Bernard MAC LAVERTY (Royaume-Uni/Irlande du Nord)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bernard MAC LAVERTY (Royaume-Uni/Irlande du Nord)

Message  Mousseline le Dim 23 Nov 2008 - 19:23

De : Eireann561 (Message d'origine) Envoyé : 2006-10-30 12:09

Lamb
Bernard Mac LAVERTY
Note : 3,5

Un homme et un enfant

Bernard Mac Laverty est né en 1942 à Belfast, ce roman date de 1980. Il ne faut pas le confondre avec Michael McLaverty, dont j’ai critiqué un recueil de nouvelles il y a quelques temps.
Frère Sebastien, Michel Lamb de son nom d’état civil, enseigne dans une maison de redressement religieuse Il est dans les ordres, plus pour son père que pour lui-même. Il s’est pris d’amitié pour Owen Keane, enfant épileptique et martyr, dont la famille est disloquée entre un père camionneur et violent et une mère prostituée et alcoolique. A la mort de son père, Lamb touche une partie de l’héritage et part en Angleterre avec Owen. Le voilà devenu kidnappeur d’enfants. Il lui faut également apprendre à gérer Owen pour qui le vol n’est pas un acte répréhensif. Il se souvient de sa première rencontre avec l’enfant, dans le bureau de frère Benedict, et qu’il était entouré de deux gendarmes. Il se souvient également de son enfance à lui dans une ferme, avec un père veuf mais aimant, il sent bien le bonheur que lui a eu, et de celui qui a manqué à Owen. A la radio, il entend que les recherches pour les retrouver se dirigent vers Londres ; la vie à l’hôtel devient trop dangereuse pour eux. Il essaye un squat, mais la drogue circule et Owen est tenté, l’argent diminue, il ne reste plus que le retour au pays. Mais que faire même en Irlande ?
Un homme naïf et idéaliste et un enfant malade et martyr vont se retrouver et se donner à chacun un peu d’amour et de chaleur humaine.
Mais ils ne sont pas suffisamment armés pour combattre la férocité humaine, ni aller contre ses lois. La longue fuite ne peut se terminer que par un drame.
Une écriture sobre qui évite les effets faciles pour aller à l’essentiel. Une œuvre forte sur un sujet grave et je me souviendrai longtemps de la détresse finale de Lamb. Un bon livre qui a été adapté au cinéma avec Liam Neeson dans le rôle titre.
Extraits :
-Par-dessus se tenue réglementaire -soutane et col blanc-, il portait un tablier de plastique décoré d’une énorme bouteille de Guinness.
-Enfin l’Irlande n’a plus longtemps à souffrir. Sa détresse ne durera pas. Bientôt, nous serons de nouveau un pays uni.
-Visage de vieux sur un corps enfantin.
-Les joueurs irlandais seront là au complet ? Y aura Liam Brady ? Et Jennings ? Et Pat Rice ?
-Ce serait un acte pur, un acte d’amour. De cela, il ne doutait pas.
-Le mal du pays, tel un acide, le rongeait.
-En Irlande du Nord, la police était certainement au courant de son affaire. Les émeutes joueraient peut-être en sa faveur si la poursuite des insurgés, des « Provos », occupait toutes les forces……
-Une citée vouée à l’autodestruction. Toute mutilation jugée bonne comme moyen de cracher à la figure du gouvernement britannique
En gaélique Owen signifie «agneau», tout comme Lamb en anglais. Frère Benedict en avait fait la remarque un jour où il disait à Sebastian que l’enfant et lui étaient nés sous une mauvaise étoile.
-Michael se sentait attiré par le gouffre qu’il avait creusé
lui-même.

Titre original : Lamb
Editions Belfond.




De : Eireann561 Envoyé : 2007-01-15 15:26

Symphonie pour Anna

Bernard Mac LAVERTY

Note : 4

Une vie de musique!

Troisième roman de cet auteur nord irlandais, dont j'ai déjà parlé pour son premier roman "Lamb". Son deuxième livre "Cal" a été adapté au cinéma avec Hélène Mirren, Donald Mc Cann.

Catherine McKenna revient à Belfast pour les obsèques de son père

Elle était partie 5 ans plus tôt, on pourrait même parler de fuite.

Après de brillantes études musicales, elle ne travaille plus, ayant abandonné l'enseignement. Elle compose de la musique classique qui est jouée à la radio. Elle habite dorénavant à Glasgow.

Elle se remémore son enfance, avec son père catholique modéré et brave homme, qui tenait un pub ; elle repense également à son voyage à Kiev, chez un compositeur russe ; sa réussite scolaire ne lui a pas amené la vie dont elle rêvait.

Sa mère est plus stricte sur la religion et la notion de pécher.

Quand elle annonce à celle-ci qu'elle a un enfant, une petite fille, Anna, mais qu'elle n'est pas mariée, les relations redeviennent tendues.

Elle a eu cet enfant avec Dave, un anglais avec qui elle vît sur l'île d'Islay où elle est professeur de musique. Le climat y est rude et Dave boit de plus en plus.

Catherine Mc Kenna est un beau personnage de femme moderne tentant de sortir d'une éducation très rigoureuse, mais elle ne choisit pas la facilité en s'installant avec Dave, qui lui, vit du chômage et de pêche pendant la saison. Alcool aidant, il devient violent. Catherine s'enfuit de nouveau, mais elle n'est plus seule, Anna l'accompagne.

Un livre très intéressant, moins dur et désespéré que 'Lamb', mais il est vrai que le contexte n'est pas le même.

Il est, je pense, plutôt rare de trouver des livres sur les affres d'une jeune femme compositeur de musique classique, qui doit gérer en plus sa vie sentimentale, familiale, et se réconcilier, si possible, avec sa mère.

Très agréable lecture avec en plus quelques références à Henry Purcell, que je considère comme le plus grand musicien britannique(enfin mon préféré)de tous les temps (moment d'humour avec les chansons de taverne que composait le dit Purcell au pub du coin après sa journée de travail à la chapelle royale).

Extraits :

- Lorsqu'on annonça son vol, elle franchit le contrôle de sécurité, puis la sécurité spéciale réservée aux passagers en partance pour l'Irlande du Nord.

- "Ils répètent ici, au dessus de la ville, pour montrer aux catholiques qui est le patron. C'est leur manière de dire que les prods* sont les maîtres".

- Est-ce que le nationalisme de Janacek était différent de celui adopté par l'IRA Provisoire?

-Une catholique romaine qui utilise des tambours protestants. Le côté guerre et paix.

- Catherine pensa à la géographie des lieux de mort dans son propre pays -une carte qui n'aurait pas existé si les femmes avaient le pouvoir de décisions- Cormarket, Claudy, Teebane Crossroads, Six Mile Water, Bogside, Greystell, Shankill Road, Long Kesh, Dublin, Darkley, Enniskillen, Loughinisland, Armagh, Monaghan. Et ces lieux de mort collective, plus à l'est : Birmingham, Guilford, Warrigton. Comme une litanie.

-Ou les chants de la taverne de Purcell. Des envolées. Des voix qui glissent. Unissant musique populaire et musique d'art.

- Elle travaillait à une série de variations pour cordes sur un refrain de Purcell.

-La consommation d'alcool de Dave cessait d'être une habitude pour devenir un problème.

- Heaney avait écrit un poème 'Limbes' à propos d'une fille qui noyait son enfant illégitime "En le plongeant tendrement dans l'eau".

Titre original : Grace Notes

Editions : Hachette Littérature.

*Prods: terme péjoratif pour désigner les protestants.
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum