtrise de celui-ci sur la langue française.

La fin m'a laissée sur ma faim. Une fin en pseudo-métaphore recroquevillée en queue de poisson comme dirait l'autre dans le livre, hihihi.

Note : 2.5/5



De: SarahEmily
Amélie Nothomb - Hygiène de l'assassin
J'ai adoré.

Un prix Nobel de littérature, obèse, laid, vieux et chiant, doit mourir bientôt. Des journalistes vont l'interroger et repartent tous en larmes. Parce que évidemment, le vieux chiant est un misanthrope de la pire espèce. Le 5e (ou la, évidemment) va réussir à briser sa défense.

Pratiquement que des dialogues, pas de décor, pas "d'indications scéniques". On entre de plein pied dans l'histoire. J'ai ri, j'ai adoré je vous dis.

Un roman osé. (bien non, pas dans ce sens là...)

Note : 5/5


De: Lili

Amélie Nothomb - Hygiène de l'assassin

Un livre vraiment fantastique, empli d'une émotion vraie sous l'humour noir. Ce roman est d'autant plus admirable qu'il est écrit avec art et virtuosité, on sent que Nothomb a une maîtrise admirable de la langue.

La scène où Tach décrit les derniers moments de la vie de Léopoldine lorsqu'elle frissonne de froid et de peur dans l'eau du lac est magnifique et laisse clairement transparaître le culte voué à la beauté que l'on retrouve dans tous les autres livres de l'auteur.

Je vous en prie, ne passez pas à côté d'un tel chef-d'oeuvre.

Note : 5/5
(Lili)


De: Boiogok

Amélie Nothomb - Hygiène de l'assassin

Un écrivain de 83 ans est condamné à mourir par un cancer particulier. Il accorde des entrevues à des journalistes qu'il torture littéralement. Une journaliste, Nina, entre en scène et le met en boîte à son tour.

J'ai adoré "Métaphysique des tubes" et "Stupeur et tremblements". Dans celui-ci, j'ai retrouvé l'écriture incisive de Nothomb mais je déteste me retrouver prise au milieu des symboles d'un écrivain ou d'un artiste quel qu'il soit. J'ai senti qu'elle nous parlait d'elle même à travers ce Prétextat Tach. Même ce nom Prétextat m'agaçait. Prétexte à un texte autobiographique symbolique. "J'haïs ça." Je préfère, et de loin, son humour cinglant.

3 parce que c'est quand même Amélie Nothomb mais ce n'est pas le livre que je recommanderais à un néophyte.

Note : 3/5
Boogok
avatar
Calepin

Nombre de messages : 1527
Age : 36
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amélie NOTHOMB (Belgique)

Message  Calepin le Mar 25 Nov 2008 - 18:15

De : Filon Envoyé : 2002-10-03 19:51

Cosmétique de l'ennemi

Elle reprend le thème du schizoprène exploité en 1999 avec Edward Norton et Brad Pitt dans le film Fight. Une main de fer versus une de dentelle. Elle reprend une grille affectionnée: une profusion de dialogue; ici, une outre qui déborde. Quand le cochon est plein, faut arrêter de le bourrer. Les fusibles sautent. Elle parvient avec difficulté à cacher son hystérie. Les indices pleuvent. Il me reste à lire d'Amélie Nothomb, Métaphysique des tubes et son tout dernier. Je la soupçonne à l'apogée de sa gloire!

Note: 0.9/5


De: Boogok

Amélie Nothomb - Métaphysique des tubes

Elle y raconte ses premiers souvenirs autour de deux ans et demi, trois ans. J'ai franchement ri à certains moments. J'ai moi-même des souvenirs de ma petite enfance: dans ses descriptions de la compréhension des évènements qu'elle avait à ce moment, je me retrouvais.

Cependant, je demeure consciente que ça ne peut pas plaire à tout le monde. Il faut être à la fois très connecté avec la pensée du petit enfant qu'on a été et avoir un humour caustique.

Quant elle décrivait l'admiration de ses "fidèles les plus loyaux", je ne pouvais m'empêcher de penser à ma puce quant elle se pare de ses plus beaux atours et vient nous faire admirer sa superbe! :-)

Note : 5/5


De: Dytal

Amélie Nothomb - Métaphysique des tubes

C'est du Nothombien à son meilleur que nous a offert la belle Amélie avec ce court roman! Elle y raconte un peu son enfance au Japon mais part le biais d'une enfant de trois ans qui porte en elle la connaissance de ce monde, un peu comme si elle était Dieu lui-même.

C'est un très bon roman et je le conseille fortement à tous ceux qui connaissent ou ne connaissent pas cette autrice de grand talent!

Note : 5/5


De : Frisette Envoyé : 2002-10-04 09:30

Métaphysique des tubes - Amélie Nothomb

Je ne me suis pas ennuyée lors de la lecture de ce roman. Mais... Je ne suis jamais parvenue à croire que ce bouquin nous raconte des événements vus par la lorgnette d'une enfant de 3 ans. Ben voyons. Une enfant de cet âge n'analyse pas les faits et gestes de son entourage de façon aussi poussée. J'avais l'impression qu'elle essayait de nous impressionner. Qu'elle voulait nous faire croire qu'elle était plus intelligente que la moyenne. Comme si elle voulait nous jeter de la poudre aux yeux.

Note : 3/5


De: Laetitia
Métaphysique des tubes

Ce livre raconte l'enfance d'une petite fille de 3 ans depuis sa naissance. Cette fille est surdouée, elle sait parler 2 langues, mais ne l'avoue pas à ses parents. Mes passages préférés sont les noyades. Amélie Nothomb raconte cet évènement tragique avec tant de magie et de beauté que ça donne envie d'essayer (sans aller jusqu'au bout!).


De Nath:

Métaphysique des tubes
Ce livre est un pur chef-d'oeuvre et je l'ai très apprécié. J'aime beaucoup le passage où Amélie Nothomb décrit le lieu où elle apprend à nager. Le paysage doit être d'une beauté incomparable. J'ai adoré découvrir ses façons de voir le monde qui l'entourait.

Note : 5/5


De : Roxie Envoyé : 2002-10-17 09:08

Cosmétique de l'ennemi

Je l'ai commencé hier soir et lu en un seul bout. Je crois que j'ai adopté Nothomb ... Entk, pour le moment je ne suis pas décu ... J'ai adoré le dialogue de ce livre ... le ton mesquin du voyageur et le ton "fendant" de monieux Texel ... et le rebondissement de la fin dont je ne me doutais pas du tout ... wow ... un livre a lire absoluement.

Note : 4.5/5



De : Roxie Envoyé : 2002-10-18 08:46

Métaphysique des tubes

Je vous avoue que je suis bien embeté ... je suis partie avec l'idée que ce roman était autobiographique alors j'ai eu beaucoup de misere ... Un enfant qui ne bouge pas durant 2 ans et qui tout d'un coup se réveille et sait parler le francais, le japonais (?) et meme sait lire ?! ... je trouve ca beaucoup trop poussé ..

Pour le reste ... du Nothomb a son meilleur ... j'ai été encore une fois conquise ... Voir le monde selon une petite fille de 3 ans m'a vraiment fait rire par moment ... c'est tellement vrai ce qu'elle dit ... C'est a ce demandé si un enfant de 3 ans voit le monde comme ca ... Je suis donc bien embetée pour la note ... meme si j'ai eu de la misere avec le début ... dans le fond Nothomb c'est Nothomb.

Note : 4/5



De : Roxie Envoyé : 2002-11-11 09:10

Le sabotage amoureux

Résumé:
Saviez-vous qu'un pays communiste, c'est un pays ou il a des ventilateurs? Que de 1972 a 1975, une guerre mondiale a fait rage dans la cité-ghetto de San Li Tun, a Pékin? Qu'un vélo est en réalité un cheval? Que passé la puberté, tout le reste n'est qu'épilogue?
Vous l'apprendrez et bien d'autres chose encore dans ce roman inclassable, épique et drole, fantastique et tragique, qui nous conte aussi une histoire d'amour authentique, absolu, celui qui peut naitre dans un coeur de sept ans. Un sabotage amoureux : sabotage, comme sous les sabots d'un cheval qui est un vélo ...

Ma critique:
Un autre Nothomb que j'ai bien aimé ... pas mon préféré mais toujours apprécié ... Le jeu-guerre raconté par un enfant de 7 ans est vraiment réaliste pour un enfant de cet agé et si bien raconté ... on se croirait de retour en enfance ... et son amour pour la petite Elena ... L'histoire était beaucoup plus crédible que dans le premier ... mais je l'ai un peu moins aimé ...

Ma note : 3.5/5



De : Roxie Envoyé : 2002-11-15 08:45

Stupeurs et tremblements

Le troisieme de la "série" et j'en ais été que plus emballée ... Le meilleur des trois je dirais ... Du Nothomb a son meilleur ... J'ai bien ris a certain moments ...J'ai aussi aimé les passages sur la hierarchie japonaise ... J'aime beaucoup tout ce qui se rapporte au Japon depuis que j'ai lu Geisha ... ca me fascine ...

Ma note : 4.7/5



De : Roxie Envoyé : 2002-11-25 19:27

Attentat

Hé bien c'est le premier Nothomb que je n'ai pas aimé ... L'histoire d'une homme le plus laid de la terre qui tombe amoureux d'une tres belle femme ne m'a pas attiré du tout ... Mais bon ca ne m'empechera pas de lire ceux que je n'ai pas encore lu ... heureusement que je suis une fan de Nothomb ...

Ma note : 3/5 (et c'est généreux)



De : Mousseline Envoyé : 2002-12-16 08:45

Hygiène de l'assassin d'Amélie Nothomb

Un vieil écrivain sur le point de mourir reçoit des journalistes qui viennent l'interviewé. Il se débarrasse de ceux-ci rapidement juste par la puissance de cst mots...Une femme, une journaliste, se présente à son tour et elle se montre plus maligne que l'écrivain.

J'ai trouvé Prétextat Tach plutôt intéressant comme personnage, horrible mais intéressant. La joute verbale entre la journaliste et l'écrivain était agréable au départ mais à la longue ça devient lassant... Ce n'est certes pas un roman agréable à lire juste pour l'histoire. Le plaisir est d'essayer de découvrir Amélie Nothomb par ce roman...Et elle réussit à me donner envie de la connaître davantage... Ses personnages ne m'intéressent pas en tant que tel mais l'auteure oui et j'ai l'impression qu'ici Amélie Nothomb se définit dans Prétextat Tach...

Pour écrire de telles choses faut que ça tourne pas rond dans sa tête...non? En tout cas j'imagine une fille très tourmentée. Une thérapie par l'écriture. Et c'est aux lecteurs et lectrices d'essayer de trouver ses bébittes...le culte de la beauté, la peur de devenir
adulte, la répugnance envers la bouffe etc...Ou peut-être bien que c'est du bluff tout ça? Bref est-ce que c'est suffisant pour garder l'intérêt du lecteur encore longtemps? En tout cas je vais lire son 2e livre et ensuite on verra bien... Voici un extrait:
J'admire la gentillesse qui a pour origine la gentillesse ou l'amour. Mais connaissez-vous beaucoup de gens qui la pratiquent, cette gentillesse-là? Dans l'immense majorité des cas, quand les humains sont gentils, c'est pour qu'on leur fiche la paix.

note: 3/5



De : nimbus Envoyé : 2003-03-21 05:39

Stupeur et tremblements

Je pense que j'étais l'un des derniers à ne rien avoir lu de la petite belge! Lu en à peine trois heures à la bibli : trois mots par ligne, vingt lignes par page, ça va vite! C'est un livre sans aspérité, plutôt bien écrit, avec une histoire plutôt intéressante! Mais tout celà ne suscite pas beaucoup d'émotion.

Note : 3.5 / 5 parce que je suis dans un bon jour!



De : Cryssilda_ Envoyé : 2003-09-08 15:24

Antéchrista de Amélie Nothomb

L'histoire : Une "amitié" entre deux jeunes filles à la quête d'elles mêmes.

J'ai assez aimé ce nouveau roman, bien que je n'ai pas beaucoup ri (j'aime l'humour à la Nothomb). En fait, je ne sais pas trop quoi dire sur ce roman, à part que c'est un affrontement encore une fois. Mais un affrontement qui semble bien moins agressif que dans la plupart des autres romans d'Amélie Nothomb. J'ai trouvé son écriture bien plus fluide qu'à l'habitude.

Ma note : 3/5



De : goelande76 Envoyé : 2003-09-23 07:13

Cosmétique de l'ennemi

Voilà mon troisième livre d'Amélie Nothomb .. et même si on retrouve le thème pricipale cette espèce de crescendo vers la persécution et la domination, je n'ai pas retrouvé cette poésie, cet humour. Je trouve le livre macabre, violent une folie à détruire. Voilà je n'aime pas noté car nous réagissons avec nos sentiments, nos caractères mais je n'ai pas aimé. Je m'arrête là donc avec ma série d'amélie Nothomb car je n'ai pris aucun plaisir à le lire. Je crois que l'on n'aime pas un auteur mais plus ce qu'il raconte.



De : Luciole Envoyé : 2003-12-17 15:52

Cosmétique de l'ennemi

je suis tout a fait d'accord avec sarah emilie, cette auteure est très inégale, certains sont merveilleux, l'hygiène de l'assassin, cosmetique de l'ennemi, stupeur et tremblements... et d'autres sont illisibles pour moi, methaphysique des tubes... mais surtout ce qui devient agaçant, c'est sa façon de parler de son oeuvre, elle a des romans dans ses tiroirs et en ressort 1 par an, elle s'écoute un peu trop parler et se comporte avec beaucoup de suffisance... j'avoue que quand un auteur m'est antipathique, j'ai du mal à apprecier sa litterature complètement. meme si cosmétique de l'ennemi est vraiment brillant !

Note : 4/5



De : doune9197 Envoyé : 2004-03-25 15:07

Stupeur et tremblements

Bonjour bonjour! Je viens tout juste de terminer Stupeurs et Tremblements de notre mademoiselle connue. Et bien... Je ne sais trop quoi en dire! j'ai aimé mais... sans plus. Je ne sais pas. J'ai trouvé qu'il y avait là un manque de.. je ne sais pas!!! Hahahah Par contre, je dois dire que j'ai particulièrement apprécié le bout où elle parle des Niponnes par rapport aux Nipons. Une Niponne doit faire ceci... Pas par plaisir, mais par devoir.... Wow! Très bien renseignée! Par contre, je n'ai pas trop compris le rapport entre elle et Fubuki. Moi, je l'aurais tué je crois!!! Hahahaah

Note: 3/5



De : Lhisbei Envoyé : 2004-03-25 15:08

Stupeur et tremblements

J'ai trouvé ce livre hallucinant. Ce qu'Amélie vit dans cette firme japonaise est plutôt glauque et nous montre une des faces peu reluisante de la vie active japonaise : sacrifier sa vie à son travail mais surtout suivre les règles, les codes de la société car en cas de manquement c'est le deshonneur assuré. heureusement l'auteur raconte son histoire avec une touche d'ironie et même une certaine folie (la défenestration "mentale") qui lui permet de survivre. Le seul reproche que je ferai à ce roman c'est qu'il se lit trop facilement, il parait écrit à la va-vite et aurait mérité d'être plus fouillé parfois. j'ai l'impression qu'Amélie n'a pas beaucoup retravaillé son manuscrit peut être parce qu'elle tenait à ce qu'il paraisse au plus près de la réalité.

ma note : 4/5
avatar
Calepin

Nombre de messages : 1527
Age : 36
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amélie NOTHOMB (Belgique)

Message  Calepin le Mar 25 Nov 2008 - 18:27

De : Catherine_Louve Envoyé : 2004-06-12 08:39

Attenta c'est le premier que j'ai lu : 5/5
Antéchrista l'histoire qui est la plus ordinaire : 1/5
Péplum : 5/5
Mercure : 4/5
Hygiène de l'assassin un de mes préférée : 5/5
Méthaphysque des tubes : 5/5
Les catalinaires : 5/5
Cosmétique de l'ennemis : 4/5
Dictionnaire des Robert : 4/5
Le sabotage Amoureux : 3/5


Il m'en reste trois , je vais aller voir à la bibli aujourd'hui .Ça se lit trops bien. Avez vous remarquez qu'il y a tjrs qq1 qui meurt dans la pluspart de ses romans.



De : Flo7717 Envoyé : 2004-07-09 18:31

Antechrista
Albin Michel / 168 pages

La rencontre entre Blanche et Christa, où comment la seconde va devenir le cauchemar de la première, s'appropriant son univers au point de l'en exproprier.

Décevant ! Certes je ne suis pas en grande forme livresque mais tout de même, ce livre est assez loin de ce que Nothomb peut offrir de meilleur. C’est une histoire très noire où la dérision habituelle de l’auteur est totalement absente. Ce qui m’a le plus gênée, c’est l’aspect caricatural des personnages : les parents en particulier sont affligeants. Certes, il nous est tous arrivé d’entendre nos parents nous dire : « tu devrais prendre exemple sur Bidule » au point d’avoir des envies de meurtres envers la Bidule en question, toujours si parfaite aux yeux des parents. Toutefois, les personnages de Nothomb tombent en adoration dès le départ, sans aucune raison et sont d’une telle mauvaise foi envers leur fille que cela semble un peu gros. Une histoire pas très subtile en définitive. Dommage…

Note : 2/5

Pour ajouter un avis global sur mes lectures de cet auteur :

Stupeurs et tremblements - 4/5
Métaphysique des tubes - 4/5
Le sabotage amoureux - 5/5
Les catilinaires - 5/5
Péplum - 0.5/5
Robert des noms propres - 2/5


De: Goélande

Je viens de finir Antéchrista. Je ne pense pas qu'il soit bâclé. Il est certes écrit dans un style différent plus simple avec toujours cette limite entre l'amour et la haine. Et cette impression de persécution qui en définitif lui est utile pour vivre: être persécuté c'est aussi exister. Et on peut se poser des questions sur la domination et l'amour. Existe-til un équilibre parfait entre deux êtres??? Le jeu de "Je te fuis tu me suis, je te suis tu me fuis"?

Voilà c'était des réflexions qui me sont venues en lisant ce livre. Mais je crois en l'amour réel point d'inquiétude.

(Goélande)



De : lucepico Envoyé : 2004-08-01 09:02

Robert des noms propres
170 pages

Ce n'est pas mon préféré à cause de l'histoire et du rythme innégal. J'ai adoré mais adoré la première moitié du livre; je me suis ennuyée un peu par la suite et j'ai détesté la fin.

J'adore l'humour de l'auteure. Elle pousse mais pousse tellement que ça devient trop drôle. Dans ce livre la petite fille est trop adorable de ses réflexions. Je me suis amusée, j'ai été surprise à chaque 10 pages. J'aime les héros hors du commun des mortels. Amélie fait vivre des bibittes humaines incroyables! Mais...l'histoire tourne vite à l'horreur et puis bof, il n'y a même pas de fin. Ou plutot la fin est un genre d'inside joke que nous les lecteurs ne sommes pas autorisés à comprendre sans quelques explications et ça me fait chier. Un roman ne devrait pas venir avec un mode d'emploi.

Note : 3.7/5



De : sourire30f Envoyé : 2004-08-24 21:21

metaphysique des tubes

c'est l'histoire d'une petite fille de 3 ans au japon elle nous explique ce qu'elle ressent dans le monde dans lequel on vit. tres rapide comme lecture

Note : 5/5

stupeur et tremblements

j'ai beaucoup aimé l'histoire d'Amelie N au japon dans la firme ou elle travaille. j'adore son genre d'ecriture

Note : 5/5



De : Flo7717 Envoyé : 2004-09-05 04:58

Cosmétique de l’ennemi
Livre de poche / 120 pages

Un homme, dans un aéroport, se fait aborder par un certain Textor Texel, personnage particulièrement envahissant et bizarre…

C’est un bon Nothomb, comme je les aime : percutant, intelligent et drôle. Sur le principe de « Je est un autre », elle nous entraîne dans un dialogue semblant surréaliste entre un homme attendant son avion et un importun aux propos apparemment décousus et sans intérêt. Cette rencontre est-elle purement fortuite ? Pas vraiment. Car, contrairement à Bernardin Palamède, enquiquineur de base dans Les catilinaires, Textor Texel semble avoir un projet bien précis. Cet échange savoureux, émaillé de références « intello » - très nothombien (ça ce dit ? ) - est un régal car Nothomb sait aborder des thèmes « profonds » sans faire lourd (une grosse centaine de pages en police 14). Une lecture rapide mais très intéressante !

Note : 4.25/5



De : nirvana1050 Envoyé : 2004-10-30 11:19

Antéchrista

Toujours très rapidement fini, comme tous les romans d'Amélie Nothomb que j'ai lu, celui-ci m'a plu jusqu'à la fin, car souvent je regrette les pirouettes utilisée par Amélie Nothomb pour clore ses récits. Il est vrai que celui-ci met en scène des personnages qui sont plus "normaux", une situation plus proche du quotidien de chacun. Les relations, parfois difficile à nouer à l'adolescence, la réaction des parents, qui nous jugent à travers les amis qu'on s'est choisis (qui sont l'affirmation d'une part de nous-même).Et là, ça dérape, puisque les parents de Blanche vont reporter leurs rêves d'enfant idéal sur Christa, au détriment de Blanche, leur propre fille, qui est d'ores et déja jugée par ses géniteurs. On reconnait bien là la cruauté jubilatoire d'Amélie Nothomb. D'un autre côté, le sujet est traité d'une manière qui reste caricaturale,,mais le rapport dominant-dominé, et l'analyse que Blanche porte sur elle-même est très bien dessinée. (même si je l'ai trouvée parfois très horripilante).

Ma note: 4/5



De : PapillonY1 Envoyé : 2004-11-28 12:02

Biographie de la faim de Amélie Nothomb
Albin Michel - 241 pages

« La faim, c’est moi » : dans ce livre, Amélie Nothomb nous livre son autobiographie, principalement son enfance et son adolescence. Elle nous raconte ses jeunes années à travers le prisme de la faim. Mais il ne s’agit pas seulement de la faim de nourriture, mais de la faim de boisson, d’amour, de livres, d’écriture, et d’une folle curiosité pour la vie. Fille de diplomate, Amélie est ballottée de pays en pays. Quasiment née au Japon, qui reste à jamais pour elle une sorte de paradis perdu, elle connaîtra successivement les chocs culturels de la Chine communiste, de l’Amérique capitaliste, du Bengladesh tiers-mondiste.

Amélie Nothomb est un personnage ambigu : elle a une haute opinion d’elle-même et se décrit comme une surdouée dont toutes les camarades de classe étaient amoureuses, tout en ajoutant : « On m’aimait parce que j’étais la première de la classe alors que j’aurais tant voulu être aimée pour moi. » Etre aimée pour elle, alors qu ‘elle ne cesse de se cacher derrière un personnage. Où est la vérité, la vraie Amélie ? Elle se décrit comme alcoolique à huit ans, anorexique à quinze ans, adulée par ses camarades de classe à dix ans, victime d’un viol collectif à douze ans. Tout cela raconté sans aucune émotion. Sa vie a-t-elle été une si grande souffrance qu’elle se soit forgé une carapace de cynisme distingué ? Il semble qu’elle ait choisi d’adopter la formule chère aux enfants : « Même pas mal ! » En tout cas, elle raconte que la littérature l’a sauvée, par la lecture d’abord, puis par l’écriture.

Quant à son style, il tient davantage de la formule publicitaire que du style littéraire (« Avoir cinq ans se révéla désastreux. », « Rien n’est plus facile à limer qu’un cadenas communiste. »), et pourtant ce livre m’a touchée. Sans doute parce que le thème de la faim et du manque me concernent personnellement. Donc, je me suis reconnue dans son analyse du manque, même si tout cela reste un peu superficiel pour une grande lectrice de Freud comme moi. Mais justement, Amélie Nothomb est à cent lieues de la psychanalyse. Elle se met en scène comme un personnage de roman et ce livre lève un peu du mystère qui l’entoure. Quelques citations :

« Encore faut-il préciser que ma faim est à comprendre en son sens le plus vaste : si ce n’avait été que la faim des aliments, ce n’eût peut-être pas été si grave. Mais est-ce que cela existe, n’avoir faim que de nourriture ? Existe-t-il une faim du ventre qui ne soit l’indice d’une faim généralisée ? Par faim, j’entends ce manque effroyable de l’être entier, ce vide tenaillant, cette aspiration non tant à l’utopique plénitude qu’à la simple réalité : là où il n’y a rien, j’implore qu’il y ait quelque chose. »

« La faim, c’est vouloir. C’est un désir plus large que le désir. Ce n’est pas la volonté qui est force. Ce n’est pas non plus une faiblesse, car la faim ne connaît pas la passivité. L’affamé est quelqu’un qui cherche. »

« La faim , la vraie, qui n’est pas caprice de fringale, la faim qu dépoitraille et vide l’âme de sa substance, est l’échelle qui conduit à l’amour. Les grands amoureux furent éduqués à l’échelle de la faim. »

Ma note : 3,5 / 5



De : aud007 Envoyé : 2005-01-02 18:04

Robert des noms propres

J'aime beaucoup Amélie Nothomb et j'ai rarement été déçue par ses livres. Le dernier que j'ai lu: Robert des noms propres. Dès les premières pages du livre, je cherchais le lien entre l'histoire et le titre et il m'a fallu patienter avant de satisfaire ma curiosité. Dans ce livre, on fait la rencontre de Plectrude, enfant au passé lourdement chargé qui possède une force et un don incroyable. Suite au décès prématuré de sa mèere, Plectrude est élevé dans la famille de sa tante Clémence, qui développe une fixation malsaine sur l'enfant.

Très intéressant comme livre, j'ai bien aimé suivre l'évolution de Plectrude. Et la fin, quoiqu'un peu étrange, m'a séduite pas son originalité. Ce n'est pas mon préféré d'Amélie Nothomb. J'ai craqué pour Métaphysique des tubes et pour l'Hygiène de l'assassin, que j'ai préféré à Robert des noms propres. Somme toute, une autre agréable lecture.

Mon appréciation: 3.75/5



De : Flo7717 Envoyé : 2005-01-06 12:09

Biographie de la faim
Albin Michel / 240 pages

Que dire sur ce livre si ce n’est que les fans de l’auteur l’aimeront et que les autres le trouveront insupportable ; sa seule originalité étant sa longueur si inhabituelle (quasiment le double de ses " mini-romans " précédents !). J’ai beaucoup apprécié ses remarques lucides émergeant dans son océan de démesure habituel. Elle n’hésite pas à sortir de son rôle coutumier pour interpeller le lecteur et souligner que sa vision de NY était celle d’une gamine arrivant de Chine communiste (et donc parcellaire et totalement subjective), que l’arrivée au Bangladesh fut un choc tant le pays est pauvre au point de faire passer l’Inde pour un pays de cocagne, etc. Mais elle garde son humour, son sens de l’auto-dérision qui font que je l’apprécie vraiment. A la fois très accessible et d’un vocabulaire recherché, sa prose porte son empreinte si personnelle. Un livre difficile à reposer avant de l’avoir fini mais pas inoubliable pour autant. A noter, qu’il vaut mieux avoir lu Métaphysique des tubes et Le sabotage amoureux avant d’entamer celui-ci (quelques références elliptiques aux deux livres).

Note : 4/5



De : Stephermanicus Envoyé : 2005-01-23 12:59

Biographie de la faim

L’histoire :
Elle est un complément de métaphysique des tubes et sabotage amoureux. Amélie Nothomb continue donc sur sa lancée autobiographique : Le titre le dit lui même biographie de la faim (et la faim c’est elle). Elle nous parle de ses envies, de ses différentes faims qui l’ont animées durant sa jeunesse.

Pitite critique (positive) :
J’ai retrouvé avec une grande joie son humour particulier. A.N. a une manière bien à elle de nous raconter son enfance qui m’a conquis !! Le style est toujours aussi léger, autant que l’insouciance d’une enfant. J’ai adoré cette nouvelle histoire où on la voit analyser les différents pays qu’elle va habiter un temps d’une manière bien à elle. à lire si vous avez aimé les deux romans précités, c’en est une digne suite.

Note : 4,5/5
avatar
Calepin

Nombre de messages : 1527
Age : 36
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amélie NOTHOMB (Belgique)

Message  Calepin le Mar 25 Nov 2008 - 18:38

De : van1709 Envoyé : 2005-06-26 17:53

Robert des noms propres

C’est le premier que je lis de Nothomb, et je suis… intriguée. C’est la première fois que je ne peux pas dire si j’ai aimé ou pas. C’est bizarre de ne pas savoir. Je n’ai pas d’avis. Ca se lit et puis voilà, ça a été rapide comme lecture, des moments où c’était pas mal, des moments que j’ai détesté. Il faut que j’essaye d’autres romans d’elle pour savoir si j’apprécie ou pas. En attendant je mets la moyenne, un juste milieu pour moi qui n’arrive pas à donner d’avis.

Note : 2.5/5


De: Volaure

Amélie NOTHOMB - Peplum
L'ensevelissement de Pompéï sous les cendres du Vésuve, en 79 après Jésus-Christ, a été le plus beau cadeau qui ait été offert aux archéologues. A votre avis, qui a fait le coup?

Sous un mode délirant (Nothomb oblige), c'est une vision du monde tel que l'on n'ose pas le penser. Je pense qu'elle n'est pas loin de la vérité même si c'est horrible de le dire tout haut.

Je suis fan donc peut-être pas objective mais je donnerais 3.5/5.

Note : 3.5/5
Volaure
P.S. : C'est à lire et à relire encore et encore.





De : Claudia Envoyé : 2005-07-01 12:02

Stupeur et tremblements

Le seul livre d'Amélie Nothomb que j'ai lu (l'année dernière) c'est "Stupeur et tremblements". Je lui donne un 5/5 pour sa façon d'écrire, son humour, et l'histoire elle-même.

Il s'agit d'une jeune Européenne (mais qui a des origines eurasiennes) qui choisi d'aller travailler au Japon dans une importante société comme interprète. Malheureusement, elle n'est pas au courant des us et coutumes japonaises, et elle commet bévue sur bévue. Donc, elle tombe de grade en grade et finit dame-pipi.

Tout cela décrit avec beaucoup d'humour et de simplicité. J'ai eu la chance de voir le film après quelques mois et j'y ai retrouvé autant de plaisir. Le résumé est fait de tête car j'ai prêté ce livre autour de moi, donc je peux pas décrire ce qu'il y a d'écrit. A lire absolument J'ai regardé ensuite ses autres romans et cela ne me disait rien qui vaille. Donc c'est le seul que j'aie lu d'elle pour l'instant.

Note : 5/5



De : titine89 Envoyé : 2005-08-16 18:03

Cosmétique de l'ennemi
Edition Le livre de poche : 123 pages

Résumé : Jérome August, un homme d'affaire attend son avion qui est en retard. C'est alors qu'un homme l'aborde et ne cesse de lui parler. Que lui veut cet étrange homme ? Pourquoi ne le laisse-t-il pas tranquille ? Et encore bien d'autres questions qui ne pourront etre élucidés qu'à la lecture de ce court roman.

Impressions : J'ai adoré ce roman. Il est très surprenant et écrit avec beaucoup de génie. Chaque page donne envie de lire la suivante. Sans parler de la fin qui est époustouflante. Ca faisait longtemps qu'un livre ne m'avait pas emmené comme celui-ci. C'est vraiment un énorme coup de coeur. Je conseille ce livre à tous ceux qui veulent passer un très bon moment et surtout oublier où ils sont pendant la lecture.



De : Thomthom1293 Envoyé : 2005-09-09 09:13

Acide sulfurique

Aucun rapport avec l'anniversaire de Steph, mais je m'apprête à faire quelque chose que moi même je peine à croire : dire du bien d'Amélie Nothomb. Ca me fait presque mal quand je l'écris ! Mais voilà : il se trouve qu' "Acide Sulfurique" est un très bon roman, son meilleur à mon sens (d'un autre côté, n'ayant aimé quasiment aucun de ceux que j'ai lu, je ne suis sans doute pas le mieux placé pour en juger).
L'histoire, comme vous en avez tous entendu parler je pense, montre donc un camp de concentration servant de théâtre à une émission de télé-réalité. Les candidats sont toujours castés, mais là, en revanche, ils ne sont pas là de leur plein gré. Avec un titre aussi tape à l'oeil et une histoire pareille, il était logique que le scandale vienne filer un coup de main à Amélie, et les cyniques de flairer l'arnaque. Tu parles, Charles ! Comme si elle avait jamais eu besoin de ça pour vendre ses livres. Non, non, non. Même moi qui suis loin, très loin d'être fan, j'admets volontiers que l'idée n'était pas de souffler sur les braises (dois-je rappeler que nous sommes en pleine commémoration de la libération des camps), et qu'il y a un vrai parti pris littéraire derrière tout cela. Il n'y a qu'à essayer de deviner les influences pour le comprendre : un mélange de clins d'oeils cinématographiques ("Cube", "The Truman Show"), un petit coup de "The Running Man", un zest de "Price Of Peril" de Scheckley, le tout saupoudré d'une bonne dose de satire sociale. Emballé c'est pesé. "Y a un peu plus, je vous le laisse ?"... là justement, c'est le vrai problème du livre : on le sait, il n'y a pas d'être humain plus nombriliste qu'un écrivain, et peu d'écrivains plus nombrilistes qu'Amélie Nothomb. Il a donc fallu qu'à ce livre démarrant sur les chapeaux de roues elle ajoute des tas de petits gimmicks insupportables et affreusement "nothombesques"...et bien sûr il y a cette écriture. Je ne vais pas encore écrire des pages et des pages sur ce pseudo style à quatre francs six sous, je vais encore me faire conspué, et en plus ce serait pour pas grand chose : car vraiment, je n'en retire quasiment que du positif. Son écriture est même tout à fait supportable, pour une fois qu'elle est mise au service d'une vraie histoire.

En revanche, je ne sais que penser, car j'ai lu sur le net des critiques de fans qui ont été très déçus. En tout cas, moi, le conseille à tous ceux qui n'aiment pas Amélie Nothomb, histoire de se réconcilier avec elle durant une poignée de pages...

Note : 3/5



De : Stephermanicus Envoyé : 2005-09-23 11:00

Acide Sulfurique

L'histoire :
Des personnes, sans disctinctions d'âge, de sexe ou ethnique se voient arrêtés en pleine rue pour être envoyés de force dans un camp de concentration. Il seront filmés 24h/24 et la planète entière pourra assister à leurs supplices. Quand un "candidat" est éliminé, il se fait exécuter. Ca c'est le contexte. Mais le principal dans cette histoire, pour moi, c'est la confrontation entre une kapo et une détenue.

Mon avis : J'ai eu du mal au début : je ne voyais pas ou vulait en venir Amélie Nothomb avec son histoire de camp. Par la suite je me suis rendu compte que ce qui comptait principalement c'estc ette confrontation entre une kapo par tres maligne et une détenue (summum de la beauté). Un thème finalement habituel chez A. N. : on voit souvent dans ses livres 2 personnes "s'affronter". Je dois dire que j'ai accroché comme toujours : son style est toujours le même, elle en profite pour critiquer le principe de la télé réalité et le fait qu'on regarde en spectateurs des émissions qui amènent des personnes à souffrir (même si elles sont d'accord). La confrontation entre la kapo et la détenue m'a passionné, les répliques sèches et conglantes sont au rendez-vous, le livre se lit très vite (1 jour). Bref : un très bon moment de détente.

Note : 4/5



De : doriane99 Envoyé : 2006-05-13 02:28

Acide Sulfurique

Pannonnique est victime d'une rafle. Elle se retrouve participante d'un nouveau jeu de télé-réalité "Concentration"

Mon avis
Un sujet épineux, Nothomb s'en sort très bien, pas d'apitoiement. Pour ma part, j'ai préféré les trois premiers chapitres aux deux derniers. Le style est plus fluide, les phrases moins "nothombiennes". La critique de la télé-réalité, la force de caractère de l'héroïne, la relation entre elle et sa "kapo" sont vraiment captivantes, ensuite on retombe dans les blablas chers à Amélie et un peu répétitifs à la longue... La fin m'a semblé inintéressante... Je suis déçue les premiers chapitres étaient très prometteurs !

Note : 3.5/5



De : symphonium Envoyé : 2006-07-31 14:34

Métaphysique des tubes

Récit autobiographique de l'auteure racontant les premières années de sa vie au Japon. Le récit est construit selon l'ordre chronologique des évènements de la vie d'Amélie: de sa naissance à un an, elle est dans un état végétatif, se contentant d'avaler les aliments qui lui sont servis. À 2 ans, elle entre dans une colère furieuse qui ne sera apaisé que par le "plaisir" du chocolat offert par sa grand-mère. Ensuite, Amélie goûte goulûment à ce qui l'entoure.

Dans la première partie, j'ai trouvé amusante l'analogie entre le personnage principal et une plante. J'ai aussi trouvé drôle le parallèle avec Dieu. "Ce tube, c'est en fait Dieu. Dieu qui est en fait l'incarnation de l'inertie- la plus forte des forces".

La seconde partie (à partir de ses 2 ans) est nettement plus intéressante, notamment à cause de l'emploi du "je". Les anecdotes sont savoureuses et imagées. On comprend tout à fait pourquoi le paysage japonais exerce une fascination si grande sur la petite. J'ai beaucoup aimé l'analogie de la plante pour la décrire

Note : 4,5/5



De : gallomaniac Envoyé : 2006-11-17 17:03

Hygiène de l'assassin, thriller, pseudo-polar.
Albin Michel, 1992
Points, 1995, 181 pg.

Cinq journalistes interviewen Prétexat Tach, prix nobel de la littérature, obèse mysanthrope de 83 ans qui a encore deux mois à vivre. Cinq dialogues. Les quatre premiers journalistes sont cruellement éconduits et fuient épouvantés. La cinquième, une femme, par sa connaissance de l'oeuvre et par ses recherches personnelles, met l'auteur au petit feu pour dévoiler le mystères de sang, d'eau et de feu qui entourent sa jeunesse, et ceci jusqu'à un épouvantable retour des choses. Ce livre me semblait par son titre un polar littéraire, mais c'est un polar par littérature. Dans cette histoire, écrit avec verve, tout est déplacé.

Pour le plaisir des rats: il y a aussi des intonations qui font penser à "Le Parfum" de Süskind; mais il y a surtout plein de commentaires sur la littérature, comme la petite discussion sur "Ce livre-vous a-t-il changé?"....."Alors, vous vous imaginez que ce sont les livres < à message > qui peuvent changer un individu? Quand ce sont ceux qui les changent le moins. Non, les livres qui marquent et qui métamorphosent, ce sont les autres, les livres de désir, de plaisir, les livres de génie et surtout les livres de beauté." ..... "On n'est jamais le même après avoir lu un livre, fût-il aussi modeste qu'un Léo Malet: ça vous change, un Léo Malet. On ne regarde plus les jeunes filles en imperméable comme avant, quand on a lu un Léo Malet. Ah! Mais, c'est très important! Modifier le regard: c'est ça notre grand oeuvre."

Ma note : 4,5/5



De : gallomaniac Envoyé : 2006-12-29 14:40

Le sabotage Amoureux, Amélie Nothomb.
Albin Michel 1993
LP, 2004, 124 pg.

Le deuxième livre de cet auteur est un récit sur les enfants de diplomates en Chine. Le style est riche et parfois tellement flamboyant que les mots débordent. On dit que c'est autobiographique, alors, c'est comme une joie de se souvenir. Ce débordement de mots est parfois bien, parfois trop. Le fond de l'histoire est une guerre d'enfants; dommage qu'il y ait trop de détails dégeulasses. Sur ce fond, il se joue entre deux jeunes filles de 6 à 7 ans un duel contr-amour, thème un peu pervers choyé par Amélie Nothomb.
"Elena était devenue une beauté fatale. Elle étudiait à Rome, où d'innombrables malheureux parlaient de se suicider pour elle, si ce n'était déjà fait. Cette nouvelle me mit d'excellente humeur. Merci à Elena, parce-qu'elle m'a tout appris de l'amour."

Ma note 3,5/5

Antechrista, Amélie Nothomb.
Albin Michel 2003
Club France Loisirs 2004, 172 pg.

Encore un duel contr-amour, ici entre deux jeunes filles de 16 ans. Blanche amoureuse d'amitié contre Christa mythomane attrappe-nigaude. Le thème est bien developpé, le style est plus sobre que dans "Le sabotage amoureux" et rarement flamboyant, ce qui fait ressortir davantage l'histoire. La fin tombe à plat. Quelques citations littéraires, quelques jeux-de-mots, un récit vite fait pour grand public?
Note personnelle: J'ai lu le livre pendant mon séjour en Belgique près de Malmedy, et je me demandais en imagination, dans quel café Blanche aurait trouvé Detlev et si la grande usine au nord de Malmedy serait celle du père de Christa.

Ma note 3/5
avatar
Calepin

Nombre de messages : 1527
Age : 36
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amélie NOTHOMB (Belgique)

Message  Calepin le Mar 25 Nov 2008 - 18:45

De : symphonium Envoyé : 2007-04-03 21:19

Journal d'une hirondelle

Résumé: À la suite d'une peine d'amour qui lui arrache plus que des larmes, le personnage principal décide de s'arracher le coeur. Dès lors plus rien ne provoque de sentiments chez lui. Il y a cependant un déclic qui s'opère chez lui et il décide d'embrasser une nouvelle carrière et une nouvelle identité.

Avis: Encore une fois, le thème central est la confrontation. Ici c'est la confrontation entre l'absence d'émotions de l'individu et cet amour qu'il entretient pour la jeune fille. À force de se battre dans tous ses romans, c'est inévitable, on finit par se dégonfler. L'effort donne des résultats plus concluants que son dernier Acide Sufurique mais on ne la sent plus aussi inspirée. La recette marchera sans doute pour le neophyte, car ce n'est pas un mauvais roman. Cependant, celui qui en a l'habitude trouvera sans doute la formule quelque peu édulcolorée et la fin résolument nothombienne.

Note : 3/5



De : van1709 Envoyé : 2007-04-09 14:56

Métaphysique des tubes

Métaphysique des tubes c’est l’autobiographie d’Amélie Nothomb de sa naissance jusqu’à l’âge de 3 ans. Je m’attendais en lisant mon deuxième livre de cet auteur à me faire un avis, mais je dois dire que je suis aussi perplexe que pour le premier livre que j’ai lu d’elle. J’ai parfois trouvé certains passages drôles, parfois absolument prétentieux. Certes, elle se prend pour dieu, c’est peut-être drôle, mais tellement prétentieux que je ne sais pas trop quoi en penser. Et surtout pour une gamine de 3 ans, penser avec des mots si « sophistiqués », heu c’est complètement irréaliste, ça fait pas du tout crédible et je crois que c’est ce qui me gêne le plus. Donc mitigée une fois de plus.

Note : 2.5/5



De : van1709 Envoyé : 2007-04-13 06:28

Hygiène de l’assassin

Pretextat Tach, écrivain, est à l’article de la mort. Pour l’occasion, il donne son autorisation pour des interviews. Quatre journalistes se présentent à tour de rôle, mais aucun d’eux n’est vraiment digne de l’interviewer, et ils ne font qu’irriter l’écrivain. La cinquième journaliste, elle, lui tiendra tête. De répliques en répliques, on va en savoir plus sur cet écrivain.

"Hygiène de l’assassin" est un livre qui m’a plu bien plus que "Robert des noms propres" ou "Métaphysique des tubes". Les répliques étaient pas mal, et l’écrivain est un sacré personnage, pleins de surprises. Le livre dans l’ensemble n’est pas mal, mais je crois que Nothomb n’est vraiment pas mon style, et je ne sais pas si j’essaierais encore de lire d’autres de ces bouquins.

Note : 3.5/5



De : Profgéo Envoyé : 2007-07-10 15:58

Biographie de la faim
Albin Michel, 240 pages

Je suis la faim. Cette phrase résume à lui seul le livre où Amélie Nothomb marie avec adresse histoire personnelle et un ton ironique que je qualifierais de très personnel. C'est en fait sa propre histoire, depuis son enfance au Japon à travers toutes les tribulations de sa famille et les différents postes de son père diplomate. Elle qui se dit un puit sans fond de faim, elle l'exprimera à travers toutes les dépendances et tous les excès qu'elle commettra dans cette période, sans fin.

C'était mon premier Amélie Nothomb et le ton m'a particulièrement charmé. C'est vif, puissant, personnel et d'une ironie mordante. On voit au travers de l'histoire de la petite fille qui avait déjà ses propres idées le développement d'une personnalité vraiment unique. Si quelqu'un trouve Amélie Nothomb un peu bizarre, je crois que ses parents seraient d'accord avec vous! Je n'ai absolument rien contre elle, mais je me demande jusqu'à quel point le récit en est un d'auto-fiction ou d'auto-biographie. C'est un peu mêlé, mais de toute façon, ça n'a pas grande importance. La petite Amélie grandit et finira par se mettre à l'écriture comme pour exorciser ce qu'elle ne peut engloutir. L'histoire se termine là où commence Stupeur et tremblement, c'est à dire au moment où elle va commencer son boulot de traductrice dans une grande entreprise japonaise. Je dirais que c'est le seul autre Amélie Nothomb que je serais tentée de lire, parce que même si le ton m'a énormément plu, je ne suis pas sûre de retrouver la magie de cette première lecture dans un autre de ses livres. J'aurai trop peur d'être déçue par un autre livre à vrai dire.

Ma note 4.5/5



De : Pilou Envoyé : 2007-09-16 06:39

Ni d’Eve ni d’Adam
Albin Michel 17,90€

Le dernier né ! On ne risque pas de se tromper, c’est bien elle et c’est très bon. Autobiographique, elle a vingt ans et sur la fin du livre elle travaille dans la société de Stupeur et tremblements. C’est une histoire de son amour pour un jeune nippon adorable, Rinri, qui voudrait être templier ou samouraï de Jésus, et qui se lave de la tête aux pieds au lavabo avant de retrouver Amélie dans le bain, car il ne faut pas offenser l’eau de la baignoire. Très drôle. La description de la société japonaise est incroyable. Rinri invite une demie douzaine de ses copains à dîner pour leur présenter Amélie, et il reste en cuisine la laissant seule devant six mecs qui n’ouvrent jamais la bouche à table. Elle leur fait un cours sur la bière belge. Formidable description de la nature japonaise et en particulier du Fuji sur lequel elle fait un numéro exceptionnel.

Note : 4,5/5



De : Claudia Envoyé : 2007-10-22 10:47

Ni d'Eve ni d'Adam d'Amélie Nothomb

Que les fans de Nothomb se réjouissent, Amélie est de retour au pays du soleil levant. Juste après ‘La Métaphysique des tubes’ et chevauchant ‘Stupeur et tremblements’, ‘Ni d’Eve ni d’Adam’ raconte la liaison amoureuse d’Amélie la Belge et de Rinri le Japonais - à qui la jeune femme doit apprendre la langue de Molière. Quand Amélie parle d’amour, c’est avec un détachement subtil, une pudeur délicieuse et une pointe d’ironie. L’autofiction est un genre dans lequel Nothomb déambule gracieusement. Sentiments et émotions sont captés, détaillés, décryptés et deviennent palpables. Quand Amélie parle d’amour, c’est aussi prétexte à épingler aux murs quelques paysages, quelques saveurs, quelques traditions sentimentales, de ce Japon si singulier. Prétexte également à multiplier les remarques linguistiques et littéraires congrues. Bref, l’élève est brillante. La copie drôle, parfois même mordante. La chute savoureusement lâche. Et l’on se dit qu’il fallait bien l'émérite plume d’Amélie Nothomb pour donner consistance et vivacité à une histoire, somme toute bien banale. Une lecture agréable pour les uns, un incontournable pour les aficionados de la Belge au grand chapeau mystique.

Note : 3,5 / 5



De : lalyre7032 Envoyé : 2007-11-19 09:16

Ni d'Eve ,ni d'Adam
Albin Michel
2007, 244 P.

Ce roman se passe à Tokio,c'est la même époque que Stupeurs et tremblements,l'auteur nous raconte sa liaison amoureuse avec Rinri,un jeune japonais désireux d'apprendre le français.Ayant répondu à une annonce d'Amélie la belge qui donne des cours,ils se donnent rendez-vous dans un café,nos deux héros sympathise,très vite Rinri tombe amoureux de son professeur.Amélie joue le jeu,elle est heureuse de cette liaison mais elle sait qu'elle ne sera jamais amoureuse de lui.Elle nous apprend que l'ascension du Mont Fuji fait de vous un vrai japonais,nous parle aussi des petits japonais,qui dès l'âge de cinq ans passent des tests pour déterminer s'ils seront aptes à faire des études,sinon tant pis pour eux ils ne seront bons quà travailler à la chaîne dans des entreprises.Mais revenons à nos deux héros qui de rire en fâcheries poursuivent leur histoire d'amour jusqu'au jour ou Rinri fait sa demande en mariage à notre Amélie qui .......

Un très bon petit livre,une détente,244 p.remplies d'humour ,de plaisir et de fantaisie.Très facile à lire ,ce roman me réconcilie avec l'auteur qui m'avait déçue dans ses derniers écrits,J'y ai appris certains détails sur la vie au Japon,bref je n'ai pas perdu mon temps à la lecture de ce roman.

Note : 4,5/5



De : Ysla Envoyé : 2008-03-08 11:26

J'ai lu trois livres d'A. Nothomb, dont le troisième aujourd'hui. Je profite de ma critique de celui-ci pour ajouter mes critiques des deux précédents, lus il y a déjà quelques années :
____________________________

Stupeur et tremblements

Très bon roman, lecture très agréable et rapide. Beaucoup d'humour dans ce livre qui traite de l'entreprise au Japon et du parcours d'une jeune belge dans une compagnie en particulier. Ce récit est autobiographique, l'histoire date de 1990, quand A. Nothomb avait 22 ans. A sa lecture, nous en apprenons un peu plus sur la manière de vivre le travail au Japon, sur les japonais eux-mêmes, sur leur mode de vie. Le passage sur la folie est formidablement écrit et très réaliste.C'est aussi un livre poétique.

Ma note : 4.5/5
______________________________

Métaphysique des tubes

Un peu narcissique car récit autobiographique mettant très en valeur la narratrice. Un peu exagéré parfois ? Certains épisodes sont très drôles. Le point de vue de l'enfant est intéressant et attendrissant. De nouveau, des informations surprenantes sur l'art de vivre au Japon.
Ce livre m'a moins plu que Stupeur et tremblement, le début est un peu longuet...

Ma note : 3.5/5
_______________________________

Antéchrista

Après les deux précédents livres, celui-ci est donc mon premier roman d'A. Nothomb. Je l'ai choisi au hasard, sans avoir lu les critiques. Je l'ai lu en très peu de temps, il est court et se lit d'une traite. Qu'en penser ? L'histoire de base est somme toute assez banale : une jeune fille rêve d'avoir pour amie Christa, la fille la plus populaire de son amphi, mais elle déchante vite lorsque ce rêve se réalise et qu'elle s'aperçoit que Christa l'utilise, la vampirise, la ridiculise complètement. J'ai trouvé tous les détails très caricaturaux, tout est dépeint à l'extrême, ce qui rend le tableau totalement irréaliste. Les réactions des personnages ne sont tout simplement pas possibles, on ne peut pas être bête à ce point ! (ça énerve un peu en lisant) Alors, j'ai considéré ce livre comme quelque chose de symbolique, une métaphore, ou quelque chose comme ça, car les questionnements du personnage principal sur elle-même sont plutôt bien. (même si peu crédibles venant d'une jeune fille de 16 ans)
Après avoir lu vos critiques, je constate que ce n'est pas celui qui plait le plus.

Ma note : 2.75/5 parce que cette lecture m'a divertie, tout de même, je ne me suis pas ennuyée.



De : Raphaël Envoyé : 2008-04-05 09:40

Stuper et tremblements d'Amélie NOTHOMB
éditions le livre de poche, 187 pages, publié en 1999.

Amélie Norhomb est écrivain. Elle a écrit de nombreux ouvrages tels l'hygiène de l'assassin, le sabotage amoureux, Mercure ou encore la métaphysique des tubes.Elle est née et a passé son enfance en Extrême-Orient (Chine, Japon). L'auteur nous fait découvrir les premiers pas d'une européenne au sein d'une entreprise japonaise.

Que dire d'un tel ouvrage ? Ce ne peut-être du vécu, , même caricaturé. C'est tellement décalé, absurde ! Quel intérêt alors ? L'humour ? Mais je n'ai pas ri ni même souri une seule fois. La découverte de la culture d'entreprise japonaise ? Mais qu'est-ce qu'une telle caricature peut nous faire comprendre ? Certes l'écriture est simple et agréable mais cela ne suffit pas. J'ai lu ce livre (qui m'a été prêté par une élève) un peu comme un livre fantastique : sympathique mais irréel.

Ma note : 3/5



De : Pilou Envoyé : 2008-04-07 12:20

Le journal d'hirondelle

Je pensais avoir tout lu d’Amélie, et tout aimé, et bien non. De passage à Paris, chez mon fils aîné, j’ai trouvé dans sa bibliothèque « Le journal d’hirondelle » que je ne connaissais pas.

C’est l’histoire d’un tueur qui exécute des contrats quotidiennement et trouve une grande satisfaction dans son « travail » mais se demande si cette tâche difficile peut ou pas être assurée par une femme, une tueuse. Il est amené à exécuter un homme politique et sa famille, une épouse et trois enfants. Il commence le travail et trouve l’homme politique dans son bain, sous la menace de sa fille aînée, qui veut le tuer au motif que son père lui a volé son journal intime. Quand le père avoue qu’il l’a lu, elle le tue. Le héros termine son contrat par la fille qui le regarde la tuer, et il en tombe amoureux, une fois morte. Mais c’est ce journal intime que recherchaient les commanditaires et pour « protéger » l’intimité de cette jeune fille morte, il fera disparaitre le journal, page par page, en l’avalant et en mourra.

Note : 4/5

La sabotage amoureux

Pendant que j’y étais, j’ai relu « Le sabotage amoureux » qui se trouvait à côté et que j’avais beaucoup aimé. Il a déjà été résumé, mais je voudrais en retenir deux phrases. La première est, à propos des conflits, ce mot d’enfant « C’est lui qui a commencé ! » que les adultes appliquent encore tous les jours dans les guerres. Autre idée, celle qui veut qu’on puisse raconter l’histoire par n’importe quel début. Voir en ce moment la chine et le Tibet par exemple. Comment dit-on C’est lui qui a commencé en chinois ? On peut débuter à l’envahissement du Tibet par la Chine ou alors commencer à l’agitation des moines, comme on veut.

Note : 4/5
avatar
Calepin

Nombre de messages : 1527
Age : 36
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amélie NOTHOMB (Belgique)

Message  gallo le Mar 25 Nov 2008 - 22:52

De: SarahEmily

Amélie Nothomb - Le Sabotage amoureux
(L.G.F./Le livre depoche, 1996, 128 pages)

J'ai été surprise de constater que c'était habituellement le livre de Nothomb qui était le moins apprécié. L'histoire, les rêves et l'imaginaire d'une petite fille qui grandit en Chine, après avoir quitté le Japon. Filant sur son cheval, éclaireur dans la guerre du ghetto où elle vit, follement amoureuse d'une nouvelle venue...

J'adore ces livres où l'on prête parole à des enfants et on l'on entre de plein pied dans leur imaginaire particulier. Quand je referme un de ces livres, j'oublie de me prendre au sérieux et ça fait un bien fou!

Note : 5/5


De: Dytal

Amélie Nothomb - Le Sabotage amoureux

Difficile de qualifier ce roman de Nothomb, s'il avait été mon premier, je ne relierais pas cette auteure.

C'est l'histoire d'une fillette, habitant la Chine dans un ghetto et qui est amoureuse d'une copine d'école qui ne l'aime pas. Les enfants font la guerre aux autres nationalités et c'est des tortures terribles que les enfants s'infligent. C'est parfois même très dégoûtant à imaginer.

Bref je n'ai pas aimé mais je l'ai lu au complet tout de même.

Note : 2/5
{hr]
De: Lagrande

Amélie Nothomb - Le Sabotage amoureux

Un petit bijou!

Notre héroïne a 7 ans en 1972 et elle habite la Chine communiste, dans un ghetto réservé aux étrangers. Les enfants du ghetto se livrent à une version de la 2ième guerre mondiale!

C'est drôle et touchant, un petit livre qui se lit comme rien et plein de choses à apprendre.

Note : 4.25/5


De: Mandarine

Amélie Nothomb - Le Sabotage amoureux

Ce livre est le premier livre que j'ai lu de Amélie, et m'a vraiment encouragée à lire les autres!

Cette "histoire d'amour" d'une enfant de sept ans pour une autre fille de son âge, qui est odieuse envers elle, peut nous renseigner, je le pense, sur bien des comportements humains. De plus, l'imagination de cette enfant est magnifique! Un cheval pour un vélo. Une deuxième guerre mondiale pour un conflit de quartier. Et les explications si naïves mais pourtant pas si bêtes sur le communisme, et le rôle nécessaire de nos ennemis dans notre vie. Cette enfant est une enfant par les rêves qu'elle entretient, et une adulte par son raisonnement.

Salutation à tous ceux qui pourraient passer leur vie à lire, et en particulier à Amélie...

Note : 5/5
Mandarine, 16 ans, Yverdon


De: SarahEmily

Amélie Nothomb - Les Combustibles
(L.G.F./Le livre de poche, 2002, 88 pages)

Que dire de ce livre? C'est un livre tout petit. Petit, court, bref et pas long. Environ 80 pages. Se lit en un éclair. Incontestablement celui que j'aime le moins jusqu'ici. Ce n'est pas qu'il est mauvais, mais il y manque quelque chose qui me subjuguait dans les deux autres romans que j'ai lus, une espèce de naïveté, de fraîcheur...

Un professeur (de littérature bien entendu), son assistant et la fiancée de celui-ci partagent un appartement pendant la guerre. Il fait froid, tout a été brûlé sauf la bibliothèque du professeur (pas la biblio qui est en métal, les livres). Alors se pose la question impossible: quel livre vaut la peine d'être gardé et lequel ne le vaut pas? Et c'est ici que ça se gâte. Le roman est présenté un peu sous la forme d'une pièce de théâtre, présentation des lieux et dialogues précédés du nom de celui qui parle. J'adore le théâtre.

Par contre, j'ai l'impression que c'est un roman bâclé, qui ne livre pas ce qu'il a promis. On y retrouve bien quelques réflexions oiseuses et pédantesques sur la Littérature (oui oui, avec un grand L imposant), mais pas de discussion de fond. Et le tout se termine en queue de poisson.

C'est une façon comme une autre (et moins pénible que d'autres) de passer le temps. Mais sans plus.

Note : 1.5/5


De: Pico

Amélie Nothomb - Les Combustibles

C'est un roman en dialogue. C'est cool, les dialogues sont savoureux. Ils sont aussi horribles, cyniques, intellos, on parle beaucoup de littérature. C'est en temps de guerre alors on sent le désespoir et le froid.

Je recommande d'ailleurs fortement de ne pas lire ce livre l'été à 30 degrés sous le soleil. Moi, j'aurais moins apprécié. Je recommande de lire ce livre les pieds gelés. Pour en sentir toute la porté. Comme dirait Marina: "L'enfer, c'est le froid".

On y cite plusieurs auteurs que je ne connais pas du tout. J'aurais aimé connaître un peu les bouquins dont on parle dans ce roman. Ça m'a fait me sentir en dehors du contexe. J'aime me plonger au creux du contexte quand je lis, mais là, j'ai aucune opinion personnelle sur les auteurs mentionnés. J'aurais aussi aimé plus d'horreur. On y effleure l'horreur sans vouloir la pénétrer complètement. Est-ce voulu?

Ne connaissant pas A. Nothomb, j'ai de la difficulté à me faire une opinion tranchée sur l'auteur de par ce livre dialogue.

Un bon petit, tout petit roman.

Note : 4/5
Pico


De: Chatminou

Amélie Nothomb - Les Catilinaires
(L.G.F./Le livre de poche, 1997, 160 pages)

catilinaire : 1808, du nom des quatre harangues de Cicéron contre Catilina; Littér. Discours violemment hostile. (Le Petit Robert)

YOUAH! Quel beau petit roman! J'ai adoré. Faut dire que moi, Nothomb, j'aime. J'aime son questionnement, j'aime ses allées et venues dans les méandres de l'esprit, ses digressions, ses fouilles de l'état d'âme.

Émile et Juliette réalisent enfin le rêve de toute une vie. Elle est là qui les attend, perdue au fond des bois, une maison, leur Maison... le paradis... sauf que c'était sans compter un fâcheux voisin. Quelle profondeur dans cet amour qui uni Émile à Juliette. Hilarant la quasi diarrhée verbale d'Émile.

Un livre surprenant, même si on voit venir la fin, on se laisse bercer par le rythme.

À lire quand la vie nous ennuie. Quand on file parano, histoire de nous rassurer.

À lire pour la beauté des mots, pour le charme du discours, pour la fluidité de la pensée.

Note : 4.8/5
Chatminou


De: Dytal

Amélie Nothomb - Les Catilinaires

Vraiment un pur délice!

C'est l'histoire d'un couple amoureux depuis qu'ils ont 6 ans et ils en sont maintenant à l'âge de la retraite. Ils décident d'habiter une maison à la campagne isolée parce que pour chacun d'eux, l'autre est toute sa vie! Une seule ombre au tableau, un couple de voisin bien spécial. L'homme est étrange et tous les jours de 4 à 6 heures il est chez ses voisins et n'a que peu de conversation. Mais tous les jours à 4 heures tapantes, il est là! Sa femme on ne la voit que peu au début.

Je ne veux trop en dire parce que c'est vraiment un livre à découvrir!

Voici une courte phrase tirée de ce livre: "La volupté élève, quelle qu'en soit la source."

Et c'est ce que j'ai trouvé avec Nothomb avec sa satire c'est la volupté!

Note : 5/5


De: Mousseline

Amélie Nothomb - Stupeur et tremblements
(L.G.F./Le livre de poche, 2001, 186 pages)

Ah j'ai adoré et dévoré, quel plaisir! Une lecture tout à fait divertissante et très agréable.

C'est l'histoire d'une jeune Belge qui travaille pour une compagnie japonaise et qui subit les affres de ses supérieurs. Au lieu de gravir les échelons, elle les descend. Une histoire merveilleusement racontée qui nous fait apercevoir la mentalité japonaise.

L'auteur a le don de mettre de l'humour dans un récit qui est pourtant tragique. J'admire l'habileté qu'a eu Amélie Nothomb de camoufler un récit des plus profond sous un ton léger, ce qui donne l'aisance d'une lecture facile.

J'ai beaucoup apprécié la considération qu'elle a envers les personnages même les plus méchants. C'est une belle leçon de la part de quelqu'un qui comprend les subtilités de la vie sociale japonaise parce qu'elle l'a vécue.

Un roman qui m'a plu énormément. Un peu court, j'en aurais voulu davantage. Mais bon ce sera un plaisir de le relire.

Note : 4.75/5


De: Chatminou
Amélie Nothomb - Stupeur et tremblements

J'ai adoré! Le style, l'écriture, le ton, le phrasé de l'auteure.

Amélie est japonnophile. Belge d'origine, elle a passé sa petite enfance au Japon et le Japon, elle en rêve. Travailler pour une grosse boîte japonaise, c'est le nec plus ultra, le pied total. Engagée comme traductrice, travail qu'elle n'aura jamais la chance d'exécuter, devenue, Amélie san, elle nous fait vivre les pressions extrêmes qui sont la base du travailleur japonais. La plus petite critique, même constructive, le moindre argument deviennent du sabotage! Fascinée par Mademoiselle Mori, sa boss immédiate, elle vit une étrange relation qui navigue entre l'amour et la haine de sa tortionnaire. Relation quasi sexuelle, tant la beauté de l'autre la fascine.

Choc des cultures, racisme japonais! Obéissance, humiliation, flagellation publique, tel est l'abécédaire de l'employeur nippon.

Et la découverte du sens profond de stupeur et tremblements, un bijou!

À lire absolument!

Note : 4.8/5


De: Lagrande
Amélie Nothomb - Stupeur et tremblements

C'est délicieux!
C'est son histoire lorsqu'elle se trouve un emploi dans une entreprise japonaise, c'est très drôle par bout!
Mais ça ne ressemble pas aux autres bouquins de cette auteure mais si vous ne la connaissez pas c'est un bon début. Mais je vous suggère fortement ses autres bouquins.
Note : 4.25/5


De: Annabelle
Amélie Nothomb - Stupeur et tremblements
J'ai adoré.

Vraiment c'est écrit en un seul souffle et j'ai voulu le lire comme tel. Une nuit et ce fut fait, j'ai partagé avec l'auteur 1 an de sa vie dans une entreprise japonaise. Je n'aurais vraiment pas aimé être à sa place. Ce que je me demande c'est qu'elle a été la réaction de ses collègues japonais lors de la lecture de ce roman, sûrement une dure expérience pour certains d'entre eux.

En tout cas j'aime beaucoup.



Boogok
Je viens de faire une découverte... Amélie Nothomb, "Stupeur et tremblements" et je meurs d'envie de lire autre chose de cette fille.

C'est direct, percutant, incisif et drôlement intelligent.

Un pur moment de bonheur... Une pure jouissance.

J'ai aimé. Ça parais-tu?

Note : 5/5
(Boogok)


De: Dytal

Amélie Nothomb - Stupeur et tremblements

Amélie nous présente dans ce roman une année de travail au sein d'une entreprise japonaise où elle a changé d'affectation au gré des volontés de ses patrons, des gens qui ont du plaisir à soumettre les gens qu'ils ont sous leurs ordres.

Elle nous présente donc un regard sur ce qu'est le monde du travail dans les grandes entreprises japonaises, monde où elle a dû effectuer bien des tâches qui vous sembleront toutes plus loufoques les unes que les autres et même un peu cruelles.

J'ai bien aimé ce roman, mais je dirais qu'heureusement qu'il ne faisait que 175 pages car il peut être lassant à la longue, mais Amélie Nothomb a le don de savoir où elle doit mettre le point final.

Note : 5/5


De: SarahEmily

Amélie Nothomb - Stupeur et tremblements

Amélie Nothomb esr une auteure que j'aime beaucoup, mais je commençais à la trouver un peu répétitive. L'éloge de la laideur et l'assassinat de la beauté. Le "je-t'aime-je-te-tue", splendide paradoxe de la littérature, était un peu trop repris. Et puis je la trouvais un peu "snob" avec ses grandes phrases, ses grands mots dont elle parsemait ses romans, comme pour dire "je n'ai pas vraiment d'histoire, mais j'ai de la Kulture!"...

Par contre, avec ce roman, elle fait voler en éclats tous les préjugés. Le langage est beau, mais pas précieux. L'histoire tourne bien sûr un peu à l'absurde, quoi que plus rien ne me surprends de nos jours!

En fait, elle raconte dans ce petit livre son expérience de travail au Japon. Fille d'un homme qui voyageait pour son travail, elle a vécu au Japon les 5 premières années de sa vie, avant de partir pour la Chine. Mais ses racines et son coeur sont restés au Japon, c'est pour cette raison qu'elle a voulu y retourner pour travailler.

Note : 5/5


De: Cherubs

Stupeur et tremblements

J'ai souri à maintes reprises en lisant ce petit roman sur l'histoire de cette pauvre blanche qui ne sait trop où donner de la tête au travers de toute cette perfection japonaise et qui fini par se moquer de tout et de s'amuser de sa situation!

Elle comprendra que pour survivre dans ce monde de fous, ambitieux à l'extrême (en fait tout est extrême dans leur façon de faire!), elle doit prendre ça en riant, avec un grain de sel; et même si extérieurement, elle semble soumise, dans sa tête, c'est une vraie fiesta!

Finalement, j'ai bien apprécié! Je ne m'attendais pas du tout à ce genre et je suis bien curieuse de découvrir d'autres romans de cette auteure!

Note : 3/5


De: Cameja
Je pense que c'est un livre facile à lire et donc pour tous! C'est une histoire géniale avec le héros d'Amélie face à Mme Mori! A lire absolument!!!
Note : 4.75/5


De: Nath
J'ai trop aimé ce bouquin! Il est drôlement bien écrit et nous permet d'en savoir plus sur la culture japonaise. J'étais déçue d'arriver à la fin du livre. Je crois que l'auteure essaie de donner un aspect comique à l'histoire alors que quand on vit cette situation, il n'y a rien d'hilarant.
Note : 5/5
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le fait du prince

Message  doriane99 le Lun 2 Fév 2009 - 21:20

Que j'aime la couverture de ce livre !!! Je l'ai ouvert avec enthousiasme et refermé déçue.



Un étranger toque à votre porte, demande à téléphoner et tombe raide mort !

Un début prometteur, le personnage principal endeosse l'identité du mort (jusque là, classique) puis... l'histoire tombe à plat, des scènes de beuveries sans aucun intérêt. Le pire Nothomb que j'ai lu à ce jour. Seul point positif : une écriture un peu moins ampoulée que d'habitude.
2/5

avatar
doriane99

Nombre de messages : 643
Age : 48
Location : Savigny Sur Orge (France)
Date d'inscription : 25/10/2008

http://lepotinoirdedoriane.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amélie NOTHOMB (Belgique)

Message  Avalon le Lun 23 Fév 2009 - 18:03

Stupeur et tremblements d'Amélie Nothomb
Au début des années 1991, la narratrice est embauchée par Yumimoto, une puissante firme japonaise. Elle va découvrir à ses dépens l'implacable rigueur de l'autorité d'entreprise, en même temps que les codes de conduite, incompréhensibles au profane, qui gouverne la vie sociale au pays du Soleil Levant.
D'erreurs en maladresses et en échecs, commence alors pour elle, comme dans un mauvais rêve, la descente inexorable dans les degrès de la hièrarchie, jusqu'au rang de surveillante des toilettes, celui de l'humiliation dernière. Une course absurde vers l'abîme - image de la vie -, où l'humour percutant d'Amélie Nothomb fait mouche à chaque ligne.

Ce livre m'a été conseillé par la documentaliste de mon lycée en me voyant prendre son nouveau roman, Le fait du prince. Personnellement, j'ai moyennement aimé ce livre. J'ai trouvé Ni d'Eve ni d'Adam bien meilleur. Pourtant, j'ai bien aimé car j'ai pu découvrir à travers ce livre, la vie en entreprise au Japon qui était très intèressante. En conclusion, je ne pense pas qu'un jour, je relirais ce livre.
avatar
Avalon

Nombre de messages : 52
Age : 26
Location : France, Alsace
Date d'inscription : 11/02/2009

http://lennegezh.skyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amélie NOTHOMB (Belgique)

Message  FilouDlidou le Mer 8 Juil 2009 - 16:01

Ni d'Ève, ni d'Adam

Des romans d'Amélie Nothomb j'ai préféré ses récits nuancés d'autobiographie (Sabotage amoureux, Stupeur et tremblements, La métaphysique des tubes), car cette femme a vraiment le génie de l'anecdote. Mais lorsqu'elle tombait dans la fiction complète, le bon (Mercure) et le très bon (Les catilinaires) y côtoient le mauvais (Péplum, Antéchrista) et le très mauvais (Petit Robert des noms propres), avec une tendance assez marquée pour le très décevant ces dernières années. Je n'y étais plus revenu depuis trois ans, après la nausée que m'avait causé la lecture de son horrible Journal d'hirondelle.

Mais bon! Je ne suis pas à ce point de mauvaise foi que d'aller nier que j'avais malgré tout très aimé quelques-uns de ses romans, aussi la parution en poche de Ni d'Ève, ni d'Adam a-t-elle été pour moi le moment de faire une trève avec Amélie. Grand bien m'en a pris, d'ailleurs. J'ai dévoré en quelques heures ce petit récit très amusant et très inspirant de l'histoire d' "amour" entre un Japonais et une Belge nouvellement arrivée au pays du Soleil Levant.

Point ici de cette cruauté qui caractérise parfois cette auteure, point de débats interminables entre deux personnes aux vues opposées farouchement déterminées à défendre leurs points de vue respectifs, point de pédanterie. À la place, une volonté de jeter des ponts par delà les incompréhensions d'un moment, un désir de ne pas tenir compte de malentendus irrésistiblement drôles et de rire de ceux-ci plutôt que de s'en offusquer, tout plein de gentillesse et de petites attentions touchantes... je m'imaginais très bien entendre ce récit de la voix même de l'écrivaine, autours d'un feu de cheminée une nuit d'été. Elle sait apporter à ce genre de récits cette touche de vérité qui n'existe malheureusement pas toujours ou pas souvent dans ses autres œuvres.

Pas un roman inoubliable, rien qui ne me marquera très longtemps, mais un moment malgré tout des plus réjouissants!

Ma note : je note 4,5/5, mais je bémolise → il n'y a pas grand'chose ici qui changera durablement votre vision du monde.
avatar
FilouDlidou

Nombre de messages : 504
Location : Houston, TX
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amélie NOTHOMB (Belgique)

Message  Liza_lou le Ven 21 Aoû 2009 - 16:32

Acide sulfurique
(Le livre de poche, 213 pages)

Un nouveau concept de télé réalité est lancé : "Concentration" se propose d'enfermer des personnes prises au hasard dans les rues dans un camp dans les mêmes conditions que les prisonniers des camps de concentration nazis de la seconde guerre mondiale. Pannonique rn fait partie et devient alors CZK 114. Très rapidement, alors que les audiences atteignent des sommets, CZK 114 devient une star sans qu'elle le sache pour les spectateurs...

Voilà un roman qui, à première vue, parait plutôt contestable dans son sujet et pourtant, Amélie Nothomb s'en sort bien avec ce récit mélangeant à la fois les styles de fable et de philosophie. Le personnage de Pannonique est attachant; ses affrontements avec la kapo Zenna sont captivants. Critique des dérives de la télé réalité dans une société qui ne fait plus la différence entre le bien et le mal, Acide sulfurique évite la caricature et le lecteur suit avec intérêt les tribulations de Pannonique et de ses comparses dans cet enfer. Malheureusement, la fin est absolument décevante, pour ne pas dire ratée. On dirait presque qu'Amélie Nothomb ne savait pas vraiment comment terminer son récit. Dommage, car le livre avait réellement bien commencé.

Une impression mitigée donc pour ce roman prometteur dans les premières pages mais qui se termine en queue de poisson. Intéressant mais sans plus.

Ma note : 3/5
avatar
Liza_lou

Nombre de messages : 1300
Age : 34
Location : France, à coté de Nantes
Date d'inscription : 07/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amélie NOTHOMB (Belgique)

Message  dodie le Jeu 27 Aoû 2009 - 16:57

LE VOYAGE D'HIVER (Albin Michel 2009)

Le dernier né d'Amélie Nothomb
Résumé: Comment résumer un livre d'Amélie Nothomb sans en révéler toute l'histoire? Sachez cependant que ce roman met en scène un homme Zoïle, le narrateur, qui a décidé de faire exploser un avion. Avant de commettre cet acte il écrit les raisons qui l'ont poussé à cela en nous racontant une partie de sa vie.....
Mon avis: je vous préviens tout de suite je suis une fan d'Amélie Nothomb et ma critique risque de le laisser transparaître. Une fois encore je me demande où elle va puiser son inspiration. Ce livre est du pur Nothomb: provocateur, morbide, délirant, mais toujours avec ces tournures de phrases qui vous laissent "scotchés".
Je pense que certains lecteurs seront un peu outrés du thème choisi par l'auteur: depuis les attentats du 11 septembre, le sujet est un peu délicat, mais tout comme dans Acide sulfurique( qui avait pour thème les camps de concentration), il ne faut pas prendre cela comme une provocation gratuite: en aucun cas Amélie Nothomb ne fait l'apologie du terrorisme et elle s'en explique d'ailleurs au cours du récit.
Les personnages sont comme d'habitude rocambolesques.
Ma note:5/5
Un passage qui m'a beaucoup plu:"J'ignore ce qu'est la réussite d'une histoire d'amour, mais je sais ceci: il n'y a pas d'échec amoureux. C'est une contradiction dans les termes. Eprouver l'amour est déjà un tel triomphe que l'on pourrait se demander pourquoi l' on veut davantage.
avatar
dodie

Nombre de messages : 4524
Age : 53
Location : France
Date d'inscription : 11/04/2009

http://dodiecuisine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Ni d'Eve ni d'Adam

Message  Fitzartiseuse le Sam 29 Aoû 2009 - 13:15


Je ne vais pas faire de résumé, d'autres l'ont très bien fait avant moi.

Mon avis en quelque mots, c'est du 100 % Nothomb, autobiographique, très drôle, culturellement intéressant, situations cocasses le tout dans une histoire d'amour racontée comme l'auteur seul en a le secret.

Un livre très agréable et rapide à lire. study

Note: 4/5

_________________
Je lis la saga de la ballade de Pern de Anne McCaffrey

"Fitz fixes feist's fits. Fat suffices"
avatar
Fitzartiseuse

Nombre de messages : 474
Age : 34
Location : Pyrénées Orientales/France
Date d'inscription : 02/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Mercure Amélie NOTHOMB

Message  Natha le Sam 12 Sep 2009 - 20:48

Mercure Amélie NOTHOMB
Quant un ami m’a proposé Amélie NOTHOMB j’ai d’abord refusé, je pensai que c’était trop difficile pour moi mais, J’ai fini par accepté et j’en ai été ravie. Je lai lu en 3 soirées.
L’intrigue est passionnante et on se pose toujours la question de ce qui va arriver de nouveau pour relancer l’histoire.
L’auteur propose 2 fins. Je préfère la première qui me semble beaucoup plus optimiste mais par contre la seconde me parait plus réaliste.
Ce que j’ai bien aimé s’est la psychologie des personnages, la relation entre Hazel et le capitaine est très ambigu. Bien que prisonnière de celui-ci et qu’il en profite, elle éprouve quand même des sentiments sincères envers son geôlier.
J’ai envie de découvrir d’autre livre d’A. Nothomb, je pense que l’on a souvent des idées préconçues envers certains auteurs.
4.5/5
avatar
Natha

Nombre de messages : 10
Location : France
Date d'inscription : 24/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amélie NOTHOMB (Belgique)

Message  DM29 le Jeu 29 Oct 2009 - 13:41

Mercure

le résumé a été fait plusieurs fois déjà, donc je ne le refait pas !

critique: mon premier de Nothomb et je suis impressionnée, je ne m'attendais pas à ça ! J'ai trouvé ça bien ficelé, prenant, amusant . Je l'ai lu en 2 heures. Tout est bien décrit . Le fait qu'on ai 2 fins m'a un peu déconcerté et je préfère la seconde fin qui est plus réaliste et plus diabolique aussi ! J'en relirais sûrement d'autres s'ils sont tous aussi bien !

note 4/5
avatar
DM29

Nombre de messages : 675
Age : 30
Location : Breizh
Date d'inscription : 21/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amélie NOTHOMB (Belgique)

Message  aurora22062002 le Jeu 7 Jan 2010 - 21:19

Stupeur et tremblements (Livre offert par Aurore lors du SWAP Noël 2009)
Amélie NOTHOMB
(Editions Le livre de poche - 187 pages)

Quatrième de couverture
Au début des années 1990, la narratrice est embauchée par Yumimoto, une puissante firme japonaise. Elle va découvrir à ses dépens l'implacable rigueur de l'autorité d'entreprise, en même temps que les codes de conduite, incompréhensibles au profane, qui gouvernent la vie sociale au pays du Soleil levant.
D'erreurs en maladresses et en échecs, commence alors pour elle, comme dans un mauvais rêve, la descente inexorable dans les degrés de la hiérarchie, jusqu'au rang de surveillante des toilettes, celui de l'humiliation dernière.

Ma critique
Comme DM29, c'est le premier roman d'Amélie NOTHOMB que je lis et ça a été une agréable découverte pour moi. J'ai d'ailleurs très envie de parcourir toute la bibliographie de cette auteure et tout particulièrement Ni d'Eve, ni d'Adam qui est le parallèle de Stupeur et tremblements car pendant ses mésaventures chez Yumimoto, la narratrice faisait la connaissance à l'extérieur d'un Tokyoite et cette histoire est racontée dans Ni d'Eve, ni d'Adam.
L'histoire de Stupeur et tremblements est très bien ficelée. Je trouve que c'est horrible de travailler dans une entreprise comme celle de Yumimoto. Fubuki a beau être belle mais elle est aussi ignoble, je n'ai pas aimé cette femme. La seule personne que j'ai apprécié dans cette entreprise est Monsieur Tenshi. La narratrice a bien fait de quitter l'entreprise à la fin de son contrat.

Un grand Aurore pour m'avoir offert ce livre et pour m'avoir permis de découvrir Amélie NOTHOMB.

Ma note
5/5
avatar
aurora22062002

Nombre de messages : 959
Age : 37
Location : EMMERIN, FRANCE
Date d'inscription : 27/10/2008

http://auroraetlapassiondeslivres.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amélie NOTHOMB (Belgique)

Message  Bernard le Sam 9 Jan 2010 - 12:35

Merci de ta critique Aurora. J'avoue avoir de l'appréhension envers cette auteure et j'ignore pourquoi, je prends un de ses livres et je le repose sans ni l'acheter, ni l'emprunter.
J'ai noté dans un coin ce titre et j'essaierai...

B
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3540
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amélie NOTHOMB (Belgique)

Message  aurora22062002 le Sam 9 Jan 2010 - 21:48

Je pense que tu ne dois pas hésiter Bernard et je pense que ce livre est un bon début pour débuter avec Amélie NOTHOMB car c'est un de ses romans les plus connus (à ma connaissance).

Si tu te laisses tenter, bonne découverte et je lirai bien sûr ta critique


Aurora
avatar
aurora22062002

Nombre de messages : 959
Age : 37
Location : EMMERIN, FRANCE
Date d'inscription : 27/10/2008

http://auroraetlapassiondeslivres.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amélie NOTHOMB (Belgique)

Message  nitou le Ven 26 Fév 2010 - 14:48

"Stupeur et tremblements" (en lisant le livre, on comprend le titre qui me semblait bien curieux)
d'Amélie Nothomb

C'est le 2ième livre que je lis d'Amélie Nothomb. Le 1er était "acide sulfurique" qui ne m'avait pas emballé plus que ça.Celui-ci, est bien différent et m'a donné envie d'en lire d'autres.
L'histoire se passe au japon, dans une entreprise d'import-export japonaise.On apprend donc les us et coutumes de rigueur dans ce cadre.Pas facile de s'adapter pour une occidentale, qui en tournant sa situation à la dérision, va tout de même tenir jusqu'à la fin de son contrat.Je me suis dit tout le long du récit "mais comment fait-elle pour tenir ?"
Amélie Nothomb a une écriture directe et plaisante à lire . Son récit ne manque pas d'humour ni d'ironie. J'ai adoré! Je l'ai lu d'une traite.

ma note 5/5
avatar
nitou

Nombre de messages : 467
Age : 44
Location : nantes
Date d'inscription : 18/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amélie NOTHOMB (Belgique)

Message  nitou le Ven 26 Fév 2010 - 15:15

suite et fin de ma critique:

j'ai oublié de dire que tout le long du film j'ai pensé à la pub de la française des jeux pour leur jeux à gratter ASTRO gémeaux.
On y voit une porte qui s'ouvre sur un chef japonais furax qui hurle le prénom d'une employée qui est derrière la porte et qui comme elle ne répond pas , en appelle une autre pour la faire venir dans son bureau pour passer ses nerfs sur elle (on imagine)
avatar
nitou

Nombre de messages : 467
Age : 44
Location : nantes
Date d'inscription : 18/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Journal d'une Hirondelle"

Message  Fitzartiseuse le Ven 23 Avr 2010 - 14:47

"Journal d'une Hirondelle"


Présentation de l’éditeur


"C'est une histoire d'amour dont les épisodes ont été mélangés par un
fou."
A la suite d'un chagrin amoureux, le narrateur, 30 ans,
coursier, devient insensible. Il perd son boulot pour en retrouver un
autre, plus conforme à son nouvel état : tueur à gages. Pas d'états
d'âme à viser la cible, s'acquitter d'un crime parfait. Sinon une
excitation nouvelle, une soif d'accomplir un geste quasi divin. Un jour,
on lui demande d'exécuter un ministre et toute sa famille et de
rapporter sa serviette. Dans celle-ci, le journal intime de sa fille. La
curiosité aura raison de tueur : il lit le cahier. Son comportement
devient alors erratique et si l'usage de ses cinq sens lui revient,
c'est pour une métamorphose qu'il n'aurait auparavant jamais pu
envisager.

Mon avis:

Ayant déjà lu la plupart des livres de cet auteur, celui-ci n'est pas très original par rapport aux autres. On y retrouve les thèmes favoris de Nothomb et sa plume si caractéristique. Si vous avez déjà lu plusieurs de ces livres vous ne serez pas déçu mais pas surpris non plus ce qui est un peu dommage pour un Nothomb.
Si vous n'en avez pas lu ou presque c'est peut-être l'occasion d'en lire un : comme toujours le livre est prenant et se lit à la vitesse de l'éclair (2 heures pour celui-ci), Nothomb sait comme personne manier l'absurde et la logique, les sentiments et les sensations.

Note: 3,5/5

_________________
Je lis la saga de la ballade de Pern de Anne McCaffrey

"Fitz fixes feist's fits. Fat suffices"
avatar
Fitzartiseuse

Nombre de messages : 474
Age : 34
Location : Pyrénées Orientales/France
Date d'inscription : 02/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amélie NOTHOMB (Belgique)

Message  RaincoatRai le Ven 14 Mai 2010 - 11:22

Antéchrista, Le Livre de Poche, 151 pages

Quatrième de couverture
Avoir pour amie la fille la plus admirée de la fac, belle, séduisante, brillante, enjouée, audacieuse ? Lorsque Christa se troune vers elle, la timide et solitaire blanche n'en revient pas de ce bonheur presque écrasant. Elle n'hésite pas à tout lui donner, et elle commence par l'installer chez elle pour lui épargner de longs trajets en train. Blanche va très vite comprendre dans quel piège redoutable elle est tombée. Car sa nouvelle amie ser évèle une inquiétante manipulatrice qui a besoin de s'affirmer en torturant une victime. Au point que Blanche sera amenée à choisir : se laisser anéantir, ou se défendre.

Avis

Je ne m'attendais pas à coup coeur en ouvrant ce livre, et j'ai bien fait. Pour avoir lu Acide Sulfurique et Stupeur et Tremblements il y a quelques années, j'ai retrouvé les mêmes qualités et les mêmes défauts dans ce livre. A mon humble avis, le gros problème de Nothomb, c'est qu'elle a de supers idées, les personnages sont intéressant en soi, mais elle fiche tout en l'air avec un style ampoulé, répétitif ( j'ai compté environ une petite dizaine de fois l'expression " les auteurs de mes jours " dans 150 pages, j'avoue que pour désigner ses parents, c'est un peu lourd et répétitif... ). Bref, je trouve que ses textes manquent de travail : je suis persuadée que si elle y passait quelques jours ou semaines suplémentaires en vu d'en enrichir le contenu et le vocabulaire, se serait beaucoup mieux. Je trouve que c'est du gâchis : elle a une super imagination, mais, à mon goût, y applique les mauvais mots et les mauvaises tournures. Dommage...

1/5 pour l'idée
avatar
RaincoatRai

Nombre de messages : 110
Age : 26
Location : Midi Pyrénées
Date d'inscription : 17/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amélie NOTHOMB (Belgique)

Message  Tortue Orange le Sam 5 Juin 2010 - 12:56

Titre : Le fait du prince

Auteur : Amélie Nothomb

Nb de pages : 169

Édition : Albin Michel

Quatrième de couverture :

Il y a un instant, entre la 15ème et la 16eme gorgée de champagne où tout homme est un aristocrate.

Mon avis : J’ai adoré. Le livre est frais et rapide à lire mais il est surtout surprenant. On s’éloigne un peu du style habituel de Nothomb mais cela n’est pas une mauvaise chose. On retrouve encore ses idées qui semblent sortir de nulle part mais de façon plus ordonnée. De plus, l’intrigue est surprenante et très divertissante. On se laisse facilement entraîner et la vie des personnages nous fait envie.

Ma note : 4,5
avatar
Tortue Orange

Nombre de messages : 89
Age : 26
Location : Montréal
Date d'inscription : 13/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amélie NOTHOMB (Belgique)

Message  dodie le Sam 28 Aoû 2010 - 13:01

Amélie NOTHOMB: Une forme de vie- Août 2010

Résumé: La narratrice qui n'est autre qu'Amélie Nothomb elle-même reçoit un jour une lettre très spéciale puisqu'il s'agit d'un courrier envoyé par un soldat américain basé en Irak.
Mettant un point d'honneur à répondre au courrier qu'elle reçoit en abondance notre romancière lui adresse une réponse. Il s'ensuit un échange de courrier où l'on découvre la vie de ce militaire et la raison de cette correspondance.
Parallèlement Amélie Nothomb nous dévoile une partie de ses réflexions sur sa raison d'écrire, ses rapports avec les lecteurs, son sentiment sur la guerre en Irak et ses espoirs dans l'Amérique d'Obama.

Mon avis: Amélie Nothomb est peut-être la seule romancière dont j'achète les romans dès leur parution. Je les lis avant d'entendre trop de critiques car j'aime être surprise.
L'auteur se lance pour la première fois je crois dans le roman épistolaire;
J'ai beaucoup aimé ce roman où on retrouve des thèmes déjà abordés par l'auteur: le rapport à la nourriture y tient une place importante.
Sans être , je pense, un roman autobiographique, Amélie Nothomb se dévoile beaucoup en nous dévoilant quelques aspects de son métier d'écrivain.
J'ai retrouvé avec plaisir l'écriture de cette auteur. Ce n'est pas encore cette année que je deviendrai une lectrice lassée de Nothomb.
Ma note 5/5
avatar
dodie

Nombre de messages : 4524
Age : 53
Location : France
Date d'inscription : 11/04/2009

http://dodiecuisine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amélie NOTHOMB (Belgique)

Message  noemiejardine le Sam 4 Sep 2010 - 14:56

une forme de vie
Amélie Nothomb est peut-être la seule romancière dont j'achète les romans dès leur parution. Je les lis avant d'entendre trop de critiques car j'aime être surprise.
dodie, suis comme toi, achète aussi dès parution, ma fille est une fan et suis ainsi en mesure de lui faire des cadeaux qu'elle apprécie, sa bourse ne lui permettant pas des folies!

moi aussi ai bien aimé cet ouvrage
il se lit vite, il est court: 169 pages, mais très plaisant et pas du tout dénué de profondeur.
Il y a de la sincérité dans ces pages....bref, je recommande ce 66 ou 67ème ouvrage de Nothomb, il ne décevra aucun de ses fans!

ma note: 4.5/5
avatar
noemiejardine

Nombre de messages : 596
Date d'inscription : 05/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amélie NOTHOMB (Belgique)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum