Gaëlle NOHANT (France)

Aller en bas

Gaëlle NOHANT (France)

Message  Calepin le Dim 23 Nov 2008 - 23:30

De : sweety_delphine (Message d'origine) Envoyé : 2007-09-28 04:37

Note biographique
D'après le site de fémina : Gaëlle Nohant veut devenir écrivain depuis qu’elle est toute petite. A 33 ans, cette jeune femme qui milite pour la pure fiction, affiche un joli palmarès : un essai sur la Seconde Guerre mondiale, un premier roman, « raté » selon elle, des nouvelles puis, enf in, « Passager clandestin », le livre qui lui a permis de remporter ce concours. Elle qui avait très peur de devenir nonne va devoir maintenant s’enfermer à l’abbaye de Fontevraud ! Et maintenant le livre avec lequel elle a remporté le concours Version Fémina :



L'ancre des rêves

Benoît, Lunaire, Guinaux et Samson est une fratrie de quatre garçons qui a la particularité d'avoir des nuits bien agitées. Benoît rêve d'une mère noyant sa petite fille. Lunaire se retrouve sur un "terre neuvas" occupé par un équipage terrifiant. Guinaux rêve de chevaux qui foncent sur lui enragés. Même Samson le petit dernier commence aussi ce genre de terreurs nocturnes. Un silence pesant tait ces nuits de cauchemars, une gêne est installée entre tous. Pas évident à ce moment de s'entraider. Un mystère plane sur cette famille. Pourquoi Enogat leur interdit d'approcher la mer omniprésente à Dinan en pays costarmoricain? Pourquoi les enfants sont frappées par ces images?

J'ai été longue à lire le livre, très longue et rassurez vous, ce n'est pas par ennui. J'ai savouré cette lecture. Je n'en lisais pas plus de quelques pages à la fois. Je voulais vivre le plus longtemps possible dans cette famille. J'ai aimé ces 4 frères comme des cousins dont je me suis sentie tellement proche. J'ai adoré l'écriture qui avait le goùt salé de ma région. Je me suis sentie complètement engloutie par le livre et les personnages. La quête de Lunaire m'a fascinée et m'a touchée.

Il y a une écriture dans ce livre que je ne saurais vous expliquer. Il faut connaitre la mer déchainée, avoir vu la douleur de certaines connaissances à la suite de la disparition de leur père ou époux pêcheur pour comprendre ce que je veux dire je crois. Voir les sauveteurs aller récupérer les personnes en difficulté par un temps exécrable. Lire toutes les semaines les "faits divers" qui ont eu lieu en mer, surtout l'été avec l'inconscience des touristes (petit message tant que j'y suis ;-) ). Et pourtant celle-ci est si hypnotisante. Il est par exemple impensable pour moi de vivre loin d'elle. Je n'ai d'ailleurs jamais eu à le faire en 25 ans. Elle est comme une femme, douce et calme par moment, colérique et sans pitié à d'autres. Pour les femmes, elle nous ressemble tellement. Et pour les hommes qui aiment les femmes au caractère fort, comment résister à son envoutement. Deux phrases qui résument le livre et qui m'ont marquées :

"Les morts marchent ce soir. Fais bien attention à toi"

Note : 5/5
avatar
Calepin

Nombre de messages : 1527
Age : 37
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gaëlle NOHANT (France)

Message  kattylou le Lun 1 Aoû 2016 - 11:53

La part des flammes 

La part des flammes  nous amène dans le Paris du XIX eme siècle lors de l'incendie du Bazar de la Charité une grande vente de bienfaisance  en Mai 1897 qui a fait de nombreuses victimes. Il raconte l'histoire de trois femmes qui n'auraient pas dû se cotoyer et dont le destin va se trouver lié.
Violaine de Raezel jeune veuve cherche à assoir sa position en entrant dans le grand monde aristocratique mais elle est considérée comme une demie mondaine et si tout le monde lui a fait bonne figure avant le décès de son mari elle est exclue des grands salons.
La duchesse d'Alençon soeur de la célèbre Sissi une femme déjà agée que le tout Paris recherche. Au mépris des conventions elle permettra à Violaine de faire partie de son stand 
Constance d'Estigel est une jeune fille très pieuse dominée par une mère mondaine et égoiste .Amoureuse d'un jeune aristocrate elle romp au grand désespoir de sa mère après une visite à sa directrice de conscience et meutrie.Elle rejoint le duchesse d'Alençon pour échapper à sa mère et tenter d'oublier le beau Lazlo.

Ces trois femmes partagent le même stand au Bazar de la charité quand l'incendie survient.Lors de cette tragédie la duchesse d'Alençon meurt, Constance est très sérieusement blessée et Violaine va tenter de la retrouver.
Ce livre dépeint très bien les rapports entre les différentes hiérarchies qui font le monde aristocratique et bourgeois au XIX eme siècle , le poids de la religion bien présente.Très bien documenté sa lecture reste fluide et agréable.
avatar
kattylou

Nombre de messages : 3890
Age : 54
Location : 77
Date d'inscription : 08/09/2009

http://kattyloucuis.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gaëlle NOHANT (France)

Message  Chantal le Jeu 18 Aoû 2016 - 6:43




LA PART DES FLAMMES :
Editions Héloïse d'Ormesson - 496 pages.


C'est l'histoire de trois femmes, qui ont vécu, dans leur chair et dans leur âmes, l'incendie du Bazar de la Charité, en mai 1897 : la duchesse d'Alençon, soeur de l'impératrice Sissi, et organisatrice ; Violaine de Rézal, veuve au pavé sulfureux qui se lance dans les organisations de charité pour reprendre une vie sociale et se refaire une réputation, et Constance d'Estangel qui, sous la mauvaise influence d'une mère religieuse, vient de refuser le mariage à l'homme qu'elle aime.


A travers l'histoire de cet incendie et de toutes les personnes qu'il touche, aristocratie ou petites gens, en majorité des femmes, l'auteur va nous faire approcher et connaître intimement ces trois femmes ainsi que leurs proches, nous faire pénétrer dans la vie de l'aristocratie de l'époque et de leurs serviteurs . Les soins aux grands brûlés (leur douleur physique et mentale), la psychiatrie de l'époque, la condition féminine en évolution malgré des "règles" tenaces, plein de thèmes sont abordées dans ce roman sans temps mort qui tient en haleine. Et puis il y a l'écriture, très concise, très élégante, très belle, qui m'a frappée dès les premières lignes lues.


Un peu de Jane Austen, un peu de Downtown Abbey…(si vous aimez…) Moi j'ai énormément aimé. Un coup de coeur.


5/5 coeur
avatar
Chantal

Nombre de messages : 2396
Location : France
Date d'inscription : 22/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gaëlle NOHANT (France)

Message  Chantal le Lun 3 Sep 2018 - 16:49

LEGENDE D'UN DORMEUR EVEILLE :

Editions Héloïse d'Ormesson - 544 pages.


    Ce livre est une biographie romancée de Robert Desnos, mais quelle biographie! Très riche, hyper documentée, nous entraînant dans le monde du Paris des années d'avant guerre (la deuxième), les folles nuits de Montparnasse, Montmartre où alcool et drogue se côtoient souvent, pour oublier la misère, le manque de nourriture et d'argent pour certains. Au fur et à mesure du récit, le lecteur croise tout naturellement les surréalistes, notamment André Breton, d'autres poètes : Prévert, Eluart, et artistes tels que Queneau, Arthaud, Man Ray, Jean Louis Barrault….. Et se dessine peu à peu le portrait d'un homme amoureux des mots, mais aussi épris de bonté, d'humanité et surtout de liberté. A la fois poète, écrivain, journaliste, homme de radio, et puis aussi résistant au moment de la guerre, avec une audace de paroles et d'affrontements qui finalement le feront arrêter, puis déporter. Il ne rentrera pas en France, et mourra du typhus au moment de la libération des camps.


   Superbe récit qui m'a tenu en haleine, entrecoupé de vers (dont ceux de la célèbre "fourmi" que j'apprenais à mes jeunes élèves et dont je connais maintenant la vraie signification), toujours cette belle écriture intelligente que j'avais déjà beaucoup aimée dans "La part des flammes", et puis une dernière partie que je craignais un peu (le camp et la mort) mais que l'auteur a traité par la voix de Kiki, le grand amour de Robert Desnos, qui raconte au lecteur ses recherches, son attente, son espoir et la fin de vie du poète de façon très émouvante, mais sans trop de détails trop difficiles à supporter.


Bref un beau coup de coeur.


5/5:coeur:
avatar
Chantal

Nombre de messages : 2396
Location : France
Date d'inscription : 22/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gaëlle NOHANT (France)

Message  lalyre le Lun 19 Nov 2018 - 17:21

Nohant Gaëlle
La part des flammes
Livre de poche mars 2017

ISBN 978 2 253 087473 4

544 pages


Quatrième de couverture
4 mai 1897. Pendant trois jours, le Tout-Paris se presse rue Jean-Goujon à la plus mondaine des ventes de charité. Les regards convergent vers le comptoir tenu par la charismatique duchesse d'Aleçon qui, au mépris du qu'en-dira-t-on, a accordé le privilège de l'assister à Violaine de Raezal, ravissante veuve à la réputation sulfureuse, et à Constance d'Estingel, qui vient de rompre ses fiançailles. Dans un monde d'une politesse exquise qui vous assassine sur l'autel des convenances, la bonté de Sophie d'Alençon leur permettra-t-elle d'échapper au scandale ? Mues par un désir de rédemption, ces trois rebelles verront leurs destins à jamais liés par l'incendie du Bazar de la Charité.
Mon avis
Ce roman nous faisant découvrir le portrait de femmes blessées et ou l’auteur nous décrit les mœurs de la bourgeoisie de la Belle Epoque à Paris, mais aussi l’horreur lors de l’incendie du Bazar de La Charité qui eu réellement eu lieu un jour du mois de mai 1897. C’est aussi une histoire émouvante, tragique et grave, donnant réflexion sur la vie, le courage et l’espoir, valorisant la condition féminine et dénonçant la lâcheté. La belle plume rythmée de Gaëlle Nohant nous fait une belle description des femmes de l’aristocratie, de ces femmes n’hésitant pas devant les difficultés d’une époque dure pour arriver à ce qu’elles croient juste et vrai. Un très beau roman qui se lit facilement ou dévotion, internement, enlèvement et décadence de l’aristocratie en font une histoire romanesque avec des personnages fictifs bien que l’auteure se soit inspirée de la duchesse d’Alençon, ce n’est pas un roman historique sauf l’incendie du Bazar de La Charité, lisez le, je pense que vous ne regretterez pas. 4,5/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4509
Age : 86
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gaëlle NOHANT (France)

Message  Lyreek le Jeu 13 Déc 2018 - 18:15



La part des flammes
Gaëlle Nohant

Quatrième de couverture

Mai 1897. Pendant trois jours, le Tout-Paris se presse à la plus mondaine des ventes de charité. Les regards convergent vers la charismatique duchesse d’Alençon. Au mépris du qu’en-dira-t-on, la princesse de Bavière a accordé le privilège de l’assister à Violaine de Raezal, ravissante veuve à la réputation sulfureuse, et à Constance d’Estingel, qui vient de rompre brutalement ses fiançailles. Dans un monde d’une politesse exquise qui vous assassine sur l’autel des convenances, la bonté de Sophie d’Alençon leur permettra-t-elle d’échapper au scandale ? Mues par un même désir de rédemption, ces trois rebelles verront leurs destins scellés lors de l’incendie du Bazar de la Charité.

Mon avis

Un très bon roman historique qui reconstitue très bien le Paris de la fin du dix-neuvième siècle. Dès les premières pages, l’auteur met en évidence les inégalités entre les nobles et les gens du peuple frappés par la pauvreté et la maladie. Malgré les risques de contagion, la duchesse d’Alençon n’hésite pas à donner de sa personne pour aider les plus démunis. C’est pourquoi elle tient un comptoir au Bazar de la Charité ce 4 mai 1897, entourée de deux jeunes femmes de la noblesse qu’elle a prises sous son aile. Toutes trois, ainsi que des centaines d’autres femmes, vont se retrouver au cœur des flammes lorsque le bâtiment va s’embraser et brûler en quelques minutes.

La description de l’incendie et des quelques jours qui suivent fait froid dans le dos. Dans la panique, des femmes sont piétinées, d’autres, n’arrivant pas à atteindre la sortie, sont brûlées vives. Les plus chanceuses en ressortiront gravement brûlées, marquées à jamais dans leur chair comme dans leur âme. Le réalisme des descriptions est renforcé par les coupures de journaux de l’époque que l’auteur a intégré à son récit. J’ai été choquée de voir les médias donner autant de détails scabreux et macabres. J’ose à peine imaginer ce que ça pourrait donner de nos jours avec les télévisions et les réseaux sociaux.

Mais, au delà de la reconstruction historique, ce que j’ai particulièrement apprécié dans ce roman, ce sont ses personnages. La duchesse d’Alençon est fascinante dès son entrée en scène puis, on apprend à mieux la connaitre et on découvre ses secrets au fil des pages, ce qui nous la rend de plus en plus sympathique. On ne peut que compatir à un tel destin. Violaine, quant à elle est une femme attachante, se remettant difficilement de la mort de son mari et qui cache également un secret que nous apprendrons plus tard. Mais mon personnage préféré reste Constance, toute jeune fille influencée par ses années d’éducation religieuse dans un couvent et dont la vie va être totalement bouleversée par les conséquences de l’incendie.

Je n’en dirais pas plus pour ne pas gâcher le plaisir de la lecture à ceux qui se plongeront dans ce roman à l’avenir. Je dirais simplement que j’ai beaucoup aimé cette lecture, que l’écriture de Gaëlle Nohant est belle et fluide, son intrigue bien construite et ses personnages attachants. Que demander de plus ?

4,5/5

_________________
Lecture en cours :Bal de givre à New York de Fabrice Colin

"Lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois"
avatar
Lyreek

Nombre de messages : 2434
Age : 37
Location : Côte d'Azur, France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gaëlle NOHANT (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum